Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison mai 2019

Pour cette nouvelle livraison, SociologieS s’est enrichie de 28 contributions.

Elle s’est tout d’abord ouverte à l’ouvrage Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales dont l’auteur, Jacques Hamel, nous offre le Grand résumé, discuté par Vincent Dubois et Sylvie Ayimpam.

Dans la rubrique Théories et recherches, au-delà de l’ouvrage qu’à la fin de sa carrière Durkheim consacrera au pragmatisme américain, Louis Quéré nous propose une discussion comparative des travaux de Durkheim et de Dewey autour de la question des valeurs. C’est en introduisant le concept d’« exo-patrimonialisation » qu’Igor Babou s’intéresse ensuite à la manière dont des territoires qui, pour leurs habitants, ne sont en rien pensés au départ en fonction d’éventuelles qualités patrimoniales, en viennent à l’être sous des regards extérieurs.

Pour la rubrique Premiers textes, Frédéric Minner nous propose une réflexion sur les manières de penser les relations entre émotions et normativité sociale. C’est ensuite Frédérique Leresche qui interroge la question du non-recours aux droits sociaux, en particulier au non-recours raisonné qu’elle analyse, à partir d’un point de vue subalterne, en y mettant en évidence et en en discutant le potentiel de critique sociale.

Les Débats consacrés à La situation actuelle de la sociologie s’enrichissent d’une contribution où Philippe Corcuff réfléchit aux enjeux épistémologiques que pose à la discipline sociologique la montée, en France, d’une pensée qu’il nomme « ultra-conservatrice ».

La livraison se complète enfin de trois Dossiers.

Tout d’abord, coordonné et introduit par Milena Doytcheva, un Dossier consacré aux Politiques de la diversité : perspectives transnationales. Lisa Butcher y consacre sa contribution à une réflexion critique sur ce qu’elle appelle l’endogénéisation du droit antidiscriminatoire. Martin Wagener s’intéresse ensuite aux évolutions du statut conféré, sous l’horizon de la reconnaissance de la diversité, à la monoparentalité au sein des politiques publiques de la Région de Bruxelles-Capitale. La contribution proposée par Eduard Rodríguez-Martín analyse les formes prises par l’implémentation de politiques promouvant la diversité culturelle dans l’enclave de Melilla, et notamment à leurs effets clientélistes. C’est ensuite un dispositif de diplomatie publique étatsunien destiné à familiariser les candidats élus pour un séjour de trois semaines avec les politiques de la diversité aux USA qu’étudie Foued Nasri, portant son regard sur leurs effets sur les engagements ultérieurs de ceux qui y ont participé. Julien Scheepers, quant à lui, s’intéresse à l’intégration dans les politiques de diversité de la « valorisation des compétences » des membres des groupes minoritaires. Avec le texte d’Amadine Desille, nous nous tournons vers Israël pour analyser comment s’articulent, dans le cas de trois villes, les politiques de la diversité et de développement urbain dans des contextes marqués à la fois par des pressions néolibérales et le cadrage ethno-national propre à la société israélienne. Enfin, dans sa contribution, Alana Lentin analyse, dans une perspective critique, les effets dénégatifs du post-racialisme.

Laurence Kaufmann, Léonore Cabin, Audrey Linder et Fabienne Malbois introduisent ensuite le Dossier La sociologie à l’épreuve des figures de la singularité qu’elles ont coordonné. En faisant retour sur son propre parcours, Nathalie Heinich interroge les obstacles et les questions que pose la construction d’une sociologie de la singularité. La contribution de Jérôme Meizoz s’intéresse à la construction médiatique d’un écrivain dénommé « Houellebecq ». L’approche de la thématique du dossier proposée par Christine Servais est quelque peu différente : s’intéressant à l’espace médiatique elle réfléchit aux interactions entre apparition médiatique de l’identité et jugement public. C’est à partir de la figure de Chelsea (Bradley) Manning que Fabienne Malbois va ensuite jeter les bases d’une « sociologie du nom propre ». Pour sa part, Léonore Cabin s’intéresse, au travers de ses apparitions dans le New York Times, au cas de Julian Assange tiraillé entre les figures de simple membre parmi d’autres, de représentant et de fondateur de WikiLeaks. Enfin, dans sa contribution, Laurence Kaufmann, entre individuation, individualisation, personnification et personnalisation, décrit d’abord le parcours qui fera que l’individu deviendra une personne. Elle s’emploie ensuite à saisir comment s’y articule le processus de singularisation au risque d’ailleurs d’une dépersonnalisation.

Maurice Blanc et Maryse Bresson ont rédigé l’introduction du troisième Dossier intitulé Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques. Dans un contexte de floutage des frontières entre ces deux types de savoirs, Nathalie Burnay s’intéresse à leurs entremêlements et à l’insécurisation relative de l’expertise qui en résulte. C’est à partir des expériences québécoises et canadiennes de recherche partenariale qu’Yves Vaillancourt s’interroge sur les réajustements des pratiques démocratiques. Dans sa contribution, Baptiste Godrie interroge à la fois les limites et les écueils épistémologiques et politiques de la co-construction des politiques publiques, tout en mesurant le potentiel subversif que cette co-construction porte en elle. Pour terminer, Maurice Blanc propose d’éclairer les articulations entre savoirs savants et savoirs d’action sous l’horizon de la sociologie de la transaction.

Derniers textes