Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 2, vol. 12EnquêtesLa Semaine du cerveau à Paris (2014-(…)

La Semaine du cerveau à Paris (2014-2017) : étude sur les contraintes de la vulgarisation des neurosciences

The Brain Awareness Week in Paris, 2014-2017: A Study on the constraints of popularising neurosciences
Sébastien Lemerle

Résumés

Les études sur la diffusion sociale des connaissances scientifiques distinguent depuis plusieurs décennies un modèle classique de la vulgarisation scientifique, désigné comme « modèle du déficit », et des formes davantage caractérisées par l’engagement des publics avec la science. Cet article interroge les formes actuelles de ce « modèle du déficit » encore très répandu, à partir d’une enquête réalisée entre 2014 et 2017 sur une manifestation autour des neurosciences, la Semaine du cerveau. Les multiples contraintes d’organisation et de programmation pesant sur ce projet issu de la communauté scientifique montrent que la réflexion sur les formes classiques de la vulgarisation doit prendre en compte à la fois une approche externaliste (quels acteurs, quelles institutions, quelles politiques, etc.), une approche communicationnelle (quels problèmes posés par la reformulation d’un texte ésotérique dans une langue plus accessible, etc.) et une étude de la façon dont les représentations des intervenants de la Semaine du cerveau influencent leurs pratiques. Le modèle du déficit doit donc être reprécisé et nuancé : il ne peut être abordé indépendamment du réseau de relations dans lequel se pratique la vulgarisation, activité semi-autonome devant prendre en compte une multitude de réalités sociales (champ scientifique, autres espaces de production symbolique, logiques des pratiques culturelles contemporaines, nécessité de recourir à des dispositifs discursifs spécifiques, dépendant eux aussi de paramètres culturels et sociaux).

The Brain Awareness Week in Paris, 2014-2017: A Study on the constraints of popularising neurosciences

For several decades, studies on the social dissemination of scientific knowledge have distinguished between a classic model of science popularisation, referred to as the “deficit model”, and other forms more often characterised by public engagement with science. This article examines the current forms of this “deficit model”, which remains widespread, based on a survey carried out between 2014 and 2017 on a public neuroscience event, Semaine du Cerveau (Brain Awareness Week). The many organisational and planning constraints, placed on this project designed by the scientific community, show that any study into the classic forms of popularisation must consider: an externalist approach (which takes into account actors, institutions, policies, etc.), a communicational approach (which addresses the problems raised by reformulating esoteric texts into a more accessible form) and the ways in which the representation of speakers at Semaine du Cerveau influences their practices. The deficit model must, in light of these consideration, be clarified and nuanced. The deficit model cannot be approached independently of the networks of relationships in which popularisation is practised, which despite being a semi-autonomous activity must take into account a multitude of social realities (such as the field of science, other spaces of symbolic production, the logic of contemporary cultural practices, and the need to resort to specific discursive devices which also depend on the particular cultural and social context in which they are used).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’influence des contraintes d’organisation sur la programmation
Une manifestation d’auto-affirmation des neurosciences
Des ressources instables d’une année sur l’autre
Les chaînes de coopération présidant au contenu des animations
Le tropisme médical de la programmation
L’influence de contraintes intrinsèques à la VS
Le recours au récit
L’appel à un imaginaire visuel et ludique
Un discours de prédication
L’empire de l’analogie
Quelles contraintes internes ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Notre moment historique, marqué par les risques sanitaires et leurs conséquences de longue portée dans les domaines économiques, sociaux et géopolitiques, a remis au centre de nombreuses discussions la question de la diffusion sociale des connaissances scientifiques, sujet de réflexion ancien (Poirrier, 2016) et préoccupation récurrente des pouvoirs publics (IGAENR, 2012). Le modèle dominant de cette diffusion a longtemps reposé sur la prédominance de la parole scientifique, qu’elle émanât des chercheurs eux-mêmes ou de médiateurs plus professionnalisés travaillant dans la presse, l’édition, les médias audiovisuels ou les institutions culturelles (Lemerle, 2016). À partir de la fin des années 1960, ce modèle a été remis en question, d’abord en raison de son arrière-plan idéologique (Jurdant, 1969, 2009), puis au motif que la diffusion des connaissances déboucherait toujours sur des résultats distincts de leurs origines scientifiques, le « soi-disant partage du savoir effectué par le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Lemerle, « La Semaine du cerveau à Paris (2014-2017) : étude sur les contraintes de la vulgarisation des neurosciences  », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 12 |  2021, mis en ligne le 12 mai 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/8446

Haut de page

Auteur

Sébastien Lemerle

slemerle@parisnanterre.fr
Maître de conférence HDR, Université Paris Nanterre, Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (équipe CSU) - Pôle Métiers du Livre, Université Paris Nanterre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search