Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 4, vol. 11EnquêtesLa traduction manquée d’Edward Saïd (…)

La traduction manquée d’Edward Saïd en France

The missed translation of Edward Saïd in France
Anne-Claire Collier

Résumés

Cet article analyse la trajectoire éditoriale mouvementée d’Edward Saïd en France. Si l’ouvrage Orientalisme est traduit rapidement par les éditions du Seuil, deux ans après sa parution en anglais, ses autres écrits sont ignorés par les éditeurs français. Aucun de ses ouvrages n’est publié pendant seize ans alors que durant cette même période il publie douze ouvrages en langue anglaise, aussi bien théoriques que politiques. Face à ce silence éditorial, l’étude des archives personnelles d’Edward Saïd souligne paradoxalement un fort investissement de celui-ci auprès des éditeurs français : recours à un agent spécifique, contact personnel avec des éditeurs, envoi de manuscrits. Plusieurs missives montrent qu’Edward Saïd interprète ce silence comme une conséquence de ses engagements politiques en faveur de la Palestine. À partir de l’étude des archives d’Edward Saïd, de celles des maisons d’édition et d’entretiens menés auprès de ses éditeurs, cette étude cherche à rendre compte des conditions d’(im)possibilité de la traduction de cet auteur dans l’espace français mêlant à la fois le contexte intellectuel français, les contraintes économiques pesant sur l’espace éditorial ainsi que l’assignation identitaire subit par Edward Saïd croisant postcolonialisme, critique néolibérale et militant pour la cause palestinienne, le rendant difficilement « classable ».

The missed translation of Edward Saïd in France

This article analyses Edward Saïd’s tumultuous editorial trajectory in France. Even though his Orientalism was swiftly translated by Les éditions du Seuil, only two years after its English release, the author’s other writings have been ignored by French publishers: for the following sixteen years, none of his books were published although during this period he published twelve books in English, both theoretical and political. The study of Edward Saïd’s personal archives however shows that despite the editorial silence he entertained keen negotiations with French publishers as testified by his engaging a literary agent, contacting publishers and shipping manuscripts in person. Several letters show that Edward Saïd interpreted this silence as a consequence of his political commitment to the Palestinian cause. Based on the study of Edward Saïd’s and publishing companies’ archives as well as on interviews conducted with his former publishers, this article uncovers the conditions that made the translation of Saïd’s work impossible in France, that is the French intellectual context, the economic constraints weighing on the editorial world, and the difficulty to “classify” Saïd as an intellectual because of the multiple labels pinned on him.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La réception ambiguë d’Orientalisme en France
Résister à la résistance : la traduction comme acte de « bravoure » éditorial
Le dernier voyage éditorial : la reprise par Actes Sud

Aperçu du début du texte

Lors de la cérémonie de réception du Doctorat Honoris Causa de l’université Paris Diderot en avril 2003, Sonia Dayan-Herzbrun, professeure de sociologie à l’université Paris 7, amie d’Edward Saïd le présente ainsi : « L’œuvre littéraire d’Edward Saïd est aussi riche que diverse. Il est en effet l’auteur de plus de vingt livres, traduits en trente-cinq langues. Elle excède largement les barrières académiques, puisqu’il y est également question des problèmes les plus ardus qui se posent aujourd’hui au Proche et au Moyen-Orient […] Frontières disciplinaires, frontières linguistiques, frontières géographiques, Edward Saïd n’a cessé de les franchir toute sa vie. » Ces quelques phrases insistent sur la richesse et la diversité de l’œuvre d’Edward Saïd. Néanmoins, en 2003, seul trois de ses ouvrages majeurs sont traduits en français. C’est pourquoi cet article souhaite revenir sur ce décalage entre un auteur très prolifique et bénéficiant d’une forte reconnaissance académique dans le monde...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire Collier, « La traduction manquée d’Edward Saïd en France », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 11 |  2020, mis en ligne le 06 octobre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/7623

Haut de page

Auteur

Anne-Claire Collier

anneclaire.collier@gmail.com
Docteure en sociologie, ATER au CNAM, rattachée au laboratoire Sophiapol - Sophiapol, Université Paris Nanterre, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search