Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueLes 100 mots de la sociologieAutoanalyse, Socioanalyse

Autoanalyse, Socioanalyse

Sandrine Rui
Référence(s) :

Rui Sandrine, « Autoanalyse, Socioanalyse », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », 2e édition, p. 23.

Entrées d’index

Mots-clés :

autoanalyse, socioanalyse
Haut de page

Texte intégral

1La notion d’autoanalyse est empruntée au langage freudien. Au terme d’un travail réflexif réalisé sur et par lui-même avec l’aide d’un tiers, Sigmund Freud établit cette méthode d’investigation pour identifier, analyser et travailler les opérations de l’activité psychique.

  • 1 Pierre Bourdieu, Loïc Wacquant, Réponses, op. cit., p. 52.
  • 2 Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Minuit, 1984.

2Cette notion est mobilisée de façon diverse au sein de la sociologie. Mécanisme clé d’une sociologie réflexive (§ 14, Réflexivité), l’autoanalyse est, selon Bourdieu, une entreprise de connaissance de soi qui ne se réduit pas à « un retour intimiste et complaisant sur la personne privée du sociologue ». Elle se propose d’explorer « l’inconscient scientifique du sociologue »1, mais ici sans le recours à un tiers. La socioanalyse consiste à faire de même en prenant pour objet le champ scientifique, comme il s’y emploie dans Homo academicus2. Dans les deux cas, il s’agit d’analyser les effets des déterminations sociales qui pèsent sur toute production intellectuelle.

  • 3 Alain Touraine, La voix et le regard, Paris, Seuil, 1978.
  • 4 Vincent de Gaulejac, Fabienne Hanique, Pierre Roche, La sociologie clinique. Enjeux théoriques et m (...)
  • 5 Voir Georges Lapassade « Analyse institutionnelle et socioanalyse », Connexions, no 7, 1973.

3Par ailleurs, les sociologues qui accordent aux individus conscience pratique et capacités réflexives placent l’autoanalyse des acteurs et des groupes au cœur de leurs dispositifs méthodologiques. Conçue par Alain Touraine, la méthode de l’intervention sociologique consiste à créer les conditions d’une autoanalyse d’un groupe d’acteurs au moyen de confrontations à d’autres acteurs et de la médiation des chercheurs. Ce travail doit amener l’acteur à envisager le point de vue de la relation sociale et du champ social de son action. La connaissance sociologique produite relève alors de « l’analyse d’une autoanalyse »3. Un principe semblable est retenu par la sociologie clinique4, qu’elle porte sur des individus ou des organisations. Dans ce dernier cas, elle s’inscrit dans une tradition ouverte par l’analyse institutionnelle5 qui se présente comme une socioanalyse des organisations (§ 66, Organisation) afin d’explorer les dimensions symboliques et imaginaires de toute institution.

Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie » …

4Retrouver le livre sur le site des Presses universitaires de France :

5https://www.puf.com/​content/​Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Loïc Wacquant, Réponses, op. cit., p. 52.

2 Pierre Bourdieu, Homo academicus, Paris, Minuit, 1984.

3 Alain Touraine, La voix et le regard, Paris, Seuil, 1978.

4 Vincent de Gaulejac, Fabienne Hanique, Pierre Roche, La sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Ramonville-Saint-Agne, Erès, 2007.

5 Voir Georges Lapassade « Analyse institutionnelle et socioanalyse », Connexions, no 7, 1973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Rui, « Autoanalyse, Socioanalyse », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/8743

Haut de page

Auteur

Sandrine Rui

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search