Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2019Politiques de la diversitéPolitiques de la diversité : pers...

2019
Politiques de la diversité

Politiques de la diversité : perspectives transnationales

Introduction au Dossier
Milena Doytcheva

Texte intégral

1Ce Dossier propose de faire le point sur le développement au cours des dernières décennies en Europe, aux États-Unis, au Canada, comme dans d’autres parties du monde, de politiques étiquetées en termes de diversité : visant à lutter contre les discriminations, promouvoir l’égalité des chances et contribuer à des formes d’intégration plus respectueuses du pluralisme culturel et inclusives des vulnérabilités et des différences. Pour mener à bien un tel projet, il s’agira d’abord d’éclairer la genèse contemporaine de la notion de diversité dans ses dimensions à la fois conceptuelles, normatives et pratiques, à l’intersection des champs problématiques du pluralisme culturel et de celui de la lutte contre les discriminations. Il s’agira aussi, dans un deuxième temps, d’en confronter l’approche analytique aux résultats issus d’enquêtes de terrain quant aux usages et réinterprétations pratiques qui en sont faits dans divers contextes d’action. Pour cela nous faisons le choix d’un prisme particulier, centré sur l’étude en situation des « circulations » – de savoirs, concepts, expertises et schèmes d’action – ainsi que de leurs réélaborations « glocales » – locales, européennes, supranationales – qui marquent, de notre point de vue, la croissante internationalisation de ces questions. En effet, alors que de prime abord, des logiques attendues de « convergence » se dégagent entre acteurs et politiques des deux côtés de l’Atlantique, notre parti pris sera de revenir sur la singularité des réceptions : dans les définitions opérées par exemple de cet espace de la diversité, les séquences historiques et temporelles qui président à son déploiement, les logiques de justification (inclusion, performance économique, lutte contre les discriminations), ainsi que de mobilisation qui le sous-tendent. Une première piste nous est offerte en ce sens par l’examen critique de ce que l’on n’hésite plus à désigner comme un « tournant de la diversité » en sciences sociales, donnant y compris naissance à des concepts dérivés, tels que la super-diversité ou la multiculture, auxquels nous nous intéresserons en particulier. Dans un deuxième temps, nous proposons de nous pencher, en adoptant une perspective transnationale, sur les modalités selon lesquelles ces catégories analytiques, mais aussi normatives et pratiques, ont « circulé » entre différents espaces géopolitiques et arènes d’intervention, suivant en cela les intuitions de travaux récents qui ont forgé la notion de mobilités des politiques publiques (policy mobilities), invitant à l’étude des réseaux sociotechniques impliqués dans la construction et l’imposition de normes socialement produites, néanmoins en mouvement.

Un tournant académique ?

2L’intérêt suscité ces dernières années pour la notion de diversité en sciences sociales (Faist, 2008 ; Ahmed, 2012 ; Kymlicka, 2015 ; Doytcheva, 2015), a poussé certains auteurs à y voir un véritable « tournant » (Berg & Sigona, 2013), alors que d’autres se sont attachés à sa précision conceptuelle et à son élaboration sociologique (Vertovec, 2007). Initialement forgée, à la fin des années 1970, à l’intersection des problématiques de l’égalité raciale et de celles du pluralisme culturel, la popularité de la notion de diversité a rapidement essaimé, au-delà des questions de lutte contre les discriminations, pour se transformer en synonyme d’une société meilleure, « encore à venir » (Doytcheva, 2018a). Résolument transdisciplinaire, l’engouement qu’elle suscite a trouvé des applications multiples, allant de la micro-économie à la biologie, en passant par la géographie et la linguistique. Nous nous concentrons ici sur celles des élaborations qui, dans les champs des sciences sociales et politiques, abordent le plus directement les questions de citoyenneté, d’inégalités et de pouvoir, de pluralisme démocratique. De ce point de vue, trois innovations conceptuelles, en forte résonance comme nous essayerons de le montrer les unes avec les autres, retiennent notre attention. En rendent compte respectivement les néologismes de superdiversité, multiculture et post-racialisme. Quand bien même leur construction reçoit des coordonnées spatiales et temporelles spécifiques, notre démarche sera ici de les confronter sur le plan de l’analyse, afin d’interroger de manière critique leurs partis pris intellectuels et politiques, mais aussi de rendre compte des enjeux de transnationalisation de ces problématiques, ainsi que de ceux, de plus en plus documentés, de leur « circulation » (McCann, 2011).

Superdiversité

  • 1 Nos traductions.
  • 2 En 2013, un « Institut de recherche sur la superdiversité » est créé à l’université de Birmingham, (...)

3C’est dans le contexte d’une « nouvelle immigration » vers la Grande-Bretagne, qui se développe à partir des années 1990, que le concept de « superdiversité » voit le jour. Dans un article fondateur paru en 2007, Steven Vercotec prend appui sur le constat d’un « niveau » et d’une « forme » d’hétérogénéité et de « complexité » dans les problématiques migratoires inégalées auparavant (Vertovec, 2007). Des interrelations dynamiques entre un grand nombre de migrations « nouvelles, petites et dispersées, d’origines multiples, transnationalement connectées, socio-économiquement différenciées et légalement stratifiées » caractérisent la nouvelle situation (Ibid., p. 1042) 1. Et pour cause, les logiques migratoires se transforment désormais à échelle globale : avant elles impliquaient un grand nombre de personnes en provenance et à destination de seulement quelques pays ; désormais, ce sont des flux globalisés, avec des origines et des destinations beaucoup plus variées. C’est cette « diversification de la diversité » qui conduit à la superdiversité, qui n’est pas seulement la résultante d’un plus grand nombre de variables à considérer, mais pose des défis inédits en matière de recherche comme de politique publique (Vertovec, 2007 ; voir aussi Meissner & Vertovec, 2015) 2.

4La superdiversité souligne la conjonction de l’ethnicité avec un grand nombre de catégories « discrètes », dont l’âge, la résidence, le statut légal, l’occupation professionnelle. La focale se déplace de l’étude du « groupe X, à l’endroit Y », vers celle de formes localisées de diversité qui devraient permettre aux chercheurs de reconnaître un spectre plus large de dissemblances et de similarités de celles appréhendées avant à travers les concepts de « race » et d’ethnicité (Berg & Sigona, 2013). Ces variables ne sont pas, bien entendu, nouvelles dans l’étude des phénomènes migratoires. Mais, à nouveau, c’est le changement d’échelle, de configuration historique et politique qui commande l’innovation méthodologique, à savoir une approche résolument « multidimensionnelle », allant au-delà du « groupe ethnique comme unité d’analyse et objet d’étude » (Glick Schiller et al., 2006, p. 613).

  • 3 Dans un bilan récent de ces développements, Steven Vertovec note en effet que l’appétence pour le c (...)

5À noter que dans une part importante du corpus, diversité et superdiversité, dite aussi hyperdiversité dans un contexte urbain, sont utilisées de manière synonymique. La notion de superdiversité est notamment présentée comme le pan conceptuel et sociologique, doté d’un plus fort « potentiel analytique », qui systématise les évolutions. De même, si les données initiales furent britanniques, venant en particulier de la métropole londonienne, l’audience du « modèle » a grandi dans une perspective résolument multi-située. Issu du champ académique, le concept est également aujourd’hui en passe de traverser les frontières de l’action publique (Meissner & Vertovec, 2015), plus particulièrement dans le contexte européen, déclinant le « tournant de la diversité » en faits sociaux, récits et catégories politiques 3.

  • 4 « Vous ne pourrez pas me mettre dans une case : la superdiversité et la fin des politiques identita (...)

6Selon les défenseurs de cette approche, la remise en cause des politiques du multiculturalisme qui fut actée tout au long de la décennie 2000 (Vertovec & Wessendorf, 2010), a ouvert la voie à une reconnaissance plus large des « différentes formes de différences » qui existent dans la société. Les découpages traditionnels par « race » et ethnicité ne fournissent plus désormais une perspective analytique appropriée pour rendre compte des phénomènes de multiculturalité. De l’étude des « entités » celle-ci doit évoluer vers une étude des « relations » : la superdiversité serait ainsi à l’immigration ce que le genre est à l’intersectionnalité (Berg & Sigona, 2013, p. 349). Prenant acte dudit « tournant », les chercheurs considèrent ces nouveaux concepts comme heuristiquement féconds, car ils permettraient de contourner une approche essentialiste ayant supposément prévalu auparavant (Berg & Sigona, 2013 ; Wimmer & Glick Shiller, 2002). Selon le titre évocateur du rapport d’un think-tank britannique, analysé comme emblème de ces évolutions : « You Can't Put Me In A Box: Super-diversity and the End of Identity Politics in Britain » 4. Pourtant les innovations théoriques et épistémiques revendiquées par le « nouveau modèle » n’ont pas moins rapidement suscité des doutes et une certaine incrédulité autour de plusieurs points.

7D’une part, elles ont été considérées comme un facteur d’érosion des catégories ontologiques, et plus usuelles, dans lesquelles s’enracinent les rapports de minoration (sexe, genre, « race », ethnicité). Si dans les arènes académiques la (super)diversité « complexifie » ou euphémise – selon les cas – ces différents ordres statutaires, dans les travaux d’acteurs sociaux que retracent les enquêtes empiriques, ils ont tendance à apparaître comme interchangeables ou, en tout cas, à se « déspécifier ». C’est ce que nous avons appelé le blanchiment de la diversité, marqué par une tendance parallèle à sa normalisation technique (cf. infra), indexée avant tout sur une « normalité sociale » et la déconnexion opérée avec les luttes politiques.

8D’autre part, la proposition d’étudier ces phénomènes dans des « configurations non nécessairement marquées par l’inégalité » (Meissner & Vercotec, 2015, p. 557), qui constitue une autre originalité revendiquée, conforte ces évolutions. Dans un monde hautement asymétrique et stratifié, cela produit une approche enchantée de la diversification des différences, voire une « illusion d’égalité », qui congédie les rapports de pouvoir (Makoni, 2012, p. 192). Y compris pour les auteurs qui s’alignent sur l’usage jugé prometteur du nouveau concept (Aptekar, 2018), les interactions quotidiennes, très faiblement conflictuelles – qui constituent un objet d’étude privilégié – sont à replacer dans une macrostructure sociale, où la domination demeure très saillante, ancrée dans des inégalités historiques de richesse et de pouvoir.

9Comme le fait très justement noter Susan Hall, la superdiversité est également à resituer à l’intérieur d’un « système punitif de frontières » (the punitive border complexe), d’un « milieu migratoire brutal » où le caractère de plus en plus stratifié des migrations est le produit de discriminations subies avant et après la frontière : fortement segmentée, la migration résulte d’un processus de tri et de refoulement qui individualise les trajectoires et liquéfie les solidarités. C’est ce que l’auteure nomme le « paradoxe libéral », à savoir la manière dont les démocraties occidentales à la fois nécessitent et réfutent le migrant. C’est donc aux « politiques de la contradiction et l’ethnos de subordination », qui se trouvent au cœur de la fabrique actuelle des diversités, dans un contexte migratoire discriminatoire, que la superdiversité serait à rapporter (Hall, 2017, p.1565).

Multiculture

  • 5 Voir par exemple, à titre d’illustration, la session organisée en 2013 par la conférence annuelle d (...)
  • 6 De ce point de vue, aussi bien la superdiversité que le cosmopolitisme individualiste de la multicu (...)

10Certaines approches ethnographiques de la (super)diversité, notamment dans l’espace urbain, reprennent explicitement le terme et les arguments de Paul Gilroy sur la convivialité métissée des métropoles occidentales 5 : à rebours des politiques officielles du multiculturalisme et rejetant l’usage des catégorisations raciales (cf. infra), Paul Gilroy fait l’éloge d’une (multi)culture cosmopolite et conviviale, qui est ce qui reste après l’échec des politiques gouvernementales : « la multiculture ordinaire des métropoles postcoloniales » (Gilroy, 2004, p. 136) 6.

  • 7 Selon Malcom James, la notion de multiculture est « déterminée mais non fixée par des frontières na (...)

11En effet, en amont de la (super)diversité, la recomposition des processus de différenciation culturelle est déjà l’objet d’une attention appuyée, dans le corpus britannique en particulier, prenant appui sur les concepts de « nouvelles ethnicités », puis de multiculture (Hall, 1991, 1999 ; Back, 1994 ; James, 2015 ; Neal et al., 2017). Selon les analyses inaugurales de Stuart Hall, le mouvement qui s’observe dans les villes britanniques à la fin des années 1990 est celui d’un « glissement multiculturel » (multicultural drift), qui n’est pas la résultante d’une politique particulière, mais bien plus d’un processus sociologique non coordonné, prenant forme notamment dans les aires urbaines. Sa logique fait éclater les termes binaires d’une analyse qui repose sur la distinction entre un « nous » et un « eux », pensés comme monolithiques et indifférenciés : des processus rapides de différenciation sociale viennent définitivement saper la « vieille notion de minorité » (Hall, 1999, p. 191), appréhendée comme un ensemble de personnes caractérisées de manière homogène par leur altérité, opposées à une majorité « blanche » et tout aussi homogène. La multiculture recouvre désormais précisément ces configurations sociales multiples de racialisation et d’ethnicité (James, 2015). Elle est un processus à négocier, plutôt qu’une somme de diversités à factualiser ou une politique à mener (Neal et al., 2017) 7.

12En suivant les inspirations initiales de Stuart Hall, d’autres chercheurs, en particulier britanniques, arguent du fait que dans les sociétés libérales ayant accueilli des migrations importantes, le pluralisme culturel est supposément de moins en moins affaire de groupes, de collectivités ou de minorités et de plus en plus d’individus singularisés, dispersés, détachés des catégories ontologiques habituelles de « race », d’âge, de genre, d’ethnicité. De l’avis même de leurs auteurs, ces observations concernent toutefois une conjoncture spécifique, différente d’autres configurations sociales et urbaines, qui est celle de la globalisation économique, où l’individualisme, la marchandisation, la privatisation de la vie sociale et la logique consumériste forment un horizon à tout (Bauman, 2001, cité dans James 2015, p. 19).

  • 8 Pour reprendre Nasar Meer et Tariq Modood : « Les auteurs britanniques se définissant comme anti-es (...)

13À l’intérieur de l’hypothèse formée par le triptyque de la mobilité – fluidité – liquidité, la notion de multiculture repose sur des identités expressives et des styles de vie individualisés, définis par la consommation, qui coexistent dans une atmosphère de convivialité (Hall, 1991 ; Gilroy, 2004). La fascination pour l’hybridité et la multiplicité est personnifiée chez Stuart Hall par les « nouvelles ethnicités », renvoyant à une stratégie du laisser-faire « qui n’engage en rien l’État » (Meer & Modood, 2009). De manière similaire, la multiculture constitue un trait ordinaire de la vie sociale des aires urbaines post-coloniales, où un point de rupture est atteint lorsque l’intérêt pour la convivialité prend le relais d’un multiculturalisme en panne (Gilroy, 2004). Cela aboutit à un « multiculturalisme sans groupes », sécularisé, décentré des enjeux normatifs et politiques, pour se focaliser sur l’interaction sociale 8 : dans la sphère du divertissement, de la consommation, au prisme d’un cosmopolitisme individualiste et d’un geste parfois revendiqué d’approche urbaine culturaliste (Borer, 2006, cité dans Aptekar, 2018).

14À noter toutefois que si, selon Paul Gilroy, cette vision présente l’intérêt d’offrir un correctif des catégories coloniales réifiées de « race » et d’ethnicité, ses contradicteurs y voient au contraire une réplique de la conception occidentale, élitiste et néolibérale de l’identité (Ndhlovu, 2016).

Post-racialisme et universalisation du racisme

  • 9 Voir notamment : Race ends hère (1998) ; Between camps: Race, Identity and Nationalism at the End o (...)

15Dans l’œuvre de Paul Gilroy, la multiculture est explicitement liée à un autre thème majeur, qui marque les corpus académiques, tout comme le débat politique, surtout après l’élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis en 2008, à savoir celui du post-racial. Pour l’auteur de The Black Atlantic, dès la fin de la décennie 1990 9, l’usage des catégories raciales est définitivement à proscrire en politique, comme dans la recherche académique, attendu qu’elles sont impliquées dans une représentation intrinsèquement hiérarchique de la société. L’anti-racialisme, qui signale une originalité dans la recherche anglophone, est bien connu sur le continent européen et plus particulièrement en France, où une loi récente vient de supprimer le mot « race » de la Constitution. Il se combine dans les faits à une perspective qui se veut non normative, selon laquelle l’assignation raciale, quand bien même pertinente pour écrire la société, serait désormais d’une moindre portée pour expliquer les processus de stratification sociale et de recomposition des inégalités.

16D’autres travaux insistent sur la culturalisation de ces problématiques, où la notion de racisme tend à s’effacer au profit d’une conception « patricienne de la reconnaissance » (Lentin & Titley, 2011, p. 15), descendante et eurocentrée, qui détourne le sens des combats antiracistes. Comme l’affirme Alana Lentin dans ce Dossier, la montée de ce registre culturaliste a été bien documentée dans la littérature, en particulier britannique ; au-delà, elle est à inscrire dans un contexte plus large de déceptions militantes et politiques de l’institutionnalisation des combats issus de la décennie des droits civiques, dans une « ère » nouvelle qui de fait coïncide avec l’offensive libérale des années 1980.

17En expansion, l’idéologie néolibérale incorpore habilement des éléments issus du militantisme radical des années 1970 pour en réalité mieux les congédier, par alignement sur les logiques individuelles d’autonomie, méritocratie et « loi du marché ».

18À l’échelle globale, une tendance s’observe en effet à l’individualisation de la marginalité et de la discrimination (Alexander, 2018), qui va de pair avec la démultiplication des victimes. C’est cette « culture de l’équivalence raciale » qu’interroge Miri Song (2013), en relevant la propension contemporaine à considérer toutes expressions de haine et de préjugé comme ontologiquement équivalentes et partant à diluer ou à banaliser la prégnance des hiérarchies racisées ou genrées, au risque d’une inflation conceptuelle toujours plus grande. Les victimes desdits racismes (anti-blanc, anti-jeunes, anti-ouvriers) se démultiplient, en parallèle, pour inclure les majoritaires, ainsi que de nouvelles « minorités », sujettes à leurs propres yeux à l’ostracisme et l’hostilité (chasseurs, fumeurs, bouchers, masculinistes ou pères en quête d’égalité). Pour Davina Cooper (2004), ces « fausses minorités » qui viennent coloniser les territoires de la diversité témoignent de la manière dont la doctrine de la reconnaissance fut subvertie et détournée par les majoritaires dans leur propre intérêt.

19Selon l’auteure, l’espace de la diversité (diversity politics) recouvre un espace normatif et analytique large, non déterminé par une posture idéologique singulière, mais formant plutôt un champ discursif, dont la cristallisation émerge à la faveur des conditions sociales, économiques et politiques particulières des années 1980-1990 : la chute du soviétisme, la montée en puissance du néolibéralisme, la critique du féminisme radical, l’expansion des politiques gays et lesbiennes, la naissance du mouvement queer, les luttes entourant le multiculturalisme et l’antiracisme. Intellectuellement, cet espace se situe à la confluence de plusieurs courants idéologiques et théoriques, dont le libéralisme, la critique communautarienne, le post-structuralisme, le post-marxisme, le féminisme, le post-colonialisme, les théories queer. Au xxième siècle, ces préoccupations continuent à exercer une influence importante sur la pensée critique et progressiste en Occident. Mais elles sont aussi détournées de leurs objectifs premiers par des groupes socialement puissants qui s’auto-interprètent en termes de vulnérabilité, dans une tendance au « pluralisme extrême » – selon l’expression de Chantal Mouffe – qui insiste sur l’hétérogénéité et l’incommensurabilité de toutes formes de différences et d’identités, qui devraient être également valorisées. Pour Davina Cooper, beaucoup de minorités conservatrices adhèrent sincèrement à cette représentation, ce qui confronte l’« espace de la diversité » à ses propres limites et angles morts en termes de catégorisation, de différenciation sociale et d’équité.

20Trois moments, d’après cette auteure, ont fondamentalement structuré cet espace : démocratique, de droite et normatif ou axiologique (Ibid., p. 5). Le moment démocratique incarne la tendance à l’universalisation et exprime le choix d’une « normalisation » de ces problématiques par leur inscription au sein de politiques générales, qui bénéficient d’une légitimité particulière en régime démocratique ; cependant, estime Davina Cooper, cette promesse universelle de la citoyenneté démocratique fut trahie dans l’histoire du xxème siècle, montrant la propension des majoritaires à s’allier aux populismes réactionnaires et leur capacité incertaine à garantir la protection des intérêts minoritaires : d’où le détour des activistes vers des outils et des modes d’action spécifiques, en face du scepticisme affiché à leur égard par des critiques y compris « progressistes ». Le deuxième moment, dit « de droite » ou conservateur, correspond à la logique d’appropriation que nous avons esquissée plus haut, d’une « pluralisation extrême » à la fois des différences et des préjugés ; mais au lieu de « démasquer les imposteurs », insiste Davina Cooper, en montrant à travers une réflexion critique sur les processus de catégorisation et les structures de différenciation qu’ils ne sont pas dépourvus de pouvoir, ou en rappelant, à la suite de Nancy Fraser (2005), qu’il ne faut point dissocier domination symbolique et redistribution inique, la plupart des travaux ont suivi une autre piste, consistant à distinguer les « vraies minorités » sur des bases axiologiques. Cette « redécouverte de la valeur » combine post-marxisme et post-postmodernisme, afin d’évaluer « les formes de vie légitimement différentes » (Cooper, 2004 : 6) qui méritent donc d’être valorisées : de ce point de vue la qualité d’une différence ne réside pas dans les formes d’oppression subies, mais dans les valeurs morales qui lui servent d’ancrage.

  • 10 En effet, rapidement après la cristallisation de la doctrine de la diversité pour combattre les dis (...)

21C’est ce que nous avons appelé dans nos travaux la recherche d’une « bonne diversité », soit d’une diversité sélective, puis normative (Doytcheva et al., 2008 ; Doytcheva, 2015). Elle domestique et « naturalise » certaines formes de différence et d’altérité, mais pas toutes, au risque y compris de recouper des situations et des logiques discriminatoires (voir aussi Tissot, 2011 ; Berrey, 2015). Selon une large littérature internationale, aux résultats consonants, cette norme contemporaine de la diversité est de plus en plus évaluée à l’aune des standards exclusifs du marché, déclinés en termes de productivité, profitabilité, excellence, « concurrence libre et non faussée »… en ville, au travail, à l’université. Cela a eu pour conséquence, au cours des vingt dernières années, de mener à la ruine les objectifs initialement affichés de pluralisme et équité, même si les analyses furent dans un premier temps davantage nuancées 10.

22Car, en effet, contrairement à une doxa économique qui a largement diffusé, autour par exemple de la notion de « capital humain » (Becker, 19711959), qui a vocation à s’apprécier (Feher, 2017), la régulation centrée sur la norme méritocratique libérale (Littler, 2018) n’est pas un parangon de transparence et d’équité. L’expansion du capital a historiquement bénéficié de l’assujettissement de très larges franges de la société – les femmes, les classes populaires, les racisé·es, réduites en esclavage ou colonisé.es. Aussi, pour certains auteurs, la définition d’une « bonne diversité » constitue l’expression même du racisme à l’âge néolibéral, au fur et à mesure que la doctrine de la diversité, dans sa variante à tout le moins de « l’inclusion par le marché sans la solidarité » (Kymlicka, 2015) est en passe de devenir prééminente. En suivant les analyses de Sirma Bilge de la normalisation institutionnelle et académique de l’intersectionnalité (Bilge, 2015), nous avons parlé, pour notre part, d’un « blanchiment de la diversité » (Doytcheva, 2018a), afin d’insister sur la manière dont cette notion a été happée, instrumentalisée dans des processus complexes de stratification socio-économique et de recomposition des élites.

Explorer les politiques de la diversité à l’aune de leur circulation globale

23Le projet de ce Dossier réside dans l’idée d’explorer ces champs problématiques à l’aune de leur globalisation et de la mise en circulation qui les caractérise de concepts, savoirs et schèmes d’action. En effet, si les politiques de la diversité furent à leur genèse situées d’un point de vue social et historique, aujourd’hui une tendance globale, saturée d’instruments techniques foisonnants et de « bonnes pratiques », les diffuse à l’échelle mondiale ; elle enrôle chaque organisation – école, ville, entreprise, administration – sous peine de voir lui échapper le récit de l’« excellence » et de la « modernité ». Selon notre hypothèse, une perspective dialectique, qui combine fixité et mobilité dans l’approche de ces questions permettra d’apporter un point de vue dynamique et fécond, complémentaire aux ressorts plus usuels de l’analyse sociologique : que celle-ci ait été menée dans les termes d’une étude des organisations, de la gentrification urbaine ou de la sociologie du racisme et des discriminations (Doytcheva, 2018a). Partant, notre ambition sera celle d’un double apport : à la littérature consacrée au concept de la diversité, d’une part, comme à celle émergente sur la circulation ou les « mobilités » des savoirs et des dispositifs d’action, d’autre part (Vincent-Geslin & Ravalet, 2015).

  • 11 Incarnée par les travaux d’auteurs tels que John Rawls, la perspective libérale-nationaliste s’ancr (...)

24C’est à la présentation de ce deuxième aspect du cadre d’analyse que nous aimerions nous attacher à présent dans le but d’introduire au Dossier. Sommairement définie, la notion de transnationalité en sciences sociales renvoie à l’étude de processus socio-économiques qui configurent des objets et des relations sociales au sein d’espaces désormais non limités à la seule influence des relations interétatiques internationales. En matière d’approches normatives de la justice et de la citoyenneté, elle véhicule selon Nancy Fraser une inflexion importante des débats, déplaçant le curseur du traditionnel « justice de quoi ? » vers « justice pour qui ? » et la question du sujet politique (Fraser, 2008, p. 32). Ces reconfigurations interviennent à l’intérieur d’un champ d’analyse et de proposition où se côtoient cosmopolites, internationalistes et libéraux-nationalistes 11.

  • 12 Pour les auteures, le transnationalisme se définit par le maintien et la reproduction par les migra (...)

25Il est intéressant de noter comment, dès sa genèse, le transnationalisme fut intrinsèque à l’étude des migrations. Dans la continuité des articles fondateurs de Nina Glick Shiller et al. (1992), une première génération de travaux s’est consacrée à explorer, à rebours des théories dominantes de l’assimilation ou de l’intégration nationales, la transnationalité « ontologique » du migrant, dont les investissements dans des espaces multiples d’appartenance et d’action conduisent à l’émergence de nouvelles formes de subjectivité 12. Alors qu’il fut acté dès le départ que le développement de ces « champs sociaux transnationaux » est à relier à une nouvelle étape dans l’expansion du capitalisme global, cette approche sera objectivée par la suite, à partir d’une réception critique des premiers travaux (Portes et al., 1999). Les contradicteurs ont ainsi montré comment la transnationalité est aussi le produit d’un jeu d’échelles et de structures imbriquées – locales, nationales, supranationales – vis-à-vis desquelles l’investissement de réseaux transnationaux constitue une stratégie de résistance et d’adaptation. De ces travaux fondateurs, une troisième perspective émerge, enfin, dont nous nous rapprochons ici, où le transnationalisme revêt de manière croissante des enjeux épistémologiques. Il souligne, d’une part, la nécessité de « dé-nationaliser » les sciences sociales et, d’autre part, l’intérêt heuristique revêtu par l’analyse de telles « circulations » globales de savoirs et de pratiques. Selon cette perspective, l’approche transnationale consiste en « adopter un point de vue épistémologique délibérément dé-nationalisé, ainsi que les méthodologies qui l’accompagnent, afin d’explorer et de théoriser les phénomènes sociaux par-delà les frontières, impliquant de manière privilégiée des acteurs autres qu’étatiques » (Dahinden, 2017, p. 1483).

  • 13 Il est également question dans cette littérature de « lesson-drawing », « convergence », « diffusio (...)
  • 14 À noter que ces études posent, du point de vue de la science politique, des questions qui depuis lo (...)

26Avant même, toutefois, la systématisation de ce « prisme circulatoire » (Vauchez, 2013), dans le champ des relations internationales et de la politique comparée, une attention avait été portée aux processus d’hybridation, d’emprunt et de « transfert » non seulement d’idées, mais aussi de savoirs pratiques et organisationnels, de dispositifs d’action publique. Selon la définition proposée par Diane Stone, il s’agit là d’une démarche caractéristique des élites sociales et économiques qui « importent des politiques innovantes développées ailleurs avec l’idée qu’elles se montreront tout aussi efficaces dans un contexte différent » (Stone, 1999, p. 52) 13. La littérature du « transfert » qui permit d’accumuler des recensions abondantes d’« agents de transfert », en l’espèce de think-tanks, consultants, fondations philanthropiques, sociétés professionnelles, mais aussi agents publics, ONG, instances supranationales, telles la Banque mondiale ou le FMI, devint néanmoins, à son tour, objet de critiques autour de deux principaux points : d’une part, la vision induite par la notion de transfert laisse entendre une action d’« importation » mécanique de produits finaux standardisés, alors qu’il s’agit en réalité de processus davantage relationnels et sociaux ; d’autre part, adoptant volontiers un cadrage national, elle semble réinscrire une vision dichotomique entre normes étrangères et domestiques, réfléchissant en termes de « pays » et de « modèles étrangers » (à imiter) 14.

27Se démarquant donc de ces perspectives, la notion de mobilités appliquée à l’analyse des politiques publiques, dont nous nous rapprochons ici, insiste sur la dimension transnationale des circulations globales. Prenant au sérieux la métaphore du « voyage », elle invite à interroger les transformations qui affectent ces schèmes et dispositifs pratiques à l’intérieur des circuits globaux du savoir. Initialement appuyée sur l’étude des politiques urbaines (McCann, 2011), la méthode s’intéresse à la manière dont certains trend-setters (initiateurs de tendance), tels par exemple la ville de Vancouver, exportent dès la fin des années 1990 leurs politiques novatrices d’aménagement et de gouvernance via des réseaux mondiaux d’expertise diversifiée, composés d’architectes et aménageurs, d’élus et techniciens, d’ONG… qui, de par le monde, se vancouverisent. Si les politiques de planification et de développement urbain offrent clairement un champ privilégié pour l’étude de telles connexions globales, tout comme dans un autre domaine les politiques de prévention des drogues par exemple, notre propos sera ici d’en étendre l’analyse à celles de la diversité.

28Explorer des politiques en mouvement recouvre l’étude de « formes socialement produites et distribuées de savoirs sur les manières de créer et de gouverner les villes qui se logent dans, sont déterminés par, voyagent à travers et structurent des échelles spatiales, des réseaux, des communautés épistémiques et des contextes institutionnels » (McCann, 2011, p. 110). Prenant au sérieux la dialectique fixité-mobilité, il s’agit d’éclairer les ressorts des processus d’emprunt et d’hybridation, non pas en tant qu’actes volontaristes et rationnels d’agents qui « scannent » en toute objectivité le savoir global à la recherche des « meilleures pratiques ». Pas plus qu’il ne s’agit d’ailleurs de réifier ces politiques comme des objets « naturellement mobiles ». L’enjeu serait plutôt de montrer comment la circulation de savoirs et de pratiques se trouve encastrée dans des structures de contrainte et d’opportunité, liées à des modèles sociaux hérités, des phénomènes de « dépendance au sentier », voire découle d’une imposition directe de normes, comme dans le cas des politiques de restructuration socio-économique menées par le FMI. Ces contextes institutionnels confèrent aux processus circulatoires une matière avant tout relationnelle et sociale, empreinte de rapports de pouvoir. Une telle démarche insiste sur la nature située des flux globaux, invitant à l’étude détaillée de comment ceux-ci sont performés, pratiquement accomplis, en des endroits précis, des microespaces particuliers, qui n’enlèvent pourtant rien à leur motilité.

29On peut rapprocher cette manière de faire de la notion d’« ethnographie globale » par Michael Burawoy (Burawoy et al., 2000). À la différence de l’ethnographie traditionnelle fondée sur l’enquête in situ, l’auteur propose de procéder par l’étude d’acteurs évoluant à l’intérieur de champs particuliers qui, constitués de « forces, connexions, imaginations », ancrent l’interaction entre luttes locales et forces globales. Par la méthode de la « globalisation ancrée » (grounded globalization), il s’agit de les appréhender au prisme avant tout d’actions quotidiennes ; tout en libérant, par là même, l’ethnographie des frontières trop étroites da sa pratique usuelle : par l’introduction d’un déplacement méthodologique, celle-ci doit évoluer de l’étude des « sites » vers l’étude des « champs », à savoir de la relation entre sites. Dans l’optique d’une approche dynamique des mouvements et processus, ces enquêtes considèrent les microespaces globalisés comme un objet d’étude privilégié.

30Les contributions réunies dans ce Dossier procèdent toutes, à leur manière, à cet ancrage épistémique qui leur permet utilement de montrer que, selon la formule de Pierre Bourdieu, si savoirs et textes circulent aisément, ils « n’emportent pas avec eux leur contexte » (Bourdieu, 2002, p. 4). Plusieurs éclairages heuristiques quant à la portée et aux limites de la notion de globalisation appliquée à ce champ problématique sont apportés autour de : la question des temporalités et l’importance des logiques séquentielles dans la construction des problèmes publics ; l’intérêt de combiner l’étude des nouvelles formes de verticalité avec celle des circulations horizontales ; le transfert implicite de normativité, au cœur de ces processus, depuis l’ordre juridique vers des instruments de régulation technique qui, dépourvus a priori de contenu idéologique, accélèrent plus encore la prescription et la circulation de « bonnes pratiques » ; l’opportunité, enfin, de décentrer les savoirs par « modèles nationaux » sur ces sujets, en montrant comment les crises supposées des migrations, de l’intégration, de la citoyenneté se trouvent propagées des capitales mondiales de la diversité vers leurs périphéries moins métissées.

Temporalité et séquentialité 

31Le rôle joué par l’incertitude comme facteur d’emprunt et de changement est bien connu en sciences sociales (Crozier & Friedberg, 1977 ; Haas, 1992) : c’est à la faveur d’un cycle politique que l’« austérité » néolibérale fut imposée aux pays en « transition démocratique » ; en matière de droit des minorités, l’élaboration de normes internationales fut indexée sur les changements intervenus en Europe de l’Est, alors que leur application accompagna les processus d’« accession » des nouveaux membres à l’Union (Kymlicka, 2007 ; Doytcheva, 2011). De manière moins spectaculaire, c’est également à l’aune de changements d’une importance relative que la notion de diversité fait « irruption » dans l’espace européen. Selon les résultats d’une étude portant sur la presse française (Doytcheva, Dalibert et al., 2008), c’est seulement en 2003 que le terme fait « événement de discours » dans l’espace national, alors qu’il fut auparavant utilisé en référence avant tout à des expériences étrangères, américaine ou britannique. Il est à l’époque clairement associé à une autre « invention » socio-politique, institutionnelle, mais aussi juridique, qui est celle de la (non-) discrimination (Fassin, 2002).

  • 15 Celle-ci est constituée par l’entrée au gouvernement fédéral du parti d’extrême droite de Jörg Haid (...)

32Inscrites à l’article 13 du Traité d’Amsterdam, en 1997, ces nouvelles compétences communautaires interviennent à la faveur d’un long processus d’européanisation des politiques d’immigration (Favell, 2000 ; Guiraudon, 2004). La construction des discriminations en problème public (Simon & Stavo-Debauge, 2004) correspond toutefois à un renversement des rapports de force dans le champ européen : structuré jusque-là autour des revendications d’une citoyenneté européenne « déterritorialisée » que porte notamment le « Forum des Migrants » avec ses délégations turque et marocaine à forte dimension transnationale, il est désormais emmené par un leadership néerlando-britannique, à dominante juridique et qui place le cap sur les discriminations. En effet, l’Union ne dispose pas à l’époque de compétences spécifiques en matière d’intégration des migrants et de citoyenneté, compétences dont elle souhaite se doter. Selon les analyses d’Olivier de Schutter (2001), si la thématique des discriminations s’impose sur l’agenda européen du moment, c’est qu’elle montre une forte adéquation avec la vision politique dominante, à savoir un processus de construction européenne situé à la conjonction des registres social et économique. Selon la formule de Virginie Guiraudon, c’est ainsi, à la faveur d’une fenêtre d’opportunité « d’origine autrichienne » 15, qu’une politique européenne « à connotation anglo-néerlandaise » a été adoptée dans un domaine « où la divergence des philosophies nationales laissait penser qu’il y aurait une forte résistance » (Guiraudon, 2004, p. 24).

  • 16 Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’égalité des chances : Commission euro (...)
  • 17 Dans le contexte français, par exemple, l’Institut Montaigne, think-tank d’inspiration libérale, qu (...)

33L’incertitude qui entoure la (non-)discrimination en tant que catégorie nouvelle d’intervention publique (Doytcheva, 2010) conduit cependant à sa requalification rapide en « promotion de la diversité ». Cela s’observe très nettement dans le contexte français, à partir de 2004, année marquée par la médiatisation d’initiatives venant du monde de l’entreprise et qui signent la publicité nouvelle de la thématique. À noter que, dès 2003, la Commission européenne, à travers la DG Emploi, est à l’origine de différents rapports et « guides pratiques » qui ouvrent en ce sens la voie 16. Alors même que la logique de mimétisme est clairement à l’origine de ce changement rapide de paradigme 17, son européanisation le sera tout aussi. Elle est marquée par la prééminence donnée à des mécanismes consacrés de la gouvernance européenne, en l’espèce des partenariats privé-public (PPP), des régulations économiques – marchandes, négociées – où un « gouvernement par les normes » (Thévenot, 1997) prend le relais de l’imposition globale d’un ordre (judiciaire, politique), par la normalisation ou la qualification des services, c’est-à-dire, l’apposition d’une « norme qualité » (cf. infra).

34Cette requalification rapide de l’antidiscrimination en diversité que de nombreux observateurs ont, dans un premier temps, interprétée en termes de « fuite en avant rhétorique » (Doytcheva, 2010), pose parmi d’autres questions celle de la temporalité et des logiques séquentielles de l’action publique. En effet, alors que dans le contexte américain la logique incitative sur laquelle reposent les politiques en faveur de la diversité fait suite à des programmes d’intervention coercitifs et à un processus de judiciarisation au long cours de la discrimination, c’est en l’absence de tout socle stabilisé de politique publique antidiscriminatoire, ainsi que d’une stratégie contentieuse affirmée (Helly & Doytcheva, 2011), que dans le contexte européen on donne libre cours aux logiques incitatives, centrées sur la diversité. Aussi, les lectures en termes de « convergence » des deux côtés de l’Atlantique méritent d’être nuancées. Comme le montre Lisa Buchter dans ce Dossier, les théories étatsuniennes de la managérialisation de la diversité, qui ont beaucoup « circulé » pour rendre compte de l’audience croissante de ces thématiques, ont besoin d’être adaptées davantage qu’elles ne l’ont été aux contextes européens et français où, compte tenu de l’absence de toute antériorité d’action en matière de lutte contre les discriminations, les engagements « extra-légaux » et « symboliques » ne sont pas nécessairement dénués de toute forme de performativité. En lieu et place d’une structure codifiée – avec des responsables, comités « diversité » et services éponymes – caractéristique des firmes américaines où elle résulte d’une sédimentation historique, nous avons en France des appropriations plus individuelles et spontanées, qui peuvent être adossées à des logiques militantes, ou à des mécanismes institués de « négociation collective », dont on ne rencontre pas l’équivalent dans le contexte américain. Cela montre bien que la séquence initiale du transcodage de l’antidiscrimination en diversité, et de la règle juridique en norme managériale et technique, doit être déconstruite et indexée sur ses réceptions locales. L’une des critiques que l’on peut adresser, nous l’avons vu, à la littérature du « transfert » en sciences politiques est précisément d’avoir négligé cette dimension temporelle et historique. Comme le montre dans un autre domaine Will Kymlicka à l’endroit de l’« odyssée » internationale des politiques en faveur des minorités, celles-ci ont besoin pour s’épanouir d’un certain nombre de « prérequis » ou conditions de félicité, afin notamment d’éviter à ces problématiques émergentes d’être prises au piège d’un « dilemme », en l’occurrence entre justice et productivité.

Jeux d’échelles et circulations

35Un autre thème récurrent de la littérature sur transnationalité souligne l’importance de se pencher sur les combinaisons, toujours singulières, entre, d’une part, de nouvelles formes de verticalité – à travers la multiplication d’arènes politiques et d’échelles d’intervention – et, d’autre part, le développement horizontal et rhizomique de réseaux, de processus d’échange et d’hybridation. Ce double prisme que l’on peut qualifier, selon la terminologie que nous proposons, respectivement de scalaire et circulatoire se développe selon notre hypothèse de manière successive dans le temps. En effet, dès les années 1980, l’intérêt pour le local se renforce à la faveur de processus de décentralisation politique, cependant que la construction européenne catalyse la découverte du post-national. Dans cette première configuration, dont les tenants de la transnationalisation prennent acte, celle-ci résulte de l’intégration hiérarchique, mais non moins conflictuelle, de normativités différentielles, créant ainsi, par l’imbrication de structures d’opportunité et de contrainte, un jeu d’échelles investi de manière stratégique par différents groupes sociaux, et en particulier ceux relégués au sein des espaces nationaux. La « convergence » entre pays, lorsqu’elle existe, y est davantage un effet de structure que de mise en mouvement.

36Aussi, c’est à notre sens une configuration différente et plus récente que dévoile la perspective « circulatoire » qui, d’une part, est beaucoup moins marquée par la dimension nationale et, d’autre part, résonne davantage avec une approche en termes d’action sociale où des groupes « diffusent », « importent », « s’approprient » de manière stratégique des grammaires morales, des « bonnes pratiques ». Ces échanges s’ancrent aussi et de manière privilégiée à l’intérieur de « champs translocaux de pouvoir » (Ong, 1999, cité dans MacCann, 2011), au sein desquels le principe de territorialisation nationale se voit supplanté par la recherche d’une compétitivité globale.

37Ce double aspect des dynamiques de transnationalisation apparaît clairement dans les contributions au Dossier, de manière convergente avec l’hypothèse de périodisation que nous avons proposée. Les jeux d’échelles institutionnelles caractérisent tout particulièrement la situation européenne où, avec les processus de construction, des « strates » administratives sont nettement identifiées – locales, nationales, supranationales – avec des compétences et des normativités spécifiques. En ce sens, le renforcement de ces nouvelles verticalités n’y donne pas nécessairement lieu à la formation de « communautés épistémiques » (cf. infra), mais plutôt à une logique de traduction ou d’interaction, débouchant sur la sédimentation de multiples cadrages politiques. Les politiques européennes de lutte contre les discriminations, puis celles de la diversité en tirent, nous l’avons vu, leur originalité. Dans un autre domaine, nous avons étudié comment l’élaboration d’un « cadre européen » pour l’inclusion des Roms percute les stratégies nationales, sans toutefois pouvoir les unifier, avec des incidences contradictoires sur les expérimentations locales, qui en sont néanmoins refaçonnées (Doytcheva, 2016).

38En effet, plutôt qu’une contradiction ou une opposition idéologique de ces multiples cadrages politiques, c’est une logique d’intégration dynamique et conflictuelle qu’il faut envisager. Contrairement à un postulat fréquent, les prescriptions internationales, les normes européennes ne sont pas sans incidence sur les situations nationales ou locales. Loin de refléter cependant une transposition linéaire ou, a contrario, une résistance, ces dernières résultent du redéploiement de savoir-faire et de représentations antérieurs que l’intégration européenne a refaçonnés plus qu’elle ne les a disqualifiés. Dans sa contribution au Dossier, Eduard Rodriguez Martin montre comment l’adhésion de l’Espagne dans les années 1980 à la CEE et l’accès important aux fonds de développement régional qui s’est ensuivi, a eu comme effet non délibéré, à travers la réhabilitation d’un important patrimoine culturel, la réhabilitation également ou plutôt le renouvellement d’un récit historique et politique d’éloge à la pluralité. Dans l’enclave de Melilla, en particulier, bien que la rénovation du centre historique ait permis de rappeler une des fonctions essentielles de la cité, à savoir « barrer la route à l’ennemi musulman », la municipalité n’hésite pas à s’approprier ces éléments pour construire un « discours aimable de la diversité », tout en barrant à nouveau la route à ces mêmes musulmans dans leurs revendications de plus d’égalité. Un autre appui en faveur des politiques melillennes de la diversité est donné, au cours de la décennie suivante, par l’Unesco dont la stratégie patrimoniale sera à son tour instrumentalisée pour neutraliser la conflictualité sociale locale, confortant au final une gestion discrétionnaire et clientéliste de l’ethnicité, elle-même encastrée dans les politiques (européennes) de l’emploi.

39Il en va toutefois d’une manière différente en ce qui concerne le « prisme circulatoire », d’apparition, nous l’avons suggéré, plus récente : en lieu et place des représentants traditionnels de l’État et des administrations, il met en avant leurs « partenaires », en la figure de villes, ONG, corporations professionnelles, entreprises multinationales, qui se trouvent ainsi propulsés au centre de l’interaction, à la fois en tant que cibles et laboratoires du changement. Convertis en « entrepreneurs (privés) de politique publique » (Mintrom & Norman, 1999), ces acteurs développent un marketing volontariste pour diffuser leurs savoir-faire et « bonnes pratiques ». Cependant que du côté des « institutions receveuses » une démarche tout aussi volontariste d’appropriation par des villes, écoles, organisations entend faire de ces innovations un atout touristique (Desille, 2018), un facteur de développement économique, un moyen d’excellence et d’enrichissement.

40Cette configuration caractérise fortement le déploiement, en particulier européen, de la diversité où, du fait de son apparition plus récente, celle-ci fut grandement portée, après une discrète impulsion politique, par des entrepreneurs privés de politique publique – hommes d’affaires, organisations professionnelles, fondations et organisations philanthropiques, cabinets de consultance et de recrutement. Comme le montre Foued Nasri dans sa contribution à ce Dossier, des « entrepreneurs sociaux » qui associent discours d’engagement et rationalité économique se retrouvent au centre de ce mouvement – à l’image de Saïd Hammouche, fondateur de « Mozaïk RH », cabinet de recrutement, puis fondation, devenu un bras droit des politiques françaises en matière de lutte contre les discriminations. Son apprentissage des méthodes de l’entrepreneuriat social, il le doit à ce que Foued Nasri appelle à juste titre une « circulation sponsorisée », à savoir la politique volontariste et délibérée que mène la diplomatie publique étatsunienne afin de vulgariser ses propres conceptions de la gestion du fait minoritaire et de l’ethnicité. À la différence de la verticalité contrariée qui semble caractériser l’intégration des normes européennes, les économies relationnelles fort prégnantes autour des « réseaux d’ambassade » que Foued Nasri décrit avec précision semblent conduire dans certains cas – et sous certaines conditions – à la cristallisation de « communautés épistémiques » qui mettent en réseau les lieux, en mouvement les flux et interconnectent des sphères d’activité. Le « réseau de l’ambassade » offre, de ce point de vue, un exemple privilégié de microespace globalisé où se performe au quotidien la globalité locale du politique.

Vers une normalisation globale

41En effet, nous l’avons vu au sujet de la globalisation ancrée, l’interaction, voire la co-constitution entre luttes locales et forces globales opère toujours de manière située, est performée au quotidien, à partir d’actions ordinaires. Cependant, un biais demeure dans cette vision, indique Michael Burawoy, qui consiste à identifier les aspects idéologiques des activités de manière privilégiée aux forces globales, tandis que la matérialité d’intérêts particuliers est elle ramenée aux luttes locales. Une telle vision lui paraît inadaptée, encore plus aujourd’hui, car véhicule d’approches simplistes et fluettes de l’histoire comme de l’idéologie (Burawoy, 2000, p. 342) : les attentes en termes de fins et l’horizon de valeurs sont au contraire toujours-déjà intégrés dans les activités les plus concrètes. Si les sceptiques du néolibéralisme, idéologie globale par excellence, y voient une « mystification », c’est qu’ils sous-estiment son pouvoir à s’ancrer dans les expériences ordinaires ; les « radicaux », pour qui elle n’est que le « reflet » d’une évolution de fait des sociétés, se méprennent, quant à eux, sur sa force de performativité. On pourrait traduire ses considérations dans un autre appareil conceptuel par la notion foucaldienne de « pouvoir-savoir », au cœur des techniques de gouvernementalité moderne (Foucault, 2004 ; Jeanpierre, 2006) et plus particulièrement de celle de normalisation qui fonde la gouvernementalité néolibérale.

42En effet, au début du xxième siècle, la normativité traditionnelle assurée par le droit et les législations nationales connaît un déplacement majeur. La position surplombante accordée à la coordination marchande fait que des « standards » et des « normes de qualité » sont appelés à inscrire dans les propriétés certifiées des choses des préoccupations pour des biens fondamentaux, tels que sécurité, santé, environnement (Thévenot, 1997) – et désormais lutte contre les discriminations. Dans ces processus, la normativité intrinsèque de la règle juridique se trouve transférée à la normalisation des choses, porteuses d'une autorité réifiée et distribuée ; les biens communs en faveur desquels les citoyens s'engagent dans des arènes politiques sont réduits à des caractéristiques labellisées de produits marchands, entre lesquels les consommateurs font des choix. Comme nous avons pu le montrer ailleurs (Doytcheva, 2018b, 2018c), il est possible de rendre compte du passage opéré de discrimination à diversité, dans le contexte européen en particulier, en termes de normalisation, à savoir : la substitution d’un référentiel normatif juridique par une « norme de qualité » technique, promue via prix et trophées, codifiée par des chartes et désormais certifiée par des « labels diversité ».

  • 18 Dotés d’une forme d’autonomie, les instruments d’action publique produisent des effets propres, qui (...)

43Le propre de ces normes est aussi de revêtir les atours de dispositifs rationnels, « techniques », dépolitisés et dépourvus de contenu idéologique. Leur circulation globale en est grandement facilitée, précipitée par cette apparence de « neutralité » et d’« efficacité » – les débats politiques sont escamotés (Borraz, 2004), tandis que des consensus sont aisément forgés, voire instrumentalisés à des fins de réforme, dans des luttes politiques dont les options demeurent latentes ou masquées (Lascoumes & Le Galès, 2004). Ces dispositifs sociotechniques rendent ainsi possible de « gouverner les conduites », « à distance », « par des instruments » et la circulation de « bonnes pratiques » 18.

44Une tendance qui marque tout particulièrement, à notre sens, le déploiement global de la diversité. Comme le montre la contribution de Julien Scheepers dans ce Dossier, la lutte contre le racisme et les discriminations que la diversité a opportunément permis de normaliser ne repose pas uniquement sur l’élaboration de normes techniques ou managériales spécifiques. Au-delà, la logique qui y est contenue infuse dans un grand nombre de « catégories pratiques », impliquées dans la redéfinition contemporaine du rapport salarial – compétences, employabilité, capital humain – qui jalonnent l’opérationnalisation du tournant néolibéral. Sous des apparences d’objectivité technique, elles sont porteuses de mécanismes d’autant plus sévères que souvent naturalisés et implicites de tri et de hiérarchisation.

45Et pour cause, « loi du marché » et discrimination sont loin d’être antithétiques. C’est ce que montre dans un autre domaine, celui du développement économique et urbain, Amandine Desille qui s’attache à analyser comment dans les « villes de développement » en Israël, l’immigration, et subséquemment la diversité, sont conjugués dans les termes du développement économique, de la mise en valeur d’un patrimoine historique ou de la relance du marché du travail – suivant en cela les thèses de la « classe créative » et de la « géographie du capital humain » de Richard Florida et Edward Glaeser. Pourtant, dans le contexte d’une logique d’intégration ethnonationale qui caractérise la citoyenneté israélienne, cette diversité gentrifiante s’avère non moins ethniquement stratifiée. Elle obéit à une hiérarchie racisée, qui place tout en haut de la pyramide des migrants désirés les juifs blancs d’Europe et d’Amérique, ainsi que de l’ancien espace soviétique, cependant que les migrants racisés et a fortiori les demandeurs d’asile ne sont guère perçus comme susceptibles d’incarner le renouveau économique.

  • 19 Comme l’affirme Michel Foucault avec une précocité éblouissante, le rapport entre règle de droit et (...)

46Dans ces exemples, la diversité normalisatrice et gentrifiante s’accommode de tous les paradoxes : la ségrégation, une ethnostratification marquée, aussi bien en ville qu’au travail. Et pour cause, adossée à la gouvernementalité néolibérale, la normalisation ne procède pas d’une logique de « modèle à dupliquer », mais plutôt de celle du « jeu interne d’une normalité différentielle », où « c’est le normal qui est premier et c’est la norme qui s’en déduit » (Foucault, 2004 : 65) 19. Cette « normalité » moyenne en matière de diversité s’avère, comme nous l’avons montré, à contours variables : si elle domestique certaines formes de différence et d’altérité, elle en exclut d’autres, au risque y compris de recouper des situations et des logiques discriminatoires. Comme le montre Martin Wagener dans le Dossier, porteuse d’un « universalisme adapté » – c’est-à-dire à la fois singularisant et « sans limites » – la plasticité de la notion de diversité s’avère une ressource indéniable pour catégoriser et faire advenir de nouveaux publics. Faut-il toutefois s’étonner, sur la base de telles prémisses, qu’elle puisse en même temps apparaître comme un concept reproducteur de hiérarchies et d’inégalités ?

Pour en finir avec les « modèles nationaux » en sciences sociales ?

  • 20 En effet, si le comparatisme traditionnel favorise l’internationalisation des savoirs, il se coule (...)

47L’étude des globalisations revêt enfin une dimension épistémique. En effet, si les approches focalisées sur la notion de transfert furent développées dans les champs des relations internationales et de la politique comparée – qui in fine privilégient une approche en termes de normes étrangères versus domestiques – explorer aujourd’hui la globalisation de ces thématiques implique de dé-nationaliser de manière plus poussée à la fois observations et cadre théorique (Genard & Roca i Escoda, 2016) ; mettant en évidence des connexions et des interactions multiples qui invitent à décentrer les savoirs par « modèles nationaux ». C’est le pari dans ce Dossier de la contribution d’Alana Lentin qui, dans son analyse du « non-racisme » comme mutation ultime du racisme contemporain, est attentive à montrer comment le phénomène « se trouve propagé des capitales européennes de la diversité, vers leurs périphéries les moins métissées ». Déconstruire les « crises globales » implique en effet de prendre au sérieux la dialectique de fixité-mobilité, dans un effort de dépassement du seul comparatisme sociologique 20.

48Certains sujets s’y prêtent en particulier. Ainsi la globalisation de la « crise du multiculturalisme », au milieu des années 2000, que nous avons déjà évoquée, a des ressorts multiples : l’élasticité et le sens mobile de la notion, sa capacité à répudier le racisme, après avoir contribué à le reformater, mais aussi et surtout des « circuits de croyance » globalisés, où ce référent a largement circulé autour de quelques sujets devenus emblématiques d’une « menace musulmane » postulée : liberté (d’expression), égalité (femme-homme), (homo)sexualité (Lentin & Titley, 2011).

49En s’appuyant sur la notion de « société récitée » par Michel de Certeau (1980, p. 312), ou la circulation incessante d’informations et d’interprétations, les auteurs montrent comment la circulation, amplifiée grâce à la prolifération de plateformes numériques, de « vérités récitées » a conduit, non sans ironie, à l’homogénéisation des contenus et de l’agenda médiatique. À l’ère du « capitalisme communicatif », les vérités récitées d’un ou de multiples ailleurs parviennent, au gré d’assemblages transnationaux de faits épars et discrets, à former un cadre de référence stable à l’intérieur des débats nationaux et que précipite la force performative des certitudes. Indexé sur des signifiants flottants – le ghetto, le voile, les minarets – ce prêt-à-penser médiatique permet d’expliquer l’étrange et le nouveau ici par des expériences venant de là-bas, auxquelles au passage il redonne du crédit politique.

50Dans sa contribution au dossier, Alana Lentin retrace une autre « crise », à son tour devenue globale ces dernières années, à savoir celle de la blanchité – adossée à l’évolution du racisme à l’ère néolibérale et que le regain suprémaciste a récemment dévoilée. Ce qui frappe en effet au sujet des récits qui « couvrent » les actualités plus haut mentionnées – les cartoons danois, le référendum suisse, le burkini français – est moins l’impact local qu’ils suscitent que leur mobilité. C’est ce que l’auteure appelle, en référence aux travaux d’Ann Laura Stoler, la motilité (motility) du racisme et de la pensée raciale, c’est-à-dire, par métaphore biologique, la capacité à se mouvoir et à se transformer. Combinée aux certitudes du postracial, elle donne lieu dans un contexte de politiques migratoires brutales et d’une hiérarchisation des appartenances, à l’éclosion du non-racisme comme mutation ultime du racisme contemporain. Actionnés et dirigés depuis les capitales mondiales de la diversité, ces circuits de croyance globalisés joignent à l’itération la force de conversion instantanée opérée par les réseaux socionumériques. La projection d’angoisses racisées en représente une bonne part, adossée à l’importance prise par la figure d’intellectuels négatifs, au sens de Pierre Bourdieu (1996), dans leur rôle de « police symbolique ». Se dessinent ainsi des géographies morales, produits intimes des artefacts du capitalisme communicatif, dont les contours excèdent des aires spécifiques ou des collectivités politiques données.

51Mettant en lien de manière dynamique les expériences étatsunienne, française et britannique, Alana Lentin montre de façon convaincante comment, à force de persévérance, le travail bien que chaotique d’assemblage de « vérités récitées » a convergé dans une lecture et des stratégies partagées des manières de (dis)qualifier « race » et racismes. Au centre de ce travail de consensus, sans frontières, l’auteure parvient à isoler des mécanismes récurrents – des ruses et des tactiques, mais aussi des corpus académiques – permettant d’étayer une logique de « sape » et de « déréalisation » de l’idée de « race », et plus généralement de l’existence même du racisme ou de hiérarchies racisées. Il en va ainsi de l’importance attachée – et précédemment relevée – à une approche morale ou axiologique du préjugé ; du travail de disqualification mené autour de questions de définition, d’intérêt et de portée heuristique – comme par exemple dans l’opposition réifiée entre « race » et classe sociale et le rejet de l’intersectionnalité. Comme le soutient Alana Lentin, ces logiques sont portées par la tendance à l’universalisation sans limites de toute forme de discrimination et d’injustice, cristallisant dans une « culture de l’équivalence raciale » qui, au final, parvient à escamoter les hiérarchies historiquement ancrées – genrées, racisées, sexuées – d’inégalités et de pouvoir. À l’ère globale où l’acceptation et la valorisation des diversités semble intrinsèque au développement du capitalisme mondial, le « travail » de délimitation et de consensus accompli autour de la définition de bonnes et de mauvaises diversité(s) constitue, selon l’auteure, l’une de ces nouvelles expressions du racisme.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed S. (2012), On BeingIincluded: Racism and Diversity in Institutional Life, Durham, Duke University Press.

Aptekar S. (2018), « Super-diversity as a Methodological Lens: Re-centring Power and Inequality », Ethnic and Racial Studies [En ligne] Doi : 10.1080/01419870.2017.1406124

Back L. (1994), New Ethnicities and Urban Culture: Racisms and Multiculture in Young Lives, London, UCL Press.

Barth F. (1969), Ethnic Groups and Boundaries : The Social Organization of Culture Difference, Boston, Little, Brown & Co Editors.

Becker G. S. (1971 1959), The Economics of Discrimination, Chicago, University of Chicago Press.

Berg M. L. & N. Sigona (dir.) (2013), « Ethnography, Diversity and Urban Space », Identities, vol. 20, n° 4, pp. 347-360.

Berrey E. (2015), The Enigma of Diversity: The Language of Race and the Limits of Racial Justice, Chicago, University of Chicago Press.

Bilge S. (2015), « Le blanchiment de l’intersectionnalité », Recherches féministes, vol. 28, n° 2, pp. 9-32.

Borraz O. (2004), « Les Normes : instruments dépolitisés de l’action publique », dans Pierre Lascoumes P. & P. Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses Sciences Po.

Bourdieu P. (1996), Sur la Télévision, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Bourdieu P. (2002), « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, n° 1, pp. 3-8.

Burawoy M. et al. (2000), Global Ethnography: Forces, Connections, and Imaginations in a Postmodern World, Oakland, University of California Press.

Cooper D. (2004), Challenging Diversity: Rethinking Equality and the Value of Difference, Cambridge, Cambridge University Press.

Crozier M. & E. Friedberg (1977), L’Acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil.

Cuche D. (2008), La Notion de culture dans les sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte.

Dahinden J. (2017), « Transnationalism Reloaded: The Historical Trajectory of a Concept », Ethnic and Racial Studies, vol. 40, n° 9, pp. 1474-1485.

De Certeau M. (1980), L’Invention du quotidien, Paris, Éditions Gallimard.

De Schutter O. (2001), Discriminations et marché du travail. Liberté et égalité dans les rapports d’emploi, Bruxelles, Éditions P.I.E. Peter Lang.

Desille A. (2018), « Du national au municipal  ? Perspectives locales sur les politiques d’intégration en Israël », Espaces et sociétés, n° 172-173, pp. 93-108.

Doytcheva M. (dir.) (2008), De la Lutte contre les discriminations ethno-raciales à la « promotion de la diversité ». Une enquête sur le monde de l’entreprise, Université de Lille, DREES/MiRE.

Doytcheva M. (2010), « Usages français de la notion de diversité : permanence et actualité d’un débat », Sociologie, n° 4, pp. 424-438.

Doytcheva M. (2011), Le Multiculturalisme, Paris, Éditions La Découverte.

Doytcheva M. (2015), Politiques de la diversité. Sociologie des discriminations et des politiques antidiscriminatoires au travail, Bruxelles, Éditions Peter Lang.

Doytcheva M. (2018a), « Diversité et super-diversité dans les arènes académiques : pour une approche critique », Sociétés Plurielles, n° 2 En ligne https://societes-plurielles.episciences.org/4250/pdf

Doytcheva M. (2018b), « Diversité et lutte contre les discriminations au travail. Catégorisations et usages du droit », Les Cahiers de la LCD, n° 6, pp. 13-35.

Doytcheva M. (2018c), « La diversité normalisée à la française : définitions et rapport au droit », La Revue des droits de l’Homme, n° 14 En ligne https://journals.openedition.org/revdh/4182

Edelman L. B., Fuller S. R. & I. Mara-Drita (2001), « Diversity Rhetoric and the Managerialization of Law », American Journal of Sociology, vol. 106, n° 6, pp. 1589-1641.

Faist T. (2008), « Diversity - A New Mode of Incorporation? », Ethnic and Racial Studies, vol. 32, n° 1, pp. 171-190.

Fassin D. (2002), « L’invention française de la discrimination », Revue française de science politique, vol. 52, n° 4, pp. 403-423.

Favell A. (2000), « L’européanisation ou l’émergence d’un nouveau "champ politique" : le cas de la politique d’immigration », Cultures et Conflits, n° 38-39, pp. 153-185.

Feher M. (2017), Le Temps des investis. Essai sur la nouvelle question sociale, Paris, Éditions La Découverte.

Foucault M. (2004), Sécurité, territoire, population : cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Éditions Gallimard-Seuil.

Fraser N. (2005), Qu’est-ce que la Justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, Éditions La Découverte.

Fraser N. (2008), Scales of Justice. Reimaginig Political Space in a Globalizing World, Cambridge, Polity Press.

Genard J-L. & M. Roca i Escoda (2016), « Un regard à décentrer, des frontières disciplinaires à décloisonner », SociologieS, dossier « Sociétés en mouvement, sociologie en changement » [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/5321

Gilroy P. (2004), After Empire: Melancholia or Convivial Culture?, London, Routledge Editor.

Glick Schiller N., Basch L. & C. BlancSzanton (1992), « Transnationalism: A New Analytic Framework for Understanding Migration », Annals of the New York academy of sciences, vol. 645, n° 1, pp. 1-24.

Glick Schiller N., Ayse S. C. & C. G. Thaddeus (2006), « Beyond the Ethnic Lens: Locality, Globality, and Born-Again Incorporation », American Ethnologist, vol. 33, n° 4, pp. 612-633.

Guiraudon V. (2004), « Construire une politique européenne de lutte contre les discriminations : l’histoire de la directive "race" », Sociétés contemporaines, n° 53, pp. 11-32.

Helly D. & M. Doytcheva (2011), « La discrimination et la pluralité culturelle. Des objets de rhétorique des années 2000 en France », Journal of International Migration and Integration, vol. 12, n 4, pp. 391-409.

James M. (2015), Urban Multiculture: Youth, Politics and Cultural Transformation in a Global City, London, Springer Editor.

Jeanpierre L. (2006), « Une sociologie foucaldienne du néo-libéralisme est-elle possible ? », Sociologie et sociétés, vol. 38, n° 2, pp. 87-111.

Haas P. (1992), « Epistemic Communities and International Policy Coordination », International Organization, vol. 46, n° 1, pp. 1-35.

Hall Stuart (1991), « The Local and the Global: Globalization and Ethnicity. Cultural politics », dans King A. D. (dir.), Culture, Globalization and the World System: Contemporary Conditions for the Representation of Identity, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Hall Stuart (1999), « From Scarman to Stephen Lawrence », History Workshop Journal, n° 48, pp. 187-197.

Hall Suzanne (2017), « Mooring "Super-diversity" to a Brutal Migration Milieu », Ethnic and Racial Studies, vol. 40, n° 9, pp. 1562-1573.

Kymlicka W. (2007), Multicultural Odysseys: Navigating the New International Politics of Diversity, Oxford, Oxford University Press.

Kymlicka W. (2015), « Solidarity in Diverse Societies: Beyond Neoliberal Multiculturalism and Welfare Chauvinism », Comparative Migration Studies, vol. 3, n° 17, pp. 1-19.

Lascoumes P. & P. Le Galès (dir.) (2004), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po.

Lentin A. & G. Titley (2011), The Crisis of Multiculturalism. Racism in a Neoliberal Age, London, Zed Books Editor.

Littler J. (2017), Against Meritocracy: Culture, Power and Myths of Mobility, London, Routledge Editor.

McCann E. (2011), « Urban Policy Mobilities and Global Circuits of Knowledge: Toward a Research Agenda », Annals of The Association of American Geographers, vol. 101, n° 1, pp. 107-130.

Meer N. & T. Modood (2009), « The Multicultural State We’re In: Muslims, "Multiculture" and the "Civic Re-balancing" of British Multiculturalism », Political Studies, n° 57, pp. 473-497.

Meissner F. & S. Vertovec (dir.) (2015) « Comparing Super-diversity », Ethnic and Racial Studies, vol. 38, n° 4, pp. 541-555.

Mintrom M. & P. Norman (2009), « Policy Entrepreneurship and Policy Change », Policy Studies Journal, vol. 37, n° 4, pp. 649-667.

Neal S., Bennett K., Cochrane A. & G. Mohan (2017), Lived Experiences of Multiculture: The New Social and Spatial Relations of Diversity, London, Routledge Editor.

Portes A., Guarnizo L. E. & P. Landolt (1999), « The Study of Transnationalism: Pitfalls and Promise of an Emergent Research Field », Ethnic and racial studies, vol. 22, n° 2, pp. 217-237.

Poutignat P., Streiff-Fénart J. & F. Barth (2008), Théories de l’ethnicité, Paris, Presses universitaires de France.

Sealy T. (2018), « Multiculturalism, Interculturalism, "Multiculture" and Super-diversity: Of Zombies, Shadows and Other Ways of Being », Ethnicities, vol. 18, n° 5, pp. 692-716.

Schnapper D. (1994), La Communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation, Paris, Éditions Gallimard.

Simon P.& J. Stavo-Debauge (2004), « Les politiques antidiscrimination et les statistiques : paramètres d’une incohérence », Sociétés contemporaines, n° 53, pp. 57-84.

Song M. (2013), « Challenging a Culture of Racial Equivalence », MIM Wirking Papers Series, n° 13, p. 5 En ligne https://bit.ly/2HxwJtP

Soysal Y. (1994), Limits of Citizenship. Migrants and Postnational Membership in Europe, Chicago, University of Chicago Press.

Stone D. (1999), « Learning Lessons and Transferring Policy across Time, Space and Disciplines », Politics, vol. 19, n° 1, pp. 51-59.

Thévenot L. (1997), « Un gouvernement par les normes. Pratiques et politiques des formats d'information », dans Conein B. & L. Thévenot (dir.), Cognition et information en société, Paris, Éditions de l'EHESS, pp. 205-241.

Thévenot L. (2007), « La mise en place d'un gouvernement par les normes à l’échelle européenne », dans Derouet J-L. & R. Normand (dir.), L'Europe de l'éducation : entre management et politique, Lyon, Éditions de l’INRP, pp. 55-62.

Tissot S. (2011), De Bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Tissot S. (2015), Good Neighbors: Gentrifying Diversity in Boston's South End, London, Verso Books.

Vauchez A. (2013), « Le prisme circulatoire. Retour sur un leitmotiv académique », Critique internationale, n° 59, pp. 9-16.

Vertovec S. (2007), « Super-diversity and its Implications », Ethnic and Racial Studies, vol. 30, n° 6, pp. 1024-1054.

Vertovec S. (2017), « Talking around Super-diversity », Ethnic and Racial Studies En ligne DOI: 10.1080/01419870.2017.1406128

Vertovec S. & S. Wessendorf (dir.) (2010), The Multiculturalism Backlash: European Discourses, Policies and Practices, London, Routledge Editor.

Vincent-Geslin S. & E. Ravalet (dir.) (2015), « La mobilité dans tous ses états. Représentations, imaginaires et pratiques », SociologieS [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/5133

Warnier J.-P. (2008), La Mondialisation de la culture, Paris, Éditions La Découverte.

Wieviorka M. (2008), La Diversité, Rapport à la Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Paris, Éditions Robert Laffont.

Haut de page

Notes

1 Nos traductions.

2 En 2013, un « Institut de recherche sur la superdiversité » est créé à l’université de Birmingham, dont on peut consulter ici un échantillon de l’agenda scientifique : http://www.birmingham.ac.uk/research/activity/superdiversity-institute/index.aspx

3 Dans un bilan récent de ces développements, Steven Vertovec note en effet que l’appétence pour le concept outre Atlantique a été moindre, reliant le fait à une institutionnalisation beaucoup plus forte des rapports de « race » et d’ethnicité (Vercotec, 2017).

4 « Vous ne pourrez pas me mettre dans une case : la superdiversité et la fin des politiques identitaires au Royaume-Uni » : Fanshawe S. & Sriskandarajah D., Institute for Public Policy Research (IPPR), London, 2010. À noter que cette posture méconnaît de manière importante les travaux menés dans une perspective relationnelle et subjectiviste de l’ethnicité, à partir de l’approche pionnière de Fredrik Barth (1969) et des développements importants qu’elle suscite des deux côtés de l’Atlantique (Poutignat & Streiff-Fenart, 2008).

5 Voir par exemple, à titre d’illustration, la session organisée en 2013 par la conférence annuelle de l’Association of American Geographers sur le thème : « Superdiversity and urban multiculture », mais aussi : Aptekar (2018), Back & Sinha (2016), Hall (2017), Neal et al. (2017). Pour une approche critique : Sealy (2018).

6 De ce point de vue, aussi bien la superdiversité que le cosmopolitisme individualiste de la multiculture se rejoignent dans un effort de reconfiguration des débats qui entourent l’« échec » annoncé et la « crise globale » du multiculturalisme. Pour un échantillon non exhaustif de déclarations politiques, voir celles de Nicolas Sarkozy en France : http://www.liberation.fr/france/2011/02/11/sarkozy-estime-que-le-multiculturalisme-est-un-echec_714298 ; d’Angela Merkel en Allemagne : https://www.theguardian.com/world/2010/oct/17/angela-merkel-germany-multiculturalism-failures ; de David Cameron en Grande-Bretagne : https://www.gov.uk/government/speeches/pms-speech-at-munich-security-conference, consulté 30 octobre 2018.

7 Selon Malcom James, la notion de multiculture est « déterminée mais non fixée par des frontières nationales, des groupes de parenté racisés ». Elle se réfère au flux global de personnes et de culture qui connecte la vie sociale d’un quartier au reste du monde. C’est une multiculture en contexte de diaspora. « Elle dépend de la mobilisation et de la performance de flux diasporiques en des lieux spécifiques… Elle exprime comment la performance culturelle des jeunes aujourd’hui est différente, mais reliée à ce qui l’a précédée » (James, 2015, p. 18).

8 Pour reprendre Nasar Meer et Tariq Modood : « Les auteurs britanniques se définissant comme anti-essentialistes ont mis en avant les idées d’hybridité et de nouvelles ethnicités … réconciliées avec la multiplicité devenue une fin en soi, dans une vision du multiculturalisme confinée aux identités personnelles et styles de vie, et un consumérisme cosmopolite qui n’engage en rien l’État » (Modood 2007, cité dans Meer & Modood, 2009).

9 Voir notamment : Race ends hère (1998) ; Between camps: Race, Identity and Nationalism at the End of the Colour Line (2000, trad. américaine: The End of Race) ; After Empire: Melancholia or Convivial Culture? (2004).

10 En effet, rapidement après la cristallisation de la doctrine de la diversité pour combattre les discriminations dans l’entreprise ou à l’université, que l’on peut globalement situer dans le contexte étatsunien au début des années 1980, la littérature spécialisée analyse la nouvelle situation en termes de « old wine in new bottles » (Doytcheva, 2018a), à savoir un geste de requalification symbolique qui ne modifie pas sur le fond l’action des organisations en faveur des femmes et des minorités. Quelques décennies plus tard, ce constat semble pourtant avoir évolué dans le sens d’une lecture plus critique, qui ouvre de nouvelles pistes de « convergence » des deux côtés de l’Atlantique, étant donné que l’européanisation plus récente de ces problématiques en a amplifié par certains aspects les traits marquants, mais aussi les biais (cf. Infra).

11 Incarnée par les travaux d’auteurs tels que John Rawls, la perspective libérale-nationaliste s’ancre sur une vision de la justice comme relevant nécessairement d’un État libéral constitutionnel, typiquement l’État-nation : les principes de la justice redistributive ne sauraient être appliqués dans un espace globalisé. En face, deux autres propositions s’énoncent, à la recherche de perspectives plus larges, d’inspiration post-westphalienne : dans celle du cosmopolitisme, les normes égalitaires de justice s’appliquent globalement, entre individus, sans rapport avec leurs conditions d’appartenance et de citoyenneté ; pour les internationalistes, ces normes s’appliquent de manière différenciée à l’intérieur de collectivités politiques formées (où elles sont plus fortes) et entre ces collectivités (où elles sont moins exigeantes). L’appartenance ou la citoyenneté, l’humanisme, les relations d’interdépendance sont respectivement au fondement de chacune de ces visions normatives (Fraser., pp. 33 et sq.)

12 Pour les auteures, le transnationalisme se définit par le maintien et la reproduction par les migrants de liens multiples entre pays de départ et d’installation : « Nous avons appelé cette expérience de l’immigration "transnationalisme" pour insister sur l’émergence de processus sociaux dans lesquels les migrants investissent des champs sociaux par-delà les frontières géographiques, culturelles, politiques » (Glick Schiller et al., 1992, p. ix). La multiplicité de ces investissements est un élément central du transnationalisme, menant à l’émergence d’un « sujet transnational » – ce que les auteures appellent de manière plus ou moins heureuse le transmigrant.

13 Il est également question dans cette littérature de « lesson-drawing », « convergence », « diffusion » (Stone, 1999). Selon la définition canonique de David P. Dolowitz et David Marsh, le transfert de politique publique désigne « un processus à la faveur duquel des politiques publiques, des dispositions administratives, des institutions, etc. d’un espace-temps, sont utilisées dans le développement de politiques publiques, dispositions administratives, institutions dans un autre espace-temps ». Mais cela peut aussi recouvrir l’adoption contrainte de normes internationales, sous la pression d’instances supranationales, telles par exemple le FMI ; ou encore des processus de convergence structurelle, tels que ceux qui sont déployés par exemple dans le cadre de l’UE, où la dimension d’appropriation délibérée est moins affirmée (Dolowitz & Marsh, 1996, cité dans Stone, 1999).

14 À noter que ces études posent, du point de vue de la science politique, des questions qui depuis longtemps préoccupent l’anthropologie, attachée à l’étude du « changement culturel ». À travers la notion de réinterprétation, l’anthropologie culturelle indique dès les années 1930 que les emprunts culturels ne sont pas mécaniques, mais impliquent un processus de réattribution de sens, à la faveur d’un contexte d’action (Cuche, 2008). Contrairement aux hypothèses diffusionnistes antérieures, la réinterprétation souligne que les « traits culturels » ne voyagent pas, telles des choses, mais impliquent des processus d’« acculturation », plus ou moins poussés, d’ordre matériel comme formel. Plus récemment ces questionnements, initialement formulés à l’endroit de situations migratoires ou de « contact culturel », sont renouvelés dans la perspective d’une étude de la « mondialisation culturelle » (Warnier, 2008), montrant comment les produits diffusés par l’industrie culturelle à l’échelle planétaire sont localement réappropriés, domestiqués et in fine intégrés aux « cultures » locales. On peut également évoquer les théories de la réception, dont il serait toutefois difficile de tenter de dresser ici ne serait-ce qu’un bref résumé.

15 Celle-ci est constituée par l’entrée au gouvernement fédéral du parti d’extrême droite de Jörg Haider en 2000 qui galvanise les délégations nationales à Bruxelles, et celle française en particulier, dans leur volonté de « lutter contre les discriminations », alors même que la divergence des philosophies politiques et des doctrines juridiques nationales en la matière aurait pu laisser présager de fortes résistances.

16 Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’égalité des chances : Commission européenne (2003), Coûts et avantages de la diversité, Bruxelles ; Commission européenne (2005), Le cas commercial en faveur de la diversité. Bonnes pratiques sur le lieu de travail, Bruxelles.

17 Dans le contexte français, par exemple, l’Institut Montaigne, think-tank d’inspiration libérale, qui fut à l’origine du mouvement entrepreneurial en faveur de la diversité missionne pour la rédaction de son rapport en 2004, dont est issue l’initiative de la « charte de la diversité », des experts au Canada, en même temps qu’il auditionne les spécialistes canadiens de ces questions. Parmi les PDG qui soutiennent les premières impulsions, beaucoup se réclament des actions menées à l’étranger dans le périmètre d’entreprises multinationales.

18 Dotés d’une forme d’autonomie, les instruments d’action publique produisent des effets propres, qui leur sont spécifiques et parfois indépendants des finalités recherchées : ils participent d’une problématisation latente du phénomène qui permet de réunir des acteurs hétérogènes autour d’objectifs partagés ; en catégorisant la situation abordée et en hiérarchisant les variables observées, ils produisent une représentation des enjeux traités, et peuvent jusqu’à induire des explications spécifiques. Réalité conventionnelle et réalité sociale peuvent ainsi ne pas fondamentalement se recouper (Lascoumes & Le Galès, 2004).

19 Comme l’affirme Michel Foucault avec une précocité éblouissante, le rapport entre règle de droit et norme (technique) n’est pas nécessairement celui postulé par les défenseurs de la seconde. La normativité intrinsèque de la loi n’a rien à voir avec la normalisation, car « à partir de, au-dessous, dans les marges et peut-être même à contre sens de la loi, se développent des techniques de normalisation » (Foucault, 2004, p. 65). Aussi, plutôt que la représentation commune d’une réponse « managériale » au nouvel environnement juridico-institutionnel antidiscriminatoire, c’est une relation plus subtile qu’il convient d’envisager entre sanction légale et auto-régulation entrepreneuriale, hard et soft-law, où cette dernière peut potentiellement détricoter ou subvertir la logique de l’ordre juridique. Plus qu’il n’est « managérialisé », celui-ci se trouve menacé d’être évacué ou de devoir s’effacer, au diapason de processus plus vastes de la gouvernementalité néolibérale, axés avant tout sur une « normalité sociale ».

20 En effet, si le comparatisme traditionnel favorise l’internationalisation des savoirs, il se coule volontiers dans un prisme national que conforte le raisonnement typologique. Paradoxalement, la découverte du post-national, qui marque, dès les années 1980, une première étape des processus contemporains d’internationalisation, liée à l’expansion de la doctrine néolibérale économique, est allée de pair avec l’élaboration de typologies célèbres en matière de citoyenneté (Soysal, 1994), d’État-nation (Schnapper, 1994), d’État-Providence (Esping-Andersen, 1990). Heuristiques, ces approches perdurent aujourd’hui, cependant que l’attention croissante attachée aux phénomènes de globalisation, de mobilité(s), induit une préférence pour des démarches transversales, décloisonnées ou rhizomiques, qui font glisser la focale vers les lieux et les processus mêmes d’échange et d’hybridation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Milena Doytcheva, « Politiques de la diversité : perspectives transnationales »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/10671 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.10671

Haut de page

Auteur

Milena Doytcheva

Université de Lille, Institut Convergences Migrations (UMR 7192, Collège de France-CNRS), France - milena.doytcheva@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search