Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus2021Angèle Christin, Metrics at Work. Jo(…)

Angèle Christin, Metrics at Work. Journalism and the Contested Meaning of Algorithms (Princeton University Press, 2020)

Olivier Alexandre
Référence(s) :

Angèle Christin (2020), Metrics at Work. Journalism and the Contested Meaning of Algorithms, Princeton (NJ), Princeton University Press, 272 p.

Texte intégral

version postprint

1Au cours des dernières années, les manifestations de scepticisme, voire de franche hostilité à l’égard des journalistes sont allées grandissantes dans l’espace public en ligne. Le Word Wide Web fut pourtant envisagé par certains journalistes comme un moyen de renouveler en profondeur la pratique de leur métier ; tenir à distance le pouvoir politique, éviter l’ingérence des actionnaires, promouvoir un rapport de proximité aux lecteurs et bénéficier d’une liberté éditoriale retrouvée comptent parmi les différentes raisons qui poussèrent dans la seconde moitié des années 1990 ces « pionniers » à quitter le confort de rédactions installées. Le livre d’Angèle Christin, Metrics at work, propose un retour sur ce qui sépare cet enthousiasme de la première heure de la conjoncture actuelle de professionnels de l’information tiraillés entre la démultiplication des espaces de parole en ligne, les chaînes d’information en continu, la précarisation de leurs conditions de travail et le poids des « big tech » sur l’économie de l’attention.

2Le regard adopté dans l’ouvrage n’a pourtant rien de passéiste, ni de mélodramatique. L’auteure prend ses distances avec les illusions rétrospectives et les raccourcis du déterminisme technologique, et délaisse également la position de surplomb d’une certaine sociologie au profit d’une immersion dans la salle de rédaction. Tiré d’une enquête de terrain réalisée dans la première moitié des années 2010, le livre retrace la création de deux magazines d’information en ligne, l’un à Paris, l’autre à New York, désignés par des noms d’emprunt tout au long du livre. L’argument met en lumière la manière dont le quotidien des journalistes s’est progressivement restructuré autour de tableaux de bords présentant une série d’indicateurs dynamiques relatifs à la popularité des articles, le temps de lecture (moins d’une minute en moyenne pour chaque article d’un des deux sites), le taux d’abandon (un tiers des lecteurs du même site parvenait jusqu’au terme des articles consultés), l’audience et l’ensemble des données relatives à la consommation de l’information. Cantonnées jusqu’aux années 1990 aux services de marketing, ces outils de quantification sont devenus avec Internet le cœur battant des rédactions.

Du big au small data, une ethnographie du journalisme en ligne

  • 1 Voir notamment Cécile Méadel (2010), Quantifier le public. Histoire des mesures d’audience de la ra (...)

3L’approche adoptée recèle d’emblée une forme d’ironie à l’égard de ces mesures, puisque les promesses grandioses du big data et de l’intelligence artificielle se retrouvent comme mises à plat par l’observation ethnographique : le lecteur peut suivre la manière dont les rédacteurs en chef, mais aussi les journalistes scrutent les clics, traquent les vues et naviguent dans la course aux retweets. La prise en compte de ce passionara pour les small data conduit à ne plus envisager les données comme des « critères objectifs » (p. 79) ou des actifs commercialisables, mais comme des symboles. Dans les rédactions, la charge symbolique des données est double : les mesures de diffusion des articles fournissent heure par heure une vision agrégée et dynamique du lectorat ; dans le même temps, l’audience accumulée fournit un indicateur de la valeur, positive ou négative, d’un article et par extension de celui ou celle qui l’a écrit. Si la mesure de l’audience des médias s’inscrit dans une histoire déjà longue1, l’auteure souligne la puissance d’incarnation des instruments de mesure dans un environnement de travail informatisé. Des entreprises et outils spécialisés apparus dans le courant des années 2000 (Chartbeat, Parse-ly, SocialFlow, Google Analytics) fournissent aux entrepreneurs de presse une somme d’informations sur la consommation de l’information, avec une précision, une clarté, un rythme d’actualisation, une facilité d’accès et de consultation qui en font « le crack de l’info en ligne » (p. 17). De fait, le lectorat n’est plus ce point d’horizon poursuivi par les journalistes depuis le xixe siècle, mais une image quotidienne, vivante, omniprésente dans leurs discussions, à la dérobée dans les escaliers ou autour de la machine à café dans le cas new-yorkais, ou ouvertement dans la salle de rédaction parisienne. Pour mieux saisir la puissance d’incarnation de cette représentation, l’auteure recourt à la notion de « publics algorithmiques », définis comme des « publics médiatisés et représentés par des outils et des logiciels informatiques » (p. 8).

4Elle rappelle également que l’apparition de nouveaux instruments de mesure dans un marché entraîne fréquemment une requalification de la valeur et par extension une réorganisation du secteur (p. 54). En l’occurrence, la capacité à prendre le « pouls des lecteurs » (p. 84) alimente des stratégies explicites de rentabilité et de visibilité des articles, mais aussi des formes plus insidieuses de modification des pratiques de travail. L’intensification de la concurrence au cours des années, avec aux États-Unis, les lancements de Slate en 1996, de Gawker en 2003, du Huffington Post en 2005, de Buzzfeed en 2006, de Business insider en 2009, etc., en attendant celui de Konbini (2008), Brut (2016) ou Loopsider (2018) en France, auxquels s’ajoutent la numérisation des journaux papiers, débouche sur une compétition acharnée pour la captation du trafic en ligne. Dans ce contexte, les indicateurs métriques révèlent, d’une part, que ce trafic est fonction de la productivité des rédactions ; d’autre part, que la popularité des contenus mis en ligne au sein d’une rédaction est inégalement distribuée. Pour un article devenant viral, une majorité restera cantonnée aux zones de basse visibilité, équivalent d’une petite mort pour les articles. Sur la base de ce double constat, les directeurs de rédaction adoptent deux stratégies d’adaptation : mettre en ligne plus d’articles, en privilégiant les gros contributeurs au sein de l’équipe ; alterner des articles à visée qualitative avec des aimants à clics. En effet, si les articles de fond assurent la respectabilité du titre aux yeux des lecteurs et du monde de la presse, les contenus jouant des codes du blog et des réseaux sociaux s’inscrivent davantage dans la lignée des journaux populaires (les penny papers, yellow papers et autres tabloïds).

5Cette bipolarité se retrouve aussi bien dans l’organisation de la rédaction, l’architecture des portails, les rémunérations que les statuts des rédacteurs. La section « Internationale » disparaît chez l’un des sites étudiés, en raison d’un trafic jugé insuffisant, tandis que les contenus à forte exposition deviennent la spécialité de quelque-un(e)s au sein du journal. Le rédacteur en chef de la publication parisienne parle ainsi de la « place de la pute » (p. 75) pour désigner l’emplacement sur le portail consacré aux articles destinés à capter l’attention des internautes. Souvent écrits par des femmes pigistes, d’une vingtaine d’années, venues du blog, faiblement rémunérées, ces dernières travaillent également à gagner en visibilité et respectabilité au sein du corps des journalistes. Mais la prise d’importance des réseaux sociaux fait de la socialisation aux outils et tactiques numériques un passage obligé pour l’ensemble de la rédaction. Un répertoire de savoir-faire est progressivement constitué, s’identifiant très largement aux techniques de Search Engine Optimization : « être webby », « penser comme un employé de Google », « réfléchir à l’ordre des mots », « traiter un sujet le premier, le faire vite et le faire bien », poster un même contenu plusieurs fois, avec des titres différents selon que l’article soit relayé sur Facebook ou Twitter, pour que le post sorte gagnant, c’est-à-dire plus visible, du traitement algorithmique différencié des plateformes.

Deux histoires du journalisme

6Le livre s’appuie sur une lecture serrée de la littérature spécialisée de part et d’autre de l’Atlantique, ce qui donne du poids aux décadrages successifs qui permettent de dépasser un tropisme parfois repérable dans la sociologie des médias : la focalisation sur des rédactions transformés en isolats, mettant dos à dos l’information locale et nationale ; le journalisme de presse et de télévision ; les cas français et nord-américain ; le journalisme d’information et le journalisme gonzo; le journalisme professionnel et les contributions ordinaires. De ce dernier point de vue, en se centrant sur la production du journalisme en ligne, l’auteure minore sans doute la tradition préalable à Internet du journalisme public et citoyen.

7Toutefois, au-delà de l’image d’une « révolution numérique » universelle, le jeu des petites comparaisons entre les deux rédactions fait apparaître d’importantes disparités, rappelant l’épaisseur sociale et le poids des traditions historiques qui confèrent leur propre tonalité à ces nouvelles pratiques. La scène d’ouverture du livre est d’ailleurs construite autour d’un étonnement : alors que les membres de la rédaction new yorkaise ont développé un rapport technique aux mesures du trafic en ligne, leurs homologues français semblent entretenir un rapport émotionnel à ces mêmes données. À partir d’un point commun, l’alternance de l’éditorial et du clic (p. 5), les rédactions se distinguent par le sens qu’ils accordent à leurs indicateurs. Pour expliquer ces microdifférences, l’auteure s’appuie sur le concept macrosocial de « champ » qui permet, par le jeu de la comparaison, de mettre en lumière les écarts de formation entre les deux espaces de production de l’information auxquels appartiennent les deux rédactions.

8Aux États-Unis, l’espace du journalisme s’est constitué à partir d’une opposition entre sensationnalisme et professionnalisme, ce second pôle s’articulant autour des principes d’autorégulation, de responsabilité sociale et de liberté de la presse. Pour les garantir, après la Seconde Guerre mondiale, un « mur de séparation » entre l’éditorial, sanctuarisé, et le marketing, autonomisé, est dressé dans de nombreuses rédactions. En France, l’histoire du journalisme est liée depuis le xixe siècle à celle des intellectuels. La porosité entre l’activité de journaliste et celle d’écrivain, et la proximité sociale aux universitaires, artistes et dirigeants politiques, se retrouve à travers une organisation professionnelle plus tardive et relâchée. En conséquence, la conception même du rôle de journaliste diffère structurellement entre les deux pays. Aux États-Unis, les journalistes jugent qu’il leur revient d’informer leur lectorat en toute indépendance, là où dans le cas français, il s’agit de l’éclairer. La manière dont les techniques de mesure d’audience ont impacté les rédactions de part et d’autre de l’Atlantique sont tributaires de cette histoire. À New York, il revient au directeur de la publication d’arbitrer les choix entre les articles de fond et les articles à clics ; tandis que cet impératif s’avère intériorisé par l’ensemble des membres de la rédaction à Paris. Cette généalogie donne du relief à la dimension symbolique des données : les instruments sont les mêmes, mais incarnent deux choses différentes. À New York, elles symbolisent les préférences du marché que les membres ordinaires de la rédaction doivent tenir à distance pour tenir leur rôle en toute indépendance. En France, elles incarnent le lectorat, en tant que dérivé historique du « peuple », au point de faire l’objet de toutes les attentions au sein des rédactions.

9Avec une proximité, parfois sceptique, parfois amusée, qui n’altère jamais la rigueur d’exposition, l’ethnographe restitue ainsi la trame sociale de la « révolution numérique », à travers une suite d’engouements, revirements, compromis, impensés et décisions assumées. On pourrait objecter que la démonstration du livre se paye au prix d’une série de réductions : de l’histoire d’un pays à sa géographie, de sa géographie à deux villes, de deux villes à deux capitales, d’une profession à deux rédactions, de données à celles des tableaux de bords, etc. Mais, après tout, les journalistes, qui empruntent quotidiennement de tels détours pour construire l’image de leur public, accréditent par la pratique cette forme de réductionnisme méthodologique. En retraçant ces cheminements, l’enquête donne à voir et à penser aussi bien l’évolution des médias, la reconfiguration du marché de l’information, l’impact du numérique sur les organisations de travail que le processus de précarisation d’une profession engagée bien avant que le terme « uberisation » n’intègre le langage courant. Avec une clarté exemplaire, l’ouvrage réinscrit Internet dans une double histoire, celle du domaine dans lequel il s’inscrit et celle qui le définit au travers d’usages locaux, donnant à penser Internet au-delà et en deçà de « la courte mais surprenante histoire » (p. 37) de ce medium. Sur cette base, l’hypothèse centrale du livre pourrait trouver des domaines d’applications chez les professionnels de l’espace public, passé du hors au en ligne, qu’il s’agisse des universitaires, des publicitaires, des dirigeants politiques, ou de ceux nommé à travers la notion encore vague d’« influenceur », futurs chantiers tout indiqué pour Angèle Christin.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Cécile Méadel (2010), Quantifier le public. Histoire des mesures d’audience de la radio et de la télévision, Paris, Economica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Alexandre, « Angèle Christin, Metrics at Work. Journalism and the Contested Meaning of Algorithms (Princeton University Press, 2020)  », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2021, mis en ligne le 21 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/8321

Haut de page

Auteur

Olivier Alexandre

olivier.alexandre@cnrs.fr
Chargé de recherche, sociologie, CNRS/Centre Internet et Société, 59/61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search