Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 4, vol. 12EnquêtesQue deviennent les référents « radic(…)

Que deviennent les référents « radicalisation » ?

Une étude des référents laïcité citoyenneté de la Protection judiciaire de la jeunesse
What happens to « radicalization » officers? A study of the « Laicity & Citizenship officers » from the Youth Judicial Protection Service
Clément Beunas

Résumés

Depuis la série d’attaques terroristes survenues en France en 2015, les gouvernements successifs ont appelé à la création de « référents radicalisation », ce type de poste s’étant développé dans un nombre croissant d’administrations sur tout le territoire national. À travers l’étude du cas des référents laïcité citoyenneté de la Protection judiciaire de la jeunesse, l’objectif de cet article est de questionner comment ces postes sont investis plusieurs années après leur création. On montrera d’abord que le contexte de création de ce type de poste, les profils des agents recrutés et les modalités d’implantation dans l’administration qui sont les leurs contribuent à produire nombre des tensions vécues par ces agents. Isolés, en déficit de légitimité, sans expertise partagée et amenés à produire les chiffres de la radicalisation, ces référents expérimentent parfois durement leurs missions. Dans ce contexte difficile, on présentera enfin les ressorts déployés par ces agents face à une dévalorisation de leurs missions, en reprenant pour cela les catégories développées par Albert Hirschman : si certains prennent la parole (voice), d’autres partent (exit), tandis que les derniers, parfois de guerre lasse, restent loyaux à l’administration (loyalty).

What happens to « radicalization » officers? A study of the « Laicity & Citizenship officers » from the Youth Judicial Protection Service

Following numerous terror attacks in France from 2015 onwards, successive governments have advocated for the creation of “radicalization officers”. These functionaries have been put in place in an increasing number of public administrations throughout France. By studying the case of the “Laicity & Citizenship officers” of the Youth Judicial Protection Service (PJJ), the aim of this article is to examine how individuals have come to navigate the role of being a “radicalisation officer”. Firstly, this paper will seek to show that the context in which these positions were created, the background of the individuals hired as “radicalisation officers”, as well as their position within the administration, can all contribute to the difficulties and tensions which these civil servants must face in the course of their work. Isolated, lacking legitimacy, without a shared expertise and obliged to produce data on radicalisation, these officers find the task of fulfilling their roles deeply taxing. Within this challenging context, this article seeks to show the divergent strategies these agents deploy in the face of the degradation of their overall mission. Drawing on the categories developed by Albert Hirschman, this paper will seek to show that whilst some raise their voice, others prefer to exit, although those radicalisation offers who remain in place tend to stay loyal to their respective local administrations even if they develop a certain weariness.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Un poste compromis
Des agents aux profils hétérogènes
Isolement et manque de légitimité
Des missions incertaines
L’introuvable définition de la radicalisation
« Nous ne sommes pas des experts »
Quantifier la radicalisation
Face à un futur incertain : exit, voice et loyalty
Voice : interpeller la hiérarchie
Exit : les leviers différenciés de la défection
Loyalty : réinventer les missions
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le 27 juin 2019, les députés Éric Diard et Éric Poulliat remettent à l’Assemblée nationale leur rapport d’information sur les services publics face à la radicalisation. Dans ce document, les rapporteurs ambitionnent de dresser un état des lieux du développement de la radicalisation dans les services publics avant de proposer une série de mesures visant à la résorber. Qu’importe si le terme reste rétif à toute tentative de définition : en préambule du rapport, les députés insistent sur la difficulté de circonscrire la radicalisation, un phénomène « complexe », « particulièrement difficile [à] définir », susceptible de « prendre différentes formes », dont la cause réside dans « des facteurs multiples » néanmoins dénué de « processus-type ». Cette définition nébuleuse cède pourtant la place à une centaine de pages d’analyses et de recommandations.

Les trente-cinq propositions contenues dans le rapport renvoient à trois axes : accroître la surveillance des usagers et des agents des serv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Beunas, « Que deviennent les référents « radicalisation » ?  », Sociologie [En ligne], N° 4, vol. 12 |  2021, mis en ligne le 05 octobre 2021, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/9380

Haut de page

Auteur

Clément Beunas

clement.beunas@univ-lille.fr
Doctorant en sociologie, Université de Lille, CLERSE - UMR CNRS 8019, Université de Lille, Bâtiment SH1, 59655 Villeneuve d’Ascq cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search