Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteur·rices en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers son autre rubrique importante, « Dossier ». Ouverte aux jeunes chercheur·ses grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales dans sa rubrique « Expériences de recherche », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») mais aussi en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (rubrique « Débat »).


La revue est publiée avec le soutien de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales et de la Maison des sciences de l’Homme Paris Nord. Elle est soutenue par CNRS Sciences humaines & sociales, 2023-2024.

 

Livraison été 2024

Le XXIIe Congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) approche et, comme à l’accoutumée, une livraison spéciale faisant écho à la thématique « Sciences, Savoirs et Sociétés », est programmée avant la tenue de la manifestation à Ottawa en juillet.

Les porteurs de ce projet, Baptiste Godrie et Marc-Henry Soulet, ont fait le choix de restreindre la question abordée à l’occasion du Congrès à la pluralisation des savoirs en sciences sociales en centrant plus spécifiquement l’attention sur trois axes : le redimensionnement de l’expertise face à cette pluralisation des savoirs, la composition du « produire avec » qu’induit la reconnaissances des savoirs endogènes de différentes catégories d’acteurs sociaux et les tensions qui résultent de cette démocratisation des savoirs.

Nicolas Dodier et Corinne Delmas inscrivent leur contribution dans une réflexion sur la recomposition des savoirs experts à l’aune de leur déploiement dans de nouveaux contextes. La première examine comment (et jusqu’où) les savoirs médicaux à haute technicité doivent s’ajuster à des contraintes pratiques (matérielles et sociales) lorsqu’ils se délocalisent et sortent de leur cadre formel d’efficience. Il invite, ce faisant, à considérer la délibération normative institutionnelle et professionnelle sur ce qui est faisable et souhaitable qui en résulte. La seconde examine la façon dont des savoirs experts entrent en concurrence lorsqu’une dérégulation instituée vient briser le monopole d’exercice de l’un d’entre eux. Elle montre comment l’expertise notariale est contrainte de se réajuster et de s’hybrider avec d’autres savoirs et, surtout, de faire place à d’autres acteurs professionnels, y compris immatériels (l’intelligence artificielle).

Sophie Lewandowski et Dominique Demelenne centrent leur propos sur les effets de la collaboration avec des acteurs et actrices extra-académiques sur les processus de recherche et sur la nature des connaissances produites, en insistant, chacun et chacune à sa manière, sur la dimension dialogique qui s’instaure entre les différents systèmes de savoirs et cadres de référence des membres d’une recherche. La première le fait en prenant appui sur un dispositif de recherche associant théâtre forum et communication non violente. Le second expose une série de déplacements méthodologiques, épistémologiques et politiques effectués au sein d’un itinéraire intellectuel jalonné d’expériences de recherche au croisement de la recherche-action et de la recherche interculturelle avec des peuples autochtones du Paraguay.

Isabelle Ruelland et Marion Carrel, enfin, documentent les tensions qui émergent de la reconnaissance, la mobilisation et la validation des savoirs issus du vécu des citoyens, donnant à voir les nouveaux rapports de pouvoir sous-jacents à ces processus participatifs. La première analyse la mise en œuvre de procédures participatives en contextes brésilien et québécois. La seconde prend pour objet les logiques d’inclusion des démarches citoyennes de production des connaissances au sein des projets de recherche participative.

Dans la rubrique Théories et recherche, Florian Forestier et Fabienne Cazalis se penchent sur l’expérience sociale des personnes autistes et s’attachent à éclairer les modalités spécifiques de leur socialisation et des processus par lesquels ils intériorisent le social.

Jennifer Maguy, pour Premiers textes, s’intéresse à la mobilisation du corps dans les dispositifs de réinsertion sociale en tant que support indirect à une activation sociale des participant·es.

Un Grand Résumé de l’ouvrage de Mohamed Kerrou vient nourrir cette livraison. Jemna, l’oasis de la révolution livre une analyse anthropo-historique d’une oasis du Sud-Ouest tunisien qui s’est singularisée, peu de temps avant la chute du régime de Ben Ali, par une mobilisation collective pour récupérer un domaine agricole. Pour mettre en perspective le processus politique qui sous-tend l’expérience de Jemna, Lucia Bordone, Marc Breviglieri et David Goeury nouent la discussion autour d’une double question : celle de reconnaissance et celle des communs. Ratiba Hadj-Moussa interroge plus particulièrement l’exceptionnalisme de cette cité-oasis, à la fois expérience remarquable par son réalisme et son pacifisme, et évènement sans suite et sans descendance dans l’après 2011.

Enfin, nous retrouvons un Débat dont l’origine se trouve dans la confrontation de conférences introductives des Premières Rencontres de la sociologie francophone, qui se sont tenues à Sfax à l’automne 2022. Deux contributions ouvrent ce débat, elles sont appelées à être suivies dans de prochaines livraisons par de nouveaux textes permettant de mieux saisir l’ampleur et la variété des enjeux qui structurent le statut des sciences sociales en Afrique. La confrontation de perspectives ici inaugurée est introduite par Imed Melliti, rappelant que, malgré des contextes singuliers, des rapports différents à l’ancienne métropole et l’existence ou non d’un idiome préalablement commun, deux invariants sont structurants : d’une part, l’affranchissement des modes de production de la science coloniale et la volonté de faire table rase de son héritage ; d’autre part, le recours aux sciences sociales comme un instrument pour agir sur la société et donner corps à un nouveau destin national. Madani Safar Zitoun rappelle la nécessité d’historiciser l’analyse du développement des sciences sociales en pointant les contextes qui ont intégré les sciences sociales comme outils d’accès à la modernité et/ou de libération de la pensée coloniale. Nadine Machikou, s’engage dans une projection analytique faisant de l’Afrique l’épicentre de leur renouveau intellectuel et politique en raison même du fait que ce continent a été et est encore une des principales victimes des injustices épistémiques.

Derniers textes

Actualités

Calenda > Sociologie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search