Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2020Marc Joly, Après la philosophie. His(…)

Marc Joly, Après la philosophie. Histoire et épistémologie de la sociologie européenne (CNRS éditions, 2020)

Eric Widmer
Référence(s) :

Marc Joly (2020), Après la philosophie. Histoire et épistémologie de la sociologie européenne, Paris, CNRS éditions, 568 p.

Texte intégral

version postprint

1Cet ouvrage rassemble une série d’articles publiés par Marc Joly dans les dix-quinze dernières années, précédés d’une introduction donnant corps et cohérence à l’ensemble. Le texte est structuré en trois parties : comment penser la « naissance » de la sociologie ? ; genèses, sanctions et ruptures ; études éliasiennes.

2Le sous-titre Histoire et épistémologie de la sociologie européenne est ambitieux. On s’attendait à sa lecture à un vaste panorama historique brassant les auteurs européens sur le dernier siècle et demi à travers les traditions nationales. De fait, l’ouvrage choisit plutôt de donner des coups de projecteur ça et là dans l’espace sociologique du xxe siècle, parfois sur des figures emblématiques de la discipline (Durkheim, Mauss, Elias, Bourdieu, Aron, etc.) mais aussi sur des auteurs moins reconnus pour leurs contributions à la sociologie (Piaget, Bloch, etc.). On ne trouvera donc pas, dans Après la Philosophie, un essai de synthèse autour du développement de la discipline, mais bien plutôt une réflexion sur les configurations particulières rendant compte du développement et de la réception des idées de quelques auteurs, à quelques moments clés pour la sociologie. L’ouvrage est donc à recommander à des sociologues avertis, et curieux des méandres par lesquels est passé le développement de leur discipline. La lecture fait faire aussi des rencontres inédites qui ne laisseront pas le passant indifférent : Jean Jaurès ou le baron Tosti, ont contribué, par petites touches, sans même trop le savoir, à l’institutionnalisation de la discipline. Ces rencontres témoignent de fait d’une construction socio-historique où les occasions d’un hasard apparent répondent à des besoins académiques et sociaux de longue durée. Par coups de projecteur, l’ouvrage décrit comment des logiques configurationnelles d’ensemble plaçant la sociologie et les sociologues en interdépendance avec les autres disciplines, ont généré le positionnement particulier qui est le leur aujourd’hui. Le paysage est plus français qu’européen, quoique quelques rencontres débordant le cadre national surviennent.

3La troisième partie de l’ouvrage est toute entière consacrée à une telle rencontre, celle avec Norbert Elias. Les ouvrages en langue française consacrés à Norbert Elias sont nombreux. L’originalité de l’approche proposée par M. Joly est d’exploiter les outils proposés par le maître, à la compréhension de la réception tardive de son œuvre dans l’espace français. La présentation très vivante des difficultés de publication de Qu’est-ce que la Sociologie rend compte de ce retard par l’analyse de problématiques configurationnelles aux caractéristiques multidimensionnelles. Si N. Elias a été longtemps ignoré, on le doit à son positionnement particulier dans les chaînes d’interdépendances caractérisant le monde académique français et européen du direct avant et après-guerre. La lecture est très informative quant à l’histoire du maître en même temps qu’elle révèle comment cette histoire s’inscrit dans une configuration de liens contraignants.

4Reste la question d’entrée de l’ouvrage : La sociologie ne doit-elle pas remplacer la philosophie comme discipline intégratrice des sciences sociales ? Et que restera-t-il alors aux philosophes dans cette philosophie post-sociologique (p. 10) ? La seconde des deux questions ne me semble pas être du ressort des sociologues. L’avenir des orientations et fonctions de la philosophie doit être laissé aux philosophes. La question est plutôt, pour les sciences sociales, de savoir si, comme l’affirme M. Joly, les philosophes exercent une influence négative sur les sciences sociales en général, en brouillant les enjeux, ceux existant notamment tournant autour de l’épistémologie de la connaissance et de l’interdisciplinarité. Cette domination de la philosophie est aussi dommageable à la sociologie, selon l’ouvrage, en terme institutionnel. Que la sociologie soit en déficit de prestige et de reconnaissance n’est en soi pas nouveau et certes regrettable, mais peut-on le reprocher à l’establishment philosophique ? N’est-il pas davantage à chercher dans la montée de l’individualisme contemporain, comme schème culturel, qui tend à tout rapporter à l’individu comme entité fondamentale relativement intangible et fermée sur elle-même ? Marc Joly nous rappelle que la sociologie met avec raison bien davantage l’accent sur le groupe ou, en terme eliasien, la configuration, que toutes les autres sciences sociales et humaines.

5Dans ce contexte, la sociologie peut-elle espérer remplacer la philosophie comme discipline intégratrice des sciences humaines et sociales (p. 15) ? L’ouvrage propose toute une série de raisons pour lesquelles on peut espérer. Cependant, les candidates à ce rôle sont nombreuses et les appétits aiguisés. Il faut certes compter avec ce qui est décrit comme une rente de situation de la philosophie, mais la psychologie, l’histoire, l’économie, sans compter les cultural studies ou même les neurosciences démontrent elles aussi des velléités intégratrices grandissantes. Ces disciplines sont par ailleurs sans doute mieux positionnées, en terme institutionnel et culturel, à l’heure actuelle – cela peut changer –, pour l’emporter, par leur centration sur l’individu. Et de fait, l’ouvrage fait un excellent travail à rappeler les compétitions et enjeux de pouvoir qui se sont développés au cours du xxe siècle entre les différentes sciences sociales et humaines. Le texte rappelle aussi avec vigueur et conviction l’apport important que peut faire la sociologie aux avancées scientifiques en révélant les dynamiques configurationnelles favorables à leur émergence. La collaboration entre biologie, psychologie et sociologie, débarrassée du patronage de la philosophie, est présentée comme particulièrement riche en potentiel, et la sociologie particulièrement apte à jouer le rôle d’intégratrice.

6Mais ceci n’est possible que si la sociologie se discipline un peu plus. L’ouvrage se veut porteur du développement d’un paradigme sociologique plus unifié, principalement autour des apports de Norbert Elias et subsidiairement de Pierre Bourdieu. Encore faudra-t-il convaincre les sociologues eux-mêmes qu’une telle unité est possible, voire même souhaitable. Sans cela, me semble-t-il, il y a fort à parier que la force de persuasion de la sociologie au-delà de ses frontières restera faible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Widmer, « Marc Joly, Après la philosophie. Histoire et épistémologie de la sociologie européenne (CNRS éditions, 2020) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2020, mis en ligne le 27 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/7842

Haut de page

Auteur

Eric Widmer

eric.widmer@unige.ch
Professor at the Department of Sociology of the University of Geneva, member of the board of directors of NCCR LIVES - Dpt of sociology, University of Geneva, 102 Bd Carl Vogt, 1211 Geneva, Switzerland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search