Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison spéciale dix ans de SociologieS

Quel sens, quel intérêt cela a-t-il encore de publier en français alors que l’anglais s’impose de plus en plus comme la lingua franca des activités scientifiques, que de plus en plus de pressions s’exercent sur les chercheurs pour passer à l’anglais, que les carrières se construisent sur les publications en anglais... ? C’est la question que nous nous sommes posée et que nous avons voulu poser à l’occasion des dix ans de la Revue SociologieS.

Nous avons donc réalisé une grande enquête par questionnaire adressée aux membres de l’AISLF, aux auteurs de la revue et aux participants au Congrès 2016 de l’AISLF. Nous avons obtenu plus de 400 retours. Aux réponses aux questions fermées s’ajoutaient souvent des développements là où nous en avions laissé l’opportunité. Forts de l’intérêt soulevé par ces développements, nous avons à la fois compilé certains d’entre eux et sollicité quelques sociologues afin qu’il.elle.s nous fournissent de courts textes sur cette question que, pensons-nous, chacun – et en particulier les jeunes chercheur.e.s – se posent aujourd’hui.

Ce sont les résultats de cette enquête que nous publions dans cette livraison spéciale de la revue.

Nathalie Burnay et Céline Decleire qui, avec l’aide de Jean-Yves Le Talec, ont conçu et administré le questionnaire, proposent une analyse à dominante quantitative des réponses. Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda analysent ensuite les différents points de vue qui émergent des contributions qualitatives que nous publions à la suite. Par ordre alphabétique, ont accepté de jouer ce jeu :  Howard Becker, Maurice Blanc, Alain Bourdin, Cecilia Claeys, Jacques Commaille, Didier Demazière, Jean De Munck, Dominique Desjeux, Vincent de Gaulejac, Annick Germain, Marc Guyon, Nathalie Heinich, Antoine Hennion, Cornelia Hummel, Laurence Kaufmann, René Lévy, Danilo Martuccelli, Imed Melliti, Eliane Perrin, Marc-Henry Soulet, Joseph-Yvon Thériault, Laurent Thévenot, Stéphane Vibert, Didier Vrancken et Philippe Warin.

Nous avons placé ces différentes contributions dans la rubrique Débats, espérant que d’autres interventions viennent s’y ajouter pour éclairer cette question qui manifestement ne se limite pas aux évidents enjeux de domination qu’elle pose, mais, au travers de la question de la langue, interroge aussi et peut-être d’abord ce que sont, épistémologiquement, les sciences humaines.

 

Derniers textes