Navigation – Plan du site

Faire du visage un organe anonyme

Chirurgiens et patients transplantés aux prises avec la politique du don anonyme en France
How the face became an anonymous organ. Surgeons and transplant patients struggling with the anonymous donation policy in France
Marie Le Clainche-Piel

Résumés

Cet article analyse le rôle joué par l’anonymat dans le processus par lequel des éléments du corps humain sont rendus interchangeables, à travers le cas de la transplantation faciale. Au début des années 2000, la question de savoir si le visage peut faire l’objet d’un don d’organes est soulevée. Le visage peut-il être prélevé sur un défunt et donné de façon anonyme à un patient défiguré ? Peut-il devenir un organe interchangeable ? Malgré des débats, la première opération est réalisée en 2005. Cet article éclaire, dans un premier temps, les enjeux associés au principe d’anonymat dans la politique française des dons d’organes. Il montre les tensions que soulève ce principe dans un contexte de construction de la pénurie d’organes comme problème public et de valorisation des donneurs. Il suit, dans un deuxième temps, la matière faciale elle-même, de son prélèvement à sa transplantation, et montre comment le visage est anonymisé en pratique. Dans un troisième temps, il suit les patients qui ont reçu le don et analyse les relations qu’ils développent avec leurs donneurs. Il met ainsi en lumière que le principe d’anonymat doit être étudié comme un processus : l’anonymisation.

How the face became an anonymous organ. Surgeons and transplant patients struggling with the anonymous donation policy in France

Based on the case of the face transplant, this article analyzes the role played by anonymity in the process through which elements of the human body are made interchangeable. The question over the acceptability of the donation of the face first arose in the early 2000’s. Can the face be taken from a deceased person and given anonymously to a disfigured patient? Can it become an interchangeable organ? Despite heated debate, the first operation takes place in 2005. This paper elucidates, in the first place, the issues associated with the principle of anonymity in French policy of organ donation. It underscores the tensions raised by this principle in a context marked by the construction of the public problem of “organ shortage” on the one hand and by the valorization of donors on the other hand. Secondly, it follows the face itself, from its retrieval to its transplantation, and shows how the face is anonymized in practice. Thirdly, it follows the patients who have received a face donation. The article develops different types of relationship between the donors and the receivers. It thus highlights the processual nature of anonymity: Anonymization.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La politique du don anonyme comme encadrement étatique des relations entre les personnes et leur chair
L’anonymat comme évidence ?
La politique du don : entre anonymisation du donneur et personnalisation de la chair
La politique du don anonyme au bloc opératoire : « on ne greffe pas un visage »
Faire du visage un organe
Prélever la face, transplanter un greffon et faire advenir un visage
L’anonymisation de la matière à l’épreuve de sa réception par les patients : oublier le donneur, mais remercier le don
L’anonymat performé
Le hau préservé
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au début des années 2000 se pose la question de savoir si le visage peut faire l’objet d’un don d’organes, dont l’anonymat constitue une condition essentielle en France. Le visage peut-il en effet être rendu anonyme ? Peut-on le prélever puis retirer à la matière le nom du donneur ainsi que toute trace d’identité personnelle ? Autrement dit, un visage peut-il devenir un organe interchangeable à la manière du cœur qui devient « pompe » et du foie qui devient « filtre » dans le contexte d’une transplantation ? En 2004, le Comité consultatif national d’éthique, dont l’avis est non contraignant mais détient un fort pouvoir de légitimation, juge l’avènement de la transplantation faciale « illusoire » au regard de « la force symbolique » du visage et de sa centralité dans la construction identitaire des individus. Le prélèvement de « l’un des repères majeurs » de l’humanité et de la singularité de la personne est jugé « inconcevable ». Les proches d’un défunt en état de mort encéphalique ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Le Clainche-Piel, « Faire du visage un organe anonyme », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 11 |  2020, mis en ligne le 08 mai 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/7032

Haut de page

Auteur

Marie Le Clainche-Piel

leclainchepiel@gmail.com
Chercheuse postdoctorale au CNRS, Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP) - CESDIP, 43 boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page