Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison octobre 2020

Pour cette riche livraison, Rachel Brahy a rédigé un Grand résumé de son livre S’engager dans un atelier-théâtre paru aux Éditions de Cerisier en 2019, où elle analyse à la fois les formes d’engagement qui s’y pratiquent et les évolutions qu’a connues le secteur du « théâtre-action » en Belgique francophone depuis ses premiers développements dans les années 70-80. Bertrand Ravon et Laurent Thévenot ont accepté d’en être les discutants.

Dans la rubrique Premiers textes, Tony Orival s’intéresse à l’incorporation, en particulier à la manière dont elle se fait. Il en propose cinq voies ou, comme il l’écrit, cinq piliers de compréhension : agir, imiter, contre-imiter, répéter, mémoriser. C’est à une compréhension des trajectoires alimentaires végétariennes et non végétariennes que s’intéresse ensuite Estelle Fourat à partir d’une enquête empirique menée en Inde, mettant en évidence le rôle de ce qu’elle appelle des « déclencheurs biographiques ».

Quatre articles viennent enrichir la rubrique Théories et recherches. Florian Guérin analyse les transformations des formes de rencontres sexuelles nocturnes entre hommes, en situant son propos dans le cadre conceptuel de la « société commutative » proposé par François Ascher. C’est sous l’horizon normatif du partenariat que Sambou Ndiaye analyse les relations que développent les Universités du Sénégal avec leurs territoires et les communautés environnantes. Dans leur article, Sylvie Mezzena et Didier Vrancken analysent la reconfiguration des pratiques du travail social en contexte d’activation des politiques sociales. La question de l’innovation est au centre des investigations de l’article proposé par Christophe Gobbé et Bastien Soulé. Elle est abordée au travers de l’exemple de l’irruption en France dans les années 1980 d’un art martial d’origine japonaise, l’aikibudo.

Deux articles trouvent leur place dans la rubrique La recherche en actes, sous la thématique « Champs de recherche et enjeux de terrain ». Le premier que nous propose Stéphane Handfield revient sur la question du consentement à l’enquête en particulier avec des publics marqués par des « déficiences intellectuelles », y défendant le modèle d’un consentement relationnel. Ce sont ensuite les transformations des modalités d’engagement dans les organisations politiques clandestines illégales auxquelles s’intéresse l’article de Caroline Guibet-Lafaye, au travers d’une enquête approfondie auprès de militants d’associations basques.

Toujours dans la rubrique La recherche en actes, Marta Roca i Escoda, Pablo Diaz, Jean-Marc Larouche et Jean-Louis Genard ont coordonné un Dossier et ouvert une nouvelle rubrique sur « les enjeux éthiques des recherches collaboratives ». L’introduction qu’ils en proposent cherche notamment à saisir le contexte dans lequel émergent et se multiplient ces types de recherches tout en montrant comment les pratiques d’enquête et le statut même des enquêteur.trice.s s’en trouvent questionnés. Et ce sont précisément les risques potentiels d’insécurisation de l’autonomie des chercheur.es qui sont analysés dans la contribution proposée par Jean-Michel Chaumont, principalement à partir de contextes de recherches collaboratives dont il a été un des acteurs. Rudy Amand,  Michelle Dobré,  Dany Lapostolle, Frédérick Lemarchand et Esdras Ngounou Takam réfléchissent ensuite, dans le contexte d’un living lab organisé autour des questions énergétiques portées par le choix de l’hydrogène, aux conditions et à la possibilité de recherches collaboratives, mais aussi de dispositifs participatifs, face à des enjeux supposant haute technicité et difficulté de conciliation avec la petite échelle. L’originalité de la contribution de Stéphanie Gaudet tient au fait qu’elle s’interroge sur les enjeux éthiques des recherches collaboratives – avec pour objet ici l’éducation des jeunes à la citoyenneté – lors des phases de conception du projet de recherche. C’est en portant leur attention sur les caractéristiques des groupes à l’égard desquels s’opèrent le plus souvent ces recherches collaboratives – des groupes dominés ou opprimés – qu’Emanuel Guay et Baptiste Godrie proposent de repenser les enjeux éthiques de ces recherches, et cela sous l’horizon des concepts de communautés d’interrogation et de communautés de pratiques.

Deux Dossiers enrichissent la rubrique du même nom. Le premier, coordonné et introduit par Nathalie Mondain, Jean-Marc Larouche et Stéphanie Gaudet, a pour thème « De l’observation à la production des connaissances. Les médiations dans la recherche en sciences sociales ». Il s’inscrit dans les suites de la 9ème Université d'été du RéDoc, le Réseau international d'écoles doctorales en sociologie/sciences sociales de l'Association internationale des sociologues de langue française, organisée en 2018 à l'Université d'Ottawa. Dans leur introduction, les auteur.e.s concentrent une part importante de leurs analyses aux différents processus et moments de médiations qui parcourent les différentes phases de l’enquête, faisant du concept de médiation un analyseur des pratiques d’enquête et de recherche. Dans sa contribution, Ghaliya N. Djelloul s’appuie sur les concepts de mémoire mais aussi de médiation pour réfléchir ce qu’on pourrait appeler les reconfigurations identitaires liées à une enquête multi-située, notamment – mais pas seulement – bi-située entre Bruxelles et Alger. C’est aux difficultés liées à une enquête menée sur son propre terrain professionnel que s’intéresse ensuite l’article de Cécile Roaux, la médiation y étant réfléchie sous l’angle d’une triangulation entre acteur.trice.s impliqué.e.s dans l’enquête. C’est ensuite le contexte très particulier des recherches sous contrat CIFRE qui mobilise l’attention de Mathilde Renault Tinacci pour réfléchir sous l’angle de la médiation la manière dont s’y constitue le positionnement des chercheur.e.s et s’y négocient des intérêts de recherche parfois contradictoires. Avec le texte conclusif de Jean De Munck, la médiation est repositionnée au cœur de la sémiotique peircienne, en tension avec la constitution des habitudes et ce repositionnement offre l’occasion de repenser la constitution des identités, mais aussi le travail scientifique, dans une perspective sémiotique.

Jimmy Bordarie, Audrey Damiens et Nathalie Levy ont ensuite coordonné un Dossier sur « la transparence, objet social, discursif et médiatique », dossier dont ils rédigent le texte introductif présentant à la fois l’intérêt, les cadres et les limites de leurs réflexions dans lesquelles les dimensions juridique et médiatique occuperont une place centrale. Dans sa contribution, Lorreine Petters analyse les stratégies d’usage et d’invocation du fact-checking dans les médias en ligne brésiliens durant la dernière élection présidentielle. C’est le contexte des élections présidentielles algériennes qui offre à Fateh Chemerik l’occasion d’analyser les controverses médiatiques autour de la transparence dont la fonction-même de la Haute instance indépendante de surveillance des élections exigeait qu’elle s’en porte garante et l’assume pour elle-même, ce dont les médias de statut privé ne se privèrent pas de douter. La contribution d’Audrey Damiens s’intéresse ensuite à la référence à la transparence dans la constitution et l’acceptabilité de la preuve au niveau judiciaire, en particulier avec l’usage d’informations provenant des réseaux sociaux. C’est ensuite la transparence dans le domaine du droit du travail que cherchera à éclairer l’article de Marine Zeimet. Puis c’est au « Semestre européen » que Selma Josso consacre ses analyses, montrant comment l’opacité s’insinue et s’entretient au cœur de ce dispositif mis en place à des fins de transparence par l’Union européenne suite à la crise des subprimes. La question de la transparence des produits financiers est enfin au centre du texte proposé par Éric Dehay et Nathalie Levy.

Derniers textes