Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison novembre 2018

Pour cette livraison de novembre 2018, nous avons invité François de Singly à rédiger un Grand Résumé de son dernier ouvrage Double Je. Identité personnelle et identité statutaire. Éric Gagnon en discute les hypothèses centrales tandis que Danilo Martuccelli oriente sa contribution autour de la place qu’occupe cet ouvrage dans le parcours de l’auteur.

Les Premiers Textes s’enrichissent d’un article dans lequel Thomas Riffaud interroge, autour du concept de « flânerie sociologique », la posture du chercheur sous l’angle de ses incertitudes éthiques et esthétiques, le mot esthétique renvoyant ici à son sens premier, celui de la sensibilité, des émotions.

L’article que Mohamed-Ali Adraoui consacre, dans la rubrique Théories et Recherches, au quiétisme salafiste éclairera le lecteur sur les mouvements peu médiatisés de l’Islam, comme d’ailleurs sur leur pluralisme interne, y compris au sein du salafisme.

Enfin, Marc Perrenoud et Ivan Sainsaulieu ont rédigé l’introduction du Dossier consacré aux concepts d’identité au travail et d’identité professionnelle, dont ils s’emploient tout d’abord à discuter les différentes dimensions, les différents abords sociologiques, leurs rapports avec les concepts connexes, pour terminer par un exposé critique des travaux de Renaud Sainsaulieu, Claude Dubar et Bernard Zarca. L’article de Pierre Bataille interroge l’identification organisationnelle des diplômés des Écoles normales supérieures, en montrant les différentiels d’identification, en particulier en fonction de leurs trajectoires professionnelles. C’est à l’apport des stages par rapport à la construction identitaire que Dominique Glaymann consacre son article, en attirant l’attention sur la fragilisation des stages en contexte de durcissement généralisé des conditions de travail. Léonie Hénaut et Frédéric Poulard mènent une discussion sur le concept de « segment professionnel », initiée à la suite des travaux de Bucher et Strauss, au travers d’une analyse empirique du monde des conservateurs de musées en France. Le concept de « segment professionnel » occupe aussi les réflexions de Marc Perrenoud et Pierre Bataille qui proposent une réflexion comparative entre la Suisse et la France sur les professions créatives, plus précisément sur le monde des musiciens. C’est ensuite aux incertitudes identitaires des DRH travaillant dans le système bancaire suisse qu’Ivan Sainsaulieu et Éric Zufferey consacrent leurs réflexions en mettant en évidence les tensions entre une intense volonté d’identité et des conditions d’exercice de leur profession qui sans cesse la précarisent, et les poussent à se construire des identités où l’ancrage dans la réalité le dispute quelquefois au fantasme. C’est à d’autres incertitudes que sont confrontés, en Suisse toujours, les professionnels du contrôle de la chaîne alimentaire, en particulier face aux nombreuses réformes européennes. Dans leur contribution, Muriel Surdez, Jérôme Debons et Lorène Piquerez montrent comment, face aux menaces identitaires qui pèsent sur eux, ils parviennent à maintenir leurs identités professionnelles. Avec l’article de Kristoff Talin, Virginie Delsart et Nicolas Vaneecloo nous passons en France. Le texte montre comment les engagements politiques, sociaux ou familiaux des ingénieurs expliquent finalement davantage la construction de leurs identités professionnelles que les variables plus attendues que sont par exemple l’âge, le sexe, la fonction occupée, le parcours scolaire... effet sans doute, à suivre les auteurs, d’une avancée de l’individualisme.

Derniers textes