Navigation – Plan du site
Les rapports sociaux dans les quartiers de mixité sociale programmée

Annexes électroniques de l’article « Les rapports sociaux dans les quartiers de mixité sociale programmée »

Joanie Cayouette-Remblière

Texte intégral

1En complément des analyses présentées dans l’article, nous avons souhaité mettre à la disposition des lecteurs un certain nombre de documents supplémentaires qui ne pouvaient pas être intégrés ou joints à sa version papier.

Annexe 1 : Liste des matériaux récoltés sur le terrain

2Matériaux recueillis sur le terrain aux Sablières :
15 entretiens approfondis ; archives (documents du service urbanisme, communications sur le quartier, compte-rendus de conseils municipaux, compte-rendus de réunions de quartier).

3Matériaux recueillis sur le terrain aux Moulins :
90 questionnaires longs, parfois accompagnés de notes et de journaux d’enquête ; 2 entretiens approfondis ; archives (compte-rendus de conseils municipaux, compte-rendus de réunions de quartier).

4Liste des entretiens auprès d’habitant·es du quartier des Sablières
Saadia Touati, assistante maternelle, locataire HLM

5Yacine Alami, spécialiste en communication, conseiller municipal, propriétaire

6Maude Glas, professeure de danse, propriétaire

7Omar Ba, responsable génie civile, et président de l’association de quartier, propriétaire

8Philippe Morel, formateur chez Disney et président d’un conseil syndical, propriétaire

9Stéphanie Leroy, psychologue libérale, locataire du privé

10Tyana Traore, étudiante en médecine, locataire du privé, entretien réalisé par Aurélie Santos

11Hawa Ben Raim, auxiliaire de vie scolaire (AVS) à domicile, locataire social, entretien réalisé par Aurélie Santos

12Abdel Gaye, responsable qualité gestionnaire des risques au chômage, locataire social, entretien réalisé par Aurélie Santos

13Myrtha Levostre, informaticienne, locataire du secteur privé, entretien réalisé par Aurélie Santos

14Latifa Boumaza, pharmacienne, propriétaire, entretien réalisé par Aurélie Santos

15Liste d’entretiens auprès d’élu·es et responsables aux Sablières
Paul Fontaine, gardien dans un immeuble du secteur social, entretien réalisé par Aurélie Santos

16Jules Rioux, ancien maire de Lassalle (1996-2014)

17Régine Martin, adjointe au maire de Lassalle, et Didier Casse, adjoint au maire chargé de l’urbanisme de Lassalle

18Nadine Paté, responsable du service urbanisme de Lassalle

19Entretien auprès d’habitant des Moulins
Jean Brunet, ancien cadre SNCF retraité, locataire social, entretien réalisé par Aurélie Santos

20Entretien auprès d’élu aux Moulins
Julien Dumas, chargé de mission grand projet dans une communauté d’agglomération et conseiller municipal, entretien réalisé par Aurélie Santos.

21Sauf mention contraire, les entretiens ont été réalisés par mes soins

Annexe 2 : Proximité spatiale mais distance sociale à partir du cas de deux enquêtées

22Lors de la passation des questionnaires au printemps 2016, nous étions conduites à passer d’un appartement à l’autre. Le journal de terrain que je tenais alors permet d’illustrer la diversité des situations rencontrées dans le quartier des Moulins.

Les deux questionnaires que j’ai remplis aujourd’hui s’opposent en bien des points. Ce sont deux femmes, de 29 et 35 ans, qui vivent dans des mondes totalement différents. Pour accéder à la première, j’ai d’abord dû passer une porte avec un code. Puis, j’ai dû appeler son interphone et négocié l’entretien en anglais. Elle disposait d’une caméra qui lui a permis de me voir pendant cette négociation. Elle m’a ouvert une porte, mais est venu me chercher en bas afin d’éviter de me donner le code pour l’ascenseur. Elle ne me laissera pas non plus me promener seule dans les parties communes après le questionnaire qui a duré entre 1 h 30 et 2 h.

Pour accéder à la seconde, je me suis présentée à l’interphone des logements sociaux. J’allais appeler de l’extérieur quand un garçon de 16 ans (son fils) est arrivé (il revenait de conduire sa sœur à l’école) et m’a demandé si je souhaitais entrer. Il me dit : « vous voulez que je vous ouvre ? Il suffit de donner un coup de pied ! », et de donner un coup de pied dans la porte, qui s'ouvre. Et il fait de même avec la porte suivante. En discutant, je comprends qu’il est le fils de la femme que je cherche à interroger et je lui demande de m’y conduire. À propos de sa technique d’ouverture des portes, il me dit « En fait, j'ai vu quelqu'un taper dedans et j'ai remarqué qu'il n'y a plus les aimants. C’est pratique comme je n’ai pas de clé, j’ai plus besoin de sonner ».

Le premier questionnaire a eu lieu en anglais avec une femme qui mobilise son cosmopolitisme comme capital (de la Roumanie à l’Angleterre, puis à la France), le second a eu lieu en français avec une femme née à Sorigny de parents nés à Sorigny. La première travaille comme architecte indépendante et indique que, même si ses revenus mensuels sont souvent inexistants, elle a gagné suffisamment d’argent dans des contrats passés pour ne pas s’inquiéter pour des questions monétaires. Elle vit seule et ne parle pas d’enfant. La seconde boucle difficilement ses fins de mois avec cinq enfants (6, 10, 12, 14 et 16 ans) et le seul salaire de son mari, technicien de maintenance. « Le 15 du mois, il n’y avait plus trop à manger dans le frigo », indique-t-elle lorsque je l’interroge sur les ressources mensuelles. Elle a depuis peu un petit boulot de serveuse/plongeuse au bar d’une copine, payé au noir mais lui permettant de vivre un peu mieux. Elle ne souhaite pas trouver d’emploi qui l’obligerait à mettre ses enfants en garde. (Extrait du journal de terrain, 19 mai 2016).

23À bien des égards, ces deux femmes ont des profils opposés, mais elles vivent à moins de 100 mètres l’une de l’autre. Pourtant, si la mixité sociale programmée les a rapprochées physiquement, elle ne semble pas faire en sorte qu’elle se rencontre – et encore moins qu’elle ne se parle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanie Cayouette-Remblière, « Annexes électroniques de l’article « Les rapports sociaux dans les quartiers de mixité sociale programmée » », Sociologie [En ligne], N° 1, vol. 11 |  2020, mis en ligne le 25 février 2020, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/6557

Haut de page

Auteur

Joanie Cayouette-Remblière

joanie.cayouette-rembliere@ined.fr
Chargée de recherches, sociologie, Ined, Campus Condorcet, 9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers cedex, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page