Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 3, vol. 12Enquêtes« Policier, ce n’est pas un métier d(…)

« Policier, ce n’est pas un métier d’intellectuel »

Le capital culturel à l’épreuve du concours de recrutement des gardiens de la paix
« The police force is not an intellectual profession ». Cultural capital and the police recruitment test
Frédéric Gautier

Résumés

Étudiant la manière dont le concours de gardien de la paix met à l’épreuve le capital culturel des prétendants aux postes subalternes que l’institution policière propose, cet article explore les mécanismes à l’œuvre dans les opérations de sélection, qui permettent aux candidats les moins diplômés de contester la supériorité des plus titrés qu’eux, dans une compétition qui paraît pourtant favorable à ces derniers.

« The police force is not an intellectual profession ». Cultural capital and the police recruitment test

Based on an analysis of the recruitment test for police officers, this article explores how cultural capital can be used as a resource by those applying to the police force. It shows how less qualified candidates are able to challenge the superiority of those with a higher level of education, in a competition which should favour the latter group.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Diplômes et réussite au concours : quand les moins dotés résistent
La supériorité des plus diplômés...
… et sa contestation
La « culture » à l’épreuve de l’entretien : stigmatisation et « dissimulation »
Des discours de défiance. Le bibliothécaire et le policier
Les usages de l’épreuve. Une « région franche » ou un « marché » spécifique ?
S’affranchir des complexes sociaux ou ne pas « faire étalage » de ses ressources. L’efficacité d’une autre forme de capital ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Quoiqu’ils soient, depuis le milieu des années 2000, soumis à une entreprise politique de délégitimation (Eymeri-Douzans, 2012), les concours demeurent la voie d’accès principale aux postes de titulaires dans la fonction publique. En dépit des réformes menées depuis 2008 dans le cadre du programme de Révision générale du contenu des concours (RGCC), ils restent pour l’essentiel constitués d’épreuves qui ne remettent pas radicalement en question la liaison entre le niveau de diplômes des candidats et leurs chances de réussite (Delamare, 2019). De ce point de vue, le recrutement des policiers ne semble pas faire exception. Ainsi, après les réformes des décennies 1980 et 1990 qui tendent à renforcer le poids des savoirs et savoir-faire de type scolaire dans la sélection des gardiens de la paix, les épreuves instituées à compter de 2010 sont, conformément aux prescriptions de la RGCC, moins « académiques » (Gautier, 2020). La suppression de la dissertation au profit d’une étude de texte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gautier, « « Policier, ce n’est pas un métier d’intellectuel »  », Sociologie [En ligne], N° 3, vol. 12 |  2021, mis en ligne le 03 août 2021, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/8969

Haut de page

Auteur

Frédéric Gautier

fgautier@lfitokyo.org
Professeur agrégé de sciences économiques et sociales, Lycée français international de Tokyo - CERAPS - LFI Tokyo, 5 Chome-57-37 Takinogawa, Kita City, Tokyo 114-0023, Japan

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search