Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN°4, vol. 1EnquêtesÉlèves en difficultés de parents for(…)Propriétés familiales et caractérist(…)

Propriétés familiales et caractéristiques scolaires

Gaële Henri-Panabière

Texte intégral

1Le recours à l’analyse des correspondances multiples permet de mettre en évidence les attractions entre certaines propriétés familiales et les caractéristiques scolaires des collégiens, et de prolonger les analyses des caractéristiques familiales scolairement rentables, esquissées dans l’article, et plus précisément dans la sous-partie intitulée « Des propriétés familiales qui "font capital" au collège ».

2Dans la figure 1 ci-après, on observe un premier axe horizontal dont le pouvoir de description est très nettement supérieur aux autres, comme le montre l’histogramme des valeurs propres. Il oppose très clairement des profils sur la base de la dotation des parents en titres scolaires et de la réussite scolaire des collégiens : à gauche les élèves en difficultés (moyennes inférieures à 10 en mathématiques ou en français, redoublement connus en primaire ou au collège) et les parents scolairement peu dotés (mères et pères sans diplôme) ; à droite les élèves en réussite (moyennes supérieures à 14) et les parents fortement diplômés (pères et mères diplômées au delà du premier cycle de l’enseignement supérieur). Les indicateurs de pratiques de lecture familiales participent également à la structuration de cet axe. Ils concernent les lectures enfantines : les corpus de lecture les plus variés, le fait d’aimer lire, la fréquentation de plusieurs bibliothèques, du côté de la réussite scolaire ; les corpus essentiellement composée de bandes dessinées, la lecture par obligation, la non fréquentation de bibliothèque du côté des difficultés. Les indicateurs des pratiques maternelless’opposent de la même manière : les mères lisant beaucoup (un livre par mois et plus) et fréquentant une bibliothèque régulièrement s’opposant aux mères lisant peu (5 livres par an et moins) et ne fréquentant aucune bibliothèque.

3On peut parler ici d’un axe de la transmission culturelle : à droite des collégiens « héritiers », faisant fructifier sur le marché scolaire des capitaux culturels familiaux; à gauche des collégiens « déshérités » du point de vue de la culture légitime, scolairement reconnue).

4Pour compléter le tableau des collégiens héritiers, on peut ajouter que c’est de leur côté que l’on retrouve les professions maternelles et paternelles supérieures, l’ancienneté du capital culturel de la mère (avec les lignées maternelles scolairement pourvues à droite du plan) et deux indicateurs de pratiques éducatives seulement : l’inscription des collégiens à plusieurs activités extra scolaires5 et leur abonnement à une revue. Pour en finir avec la description de ce premier axe, on peut préciser que les modalités dont les contributions à cet axe sont les plus fortes sont le diplôme supérieur de la mère, puis celui du père. Arrive ensuite, du même côté de l’axe, la profession supérieure du père puis celle de la mère et enfin le fait que l’enfant soit abonné à une revue. Parmi les modalités situées de l’autre côté de l’axe, les plus fortes contributions concernent le fait que le collégien lise « seulement » des bandes-dessinées, qu’il ait redoublé en primaire et que sa mère n’ait aucun diplôme.

  • 1  Il s’agit de la modalité contribuant le plus fortement à ce deuxième axe.

5Les modalités de la réussite scolaire ne sont pas alignées totalement sur le premier axe, les indicateurs de difficultés scolaires s’opposant aussi, bien que de manière moins nette, dans la verticalité du plan (les indicateurs de difficultés étant regroupés à gauche du plan mais aussi en haut, ceux de réussite dans le quart inférieur droit). Dans la partie inférieure du plan, on retrouve à la fois les modalités de diplômes parentaux du secondaire professionnel (CAP et BEP), de professions maternelles d’employées ou d’ouvrières et des diplômes maternels de premier cycle universitaire. Dans la partie supérieure du plan, se trouvent les indicateurs de diplômes parentaux les plus élevés (pères et mères diplômés du deuxième ou troisième cycle universitaire) et les plus bas (mère et père sans diplôme). La valeur descriptive de ce deuxième axe est nettement inférieure à celle du premier, il n’en reste pas moins à analyser. Les variables dont les modalités s’opposent le plus clairement le long de ce deuxième axe concernent le rang de naissance associé à la taille de la fratrie (avec les enfants uniques et les aînés en bas, tandis que les cadets, surtout lorsqu’ils appartiennent à une fratrie de trois enfants ou plus, se situent en haut), l’organisation des devoirs (faisant intervenir une personne extérieure à la famille1, devoirs souvent fait à la dernière minute en haut) et les diplômes parentaux (les deux extrêmes de la hiérarchie scolaire s’opposant aux niveaux intermédiaires).

6La figure 2, quant à elle, représente le nuage de point formé par les familles enquêtées pour les deux premiers axes de la même analyse des correspondances. Ce nuage de points distingue de plus les collégiens selon leur situation scolaire : en difficultés, moyens ou en réussite (reprenant ici la variable « classe de difficultés scolaires »). Cette variable n’a pas été prise en compte comme variable active car elle aurait été redondante avec celles du redoublement et des moyennes. Elle permet ici de rendre visible les sous-populations de situation scolaire. On observe ainsi la répartition des élèves en difficultés dans la partie gauche du plan, s’étirant vers le coin supérieur. Les élèves en réussite surtout concentrés sur le quart inférieur droit, se trouvent aussi, de manière plus dispersée, dans la partie supérieure droite. On voit bien ici que l’axe horizontal (celui de la transmission culturelle) distingue plus clairement ces deux types d’élèves que l’axe vertical.

7Sur ce graphique sont également situés les 20 collégiens rencontrés en entretiens. Logiquement ces collégiens méshéritiers se situent en grande majorité dans la partie supérieure du plan où se retrouvent à la fois les indicateurs de difficultés scolaires enfantines et de diplômes parentaux élevés. Seuls trois d’entre eux se trouvent en dessous, non loin de l’origine. La relative dispersion horizontale des collégiens rencontrés surprend peu au regard de l’importance, pour comprendre ces situations scolaires atypiques, de l’hétérogénéité de l’héritage parental et du fait que ce n’est jamais une caractéristique isolée qui les explique.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit de la modalité contribuant le plus fortement à ce deuxième axe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/808/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Figure 2
URL http://journals.openedition.org/sociologie/docannexe/image/808/img-2.png
Fichier image/png, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaële Henri-Panabière, « Propriétés familiales et caractéristiques scolaires », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 07 février 2011, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/808

Haut de page

Auteur

Gaële Henri-Panabière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search