Navigation – Plan du site

Christine Musselin, La Grande Course des universités (Presses de Sciences Po, 2017)

Marianne Blanchard
Référence(s) :

Christine Musselin (2017), La Grande Course des universités, Paris, Presses de Sciences Po, 304 p.

Texte intégral

1Comme l’indique le jeu de miroir entre les titres, La Grande Course des universités constitue la suite directe d’un des précédents opus de Christine Musselin paru en 2001, La Longue Marche des universités. Néanmoins, nul besoin d’avoir lu ce premier travail pour pouvoir entamer la stimulante lecture du second. L’auteure rappelle en effet dans le premier chapitre les principales conclusions de ses travaux antérieurs, à savoir que ce n’est qu’à l’issue d’un long parcours que les universités françaises sont devenues ce qu’elle qualifie de véritables « organisations », se voyant reconnaître une plus forte autonomie, une plus grande capacité de pilotage et une identité institutionnelle plus importante. Après la disparition des universités en 1793, les facultés recréées sous l’Empire en 1806 ne sont pas réunies en universités et se développent indépendamment les unes des autres. Au niveau national, leur pilotage prend la forme de relations fortes entre le ministère et les universitaires, par le prisme des disciplines (doyens de facultés) plus que celui des établissements. Cette configuration universitaire est remise en cause d’abord par la loi Faure de 1968, dont l’objectif est de créer des universités pluridisciplinaires structurées en unités d’enseignement et de recherche (UER), puis par l’introduction de la contractualisation en 1988. Suite à cette réforme, il est désormais attendu des établissements qu’ils développent de projets stratégiques propres. De son côté, le ministère développe un mode de pilotage qui tient compte des logiques d’établissements et restreint les logiques facultaires.

2Ce qui constituait la conclusion de La Longue Marche des universités marque le point de départ du présent ouvrage : en effet, l’autonomisation des universités s’est poursuivie et accélérée, avec la loi LRU de 2007 et le passage aux responsabilités et compétences élargies (RCE) qui leur confie l’intégralité de leur masse salariale et leur donne ainsi accès à une plus forte autonomie de gestion. Cependant, deux changements majeurs sont survenus depuis le début des années 2000, modifiant les conditions de cette marche pour la transformer en course : d’une part, l’intensification de la compétition entre les établissements, mais aussi entre les unités de recherches et les individus ; d’autre part, la mutation de la notion même d’université au niveau national, avec la mise en avant du modèle d’une université complète, dotée d’une taille critique suffisante pour être visible à l’international. L’étude de ces deux changements et de leurs effets constitue le cœur de l’ouvrage.

3Christine Musselin s’appuie pour cela sur un matériau empirique tiré de différents programmes de recherche auxquels elle a participé entre 2009 et 2013. L’auteure mobilise en outre ses observations en tant qu’« actrice participante », dans différentes instances de l’Agence nationale de la recherche (ANR), au conseil de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) ou encore comme vice-présidente de la recherche à Sciences Po Paris. Si, à partir de ces sources croisées, l’auteure revendique un point de vue surplombant, qui « renonce à une analyse microsociologique des processus à l’œuvre et de leur genèse » (p. 17), elle n’en est pas moins critique envers les lectures réduisant les transformations en cours à la mise en œuvre implacable d’un projet néolibéral. Elle entend en particulier montrer que les dynamiques actuelles ne sont pas dépourvues de contradictions.

4Le premier chapitre, déjà présenté, retrace la « trajectoire contrariée des universités françaises » (p. 21) tout en détaillant le cadre théorique de l’auteure, notamment la notion de configuration universitaire, utilisée pour caractériser et comparer les systèmes universitaires, à partir du triangle de relations et d’interactions qui lient les universités, la profession universitaire et les autorités publiques, d’une part, et de leurs modes de gouvernement, d’autre part. Le chapitre 2 rappelle que le discours selon lequel toutes les formations universitaires étaient équivalentes sur l’ensemble du territoire, affiché et répété par les ministres et les administrations depuis les années 1960, a été abandonné au cours des années 2000. En effet, cette décennie se caractérise tout à la fois par une mise en visibilité et en comparabilité des différences, mais aussi par le développement de dispositifs visant à les accentuer. L’auteure identifie trois instruments de mise en compétition ayant joué un rôle particulièrement important sur la période : les processus d’évaluation de l’AERES, le financement de projets par l’ANR et enfin les appels nationaux lancés par l’État, comme le plan Campus. Tous visent à identifier les meilleurs parmi un ensemble de concurrents et, ce faisant, rendent visibles et accentuent les différences entre les individus, les équipes ou les établissements. En outre, ils participent à une transformation du jugement sous deux aspects. Premièrement, Christine Musselin insiste sur la « dépersonnalisation » et la standardisation des processus, du côté des déposants comme de celui des évaluateurs. Cette bureaucratisation, au sens webérien du terme, est sous certains aspects positive : en effet, elle favorise la transparence et évite une forme d’entre soi. Néanmoins, elle tend également à ramener l’évaluation à la simple vérification du fait qu’un certain nombre de principes sont respectées – par exemple publier dans une revue à comité de lecture –, et intègre des critères non scientifiques, comme le budget ou la gouvernance du projet. Deuxièmement, l’accentuation de la mise en compétition a reposé sur une délégation du jugement vers les pairs. Ces universitaires mobilisés pour évaluer se trouvent alors en position de (re)définir ce qu’« excellent » veut dire, ce qu’est une « bonne » recherche, ou le « bon fonctionnement d’un laboratoire.

5Le chapitre suivant étudie l’« agencification » du pilotage de l’enseignement supérieur, à savoir la délégation « sous surveillance » par le ministère de l’ensemble des procédures d’évaluation et du jugement à des structures externes (ANR, AERES). Plus encore que dans le chapitre précédent, Christine Musselin insiste sur le fait que loin de s’être affaibli, le poids de la profession académique dans les décisions d’évaluations et d’allocation de moyens s’en est trouvé renforcé. En effet, l’ANR et l’AERES délèguent largement l’exercice du jugement aux universitaires ou du moins à certains d’entre elles/eux. La chercheuse s’inscrit ici en porte-à-faux avec les travaux concluant à « l’affaiblissement du pouvoir des professionnels au profit des managers et réformateurs politiques » (p. 116). Dans le même temps, le travail des agences reste assez fortement cadré par le niveau gouvernemental et les normes qu’il impose, en témoigne par exemple le cadrage des thématiques à privilégier au niveau de l’ANR.

6Les effets de l’intensification de la mise en compétition sur le fonctionnement des universités sont au cœur du chapitre 4. À partir d’une enquête menée en 2011 sur les conséquences de la loi LRU, Christine Musselin montre qu’outre le renforcement du rôle des présidents et des services centraux, les universités ont non seulement eu recours à des personnels spécialisés pour se positionner dans la lutte pour les ressources sur projet et dans la course à la réputation, mais qu’elles ont également utilisé la compétition comme outil de management. Ainsi, les notes de l’AERES ont pu être mobilisées dans les universités étudiées pour répartir les budgets de recherches, sans que, l’auteure le souligne, cela ne suscite de résistance active. Néanmoins, des critiques ont pu être émises par les « perdants » (p. 150), c’est-à-dire les universitaires peinant à se plier aux nouvelles normes et dont la situation s’est dégradée. De fait, l’accentuation de la compétition a conduit à une différenciation interne entre celles et ceux qui se trouvent renforcé.e.s par les récentes évolutions, « et les autres, [qui] ont du mal à trouver leur place dans cet environnement compétitif (p. 153).

7Les deux chapitres finaux analysent la seconde mutation majeure de la fin des années 2000, à savoir le profond remodelage du paysage universitaire survenu avec le passage des « universités-établissements » issues de la loi Faure (1968) à la constitution d’entités regroupant des institutions d’enseignement supérieur et de recherche situées sur un même territoire. Le chapitre 5 met en évidence le rôle de l’État en tant que bâtisseur de ces nouveaux « empires universitaires », mais aussi la contradiction inhérente à cette nouvelle conception de « ce qui fait établissement » (p. 160). En effet, tout en renforçant la gouvernance des universités, l’État pousse à leur intégration dans des ensembles (PRES, COMUES, IDEX) pouvant remettre en cause leur autonomie institutionnelle. L’auteure montre la façon dont la politique de regroupement des institutions par site, défendue aussi bien par les gouvernements de droite que de gauche, s’est imposée notamment à partir du Grand emprunt, en liant l’obtention des financements non seulement à des critères scientifiques, mais aussi à des critères de gouvernance, en particulier le fait d’appartenir à une structure collective. Cependant, bien que la naissance des « empires universitaires » soit dans une large mesure le résultat d’une politique volontariste des ministres successifs, Christine Musselin invite à se départir d’une vision purement top-down selon laquelle « un ministère alimenté au new public management imposerait aux universitaires français ses conceptions néolibérales » (p. 211). C’est un des enjeux majeurs du chapitre 6, que de montrer le rôle des implications locales dans les regroupements, ne serait-ce que parce les établissements ont joué le jeu de répondre aux appels à projet.

8Ces évolutions aussi bien locales que nationales s’appuient sur le partage d’un certain nombre de croyances partagées, qui « ne trouvent appui sur aucun argument scientifique » (p. 231). Dans ce qui constitue un apport particulièrement central de l’ouvrage, l’auteure s’attache à lister – et à critiquer – ces croyances, au nombre de quatre. La première croyance consiste à penser que les universités françaises sont trop petites pour pouvoir être visibles au niveau mondial et qu’il est par conséquent nécessaire de fusionner. Or, les établissements les plus réputés dans le monde sont d’une taille souvent inférieure à la plupart des regroupements français, tandis que les établissements les plus gros au niveau mondial sont rarement présents dans le haut des classements. Un deuxième type de croyance valorise les universités « complètes », c’est-à-dire regroupant toutes les familles de disciplines. Pourtant, nombre d’universités les mieux classées ne sont pas dans ce cas. Une troisième croyance énonce qu’il faut simplifier le système français d’enseignement supérieur et de recherche et combattre son illisibilité. Toutefois, le système français, s’il n’est pas aisé à décrire, n’est pas plus complexe que le « soi-disant système américain et ses cinquante différents systèmes publics » (p. 235). Enfin, selon la quatrième croyance, les nouveaux ensembles doivent être dotés d’une gouvernance forte, ce qui se traduit par un renforcement de la hiérarchie et de la centralisation. Pourtant, le lien entre gouvernance et performance est loin d’être établi.

9La conclusion de l’ouvrage constitue une charge contre la politique de fusions : « les réformateurs ont réussi le tour de force de concevoir, au nom d’un nécessaire ajustement avec le “modèle international”, un système totalement singulier » note ainsi l’auteure (p. 248). Elle qualifie ces nouveaux établissements fusionnés de « jardins à la française », bien ordonnés, mais sans équivalent dans le monde. À l’encontre du « mécano institutionnel », elle en appelle à des « modalités de coopérations plus souple, plus ponctuelles, plus pertinentes et ciblées » (p. 263), rappelant que « ce n’est pas par les structures que l’on gagne la bataille de la science et de la formation, et certainement pas en alourdissant encore le cadre institutionnel » (p. 267). Revendiquant une approche « aussi peu partisane que possible » (p. 19) et prenant ses distances vis-à-vis d’une certaine sociologie critique, Christine Musselin défend néanmoins des partis pris forts, autant par ce qu’elle dit – elle relate avoir expliqué à deux inspecteurs des finances être « convaincue qu’il n’était pas opportun de courir à la fois le lièvre de l’excellence et celui de la gouvernance » (p. 189) ; et indique être « très sceptique sur les chances de réussite des empires universitaires » (p. 263) – que par ce qu’elle ne dit pas. La RCE est par exemple présentée comme une avancée dans l’autonomie des universités, sans que soit mentionnées les faillites et mises sous tutelles consécutives à cette évolution. Sa position d’« actrice participante » n’est de ce fait pas toujours dénuée d’ambiguïté.

10Avec La Grande Course des universités, Christine Musselin accomplit le tour de force de rendre (presque) limpide l’évolution complexe des universités, sans tomber pour autant dans une lecture simpliste. Néanmoins, en refermant l’ouvrage, on se demande où sont les principaux acteurs qui peuplent ces universités, à savoir les étudiant.e.s. En effet, il n’est que très peu question du contenu des formations et pas du tout des modalités de recrutement et de sélection. Certes, l’ouvrage date de 2017 et la tempête Parcoursup ne s’était pas encore abattue sur l’enseignement supérieur français. Toutefois, la sélection constituant de longue date une dimension primordiale dans la construction des réputations des grandes écoles et de certains établissements comme l’Université Paris Dauphine, il est étonnant qu’il n’en soit jamais question. En outre, rien n’est dit sur les frais de scolarités – là encore rendus plus visibles de façon postérieur à la publication du livre, avec les débats autour des frais de scolarité pour les étudiants non européens – et plus généralement sur le financement des établissements. Ces éléments semblent pourtant centraux dans l’analyse de la gouvernance des universités et des relations avec leur tutelle. Ces quelques points de discussion n’ôtent rien à l’intérêt de l’ouvrage, qui offre tout à la fois un éclairage utile sur les transformations récentes des universités et une réflexion stimulante sur leurs portées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blanchard, « Christine Musselin, La Grande Course des universités (Presses de Sciences Po, 2017) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2020, mis en ligne le 08 mai 2020, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/6867

Haut de page

Auteur

Marianne Blanchard

marianne.blanchard@univ-tlse2.fr
Maître de Conférence, Sociologie, Université Toulouse 2, CERTOP, Maison de la Recherche, Université Toulouse – Jean Jaurès, 5 allée Antonio Machado, 31058 Toulouse cedex 9, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page