Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 4, vol. 11Enquêtes« Ne pas se laisser faire » : syndic(…)

« Ne pas se laisser faire » : syndicalisme et politisation pratique de fractions basses des classes populaires

“Fighting back”: Unionism and practical politicization of the lower working class
Charles Berthonneau

Résumés

À partir d’une enquête ethnographique au sein de deux unions locales (UL) de la CGT, cet article s’intéresse au syndicalisme dans des secteurs précarisés du marché de l’emploi (grande distribution, Ehpad, sous-traitance industrielle), afin de montrer en quoi cette activité participe à la politisation pratique des classes populaires par l’entretien d’une grille de lecture classiste des rapports sociaux. Nous expliquons les ressorts de cette politisation à partir d’une approche interactionniste reposant sur l’étude de la rencontre entre, d’une part, l’expérience des rapports de domination au travail qui a nourri chez des salariés un sentiment d’injustice et de défiance envers leur employeur et, d’autre part, l’activité de cadrage menée par les militants des UL chargés de les former syndicalement. Le but de cet article est alors de montrer comment les idéologies militantes en milieu populaire ne se déclinent pas tant dans des discours explicitement politiques, mais dans des styles et des principes moraux qui revêtent un caractère pratique, en ce qu’ils se voient directement mobilisables pour se défendre au travail. Ces principes pourraient être ici résumés en ces termes : on ne peut pas faire confiance a priori aux « patrons », seul le rapport de forces permet d’obtenir satisfaction face à eux. Ils renvoient à une éthique et un sens pratique de la résistance au quotidien face à l’employeur, que salariés et militants des UL traduisent par l’expression : « ne pas se laisser faire ».

“Fighting back”: Unionism and practical politicization of the lower working class

Based on an ethnographic research in two local unions (UL) of the CGT, this article examines trade unionism in precarious sectors of the job market (large retailers, nursing homes, industrial subcontracting). It shows that this activity participates in the practical politicization of the working classes by means of sustaining a class-based approach to social relations. This paper aims to explain the inner workings of the politicization process using an interactionist methodology and seeks to explore the ways in which the employees’ experiences of domination at the workplace as well as that of injustice and distrust towards their employers interact with the guidance provided by local unions. The purpose of this article is to show that militant ideologies are not so much expressed in explicitly political terms, but in moral styles and principles which take on a pragmatic dimension inasmuch as they can be easily channelled into action in the workplace. These principles could be summarized as follows: Trust in “the bosses” is not a given; only power struggle can help obtain satisfaction in dealing with them. These principles reflect an ethic and a practical sense of daily resistance to the employer, which the employees and local union activists refer to as “fighting back”.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Un syndicat pour faire valoir ses droits : l’économie morale de l’engagement syndical en milieu précaire
Des salariés attachés à leur travail
Les fondements moraux du sentiment d’injustice de salariés subalternes : un travail où on ne peut plus « s’arranger »
Se syndiquer : une protection contre l’employeur
Du côté des unions locales de la CGT : de l’art d’entretenir une grille de lecture classiste des rapports sociaux
L’engagement syndical au sein des UL de la CGT : un rapport politisé et populaire au syndicalisme
Parler du travail pour construire la figure de l’ennemi : « il n’y a que le fric qui les intéresse »
Des conseils pratiques pour se défendre comme moyen d’alimenter le « flair » anti-patronal : « [leur] parole ne compte pas »
L’ethos agonistique comme vecteur de l’insubordination
Conclusion

Aperçu du début du texte

unionism, commitment, militant socializing, practical politicization, working class, precariousness

Les membres des classes populaires se méfient généralement
des principes qui ne passent pas dans les faits (Hoggart, 1970, p. 138).
N’attends rien du patron : quand un patron
te tend une pomme, il y a toujours un ver dedans.

Les travaux portant sur la politisation des classes populaires ont depuis longtemps expliqué la nécessité de ne pas rester cantonné à une approche restrictive ou légitimiste de la politisation, mesurée à partir du degré de « compétence politique » des agents, définie comme « aptitude à opérer une construction proprement politique de l’espace politique » (Gaxie, 1978, p. 158). Cette approche repose sur une « conception lettrée » de la politique (Gaxie, 1978, p. 49), où les prises de position se font « sur le mode du calcul logique » et selon un « usage scolaire du langage » (Bourdieu, 2002, p. 244). Par conséquent, elle est un trait distinctif des agents relativement ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Berthonneau, « « Ne pas se laisser faire » : syndicalisme et politisation pratique de fractions basses des classes populaires », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 11 |  2020, mis en ligne le 06 octobre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/7488

Haut de page

Auteur

Charles Berthonneau

charles.berthonneau@wanadoo.fr
Docteur en sociologie, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, Aix-Marseille Université - LEST, UMR 7317 CNRS-Aix-Marseille Université, 35 avenue Jules Ferry, 13626 Aix-en-Provence cedex 01, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search