Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2021Olivia Chambard, Business Model. L’U(…)

Olivia Chambard, Business Model. L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale (La Découverte, 2020)

Alice Pavie
Référence(s) :

Olivia Chambard (2020), Business Model. L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale, Paris, La Découverte, 300 p.

Texte intégral

version postprint

1Comment l’injonction à développer l’« esprit d’entreprise », issue du monde économique, a-t-elle pénétré l’enseignement supérieur ? Comment ce nouvel impératif contribue-t-il à transformer l’Université ? C’est à ces questions que répond l’ouvrage d’Olivia Chambard, issu de sa thèse soutenue en 2017.

2L’auteure s’appuie pour ce faire sur une très riche enquête socio-historique et ethnographique sur la formation des étudiants à l’entrepreneuriat menée entre 2009 et 2017. Elle s’inscrit à la fois à l’échelle nationale – celle de la « mise à l’agenda » de cette problématique et de la fabrique des politiques publiques – et à l’échelle des établissements et des dispositifs – celle des acteurs qui s’y engagent et des pratiques pédagogiques spécifiques qui s’y déploient. Elle multiplie ainsi les sources (entretiens, archives, questionnaires, observations) et les espaces d’investigation, comparant notamment huit modules d’éducation à l’entrepreneuriat aux formats variés et dispensés tantôt par une école de commerce ou d’ingénieur, tantôt par un IUT ou une université.

3Ce dispositif d’enquête, que l’auteure qualifie d’« éclatée » (p. 41), vise à surmonter la difficulté à saisir un objet qui relève « d’une formule qui circule, d’un mot d’ordre qui se diffuse » plutôt que d’une activité sociale bien identifiable ou d’une politique publique de grande ampleur. En effet, l’« entrepreneuriat étudiant » continue d’occuper une place relativement marginale dans les discours politiques et les plaquettes des universités. Néanmoins, depuis les années 2000, il suscite l’engouement et les dispositifs d’action publique visant à l’encourager, par le biais de sensibilisations et de formations, se sont multipliés. La circulation de cette thématique dans l’enseignement supérieur affecte au passage sa structure, ses contenus, les pratiques et les représentations des acteurs qui y évoluent.

4Dans un premier chapitre, l’auteure revient sur la genèse de cette cause en la réinscrivant dans une continuité historique ponctuée d’une série de controverses autour de l’ordre scolaire. Deux critiques prenant l’École pour cible sont ainsi réactivées à intervalles réguliers : l’une dénonce son inadéquation aux « besoins de l’économie », l’autre son manque d’efficacité en matière pédagogique. Elles sont portées tantôt par des pédagogues, tantôt par le patronat, une élite politique « réformatrice » ou des universitaires issus des sciences de gestion. L’essor de la promotion de « l’esprit entrepreneurial » au tournant des années 2000 n’est qu’une nouvelle étape de cette controverse. Elle prend alors la forme d’une promotion de la figure de l’« entrepreneur », d’une valorisation de l’indépendance au détriment du salariat et d’un encouragement à la création d’entreprise, autant de réponses au manque supposé d’« esprit d’entreprendre » de la population, constitué en problème public.

5C’est à la séquence temporelle suivante qu’est consacré le deuxième chapitre de l’ouvrage, qui porte sur la prise en charge de ce « problème » par la politique publique. Cette séquence s’ouvre avec le plan « Étudiants entrepreneurs » en 2009 auquel succèdent plusieurs dispositifs nationaux. L’auteure insiste sur la façon dont ces politiques sont coproduites par différents ministères, sous la houlette de celui de l’enseignement supérieur, mais aussi des représentants des directions des établissements d’enseignement supérieur, notamment des grandes écoles et des représentants du patronat. Ces entrepreneurs de cause ont des objectifs distincts. Ainsi, si les agents ministériels voient la formation à l’entrepreneuriat comme un vecteur d’insertion professionnelle, les acteurs des grandes écoles l’entendent comme un levier d’aide à la création d’entreprise par les étudiants tandis que les représentants du patronat visent à « amener l’ensemble des étudiants à adopter une attitude entrepreneuriale par rapport à l’existence » (p. 194). Leurs négociations et compromis donnent naissance à une politique peu contraignante, sans véritables moyens, caractéristique de formes nouvelles de gouvernementalité fondées en grande partie sur l’incitation et la mise en concurrence.

  • 1 « Caractérisée par la valorisation de l’activité intellectuelle désintéressée, la rationalisation d (...)

6Le troisième chapitre propose une analyse comparée des pratiques pédagogiques mises en œuvre dans six dispositifs d’apprentissage de l’entrepreneuriat. Il met au jour un paradoxe : l’intégration de l’entrepreneuriat dans les programmes du supérieur témoigne d’une rupture vis-à-vis de la forme scolaire1, mais, dans le même temps, elle ne peut se faire « qu’au prix d’une (relative) mise aux normes académiques de l’éducation à l’entrepreneuriat ». Les pratiques pédagogiques dites « alternatives », « actives » ou encore « ludiques » y sont particulièrement privilégiées, reflétant une dévalorisation du sérieux académique au profit du sérieux entrepreneurial : au savoir pour lui-même fait place l’acquisition de « savoir-être » et dans une moindre mesure de « savoir-faire ». Néanmoins, les formateurs sont souvent rattrapés par des usages et pratiques emblématiques des formats académiques ; ces formations tendent progressivement à se normaliser et à se rapprocher de filières plus ordinaires.

7Le quatrième chapitre place les acteurs de ces programmes au cœur de l’analyse. Il donne à voir leur diversité (agents administratifs, enseignants-chercheurs, intervenants issus de l’« écosystème » entrepreneurial) et l’hétérogénéité de leurs appropriations des dispositifs. Cinq usages sont ainsi distingués : un usage économiciste, qui cherche à fabriquer des entrepreneurs ; un usage socio-éducatif, dont l’objectif est d’accompagner des jeunes dans leurs projets ; un usage « interne », visant à la transformation de l’enseignement supérieur ; un usage démotivé, qui est le fait d’une bureaucratie auquel l’essor de ces dispositifs a donné naissance ; enfin, des usages « alternatifs ». Concernant ces derniers, l’auteure tend à relativiser leur force critique, qui ne se déploie que dans les marges du cadre institutionnel dans lequel ces dispositifs sont ancrés. Ainsi, chez ces acteurs, la critique du salariat se traduit par une mise en avant de l’émancipation individuelle que serait susceptible d’offrir l’entrepreneuriat ; de même, la volonté de « changer le monde » dont certains témoignent les conduits à placer leurs espoirs en l’impact positif que peuvent avoir les projets entrepreneuriaux, mais sans perdre de vue l’impératif de rentabilité.

8Le cinquième et dernier chapitre construit une lecture des aspirations et réalisations entrepreneuriales des étudiants au regard de leurs trajectoires sociales. Si l’engagement dans l’entrepreneuriat naît pour de nombreux jeunes d’un commun rejet du salariat et d’une recherche d’émancipation, les bénéfices qu’ils sont susceptibles d’en retirer varient en fonction des ressources dont ils disposent. Certains étudiants se forment à l’entrepreneuriat non pas pour créer leur entreprise, mais pour augmenter leur employabilité en tant que salariés. D’autres nourrissent bien un projet entrepreneurial mais il s’agit pour les uns de tenter de s’élever socialement en déjouant la dévalorisation dont fait l’objet leurs diplômes sur le marché du travail, tandis que pour d’autres étudiants issus de milieux favorisés, il s’agit de monter des projets ambitieux qui leur assureront une position socialement et symboliquement valorisée. Les chances de réussite de ces deux groupes sont contrastées, le manque de ressources du premier le conduit bien plus régulièrement à l’échec.

9Soulevons d’abord quelques limites de l’ouvrage afin de conclure sur ses nombreux apports.

10En premier lieu, si les étapes historiques de l’essor des dispositifs entrepreneuriaux sont bien retracées, il reste difficile de se faire une idée précise de leur ampleur actuelle dans l’enseignement supérieur. Il est ainsi précisé que l’éducation à l’entrepreneuriat prend des formes très variées : « elle se décline dans le supérieur en modules ponctuels proposés hors cursus (rencontres avec des entrepreneurs, business game, ateliers proposés par les services dédiés à l’insertion professionnelle, etc.), en cours magistraux et travaux dirigés inscrits dans les maquettes de diplômes, en filières dédiées – licences professionnelles, masters et diplômes d’établissement, destinés à former des entrepreneurs, des « salariés entreprenants » ou encore des formateurs à l’entrepreneuriat – ainsi qu’en dispositifs d’accompagnement des « porteurs de projet » (mentoring, incubateurs, accélérateurs, etc.) » (p. 20). Mais quelles sont la part et le nombre respectif de chacune de ces formes ? Tous les établissements d’enseignement supérieur sont-ils dotés de telles formations ? Combien d’étudiants concernent-elles ? Quelques données chiffrées permettraient d’amorcer une quantification du phénomène afin notamment d’expliciter son caractère marginal ou non à l’échelle de l’enseignement supérieur.

  • 2 Ce concept a été proposé par P. DiMaggio et W. Powell pour analyser la convergence de comportements (...)
  • 3 Buisson-Fenet H. & Draelants H. (2010), « Réputation, mimétisme et concurrence : Ce que « l’ouvertu (...)

11Par ailleurs, bien que l’enquête s’inscrive dans plusieurs espaces distincts du supérieur, sa restitution dans l’ouvrage tend parfois à donner une image uniforme de la diffusion du phénomène en son sein. On se demande ainsi si ces dispositifs occupent une place – matérielle et symbolique – similaire dans les écoles de commerce, les universités, les écoles d’ingénieur, etc. ; si le profil des étudiants qui les fréquentent est représentatif de l’ensemble des étudiants de ces institutions. Ces dispositifs jouent-ils d’ailleurs un rôle dans la concurrence que se livrent entre eux les établissements ? Peut-on faire de leur diffusion une analyse en termes d’« isomorphisme institutionnel2 » – comme dans le cas de la diffusion des dispositifs dits d’ouverture sociale dans l’enseignement supérieur3, par exemple ? Les informations relatives aux établissements enquêtés sont sommaires, rien n’est dit de leur place dans l’espace de l’enseignement supérieur. De même, le contenu de ces dispositifs est-il dépendant du contexte institutionnel dans lequel ils s’insèrent ? Sans doute en partie pour convaincre de la pertinence à considérer conjointement un ensemble très hétérogène de dispositifs, l’analyse ne s’étend pas sur cette diversité et les clivages qui la structurent. Ces points mériteraient d’être développés, ce qui ne retire rien à la qualité de l’ouvrage.

12L’auteure, dans un style rigoureux mais très accessible, comble à travers lui l’absence de travaux sociologiques consacrés à l’éducation à l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur. Elle s’inscrit ainsi dans la lignée des recherches menées par Lucie Tanguy ou Sabine Rozier qui ont mis en lumière cette dynamique dans l’enseignement secondaire. Ces travaux rendent possible une réappropriation de cette thématique par la sociologie – thématique jusqu’alors surtout investie par les sciences de gestion. Une juste distance critique est mise en œuvre : loin des développements normatifs louant ces dispositifs, sans pour autant succomber à « un réductionnisme instrumental faisant de l’entrepreneuriat une sorte de cheval de Troie de la pénétration des logiques de l’entreprise à l’université, ou un nouvel avatar de l’“idéologie capitaliste” porté par un groupe d’agents doté d’un corpus de valeurs cohérent et d’intentions explicites » (p. 32).

13Le parti pris d’une enquête multi-située est tout à fait convaincant. Il autorise un dialogue entre plusieurs échelles d’analyse et entre sociologie des politiques publiques et sociologie des curricula, deux champs de recherche rarement mobilisés conjointement. Les dispositifs étudiés ne sont pas présentés comme des boîtes noires, leur pédagogie et les pratiques des acteurs qui les investissent font l’objet d’une attention fine. Dans le même temps, en resituant leur dynamique dans un contexte historique, social et politique, l’auteure permet au lecteur de prendre de la hauteur et d’apercevoir les profondes transformations qui rendent leur essor possible et la façon dont ces dispositifs contribuent en retour à ces évolutions. L’enseignement supérieur joue bien en partie aujourd’hui un rôle de « laboratoire des idéologies capitalistes » (p. 32). Ces dispositifs contribuent à l’implantation, la circulation, la diffusion et donc à l’acceptabilité de certaines propositions politiques libérales. Ils participent aussi à métamorphoser les institutions du supérieur au sein desquelles ils se logent.

Haut de page

Notes

1 « Caractérisée par la valorisation de l’activité intellectuelle désintéressée, la rationalisation des savoirs et le principe de leur transmission verticale, la reconnaissance des titres scolaires comme source de légitimité ».

2 Ce concept a été proposé par P. DiMaggio et W. Powell pour analyser la convergence de comportements entre des organisations appartenant à un même champ.

3 Buisson-Fenet H. & Draelants H. (2010), « Réputation, mimétisme et concurrence : Ce que « l’ouverture sociale » fait aux grandes écoles » Sociologies pratiques, vol. 21, no 2, p. 67-81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Pavie, « Olivia Chambard, Business Model. L’Université, nouveau laboratoire de l’idéologie entrepreneuriale (La Découverte, 2020)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2021, mis en ligne le 06 janvier 2021, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/8248

Haut de page

Auteur

Alice Pavie

alice.pavie@gmail.com
Doctorante à l’Université d’Aix-Marseille, LEST - Laboratoire d’économie et de sociologie du travail, UMR 7317 CNRS - Aix-Marseille Université, 35 avenue Jules Ferry, 13626 Aix-en-Provence cedex 01, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search