Navigation – Plan du site

Laurent Bonelli et Fabien Carrié, La Fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français (Seuil, 2018)

Isabelle Lacroix
Référence(s) :

Laurent Bonelli et Fabien Carrié (2018), La Fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français, Paris, Seuil, 312 p.

Texte intégral

version postprint

1L’actualité des attentats « djihadistes » en faisait un livre attendu. Depuis les attentats de 2015, de nombreux travaux académiques sur la « radicalisation » ont été rapidement publiés mais les travaux empiriques sont rares. Laurent Bonelli et Fabien Carrié signent un ouvrage majeur et salutaire avec des matériaux inédits. Ils s’appuient sur 133 dossiers de mineurs suivis par la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), à majorité djihadistes (13 dossiers basques, corses et de l’extrême droite), 6 audiences de mineurs suivis pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste (AMT) et 57 entretiens avec des professionnels. Ce livre permet de comprendre les processus de radicalité récente des jeunes mais il dépasse de loin ce seul aspect. Il est également un cas d’école sur la construction de catégories d’État de la déviance politique, en l’investiguant par le bas au travers de l’analyse des dossiers socio-éducatifs rédigés par les professionnels de la PJJ. Dépassant les débats sans fin sur la « radicalisation de l’islam » ou « l’islamisation de la radicalité », cet ouvrage nous invite à entrer dans la complexité des trajectoires sociales de jeunes mineurs « radicalisés » et a deux objectifs : tout d’abord « montrer que l’ensemble des attitudes, des comportements et des actes rassemblés sous ce label par les professionnels judiciaires forment un agrégat hétérogène, dont la composition éclaire davantage les préoccupations d’État du moment que les faits eux-mêmes » (p. 15-16) mais également d’« étudier ces derniers, en distinguant les logiques sociales dont ils relèvent et qu’il est possible de reconstruire à partir de l’étude des configurations familiales et scolaires des mineurs, finement documentées dans les dossiers » (p. 16).

2Après une introduction visant à expliquer les conditions d’émergence de leur objet de recherche et le choix d’utiliser les mots « radicalité » et « violence politique à référence islamique » plutôt que celui de « radicalisation » et de « djihadiste », rappelant combien la radicalité est par « définition relationnelle » et le fruit d’un étiquetage, l’ouvrage nous plonge dans la socialisation familiale et adolescente de ces jeunes, dans une mise en intrigue qui tient en haleine le lecteur jusqu’au bout : des conditions sociales qui ont fabriqué leur radicalité jusqu’à leur entrée dans une cause radicale. Les auteurs commencent tout d’abord par un chapitre méthodologique dans le souci d’objectiver les sources institutionnelles qui composent leur matériau d’enquête. En raison d’une sur-mobilisation des professionnels des savoirs de la psychologie et de la psychanalyse, les auteurs sont en effet conscients que la focalisation sur le fonctionnement familial et l’individu laisse dans l’ombre, dans les dossiers socio-éducatifs, l’analyse des relations amicales extra-scolaires des mineurs. Le deuxième chapitre constitue le point nodal de tout l’ouvrage puisque Laurent Bonelli et Fabien Carrié mettent en lumière une hétérogénéité des logiques d’actions radicales en dégageant quatre types de radicalité. Ils ont construit leur typologie en regardant, tout d’abord, le niveau de contrôle que les parents exerçaient sur le travail scolaire et les fréquentations de leurs enfants, puis ils ont croisé cette analyse de l’encadrement parental avec le degré d’intégration de ces mineurs dans un groupe « alternatif » (la bande, le groupe militant et/ou religieux). Pour les deux premiers types de radicalité (apaisante et agonistique), les familles sont en difficultés socio-économiques, peu intégrées sur le marché du travail et encadrent faiblement les relations de leurs enfants. Les jeunes mineurs qui entrent dans une logique de radicalité apaisante (6 individus), sont majoritairement des filles, pour qui l’entrée dans un islam rigoriste est une « mise en ordre des désordres familiaux » ; leur radicalité est vécue de façon individuelle. Le second type, agonistique, est composé de garçons de quartiers populaires (42 individus) dont le monde des bandes structure la sociabilité. Le deuxième axe (radicalités rebelle et utopique) est composé de jeunes de la fraction stable des milieux populaires et des classes moyennes dont la famille encadrait de façon serrée leur agenda et leurs relations avec les autres jeunes avant d’être suivis par les services de protection judiciaire. La radicalité rebelle (10 individus) est caractérisée par des enfants en conflit avec leurs parents, souvent des convertis, mais leur comportement ne débouche pas sur un engagement collectif. En revanche, les jeunes qui se situent dans une radicalité utopique (75 individus, le plus important numériquement de leur échantillon), sont dans des dynamiques d’engagement idéologique, visant le renversement d’un ordre social. Le tableau résumant la typologie des auteurs (p. 72) est d’une grande clarté.

3À rebours des analyses individualisantes et/ou essentialisantes du phénomène, les auteurs démontrent avec force en s’appuyant sur les principes qu’avait éclairé Émile Durkheim sur le suicide que « l’endossement d’un registre ou d’un autre (utopique plutôt qu’agonistique, par exemple) ne relève pas du hasard, ni seulement des caractéristiques personnelles, mais bien de propriétés communes de trajectoires » (p. 88). Rappelant à juste titre que les propriétés sociales ne suffisent pas à expliquer les trajectoires de radicalité, les auteurs soulèvent un paradoxe. Ce sont les mineurs issus de familles stables, aux scolarités conformes, inconnus des services de police et des travailleurs sociaux qui adoptent une radicalité utopique, en s’engageant le plus fermement dans la cause radicale en allant jusqu’en Syrie ou en préparant des attentats sur le sol français. À l’inverse, ceux qui présentent les trajectoires sociales et familiales les plus chaotiques, les plus proches du monde des bandes et de la délinquance, restent absents des formes de passages à l’acte violent et sont plutôt dans des logiques de confrontation discursive.

4À travers des portraits de jeunes provenant des dossiers socio-éducatifs et des extraits d’entretiens auprès de professionnels, les chapitres suivants sont consacrés à la compréhension des quatre registres de radicalité dont les auteurs soulignent la porosité. Les jeunes qui entrent dans des formes radicales agonistiques, apaisantes ou rebelles (chapitre 3) ne souhaitent pas renverser l’ordre social. Ils sont davantage dans une logique de déstabilisation des institutions (école, police, justice) ou de leur famille. Leur entrée dans la radicalité constitue des tentatives de « revalorisation de soi dans des contextes familiaux difficiles et face aux jugements souvent misérabilistes portés par les agents de ces institutions » (p. 95). Sous un recodage politique et religieux, les auteurs témoignent qu’il s’agit de tensions adolescentes classiques dont l’objectif est de provoquer une réaction. Ces comportements n’auraient pas bénéficié d’une telle attention publique quelques années auparavant. Laurent Bonelli et Fabien Carrié vont ensuite décrire plus profondément (durant quatre chapitres) la radicalité utopique, qui apparait « contre-intuitive » (p. 147). Le point fort de l’ouvrage réside dans les chapitres 4 et 5, car peu de travaux scientifiques sur la violence politique éclairent les configurations familiales et scolaires produisant la radicalité. Les auteurs mettent en lumière que les mineurs qui se sont inscrits dans une radicalité utopique (des garçons à 69 %) ont des familles qui ont surinvesti leur scolarité (chapitre 4). Leurs parents sont des migrants de première génération qui vivent leur arrivée en France comme une ascension sociale, le souhait de réussite scolaire de leurs enfants étant vécu comme une « réparation » d’une trajectoire de mobilité sociale frustrée dans leur propre pays d’origine. Les parents encadrent de façon serrée le travail scolaire de leurs enfants et la relation avec leurs pairs. Ces constats plus habituels pour ce qui concerne(nt) les filles de milieux populaires apportent un éclairage original. Les auteurs l’expliquent par le fait que ce sont des enfants qui étaient dans une position spécifique dans la famille, faisant l’objet de préférences familiales. Le passage de la classe de troisième à celle de seconde fait basculer ces jeunes (chapitre 5). Les auteurs révèlent que c’est dans le contexte scolaire que se joue leur drame. Bons élèves dans le collège de quartier, le passage en lycée de centre-ville, mixte socialement, les confronte à des attendus scolaires plus exigeants, à des vexations de leurs camarades comme de leurs professeurs, à des assignations scolaires vers des voies technologiques ou professionnelles. Ce déclassement scolaire accompagné de pertes de rétributions symboliques au sein de l’école et de la famille sonne comme un couperet. Ces jeunes, conscients des hiérarchies scolaires, investissent, par l’engagement radical, une autre voie de distinction sociale. Ils trouvent dans la communauté djihadiste l’importance de l’investissement intellectuel et de l’abnégation que leur famille leur a transmise. Néanmoins, cette frustration scolaire n’explique pas à elle seule l’entrée dans l’engagement radical. Les auteurs mettent en lumière deux mécanismes : la rencontre avec des tiers qui joue un rôle clé pour politiser les désajustements scolaires et familiaux des jeunes enquêtés (chapitre 6). Les organisations djihadistes à la différence d’autres organisations (basque, par exemple) ont un faible poids dans les trajectoires de ces jeunes, celles-ci servent plus de supports symboliques que de commandement des conduites militantes. Mais il faut également analyser les dynamiques internes aux groupes mobilisés et leurs interactions avec l’extérieur (chapitre 7). Laurent Bonelli et Fabien Carrié constatent les effets des mécanismes de surenchère entre pairs. Après un moment de désengagement, le réinvestissement dans la cause produit chez certains jeunes une montée en radicalité, ceux-ci devant faire preuve d’une plus grande allégeance. La réponse institutionnelle à la « radicalisation » provoque également une même dynamique d’escalade violente dans les parcours biographiques d’autres jeunes. La répression étatique joue, en effet, un rôle non négligeable dans l’affirmation d’une position radicale violente, l’arrestation et l’incarcération permettant d’acquérir du prestige aux yeux des pairs.

5En conclusion, les auteurs rappellent que ces jeunes constituent une infime minorité si on les rapporte à la population générale d’élèves et à celle suivie par la PJJ. Ils s’interrogent sur les conséquences des choix politiques du gouvernement, en termes de dispositifs de « déradicalisation » et de renforcement des dispositifs de sécurité nationale, sur l’avenir de ces jeunes « djihadistes ». En effet, À la différence d’autres mouvements notamment basque ou corse, ces jeunes n’ont pas, en effet, une communauté de soutien à leur sortie de prison qui permet « la permanence de soi, tout en renonçant à la violence » (p. 302).

6Ce livre, très riche, utilise des comparaisons avec d’autres mouvements (brigades internationales, mouvements corse, basque, skinheads) pour se dégager des oripeaux de la nouveauté et de la spécificité que le djihadisme a revêtue en France ces dernières années. Il permet également de voir, à l’instar d’autres travaux, comment la qualification de « radicalisation » par les pouvoirs publics s’est étendue, l’intentionnalité de l’acte primant sur l’acte violent en lui-même (Guibet Lafaye, 2016). Comme les auteurs de l’ouvrage le constatent « les agents de l’État jouent un rôle déterminant dans la distinction entre la subversion acceptable et celle qui ne l’est pas » (p. 67). Sur ce point, on aurait aimé en savoir davantage sur les effets de la différence de genre sur les registres de radicalité dont les auteurs signalent qu’elle « résulte de l’inégale capacité des individus à se saisir de tel ou tel répertoire d’actions, en fonction des rôles de genre qui lui sont assignés (famille, institution) et qu’ils ont intériorisés » (p. 84). Cette dimension sexuée de la radicalité est énoncée en filigrane tout au long du livre, puisque les filles sont plus présentes dans la radicalité apaisante (67 %) et rebelle (50 %), que celle agonistique (12 %) et utopique (31 %). Plus que des comportements liés à des assignations de genre, n’accède-t-on pas également ici aux stéréotypes des travailleurs sociaux et à leur gestion sexuée du risque de radicalité religieuse, comme le montrent également les récents travaux de Céline Béraud et ses collègues (2017) où la religiosité des femmes en prison est jugée comme peu menaçante au regard de celle des hommes ?

7En proposant une sociologie des configurations relationnelles au sens de Norbert Elias pour appréhender le phénomène de la radicalité, Laurent Bonelli et Fabien Carrié invitent les chercheurs qui ont intégré les apports d’une analyse processuelle de l’engagement radical à s’appuyer sur différentes sociologies (de l’école, de la famille, des migrations, etc.) et pas seulement sur celle de l’action collective et des mouvements sociaux. Un livre donc très stimulant et passionnant qui ouvre de nombreuses perspectives de recherche et qui fera date dans le champ de la sociologie de la violence politique et de l’action publique, ainsi que dans l’analyse des fragmentations à laquelle notre société est confrontée.

Haut de page

Bibliographie

Guibet Lafaye C. (2016), « Interprétations politiques de la causalité terroriste », Revue internationale de philosophie en ligne [Metabasis.it], no 21, p. 27-54, www.metabasis.it/articoli/21/21_Guibet%20Lafaye.pdf

Béraud C., Rostaing C. & De Galembert C. (2017), « Genre et lutte contre la “radicalisation”. La gestion sexuée du “risque” religieux en prison », Cahiers du Genre, no  63, p. 145-165.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Lacroix, « Laurent Bonelli et Fabien Carrié, La Fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français (Seuil, 2018) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2019, mis en ligne le 13 décembre 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/6810

Haut de page

Auteur

Isabelle Lacroix

isabelle.lacroix@uvsq.fr
Docteure en sociologie, post-doctorante au Laboratoire Printemps-CNRS, Université Versailles-Saint-Quentin/Paris-Saclay, 47 boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page