Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2019Martial, la rage de l’humiliéQuand histoires singulière et soc...

2019
Martial, la rage de l’humilié

Quand histoires singulière et sociologique se mêlent

Discussion de l’ouvrage de Daniel Bizeul Martial, la rage de l’humilié, Marseille, Éditions Agone, 2018
Christine Schaut

Notes de la rédaction

Le Grand résumé est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/10433 et la discussion par Sébastien Chauvin à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/10449

Texte intégral

1Ma première rencontre avec les travaux de Daniel Bizeul eut lieu en mai 2008 lors d’un colloque organisé par l’Université Libre de Bruxelles. Le colloque s’intitulait « S’impliquer : réflexions épistémologiques et méthodologiques sur l’observation participante ». Daniel Bizeul y évoquait son immersion auprès de militants du Front national. Son intervention s’appuyait sur un article paru, déjà, dans SociologieS en 2007 : « Des loyautés incompatibles. Aspects moraux d’une immersion au Front national ». Lui-même faisait suite à son ouvrage paru en 2003 Avec ceux du FN. L’article et l’intervention au colloque racontaient les conséquences de son immersion dans le milieu de sympathisants du parti sur l’image qu’il avait de lui et sur ses relations avec ses proches et ses collègues. Il y évoquait sa socialisation à l’excès dans un milieu dont tout, pourtant, aurait dû l’éloigner. De manière très franche il y parlait de son imprégnation idéologique des valeurs du milieu étudié et de la « mise en suspens de (ses) valeurs jugées essentielles jusqu’à mettre en péril (s)a propre assise morale ». Il y évoquait aussi les stratégies opérées pour cacher des yeux de ces militants FN, son compagnon de vie et un jeune homme métisse, porteur de dreadlocks et fumeur de joint qui vivait avec eux (c’était je pense Martial qui s’immisçait déjà dans son histoire sociologique). Il nous entretenait de son rapprochement des « méchants » qui, du coup, le paraissaient moins. Leurs contours identitaires étaient bien moins tranchés que s’ils étaient restés cachés dans des chiffres et dans une analyse macrosociologique. Bref le rapprochement les rendait humains. Il y relatait encore l’incompréhension de ses proches et de ses collègues sociologues : « toutes les fois que je relate cette enquête, cependant, une même remarque incrédule m’est adressée : comment ai-je pu croiser des personnes aussi peu recommandables sans haut-le-cœur et comment ai-je pu employer un ton aussi détaché, au point qu’il en paraît désinvolte, pour en parler ? ».

2Le travail de Daniel Bizeul résonnait d’autant plus en moi que je menais au même moment une enquête de terrain auprès d’un groupe de paroles créé par le service de prévention et d'accompagnement des agressions de la Ville de Bruxelles, situé dans une cité de logements sociaux et composé de personnes âgées. Ce groupe était fréquenté par plusieurs personnes que l’on pourrait qualifier de « méchantes », parce qu’elles tenaient des propos racistes et extrémistes mais avec lesquelles, presque malgré moi, au long d’échanges réguliers et parce qu’elles avaient décidé à la fois de me prendre sous leur aile et de me confier leurs nombreuses vulnérabilités, j’avais tissé des relations amicales (Schaut, 2000). Cette proximité relationnelle m’ébranlait parce qu’a priori rien ne me prédisposait à la développer si ce n’est – et ce n’est pas rien – cette proximité physique imposée par le choix méthodologique de l’enquête de terrain. Bref j’avais l’impression d’être en familiarité avec cette notion de socialisation à l’excès. Comme Daniel Bizeul et contrairement à Martina Avanza lors de son enquête de terrain parmi les militants de la ligue padane (Avanza, 2008) j’aimais « (m)es indigènes » pourtant pas toujours très recommandables. Par opposition à elle et à Véra Nikloski enquêtant quant à elle auprès de deux organisations de jeunesse moscovites d’extrême droite (Nikloski, 2011), je ne vivais pas au milieu d’eux et pouvais dès lors me « ressaisir » par cette distance physique. Ce n’était pas le cas de Daniel Bizeul qui habitait le même territoire géographique que les militants, les invitant pour certains chez lui. Ils étaient ses voisins. Plus globalement je me questionnais sur la pertinence éthique et sociologique de mener une enquête de terrain obligeant à la proximité physique avec ce « type » de sujets de recherche au risque, en se rapprochant, de les rendre (trop) présentables. Ce faisant Whose side are we on (Becker, 1967) ?

3Cette fois-ci encore avec Martial, la rage de l’humilié, Daniel Bizeul s’attache à un personnage flou, pas net et sociologise son histoire. Ce très grand jeune homme aux dreadlocks et fumeur de joints est violent à l’égard de ses différentes compagnes, de l’auteur et de son compagnon et des intervenants sociaux et médicaux qui vont croiser son chemin. Instable, il est aussi affabulateur à ses heures. À sa mort Daniel Bizeul va tenter d’expliquer ce qui l’a conduit à devenir un « sale type ». Ce faisant, il se heurte à la même incompréhension de son entourage qui ne saisit pas « pourquoi [il] s’intéresse à quelqu’un d’aussi "odieux" qui n’a pas hésité à mettre en péril la vie de plusieurs personnes » ? Mais s’il existe des similitudes évidentes entre l’enquête menée en milieu FN et l’enquête à propos de Martial, une grande différence surgit. Au contraire des militants d’extrême droite, l’auteur connaissait bien son personnage avant de se décider à mener l’enquête. Plus, c’est parce qu’il le connaissait intimement, parce qu’il avait vécu avec lui et parce qu’il avait été son compagnon de cœur avant de développer à son égard une relation filiale, qu’il s’est décidé à sa mort à mener une enquête rétrospective visant, à rebours, à étudier les causes qui ont conduit Martial à sa mort. Le « cas Bizeul » s’épaissit, non seulement il construit un travail sociologique à propos de figures illégitimes et difficilement défendables, mais ici il ne se donne aucune chance de ne pas être socialisé à l’excès par son sujet d’enquête. Il l’est avant de commencer et c’est parce qu’il l’est qu’il enquête. Était-il dès lors en mesure de faire un travail sociologique ? Pouvait-il le faire ? N’a-t-il pas fait preuve d’un manque de réflexe et d’éthique professionnels en enquêtant, par la lecture du journal de Martial, du sien propre et par des entretiens menés auprès de son entourage, sur les multiples dominations vécues durant les différents moments de sa vie, sur ses errances et ses tactiques pour s’en sortir qui se révèlent in fine toujours perdantes ? La question est pressante, mais je n’ai cependant pas envie de la poser pour privilégier l’analyse du contenu de son livre et du modèle de causalité explicative utilisé.

4Ce livre doit être lu par ceux qui s’intéressent aux formes contemporaines de la domination et à la sociologie de la déviance. Daniel Bizeul y explique comment les mécanismes de la domination se construisent au cœur d’un parcours singulier, en « situation » et à l’intersection de différentes dimensions : raciale, Martial est métisse ; sociale, Martial est sans qualification, il ne finit aucune formation entreprise, il vit d’expédients et se retrouve à un moment de sa vie à la rue ; sexuelle, Martial est, au début de sa carrière sexuelle, homosexuel, s’étant, je pense, prostitué un temps ; familiale, Martial naît dans une famille désunie avec un père violent et absent ou encore médicale, Martial est depuis le début des années 1990 atteint du virus du VIH avant de développer la maladie du sida. Le livre montre que ce n’est qu’au prix du croisement de ces différentes dimensions que prend sens son histoire. Même si la question n’est pas formalisée dans l’ouvrage, sa lecture permet également d’observer que ce croisement n’implique pas obligatoirement l’accumulation des dominations. Ainsi Martial le dominé, l’humilié, peut dominer à son tour, humilier, parfois violemment. C’est particulièrement le cas à l’égard de ses compagnes auxquelles il ne révèle pas sa maladie et qu’il arrive de frapper. S’agit-il là de l’expression ultime de la situation de dominé que de se retourner contre plus dominé que soi, ou le signe que ses compagnes sont, sans le savoir et à ses yeux, l’expression de la domination blanche et hétérosexuelle contre laquelle il se bat ? La question reste ouverte.

5Même s’il ne le revendique pas, le travail sociologique de Daniel Bizeul donne aussi un écho à une certaine sociologie de la déviance. Celle d’Howard Becker (Becker, 1985) bien sûr parce que, comme ce dernier, Daniel Bizeul recourt à l’analyse d’une histoire faite de différentes étapes qui s’avèrent décisives pour en saisir les suivantes et parce qu’il nous montre lui aussi comment cette carrière ne peut se faire qu’avec l’appui des autres et au cœur d’interactions, qu’il s’agisse de ses pairs ou des « entrepreneurs de morale » croisés sur son chemin. Dans le livre, la description faite de la dimension morale des trajectoires de soin imposée aux personnes atteintes du sida est particulièrement saisissante. La sociologie de la déviance encore parce que, au corps défendant je pense de Daniel Bizeul qui a tendance à prendre les paroles et les actes de Martial à leur premier degré comme étant, toujours, la preuve d’un statut de dominé absolu, la lecture de l’ouvrage fait penser aux travaux de David Matza et de Gresham S. Sykes . Ceux-ci mettent en évidence les techniques de neutralisation des actes commis utilisées par les individus qui doivent s’en défendre afin de légitimer leurs actions et les rationaliser (Sykes & Matza, 1957 cités par Guibert-Lafaye, 2017). C’est le cas de Martial qui retourne souvent les accusations faites par ses accusateurs contre eux et contre l’ordre moral établi, conteste leur légitimité à porter l’accusation et justifie ses actes par un système normatif différent et supérieur de celui auquel il est confronté en situation. L’image qui se dégage progressivement de Martial à la lecture de l’ouvrage est moins celle de quelqu’un entièrement contenu dans son statut de dominé et d’humilié, qui s’y réduit et qui y est réduit définitivement, que de quelqu’un qui, en se trouvant pris dans de multiples contraintes, des mauvais choix, devient gris, trouble, parfois humiliant, parfois humilié, parfois humilié parce que humiliant, parfois l’inverse.

6C’est peut-être ce décalage entre d’une part la volonté de Daniel Bizeul de réhabiliter « coûte que coûte » Martial en expliquant son parcours et en montrant les différentes épreuves qu’il a traversées et, d’autre part, ce qu’on retient de lui à la lecture du livre qui donne la limite de la démarche entreprise et qui en constitue sa fêlure. Ce travail d’explication n’est pas tout à fait accompli et c’est sans doute tant mieux. Martial a résisté à l’analyse des causes, il a fait un pied de nez au modèle de causalité explicative du sociologue. La mise en œuvre de celui-ci donne le sentiment que l’auteur, qui retrace l’histoire à rebours, à partir de sa fin à savoir la mort de Martial en 2010, va y chercher ce qu’il voulait y trouver, à savoir les traces des multiples dominations qu’il a subies et qui rendent son histoire inéluctable, jouée d’avance. Martial ne pouvait que mourir, il n’avait d’autre choix que de mourir, pris qu’il était dans des déterminismes dont il ne pouvait sortir autrement et dont il est la victime. La lecture du livre rend cette version de l’histoire moins crédible. Daniel Bizeul en est d’ailleurs conscient, il l’exprime à la fin du grand résumé, plus que dans le livre lui-même comme si le temps avait fait son œuvre. Il y écrit que l’histoire qu’il raconte ne « produit pas une compréhension de type causal au sens strict ». Plus loin dans le texte, il écrit encore que « ce que l’enquête en causalité risque toutefois d’occulter […] c’est la part d’invention de soi et de sa vie de l’individu aux prises avec les malheurs ou, plus banalement, avec les tracas de l’existence […] Il me faut admettre que le recours aux schèmes ordinaires de la causalité explicative est décevant ».

7Comment faire autrement ? Comment se sortir de ce décalage ? La réponse est peut-être à chercher du côté de la littérature. En lisant Martial, la rage d’un humilié j’ai beaucoup pensé à Javier Cercas, écrivain espagnol contemporain, tant par ses rapprochements que par ses différences avec Daniel Bizeul. Javier Cercas a écrit de nombreux ouvrages parmi lesquels Anatomie d’un instant (2010) où l’écrivain se demande pourquoi trois hommes, Santiago Carrillo, Manuel Gutiérrez Mellado et Adolfo Suarez – que rien ne rapproche – ont pu, le 23 février 1981, jour du coup d’État manqué, refuser tous les trois d’obéir aux ordres du putschiste Tejero intimant aux parlementaires espagnols de se jeter au sol. Qu’est-ce qui les a poussés à rester debout alors que tous les autres avaient obéi ? Dans L’Imposteur (2015), Javier Cercas tente de savoir pourquoi un homme ordinaire, Enric Marco, s’est fait passer pendant des décennies pour un rescapé du camp de Mauthausen et devenir président de l’association des anciens déportés jusqu’à ce que, bien des années plus tard, un historien zélé fasse éclater le scandale. Dans son dernier ouvrage, Le Monarque des ombres (2018), il part à la recherche de l’histoire de Manuel Mena, son grand-oncle, frère de sa grand-mère maternelle, mort à 19 ans durant la guerre d’Espagne du côté des phalangistes, en tentant de comprendre pourquoi ce jeune homme brillant avait choisi une mauvaise cause. Ce qui unit ces trois histoires, au-delà de ce qu’elles parlent de l’histoire sombre et trouble de l’Espagne, c’est que toutes trois, à l’instar de l’histoire tracée par Daniel Bizeul, parlent hommes, Adolfo Suarez, Enric Marco et Manuel Mena, aux contours troubles, loin d’être des héros mais tous les trois dignes, comme l’est Martial, d’être le personnage principal d’une histoire retracée l’un par un sociologue, les trois autres par un écrivain. En en faisant des personnages principaux de livres, ils leur donnent une épaisseur humaine. En les racontant, les deux auteurs se racontent aussi eux-mêmes. Javier Cercas ne le nie pas quand il affirme qu’il s’est approché de Suarez pour s’approcher de son père, son fervent défenseur et de mieux le comprendre. S’il part à la recherche de l’histoire de Manuel Mena, c’est enfin pour se saisir de son histoire familiale et de la honte qu’il a éprouvée à son égard : « Je pensais que pour raconter l’histoire de Manuel Mena, il fallait que je raconte ma propre histoire… l’histoire d’une histoire, c’est-à-dire l’histoire du comment et pourquoi j’en étais venu à raconter l’histoire de Manuel Mena » (Cercas, 2018, p. 305). Dans son ouvrage, Daniel Bizeul écrit lui aussi que derrière, à côté de ce travail d’enquête sociologique, il y a le désir de réhabiliter Martial et donc d’en faire un personnage digne tout en donnant un sens sociologique à son soutien indéfectible. Ce qui les unit encore c’est l’ambition démesurée de la question posée : pourquoi Martial est-il devenu ce qui l’a conduit à la mort ? Pourquoi Adolfo Suarez s’est-il ce jour-là montré héroïque ? Pourquoi Enric Marco a-t-il voulu passer de la vie d’un homme ordinaire à celle de héros et de martyr ? Pourquoi se faire tuer à la bataille de l’Ebre ? Mais une chose à mes yeux les distingue, c’est que là où Daniel Bizeul veut trouver des explications (le non-désir de la mère, la violence, le dénigrement, la brutalité…) et répondre à la question, Javier Cercas ne s’y essaie pas, tant il sait que c’est peine perdue. Mais il veut s’en rapprocher. Pour cela il se « contente » d’enquêter, de se rendre sur place, de rencontrer des personnages ayant directement ou indirectement participé à la scène, de tracer des pistes, d’établir des liens, de poser de nouvelles questions, de proposer des interprétations, de s’interroger sur leur statut et sur son rôle de romancier sans fiction pour finalement se déclarer impuissant à tout saisir. À la fin des trois romans cités, la question posée initialement reste ouverte, non résolue « car le passé est un puits insondable et noir où l'on arrive à peine à percevoir des étincelles de vérité, ce que nous savons est sans doute infiniment plus petit que ce que nous ignorons » (Cercas, 2918). Le-la lecteur-rice, entretemps, s’étant rapproché-e du personnage, de sa complexité et de celle de l’histoire dans laquelle il-elle est plongé-e, en a accepté l’idée. Il est impossible de tout savoir mais ce qu’il-elle sait, il-elle le sait mieux. Mais peut-être seul un écrivain peut-il se permettre de laisser une question aussi ouverte et la réponse aussi impénétrable ? Un-e sociologue peut-il-elle s’y résoudre ? Une sociologie qui renonce à expliquer et qui se fait moins déterministe, moins implacable, eût-elle pu exister pour raconter l’histoire de Martial autrement ? Une histoire déployée dans ses interstices, dans son intimité, dans ce qu’on ne savait pas déjà de lui et ailleurs qu’à partir de sa fin ? Le monde est toujours plus compliqué que ce qu’on ne le croit dit Howard Becker (cité par Didier, 2018). Une telle démarche alternative à celle utilisée et dont – ceci dit je n’n connais pas bien les contours pratiques et méthodologiques – eût-elle donné la possibilité à Martial d’être aussi (mais pas seulement) un sale type ? C’est une entreprise sociologique difficile à concevoir mais peut-être possible à moins d’admettre que la limite de la sociologie se situe justement exactement là.

Haut de page

Bibliographie

Avanza M. (2008), « Comment faire de l’ethnographie quand on aime pas "ses indigènes" » ?, dans Fassin É. & A. Bensa (2008), Politiques de l’enquête, Paris, Éditions La Découverte, pp. 41-58.

Becker H. (1967), « Whose side are we on ? », Social problems, vol. 14, n° 3, pp. 239-247 [En ligne] https://www.sfu.ca/~palys/Becker1967-WhoseSideAreWeOn.pdf .

Becker H. (1985), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Bizeul D. (2003), Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, Éditions La Découverte.

Bizeul D. (2007), « Des loyautés incompatibles », SociologieS, La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007 [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/226 .

Bizeul D. (2018), Martial, la rage d’un humilié, Marseille, Éditions Agone.

Cercas J. (2010), Anatomie d’un instant, Arles, Éditions Actes Sud.

Cercas J. (2015), L’Imposteur, Arles, Éditions Actes Sud.

Cercas J. (2018), Le Monarque des ombres, Arles, Éditions Actes Sud.

Didier E. (2018), « La preuve sociologique », La Vie des idées [En ligne] http://www.laviedesidees.fr/Evidence-Becker.html.

Guibet-Lafaye C. (2017), « Légitimer, rationaliser, expliquer la violence politique », Sociologie et Sociétés, vol. 49, n° 1, pp. 239-267.

Nikolski V. (2011), « La valeur heuristique de l’empathie dans l’étude des engagements "répugnants" », Genèses, vol. 3, n° 83, pp. 113-126.

Schaut C. (2000), « Le sentiment d'insécurité comme fait social total : le cas d'un groupe de paroles », dans Van Campenhoudt L. (2000), Réponses à l'insécurité. Des discours aux pratiques, Bruxelles, Éditions Labor, pp. 71-94.

Sykes G. M. & D. Matza (1957), « Techniques of Neutralization: A Theory of Delinquency », American Sociological Review, vol. 22, n° 6, pp. 664-670 [En ligne] https://www.jstor.org/stable/2089195?seq=1#page_scan_tab_contents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Schaut, « Quand histoires singulière et sociologique se mêlent »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 27 février 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/10438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.10438

Haut de page

Auteur

Christine Schaut

Sociologue, coordinatrice du centre de recherche Sasha-ULB, membre du Centre d’études sociologiques - USL-B - Christine.schaut@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search