Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 3, vol. 11EnquêtesUne cage dorée ? Expériences genrées(…)Annexes électroniques de l’article «(…)

Une cage dorée ? Expériences genrées du privilège migratoire dans l’« expatriation »

Annexes électroniques de l’article « Une cage dorée ? Expériences genrées du privilège migratoire dans l’“expatriation” »

Claire Cosquer

Texte intégral

1En complément des analyses présentées dans l’article, nous avons souhaité mettre à la disposition des lecteurs un certain nombre de documents supplémentaires qui ne pouvaient pas être intégrés ou joints à sa version papier.

1. Entretien avec Laurence

2Mise devant le fait accompli par son conjoint, Laurence semble intérioriser la responsabilité de ne pas « bloquer » son mari et se trouve alors face à un dilemme sans solution :

Alors qu’est-ce qui a fait que tu t’es décidée, finalement ?

Ben parce que lui il voulait partir donc… c’est… C’est-à-dire j’avais deux solutions, soit je lui disais : « Il est hors de question de partir », je le bloquais. Ce qui est pas ma mentalité, j’ai jamais considéré que je devais le bloquer. Et puis soit moi je restais en France, mais bon c’est pas vivable…
Laurence, 59 ans, sans activité professionnelle depuis un an (anciennement médecin scolaire), conjoint chirurgien spécialisé

2. Entretien avec Suzie

3Abu Dhabi constitue la deuxième expérience migratoire de Suzie : sans activité professionnelle, elle avait auparavant suivi son conjoint, militaire [réticente à me fournir diverses informations qu’elle juge trop personnelles en entretien, Suzie ne me donnera pas le grade de son conjoint] en Polynésie. Dans cette autre famille, le conjoint de Suzie convoque un vote, mais ne s’embarrasse pas du résultat :

On est arrivés il y a quatre ans, c’est notre cinquième année. Suite à une mutation professionnelle de mon mari. Donc… c’était une opportunité pour lui, ça n’a pas emballé du tout la famille. [souffle] J’ai trois garçons, dont un qui rentrait en terminale. Et nous avons fait un vote à la maison, pour savoir qui voulait partir. Quatre contre, un pour [rire]. Et de toutes façons on était muté, or personne ne voulait bouger donc… Mon mari a soigneusement décidé que [rire] le vote était nul et non-avenu et que y avait que le sien qui comptait. Donc on est arrivés à reculons. Mon fils aîné était inquiet parce que c’était son année de terminale, qu’il voulait rentrer en prépa après. Les deux autres simplement parce qu’ils avaient pas envie de bouger, moi non plus, et que un pays arabe, ça m’attirait pas du tout.
Suzie, 45 ans, sans activité professionnelle (pas d’activité connue avant le premier départ migratoire), conjoint militaire

3. Entretien avec Angèle

Elle me regarde préparer quelque chose, et après elle sait le faire.
Donc elle a appris à cuisiner français par exemple ?
Ah oui ! Alors par exemple, qu’est-ce qu’elle fait… Elle sait faire plein de trucs, tiens, j’ai pas d’idées… Ah ça, c’est en particulier, tiens, pour les desserts, le gâteau au chocolat, le… le gâteau au fromage blanc, la tarte tatin… Elle adore faire les desserts. Et elle a appris plein de desserts français, ça c’est vrai. Simplement en me regardant.
Angèle, 75 ans, retraitée, conjoint cadre supérieur dans le secteur des hydrocarbures

4. Entretien avec Sylvain et Cécile

4Un entretien de couple, mené avec Sylvain et Cécile, rend limpide l’importance de ce travail émotionnel, le maintien, voire l’accentuation, de son assignation aux femmes dans la migration :

Sylvain : Mais le maître mot, pour qu’une expatriation soit réussie, il faut que ça se passe bien au niveau de la famille.
Cécile : Oui ça c’est sûr.
Sylvain : Il faut que le mari, celui qui travaille, soit libéré de tout souci. Ça, c’est le maître mot. À partir du moment où ça se passe bien au niveau famille, l’école, les enfants, les petits besoins au niveau matériel, ben lui, il sera détendu. Quand il rentrera à la maison. Et donc il sera encore plus performant pour le travail. Ça, c’est la règle. Une expatriation réussie, ça se passe bien au niveau famille. On le voit, hein, quand ça se passe bien. Sinon ça divorce, ça se sépare, ça éclate. Les garçons ils restent, bien souvent, parce que le travail est intéressant. Mais les femmes elles rentrent. […]
Cécile : Non, puis l’éloignement aussi, je dirais, de la famille. C’est un facteur aussi, puisqu’ils sont très loin.
Sylvain : Ah, ben, ça resserre le couple. Ça le resserre.
Cécile : Ou pas.
Sylvain : Ou alors, ça casse. Parce que là, c’est vrai que y a plus l’équilibre qu’on peut avoir quand on est en France, parce que, bon, quand ça va pas aller, on va pleurer auprès de maman, on va se plaindre auprès de papa, on donne les enfants et puis, hop, le couple se resserre et tout. Mais là ici, c’est en autarcie un petit peu. Après vous pouvez avoir un équilibre avec des relations avec une communauté extérieure, oui, mais bon ça va être que de l’apparence, c’est pas toujours, ça rendra pas tout… Après quand vous êtes dans la maison, vous êtes tout seul. Les parents, la famille, vous les voyez… Alors c’est prévu dans les contrats, vous avez normalement une allocation, un crédit voyage, et là vous pouvez rentrer une ou deux fois par an. Les sociétés, c’est prévu dans le contrat. Mais une ou deux fois ça fait pas tout. Donc pendant un an, quand même, un an vous vivez en couple avec des enfants, voilà. Donc ça passe ou ça casse, c’est pas simple. […] Il faut une femme autonome, rapidement, faut pas qu’elle soit trop dépendante, parce que y a des contraintes hein ! Quand les garçons, ils partent le matin, et ils finissent, ils rentrent le soir, ben faut que ça avance, hein.
Cécile, 56 ans, sans activité professionnelle (aucune activité connue depuis 25 ans), et son conjoint Sylvain, 58 ans, ancien officier militaire, pilote instructeur

5Sylvain et Cécile vivent à Abu Dhabi depuis le début des années 1990 et se positionnent, au cours de l’entretien, comme de quasi-expert·e·s de l’expatriation et des Émirats : l’entretien alterne ainsi entre la mise en récit de leur propre expérience migratoire et la mise en valeur de leur longévité « expatriée » comme gage de cette expertise. Les considérations prescriptives sur la responsabilité des femmes dans le bon déroulement de l’expatriation, dont le maintien du couple et de la famille est une condition sine qua non, s’inscrivent dans ce positionnement discursif. Alors que les interventions de Cécile font transparaître son intériorisation des normes divisant les tâches dans le couple et la famille, les interventions de Sylvain suggèrent que les attentes masculines quant au travail émotionnel des femmes augmentent avec l’expérience migratoire.

5. Entretien avec Anne

Comment s’est passé la cohabitation avec cette employée domestique que finalement…

[me coupe] Très mal. [rires] Eh ben au départ j’ai voulu, pas en faire ma copine, mais je disais bon elle est là, ça m’embête de la payer euh… pour ce qu’elle fait et tout. Euh, donc au départ si. Je me suis dit bon, on va faire. Le problème c’est que j’aime bien cuisiner, j’aime bien avoir ma cuisine, et que même ça, euh… Je ne pouvais pas le faire. Parce qu’elle était tout le temps derrière moi. Mais après je la comprends, c’était son boulot aussi. Donc j’arrivais quand même, quand elle fasse la sieste, à cuisiner deux-trois petites choses. Voilà. Mais je l’ai pas pris comme un cadeau moi. Moi je l’ai pris comme quelqu’un qui vraiment prenait ma place. Et puis avoir quelqu’un à la maison 24-24, euh, on se sent pas vraiment chez soi. Surtout que elle est arrivée avant moi, pareil. Elle est pas… c’est pas moi qui lui ai donné les premières directives, et c’était pénible parce qu’elle avait pris des habitudes… j’avais beau essayer de lui dire gentiment, à un moment donné, quand j’ai vu qu’elle me bernait…
Anne, 55 ans, sans activité professionnelle (aucune activité professionnelle connue), conjoint consultant dans le secteur de la défense

6. Entretien avec Denise

6Denise, 52 ans, arrivée à Abu Dhabi en 2012, raconte ainsi avec nostalgie – elle a quitté ce compound depuis – comment ses journées étaient structurées par des habitudes communes à tout un groupe de femmes habitant le même compound :

Le matin j’allais… On était un groupe de femmes, on allait marcher. On allait marcher pendant deux heures, tout en discutant. Puis après, à l’issue, on allait prendre le café chez l’une ou chez l’autre. […] Et pendant qu’on marchait la maid préparait tout ce qu’il fallait, et y avait toujours plein de petits gâteaux. Alors ça c’est surtout les locales ou les Américaines. Plein de gâteaux. Donc en fait le bénéfice [rire] de la marche était… mais on passait un très bon moment. Donc c’était sympa. Donc… l’une après l’autre. Chaque jour on se retrouvait chez l’une ou chez l’autre après la marche. C’était sympa.
Denise, 52 ans, sans activité professionnelle depuis 25 ans (anciennement infirmière), conjoint cadre supérieur dans le secteur de la défense

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Cosquer, « Annexes électroniques de l’article « Une cage dorée ? Expériences genrées du privilège migratoire dans l’“expatriation” » », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 11 |  2020, mis en ligne le 27 juillet 2020, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/7216

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search