Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2021Gilles Laferté, L’Embourgeoisement :(…)

Gilles Laferté, L’Embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers (Raisons d’agir, 2018)

Gabrielle Escaich
Référence(s) :

Gilles Laferté (2018), L’Embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers, Paris, Raisons d’agir, 376 p.

Texte intégral

version postprint

1L’ouvrage de Gilles Laferté paru en 2018 est l’aboutissement d’une enquête initiée par une recherche collective, au sein du Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux. Débutée en 2007, elle a déjà fait l’objet de plusieurs publications de la part de l’auteur.

2Le travail de G. Laferté s’inscrit dans le modèle de la monographie de village, qui marque profondément l’ethnographie des mondes ruraux à partir des années 1980, notamment depuis la parution de la thèse de Florence Weber (1989) sur Dambront. L’étude du chercheur porte ici sur un groupe particulier : les céréaliers du Germanois – tous les noms de lieux et personnes sont anonymisés dans l’ouvrage –, désignés alternativement comme « gros agriculteurs », « agriculteurs argentés » ou « embourgeoisés ». Il s’intéresse, en effet, à ce qu’il identifie comme un « embourgeoisement » des agriculteurs du Germanois. Le fait que l’auteur étudie spécifiquement cette catégorie socioprofessionnelle n’implique pas qu’il s’inscrive dans une « sociologie des mondes agricoles » (Hervieu & Purseigle, 2013), c’est-à-dire une sociologie du groupe professionnel des agriculteurs et des filières agricoles. Il s’agit bien plutôt de mener une « sociologie des mondes ruraux » (Bessière et al., 2006), et donc de « ré-évaluer la position sociale des agriculteurs, moins sur la scène professionnelle qu’au regard de leur patrimoine, de leurs revenus, de leur capital, de leurs pratiques politiques et culturelles et comparativement aux autres groupes sociaux » (Laferté, 2014, p. 430).

3Pour cela, l’auteur organise son ouvrage selon un cheminement clair et efficace. Après avoir opéré, dans ses deux premiers chapitres, un cadrage historique et statistique d’une grande précision sur la zone et le groupe enquêtés, il réalise une analyse très complète de ses matériaux ethnographiques, afin de situer ces céréaliers dans un « espace social localisé » (p. 42) particulier. Qu’apporte dès lors cet ouvrage à la bibliographie foisonnante des monographies des mondes ruraux et à l’analyse des rapports sociaux contemporains ?

Une pierre à l’édifice des monographies locales rurales

4Conformément à une tradition ethnographique fondée sur l’enquête de longue durée, cet ouvrage est le résultat d’une enquête au long cours, débutée en 2007. Gilles Laferté choisit une entrée par les « espaces sociaux localisés », ce qui est d’autant plus justifié que la catégorie socioprofessionnelle des agriculteurs est certainement celle pour laquelle les différences sociales selon la localisation géographique sont les plus fortes. Le Germanois a notamment la particularité d’être l’une des plus grandes zones céréalières de France, où s’est imposée « une agriculture professionnelle et rentable, l’agriculture familiale productiviste, […] qui prend aujourd’hui une tournure capitaliste avancée » (p. 133).

5C’est plus précisément par les trajectoires sociales que l’auteur aborde l’étude des céréaliers et ce à partir de matériaux divers. Tout d’abord, il s’appuie sur des entretiens, réalisés principalement avec des agriculteurs argentés et/ou descendants d’agriculteurs du Germanois, mais aussi avec d’autres acteurs de leur milieu d’interconnaissance (leur famille ou encore les banquiers de l’agence locale du Crédit agricole). Ces entretiens auprès d’une dizaine de familles permettent de reconstituer des trajectoires familiales sur plusieurs générations et de recueillir des récits de « mobilités en train de se faire » (Pagis & Pasquali, 2016). Ils ouvrent ainsi la voie à une analyse des rapports entre ancrage local et position sociale. Gilles Laferté fait aussi la part belle à l’observation des lieux et des interactions dans lesquels s’insèrent ces céréaliers.

6L’historicisation des mobilités sociales contribue particulièrement à cette approche dynamique des trajectoires. Ainsi, le chercheur mobilise de nombreuses archives : des listes nominatives du recensement, l’arbre généalogique d’une famille collecté sur le terrain, une base de données constituée avec l’aide du personnel du Crédit agricole, ou encore trois fonds d’archives ethnographiques issus de monographies réalisées sur des terrains géographiquement proches. En outre, l’auteur s’est attaché à replacer le territoire du Germanois et le groupe des céréaliers dans de grandes tendances historiques, telles que les chocs économiques de la seconde moitié du xixe siècle, accompagnés de migrations massives de paysans pauvres vers les bourgs en voie d’industrialisation, ou la valorisation croissante du diplôme dans les carrières bourgeoises. « Tout l’intérêt des travaux historiques est de dénaturaliser les représentations fixistes des campagnes françaises » (p. 55) : le monde agricole que l’enquêteur a observé est en effet un « tout autre monde » (p. 15) que celui qui avait été décrit jusqu’ici. En particulier, observer un embourgeoisement des céréaliers a représenté une « surprise » tant il entrait en contradiction avec les travaux antérieurs et les discours des syndicats d’aujourd’hui.

Une « ethnographie des classes sociales » appliquée aux mondes ruraux

7Le livre de G. Laferté vise d’abord à « décrire le groupe agricole dans les termes de la société de classes, historiquement réservés à la description des mondes urbains » (p. 356). Plus précisément, l’auteur souhaite mener une « ethnographie des classes sociales » qui a l’avantage d’être « complémentaire des études classiques de la stratification sociale » (p. 15). L’ethnographie peut en effet permettre une description plus fine de la structure sociale que ne le permettrait une approche exclusivement statistique. À titre d’exemple, les tables de mobilité masquent l’embourgeoisement des céréaliers, puisque la catégorie statistique d’agriculteur ne distingue pas entre les niveaux de capital économique, social ou culturel.

8Dès lors, comment les céréaliers s’inscrivent-il dans la structure sociale du Germanois ? L’auteur met en avant deux tendances divergentes au sein du monde rural, creusant les inégalités : un mouvement historique d’embourgeoisement des céréaliers, qui se produit symétriquement à une « paupérisation agricole » (p. 357). Cet embourgeoisement correspond à un processus d’accumulation de capital économique qui s’accompagne de l’intériorisation d’un certain nombre de pratiques et représentations distinctives. La position des céréaliers dans la structure sociale est toutefois ambiguë. D’une part, leur capital économique les rapproche des catégories supérieures, mais leur manque de capitaux culturel et scolaire les contraint à rester dominés symboliquement par elles. D’autre part, si leur « bonne volonté culturelle » demeure un élément qui les rapproche des classes populaires, leur capital – économique notamment – accumulé les distingue nettement de celles-ci. Cette ambiguïté n’est visible qu’à condition d’analyser la diversité des pratiques et représentations des céréaliers, et les multiples variables interdépendantes liées au processus d’embourgeoisement : « les transformations des dispositions, les effets de la multisocialisation, les conversions politiques, les revenus, les diplômes ou les modes de vie » (p. 21). C’est pourquoi l’auteur décrit de nombreux éléments qui objectivent cet embourgeoisement : la taille de l’exploitation agricole et les dispositions entrepreneuriales (chap. 3) ; les revenus et le patrimoine immobilier et financier (chap. 4) ; la position sur la scène politique locale (chap. 5) ; l’habitat pavillonnaire et ses usages (chap. 6 et 7) ; ou encore les loisirs « bourgeois » (chap. 8).

9L’approche par les classes sociales permet notamment au chercheur de déconstruire un certain nombre de théories des mondes ruraux, tant celles d’historiens que de sociologues ou de statisticiens, qui ont en commun d’homogénéiser les agriculteurs et d’adopter une vision « fixiste et autarcique [de] l’économie paysanne » (p. 91). Par exemple, centrer l’analyse sur les petits agriculteurs, socialement proches des ouvriers, empêche de voir que se sont progressivement imposés des céréaliers que les dispositions entrepreneuriales rapprochent bien plutôt de « l’ethos capitaliste des cadres et chefs d’entreprise » (p. 169).

10Gilles Laferté justifie d’ailleurs la pertinence du terme d’« embourgeoisement » justement par sa capacité à décrire la société sous l’angle des classes sociales : « la notion présente l’avantage d’inscrire les mobilités sociales dans les luttes de classement propres à la société de classes » (p. 357). On peut cependant émettre quelques réserves sur l’usage du terme de « bourgeois » et sur la manière dont l’auteur décrit à certains moments les oppositions entre pratiques de classes. C’est par exemple le cas lorsqu’il écrit que « la centralité du téléviseur [chez les céréaliers], souvent de taille imposante, objet indigne pour la bourgeoisie cultivée ou accepté à condition qu’il prenne une place secondaire autour d’indicateurs culturels plus nobles, souligne la proximité vis-à-vis des classes populaires » (p. 296). Si G. Laferté déshomogénéise le groupe des agriculteurs tout au long de son ouvrage, il le fait peu pour les « classes populaires » et les « classes supérieures ». Il tend en particulier à attribuer par moments aux membres de ces groupes, du fait des expressions qu’il utilise, des représentations communes dont on peut questionner la généralisation (le mépris de certaines pratiques par la « bourgeoisie cultivée », par exemple). Par ailleurs, le terme « bourgeois », souvent péjoratif dans le langage courant, peut, bien qu’explicite pour un chercheur en sociologie, apparaître comme caricatural ou violent pour les lecteurs et les enquêtés eux-mêmes.

Spatialiser la structure sociale

11Dans son ouvrage, G. Laferté fait pleinement la démonstration de la pertinence d’une approche localisée des rapports sociaux. Il met en effet en avant les limites de l’approche nationale des céréaliers, qui risque de tomber dans l’artefact du groupe statistique agricole. Comme le démontre largement l’auteur, spatialiser la structure sociale, et plus particulièrement l’étudier à l’échelle de l’espace social localisé, est fructueux du fait des spécificités de chaque territoire et des rapports sociaux qui s’y jouent. Par exemple, dans le Germanois, le départ progressif d’une part des notables locaux au xxe siècle, et le diplôme élevé des gros agriculteurs relativement aux classes populaires locales, ont contribué au positionnement des agriculteurs argentés comme dominants dans la structure sociale locale, notamment en leur permettant de prétendre à des postes d’élus locaux.

12Toutefois, le chercheur contribue dans le même temps aux réflexions sur l’échelle pertinente d’analyse des phénomènes sociaux en général et des mondes ruraux en particulier. Il souligne en effet les difficultés liées à la focalisation sur l’espace social local, notamment celle de perdre de vue des contraintes structurales pesant sur les groupes et les territoires. En cela, les questions qu’il amorce font écho à des travaux récents de sciences sociales, notamment d’anthropologie, qui interrogent l’articulation entre, d’un côté, ethnographie localisée et, d’un autre, enjeux globaux contemporains, tels que les inégalités mondiales ou l’urgence environnementale (par exemple, Philippe Descola, 2018). Sans développer sur ces questions méthodologiques, G. Laferté observe que, dans le Germanois, les phénomènes environnementaux, à large échelle, ont des effets fortement déstabilisateurs à l’échelle localisée des exploitations agricoles. En effet, si une part des céréaliers a connu une mobilité sociale ascendante, l’intégration dans les politiques publiques des questions de protection de l’environnement, ainsi que l’imprévisibilité du cours des récoltes, sont sources d’« angoisse » (p. 358) pour eux. Dès lors, face au « passage du productivisme à l’agroécologie faisant de ces champions d’hier un souci d’aujourd’hui, […] la légitimité des positions de ces entrepreneurs est à reconstruire » (p. 364).

Haut de page

Bibliographie

Bessière C., Doidy, E., Jacquet O., Laferte G., Mischi J., Renahy N. & Sencébé Y. (2006), Les Mondes ruraux à l’épreuve des sciences sociales, Versailles, Quae.

Descola P. (2018 [2015]), « Chapitre 1. Humain, trop humain ? », Penser l’Anthropocène, Paris, Presses de Sciences Po, p. 19-35.

Hervieu B. & Purseigle F. (2013), Sociologie des mondes agricoles, Paris, Armand Colin.

Laferté G. (2014), « Des études rurales à l’analyse des espaces sociaux localisés », Sociologie, vol. 5, n° 4, p. 423-439.

Pagis J. & Pasquali P. (2016), « Observer les mobilités en train de se faire. Micro-contextes, expériences vécues et incidences socio-politiques », Politix, no 114, p. 7-20.

Weber F. (1989), Le Travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Ehess et Inra.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Escaich, « Gilles Laferté, L’Embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers (Raisons d’agir, 2018)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2021, mis en ligne le 06 janvier 2021, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/8287

Haut de page

Auteur

Gabrielle Escaich

gabrielle.escaich@ens.psl.eu
Étudiante en sciences sociales, École normale supérieure, Département de sciences sociales, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search