Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison février 2021

La livraison s’ouvre sur le Grand résumé que nous propose Jean-François Côté de son ouvrage George Herbert Mead’s Concept of Society : A Critical Reconstruction. Baptiste Cornardeau et Emmanuel Renault ont accepté d’en être les discutants.

Dans la rubrique Premiers textes, en mobilisant les enquêtes de victimation, Pierre-Olivier Weiss nous livre un déploiement analytique autour de l’insécurité sur les campus universitaires marseillais, pour repenser la question du climat universitaire et des espaces construits mais aussi pour visibiliser le vécu des usagers étudiant.es des campus. En s’appuyant sur l’éthique hégélienne et en montrant son renversement causé par le modèle néolibéral, Marie-Laurence Bordeleau-Payer nous livre un diagnostic de l’individualisme contemporain, caractérisée par ce qu’elle appelle « conformisme de la différence ». Pour ce faire, elle démontre avec force comment les pratiques consuméristes seraient conformes à la grammaire éthique contemporaine. C’est à l’économie de la débrouille au sein du capitalisme numérique que s’intéressent Bengie Alcimé et Wilsot Louis, à partir d’un travail empirique mené à Haïti auprès de revendeurs et revendeuses de recharges de crédits de communications téléphoniques.

Pour la rubrique Théories et Recherches, Frédéric Bertrand propose une analyse critique des politiques sociales en faisant une relecture des travaux autour du non-recours aux droits sociaux et en prenant comme fil conducteur la théorie politique néo-républicaine. En prenant appui sur le modèle théorique des économies de la grandeur de Boltanski et Thévenot, et en se situant en Belgique, Périne Brotcorne, Carole Bonnetier et Patricia Vendramin proposent une analyse critique de la logique et de l’impact des processus de numérisation de fournisseurs de services d’intérêt général. L’article que nous propose Cheikh Nguirane s’intéresse quant à lui aux enjeux théoriques et politiques soulevés par le multiculturalisme et la Critical Race Theory dans le domaine de l’éducation aux États-Unis, analysant notamment, dans ce contexte, les processus de déracialisation de l’expérience afro-américaine.

La livraison s’achève par un Dossier coordonné et introduit par Claire Perrin, Alex Dumas et Gilles Vieille Marchiset consacré à l’activité physique pensée comme objet de santé publique. Claire Perrin consacre ses analyses à l’implémentation de l’activité physique adaptée (APA) dans deux spécialités médicales et, dans une perspective inspirée de Foucault, aux tensions et contradictions que cette implémentation soulève, dès lors que le gouvernement des corps s’opère dans les espaces entre normalisation hétéronome et auto-contrôle. C’est aux effets de la montée en importance du « sport-santé », aux tensions et aux réaménagements stratégiques qu’elle provoque au sein des associations sportives que Clément Perrier consacre son article, se basant sur un important travail d’enquête dans le milieu du basketball. Ce sont ensuite les EHPAD qui focalisent l’intérêt de Jean-Paul Génolini, Céline Mathieu et Françoise Cayla dans un article où les auteur.es centrent leurs analyses sur les types d’usage et de fonctions que ces institutions assignent aux activités physiques. Brice Favier-Ambrosini et Cécile Collinet se penchent ensuite sur la manière dont se sont institutionnalisés, en France, les « Plans régionaux sport santé bien-être », tant au niveau organisationnel qu’à celui de la définition de leurs finalités et de leurs pratiques. Comment s’effectue l’appropriation des exigences sanitaires dans les milieux populaires, en particulier dans le domaine de la lutte contre l’obésité : c’est à partir d’une enquête internationale portant sur quatre pays européens que Sandrine Knobé, Gilles Vieille Marchiset, Monica Aceti et Elke Grimminger-Seidensticker s’attachent à en saisir les différentes formes, en particulier au travers d’un travail typologique sur les « figures maternelles ». C’est encore dans une perspective foucaldienne qu’Emily Clark et Alex Dumas s’interrogent sur la figure de la « bonne mère » lorsqu’il s’agit de faire place aux activités physiques dans l’éducation et le développement des enfants, en particulier face aux attraits des activités sédentaires. Dans leur contribution, à partir d’enquêtes ethnographiques, Lisa Lefèvre et Christelle Marsault portent leur attention sur les stratégies, en particulier de « dégagement », mises en place par les enfants obèses face aux situations qui les mettent en porte-à-faux par rapport à des attentes normatives auxquelles ils ne peuvent satisfaire.

Derniers textes

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search