Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 2, vol. 12EnquêtesDes professionnelles de la socialisa(…)

Des professionnelles de la socialisation : visibilité du travail, normes professionnelles et clivages sociaux chez les assistantes maternelles

Professionals of socialization: Visibility of work, professional norms and social divides amongst family childcare professionals
Caroline Bertron, Pascal Barbier, Anne Pellissier-Fall, Pauline Seiller et Irène-Lucile Hertzog

Résumés

Cet article propose une sociologie du travail socialisateur des assistantes maternelles à partir de l’étude des pratiques et du rapport au travail des professionnelles. Les travailleuses subalternes, peu qualifiées, de la petite enfance doivent aujourd’hui témoigner d’une préoccupation pour l’ « éveil », l’« éducatif » ou le « développement moteur sensoriel ou émotionnel » des enfants. Mais en dehors de ces dimensions prescriptives, la composante socialisatrice du travail quotidien reste peu analysée. Or, elle est au centre d’enjeux constants, avec les parents, auprès des enfants et amène les femmes de ce champ professionnel à se positionner par rapport à plusieurs sources normatives pour décrire leur travail. L’étude de cette dimension du travail permet ainsi d’accéder à des registres d’action très diversifiés mais orientés normativement. Elle permet d’aborder la variété des dimensions morales sous-jacentes à l’exercice du métier et aux conceptions du travail sur les enfants. L’article montre l’invisibilisation par les professionnelles de certains aspects prescrits du travail socialisateur au profit d’autres dimensions, comme le rôle d’un accueil familial pour l’enfant. En étudiant plus généralement comment cette dimension du travail est inégalement mise en avant selon les professionnelles, l’article distingue plusieurs registres d’intervention. Il analyse enfin les effets des pratiques professionnelles sur les positionnements sociaux des assistantes maternelles au sein des milieux populaires.

Professionals of socialization: Visibility of work, professional norms and social divides amongst family childcare professionals

This article seeks to inquire into socialization as a form of work, based on the practices of family childcare professionals. Subaltern and lowly qualified, childcare professionals, who work with young infants, are now required to accompany the “emotional”, “educational” and “motor” development of those in their charge. But, outside of these prescriptive requirements, the task of socializing young children remains largely unexplored. However, this task is at the heart of childcare professionals’ vocation. It is a central concern not only for professional caregivers but also for parents and children. Moreover, this socialising dimension of their work leads childcare professionals to understand and describe their own practices in terms of normative discourses. Therefore, this aspect of their work is of interest because it encompasses diverse but normatively oriented modes of action. These normative discourses help professional caregivers approach a variety of moral questions linked to their work and shapes their conception of working with children. This article shows how childcare professionals obscure certain aspects of socializing children whilst emphasizing others. More generally, this article will address how this socialising dimension of their work is unequally emphasized by different professional caregivers and will seek to identify several contrasting strategies of intervening in the socialization of a young child. Lastly, this article will seek to analyze how differentiated practices may affect the position of childcare professionals within the lower classes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’invisibilisation du travail socialisateur sur les enfants
Un travail socialisateur associé aux « activités »
Le « reste » du travail
Les déclinaisons du travail socialisateur
Trois déclinaisons du travail socialisateur
Le(s) rapport(s) à la famille : un rapport au métier structurant
Affirmer des préférences éducatives : classement et reclassement en milieux populaires
Des pratiques socialisatrices « non traditionnelles »
Une incorporation des prescriptions différenciée
Prises de position et réassurance des appartenances sociales
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis le début du xxe siècle, les institutions de la petite enfance « mettent aux normes » leurs usagers et leurs professionnel·le·s. Le « soin » des enfants a tout d’abord constitué une préoccupation centrale (Boltanski, 1969 ; Gojard, 2010), la maîtrise des techniques professionnelles liées au monde de la médecine garantissant la jouissance de positions dominantes dans le secteur de la petite enfance. À cette préoccupation fondée historiquement sur la lutte contre la mortalité infantile et la correction de pratiques populaires considérées comme déviantes (Brougère & Vandenbroeck, 2007 ; Rollet, 2017) s’est ajouté ces dernières décennies un souci pour une intervention diversifiée sur les enfants. Les travailleuses de la petite enfance doivent aujourd’hui témoigner d’une préoccupation pour « l’éveil », l’« éducatif » ou le « développement moteur sensoriel ou émotionnel » des enfants. Dans la régulation du secteur de la petite enfance, la question du contenu du travail socialisateur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Bertron, Pascal Barbier, Anne Pellissier-Fall, Pauline Seiller et Irène-Lucile Hertzog, « Des professionnelles de la socialisation : visibilité du travail, normes professionnelles et clivages sociaux chez les assistantes maternelles  », Sociologie [En ligne], N° 2, vol. 12 |  2021, mis en ligne le 12 mai 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/8521

Haut de page

Auteurs

Pauline Seiller

pauline.seiller@unicaen.frMaîtresse de conférence en sociologie, Université de Caen, CERREV - Centre de Recherche Risques & Vulnérabilités, Université de Caen Normandie, Esplanade de la Paix, CS 14032, 14302 Caen cedex, France

Articles du même auteur

Caroline Bertron

carolinehs.bertron@gmail.com
Post-doctorante en sociologie, Université Paris-Dauphine, IRISSO-CNRS, Docteure associée au CESSP - CESSP, CSE-EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France

Pascal Barbier

Pascal.barbier@univ-paris1.fr
Maître de conférence en sociologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP - CESSP, CSE-EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France

Anne Pellissier-Fall

anne.pellissier@unicaen.fr
Maîtresse de conférence en sciences de l’éducation, Université de Caen, CIRNEF - Université de Caen Normandie, UFR des Sciences de l’Homme et de la Société, Esplanade de la Paix, Campus 1, Bâtiment Droit, DRS 32, 14032 Caen cedex, France

Irène-Lucile Hertzog

irene-lucile.hertzog@unicaen.fr
PRCE de sociologie, Université de Caen, CERREV - Centre de Recherche Risques & Vulnérabilités, Université de Caen Normandie, Esplanade de la Paix, CS 14032, 14302 Caen cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search