Navigation – Plan du site

Le suicide fataliste revisité

Les agriculteurs : une loupe sociale pour l’étude de ce type oublié
Fatalistic suicide revisited: A case study of French farmers
Nicolas Deffontaines

Résumés

Cet article entend examiner la fécondité heuristique du suicide fataliste, type auquel Émile Durkheim n’a consacré qu’une note de bas de page, pour comprendre les suicides. À partir d’une enquête portant sur les suicides d’agriculteurs, il montre à quel point l’explication de la mort volontaire ne peut se réduire à la question de l’isolement social mais doit aussi prendre en compte le poids normatif que font subir les liens familiaux aux individus.

suicide, agriculteurs, travail, famille, risques psychosociaux, ambivalence

Fatalistic suicide revisited: A case study of French farmers

This article investigates the heuristic value of the ideal-type of fatalistic suicide to understanding suicides in general. In his seminal work, Émile Durkheim indeed only dedicated a footnote to its analysis. Based on an in-depth analysis of farmers’ suicides, it demonstrates that this phenomenon cannot be reduced to the analytical dimension of social isolation but must also be considered from the perspective of the normative pressure of family ties.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il ne faut pas voir dans cette formulation constructiviste l’idée que le suicide des agriculteurs n (...)
  • 2 « 1500 éleveurs mettent la pression sur Bruxelles », Ouest France, 3 octobre 2009.
  • 3 « À Poitiers, les éleveuses protestent contre le prix du lait », Le Monde, 6 avril 2010.
  • 4 « Agriculteurs : l’isolement mène t-il au suicide ? », La Voix du Nord, 28 novembre 2014.

1Véritable marronnier journalistique dès qu’il s’agit d’aborder les difficultés économiques rencontrées par les agriculteurs, le suicide au sein de la profession s’est imposé médiatiquement à la faveur de la grève du lait de 2009. Le succès de cette figure médiatique1 résulte pour partie d’une stratégie de scandalisation menée par les syndicats minoritaires (Coordination rurale et Association des producteurs de lait indépendants) qui organisent de véritables « manifestations de papier » afin d’accréditer l’idée d’une augmentation des suicides à la suite du retournement conjoncturel du prix des produits agricoles : une minute de silence est organisée en mémoire aux agriculteurs « poussés au suicide depuis le début de la crise2 » ; ailleurs, des centaines de cierges sont déposés devant une église en prière pour ces mêmes défunts et leur famille3. Le traitement médiatique ne se limite pas à cette question économique, mais fait aussi la part belle à l’isolement dont souffriraient ces agriculteurs : « Agriculteurs, l’isolement mène t-il au suicide ?», titre par exemple La Voix du Nord4. La conception urbano-centrée de campagnes mortes et dépeuplées et « le célibat et la misère sexuelle (qui apparaissent avec des émissions telle L’amour est dans le pré) comme une caractéristique majeure de la condition agricole » (Laferté, 2018 , p. 36) viennent s’ajouter à la question de l’endettement et des prix insuffisamment rémunérateurs pour consacrer la figure du suicide de l’homme seul frappé par les crises agricoles. S’adossant au mythe de l’unité de la profession (Hervieu & Purseigle, 2013), cette construction médiatique conduit à penser les suicides d’agriculteurs au singulier, comme si tous se donnaient la mort pour la même cause.

  • 5 Citons par exemple l’article paru dans Le Figaro le 27 avril 2010 (Eric de la Chesnais, « Un taux d (...)

2Pourtant, cette unification des causes du suicide des agriculteurs s’oppose à une grille de lecture multifactorielle, portée notamment par la Mutualité sociale agricole (MSA)5, qui décline à l’infini les facteurs de risque de suicide pour ces professionnels : isolement, pression administrative, enjeux de la transmission, célibat, absence de loisirs… Cette forme de litanie à la Prévert rend néanmoins la compréhension des causes du suicide peu intelligible. Comment échapper à ce double écueil du réductionnisme économique et de la grille de lecture multifactorielle ? La construction de configurations suicidogènes peut-elle s’appuyer sur la typologie durkheimienne des suicides ?

L’héritage d’Émile Durkheim ou le primat du suicide égoïste

3Émile Durkheim (2002 [1897]) oppose, en effet, quatre types de suicides à partir de la distinction entre les concepts d’intégration et de régulation : au suicide égoïste lié à un déficit d’intégration répond le suicide altruiste dû à un excès d’intégration, et au suicide anomique causé par un déficit de régulation s’oppose le suicide fataliste généré par un excès de régulation, auquel É. Durkheim ne consacre cependant qu’une note de bas de page au sein du chapitre sur le suicide anomique. En effet, alors qu’il rédige un chapitre (voire deux pour le suicide égoïste) pour chacun des types de suicide qu’il identifie, il ne fait que suggérer l’existence du suicide fataliste : « il est si difficile d’en trouver des exemples », écrit-il pour justifier l’absence de développement à son sujet. Cette relative absence contribue à la vive critique de sa typologie tout au long du xxe siècle. Maurice Halbwachs (2002 [1930]) initie cette critique puisqu’il ne discute pas la typologie d’É. Durkheim. Au contraire, il propose une (re)lecture du phénomène suicidaire au singulier car il conçoit le suicide comme le fruit du désespoir de l’homme devenu plus ou moins soudainement isolé de son milieu social d’appartenance. La critique de la distinction entre intégration et régulation sera ensuite développée par les sociologues anglo-saxons, tout particulièrement autour des notions d’égoïsme et d’anomie. Ces deux types ne sauraient être dissociés dans la mesure où ils renverraient à une même cause, à savoir l’individualisation (Johnson, 1965 ; Gibbs & Martin, 1968 ; Pope, 1976). Cette distinction, à laquelle « Durkheim attachait beaucoup d’importance » (Paugam, 2002) serait par ailleurs particulièrement insaisissable empiriquement du fait d’une absence de définition explicite de ces deux notions (Thorlidsson & Bjarnasson, 1998 ; Berk, 2006 ; Wray et al., 2011). L’histoire de la pensée sociologique sur le suicide conduit ainsi à privilégier la notion d’intégration par rapport à celle de régulation, et plus précisément à ne retenir que le suicide égoïste. Cependant, à la suite des travaux de Philippe Besnard (1987), Philippe Steiner (1994) a clarifié la définition durkheimienne des concepts d’intégration et de régulation. L’intégration désigne ce qui rattache l’individu à un groupe ; il est attiré vers lui par le jeu des croyances, des sentiments et des pratiques communes, donnant lieu à de nombreuses interactions en son sein. Quant à la régulation, elle renvoie au pouvoir normatif de la société qui règle les comportements des individus afin de les harmoniser. Le niveau de régulation se saisit par un ordre social considéré comme légitime par les individus et qui, de ce fait, encadre les comportements individuels.

4Notre enquête sur les suicides d’agriculteurs a ainsi montré à quel point les concepts d’intégration et de régulation gagnaient à être empiriquement distingués. Plusieurs récits collectés auprès de travailleurs sociaux de la Mutualité sociale agricole, de collègues voisins ou de bénévoles et salariés d’une association d’accompagnement des agriculteurs en difficulté (Deffontaines, 2019) – voir infra pour plus de précisions sur le mode d’enquête – insistaient sur le poids des tensions familiales au sein des maisonnées affectées par le suicide d’un de leurs membres, généralement un jeune exploitant. Nos informateurs décrivaient l’imbrication entre travail et famille comme exerçant un contrôle étroit sur les comportements du suicidé. Ces enquêtés renvoyaient indirectement à une caractéristique de la profession, à savoir le « choc entre un rapport de travail et un rapport familial » (Barthez, 1982, p. 181) qui définit encore l’agriculture française (Bessière et al., 2008). Par ailleurs, de telles trajectoires s’inscrivaient à rebours de la théorie du suicide égoïste : mariés, ayant des enfants, cumulant des responsabilités associatives ou syndicales… ils semblaient ainsi s’opposer terme à terme avec les profils d’agriculteurs marginalisés professionnellement et socialement. En d’autres termes, c’est le concept de régulation et non d’intégration qui paraissait se cacher derrière le discours des enquêtés. Dans cet article, nous souhaitons montrer que cette configuration suicidogène invite à revisiter le suicide fataliste succinctement décrit par É. Durkheim et assez largement oublié depuis. Comment enquêter sur cet objet ?

La construction de trajectoires de suicidés auprès de « proches éloignés »

  • 6 Si l’appariement réalisé par Santé Publique France (ex INVS) entre les fichiers de mortalité du Cép (...)

5Pour renseigner le lien entre suicide et configurations familiales, il nous fallait dépasser le « squelette stéréotypé de variables » (Baudelot & Establet, 2006, p. 248) auquel la sociologie du suicide, très majoritairement quantitative, se voit cantonnée. Saisir l’imbrication entre travail et famille – nombre d’apparentés sollicités pour le travail sur l’exploitation, qualité des relations entre les membres de la maisonnée, fréquence et intensité de leurs contacts… – était impossible statistiquement au vu de la pauvreté des variables disponibles6. Dans ces conditions, nous avons enrichi l’analyse statistique des données de mortalité des agriculteurs – notamment les fichiers du Cépidc renseignant les suicides par CSP de 1968 à 2011 – par la conduite d’une enquête qualitative visant à construire des trajectoires d’agriculteurs suicidés. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur des « proches éloignés » de suicidés : collègues voisins, travailleurs sociaux de la MSA, bénévoles et salariés de Solidarité Paysans, une association d’accompagnement des agriculteurs en difficulté. L’oxymore de « proches éloignés » désigne toute la tension qui a traversé l’enquête pour trouver la « juste distance relationnelle » entre l’informateur et le suicidé. Il fallait, d’un côté, éviter la sidération de la pensée vécue par l’entourage direct face à ce deuil aggravé, empreint de honte et de culpabilisation de ne pas avoir vu, sentiments que la reconstruction biographique de l’entretien peuvent aiguiser. D’un autre côté, nous devions éviter l’inhibition de la parole vécue par les personnes plus éloignées. Les individus ayant moins intimement connu la personne se sentaient peu légitimes à répondre, justifiant leur refus par cette même formule maintes fois entendue : « on ne le connaissait pas trop », et ce d’autant plus que, face au suicide, tout est réinterprété à la lumière de l’acte. Cette forme exacerbée d’illusion biographique, qui impose que tout élément donné sur la personne mène fatalement et irrémédiablement vers sa mort volontaire, aboutissait à une véritable « conspiration du silence ». Lorsqu’ils disaient ne pas bien connaître la personne, ils semblaient vouloir signifier ne pas avoir percé le « projet originel de l’individu » qui l’a conduit à refuser l’existence. Face à un mystère tel que le suicide, ils étaient désarmés pour « dégager une logique ». Ils se refusaient en somme à se faire les « idéologues [non pas] de leur propre vie » mais de celle d’un autre (Bourdieu, 1986, p. 69). Par les entretiens avec ces « proches éloignés », nous avons pu reconstruire vingt-huit trajectoires d’agriculteurs et agricultrices suicidés. Cette enquête a été menée dans deux régions françaises, dont nous taisons le nom par souci d’anonymisation, l’une spécialisée dans l’élevage allaitant et l’autre dans l’élevage laitier. Ces deux régions ont été choisies parce qu’elles comptaient parmi les plus suicidogènes de France métropolitaine et que les institutions sollicitées (MSA, Solidarité Paysans), mobilisées sur la question, étaient disposées à répondre à mes questions ou à m’orienter auprès de « collègues voisins ». Nous avons pris soin, dans la mesure du possible, de valider les informations délivrées par nos interlocuteurs privilégiés à partir d’autres sources. Par exemple, concernant la trajectoire d’Anthony développée ci-après, nous avons pu obtenir des informations par un ami dont les grands-parents sont voisins. Cette forme de triangulation n’a toutefois pas pu être systématique tant les personnes disposées à parler du suicide sont rares et elle passait aussi par la collecte « en ligne » d’éléments relatifs à la personne : statuts sociétaires et leur bref historique, montant des primes PAC, parfois des articles de presse dans des revues spécialisées, comme dans le cas de Juliette, décrit plus loin. Les sources étaient variées, réduites à quelques bribes pour un grand nombre, plus riches pour d’autres – en particulier pour les jeunes générations –, mais apportaient des preuves de fiabilité des informations délivrées par nos interlocuteurs.

6Ces données qualitatives ne contreviennent pas à la sociologie durkheimienne qui vise à éclairer les causes sociales du suicide. Pour É. Durkheim, l’objet légitime était le taux social de suicide ; il excluait de fait leur incarnation dans des histoires de vie particulières et rejetait violemment l’étude des motifs individuels de suicide – « que de fois nous nous méprenons sur les véritables causes qui nous font agir ». Ce rejet de l’échelle microsociale par É. Durkheim trahissait sa stratégie d’institutionnalisation de la discipline sociologique face à la psychologie (Mucchielli & Renneville, 1998). Affranchi de ce contexte, M. Halbwachs a bien montré à quel point causes sociales et motifs individuels coïncidaient en réalité. Durcir cette opposition reviendrait in fine à penser l’individu et la société comme deux entités antinomiques et parfaitement dissociées.

7Dans une première section, nous montrerons que la définition du suicide fataliste et sa récente redécouverte nous invitent à penser la superposition des scènes sociales et l’ambivalence intergénérationnelle comme des éléments structurants. Dans une deuxième section, nous étudierons comment le suicide fataliste affecte des individus pris par des relations intergénérationnelles ambivalentes, par rapport auxquelles ils ne voient pas d’issue du fait de l’impératif de maintien de la maisonnée exploitante qui pèse sur eux. Dans une troisième section, nous mettrons en évidence l’absence de sphère de repli et le caractère difficilement contestable de la régulation familiale comme des facteurs faisant apparaître cette dernière comme « inflexible et inéluctable », justifiant pleinement la lecture en termes de suicide fataliste.

Superposition des scènes et ambivalence intergénérationnelle : une configuration productrice de suicide fataliste

8Selon É. Durkheim, le suicide fataliste renvoie à un excès de régulation. Dans cette partie, nous voulons montrer que cette idée de contrôle normatif étroit se trouve produite par la superposition des scènes domestique et professionnelle au sein des maisonnées exploitantes ; elle s’accompagne de relations ambivalentes entre les générations, caractérisées par de profonds tiraillements normatifs. Une telle grille de lecture invite alors à repenser le lien entre famille et suicide, qui n’est usuellement interrogé que sous le prisme de son rôle protecteur en matière de suicide.

9Rappelons au préalable la définition du suicide fataliste donnée par É. Durkheim :

On voit par les considérations qui précèdent qu’il existe un type de suicide qui s’oppose au suicide anomique, comme le suicide égoïste et le suicide altruiste s’opposent entre eux. C’est celui qui résulte d’un excès de réglementation : celui que commettent les sujets dont l’avenir est impitoyablement muré, dont les passions sont violemment comprimées par une discipline oppressive. C’est le suicide des époux trop jeunes, de la femme mariée sans enfant. Pour être complet, nous devrions donc constituer un quatrième type de suicide. Mais il est de si peu d’importance aujourd’hui et, en dehors des cas que nous venons de citer, il est si difficile d’en trouver des exemples, qu’il nous paraît inutile de nous y arrêter. Cependant, il pourrait se faire qu’il eût un intérêt historique. N’est-ce pas à ce type que se rattachent les suicides d’esclaves que l’on dit être fréquents dans certaines conditions, tous ceux en un mot qui peuvent être attribués aux intempérances du despotisme matériel ou moral ? Pour rendre sensible ce caractère inéluctable et inflexible de la règle sur laquelle on ne peut rien, et par opposition à cette expression d’anomie que nous venons d’employer, on pourrait l’appeler le suicide fataliste (Durkheim (2002 [1897]), p. 311)

10Cette définition mérite plusieurs commentaires. D’abord, plusieurs études montrent que le suicide fataliste n’a pas qu’un intérêt historique mais peut être fécond pour penser ce fait social aujourd’hui. Cyril Lemieux (2013, p. 98) interprète ainsi la vague de suicides aux usines Renault comme lié au poids d’une « règle inéluctable et inflexible, [à savoir] réaliser le travail prescrit dans les temps impartis ». De même, le suicide des femmes en Iran – proche dans plusieurs régions de celui des hommes, ce qui constitue une forte particularité à l’échelle internationale – a pu être interprété à travers cette notion de suicide fataliste. Cette étude quantitative approche l’enserrement institutionnel (Aliverdinia & Pridemore, 2009) qui pèse sur les femmes iraniennes à partir de deux séries d’indicateurs relatifs au confinement dans la sphère privée et aux restrictions à leur participation à la vie sociale. Les proxys statistiques utilisés, comme le taux d’activité féminin, sont toutefois discutables car empreints d’un certain ethnocentrisme. Un tel biais renvoie pour partie au caractère difficilement saisissable empiriquement de l’idée de « règle inflexible et inéluctable ». Florence Weber propose ainsi une reformulation de cette question de l’enserrement institutionnel en émettant l’hypothèse que les « troubles fatalistes » peuvent s’expliquer par l’incapacité ou l’impossibilité pour certains individus de maintenir séparées les scènes sociales (Weber, 2018, p. 185). La sociologie du suicide, qui n’a redécouvert que récemment le suicide fataliste, n’a pas testé une telle hypothèse. Pourtant, cette définition nous semble particulièrement féconde pour penser le suicide fataliste chez les agriculteurs exploitants car le fonctionnement des maisonnées exploitantes est précisément caractérisé par l’imbrication très étroite entre les sphères professionnelles et domestiques. Par la proximité géographique, par les contacts quotidiens et continus, les tiraillements normatifs envahissent l’ensemble des sphères de l’existence. Une telle hypothèse s’inscrit à rebours de la littérature scientifique sur le suicide car la famille y est pensée comme un facteur de protection du suicide, lié à son pouvoir intégrateur. Ce dernier est mesuré essentiellement à partir de deux variables : le statut matrimonial ou la présence d’enfants (Breault, 1986 ; Maimon & Kuhl, 2008 ; Denney, 2010). Le rôle protecteur de la famille transparaît en creux à travers le lien causal établi entre le risque accru de suicide et l’instabilité familiale, saisi par des indicateurs tels que le divorce ou le veuvage (Krull & Trovato, 1994 ; Smith et al., 1988 ; Luoma & Pearson, 2002). Une étude auprès d’un échantillon d’adolescents islandais dépasse toutefois l’approche objectiviste portant sur la quantité de liens familiaux pour montrer que la qualité du soutien familial – possibilité d’obtenir des parents un « conseil personnel », « de l’attention », « un service personnel » – réduit significativement la probabilité de développer des idées suicidaires, voire d’effectuer une tentative de suicide (Thorlindsson & Bjarnasson, 1998). Hormis de très rares exceptions (Besnard, 1997), la famille n’est donc pas appréhendée sous l’angle de la régulation dans la littérature sociologique sur le suicide.

11Elle est pourtant une dimension bien documentée par la sociologie de la famille, qui montre que la montée de l’individualisme familial ne rime pas avec la perte de ses capacités de contrôle social et le délitement des normes, mais plutôt avec leur recomposition (de Singly, 2007 ; Dechaux, 2007, p. 114). La famille voit émerger des normes nouvelles et plurielles. Cette relative « abondance » de normes produit la coexistence de normes opposées, voire contradictoires. Les travaux autour du concept d’ambivalence montrent le poids des tiraillements normatifs dans la construction des relations intergénérationnelles. S’inspirant de Robert K. Merton (1976) pour qui les conflits de valeurs au sein d’une institution garantissent paradoxalement sa stabilité, Kurt Lüscher insiste sur la distinction entre conflit et ambivalence : alors que le conflit suppose une résolution potentielle, l’ambivalence implique que les points de vue, les pensées opposées sont interprétés par les membres comme irréconciliables, qui se doivent alors de faire avec ces divergences afin de maintenir une relative unité du groupe domestique (Lüscher, 2002, p. 587). Cette littérature, qui s’est tout particulièrement intéressée à la prise en charge de la dépendance (Lüscher & Lettk, 2002 ; Philipps et al., 2003), ne se limite pas à une approche interactionniste des relations entre apparentés. L’ambivalence est produite par la collision entre des structures sociales et des attentes individuelles (Connidis & McMullin, 2002, p. 565). À cet égard, le suicide des personnes âgées au Japon est lu comme le produit d’un décalage entre le changement des structures familiales et l’attention dont elles estiment devoir faire l’objet de la part de leurs enfants (Traphagan, 2010).

12En quoi le suicide fataliste de jeunes agriculteurs est-il produit par l’ambivalence des relations intergénérationnelles ? Comme nous allons le voir dans la section suivante, ces suicides interviennent au sein de maisonnées traversées par des exigences normatives opposées que le maintien de l’exploitation leur impose de concilier : autonomie conjugale face au contrôle parental et indépendance professionnelle qui doit cohabiter avec le respect de l’héritage. Ce sont les évolutions sociales en termes de normes familiales (injonction à l’émancipation individuelle) et professionnelles (installation agricole pensée comme affirmation d’un projet personnel) qui aiguisent l’ambivalence intergénérationnelle dans la mesure où elles renforcent la disjonction entre les structures sociales et les attentes individuelles. Si l’ambivalence intergénérationnelle n’est évidemment pas spécifique à la profession agricole, l’étroite superposition des scènes professionnelles et domestiques contribue à percevoir celle-ci comme inéluctable et sans issue. Cette configuration est qualifiée de fataliste parce qu’elle ne s’inscrit pas dans une dérégulation de la famille. Au contraire, elle repose sur un contrôle social étroit et permanent exercé par les membres de la maisonnée et dont il est extrêmement coûteux de se soustraire eu égard à la légitimité de cette forme sociale « fondée en nature » (Douglas, 2004).

Le suicide fataliste ou l’équation insoluble entre des exigences normatives opposées

13Afin de montrer la fécondité heuristique du suicide fataliste, nous nous appuierons dans cette section sur l’analyse de deux portraits ethnographiques qui cristallisent le rôle joué par les tiraillements normatifs au sein des maisonnées exploitantes. Nous avons choisi ces deux cas pour trois raisons. D’abord, les trajectoires d’Anthony et de Juliette peuvent difficilement être interprétées à travers la notion de suicide égoïste tant ces derniers semblaient distants de la figure de l’agriculteur paupérisé, disqualifié professionnellement et dévalué symboliquement sur le marché matrimonial. Ils étaient au contraire des agriculteurs intégrés professionnellement et socialement : mariés, ayant des enfants, membres actifs d’organisations professionnelles, inscrits dans des réseaux d’entraide pour le travail agricole… Ensuite, leur cas – a fortiori celui de Juliette – met en lumière la fécondité de la construction de portraits ethnographiques tant ils apparaissent de prime abord comme des exceptions statistiques. Par son genre, son âge, son statut matrimonial, le suicide de Juliette est improbable statistiquement. Notre enquête qualitative permet de comprendre sociologiquement une telle irrégularité statistique. Enfin, leur trajectoire met en lumière à quel point ces derniers se retrouvent au centre de registres normatifs opposés dont la conciliation semble très difficile : alors que le cas de Juliette illustre la tension entre la loyauté à l’égard de l’héritage parental et l’injonction à l’indépendance professionnelle, le cas d’Anthony incarne l’impossible autonomisation du couple à l’intérieur de la maisonnée exploitante.

Autonomie conjugale et maintien de l’unité de la maisonnée exploitante

14Donnons ici les éléments essentiels de la trajectoire d’Anthony. Cette dernière nous a été renseignée par une travailleuse sociale de la Mutualité sociale agricole, intervenue auprès de la famille quelques jours après le décès afin, notamment, d’organiser le travail sur l’exploitation et le soin à apporter aux animaux. À cette occasion, elle échangera longuement avec la femme d’Anthony et avec les jeunes collègues voisins. Elle sera en contact régulier avec ces derniers au cours de l’année qui suit le décès d’Anthony, de même qu’avec ses parents qu’elle rencontre à plusieurs reprises. Comme nous la côtoyions depuis plusieurs mois au sein d’une cellule de prévention des risques psychosociaux pilotée par la MSA, elle a accueilli très favorablement notre demande d’entretien. Ce dernier se déroule dans son bureau, un an après le décès d’Anthony :

Suite à l’obtention d’un brevet professionnel responsable d’exploitation agricole puis quelques années à exercer comme ouvrier agricole dans une exploitation du département, Anthony s’installe à l’âge de 23 ans avec son père, Bernard, sur l’exploitation familiale. Fils unique, il a été construit familialement comme le repreneur. Celle-ci compte environ cent hectares, pour approximativement quatre-vingt vêlages par an, dans une région agricole peu favorisée. Tous les deux créent alors une société qui consacre juridiquement cette association. Sa mère, Geneviève, travaille « à l’extérieur ». Pendant cinq ans, tous deux travaillent sur l’exploitation au titre d’associés. En 2006, Bernard, alors âgé de 57 ans, se retire « officiellement » de l’exploitation pour prendre sa retraite anticipée. Une exploitation agricole à responsabilité limitée (EARL) est alors créée, dans laquelle Anthony se voit associé à sa mère. La même année, Anthony se marie avec Delphine, alors aide à domicile en contrat à durée indéterminée auprès du centre social du chef-lieu de canton. Le jeune couple s’installe dans la maison attenante à l’exploitation, les parents habitant dans une maison de l’autre côté de la commune. Ces derniers, surtout le père, restent actifs sur l’exploitation et les parents sont de fait fréquemment présents dans le domicile conjugal. Leur jardin jouxte cette maison. De même, la cuisine sert souvent aux parents. Bref, ces derniers « passent » régulièrement. En 2007, Anthony et Delphine ont leur premier enfant, une fille, puis un fils en 2009. Delphine décide alors de prendre un congé parental de trois ans. Bien que n’étant pas issue du milieu agricole, son père étant ouvrier dans une usine du département, celle-ci « donne la main » à son mari pour le travail avec les bêtes tout en assurant les charges domestiques. Les tensions entre la belle-fille et les beaux-parents sont fortes, apparemment redoublées depuis la naissance du fils. Le jour du suicide, en 2010, Geneviève appelle sa belle-fille pour lui demander un service. Delphine refuse, disant ne pas avoir le temps de s’en occuper. Vraisemblablement exaspérée, la belle-fille aurait déclaré à son mari, selon la travailleuse sociale intervenue auprès de la famille quelques jours après le suicide, prendre ses valises et partir « souffler » chez ses parents, qui habitent dans la région. Anthony va chez ses parents leur demander de cesser ce comportement. Sa mère lui dit alors « c’est soit elle, soit moi », ce à quoi il répond par la menace de mettre fin à ses jours. Il quitte le domicile parental pour se diriger vers la stabulation et se pendre.

15Le cas d’Anthony exprime sous une forme paroxystique cette ambivalence entre les exigences liées à la vie conjugale et celles propres à la maisonnée exploitante. Le couple sollicite largement cette présence parentale sur l’exploitation, tant elle offre une main-d’œuvre bon marché, voire gratuite, compétente et entièrement disponible. La parentèle est une ressource particulièrement précieuse pour eux, gage de maints services quotidiens et d’entraide domestique : garde des enfants, courses, entretien du logement… Elle déborde ici cependant le cadre privé pour s’étendre à la sphère professionnelle qui lui est intimement liée : surveillance des animaux, déplacement d’engins… Ces prestations s’inscrivent dans toute une gamme de pratiques économiques ordinaires qui, s’il est toutefois difficile d’en évaluer le volume, dépassent par leur ampleur ce qui peut être observé dans le reste de la société. Cette maisonnée n’est pas un cas isolé mais témoigne de la dimension encore très largement familiale de l’exercice du métier d’agriculteur. Au recensement agricole de 2010, 84 % des actifs permanents employés dans les exploitations sont des actifs familiaux (chefs d’exploitation et coexploitants, conjoints non exploitants, aide familial ; Zins et al., 2012). La norme qui guide ces dons et contre-dons est celle de la mutualisation, par opposition à une comptabilisation individuelle des heures passées. Par ailleurs, ces arrangements pratiques ne connaissent pas de frontière entre la sphère privée et la sphère professionnelle, les deux étant par la configuration des lieux et le rythme temporel de travail intimement imbriqués. La sphère économique est dans ce capitalisme familial « encore plus encastrée dans les autres scènes de la vie sociale, comme si l’autonomisation formelle de l’économie ou l’existence en agriculture d’une sphère du pur jugement économique du calcul était impossible » (Laferté, 2018, p. 146). Anthony est donc tenu par ces normes de réciprocité et d’égalité des sphères familiales et conjugales.

  • 7 Pensons ici à ce qu’écrivaient Michael Young et Peter Willmott (2010 [1957]) dans leur monographie (...)

16Mais, dans le même temps, Anthony est tiraillé par une autre exigence normative, celle de l’autonomisation conjugale. La mise en couple a d’ailleurs coïncidé avec la décohabitation en accédant à un logement séparé, à l’opposé de la situation courante d’agriculteurs célibataires de son âge qui, s’ils ne logent pas directement au domicile parental, y prennent bien souvent tous leurs repas. La perception différenciée de ce logement entre les parents et le jeune couple est à la fois un moteur et le symbole de cette ambivalence intergénérationnelle. Comme l’explique notre informatrice, la mère d’Anthony utilise l’adjectif possessif « notre » pour désigner la maison de Delphine et d’Anthony. Pour Geneviève, qui habitait auparavant dans cette maison, celle-ci est pensée comme la propriété de la maisonnée exploitante. Elle est une ressource familiale commune, dont la mutualisation permet la coproduction agricole. Ce domicile est vu comme devant assurer une fonction sociale de solidarité et de redistribution, à l’instar des usages populaires du pavillon décrits par Anne Lambert (2015). Ce récit fait directement écho à l’observation faite par Céline Bessière (2004, p. 107) dans son enquête sur les viticulteurs de Cognac quant à l’opposition entre la belle-mère et la belle-fille autour de la conception du domicile conjugal, pensée pour la première comme propriété de la maisonnée exploitante et pour la seconde comme possession conjugale. La tension est sans doute d’autant plus vive qu’elle implique la belle-mère et la belle-fille, qui n’ont pas partagé une socialisation domestique commune7.

17Il n’est pas anodin que les tensions entre Geneviève et Delphine se soient intensifiées lorsque cette dernière a interrompu son activité salariée pour être présente « à temps plein » sur l’’exploitation. Outre l’intensification de la coprésence, elle marque une transition au cours de laquelle les rôles de chacun se voient redéfinis. Or, « l’ambivalence semble être particulièrement forte dans les périodes de transition de la vie, qui voient certains individus difficilement accéder aux impératifs normatifs associés au nouveau statut » (Widmer & Lüscher, 2011, p. 53). Ce nouveau statut, pour Anthony, c’est celui de conciliateur, de juge de paix serait-on même tenté de dire. Mais le nécessaire maintien de la solidarité familiale le place dans une position intrinsèquement ambivalente. Tout se passe comme si Anthony se trouvait sommé de résoudre une équation impossible formée de deux injonctions contradictoires : assurer l’autonomisation du couple et maintenir l’unité de la maisonnée exploitante. À l’heure du suicide, il est placé devant un dilemme insoluble, celui de tenir simultanément les attachements parentaux et conjugaux. Par la trajectoire d’Anthony, on saisit à quel point cette ambivalence intergénérationnelle autour de deux exigences normatives peu conciliables le place dans une situation « inéluctable sur laquelle il ne peut rien » (voir plus haut la définition du suicide fataliste donnée par É. Durkheim).

18Cependant, cette injonction normative à la coopération intergénérationnelle butant sur la volonté d’autonomie conjugale n’apparaît pas comme une propriété du groupe de production. Bien qu’elle prenne au sein des familles agricoles une expression exacerbée, cette ambivalence intergénérationnelle est caractéristique des relations familiales contemporaines (Lüscher & Pillemer, 1998). Cette première forme d’ambivalence ne permet pas de comprendre pleinement ces suicides de jeunes agriculteurs et agricultrices. La spécificité de la profession réside dans une deuxième forme d’ambivalence qui a trait à la lignée, c’est-à-dire aux conditions de la reproduction sociale, patrimoniale et professionnelle. Elle oppose alors deux registres normatifs, le premier fondé sur la perpétuation de l’héritage familial et le second sur la revendication d’indépendance personnelle à l’égard des parents.

Injonction à l’indépendance professionnelle et dépendance à l’égard de l’héritage parental

19Le cas de Juliette éclaire les conditions de possibilité d’un tel tiraillement. Sa trajectoire nous a été renseignée par une « collègue voisine», une agricultrice d’environ cinquante ans. Nous avons eu son contact par le salarié départemental de Solidarité Paysans. Elle a accepté sans difficulté ma demande d’entretien, montrant même un vif intérêt pour ma recherche et me procurant d’ailleurs des contacts précieux pour la poursuite de l’enquête. L’entretien a lieu à son domicile.

Après l’obtention d’un BTS agricole, Juliette mène une activité salariée dans un service d’aide aux agriculteurs dans la capitale régionale. Fille d’agriculteurs, elle projette de s’installer sur la ferme parentale, spécialisée dans l’élevage laitier et dont la taille est légèrement supérieure à la moyenne départementale. Désireux de transmettre, les parents ont eu le souci d’augmenter progressivement la taille de leur exploitation, parvenant au fil d’acquisitions foncières à doubler le nombre d’hectares cultivés. C’est durant cette période salariale qui se veut transitoire qu’elle rencontre Lilian, son futur époux. Ce dernier, lui aussi fils d’éleveurs, souhaite devenir agriculteur. Socialisé durant ses stages professionnels aux agricultures alternatives, il souhaite produire des céréales en agriculture biologique. Comme l’installation sur la ferme des parents de Lilian n’est pas possible, car trop petite, le couple décide de reprendre la ferme des parents de Juliette. Ils profitent de l’installation pour la convertir en agriculture biologique. Fernand, le père de Juliette, est salarié de la nouvelle exploitation car il lui reste quelques années à effectuer avant la retraite. Conformément à leurs souhaits initiaux, Juliette se concentre sur la production laitière tandis que Lilian est responsable de la production céréalière. Le père travaille essentiellement dans les champs, moins dans les bêtes. Il se trouve quelque peu désorienté dans ce nouveau système de production et se montre notamment inquiet quant à sa viabilité économique. Signalons que celle-ci, bien que récente, ne connaît pas de difficultés économiques et semble pouvoir se pérenniser. L’opposition de pratiques agricoles crée des tensions générationnelles, autour du choix des cultures, de leur conduite sur le plan technique, de leur mode de valorisation commerciale… Ce sont deux conceptions agricoles qui coopèrent. À l’intersection de ces deux mondes, Juliette montre des signes de « fragilité psychologique » et fait une dépression. Une fois soignée, tout semble rentrer dans l’ordre. Cette période dure plusieurs mois, elle apparaît même « rayonnante » avant qu’elle ne « replonge » moralement, jusqu’à son suicide par pendaison.

20Comme Anthony, Juliette se trouve tiraillée entre deux registres normatifs, l’un qui s’inscrit dans la relation conjugale et l’autre dans la relation parentale. Comme lui, elle se trouve précisément au centre de ce système relationnel, dans cette position de conciliatrice entre les parents et son conjoint. Anthony et Juliette ne sont pas tant dans une logique d’alliances que de médiation entre les différents membres de la maisonnée afin d’assurer l’unité du groupe domestique. Le fait de se retrouver au cœur de ces relations ambivalentes entre les générations constitue un vecteur important de fragilisation. À la différence d’Anthony, en revanche, elle s’inscrit en rupture par rapport au modèle parental d’exploitation, intensifiant la tension entre la dépendance à l’égard de l’héritage parental et la revendication d’un projet de couple.

  • 8 Tables de recrutement à partir des Enquêtes Emploi 2010-2014.

21D’un côté, devenir agriculteur, a fortiori éleveur ou céréalier, suppose d’obtenir un droit d’usage sur le foncier et le capital de production qui est, dans la majorité des cas, transmis par la famille. Le coût d’entrée dans la profession lié à l’accès à la terre explique en partie pourquoi elle présente le taux d’endogamie le plus élevé (Bessière et al., 2011), avec 72 % des agriculteurs qui sont fils d’agriculteurs8. L’accumulation du capital en agriculture se voit très clairement régie par la lignée familiale et le rythme de remplacement des générations (Bessière, 2010 ; Cavailhès, 1987). Le doublement de la surface par Fernand, le père de Juliette, est mû par ce projet de transmission. À rebours du discours méritocratique, l’accumulation familiale du capital se trouve encouragée par l’État, à travers notamment l’ensemble des dispositifs visant à faciliter la transmission du patrimoine (contrat de salaire différé, indemnité viagère de départ…). La famille agricole valide pleinement la réflexion de Pierre Bourdieu sur la famille comme catégorie réalisée : « L’État ne trouve rien à redire à cette accumulation du capital sous ses différentes espèces et à sa transmission entre les générations. [Au contraire], étant produite et reproduite avec la garantie de l’État, elle reçoit à chaque moment de l’État les moyens d’exister et de subsister » (Bourdieu, 1993, p. 35-36). La modernisation agricole ne s’est pas faite contre la famille, mais a donné naissance à des dispositifs institutionnels qui réaffirment l’importance de l’exploitation familiale comme modèle d’organisation à promouvoir. Il ne faut donc pas lire l’agriculture familiale comme un vestige du passé mais à l’inverse comme un « instrument de politique publique pour encourager le développement capitaliste » (de Raymond, 2013, p. 283). Cet appui institutionnel permet à la transmission familiale de l’exploitation de demeurer le modèle de référence. Cette exigence normative tient Juliette et lui impose une loyauté vis-à-vis de l’œuvre parentale.

22D’un autre côté, à l’instar des membres de sa génération, elle est enjointe à mettre en œuvre son projet personnel – qui est ici conjugal – sur l’exploitation familiale. C’est que les normes professionnelles en termes d’installation sont passées au cours des trente dernières années d’une logique de la reprise à celle de la création d’entreprise (Bessière, 2010). « La reprise de l’exploitation des parents par les jeunes (est désormais pensée) non comme une suite mais plutôt comme une rupture entre les générations » (Barthez, 1982, p. 73). L’adverbe « plutôt » signale l’ambiguïté de cette transmission contemporaine, qui doit prendre ses distances avec le modèle parental tout en restant fortement dépendante de l’héritage. Comme nombre d’agriculteurs récemment installés, Juliette se trouvait face à un conflit de loyauté insoluble fait de rupture et de continuité à l’égard de l’histoire familiale de l’exploitation. En d’autres termes, elle se devait de « trouver sa place […] contre ses parents, grâce à ses parents » (Bessière, 2010) non seulement pour elle-même mais aussi pour Lilian. Cette dialectique de la rupture et de la continuité s’incarne directement pour Juliette dans les deux figures quotidiennement actives sur l’exploitation, à savoir son père et son mari. Ce sont deux systèmes normatifs qui l’enserrent au sein de la même maisonnée exploitante.

23Ce tiraillement est renforcé pour Juliette par le fait qu’elle soit diplômée du supérieur et qu’elle ait eu une expérience professionnelle antérieure car cela l’autorise socialement à vivre la reprise de l’exploitation comme l’accomplissement d’un projet personnel, voire comme la réalisation d’une vocation singulière. En effet, l’élévation du niveau de diplôme parmi les jeunes générations d’agriculteurs, en les dotant d’un capital monétisable à l’échelle nationale, ouvre leur champ des possibles et rend la reproduction à l’identique socialement moins acceptable (Bessière, 2010). Ce processus de transmission catalyse l’ambivalence intergénérationnelle parce qu’il est un moment de transition qui redéfinit profondément les identités de chacun, comme l’a montré Dominique Jacques-Jouvenot dans son étude sur le choix du successeur. Léguer l’exploitation, perdre son statut d’agriculteur exigent de fait une redéfinition de l’image de soi. Dans le même temps, le successeur se voit investi d’un rôle qui était jusqu’alors à l’état latent : « par l’héritage, le successeur s’approprie la part de l’histoire qu’il veut perpétuer, conserver en la transformant » (Jacques-Jouvenot, 1997, p. 62). Ce sont donc deux forces sociales contradictoires, l’une fondée sur l’individualisation des trajectoires et l’autre sur la reproduction sociale, qui nourrissent cette ambivalence intergénérationnelle.

24La maisonnée exploitante n’est cependant pas un vase clos, mais est soumise au contrôle exercé par l’environnement social plus large. En l’occurrence, le choix de rompre avec le modèle intensif parental place Juliette « sous le feu des projecteurs » de la corporation agricole. Cela intensifie probablement chez elle le sentiment d’une obligation de réussir, non seulement pour elle-même et son couple, mais aussi pour prouver la crédibilité de ce modèle alternatif à l’agriculture productiviste. L’analogie avec la souffrance sociale notée par Michèle Salmona dans les années 1980 parmi les groupes « locomotives du développement » est particulièrement frappante : « certaines épidémies de suicide, qui ont lieu dans des communautés dynamiques économiquement et socialement, sont probablement liées au double effort qu’on leur demandait : effort de modernisation que la technostructure incitait rapidement à faire réaliser à ces communautés dynamiques mais peu privilégiées matériellement, effort pour servir d’exemple à d’autres communautés moins dynamiques de la même région » (Salmona, 1994, p. 23). Par une dramatique ironie de l’histoire, Juliette se trouve d’une certaine façon dans une situation similaire à ces groupes locomotives du développement du début des années 1980 précisément parce qu’elle porte la critique de ce développement productiviste de l’agriculture. Le fait d’être une femme intensifie sans doute l’injonction à la réussite. Comme l’a montré Alice Barthez à partir d’une étude sur les femmes qui deviennent agricultrices, « les femmes parvenant à “percer” sur le terrain de la profession se voient souvent dans l’obligation d’être deux fois plus compétentes, la référence première étant le comportement masculin » (Barthez, 2005, p. 43). Il semble bien délicat dans ce milieu professionnel de s’affranchir du modèle de l’agricultrice « irréprochable et méritante » (Comer, 2016, p. 77). Par ailleurs, sa place de femme pleinement associée au travail sur l’exploitation l’empêche totalement de se soustraire à son rôle de conciliatrice. Il nous faut signaler qu’une telle configuration, où la femme, « fille d’agriculteurs, [est] collaboratrice dans une vie familiale centrée sur le travail » se rencontre davantage dans les secteurs de la production laitière ou de la polyculture-élevage qu’en céréaliculture (Giraud & Rémy, 2008, p. 21).

  • 9 Ces deux modes de suicide augmentent la probabilité d’un passage à l’acte abouti, l’ingestion de mé (...)
  • 10 Données Cépidc-Inserm.

25Au-delà de ces disparités intra-catégorielles, l’appartenance à la profession des agriculteurs aiguise pour les femmes le risque de suicide. En effet, les agricultrices affichent une propension nettement plus élevée à se donner volontairement la mort que les femmes des autres catégories socioprofessionnelles, pour lesquelles les écarts de taux de suicide sont très resserrés (Figure 1). Outre le fait que le statut d’agricultrice jouerait un rôle plus décisif dans la construction de leur identité sociale, leur recours plus massif à des modes radicaux de suicide (pendaison, arme à feu)9 pourrait expliquer une telle régularité. En 2010, 70 % des agricultrices ont eu recours à ces moyens létaux, contre 40 % à 50 % pour l’ensemble des autres catégories socioprofessionnelles. Les agricultrices se portent donc sur des modes de suicide codés comme plus masculins, 90 % des agriculteurs suicidés ayant eu recours à la pendaison ou à l’arme à feu en 2010 (minimum de 60 % pour les employés)10. Tout se passe comme si dans la mort comme dans la vie professionnelle, les agricultrices se trouvaient davantage que les autres professions sous l’influence d’un référentiel masculin auquel il faudrait se conformer. Elles seraient du moins marquées par un ethos corporel plus viril, fait de détachement, de rudesse… Ces dispositions les rapprochent de certaines franges des mondes populaires féminins (Avril, 2014). Le recours à la pendaison par Juliette et Anthony n’a donc rien de véritablement surprenant au vu de cette régularité statistique très forte.

Figure 1: Taux de suicide bruts (pour 100 000) féminin et masculin par catégorie socioprofessionnelle de 1970 à 2008 (moyenne mobile quinquennale)

Figure 1: Taux de suicide bruts (pour 100 000) féminin et masculin par catégorie socioprofessionnelle de 1970 à 2008 (moyenne mobile quinquennale)

Source : données du Cépidc-Inserm.

Suicide fataliste et imbrication travail-famille, ou l’impossible mise à distance de ce cadre normatif

26Si la sociologie donne des clés de compréhension de leur suicide qui en réduisent le caractère exceptionnel, nous ne prétendons pas épuiser l’analyse par notre approche. L’étude de cas permet certes de mieux identifier le caractère suicidogène de certaines configurations sociales, mais il faut bien avouer qu’elle reste assez démunie face à la question de savoir pourquoi telle personne se suicide plutôt que telle autre. L’apport du psychologue serait particulièrement bienvenu, tant « la psychologie et l’histoire individuelle font la différence » (Baudelot & Establet, 2006, p. 250). Les troubles psychiatriques, les antécédents familiaux et personnels de tentatives de suicide, l’impulsivité… apparaissent bien comme des facteurs de premier ordre pour expliquer le passage à l’acte. Notre méthode d’investigation qui s’appuie sur l’interrogation de « proches éloignés » ne nous permet pas d’aller plus loin en la matière. Elle nous autorise néanmoins à mettre en évidence deux propriétés sociologiques supplémentaires qui justifient le recours au concept de suicide fataliste : l’impossible stratégie de retrait par rapport à la maisonnée exploitante et le caractère difficilement contestable du contrôle familial, qui le font apparaître comme particulièrement « inflexible et inéluctable ».

27Rappelons en effet que c’est le rapport à la règle, vécue comme oppressante par les individus, qui est souligné par É. Durkheim dans sa définition du suicide fataliste. L’excès de régulation signifie pour les individus l’impossibilité de s’extraire de ce cadre normatif, et ce malgré leur volonté. La montée de la norme de « révélation de soi » au sein de la famille (de Singly, 1996) rend de moins en moins supportable socialement la régulation de l’activité agricole par la maisonnée exploitante. Traversées par des évolutions sociales contradictoires, ces exploitations familiales sont de véritables « cocotes-minute sociales » (Laferté, 2013, p. 307) desquelles les membres ne perçoivent pas toujours d’issue. Les agriculteurs n’échappent pas en effet à cette « diffusion d’une norme de l’épanouissement personnel dans le travail et la famille » (Bessière et al., 2008, p. 10). Il nous faut donc comprendre la notion d’excès de régulation dans une acception relative comme l’écart entre l’injonction à la réalisation individuelle au sein de la famille et les exigences sociales liées à cette forme d’organisation du travail. En d’autres termes, on pourrait dire que la norme d’épanouissement individuel fait basculer la régulation normative dans l’excès. Ce sont donc ces normes contradictoires qui semblent écarteler les personnes suicidées.

28Mais ces tensions normatives qui rendent la régulation familiale peu supportable ne renvoient-elles pas à un autre type de suicide identifié par É. Durkheim, à savoir le suicide anomique ? Ce dernier est le pendant inverse du suicide fataliste puisqu’il résulte d’un déficit de régulation (« le suicide anomique [vient] de ce que leur activité est déréglée et qu’ils en souffrent »), désigné aussi par l’expression de « mal de l’infini ». Pour l’expliquer, É. Durkheim insiste sur le rôle joué par les crises, comme en témoigne l’une des toutes premières phrases du chapitre qu’il lui consacre : « c’est un fait connu que les crises économiques ont sur le penchant au suicide une influence aggravante ». Dans la mesure où elles produisent une déstabilisation de la régulation sociale, les phases de récession comme de croissance sont toutes deux génératrices de suicide. Cette remarque est importante car, comme l’a montré Philippe Besnard (1987) à partir d’une fine exégèse de l’œuvre d’É. Durkheim, la distinction entre fatalisme et anomie repose sur l’idée de temporalité : la crise, et plus généralement les changements sociaux qui surviennent brusquement renvoient à l’anomie tandis que les processus de long terme s’inscrivent dans le fatalisme. Or, si notre description des suicides fatalistes s’arrime à celle de changements sociaux en matière de normes familiales, ces processus s’inscrivent dans un temps relativement long, à l’œuvre depuis plusieurs décennies au sein de la société française. En effet, les agriculteurs et les agricultrices se situent en haut de la hiérarchie des taux de suicide par catégorie socioprofessionnelle depuis les années 1970 (Figure 1). L’évolution du suicide des agriculteurs ne dément pas notre approche du suicide comme un fait structurel.

Superposition des scènes sociales et absence de sphère de repli

29Il nous faut cependant aller plus loin pour comprendre en quoi ces configurations suicidogènes ne peuvent être lues à travers le prisme de l’anomie : les tensions normatives ne seraient pas vécues aussi dramatiquement si l’institution familiale n’était pas aussi puissante et ne réduisait pas aussi fortement leurs marges de manœuvre. Les tiraillements ou conflits qui peuvent survenir n’aboutissent pas à un relâchement des normes ou à un vide normatif qui « exacerberait les passions individuelles », mais restent au contraire extrêmement contraints par l’impératif de solidarité familiale face auquel les individus ne peuvent que se soumettre. Solidarité et conflits ne sont pas antinomiques mais se renforcent mutuellement pour enserrer ces jeunes agriculteurs dans un cadre normatif étroit duquel ils peuvent difficilement se soustraire.

30En effet, l’imbrication entre la sphère professionnelle et la sphère domestique fait que les individus ne disposent pas d’un espace de repli. Les tensions familiales deviennent des tensions professionnelles, et réciproquement. La proximité géographique entre Anthony, Juliette et leurs parents respectifs favorise cet état de fait. Le bureau de l’exploitation peut être lu comme une trace matérielle concrète de ce lien inextricable entre ces scènes usuellement séparées. Cette pièce dans laquelle sont rangés l’ensemble des documents administratifs et comptables nécessaires à la conduite de l’exploitation se situe très généralement à l’intérieur du domicile d’un des membres de la société (GAEC, EARL). Pour le cas d’Anthony, par exemple, le bureau du GAEC avec sa mère se trouvait bien au sein du domicile du jeune couple. Le foyer est une ressource ambivalente dans le cadre de ces maisonnées exploitantes du fait même de cette absence de sphère de repli. La définition d’un espace intime, clos, temporairement soustrait du « rapport de production », doit sans cesse être négociée, redoublant les tensions normatives.

31Nous avons pu l’observer directement lors d’une autre enquête, portant sur la souffrance sociale des agriculteurs, menée en 2010. Dans ce cadre, nous avons rencontré Mathieu, polyculteur-éleveur (vaches allaitantes et laitières) alors âgé de quarante ans installé sur une grande exploitation du pourtour du Massif central. Célibataire, il travaille avec son père, alors âgé de soixante-dix ans, et un ouvrier à temps plein. L’entretien a lieu un samedi en début d’après-midi à son domicile, qui était auparavant celui de ses parents. Ces derniers sont partis lors de leur retraite dans une maison située dans le bourg, à quelques centaines de mètres. Son père est présent dans le domicile lorsque nous arrivons. Sur les consignes de Mathieu, nous nous installons à la table du salon, le père restant assis derrière nous dans le canapé. Si tous semblent avoir compris le « contrat d’entretien », fondé sur une logique individuelle, ce dernier interviendra à plusieurs reprises, notamment lorsque nous interrogeons Mathieu sur ses possibilités de prendre des jours de congé. Il m’explique alors avoir du mal à confier la responsabilité de la traite à son ouvrier. Son père l’interrompt de nouveau :

Père : Un ouvrier qui tire, c’est pas souvent. Moi j’ai confiance en lui.
Mathieu : Ça va mieux quand même, ça va mieux.
Père : Moi je veux bien être là pour superviser, mais autrement de ça moi j’estime que j’aurais bien voulu avoir un ouvrier comme ça dans l’ancien temps […] Mais si tu veux prendre des week-end, l’ouvrier il va pas dire non.
Mathieu : Oui, bon vas vite là-bas toi [il lui fait signe de sortir. Le ton et le geste sont peu agressifs. Le père se lève. Il reprend son explication]. C’est vrai, le voisin là, il travaille avec son père, il s’arrête jamais, et il en veut encore [des hectares].
Père : Il a pas d’ouvrier.
Mathieu : Bon, vas vite là-bas toi [Il lui fait signe de partir, se lève et ouvre la porte. Le père s’en va.].

32Cette scène se produit après quarante minutes environ d’entretien. On voit à quel point ce sont par des rappels à l’ordre explicitement formulés que la frontière s’impose. Alors que nous étions venus pour un entretien individuel, formule qui ne fait pas de doute pour eux puisque le père ne s’assoit pas à notre table, la présence du père en tant que spectateur apparaissait comme « naturelle », du moins légitime. Ce n’est que lorsque ces derniers se montrent en désaccord et que Mathieu risque de s’énerver devant un témoin extérieur, qu’elle pose problème et se voit ponctuellement remise en question. Si notre méthode ne nous permet pas de disposer d’observations similaires pour Anthony et Juliette, il y a fort à parier que la négociation de la frontière était empreinte des mêmes difficultés. Rappelons que, tout comme Mathieu, ils étaient installés dans l’ancien domicile des parents et que les nécessités productives et domestiques rendaient les échanges quotidiens. Cette absence de sphère de repli par rapport aux maux du travail distingue bien la profession agricole des autres catégories d’actifs, notamment salariées. Ces dernières peuvent disposer d’une « niche domestique pour reconstituer [leur] force de travail » (Salmona, 1994, p. 50). La cloison spatiale qui existe entre la sphère professionnelle et la sphère familiale peut les aider à se soustraire temporairement aux tensions normatives qui peuvent survenir sur l’une des scènes.

Légitimité de l’organisation familiale du travail et « excès de régulation »

33Au-delà de ces pratiques économiques informelles nécessaires pour le maintien de la maisonnée exploitante, il est par ailleurs difficile de s’affranchir de cette régulation familiale du fait de sa forte légitimité. Le substrat biologique sur lequel s’adosse le lien de filiation conduit à établir le rapport familial comme un rapport naturel. Comme le montre Alice Barthez, la répartition des tâches et des responsabilités matérialise cet ordre biologique : « au lieu de se faire selon des critères de compétence et de qualification, elle emprunte des critères biologiques : âge, sexe et statut de chacun dans la parenté » (Barthez, 1982, p. 36). À cet égard, la responsabilité de l’atelier laitier par Juliette renvoie à une division genrée des tâches relativement classique. L’organisation familiale du travail se voit donc intériorisée comme allant de soi, inscrite dans l’ordre naturel des choses. L’exploitation familiale est ainsi une institution particulièrement solide qui, conformément à l’analyse des institutions développée par Mary Douglas, repose sur un socle cognitif qui met en correspondance sa structure formelle avec des catégories de pensée fondées en nature. Elle doit sa force à un « principe stabilisateur qui empêche sa disparition prématurée, [à savoir] la naturalisation des classifications sociales qui la marque du sceau de la légitimité » (Douglas, 2004, p. 83). La critiquer impose dès lors un effort de déconstruction qui s’avère coûteux psychologiquement. S’opposer peut en effet générer un sentiment d’ingratitude, voire de trahison vis-à-vis des parents. Marquer la rupture avec eux est synonyme d’interruption unilatérale du cycle de don/contre-don engagé par la transmission du patrimoine familial. Le fils ou la fille éprouve une dette de réciprocité à l’égard des parents dont il ne peut en réalité jamais s’acquitter dans la mesure où cette transmission apparaît comme un « échange masqué » qui ne se donne jamais à voir comme un « rapport marchand [mais s’exprime] comme affectivité entre les générations » (Barthez, 1982, p. 41). Tout se passe comme si cette dette n’arrivait jamais à échéance par le simple fait qu’il n’existe pas de contrat déterminant sa durée. La légitimité des règles est un point central dans la définition de la régulation et le caractère très difficilement contestable de l’organisation familiale du travail la fait apparaître comme particulièrement « inflexible et inéluctable ».

34Mais cette institution qu’est l’exploitation familiale doit aussi sa solidité à l’appui étatique qu’elle reçoit. Ce soutien n’est sans doute pas dénué d’intérêt car l’agriculture familiale est un modèle particulièrement fonctionnel pour la société dans laquelle elle s’inscrit. Elle permet notamment une baisse des prix relatifs des produits agricoles parce qu’elle facilite la compression des coûts de production. Non seulement l’intégralité du coût du travail n’est pas comptabilisée car de nombreuses heures sont effectuées par les membres de la maisonnée exploitante de façon informelle mais elle incite aussi les individus à minimiser la rémunération tirée de leur travail. Elle permet donc une production à moindre coût des biens et services fournis par l’agriculture (alimentation, entretien du paysage…). L’agriculture familiale est de plus parfaitement compatible avec l’accumulation du capital nécessaire à l’incorporation du progrès technique. Forts de ces constats, les économistes marxistes français ont montré, dans les années 1980, l’efficacité des politiques agraires modernisatrices lorsque dominent les exploitations familiales marchandes afin de déverser les gains de productivité en agriculture vers les autres secteurs de l’économie (Dufumier, 1986 ; Servolin, 1989). Le coût psychologique payé par les travailleurs agricoles ne devient en somme qu’une externalité négative qui ne transparaît pas dans les prix de l’alimentation. Le processus continu et inéluctable de modernisation de l’agriculture française n’est donc en rien incompatible avec le modèle de l’exploitation familiale, et ce bien que la montée de la norme de l’épanouissement au sein des familles agricoles heurte de plein fouet les exigences sociales liées à cette forme d’organisation du travail. Le « choc entre un rapport de travail et un rapport familial », qui reste un trait central de l’agriculture française, détermine, par les contradictions sociales qui l’habitent, une configuration particulièrement suicidogène.

Conclusion

35Ainsi, ces suicides de jeunes agriculteurs et agricultrices invitent à redécouvrir le suicide fataliste, ce type « oublié » qui a valu à É. Durkheim d’innombrables critiques. La superposition des scènes domestique et professionnelle et les évolutions sociales contradictoires qui traversent les maisonnées exploitantes placent ces jeunes individus dans une position ambivalente. Ces tiraillements normatifs doivent être lus à travers le prisme de l’excès de régulation dans la mesure où l’impératif de stabilité de cette institution s’impose par un contrôle social étroit et permanent doté d’une forte légitimité.

36Mettre en lumière une telle configuration s’avère particulièrement crucial tant l’agriculture familiale est promue comme un modèle à défendre et à développer pour les agricultures du monde entier ; en témoigne la décision par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) de faire des années 2020 « la décennie internationale de l’agriculture familiale ». Si, comme l’affirme cette agence onusienne, l’agriculture familiale se pare de vertus face à l’enjeu de la sécurité alimentaire mondiale11, il faut se demander quel sera le coût psychologique qui pourrait être payé par ses travailleurs.

37Ce schéma d’analyse n’épuise bien entendu pas la compréhension du « sur-suicide » agricole. Outre le fait qu’il ne puisse pas être testé statistiquement faute de variables approchant l’imbrication entre le travail et la famille dans les données de mortalité, il ne constitue qu’une configuration suicidogène parmi d’autres, qui ne concerne par ailleurs qu’une frange des agriculteurs, à savoir les jeunes générations. Notre enquête nous a permis de dégager trois autres types, dont le développement dépasserait largement le cadre de cet article : le suicide des agriculteurs s’approchant de l’âge de la retraite et confrontés au sentiment d’une vie perdue face à l’héritage refusé, le suicide de l’individu progressivement disqualifié de l’ensemble des scènes sociales sur lesquelles il était engagé et le suicide des franges stabilisées des groupes sociaux agricoles confrontés à la perte de sens de l’engagement dans le travail lorsque l’indépendance statutaire se voit menacée.

38Ce suicide fataliste devrait-il tout au contexte agricole fait d’une superposition très étroite des scènes domestiques et professionnelles ? L’imbrication inextricable entre ces deux sphères est pour partie liée à la dépendance de la profession par rapport au foncier, ce capital productif à la fois non reproductible et arrimé par définition à un lieu précis. Nous pouvons néanmoins faire l’hypothèse que des configurations suicidogènes relativement comparables pourraient s’observer dans les mondes de l’artisanat et des petites entreprises à caractère familial. L’organisation familiale du travail, la transmission du patrimoine, la socialisation aux savoir-faire professionnels… y semblent, en effet, proches de ce que nous observons dans le secteur agricole (Bertaux-Wiame, 2004 ; Schepens, 2004).

39Est-ce à dire que nous n’imaginons pas pouvoir tester cette hypothèse du suicide fataliste en dehors des mondes de l’indépendance ? Nous pensons qu’elle peut aussi aider à penser les suicides en lien avec le travail survenus dans les univers salariés. Si les scènes sont matériellement disjointes, elles ne sont pas pour autant parfaitement cloisonnées. Lucie Goussard et Guillaume Tiffon (2016, p. 27) montrent comment le travail « déborde » sur la sphère domestique et peut « mettre en péril la santé des salariés ». Entretenir, voire accroître la porosité entre les univers domestique et professionnel constituerait même un objectif des nouvelles techniques de management car un tel débordement favoriserait la mobilisation des individus pour l’entreprise en assurant une continuité plus grande entre les temps de travail et hors-travail, en renforçant leur attachement à l’organisation productive, en impliquant la vie toute entière du travailleur. Or, Christophe Dejours a bien montré le lien entre le suicide d’une cadre d’entreprise et ces nouvelles techniques de management visant à abaisser les cloisons entre les sphères domestique et professionnelle. Pour lui, son suicide résulte d’une « forme nouvelle de servitude impliquant la vie toute entière du cadre et de sa famille » (Dejours 2005, p. 65). Il se pourrait que, armée de la méthode des « proches éloignés », la sociologie durkheimienne soit particulièrement féconde pour penser les suicides en lien avec le travail.

Haut de page

Bibliographie

Aliverdinia A. & Pridemore W. (2009), « Women’s Fatalistic Suicide in Iran. A Partial Test of Durkheim in an Islamic Republic », Violence Against Women, vol. 15, no 3, p. 307-320.

Avril C. (2014), Les Aides à domicile : un autre monde populaire, Paris, La Dispute.

Barthez A. (1982), Famille, travail et agriculture, Paris, Economica.

Barthez A. (2005), « Devenir agricultrice : à la frontière de la vie domestique et de la profession », Économie rurale, n289, p. 30-43.

Baudelot C. & Establet R. (2006), Suicide : l’envers de notre monde, Paris, Seuil.

Berk B. (2006), « Macro-micro Relationships in Durkheim’s Analysis of Egoistic Suicide », Sociological Theory, vol. 24, n1, p. 58-80.

Bertaux-Wiame I. (2004), « Devenir indépendant, une affaire de couple », Cahiers du genre, n37, p. 13-40.

Besnard P. (1987), L’Anomie, ses usages et ses fonctions dans la discipline sociologique depuis Durkheim, Paris, Puf.

Besnard P. (1997), « Mariage et suicide : la théorie durkheimienne de la régulation conjugale à l’épreuve d’un siècle », Revue française de sociologie, vol. 38, n4, p. 735-758.

Bessière C. (2004), « “Vaut mieux qu’elle travaille à l’extérieur”. Enjeux du travail salarié des femmes d’agriculteurs dans les exploitations familiale », Cahiers du genre, n37, p. 93-114.

Bessière C. (2010), De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris, Liber.

Bessière C., Giraud C. & Renahy N. (2008), « Introduction générale : famille, travail, école et agriculture », Revue d’études en agriculture et environnement, n88, p. 5-19.

Bessière C., de Paoli C., Roger M. & Gouraud B. (2011), « Les agriculteurs et leur patrimoine : des indépendants comme les autres ? », Économie et statistique, no 444-445, p. 55-74.

Bourdieu P. (1986), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n62-63, p. 69-72.

Bourdieu P. (1993), « À propos de la famille comme catégorie réalisée », Actes de la recherche en sciences sociales, n100, p. 32-36.

Breault K. D. (1986), « Suicide in America: A Test of Durkheim’s Theory of Religious and Family Integration 1933-1980 », American Journal of Sociology, vol. 92, no 3, p. 628-656.

Cavailhès J. (1987), « Le cycle démographque des exploitations agricoles dans le Charolais », Economie Rurale, n181, p. 66-72.

Comer C. (2016), « Ne pas faire mauvais “genre”. Les timides mutations de la représentation des femmes dans la presse agricole bretonne », Études rurales, n198, p. 77-96.

Connidis I. & Mcmullin J. (2002), « Ambivalence, Family Ties and Doing Sociology », Journal of Marriage and Family, vol. 64, n3, p. 594-601.

Déchaux J.-H. (2007), Sociologie de la famille, Paris, La Découverte.

Deffontaines N. (2019), « Comment enquêter qualitativement sur le suicide ? La construction de trajectoires de suicidés auprès de “proches éloignés” », Genèses, no 117, p. 94-108.

Dejours C. (2013), « Nouvelles formes de servitude et suicide », Travailler, n°13, p. 53-73.

Denney J. (2010), « Family and Household Formation and Suicide in the US », Journal of Marriage and Family, vol. 72, n1, p. 202-213.

Douglas M. (2004), Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte.

Dufumier M. (1986), Les Politiques agraires, Paris, Puf.

Durkheim É. (2002 [1897]), Le Suicide : étude de sociologie, Paris, Puf.

Gallagher L., Kliem C., Beautrais A. & Stallones L. (2008), « Suicide and Occupation in New-Zealand », International Journal of Occupational and Environmental Health, vol. 14, n1, p. 45-50.

Gibbs J. & Martin W. (1964), Status Integration and Suicide: A Sociological Study, Eugene, University of Oregon Press.

Giraud C. & Rémy J. (2008), « Les choix des conjoints en agriculture », Revue d’études en agriculture et environnement, vol. 88, n3, p. 21-46.

Goussard L. & Tiffon G. (2016), « Quand le travail déborde. La pénibilité du surtravail à domicile des chercheurs de l’industrie énergétique », Travail et emploi, n147, p. 27-52.

Halbwachs M. (2002 [1930]), Les Causes du suicide, préface de Serge Paugam, avant-propos de Marcel Mauss, Paris, Puf.

Hervieu B. & Purseigle F. (2013), Sociologie des mondes agricoles, Paris, Armand Colin.

Jacques-Jouvenot D. (1997), Choix du successeur et transmission patrimoniale, Paris, L’Harmattan.

Johnson B. D. (1965), « Durkheim’s One Cause of Suicide », American Sociological Review, vol. 30, n6, p. 875-886.

Judd F., Jackson H., Fraser C., Murray G., Robins G. & Komiti A. (2006), « Understanding Suicide in Australian Farmers », Journal of Society of Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, vol. 41, n1, p. 1-10.

Khireddine-Medouni I., Breuillard E. & Bossard C. (2016), « Surveillance de la mortalité par suicide des agriculteurs exploitants. Situation 2010-2011 et évolution 2007-2011 », rapport de l’INVS, Saint-Maurice.

Krull C. & Trovato F. (1994), « The Quiet Revolution and the Sex Differential in Quebec’s Suicide Rates : 1931-1986 », Social Forces, vol. 72, n4, p. 1121-1147.

Laferté G. (2013), « L’embourgeoisement agricole dans les formes localisées de la structure sociale : revisite et ethnographie collective », habilitation à diriger des recherches, Université Paris-IV.

Laferté G. (2018), L’Embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers, Paris, Raisons d’agir.

Lambert A. (2015), « Tous propriétaires ! ». L’Envers du décor pavillonnaire, Paris, Seuil.

Lemieux C. (2013), « Vague de suicide aux usines Renault : relire Durkheim », La sociologie sur le vif, Paris, Presses des Mines.

Luoma J. & Pearson J. (2002), « Suicide and Marital Status in the United States 1991-1996: Is Widowhood a Risk Factor ? », American journal of public health, vol. 92, n9, p. 1518-1522.

Lüscher K. (2002), « Intergenerational Ambivalence: Further Steps in Theory and Research », Journal of Marriage and Family, vol. 64, n3, p. 585-593.

Lüscher K. & Lettke F. (2002), « L’ambivalence : une clé pour l’analyse des relations intergénérationnelles », Retraite et société, no 35, p. 140-169.

Lüscher K. & Pillemer K. (1998), « Intergenerational Ambivalence. A New approach to the Study of Parent-child Relations in Later Life », Journal of Marriage and Family, vol. 60, n2, p. 413-425.

Maimon D. & Kuhl D. C. (2008), « Social Control and Youth Suicidality; Situating Durkheim’s Ideas in a Multilevel Framework », American Sociological Review, vol. 73, no 6, p 921-943.

McIntosh W., Spies E., Stone D., Lokey C., Trudeau A. & Bartholow B. (2016), « Suicide Rates by Occupational Group – 17 states, 2012 », Centers for Disease Control and Prevention-Morbidity and Mortality Weekly Report.

Merton R. K. (1976), Sociological Ambivalence and Other Essays, New York, Free Press.

Mucchielli L. & Renneville M. (1998), « Les causes du suicide : pathologie individuelle ou sociale ? Durkheim, Halbwachs et les psychiatres de leur temps (1880-1930) », Déviance et société, vol. 22, n1, p. 3-36.

Paugam S. (2002), « Le sociologue face au suicide », préface à Durkheim É., Le Suicide : étude de sociologie, Paris, Puf.

Phillips J., Ray M. & Ogg J. (2003), « Ambivalence et conflits dans les familles vieillissantes : perspectives européennes », Retraite et société, n38, p. 78-103.

Pope W. (1976), Durkheim’s Suicide: A Classic Analyzed, Chicago, Chicago University Press.

Raymond B. A. de (2013), « Detaching from Agriculture? Field-cross Specialization as a Challenge to Family Farming in Northern Côte d’or, France », Journal of Rural Studies, n32, p. 283-294.

Salmona M. (1994), Souffrances et résistances des paysans français, Paris, L’Harmattan.

Schepens F. (2004), « L’entrepreneur, sa femme et leurs enfants : de la recherche de l’indépendance à son dénigrement », Cahiers du genre, no 7, p. 155-169.

Servolin C. (1989), L’Agriculture moderne, Paris, Seuil.

Singly F. de (1996), Le Couple, le Soi et la Famille, Paris, Nathan.

Singly F. de (2007), Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Armand Colin, 3édition.

Stark C., Belbin A., Hopkins P., Gibbs D., Hay A. & Gunnell D. (2006), « Male Suicide and Occupation in Scotland », Health Statistics Quaterly, no 29, p. 26-29.

Steiner P. (1994), La Sociologie de Durkheim, Paris, La Découverte.

Thorlindsson T. & Bjarnasson T. (1998), « Modeling Durkheim on the Micro Level: A Study of Youth Suicidality », American Sociological Review, vol. 63, n1, p. 94-110.

Traphagan J. (2010), « Intergenerational Ambivalence, Power and Perceptions of Elder Suicide in Rural Japan », Journal of intergenerational relationships, n8, p. 21-37.

Weber F. (2018), « Du Suicide de Durkheim à l’analyse des troubles psychiques dans un monde bouleversé. Pour un nouveau dialogue entre science sociale et psychologie », in Cuin C. & Hervouet R., Durkheim aujourdu’hui, Paris, Puf, p. 163-187.

Widmer E. & Lüscher K. (2011), « Les relations intergénérationnelles au prisme de l’ambivalence et des configurations familiales », Recherches familiales, n8, p. 49-60.

Willmott P. & Young M. (2010 [1957]), Le Village dans la ville. Famille et parenté dans l’Est londonien, Paris, Puf.

Wray M., Colen C. & Pescosolido B. (2011), « The Sociology of Suicide », Annual Review of Sociology, n37, p. 505-528.

Zins L., Doresse I., Delattre P., Letoublon F., Dedieu M.-S., Giroux G. & Masero J. (2012) « Un million d’actifs permanents », Agreste Primeur, n276, p. 1-8.

Haut de page

Notes

1 Il ne faut pas voir dans cette formulation constructiviste l’idée que le suicide des agriculteurs ne serait qu’une « invention » médiatique. La propension plus élevée des agriculteurs à se donner la mort correspond bien à une réalité numérique significative, attestée par plusieurs études épidémiologiques en France (Khireddine-Medouni et al., 2016) comme dans nombre de pays développés à l’agriculture industrialisée : Royaume-Uni (Stark et al., 2006), Australie (Judd et al., 2006), Nouvelle-Zélande (Gallagher et al., 2008), Etats-Unis (McIntosh et al., 2016). Notre étude statistique des données de mortalité montre par ailleurs que les agriculteurs se situent en haut de la hiérarchie du malheur depuis les années 1970 (au moins, à défaut de données plus anciennes, voir Figure 1).

2 « 1500 éleveurs mettent la pression sur Bruxelles », Ouest France, 3 octobre 2009.

3 « À Poitiers, les éleveuses protestent contre le prix du lait », Le Monde, 6 avril 2010.

4 « Agriculteurs : l’isolement mène t-il au suicide ? », La Voix du Nord, 28 novembre 2014.

5 Citons par exemple l’article paru dans Le Figaro le 27 avril 2010 (Eric de la Chesnais, « Un taux de suicide alarmant chez les paysans ), dont la Mutualité sociale agricole (MSA) constitue la source privilégiée : « “À chaque fois les raisons de ces actes désespérés sont multiples. La difficulté de se projeter dans l’avenir, les questions de la transmission et la rupture de la tradition agricole familiale depuis plusieurs générations sont des facteurs très traumatisants pour les agriculteurs”, explique Jean-Jacques Laplante, médecin conseiller à la MSA qui a effectué une étude en profondeur sur le malaise des paysans de 1999 à 2005, auprès de 600 exploitations. ”Stress, charge de travail, absence de loisirs, paperasserie de plus en plus importante sans avoir la possibilité de dégager de revenus ni de loisirs” sont autant d’éléments à prendre en compte dans le malaise des paysans. »

6 Si l’appariement réalisé par Santé Publique France (ex INVS) entre les fichiers de mortalité du Cépidc et les informations socio-démographiques et professionnelles de la MSA pour la période de 2007 à 2011 permettait de mieux saisir les inégalités entre agriculteurs face au suicide, il n’autorisait pas l’étude de la dimension familiale de l’activité agricole : seule la variable nombre d’associés s’en approchait, mais elle ne précisait pas si ces derniers étaient effectivement apparentés. Elle était dans tous les cas trop fruste pour étudier les configurations familiales.

7 Pensons ici à ce qu’écrivaient Michael Young et Peter Willmott (2010 [1957]) dans leur monographie sur les relations familiales dans un quartier populaire de Londres : « S’il faut partager une maison et en particulier une gazinière – mieux vaut que ce soit avec les parents de la femme. La raison est simple : la mère et la fille sont déjà habituées l’une à l’autre, alors que la belle-mère et la belle-fille sont étrangères, pire encore rivales et se disputent fourneau, évier ou – qui sait – l’homme lui-même. »

8 Tables de recrutement à partir des Enquêtes Emploi 2010-2014.

9 Ces deux modes de suicide augmentent la probabilité d’un passage à l’acte abouti, l’ingestion de médicaments laissant davantage de chances de survie. L’indicateur du suicide est dépendant des techniques corporelles choisies pour mettre fin à ses jours.

10 Données Cépidc-Inserm.

11 Voir sur le site de la FAO, le document « Family-farming » : http://www.fao.org/family-farming/family-farming-decade/fr/.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Taux de suicide bruts (pour 100 000) féminin et masculin par catégorie socioprofessionnelle de 1970 à 2008 (moyenne mobile quinquennale)
Légende Source : données du Cépidc-Inserm.
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/6949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Deffontaines, « Le suicide fataliste revisité », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 11 |  2020, mis en ligne le 08 mai 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/6949

Haut de page

Auteur

Nicolas Deffontaines

n.deffontaines@gmail.com
Docteur en sociologie, ATER à l’Université du Havre, chercheur associé au CESAER (INRA) - Université Le Havre Normandie, UFR Lettres et Sciences Humaines, 25 rue Philippe Lebon, 76600 Le Havre, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page