Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

L’exo-patrimonialisation : déplacements et légitimités comme prémisses de l’attribution d’une valeur patrimoniale à un territoire

Exo-heritagization: displacements and legitimacies as the dawn of heritage value attribution for a territory
Igor Babou

Résumés

Reposant sur deux études de cas portant sur la patrimonialisation de l’environnement en Argentine et dans les îles Canaries, ainsi que sur des données tirées de la littérature, cet article propose une réflexion sur la manière dont le déplacement d’acteurs, dotés d’une légitimité acquise à l’extérieur d’un territoire considéré, attire l’attention des habitants et des porteurs de projets de développement locaux sur des qualités de ce territoire jusqu’alors inaperçues pour eux. De manière exploratoire, l’article propose et définit le concept d’« exo-patrimonialisation » pour qualifier la façon dont ce déplacement vers un territoire sert de prémisse à une patrimonialisation.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le contexte d’une socio-anthropologie des processus de mise en patrimoine, je vais décrire un phénomène d’attribution de valeur patrimoniale à des territoires, phénomène que j’ai observé à plusieurs reprises mais qui n’a pas été décrit ni même identifié comme tel dans la littérature consacrée au patrimoine. Il s’agit de la manière dont certaines personnes ou groupes, dotés d’une notoriété ou d’une légitimité acquise à l’extérieur d’un territoire considéré, attirent l’attention des habitants et des porteurs de projets de développement locaux sur des qualités de ce territoire qu’ils ne percevaient pas jusqu’alors. On verra que ce mécanisme de focalisation de l’attention qui sert de point de départ d’une construction patrimoniale peut prendre différentes formes et s’inscrire dans une mise en discours, dans des interactions et des jeux d’acteurs, et dans la dynamique des déplacements vers le territoire. J’induirai d’une série d’observations convergentes le concept d’« exo-patrimonialisation », que je définirai plus loin et qui sera l’enjeu théorique principal de cet article. Je me baserai sur deux études de cas portant sur des parcs naturels inscrits au patrimoine de l’humanité sur lesquels j’ai mené des observations : l’un en Argentine (le parc régional de la Península Valdés), l’autre dans les îles Canaries, en Espagne (le géoparc de Lanzarote). J’apporterai également des éléments tirés de la littérature de recherche en sciences sociales sur des thèmes patrimoniaux. Le positionnement de cet article sera exploratoire : plus qu’une présentation de résultats empiriques, il s’agit de formuler une hypothèse générale concernant certains aspects de la patrimonialisation en espérant que de nouvelles recherches viendront l’étayer. J’espère alors ouvrir un débat sur la pertinence du concept d’exo-patrimonialisation. Cette proposition s’inscrit dans la lignée des travaux que j’ai menés depuis plusieurs années sur la spatialité des interactions entre personnes, groupes, institutions et milieux naturels, sur leur distribution entre les pôles du local et du global, et enfin sur les significations qui émergent et se développent dans ces contextes (Babou, 2009, 2011, 2016).

Les processus de patrimonialisation : entre transmission mémorielle, jeux d’acteurs et émergence dans l’interaction

2Lorsque l’on cherche à comprendre les processus de patrimonialisation dans leur dynamique, on a principalement affaire à des théorisations attentives au temps long, aux processus mémoriels et aux enjeux de la transmission. La notion de « patrimoine » est ainsi inscrite dans l’histoire révolutionnaire française par Dominique Poulot (2008) ou encore par Jean-Pierre Babelon et André Chastel (1994). Le concept de patrimoine s’est détaché progressivement du modèle de la transmission familiale patrilinéaire des biens privés, passant par les étapes du collectionnisme, puis de la privatisation des biens du clergé, ensuite par l’épisode du « vandalisme » dénoncé par l’abbé Grégoire, enfin par les créations institutionnelles des premiers musées révolutionnaires. À travers cette histoire, la notion de « patrimoine » en est venue à signifier l’existence d’un bien commun extrait du circuit des échanges marchands par l’État au nom de l’intérêt général. Ces étapes sont connues et bien documentées. La question de la mémoire, des politiques et des valeurs qui lui sont associées, a fait l’objet de l’intérêt d’un historien de l’art comme Alois Riegl dès le début du xxème siècle (Riegl, 2003). Cet auteur a mis en évidence les conflits de valeurs liés au temps dont tous les professionnels du patrimoine allaient devoir s’occuper concrètement : doit-on conserver les traces d’usure d’un objet historique ? Comment restaurer un objet ancien tout en gardant l’intelligibilité du passage du temps et des actions de conservation ? Dans quelle typologie des valeurs inscrire les objets du passé, de manière à rationaliser le travail de mémoire des sociétés contemporaines ? Plus récemment, l’approche communicationnelle du patrimoine portée par Jean Davallon (2006) l’a conduit à revisiter la notion maussienne du don (donner/garder/rendre) pour définir la patrimonialisation comme une « filiation inversée » : contrairement à l’image d’une transmission du passé vers le présent, c’est depuis le présent que les sociétés définiraient leur passé à l’aide de toute une série de dispositifs de savoirs, de mise en discours et de communication au public. La patrimonialisation, à la manière d’une reconnaissance de paternité, serait alors « l’ensemble des procédures qui, formant un dispositif social et symbolique, opérationnalisent cette "filiation inversée" » (Davallon, 2006, p. 27). Je citerai enfin la réflexion d’André Micoud pour qui « la patrimonialisation est le nom donné à ce processus par lequel un collectif humain s’énonce comme tel par le travail de mise en collection de ce qui, de son passé, est pour lui gage d’avenir » (Micoud, 2004, § 13) .

3On le voit, dans ce premier ensemble de travaux, c’est le rapport au temps et les dispositifs de médiation de ce rapport au temps, qui ont occupé les théoriciens. Cependant, sur les terrains du patrimoine naturel, tant ceux que j’ai pu effectuer qu’à travers la lecture des textes d’autres auteurs, ce sont plutôt les jeux d’acteurs et la conflictualité qui sont déterminants.

4On trouve donc un second ensemble de théorisations et de démarches empiriques attentives aux conflits et aux jeux d’acteurs, et dans lesquelles la question mémorielle, ainsi que celle de la transmission dans le temps, est nettement moins décisive. C’est le cas par exemple quand Michel Rautenberg distingue une patrimonialisation « par désignation » (lorsque la puissance publique désigne, patrimonialise et contrôle le territoire) et une patrimonialisation « par appropriation » (quand une mémoire collective se construit au sein d’un espace public) (Rautenberg, 2004). D’autres approches privilégient l’analyse des enjeux culturels et politiques des échelles géopolitiques dans la gouvernance du patrimoine. C’est le cas par exemple des recherches que j’ai pu mener sur les inscriptions de sites naturels par l’Unesco, où les relations entre centralités et périphéries géopolitiques imposent une analyse des phénomènes d’appropriation, de décentrement et de captation du regard sur les territoires désignés comme « patrimoines » (Babou, 2009, 2015a, 2015b). On trouve des intérêts similaires dans le travail collectif sur les « ambivalences patrimoniales au Sud » de Dominique Guillaud, Dominique Juhé-Beaulaton, Marie-Christine Cormier-Salem et Yves Girault (2016), ou encore chez Chiara Bortolotto (travail d’équipe en cours, exposé en séminaire en 2017 et 2018 mais pas encore publié). Enfin, on trouve des travaux moins marqués par les enjeux de la spatialité, de la globalisation et des échelles d’action, mais qui suivent la manière concrète dont les personnes, les groupes et les institutions donnent sens au patrimoine dans le cadre de procédures outillées et s’appliquant à des objets, notamment architecturaux. Le travail de Nathalie Heinich décrit ainsi la « chaine patrimoniale » en s’appuyant non seulement sur les procédures normées de l’expertise patrimoniale (inscription dans des inventaires, alimentation de bases de données informatisées, etc.) mais aussi sur les contingences liées aux conflits ou aux intérêts des différents acteurs en interactions (l’expert en patrimoine, le maire de la commune, les habitants, etc.), tout en tenant compte des significations – y compris les émotions – qui saturent de sens l’ensemble de ces étapes pour les participants qui s’y impliquent (Heinich, 2009).

5Dans ces recherches, qui portent aussi bien sur des patrimoines naturels que culturels (matériels et immatériels), ce ne sont pas des structures surplombantes qui sont décrites, ni des acteurs et des échelles géopolitiques réifiés, mais des dynamiques et des conflictualités ajustées les unes aux autres, réparties entre des lieux de gouvernance allant du global (« arènes » internationales des institutions comme l’Unesco) au local des collectivité territoriales, en passant par la sphère nationale et régionale (ministères, collectivités territoriales, etc.) et bénéficiant ainsi d’une certaine indétermination.

6La notion de « frottement » (Tsing, 2005), ou celle d’« interaction » théorisée pour les phénomènes de communication ou dans les analyses interculturelles, les « émergences en situation » dont a pu rendre compte la socio-linguistique et l’ethnographie de la parole (Labov, 1966, 1970), ou plus récemment les conceptions de la sociologie pragmatiste de l’action (Dodier, 1993 ; Bessy & Chateauraynaud, 1995), configurent un vaste espace théorique où l’on décrit les personnes et les groupes comme s’ajustant les uns aux autres pour construire des identités, des positions ou des discours. Dans ces cadres théoriques, les effets des structures ou des champs ne sont pas ignorés, mais ils ne sont pas pour autant au centre de l’attention comme dans les approches post-marxistes ou structuralistes. Ces conceptions d’une émergence dans la situation et dans l’action me paraissent particulièrement adaptées à l’analyse des projets patrimoniaux et ensuite à celle de leur réalisation puis de leur gestion, parce que les marges d’incertitude y sont importantes et qu’aucun acteur « fort » (État, institution patrimoniale et culturelle, etc.) n’est assuré de sa position sur le long terme face à la labilité et à l’hétérogénéité des coordinations d’acteurs « faibles » (ONG, associations, militants écologistes ou culturels, groupes informels, etc.). Les théoriciens de l’aménagement du territoire en arrivent même à décrire des phénomènes d’« improvisation », qui relèvent d’une logique similaire d’ajustement aux contingences (Soubeyran, 2015). S’il subsiste évidemment des centralités et des périphéries, des dominants et des subalternisés – et donc du conflit – les résultats de ces luttes ne sont pas prévisibles. Une telle complexité échappe largement au déterminisme et donc à la modélisation.

Désigner un patrimoine : déplacements, interactions et légitimation

7Je vais maintenant présenter deux études de cas portant sur des aires naturelles protégées inscrites soit sur la liste du patrimoine de l’humanité (Parc régional de la Península Valdés en Argentine), soit comme géoparc, là encore sous l’égide de l’Unesco (géoparc de Lanzarote et de l’archipel Chinijo). Dans la mesure où l’enquête sur la Península Valdés a déjà été publiée, je présenterai brièvement ce cas puis plus longuement celui de Lanzarote.

Attirer l’attention des habitants et des institutions sur ce qu’ils ne perçoivent pas comme « patrimoine » : le cas de la Península Valdés

8En Argentine, la Península Valdés est une péninsule semi-aride située dans l’État du Chubut, à 1500 km au sud de Buenos Aires. Les côtes de ce territoire sont le refuge d’une biodiversité importante : lions de mer, éléphants de mer, orques, manchots de Magellan, pétrels, goélands et baleines franches australes pour ne citer que les espèces les plus emblématiques. Les terres de la péninsule sont, quant à elles, peuplées de nombreux mammifères, oiseaux, lézards, insectes, etc. Cet endroit désolé, sans eau potable, traversé par des dunes de sables qui se déplacent sous l’effet du vent, et dont la végétation se réduit la plupart du temps à des buissons épineux, a été habité occasionnellement par des autochtones qui y venaient depuis le piémont de la cordillère pour y chasser le phoque, mais sans installation pérenne. C’est surtout à partir du xixème siècle que des colons d’origine européenne y furent amenés, dans des conditions souvent très précaires, afin d’y chasser des baleines, des éléphants de mer, des phoques et des manchots. La graisse animale fournissait l’huile d’éclairage des villes européennes avant l’installation du gaz. Une implantation humaine d’un millier de ces pionniers, le port de Puerto Pirámides, subsista dans des conditions assez difficiles, exploitant quelques rares puits et vivant dans des tentes ou des baraquements. Un chemin de fer fut installé entre les salines du centre de la péninsule et la côte, pour y apporter le sel nécessaire à la conservation de la viande. On y exploita également les moutons et les bovins, dans une sorte de far west peuplé de « gauchos » armés, de prostituées et d’ouvriers précaires, les autochtones de Patagonie ayant presque tous été exterminés. Au début du xxème siècle et surtout à partir des années 1950, divers phénomènes économiques et d’aménagement du territoire argentin ont conduit à la baisse du cours de la laine des moutons et à la quasi extinction du village de Puerto Pirámides où ne subsistaient plus qu’une cinquantaine de personnes, isolées, sans aucun service de l’État et avec de grandes difficultés d’approvisionnement en eau. En parallèle, la ville de Puerto Madryn se développait à une centaine de kilomètres en face de Puerto Pirámides et devenait un important port industriel.

9La situation était celle-là au début des années 1970 quand, sans relation entre eux, des sportifs et des scientifiques renommés (le plongeur olympique Jules Rossi, puis Roger Payne, un biologiste financé par la New York Zoological Society et enfin le commandant Cousteau), se déplaçant depuis leurs pays respectifs vers cette péninsule du littoral argentin oubliée de tous, ont attiré l’attention de certains habitants porteurs de projets de développement sur la richesse des fonds marins. Notamment Jules Rossi, qui plonge en 1956 dans les eaux de la péninsule et entre en relation avec un club nautique de Puerto Madryn dont l’un des jeunes membres deviendra plus tard ministre du tourisme. Bien entendu, les plongeurs sportifs de Madryn connaissaient leurs fonds marins, mais n’imaginaient pas qu’ils puissent attirer des étrangers de renom : Rossi leur fera prendre conscience qu’ils disposaient d’une ressource touristique. Roger Payne, le biologiste, s’installe en 1970 dans la péninsule pour y mener des travaux pionniers sur les baleines : il a été le premier à enregistrer leurs « chants » et à pratiquer la photo-identification de ces mammifères dont les taches noires et blanches fonctionnent comme nos empreintes digitales, permettant d’identifier individuellement chaque animal et d’en suivre le développement sur le long terme. Son travail de recherche sera médiatisé et débouchera en 1970 sur Songs of the Humpack Whales, le disque animalier le plus vendu au monde. Il bénéficiera également en 1976 d’un dossier au sein du National Geographics, où figurera un éloge de l’action du jeune plongeur du club nautique devenu depuis directeur du département « tourisme et environnement » du Chubut, félicité pour la création des premières réserves naturelles. Enfin, c’est l’équipe du commandant Cousteau qui viendra plonger en 1972 dans les eaux de la péninsule, attirant l’attention d’un jeune urbain diplômé, également plongeur sportif, sorte de néo-rural installé sur la péninsule en rupture avec ses parents (dont son père, ministre de la marine argentine). Il sera logisticien pour Cousteau et, remarquant que les baleines étaient spontanément attirées par le navire de l’équipe, il aura l’idée de guider des touristes sur sa propre embarcation pour leur faire découvrir ces mammifères marins et créera ensuite la première entreprise d’éco-tourisme de la péninsule.

10Lui et quelques autres jeunes plongeurs sportifs, tous issus de l’oligarchie argentine, formés à l’université et venant de la capitale, s’installeront alors dans la péninsule et y créeront l’activité de visite nautique aux baleines, qui deviendra la principale ressource économique de la région après l’exportation de métal via le port de Madryn. Comme on le voit, c’est un ensemble de personnes renommées au plan international, ou dotées d’un fort capital économique et culturel, qui se déplacent à peu près à la même époque depuis Buenos Aires ou depuis l’Europe et les USA et qui attirent ainsi l’attention des porteurs de projets de développement local. En particulier celle du jeune membre du club nautique de Madryn qui a pris depuis des responsabilités politiques et qui cherche un moyen de fixer la population locale dans la péninsule en déclin : l’éco-tourisme sera alors vu comme une occasion à saisir. Il sera plus tard le principal artisan de l’inscription de la péninsule sur la liste du patrimoine mondial. Suite à cette reconnaissance par l’Unesco, la péninsule connaîtra un essor écotouristique important dont l’économie bénéficiera à toute la région côtière du Chubut.

Patrimonialiser une île volcanique aux Canaries : l’artialisation de Lanzarote par César Manrique

11L’archipel des Canaries est situé au large des côtes du Maroc et se compose de sept îles plus ou moins alignées d’est en ouest, la plus septentrionale étant Lanzarote. Très aplanis par l’érosion, ses reliefs n’arrêtent pas les nuages chargés d’humidité qui proviennent de l’Atlantique, ce qui en fait une île extrêmement aride. Peuplée à l’origine par des populations berbères, l’île a été colonisée au début du xvème siècle par le Normand Jean de Bethencourt, qui soumit les populations autochtones, les Guanches, puis reconnut le roi Henri III de Castille comme suzerain en raison de son aide lors de la conquête des Canaries. Vivant de l’agriculture et régulièrement attaquée par les pirates, Lanzarote connut un épisode de six années d’éruption continue entre 1730 et 1736 qui détruisit totalement un tiers de l’île dans sa zone fertile au centre et à l’ouest, noyant par ailleurs douze villages sous des mètres de lave (sans perte humaine, les habitants ayant pu se réfugier dans les zones préservées). Une grande partie de l’île fut recouverte de cendre volcanique, le pyroclaste, appelée picon localement. Une autre éruption, plus courte, eut lieu en 1824. Ces éruptions ont donné au paysage de Lanzarote son caractère très spectaculaire, avec ses immenses champs de lave, ses tunnels souterrains et sous-marins, la multiplicité de ses cônes volcaniques, la cendre omniprésente, parfois sur des hauteurs de plusieurs mètres et ses coloris rouge et noir. La population de l’île connut la famine et une partie d’entre elle émigra vers les îles voisines suite au long épisode volcanique du xviiième siècle. Mais ensuite l’agriculture bénéficia des apports carbonés des éruptions et se mit à produire notamment de la vigne et du vin et connut un renouveau qui fut suivi d’une croissance de la population. Les paysages des vignobles de La Geria résultent de l’originalité de nouvelles méthodes agricoles consistant à creuser profondément sous la couche de cendre pour planter les vignes au fond d’un cône dont l’ouverture circulaire est bordée par des pierres plates dressées en arc de cercle pour abriter la plante du vent. Ce paysage très original de vignobles non alignés et semblant émerger de milliers de cratères creusés dans la cendre, a fait l’objet d’un classement patrimonial en tant que « paysage protégé » au sein de la Réserve de biosphère. Le picon permet par ailleurs de piéger l’humidité de l’air et les rares pluies au profit des plantes et arbres fruitiers. C’est pourquoi, à Lanzarote, un espace agricole bien entretenu est toujours recouvert d’une couche d’une dizaine de centimètres de cendre volcanique noire.

12La destruction partielle de l’île au xviiième siècle par les éruptions est présentée dans les musées de Lanzarote et fait partie de l’imaginaire quotidien des habitants, tant ses effets sont visibles sur le paysage tourmenté dans lequel ils vivent. C’est sans doute ce caractère évident qui fait que ce récit n’est pas mis en avant dans les entretiens, ni dans les discussions avec les habitants. En revanche, un autre récit est plus présent dans les discours. Il décrit le travail d’artialisation de l’île par César Manrique (1919-1992), un architecte et peintre non figuratif natif de Lanzarote. Je ne vais pas restituer ici sa biographie, puisqu’on la trouve dans maints écrits, notamment sur le site de sa fondation. Je vais en revanche extraire de ce récit biographique ce qui me permettra d’illustrer des mécanismes plus généraux des processus de patrimonialisation tels que j’ai pu les analyser à Lanzarote et sur d’autres terrains.

  • 1 Nom du corps administratif colonial chargé de diriger les municipalités à l'époque de l’Empire espa (...)

13Ce qui caractérise le parcours de César Manrique, c’est qu’après avoir vécu à Lanzarote, puis exposé à Madrid, il a acquis une notoriété internationale en s’installant à New-York en 1964, où il a fréquenté Andy Warhol et s’est créé un réseau international parmi les artistes contemporains et diverses figures de la jet set de l’époque. Ensuite, lassé de sa vie new-yorkaise, il rentre à Lanzarote avec un projet. L’île lui semblait végéter dans la pauvreté, le manque de développement et l’autodénigrement culturel. Il imagine en faire un lieu de loisir idyllique tout en redonnant un sentiment de fierté à ses habitants. Contre le tourisme de masse et de plage qui sévit en Espagne avec ses constructions qu’il décrit comme « horribles », il prône un tourisme « de qualité » qui reposerait sur un usage responsable des ressources de l’île, sur une planification qui relevait d’un développement durable avant l’heure et sur une artialisation de l’île destinée à en faire un spectacle pour une élite culturelle, politique et économique cosmopolite comme celle qu’il a fréquenté à New-York. En 1963, avant de se réinstaller définitivement à Lanzarote en 1968, César Manrique et l’un de ses amis architecte (Fernando Higueras) voyagent à Lanzarote avec l’idée d’initier un plan d’aménagement de l’île dans lequel l’architecture serait étroitement articulée au paysage. Manrique réalise alors un inventaire photographique de l’architecture vernaculaire de l’île, mettant en scène dans un ouvrage la beauté simple des cubes recouverts de chaux blanche qui composent la structure des habitations rurales de Lanzarote, avec leurs cheminées mauresques (Manrique, 1974). Dès cette époque, l’attention pour la géologie, le paysage et la protection de l’environnement, ainsi que la recherche d’un modèle d’éco-développement, sont explicites chez César Manrique, bien avant que l’écologie devienne à la mode. Il réalise entre 1966 et son décès lors d’un accident de voiture en 1992 une série de constructions en collaboration avec un technicien et le président du Cabildo 1 de l’époque : aménagement de restaurants ou de centres d’interprétation, salle de spectacle construite dans une grotte volcanique, parcours son et lumière dans des tubes volcaniques, maison futuriste souterraine construite dans des tunnels de lave, mobiles à la manière de Calder installés en pleine nature et dont la forme se transforme sous l’action du vent, jardin de cactus, musée du paysan, tracé paysager de la route du Parc national de Timanfaya, mirador-restaurant construit dans une falaise, etc. L’île sort de cette période complètement transformée, artialisée dans tout son territoire et devient alors une destination touristique prisée : en très peu de temps, elle passe d’une économie d’agriculture de subsistance à un développement accéléré lié au tourisme international. Si l’élite aisée que vise Manrique répond bien à ses invitations et participe aux grandes fêtes qu’il organise dans les habitats luxueux, futuristes et telluriques qu’il a construits, les appétits économiques de ses concitoyens orientent toutefois une partie de Lanzarote vers le développement d’un tourisme de masse et de plage que César Manrique ne cessera pas de contester, organisant des manifestations de rue, prenant le porte-voix ou publiant des articles enflammés dans la presse. César Manrique ne se contentera pas d’un rôle d’activiste écologiste, puisqu’il contribuera à l’étude préalable à la création du Parc national de Timanfaya en 1973 (Martinez Puebla, Prieto Ruiz & Centellas Bodas, 2005, pp. 20-23 ; Simancas Cruz, 2007, p. 87) et qu’il sera ensuite à l’origine de la création de la Réserve de biosphère de Lanzarote en 1993, après avoir été nommé en 1989 membre du comité espagnol du programme Man and Biosphere (Izquierdo Expósito, 2001). On voit donc comment son action, inscrite dans la construction d’un débat public à visée environnementale, a été fondatrice pour la société canarienne, tout en s’inscrivant dans une préoccupation précoce de certains des habitants de l’île pour une écologie faisant le lien entre développement territorial et éco-tourisme.

14Au-delà des aspects biographiques exposés plus haut, ce qui importe ici c’est que César Manrique avait acquis une notoriété et une légitimité artistique à l’extérieur de l’île et qu’il y est revenu en se déplaçant depuis New-York, qu’il a attiré le regard de développeurs locaux (la sphère politique) sur des caractéristiques esthétiques et environnementales de leur île qu’ils ne percevaient pas avant : son déplacement et sa notoriété ont eu un poids certain dans la prise de conscience, par les élus locaux, du potentiel patrimonial et touristique de l’île qui a conduit ensuite au processus de désignation patrimoniale et à l’institutionnalisation de modalités de gestion.

L’exo-patrimonialisation

15Je viens de décrire empiriquement un phénomène patrimonial observé dans deux terrains différents. Pour caractériser ce phénomène au plan théorique, je propose le néologisme d’« exo-patrimonialisation ». Il s’agit de qualifier toute personne ou groupe qui, doté d’une légitimité ou d’une notoriété acquise à l’extérieur d’un territoire considéré, attire l’attention des habitants ou des développeurs locaux par son déplacement vers le territoire et par l’élaboration et la diffusion publique d’un discours (inventaire naturaliste ou culturel, production artistique ou littéraire, etc.). Ce qui importe, ce n’est pas seulement que les acteurs impliqués dans cette forme de patrimonialisation proviennent de l’extérieur du territoire où a lieu la patrimonialisation, mais aussi que leur légitimité ait été acquise à l’extérieur, ce qui renforce leur capacité à attirer l’attention des acteurs locaux et à les mobiliser.

16C’est pourquoi on peut mettre sur le même plan l’exemple de la Península Valdés (où les acteurs scientifiques et médiatiques venaient d’autres régions ou d’autres pays) et celui de Lanzarote où Manrique, bien que natif de l’île, n’en a pas moins acquis sa légitimité et sa notoriété artistique à l’étranger, ce qui lui a ensuite donné un poids politique lui permettant de mobiliser des appuis lors de son retour.

17Le promoteur d’une exo-patrimonialisation peut agir comme initiateur de la démarche par focalisation de l’attention, ou alors en renforçant la légitimité d’une démarche patrimoniale en cours. Dans tous les cas, ce n’est pas uniquement son discours qui légitime la construction patrimoniale, ce discours n’étant produit qu’après son déplacement vers le territoire. C’est avant tout ce déplacement et le capital de légitimité acquis à l’extérieur du territoire qui fonctionnent comme des opérateurs symboliques de désignation. De même, ce n’est pas sa seule action qui importe, mais le fait qu’elle soit convertie en ressource pour l’action par les développeurs de patrimoine. L’exo-patrimonialisation s’inscrit donc dans une émergence en situation. Son analyse ne peut se résumer à lister les caractéristiques intrinsèques de la personne qui la met en œuvre, celles de la population locale, ou celles de l’objet patrimonial. C’est dans leurs interactions que le phénomène fait sens.

18Il est difficile de dire si ces exo-patrimonialisations correspondent à des situations fréquentes : la littérature sur le patrimoine ne les a pas saisies, du moins à ma connaissance. Mais l’apparition par deux fois de ce type de phénomène n’est sans doute pas due au hasard et il faudrait donc multiplier les investigations sur ce thème. Notons toutefois une série d’exemples intéressants relevés dans la littérature. Florence Revelin pointe par exemple le rôle de l’Impératrice Eugénie, de plusieurs intellectuels (écrivains romantiques, artistes et scientifiques), puis de Victor Hugo et de ses écrits dans la réputation du Cirque de Gavarnie et dans sa construction en site touristique puis patrimonial (Revelin, 2013, pp. 109-110). Le projet d’inscription à l’Unesco du parc des Pyrénées-Mont Perdu (où est situé Gavarnie) sera ensuite porté par un guide de haute montagne, écrivain érudit et renommé, originaire de la région mais pas de la vallée française concernée (Revelin, 2013, pp. 207-208) : on retrouve là les conditions d’extériorité et de notoriété. De même, Saskia Cousin et Jean-Luc Martineau montrent que le bois sacré d’Osogbo, au Nigeria, a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial après avoir été artialisé par une artiste autrichienne dont le mari a par ailleurs diffusé des ouvrages d’histoire de l’art contemporain africain (Cousin & Martineau, 2009) : on constate à nouveau les critères de notoriété internationale, d’érudition, de production de discours et d’extériorité. Bernard Kalaora fournit plusieurs exemples d’artialisation du littoral en France à des fins de communication par le Conservatoire du littoral, exemples que l’on pourrait facilement rapatrier dans la catégorie de l’exo-patrimonialisation puisqu’il s’agit de personnalités invitées à produire un discours ou des œuvres de manière à « inscrire le littoral dans l’espace public comme une grandeur, un monument culturel au rang des chefs-d’œuvre de l’art officiel et digne d’être conservé » (Kalaora, 2010, p. 48). Il existe enfin des descriptions du même ordre dans le domaine de l’attribution de labels de qualité dans le secteur alimentaire, notamment celui des Appellations d’origine contrôlée (AOC). Laurence Barthe et Émilien Soulenq expliquent ainsi, à propos du déclin des formes traditionnelles d’agro-pastoralisme en Aubrac dans les années 1960, que :

« L’effondrement qui s’ensuivit a conduit les éleveurs de la race Aubrac, sous diverses influences, dont celle importante du CNRS, à s’engager dans de nouvelles orientations. La RCP menée sur l’Aubrac par une quarantaine de chercheurs entre 1955 et 1965 envisageait l’avenir de ce territoire à travers la figure d’un musée des arts et des traditions populaires aux côtés du ranching et de la forestation. Cette auscultation du territoire s’est révélée être un véritable élément déclencheur en impulsant une prise de conscience des potentialités et des ressources spécifiques dont disposaient les acteurs de l’Aubrac » (Barthe & Soulenq, 2012, p. 137).

19Les auteurs indiquent ensuite que cette dynamique a conduit à la mise en place d’AOC pour des productions agricoles visant à exprimer une identité locale et un lien renouvelé au territoire. Jacinthe Bessière et Laurence Tibère ont également travaillé sur la création de labels AOC dans la région Midi-Pyrénées et elles insistent sur l’importance des stratégies de mobilité géographique dans les processus d’innovation ou d’invention patrimoniale :

« Dans notre étude, nous observons le rôle récurrent "des étrangers" ou "des extérieurs" nouvellement installés ou parcourant les territoires, dans la valorisation des patrimoines alimentaires locaux comme le foie gras ou l’armagnac, etc. C’est la valeur d’exception du produit qui est avancée comme principal motif de valorisation. Ces populations dites "extérieures" au territoire viennent pour et par l’image du lieu. Le plus souvent d’origine citadine, ces personnes semblent détentrices d’un autre regard sur les lieux et le temps et développent ainsi un autre rapport au patrimoine local : les sentiments d’appropriation, de sauvegarde et de transmission se trouvent ainsi exacerbés. Ce nouveau rapport au territoire et à l’identité des lieux peut s’expliquer par des effets de distanciation ou de confrontation territoriale et sociale. La mobilité géographique et sociale participerait ainsi à la réactivation des sentiments d’appartenance à un groupe, à un lieu » (Bessière & Tibère, 2011, § 26-27).

20Si les phénomènes d’exo-patrimonialisation sont donc attestés empiriquement, il faut préciser qu’ils ne sont en aucun cas nécessaires à la construction d’un patrimoine : ils peuvent y contribuer, mais on trouve bien des patrimoines construits sur d’autres bases. Il n’y a aucune raison d’en faire une étape nécessaire dans toute description de processus patrimoniaux. Il serait en revanche intéressant de comprendre les raisons qui font que certains territoires sont patrimonialisés par exo-patrimonialisation tandis que d’autres sont produits par d’autres logiques, notamment celles qu’on pourrait qualifier par contraste d’endo-patrimonialisation, ou en suivant Alexandre Delarge d’« autopatrimonialisation » lorsque ce dernier décrit comment des écomusées valorisent un patrimoine sur la base d’inventaires et d’actions impulsées par les habitants d’un territoire (Delarge, 2000). Des compositions d’autopatrimonialisation et d’exo-patrimonialisation sont bien entendu envisageables.

21Les acteurs de l’exo-patrimonialisation paraissent distincts des « courtiers en développement » décrits par Chloé Josse-Durand dans le domaine muséal dans son travail sur le pays Konso en Ethiopie. Ces « "courtiers en développement", au sens des anthropologues T. Bierschenk et J.-P. Olivier de Sardan, sont des acteurs sociaux implantés dans une "arène locale" au sein de laquelle ils obtiennent une importance politique en jouant de leurs ressources propres – être lettré, savoir parler anglais, avoir été guide touristique ou membre de l'administration locale » (Josse-Durand, 2015, § 20). Les acteurs de l’exo-patrimonialisation ne font pas forcément partie des arènes locales et c’est même leur position d’extériorité et la légitimité qu’ils ont acquise à l’extérieur du territoire qui en font des ressources pour les développeurs et les porteurs de projets locaux. De même, ils ne se confondent pas avec les porteurs de projets parfois identifiés par la littérature de recherche sur le patrimoine naturel, comme lorsqu’Adel Selmi décrit l’action du Club alpin français au début du siècle, qui préfigure un intérêt touristique pour la région qui accueillera le futur parc national de la Vanoise (Selmi, 2006). Dans ce cas, ces porteurs de projets sont issus de la région et ce n’est ni leur notoriété, ni leur déplacement, qui légitime le futur patrimoine. Enfin, l’exo-patrimonialisation se distingue de la description que fait André Micoud (2010) de la « figure locale » qui, n’étant pas locale mais installée sur place, en rajoute « pour faire comme si » et se dévoue corps et âme à la construction d’un patrimoine local, d’un « haut lieu » (Micoud, 2010) : à nouveau, les acteurs de l’exo-patrimonialisation s’en différencient par leur déplacement vers le territoire et par leur notoriété attribuée au lieu, traits que ne partage pas la « figure locale ».

Conclusion : l’exo-patrimonialisation comme prémisse patrimoniale

22L’exo-patrimonialisation, c’est là un point définitionnel important, est préalable à tout discours institutionnel ou social sur le patrimoine : si on devait lui trouver une analogie avec les processus cognitifs, elle relèverait de la fixation de l’attention préalable à l’élaboration d’une signification d’ordre symbolique. L’exo-patrimonialisation fonctionne comme prémisse à une production discursive mais n’est pas pour autant hors signification. Au sens de la sémiotique de Charles Sanders Peirce, l’exo-patrimonialisation relèverait de l’indexicalité (signification fonctionnant sur la base de la relation, de la contiguïté, de la désignation) qui est déjà pleinement sémiotique, les processus de signification ne se résumant pas au symbolique et à la représentation (Peirce, 1978).

23Au plan de la réflexion sur les processus de patrimonialisation, l’identification de l’exo-patrimonialisation complexifie l’opposition posée par Michel Rautenberg entre patrimonialisation par désignation institutionnelle et patrimonialisation par appropriation sociale. Les acteurs de l’exo-patrimonialisation échappent à ce dualisme et introduisent la dynamique des interactions en amont de la patrimonialisation proprement dite, là où Michel Rautenberg figeait deux catégories au sein d’un processus déjà patrimonial. Cela éclaire les prémisses des constructions patrimoniales qui ne dépendent pas forcément des experts ou des acteurs sociaux de la patrimonialisation et qui peuvent se dérouler avant même qu’une désignation ou une appropriation patrimoniale (au sens de Michel Rautenberg) soit mise en œuvre. Se pose alors la question de l’extension de ce que l’on appelle « processus patrimonial ». Il est symptomatique que Nathalie Heinich, dans sa description de la « chaine patrimoniale », ne fasse débuter cette dernière qu’au moment où un expert institutionnalise une description dans un inventaire : ne serait finalement patrimonial que le processus qui se situerait au croisement de la science et de l’administration. Certes, l’auteure y découvre des significations émergeant de l’enquête de terrain (l’émotion de l’expert devant une belle architecture, sa colère quand l’administration refuse l’inscription à l’Inventaire, etc.), mais ces dernières sont comme des surplus, des suppléments d’âme, le processus restant défini par les procédures normées d’une rationalité institutionnelle. Si l’on cherche à décrire un processus patrimonial, on peut légitimement y inclure ses conditions de possibilité – que celles-ci soient institutionnelles ou non – et même si elles sont antérieures à la définition scientifique de l’objet ou du territoire en tant que patrimoine.

24Les politiques de la nature et du patrimoine sont souvent vues à travers leur institutionnalisation (production de normes, organisations politiques, organisation de procédures, etc.) ou, presque symétriquement, comme relevant de la conflictualité (mobilisations citoyennes sur des thèmes environnementaux, conflits d’usage, etc.). Il me semble qu’il y a une place, entre une sociologie des normes et celle du conflit, pour une sorte de registre infra-politique comme celui de l’exo-patrimonialisation. Dans ce contexte, les personnes et les groupes issus de centralités et dotés de légitimité qui se déplacent vers des périphéries ne construisent pas un rapport de force, pas plus qu’ils ne traduisent un objet en un autre par des enrôlements successifs de parties prenantes ou par la production de discours. Il y a bien asymétrie de légitimité au début du processus, mais l’exo-patrimonialisation s’appuie avant tout sur une ressource saisie – ou non – par les habitants d’un lieu dans un système d’interactions comprenant également le territoire et sa dimension écosystémique. C’est à partir de cette saisie, dans le cadre d’une éventuelle appropriation, qu’il peut y avoir débat, conflit et éventuellement construction d’un monde commun autour d’un territoire devenu patrimoine. Mais avant cela, l’exo-patrimonialisation opère comme un simple déictique, une désignation pré-politique, une condition de possibilité ouverte à la transformation du territoire, la dimension patrimoniale de ce dernier pouvant tout autant rester inaperçue.

25Les phénomènes socio-discursifs que j’ai présentés émergent dans l’interaction et reposent sur des déplacements qui entrainent la légitimation d’objets comme patrimoines. Cela inscrit ces processus dans la globalisation des champs du patrimoine, du tourisme et de l’expertise scientifique et environnementale et dans la production et la mise en circulation de discours variés : rapports d’expertise, textes et inventaires scientifiques, catalogues d’œuvres, médiatisation, etc. Ces circulations internationales de personnes et de discours interrogent l’approche communicationnelle du patrimoine par Jean Davallon. Dans son insistance sur le phénomène du « don du patrimoine » et sur la « filiation inversée », la médiation symbolique du patrimoine restait contingentée dans la société d’origine du processus de patrimonialisation et dans une logique mémorielle. L’identification de l’exo-patrimonialisation, son inscription dans des échelles territoriales variées et dans des déplacements, la prise en compte de propriétés émergentes au sein d’une situation d’interaction, permettent de montrer que la patrimonialisation ne constitue pas seulement une relation entre le passé et le présent au sein d’une société liée à un territoire, mais qu’elle peut également opérer sur la base de légitimités importées de l’extérieur, indépendantes de tout processus mémoriel, parfois traversées par la globalisation et situées dans le cadre d’interactions entre habitants, territoires et acteurs non autochtones.

26Au rang de ces acteurs de l’exo-patrimonialisation, on compte également des scientifiques qui travaillent sur le patrimoine. On en a vu des exemples plus haut, venus tant des sciences humaines et sociales que des sciences de la nature. Quand on a contribué à des programmes de recherche ou de financement de la recherche sur le patrimoine, notamment dans le cadre de relations Nord-Sud, on comprend alors que cela doit nous imposer un effort de réflexivité accru car nous devenons, parfois à notre insu, des acteurs de ces territoires même lorsque nous prétendons simplement analyser leur patrimonialisation. Les conséquences politiques, sociales et culturelles de nos déplacements et les perceptions locales de nos légitimités académiques ne sont en effet pas négligeables.

Haut de page

Bibliographie

Acosta Rodriguez J. E. (1990), El Modelo de desarrollo economico del municipio de Tías en Lanzarote. Entre la agricultura y el turismo, Tías, Departamento de cultura.

Arcaraz J. (2016), « La construcción del paisaje. Plan Parcial de Urbanización de Lanzarote. 1963 », Journal of Interdisciplinary Studies in Architecture and Urbanism, n° 7 [En ligne] DOI: https://doi.org/10.26754/ojs_zarch/zarch.201671518

Babelon J.-P. & A. Chastel (1994 [1980]), La Notion de patrimoine, Paris, Éditions Liana Levi.

Babou I. (2009), Disposer de la nature. Enjeux environnementaux en Patagonie argentine, Paris, Éditions L’Harmattan.

Babou I. (2011), « Le déplacement : une dimension d’analyse et une modalité pour comprendre les relations entre nature, science et société », Questions de communication, n° 19 [En ligne] http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/2695

Babou I. (2015a), « Contingences et médiations de la Valeur Universelle Exceptionnelle : le local, l’international et l’universel dans deux parcs naturels du patrimoine mondial », dans Chevenez A. & N. Novello Paglianti (dir.), L’Invention de la valeur universelle exceptionnelle de l’Unesco. Une utopie contemporaine, Actes du colloque international « L’invention de la "valeur universelle exceptionnelle" », 14-16 novembre 2012, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 115-130.

Babou I. (2015b), « Patrimonialisation et politiques de la nature : le parc national de La Réunion », VertigO - La revue électronique en sciences de l'environnement, vol. 15, n° 1, [En ligne] http://journals.openedition.org/vertigo/16038

Babou I. (2016), « Randonner avec un vidéoprojecteur », Communication, vol. 34, n° 1 [En ligne] http://journals.openedition.org/communication/6706

Barthe L. & E. Soulenq (2012), « Quels systèmes d'action locaux autour de l'innovation patrimoniale alimentaire ? », dans Bessière J. (dir.), Innovation et patrimoine alimentaire en espace rural, Paris, Éditions Quæ, pp. 127-144.

Bessiere J. & L. Tibère (2011), « Innovation et patrimoine alimentaire en Midi-Pyrénées », Anthropology of food, n° 8 [En ligne] http://journals.openedition.org/aof/6759

Cousin S. & J.-L. Martineau (2009), « Le festival, le bois sacré et l'Unesco. Logiques politiques du tourisme culturel à Osogbo (Nigeria) », Cahiers d'études africaines, vol. 1, n° 193-194, pp. 337-364.

Bessy C. & F. Chateauraynaud (2014 [1995]), Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Éditions Metailié.

Davallon J. (2006), Le Don du patrimoine. Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Éditions Lavoisier.

Delarge A. (2000), « Des écomusées, retour à la définition et évolution », Publics et Musées, n° 17-18, pp. 139-155.

De León J. (2008), Lanzarote bajo el volcán, Arrecife, Cabildo de Lanzarote.

De León J. (2000), « Territorio, recursos y patrimonio edificado destruidos por los volcanes del siglo XVIII en la isla de Lanzarote », XIII Coloquio de Historia Canario-Americana, Cabildo de Gran Canaria.

Dodier N. (1993), « Les appuis conventionnels de l’action. Éléments de pragmatique sociologique », Réseaux, vol. 11, n° 62, pp. 63-85.

Guillaud D. Juhé-Beaulaton D., Cormier-Salem M-C. & Y. Girault (2016), Ambivalences patrimoniales au Sud. Mises en scène et jeux d’acteurs, Paris, Éditions IRD-Karthala.

Heinich N. (2009), La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éditions de la MSH.

Izquierdo Expósito V. (2001), « César Manrique y la defensa del medio ambiente », Actas de las IX Jornadas de Estudios sobre Fuerteventura y Lanzarote, Tomo II, Servicio de publicaciones del Cabildo Insular de Fuerteventura, Puerto del Rosario, pp. 93-105.

Josse-Durand C. (2015), « Le musée Konso au cœur de l'arène : quand les courtiers en développement (re)dessinent les contours du champ politique éthiopien », EchoGéo [En ligne] http://journals.openedition.org/echogeo/14144

Kalaora B. (2010), Rivages en devenir. Des horizons pour le Conservatoire du littoral, Paris, La Documentation française.

Labov W. (1966), The Social Stratification of English in New York City, Washington (DC), Center for Applied Linguistics.

Labov W. (1970), « The Study of Language in its Social Context », Studium Generale, n° 23, pp. 30-87.

Manrique C. (1974), Lanzarote. Arquitectura inédita, Arrecife, Cabildo de Lanzarote.

Manrique C. (2005), La Palabra encendida. Selección de textos e introducción de Fernando Gómez Aguilera, León, universidad de León.

Martinez Puebla E., Prieto Ruiz J. & A. Centellas Bodas (2005 [1997]), Guía de visita del Parque Nacional de Timanfaya, Arrecife, Ministerio de medio ambiente/Organismo Autónomo Parques Nacionales.

Micoud A. (2004), « Des patrimoines aux territoires durables. Ethnologie et écologie dans les campagnes françaises », Ethnologie française, vol. 34, n° 1, pp. 13-22 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2004-1-page-13.htm

Micoud A. (2010), « Le lieu comme figure exemplaire de l'ordre du territoire qui vient », Communications, vol. 2, n° 87, pp. 109-119 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-communications-2010-2-page-109.htm

Peirce C. S. (1978), Écrits sur le signe – rassemblés, traduits et commentés par Gérard Deledalle, Paris, Éditions Seuil.

Poulot D. (2005), Une Histoire des musées de France. XVIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions La Découverte.

Quintana Andrés P. C. (2005), « Las catástrofes volcánicas y la transformación del paisaje agrario en canarias durante la edad moderna: Lanzarote 1730-1750 », Revista de historia moderna, n° 23, pp. 233-260.

Revelin F. (2013), Montagnes à vivre, à voir et à préserver. Dynamiques du tourisme et sites européens du patrimoine mondial (Laponia et Pyrénées-Mont Perdu), thèse de doctorat en anthropologie, Paris, MNHN.

Riegl A. (2003 [1903]), Le Culte moderne des monuments, Paris, Éditions L’Harmattan.

Rautenberg M. (2004), « La patrimonialisation, entre appropriation sociale et désignation institutionnelle », dans Debarbieux B. & M.-C. Fourny (dir.), L’Effet géographique. Construction sociale, appropriation cognitive et configuration matérielle des objets géographiques, Grenoble, Éditions CNRS-MSH, pp. 71-87.

Selmi A. (2006), Administrer la nature, Paris, Éditions Quae.

Simancas Cruz M. R. (2007), Las Áreas protegidas de Canarias. Cincuenta años de protección ambiental del territorio en espacios insulares, Santa Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA.

Sosa Espinosa A. (2014), Turismo, planificación y bienestar en Lazarote, Tesis doctoral en urbanismo, València, Editorial Universitat Politècnica de València.

Soubeyran O., (2015), Pensée aménagiste et improvisation. L’improvisation en jazz et l’écologisation de la pensée aménagiste, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Tsing A. (2005), Friction, Princeton (N.J.), Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Nom du corps administratif colonial chargé de diriger les municipalités à l'époque de l’Empire espagnol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Babou, « L’exo-patrimonialisation : déplacements et légitimités comme prémisses de l’attribution d’une valeur patrimoniale à un territoire », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/10497

Haut de page

Auteur

Igor Babou

Professeur à l’université Paris Diderot, Ladyss (UMR CNRS 7533), France - igor.babou@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page