Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS

 

Livraison mai 2022

Cette livraison s’ouvre sur deux Grands résumés. Celui tout d’abord que Damien De Blic et Jeanne Lazarus nous proposent de la nouvelle édition de leur ouvrage Sociologie de l’argent paru à La Découverte dans la collection Repères. Il est discuté par François Cusin et par Caroline Henchoz. Celui ensuite de Muriel Darmon Réparer les cerveaux: Sociologie des pertes et des récupérations post-AVC, paru également à La Découverte. Stéphanie Lloyd et Francesco Panese ont accepté d’en être les discutante et discutant.

Dans la rubrique Premiers textes, Gaëlle Ronsin nous propose une réflexion sur la « sortie de terrain ». Elle le fait à partir d’une réflexion sur sa recherche doctorale qui s’appuyait sur une ethnographie exigeant de sa part un fort engagement, nécessitant la « gestion » des liens avec ses promoteur.trice.s de recherche eux.elles-mêmes engagées dans ce terrain, obligeant à de multiples « arrangements » avec les enquêté.e.s, et ayant entraîné de sa part des implications dépassant largement les limites des « distances ethnographiques ».

Jean-Sébastien Vayre apporte sa contribution à la rubrique Débats consacrée au naturalisme social discutant la question de la compatibilité et/ou de l’incompatibilité entre le naturalisme porté par le pragmatisme américain, de James, Dewey, Mead et l’école de Chicago... et le naturalisme qui se développe dans l’aire culturelle francophone dans la foulée notamment des travaux de Dan Sperber.

Dans la rubrique La recherche en actes, Mathias Rull Jan s’intéresse au développement des pratiques participatives en Espagne au XXIème siècle, en particulier sous l’angle des initiateurs de ces pratiques, société civile ou pouvoirs publics. Son approche est toutefois essentiellement méthodologique. Elle s’appuie sur différentes études quantitatives qui ont pris cela comme objet en analysant leurs apports mais aussi principalement leurs limites, terminant son article par un ensemble de suggestions permettant d’éviter les différents biais que l’analyse détaillée et comparative de ces études aura mis en évidence.

Cette livraison nous offre ensuite un très riche Dossier cordonné par Isabelle Georges et Olivier Giraud, « Produire les conjonctures en Amérique latine. Quelle place pour les politiques sociales ? ».

Le Dossier débute par une introduction très conséquente qui sonde la notion de conjoncture en la reliant à celle d’hégémonie, tout en posant la question de la place et du sens du politique de cette notion ; notamment pour les études sur l’Amérique Latine. Pour ce faire, ce Dossier s’appuie sur des enquêtes de terrain réalisées en Amérique latine et centrale, dans des pays qui partagent un certain nombre de caractéristiques communes, malgré leur hétérogénéité. Les quatre contributions à ce Dossier interrogent des éléments peu visibles des politiques sociales, le lien entre la production d’une conjoncture et l’état de la démocratie ainsi que le régime d’historicité qui la sous-tend. Dans cette perspective, les contributions d’Arnaud Trenta, sur « L’économie sociale et solidaire dans les politiques d’inclusion en Argentine (2203-2017). Continuités et ambivalences d’un projet de développement socioproductifs » et de Guénolé Marchadour, « L’égalité raciale dans les politiques antidiscriminatoires au Brésil : effet de conjoncture ou bouleversement du récit national ? » proposent une réflexion autour de la place de certaines politiques sociales à l’intérieur de conjonctures nationales. L’article d’Hélène Roux, « Entre concessions et répressions. Les élites gouvernantes centraméricaines confrontées au contrôle de leurs "sociétés civiles" », à partir de l’étude d’un certain nombre de pays d’Amérique centrale, ou de la Mésoamérique (Honduras, Nicaragua et Guatemala), met à l’épreuve une conception universaliste de l’État-nation revisitée à la lumière de trajectoires nationales. De son côté enfin, Pablo Jaramillo, dans son article sur la « Colombie transitionnelle » dans un contexte post-négociation avec les FARC, insiste sur la nécessité d’intégrer les « configurations affectives » et le « poids du quotidien et de l’expérience historique », dans l’analyse des conjonctures. Un dossier qui contribue  tant à la fabrication et au déploiement des politiques sociales en Amérique Latine qu'à l'analyse des crises, transitions, mouvements sociaux et subjectivités citoyennes qu'elles façonnent.

Derniers textes

Actualités

Appel en cours

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search