Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 3, vol. 11EnquêtesUne cage dorée ? Expériences genrées(…)

Une cage dorée ? Expériences genrées du privilège migratoire dans l’« expatriation »

A Golden Cage? Gendered experiences of “expat” privilege
Claire Cosquer

Résumés

À partir d’une enquête ethnographique menée par observation participante et d’entretiens semi-directifs conduits avec des migrant·e·s français·es, cet article explore une série de trois ambivalences marquant la situation des femmes dans ce mouvement migratoire qui peut être qualifié de privilégié. Une première ambivalence est constituée par la contradiction apparente entre l’appartenance des femmes étudiées à une migration privilégiée, permettant une élévation du niveau de vie et du statut social du couple, et l’intensification de leur assignation à une sphère et des rôles construits comme féminins. Une deuxième ambivalence est cristallisée par le recours massif à l’emploi domestique, qui représente à la fois une exploitation libératoire, pour les enquêtées, mais aussi une continuation de la contrainte domestique sous d’autres formes. Enfin, une troisième ambivalence est formée par l’ampleur de l’homosociabilité de genre, laquelle est à la fois la conséquence d’assignations structurelles et l’espace de résistances diverses. Faisant écho à la situation des femmes blanches dans la colonisation, ces ambivalences concourent à établir une position sociale dominante, définie par l’appartenance à un groupe social blanc.

A Golden Cage? Gendered experiences of “expat” privilege

Drawing on an ethnographic research of French migrant women settled in Abu Dhabi, this article unravels three ambivalences that define women’s position in privileged migration. First, while privileged migration typically prompts upward social mobility, women also experience an intensification of their assignation to feminine social roles and spaces. Second, while resorting to domestic workers unburdens French women from (some) reproductive labor, it also sustains a transformed domestic constraint. The third ambivalence concerns gendered homosociability, a consequence of structural assignation and a space of resistance. Echoing aspects of white women’s position in colonial contexts, these ambivalences partake in the delineation of whiteness as a dominant social position.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

« Femme d’expat’ » : la migration privilégiée comme paradoxe genré
Motifs migratoires et processus de décision conjugale : des mobilités inégales
L’asymétrie genrée des conditions et ajustements migratoires
Carrières et stratégies professionnelles dominées
De l’exploitation domestique libératoire à la reconfiguration des contraintes genrées
Vivre en patronnes : expériences de la délégation du travail domestique
Du sentiment de vacances à la « déprime totale » : gestions de l’abondance du temps « libre »
L’entre-soi féminin, assignations et résistances
Le développement de sociabilités féminines : Coffee Mornings, club des femmes, vie de compound, Ladies’ Nights
« Découvrir la vie » : effets contrastés de la reconfiguration du contrôle social
Conclusion

Aperçu du début du texte

« L’activité professionnelle et moi, ça fait beaucoup » me confie Clémence. À 36 ans, elle est installée à Abu Dhabi depuis plus d’un an au moment de notre entretien. Son conjoint, officier, a été affecté à la base militaire française localisée en bordure de la ville. Pour le suivre, Clémence a quitté son poste d’assistante médicale, qu’elle exerçait en continu depuis une dizaine d’années. Elle poursuit : « Quand je suis arrivée ici, il fallait absolument que je trouve un travail. Je disais : “Je peux pas rester sans boulot, c’est impossible pour moi de pas travailler.” Je voulais absolument travailler. […] Je pense que les quatre premiers mois où je suis arrivée ici, il fallait absolument que je trouve… J’ai postulé, alors postulé que dans des endroits où on parlait français, donc voilà, mais je voulais… J’en ai pleuré quoi, parce que je voulais absolument travailler. » Clémence a les yeux humides lorsqu’elle me relate cette période, mais arbore un large sourire. « Comme j’ai dit a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Cosquer, « Une cage dorée ? Expériences genrées du privilège migratoire dans l’« expatriation » », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 11 |  2020, mis en ligne le 27 juillet 2020, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/7161

Haut de page

Auteur

Claire Cosquer

claire.cosquer@sciencespo.fr
Docteure associée à l’OSC, chargée d’études à l’Ined et à l’Institut des migrations (ICM) - OSC, 27 rue Saint-Guillaume, 75337 Paris cedex 07, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search