Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison mars 2018

Cette première livraison de 2018 de la revue SociologieS propose deux Dossiers substantiels qui s’intéressent chacun à des thématiques éminemment actuelles, quoique très différentes : l’évaluation d’un côté, l’hospitalité de l’autre. Dans le premier Dossier, le développement, l’omniprésence des pratiques évaluatives sont interrogés sous l’angle de la professionnalisation de ses acteurs. Dans le second, la montée du concept d’hospitalité dans différents registres théoriques, couplée à son actualité face à la question migratoire, à la problématique des réfugiés et de l’étranger, ou plus généralement encore à celle des populations vulnérables ou d’expérimentations sociales innovantes, constitue l’arrière-plan à partir duquel se construisent et se justifient les différentes approches qui en sont proposées.

Coordonné et introduit par Sophie Divay et Jean-Sébastien Alix, le Dossier sur la professionnalisation des métiers de l’évaluation nous offre quatre monographies empiriques et trois textes réflexifs. Dans la partie monographique, Sylvain Brunier analyse le processus par lequel des inspecteurs de l’administration de l’Éducation nationale et de la Recherche (IGAENR) ont développé des stratégies de revalorisation de leur statut en s’appuyant sur les opportunités en matière d’exigences d’évaluation que leur offrait la loi Libertés et responsabilités des universités de 2007. C’est aux transformations du contexte de travail des ingénieurs que se consacre la contribution de Sébastien Petit : ce corps professionnel, habitué aux pratiques de mesures qu’il impose aux objets et aux travailleurs, se voit de plus en plus, en régime de lean management, soumis lui-même à des exigences où c’est désormais son propre travail qui devient l’objet de mesures. Le succès aux USA des méthodologies aléatoires, dans les processus d’évaluation notamment des politiques publiques, mais aussi celui du J-PAL qui en a importé les pratiques en France, fait l’objet des interrogations de l’article d’Arthur Jatteau. Dans la dernière monographie, Jules Simha cherche à démêler la toile complexe des évaluateurs des expérimentations sociales ainsi que des institutions qui y occupent des positions dominantes. Dans le premier texte réflexif, Charles Gadea cherche à dessiner le paysage des professions de l’évaluation où celles-ci se trouvent positionnées dans un espace à deux dimensions dont les axes opposent d’une part les professionnels à plein temps à ceux pour lesquels l’évaluation est une activité parmi d’autres, et d’autre part ceux qui exercent l’évaluation en interne, au sein de l’institution qui leur confie ces tâches, à ceux qui le font en extériorité par rapport à l’objet qu’ils évaluent. Michel Chauvière propose ensuite une analyse critique de la montée des pratiques évaluatives, principalement dans le secteur de l’action sociale, sous l’angle d’importance grandissante du néo-management, s’interrogeant sur la réelle portée de ces pratiques qui imposent de plus en plus aux acteurs leur chronophagie. Enfin, Michel Autès poursuit cette visée critique de la montée de l’évaluation sous l’horizon foucaldien de la gouvernementalité.

Le Dossier HospitalitéS est coordonné et introduit par Joan Stavo-Debauge, Martin Deleixhe et Louise Carlier. « Comment les Russes sont-ils reçus à l’étranger, comment les Russes reçoivent-ils les étrangers ? » : plutôt que de chercher la réponse à cette question sous l’angle d’un relativisme culturel, Laurent Thévenot et Nina Kareva en proposent une approche sous l’angle de grammaires du commun au pluriel. La contribution de Joan Stavo-Debauge déploie une discussion serrée de l’approche de l’hospitalité proposée par Jacques Derrida en insistant sur la tension entre donation et réception qui en est constitutive. À partir d’une analyse de pratiques d’habitats non ordinaires, révélatrices des transformations profondes de ce qu’habiter et être ensemble veulent dire, Marc Bernardot décrit trois formes d’hospitalité certes distinctes mais toujours en tension. Se basant sur une étude des transformations de villes méditerranéennes, Marc Breviglieri cherche à cerner les formes d’hospitalité que les transformations de la gouvernance urbaine tendent à formater et à imposer. C’est à une discussion entre les travaux d’Isaac Joseph et de Robert E. Park que s’emploie le texte de Louise Carlier, les travaux du théoricien de l’école de Chicago tenant lieu de support pour dépasser la conception minimaliste de l’espace public défendue par Isaac Joseph. Avec le texte de Martin Deleixhe, c’est une discussion avec l’approche politico-phénoménologique proposée par Bernhard Waldenfels de la question de l’étranger qui ouvre à une réflexion décentrée sur l’hospitalité. La contribution de Mathieu Berger se propose de jeter un regard et un horizon normatif renouvelés sur les dispositifs participatifs sous l’horizon « de la venue et de la réception », en somme donc de l’hospitalité. C’est à la controverse autour de Kamel Daoud que s’intéresse Nedjib Sidi Moussa en montrant comment la question de l’accueil des immigrants s’y est progressivement effacée face à celle de l’islam. Dans la contribution de Christophe Abrassart et Magali Uhl, le film de Raymond Depardon Donner la parole est l’occasion de réfléchir, avec Pierre Bourdieu et Paul Ricœur, la question de l’hospitalité entre hospitalité-mêmeté et hospitalité-altérité. Enfin, dans son texte, Jean-Louis Genard se propose de réfléchir aux tensions entre les accentuations morales, politiques et juridiques de l’hospitalité.

En plus de ces deux Dossiers, trois rubriques se sont enrichies de nouvelles contributions.

Les Débats sur la thématique Penser les inégalités nous offrent une contribution où Lucie Jouvet-Legrand interroge les approches et les réinterprétations que proposent les approches masculinistes des violences conjugales faites aux femmes.

Dans les Premiers textes, Americo Mariani interroge le système représentatif argentin et son impuissance à honorer pleinement l’ambition démocratique en s’appuyant sur une analyse de la sémantique utilisée dans les débats parlementaires. Comment les dispositifs de télésanté prennent-ils place dans les pratiques des malades, telle est la question que pose Adrien Defossez à partir d’une étude menée chez des patients atteints du cancer.

Enfin, la rubrique Théories et recherches s’enrichit de trois textes. Denis Bernardeau interroge les évolutions du bénévolat au sein du secteur associatif dans un contexte d’exigence de professionnalisation et de managérialisation du secteur. La compréhension du succès du concept de résilience et des travaux de Boris Cyrulnik est au cœur des questions que pose le texte de Nicolas Marquis. Enfin, Matthieu Quidu et Matthieu Delalandre se proposent d’expliquer l’improbable intérêt pour les arts martiaux les plus violents auprès des élèves de l’École normale supérieure en France.

Derniers textes

Actualités