Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2021Romain Sèze, Prévenir la violence dj(…)

Romain Sèze, Prévenir la violence djihadiste. Les paradoxes d’un modèle sécuritaire (Seuil, 2019)

Alex Mahoudeau
Référence(s) :

Romain Sèze (2019), Prévenir la violence djihadiste. Les paradoxes d’un modèle sécuritaire, Paris, Seuil, 228 p.

Texte intégral

version postprint

1À travers cet ouvrage, Romain Sèze prend sur la question de la violence djihadiste en France l’angle d’une sociologie de l’État et des politiques publiques. Cette approche est bienvenue dans un contexte éditorial dominé par les travaux s’interrogeant sur la violence djihadiste en tant que phénomène. Sans attaquer la légitimité de telles approches, l’ouvrage de Romain Sèze permet ainsi de prendre du recul et de percevoir la façon dont l’incompréhension même de la nature de la violence djihadiste conditionne les discours et l’action publique visant à la mettre en échec. La thèse de l’auteur est élégamment résumée en fin d’ouvrage : « Qu’est-ce que la lutte contre la radicalisation ? C’est l’extension d’un paradigme sécuritaire dans le champ de l’antiterrorisme, selon des logiques comparables à celles qui ont prévalu lors de son apparition dans les politiques de gestion de la délinquance, et dans la continuité desquelles elle s’inscrit » (p. 207).

2Pour en faire la démonstration, le travail de Romain Sèze couvre dans les grandes lignes la période s’étendant du milieu des années 2000 à l’année 2016, et des attentats de New York et de Londres, notamment, à la séquence entre janvier 2015 aux attentats djihadistes de 2016. Centré sur la France, le travail se concentre particulièrement sur cette dernière séquence et l’inclusion progressive du répertoire de la « déradicalisation » dans les politiques publiques françaises en matière d’antiterrorisme, à partir des attentats commis par Mohammed Merah en 2012. L’auteur, qui met à profit plusieurs corpus constitués principalement d’archives, de rapports, de déclarations, de discours, d’expertise – et notamment une attention particulièrement approfondie à la littérature grise –, de politiques publiques à l’échelle nationale et locale, et d’une campagne d’entretiens menée avec des acteurs-clé de la politique de lutte contre la radicalisation. Le travail qui en ressort s’inscrit explicitement dans une sociologie de l’action publique qui revendique une inspiration théorique constructiviste : « La radicalisation apparaît donc toujours en filigrane de ce travail sans jamais en être l’objet à proprement parler, dans la mesure où il s’agit d’observer comment elle est constituée en problème public tout en étant en retour objectivée par l’action publique » (p. 12).

  • 1 Les cas dans lesquels des décisions d’orientation des politiques publiques conditionnent les décisi (...)

3La perspective de Romain Sèze se déploie en trois grands axes abordés de façon chrono-thématique particulièrement bienvenue en ce qu’elle permet de suivre la conception de politiques publiques tout en soulignant les moments de rupture, les contradictions, les incertitudes et les cas de dépendance au sentier1 qui les caractérisent. La première partie se préoccupe de la production de la « radicalisation » comme problème public, montrant notamment comment celle-ci est dans un premier temps cadrée à travers une approche de prévention « secondaire » ou ex-post ; la deuxième partie s’ouvre avec les attentats de janvier 2015, l’émergence d’une doctrine de prévention « primaire » (ex-ante) de la « radicalisation », et l’interaction entre cadrage social et cadrage sécuritaire de la question ; la troisième s’inscrit dans les grandes lignes dans la même temporalité que cette dernière, en se concentrant sur la dimension religieuse de la politique mise en œuvre, tant du point de vue d’un État qui tâche de recruter les « représentants de la communauté musulmane » que du point de vue des actions autonomes d’élites religieuses musulmanes en France pour se saisir de la question.

4La partie I de l’ouvrage, « La radicalisation : du problème à l’action publique », s’appuie sur l’idée relativement classique en sociologie politique que les problèmes publics comme la « radicalisation » ne correspondent pas à des réalités objectives mais à un processus long de mise en récit et de conversion de problèmes individuels en faits collectifs, puis en problèmes politiques. C’est notamment l’insistance sur l’importance de la réaction des institutions, en France, qui fournit de la matière à cette partie : l’apparent « retard » français en matière de prise en compte de la « radicalisation » vient ainsi essentiellement d’une réticence des administrations françaises à se préoccuper de questions religieuses. L’auteur montre notamment qu’il y a moins une prise en compte d’un nouveau problème qu’un changement dans la manière dont ce problème est compris, en rapport avec les limites du référentiel précédent, axé autour de la notion de « terrorisme », encore prévalente au moment de « l’affaire Merah ». Les premiers départs liés à la « filière syro-irakienne » et la mobilisation de familles et d’experts, notamment Donia Bouzar et Yann Jounot, conduit à une période d’expérimentation en matière de « déradicalisation » qui s’appuie notamment entre 2014 et 2016 sur le fait de coordonner des acteurs locaux hétéroclites pour détecter et contrecarrer les supposés processus de « radicalisation », et de faire émerger des structures propres qui ne parviennent pas à faire leurs preuves, mais développent une logique propre conduisant à l’émergence de professionnels du domaine. La politique de « déradicalisation » peut sous certains aspects être vue comme ouvrant un « marché » propre, sur lequel entrent en compétition des acteurs hétéroclites. Et si la séquence se clôt avec la mise en place en 2017 du plan « Prévenir et Protéger », l’auteur ne manque pas de souligner que « la satisfaction qui en [la prévention de la radicalisation] est attendue repose sur sa capacité à réinstaurer une confiance, alors qu’elle fonctionne comme une machine à produire de la méfiance » (p. 85), particulièrement du fait de scandales divers mais également des résultats très contrastés des dispositifs mis en place.

5La partie II, « Prévention primaire et recentrement sur une population “à risque” » s’intéresse à la manière dont, après les attentats de janvier 2015, est opéré un déplacement de la question de la « radicalisation », depuis un cadrage sécuritaire vers un cadrage social, et vers la mise en avant de mesures de prévention « primaire » appuyées sur un narratif de la « radicalisation » comme résultant d’un manque de « cohésion nationale », qui justifie une réponse par une forme de nationalisme : « L’invocation de cette “réponse” par le Premier ministre [Manuel Valls] ne relève pas que d’une question de vocabulaire ou d’un pur procédé de communication. Elle a progressivement été incarnée dans la forme prise par l’action publique, et cela s’est déjà traduit par l’idée que la lutte contre la radicalisation devait émerger d’une entreprise de renforcement de la cohésion sociale. » (p. 103). En s’appuyant sur les rapports produits alors par Malek Boutih et Sébastien Pietrasanta notamment, l’auteur montre ainsi la genèse dans l’expertise d’une campagne de « contre-discours » aux objectifs peu définis, notamment via les réseaux sociaux, visant à donner une réponse aux opérations de propagande menées alors par l’État Islamique en Irak et en Syrie. Cette campagne fait d’ailleurs l’objet du même recadrage que l’action publique en général, étant réorientée depuis la contre-propagande vers la promotion de la cohésion sociale (p. 122). Le même constat est tiré de la place importante donnée à l’institution scolaire dans le développement de cette prévention « primaire ». L’un des effets pervers de cette politique, note l’auteur, est la façon dont elle conduit à recentrer les opérations de prévention sur une  communauté musulmane » qu’elle conduit dès lors à construire.

6La partie III, « Impliquer les responsables musulmans dans la lutte contre la radicalisation », peut être vue comme une analyse des conséquences d’un tel effet pervers. Dans le discours que Romain Séze analyse, « l’islam apparaît en effet à la fois comme une cause et une solution à la radicalisation » (p. 143), avec pour conséquence une centralité particulière des institutions prenant en charge l’organisation du culte musulman et la représentation supposée des croyants en France dans la lutte contre la violence djihadiste. L’ouvrage explore alors la manière dont la volonté étatique d’encadrer le contenu cultuel et la formation des ministres du culte se heurte au cadre des lois régulant la laïcité en France. Cette situation paradoxale dans laquelle la défense affichée du principe de laïcité entre en conflit avec ce principe même est résolue d’après l’auteur par la construction d’une « responsabilité » des prêtres musulmans voulue par le ministère de l’Intérieur et des acteurs-clés parmi ces mêmes prêtres, incarnée par la constitution de l’Instance de dialogue avec le culte musulman : « Le dialogue avec les décideurs publics voulu par cette Instance est donc le moyen de continuer à sensibiliser un vaste ensemble de responsables musulmans au problème de la radicalisation et de susciter une dynamique en vue d’une implication plus active dans sa prévention » (p. 162). Cette inclusion d’enjeux cultuels à la politique de prévention de la violence djihadiste se fait également en parallèle par le truchement d’engagements individuels et collectifs d’imams profitant des réseaux sociaux pour diffuser leurs propres contre-discours, encouragés en ce sens pour l’auteur par le développement d’une politique publique les responsabilisant. Toutefois, ainsi que le précise l’auteur, ces reprises ne sont pas de simples « copies » des intentions de la personne publique et font l’objet d’adaptations en fonction de la position des acteurs, à la fois représentants de leur culte et perçus comme agents délégataires de l’action publique.

7En somme, l’ouvrage présente un angle sous-étudié de la question de la « radicalisation » en France, en choisissant de montrer les politiques publiques plutôt que sur le phénomène à proprement parler. Ce choix confère à l’ouvrage ses deux points forts essentiels : d’une part, un refus de réification du phénomène de la « radicalisation », qui permet de prendre ses distances avec une vision exceptionnaliste du phénomène et de mettre l’accent sur les incertitudes, les méconnaissances, les effets pervers et les dépendances au sentier qui influent la définition du phénomène, comme l’illustre le cas du difficile abandon des structures de « déradicalisation » pourtant incapables de faire état de leurs succès ; d’autre part, en replaçant de manière historicisée la lutte contre la « radicalisation » dans un contexte plus large, il donne à voir la fabrique concrète d’une politique publique nationale, loin d’une vision enchantée et pour ainsi dire démiurgique de l’action des gouvernants. Le sens du détail avec lequel l’auteur reconstruit des réseaux d’action publique en partie I notamment est à saluer, quand bien même il constitue peut-être la partie la plus difficilement accessible de l’ouvrage. Il en va de même pour la partie III dans laquelle l’auteur met à contribution ses connaissances précédentes des acteurs du culte musulman en France. C’est tout l’intérêt de l’approche de Romain Sèze que d’illustrer la valeur d’une approche qui ne réifie pas un « islam de France » principalement saisi par des considérations théologiques ou culturelles, mais aborde a contrario cet objet comme un objet social, fait d’acteurs aux intérêts variables, disposant de ressources sociales diversifiées et pris au jeu d’institutions plurielles. Cette qualité du troisième tiers de l’ouvrage peut conduire à regretter une dimension parfois trop peu microscopique du travail : les entretiens qualitatifs, notamment, sont principalement employés au titre de témoignages, plutôt que pour mettre à jour des groupes ou des logiques contradictoires, des représentations, des conflits ou des carrières du point de vue des individus. La façon spécifique dont les rapports, qui constituent l’un des matériaux d’enquête les plus mobilisés de l’ouvrage, influent sur la production de la décision politique, mériterait également d’être précisée, au risque précisément de retomber dans un imaginaire « abstrait » de l’action publique. Cependant, ces critiques portent moins sur des manquements inhérents au livre que sur les possibilités d’approfondissement envisagés à sa lecture. Au-delà de son objet particulier, cette étude fournit un bon exemple de sociologie de l’action publique contextualisée. Qualité non-négligeable en ce qui concerne une enquête portant sur un sujet « brûlant », on peut en souligner la lisibilité et l’accessibilité du travail. Pendant de cette lisibilité, sans nécessairement compter au rang des défauts du livre, il est parfois nécessaire de lire entre les lignes pour percevoir l’argument théorique de l’auteur : la promotion en introduction d’une sociologie constructiviste de l’action publique peut ainsi échapper à un lectorat non-spécialisé.

Haut de page

Notes

1 Les cas dans lesquels des décisions d’orientation des politiques publiques conditionnent les décisions subséquentes et où la modification à la marge d’un dispositif de politiques publiques est plus probable que son remplacement par un autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alex Mahoudeau, « Romain Sèze, Prévenir la violence djihadiste. Les paradoxes d’un modèle sécuritaire (Seuil, 2019)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2021, mis en ligne le 06 janvier 2021, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/8267

Haut de page

Auteur

Alex Mahoudeau

mahoudeau.alex@gmail.com
Post-doctorant, GT JEDI, Labex Futurs Urbains, Université Paris-Est - Labex Futurs Urbains, Campus de la Cité Descartes, 6/8 avenue Blaise Pascal, Champs-sur-Marne, 77455 Marne-la-Vallée cedex 2, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search