Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison mai 2020

Deux Dossiers, une Redécouverte, un Grand Résumé et un texte pour la rubrique Théories et recherche, tel est le menu de cette livraison.

Sophie Divay et Nadia Garnoussi nous proposent un Dossier consacré à L’institution et ses professionnels face à la rationalisation des soins de santé. Elles en ont rédigé l’introduction en mettant au jour les contradictions, les effets pervers de cette rationalisation, mais en pointant aussi les résistances qu’elle génère. Se basant sur des enquêtes empiriques réalisées dans quatre institutions hospitalières, la contribution de Hugo Bertillot s’intéresse à la lente pénétration des indicateurs de qualité et à ce que ceux-ci font aux pratiques des soignants. C’est à partir d’une enquête ethnographique menée dans des services de réanimation que Thomas Denise analyse comment s’arrangent les personnels en tentant de concilier leurs engagements normatifs avec les nouvelles exigences gestionnaires. C’est à ce que fait aux personnels concernés l’introduction dans un service hospitalier d’un dispositif automatisé d’audit de l’hygiène des mains que s’intéresse l’article proposé par Clément Tarantini. Menées toutes trois au travers d’enquêtes de terrain, ethnographiques, ces analyses montrent comment s’effectue l’appropriation par les personnels de ces dispositifs de rationalisation, souvent en concédant à sa sémantique mais tout en cherchant à préserver des acquis expérientiels qu’elle pourrait menacer. C’est ensuite sous l’horizon de l’introduction de la médecine et, ici, plus précisément, de la psychiatrie par la preuve que Nadia Garnoussi aborde les enjeux de la rationalisation des soins de santé, mettant en évidence les aménagements auxquels sont amenés les personnels soignants par rapport aux expertises qu’ils ont progressivement acquises dans leur pratique et, souvent, à leur attachement à des approches globales des patients liées à la psychologie humaniste. C’est au contexte belge que sont consacrées enfin les réflexions de Nicolas Marquis et Robin Susswein. Ils analysent les effets d’une réforme récente dans le domaine des soins psychiatriques, « Psy 107 », focalisée sur les objectifs d’autonomisation du patient, méfiante à l’égard de l’institution hospitalière, en attirant l’attention sur les manières dont elle affecte différentiellement les institutions et les personnels en fonction notamment de conceptions de leurs pratiques plus ou moins compatibles avec l’esprit de la réforme.

Un second Dossier nous est proposé par Antoine Hennion et Alexandre Monnin. Intitulé Du pragmatisme au méliorisme radical : enquêter dans un monde ouvert, prendre acte de ses fragilités, considérer la possibilité des catastrophes, il s’interroge sur le travail d’enquête sous l’horizon de la fragilité et de l’indétermination de ses « objets », sur les conséquences de la nécessité de s’en rapprocher avec d’indispensables précautions, mais aussi sur ce que cela implique quant à l’articulation de l’engagement à l’enquête. Les pratiques de maintenance urbaine sont analysées par Jérôme Denis et David Pontille, en particulier les manières dont il y est pris soin de la ville dans une double attention au corps de ceux qui en ont la charge et aux spécificités des substances manipulées. À partir de deux enquêtes ethnographiques auprès de « grands précaires » et dans une unité de soins palliatifs, Anne-Sophie Haeringer et Anthony Pecqueux décrivent comment s’y invente et s’y conçoit le rapport à la vulnérabilité dans des situations dans lesquelles il faut faire avec le flou irréductible des « coordonnées » permettant de les accueillir. Sophie Houdart, quant à elle, part d’une enquête autour de la centrale de Fukushima dont l’objectif initial était la mesure de la radioactivité et l’apprentissage, la pratique par les riverains de ces mesures, les interprétations à en faire et des conséquences à en tirer. Elle s’intéresse aux manières dont les obstacles rencontrés tant par l’enquêtrice que par les enquêté.es, mais aussi les inquiétudes et les désarrois qui l’ont habitée, l’ont conduite à des réajustements qui n’étaient pas seulement méthodologiques, et cela dans un rapport au territoire qui, comme elle l’écrit, « a disjoncté ». Enfin, avec le dernier texte, nous quittons le domaine de l’enquête seulement sociologique. Yaël Kreplak y discute avec trois artistes, Thierry Boutonnier, Gwenola Wagon et Alexis Guillier, qui, comme cela se pratique de plus en plus souvent dans l’art contemporain, ont fait de l’enquête un moment central de leurs pratiques créatives.

Le sociologue Jean Remy est décédé l’an dernier. La rubrique Découvertes et redécouvertes nous offre d’importants extraits de Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, ouvrage qu’il a rédigé avec Liliane Voyé et Émile Servais, et qui constitue sans doute une de ses œuvres majeures. C’est en commentant un de ses concepts-clés, la « transaction sociale », que Maurice Blanc et Josiane Stoessel-Ritz réfléchissent aux apports et à l’originalité de cet ouvrage aujourd’hui introuvable, qui, à l’époque, entendait construire une épistémologie qui ne se laissait pas enfermer dans l’opposition entre la production tourainienne et la reproduction bourdieusienne.

Johann Michel nous a proposé un Grand Résumé de son ouvrage Homo interpretans. Nous avons demandé à Louis Quéré et à Jean-François Côté d’en être les discutants.

Dans la rubrique Théories et recherches, Marcel Toussiida Kagambega analyse les multiples obstacles, économiques, sociaux, culturels... à la mise en œuvre récente du système universel d’assurance-maladie au Burkina Faso.

Derniers textes