Navigation – Plan du site
Politiques de la diversité

« Des emplois pour les Musulmans ! ». Les péripéties clientélistes d’une politique locale de promotion de la diversité à Melilla

"Jobs for the Muslims!". The clientelist twists and turns of a local policy for the promotion of diversity in Melilla
Eduard Rodríguez-Martín

Résumés

« Melilla, la ville aux quatre cultures » – tel est le slogan municipal, connu de tous les habitants depuis que, il y a une vingtaine d’années, les pouvoirs publics de l’enclave ont décidé de faire de la pluralité culturelle un atout de promotion et de développement économique. Pourtant, cet élan public récent de reconnaissance de la diversité s’est accompagné de revendications accrues de la communauté dite musulmane, réclamant une présence plus soutenue dans l’administration et le pouvoir local, l’égalité sociale et économique. À partir d’une enquête ethnographique, l’article propose de retracer les tensions et contradictions entre la politique municipale de « patrimonialisation de la diversité » et les revendications émanant de la collectivité musulmane d’une plus grande égalité. Nous observons en particulier comment à la faveur de ces tensions normatives, c’est un système clientéliste de « reconnaissance hiérarchique » et non publique qui se met en place à travers les politiques locales de création d’emploi.

Haut de page

Texte intégral

1Aux yeux des non-Espagnols, la ville de Melilla est une figure improbable et peu compréhensible. Voilà un minuscule territoire espagnol enclavé sur le territoire marocain depuis plus de cinq siècles. Le prolongement de la présence espagnole n’a pourtant pas donné lieu à une société métissée. D’un côté, parce que l’établissement d’une population civile stable ne démarre qu’au début du xxème siècle. Et d’un autre côté, car cette implantation démographique est presque exclusivement d’origine européenne, l’installation de population indigène y étant tolérée des années après. Aujourd’hui, cette configuration historique a donné lieu à une société qui se dit multiculturelle et qui a fait de sa diversité une devise promotionnelle connue de tous ses habitants : « Melilla, la ville des quatre Cultures ». Les « Cultures » sont localement désignées en termes confessionnels ; par ordre d’importance démographique, il est question des « Chrétiens, Musulmans, Juifs et Hindous ». Or cet élan inédit de célébration publique de la diversité culturelle est récent et fragile. Depuis ses débuts, il s’est développé en parallèle des revendications croissantes de la communauté dite musulmane, qui réclame une plus grande présence dans l’administration et le pouvoir local, ainsi que plus d’égalité économique et sociale. Sur la base de ces revendications, un parti politique, Coalition pour Melilla (Coalición por Melilla, CpM), s’est constitué en 1995 et est depuis devenu la principale force d’opposition municipale. Il est publiquement étiqueté comme « parti musulman ».

  • 1 La question de la racialisation des rapports sociaux a suscité ces dernières années une littérature (...)

2La logique de lutte contre l’exclusion et les inégalités que le parti promeut véhicule une approche différente de la diversité comme vecteur d’action publique, en décalage avec la logique de patrimonialisation privilégiée par la municipalité. Révélateurs de l’inertie d’une société clivée sur le confessionnel, les projets municipaux ont produit une culturalisation excessive de la vie sociale, dont les catégories d’intelligibilité se disent dans les termes des Cultures – avec C majuscule, synonyme ici de peuple ou civilisation – mais de fait non dénuées d’une forme de racialisation (Fassin & Fassin, 2006 ; Hajjat & Mohammed, 2013) 1. C’est cette dimension ethnique, occultée par les institutions, qui apparaît aux yeux des populations locales et des Musulmans en particulier comme la raison première des inégalités qu’ils combattent au moyen de représentants communautaires et d’un parti politique.

3Dans cet article nous proposons d’examiner comment la célébration de la diversité en tant que bien public se heurte dans les pratiques municipales à des limites induites par ses propres catégories d’action, à savoir celles d’une certaine folklorisation. Nous allons voir en particulier comment l’absence d’outils spécifiques, permettant d’aborder les revendications des Musulmans en termes de discrimination (Stavo-Debauge, 2003, 2004), conduit les autorités à investir le cadre privé, en confessionnalisant les identités et les inégalités, et en monnayant leur prise en compte en échange de soutien politique. Lors des rendez-vous électoraux, en effet, le sens de certaines actions publiques se trouve détourné : des politiques d’emploi qui s’annoncent comme des mesures de lutte générale contre la pauvreté sont présentées aux Musulmans en privé, et via des médiateurs de la communauté, comme des politiques de reconnaissance culturelle et d’égalité. La référence à la diversité y masque un clientélisme que nous qualifions d’« équitable » : bâti sur la promesse équivoque d’un accès égalitaire aux ressources sur la base d’une relation privilégiée, mais qui reste néanmoins non publique et hiérarchisée.

(Re)construire le patrimoine immatériel : les effets inattendus des politiques européennes de développement régional

4L’adhésion à la CEE et le démarrage de grands travaux publics, financés en priorité par les Fonds européens de développement régional (FEDER), marque la fin des années 1980 en Espagne. Dans beaucoup de villes espagnoles, l’argent est destiné à la réhabilitation d’un patrimoine architectural historique. À moyen terme, ces travaux contribuent à « remettre en scène » un patrimoine matériel tangible, dont la rénovation s’est accompagnée d’un renouveau institutionnel et d’une reformulation du récit historique fondateur de la société. La réhabilitation des monuments chrétiens, juifs et musulmans de la ville de Tolède, par exemple, a placé la mixité de cultures au centre de son récit politique. La restauration des synagogues anciennes du centre historique de Gérone a permis à la municipalité de redécouvrir un important passé juif et de l’incorporer dans son offre culturelle et touristique.

  • 2 Sur les cinq programmes budgétaires européens entre 1989 et 2020, Melilla dépense 25 M€ en réhabili (...)
  • 3 Jusqu’alors Melilla était une commune de la province andalouse de Malaga, sur la Péninsule ibérique (...)

5Comme ailleurs en Espagne, l’argent européen commence à arriver généreusement à Melilla dès 1989 : des millions d’euros 2 servent à réhabiliter son ancienne citadelle. Cette reconstruction matérielle de l’histoire locale précède de peu une première dans la vie publique de l’enclave, à savoir la reconnaissance institutionnelle de sa pluralité culturelle. En 1995, lorsque la ville rédige son statut d’autonomie, sorte de constitution locale de chaque région espagnole 3, elle y déclare que l’un des objectifs des institutions locales se doit d’être « la promotion et la stimulation des valeurs de compréhension, le respect et l’appréciation de la pluralité culturelle et linguistique de la population de Melilla » (BOE, 1995, p. 8062). Puis une modification des paroles de l’hymne local est également proposée. Dans sa nouvelle version, l’hymne efface des références à la croix et au fer, ainsi qu’aux origines chrétiennes et élève les religions musulmane et juive au même rang fondateur de la société melillienne que le christianisme, représenté par Isabelle la Catholique.

  • 4 « Un pedazo de España, Melilla, / que en el surco africano plantó / la ilusión de Isabel de Castill (...)
  • 5 « Un pedazo de España, Melilla, / que de tres religiones surgió: / musulmana, cristiana y judía, /  (...)

Version non officielle de l’hymne en 1977

Version officielle de 1995

Un morceau d’Espagne, Melilla,
qui dans le sillon africain planta
l’espoir d’Isabelle de Castille
et dans le sang d’Espagne grandit 4.

Un morceau d’Espagne, Melilla,
qui de trois religions surgit :
musulmane, chrétienne et juive,
et dans la chaleur de leurs prières grandit 5.

  • 6 Nous empruntons à Dominique Schnapper (1998) le concept de « collectivité historique » pour expliqu (...)

6Comme dans d’autres villes espagnoles, les travaux de restauration à Melilla semblent avoir aménagé une place pour d’autres collectifs dans le récit historique institutionnel. Pourtant, le cas de Melilla – et probablement celui de Ceuta, l’autre enclave espagnole au Maroc – diffère qualitativement de celui des villes métropolitaines. Aussi bien à Tolède qu’à Gérone, pour ne rependre que ces deux exemples, les travaux de restauration ont ramené en surface un passé lointain : à Tolède, les relations « égalitaires » entre communautés religieuses ayant cohabité dans la ville au Moyen-Âge ; à Gérone, l’existence d’une très importante communauté juive à la même époque. En somme, l’actualisation de l’histoire apporte une valeur ajoutée au récit politique : la réparation sous forme de réintégration dans le récit historique local des Juifs et Musulmans expulsés d’Espagne en 1492 et 1609, respectivement. À la différence de ces villes, dans les deux enclaves nord-africaines, les rapports entre collectivités historiques 6 n’appartiennent pas au passé mais relèvent de l’actualité.

  • 7 Photographie de José Palazón, président de l’ONG Pro-Derechos de la Infancia (PRODEIN), 22/10/2014.
  • 8 Les images des traversées nocturnes d’immigrés à la frontière supposée entre le Mexique et les État (...)
  • 9 Rien à voir donc avec l’immigration d’origine marocaine, qui vient se mêler à la population de même (...)

7Depuis une quinzaine d’années, Ceuta et Melilla attirent régulièrement l’attention de la presse internationale par le drame des immigrés africains attirés par ce « sol européen » en Afrique. Leurs images, en train de sauter les doubles clôtures frontalières et d’échapper à la police, blessés par les lames tranchantes des grilles, ou perchés sur celles-ci, devant l’indifférence des joueurs de golf sur le terrain de Melilla 7, ont fait le tour du monde 8. Le rapport des Melilliens à cette immigration ne diffère pas de celui des Espagnols en général, y voyant un phénomène essentiellement exogène et récent 9.

  • 10 Abdelhamid Mohamed Hammu, « Un Día de Melilla para todos », Melilla Hoy, 15 septembre 2010.

8À Melilla, plutôt que l’actualisation de rapports communautaires anciens, ou la mise en perspective du défi migratoire, la restauration du patrimoine historique, soutenue par les fonds européens, a dévoilé un rapport fondamental d’altérité, par la mise en évidence de la fonction principale de l’architecture de la cité, à savoir : barrer l’accès aux ennemis musulmans. Rien dans le patrimoine restauré ne parle d’une cohabitation historique ou de figures de pluralité et d’altérité, telles que mises en valeur dans les paroles de l’hymne amendé. Et les « murailles » existent toujours. La question est soulevée chaque 17 septembre, à l’occasion des cérémonies publiques de commémoration de la fondation espagnole de l’enclave dans l’ancienne citadelle. Depuis une dizaine d’années, les représentants du parti Coalition pour Melilla refusent d’ailleurs d’y assister, non sans polémique. En 2010, un député du parti s’exprimait ainsi 10 : « Pour Coalition pour Melilla, le 17 septembre suppose de rendre hommage à un évènement de sang. Nous considérons que raviver le passé sanglant est un fait anachronique, vexatoire et impropre de ce siècle. Pour beaucoup de citoyens, il s’agit du souvenir de la mort de leurs ancêtres. »

9Un deuxième effet direct de l’adhésion de l’Espagne à la CEE en 1986 a eu une influence capitale dans l’élaboration d’un discours multiculturel à Melilla. Pays traditionnel d’émigration, l’Espagne n’avait pas jusque lors de législation spécifique pour réguler l’immigration. Afin de renforcer sa candidature auprès de pays comme la France qui craignent que l’Espagne ne devienne une étape de passage migratoire vers leur territoire, le gouvernement espagnol adopte en 1985 une loi d’immigration qui définit les conditions applicables en matière d’entrée, de séjour et de travail. Celle-ci se montre peu exigeante envers les ressortissants de pays avec lesquels l’Espagne a des liens historiques. Pourtant, elle n’inclut pas le Maroc dans la liste prioritaire, malgré les siècles de relations tumultueuses et l’établissement d’un Protectorat entre 1912 et 1956. À Ceuta et Melilla, la loi pose une question alarmante : que faire des ressortissants d’origine marocaine, installés sans statut juridique officiel dans les enclaves depuis la fin du Protectorat espagnol du Maroc en 1956 ?

  • 11 Selon l’un des leaders du collectif, celui-ci n’a pas voulu utiliser un nom berbère ou arabe pour s (...)
  • 12 Pour plus d’informations sur ces évènements et sa résolution voir Planet Contreras (1998) et Belmon (...)

10Pendant deux années d’une grande tension sociale, la question va se dirimer dans l’arène publique. Craignant l’expulsion, les « sans papiers » de plusieurs générations s’organisent, d’abord depuis une association qu’ils nomment Terra Omnium (Terre de tous, en latin 11), puis à l’intérieur du Collectif musulman de Melilla, afin d’exiger de l’État espagnol l’octroi de la nationalité. Les Espagnols des deux villes vont s’y opposer massivement. Dans la grammaire de l’action publique et médiatique, aussi bien au niveau local que national, les deux « camps » sont désignés comme « Musulmans », d’un côté, et « Chrétiens » ou « Espagnols », de l’autre. Formulée ainsi, la question envahit progressivement toutes les dimensions de la vie publique. Après plusieurs épisodes violents, l’État décide d’octroyer la nationalité à la plupart, à partir de 1987 12. Étape déterminante de l’histoire démocratique récente de l’enclave, les habitants des deux villes se réfèrent encore aujourd’hui à ces événements en parlant de « quatre-vingt-cinq ». Ce moment historique est en effet emblématique à plus d’un titre : pour la première fois, les catégories confessionnelles y supplantent dans le débat public les dimensions culturelle et ethnoraciale, en acquérant une portée politique. Des organisations apparaissent pour la première fois pour représenter les « Musulmans ». Alors que, grâce à la nationalité acquise, les nouveaux citoyens sont aussi des électeurs. Courtisés par tous les partis, leur participation politique va s’expérimenter directement dans une forme de clientélisme local, qui apparaît comme l’envers du discours de célébration de la pluralité culturelle.

Patrimonialisation de la diversité et figures fictives d’altérité au service de la convivencia

  • 13 « Cristianos, hindúes, judíos y musulmanes conviven en perfecta armonía en la ciudad de Melilla ». (...)

11Aujourd’hui, les actions publiques de valorisation de la diversité culturelle à Melilla ont creusé un sillon profond dans l’identité institutionnelle de l’enclave. Le nouvel arrivant y apprend très vite qu’il se trouve dans ladite « Ville des quatre Cultures » grâce aux brochures touristiques et supports de communication en circulation. Selon celles-ci : « Chrétiens, Hindous, Juifs et Musulmans [y] cohabitent en parfaite harmonie » 13. Depuis 2002, le logotype touristique de la ville qui s’affiche dans ces documents se compose d’une colonne de quatre lettres M empilées verticalement et écrites selon les caractères de quatre alphabets différents : hindi, arabe, hébreu et latin. Auparavant, un autre logotype représentait à peu près la même idée : composé de quatre mains (blanches) au bout de manches de couleurs différentes, posées sur un carré bleu marine qui symbolise la ville de Melilla ; en-dessous, le nom de Melilla incorpore des touches de couleur pour les quatre « cultures » différentes. En 2004, une « Place des Cultures » a été inaugurée en plein centre-ville. Depuis 2007, la « Route des Temples », qui parcourt les bâtiments principaux des quatre cultes de la ville est devenue l’un des parcours touristiques incontournables. En 2008, la mairie a créé un « Institut des Cultures », organisme public chargé d’« enquêter, étudier, promouvoir et diffuser les valeurs intrinsèques de pluralité culturelle mélillienne, comme patrimoine commun de Melilla et de l’Espagne » (BOME, 2012, p. 2234). Depuis sa fondation, ses activités intègrent souvent une cinquième « culture », à savoir « la culture gitane ».

Figure 1 : Logotypes d'entités publiques mettant en jeu les « Cultures » de Melilla

Figure 1 : Logotypes d'entités publiques mettant en jeu les « Cultures » de Melilla

De gauche à droite et de haut en bas : logotype sur les brochures touristiques (1) avant 2002 et (2) après 2002 ; (3) logotype de la Route des Temples (2007) et (4) logotype de l’Institut des Cultures de Melilla (2008).

12Dans ces processus de patrimonialisation des différentes « cultures », celles-ci sont représentées sur un pied d’égalité. Elles ne recouvrent pas moins des disparités démographiques importantes. Il est difficile de factualiser cette diversité ethnique, en raison de l’inexistence de ce type de statistiques en Espagne. Les informations que véhicule la presse locale ou le débat politique convergent néanmoins pour dresser le tableau suivant des 75 000 personnes qui composent la population de Melilla en 2010 : autour de deux-tiers seraient « Chrétiens », un tiers environ « Musulmans ». L’ensemble des « Juifs », « Gitans » et « Hindous » ne dépasserait pas ainsi les 2%, dont un millier environ de Juifs et de Gitans, respectivement et pas plus d’une cinquantaine d’individus de la communauté hindoue. Malgré de telles disparités, comment ces « cultures » en sont-elles venues à incarner des formes similaires d’identité dans le récit multiculturel institutionnel ?

13Il existe tout d’abord une dimension historique à la cohabitation interculturelle à ne pas négliger. Chrétiens, Musulmans et Juifs cohabitent en effet entre l’Espagne et le Maroc depuis des siècles. S’ils ne sont qu’un millier aujourd’hui, les Juifs ont compté autrefois plusieurs milliers d’individus à Melilla et furent autorisés à résider dans l’enclave bien avant les Musulmans et même la population civile espagnole. Ils sont considérés comme formant une des communautés historiques de la ville, dont les Melilliens connaissent les noms des principales familles, leurs commerces, synagogues et destinées. Ce sont ces trois communautés « historiques » qui apparaissent initialement dans le récit multiculturel municipal. Malgré leur caractère exogène et l’arrivée tardive dans l’enclave, au cours des années 1960, les Hindous de Melilla ont occupé pendant longtemps une position commerciale importante (d’import-export de produits électroniques) et participé activement à la vie sociale et politique de l’enclave. C’est peut-être en raison de leur identité espagnole et chrétienne que les Gitans n’ont été que très récemment « conviés » dans ce récit, quand l’Institut des Cultures décide de les inclure dans ses activités de promotion de la diversité. Enfin, depuis quelques années, une florissante communauté chinoise s’est installée dans les enclaves espagnoles et suscite une attention croissante dans la presse et les évènements publics : on pense même apercevoir à l’horizon la « Ville aux six Cultures ».

14Malgré une cohabitation historique, le récit multiculturel n’est apparu, nous l’avons vu, que récemment à Melilla. Au regard de l’empressement des pouvoirs publics pour étendre « à la carte » les composantes de la diversité locale, on peut constater l’importance attachée à la production d’un tel récit et au fait de l’ériger en emblème de la cité. Pourtant, pour l’observateur extérieur, l’image ainsi projetée de la diversité vient brouiller les lignes d’un rapport fondamental d’altérité, qui est celui qui lie depuis des siècles « Chrétiens » et « Musulmans ». Juifs, Hindous, Gitans et Chinois – ainsi que toute autre « culture » à venir – semblent occuper en revanche dans la topographie locale de l’altérité, une place fictive et plus marginale, au service avant tout du récit municipal qui se veut intégrateur et convivial. Faut-il y voir une volonté de « diluer » la composante musulmane, et donc la réitération par là même d’une hégémonie catholique dans un récit « aimable » de la diversité ?

  • 14 « El 72% de la población de Melilla es de origen europeo, el 26% bereber y el 2% judío », Melilla H (...)

15La question du déséquilibre démographique est en tout cas l’objet récurrent de critiques. En 2006, des cadres du parti politique dit « musulman » dénoncent l’inégale dépense municipale dans les décorations de rue, lors des festivités de Noël, Ramadan, Hanoukka et Diwali. Ils disent ne pas comprendre pourquoi, en étant la « moitié de la population », les dépenses pour les festivités musulmanes dans le budget municipal ne représentent qu’un tiers de celui-ci. Le responsable municipal des festivités se défend, de son côté, en arguant que la part du budget correspond à la proportion exacte des Musulmans à Melilla, qu’il aurait lui-même calculée à partir des listes de recensement ! 14 Partisans du « tiers » et de la « moitié » trouvent ainsi régulièrement à s’affronter lors de litiges politiques. À la même occasion, les cadres du parti « musulman » critiquèrent le fait que, contrairement à celles de Noël, les illuminations de Ramadan restent confinées aux quartiers dits musulmans : « En étant la moitié de la population », le parti considère qu’il s’agit d’une fête de tous les Melilliens. Peu de temps après, la mairie reconnait l’Aïd-el-Kebir comme jour férié local, en rappelant qu’elle est la première ville « européenne » à le faire. L’arrêt du calendrier de jours fériés étant légalement exigé avec une avance incompatible avec la détermination du calendrier lunaire qui fixe la principale fête musulmane, la mairie a su faire preuve de flexibilité administrative. Chaque année elle réserve ainsi une plage de quelques jours sur la semaine attendue et fixe la date officielle quand les autorités religieuses lui transmettent le jour exact de l’évènement lunaire. Autant d’efforts placés sous le maitre mot de la « convivencia ».

  • 15 Dans son ouvrage célèbre sur la société industrielle, La convivialité (1973), Ivan Illich définit c (...)

16Plus que la cohabitation pacifique et le vivre-ensemble, la convivencia en espagnol signale un art de vivre en communauté et en harmonie. Plutôt que la convivialité – pour laquelle existe le mot convivialidad – la convivencia recouvre une attitude de cordialité, qui engage la qualité des relations avec autrui (Illich, 1973 ; Fromm, 2015) 15. À Melilla, la convivencia est devenue depuis une vingtaine d’années un concept fétiche, tant pour les habitants que pour leurs représentants. Il revient dans les discussions pour valoriser ce qui serait une des qualités principales de la société locale. Exclusivement positif et motif de fierté pour habitants et institutions, il occupe une place prépondérante dans la « carte de visite » institutionnelle. Malgré le fait que le terme est courant dans la langue espagnole, je n’ai jamais observé des usages aussi répandus et récurrents sur la péninsule.

17Pourtant, tout autant qu’un fait social et une dimension intrinsèque de la société mélillienne actuelle, la convivencia est un idéal normatif et un objectif à atteindre. En tant que cadrage normatif et politique « par le haut », la convivencia exige des institutions et autorités politiques un travail constant pour préserver la cordialité dans le « monde fragile des affaires humaines » (Arendt, 1983). « Travailler dans l’intérêt de la convivencia », selon cette vision volontariste et normative, les conduit à une logique de patrimonialisation excessive des rapports sociaux, dans le cadre de programmes et d’institutions qui dépassent le niveau strictement local, légitimant en l’espèce l’orientation culturaliste de l’action publique municipale. Il en va ainsi du projet d’inscription de Melilla au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Assembler la recette de l’UNESCO pour contribuer au Patrimoine de l’Humanité

  • 16 L’année 1992, marquée par le 5ème centenaire de la « découverte de l’Amérique » et de la fin de la (...)
  • 17 « José Vallés : “El conjunto arquitectónico y humano hacen única a Melilla” », Diario Sur, 28 juill (...)

18Élaboré dans un contexte d’internationalisation exceptionnelle de l’Espagne au début des années 1990, le statut d’autonomie que s’offrent les Melilliens en 1995, et qui ancre le récit multiculturel dans une nouvelle définition du lien civil, porte la marque de cette atmosphère d’optimisme et d’empathie culturelle 16. Après la commémoration, en 1997, du 5ème Centenaire de la fondation espagnole de l’enclave, l’idée est lancée par la mairie de créer une fondation de promotion du patrimoine culturel. Celle-ci voit le jour en 2001 et porte le nom de « Fondation Melilla Ville Monumentale ». Sur cette base, la ville projette de présenter sa candidature au Patrimoine mondial de l’Humanité de l’UNESCO. Dans un premier temps, aucune référence n’est faite cependant à la pluralité culturelle. Ce n’est que quelques années plus tard que la « diversité » devient un pivot du dossier de candidature. Grand défenseur de la convivencia comme bien public, le directeur de la Fondation explique à la presse 17 que cette réorientation répond également au changement de critères de valorisation de l’UNESCO, qui donne désormais préférence au patrimoine immatériel. Un nouveau volet « Interculturalité » apparaît alors sur le site web de la Fondation :

« Loin des connotations folkloriques, notre ville est engagée dans l'interculturalité, dans le renforcement des relations avec d'autres groupes ethniquement et culturellement divers, nous enrichissant en tant qu'individus et en tant que communauté. […] En plus de son patrimoine monumental, historique et culturel, Melilla offre un trésor fragile mais très précieux, qui favorise la coexistence, la tolérance et le métissage. Notre ville veut le montrer, le partager et l'enrichir » 18.

19Cette nouvelle orientation vient compléter celles plus anciennes, centrées sur la « Cité fortifiée » et l’« Art nouveau » 19. La cité fortifiée qui est le symbole historique, comme nous l’avons vu, de la séparation entre Chrétiens et Musulmans, est aussi le garant de la sauvegarde de la souveraineté espagnole de la ville. Le volet « Art nouveau » rappelle quant à lui que Melilla abrite de nombreux édifices de ce style architectural, construits au début du xxème siècle par un disciple catalan d’Antonio Gaudí, dont la synagogue principale de Melilla, la mosquée centrale et plusieurs bâtiments de l'église catholique 20. En 2011, le dossier se voit agrémenté d’un nouveau volet, en l’espèce du « patrimoine naturel de Melilla », car « ceci est actuellement recommandé par l'UNESCO » 21.

20Dans sa composition finale, il repose ainsi sur trois piliers : les biens matériels, immatériels et naturels. Les biens immatériels notamment sont décrits comme « la convivencia pacifique des cultures à tous les niveaux de contact, définie tout simplement comme l’interculturalité » 22. Tout autant que le patrimoine matériel et naturel, celui immatériel a exigé de la part des autorités une « réhabilitation », au cours de la préparation du dossier, afin notamment de rendre la convivencia « tangible ». Cela les a conduites à promouvoir des interlocuteurs issus des différentes « Cultures » du récit emblématique : des accords de collaboration ont été signés, des subventions accordées à des associations, en échange de leur participation à la visibilité des communautés respectives, par le biais d’activités qui répondent aux objectifs de citoyenneté, dont l’ouverture des temples notamment 23. Ces actions ont comporté une forme de reconnaissance des structures associatives locales et de leurs dirigeants en tant que « représentants » communautaires. Aujourd’hui, ils sont conviés par la ville à toute cérémonie publique, aux côtés des autorités civiles et militaires.

  • 24 Les Musulmans de Ceuta sont arabophones, tandis que ceux de Melilla sont berbérophones. Localement (...)

21Cette forme de collaboration a été à l’origine d’une arène publique, où autorités locales et organisations culturelles peuvent discuter des contenus du récit multiculturel promu par la ville, en définissant l’approche de la convivencia en apparence sur un pied d’égalité. C’est ainsi, par exemple, que des nuances ont été introduites dans les composantes habituelles du récit culturaliste pour faire mention de la « culture et langue berbère ou amazigh » des Musulmans de Melilla 24. La mairie finance depuis 1996 un cours de langue berbère et, depuis 2015, un séminaire intensif de « langue et culture hébraïque » ; un Musée ethnographique des Cultures Amazigh et Séfarade voit le jour en 2011, dont les collections s’exposaient auparavant dans le Musée d’Archéologie.

  • 25 Un traitement qui n’est sans rappeler celui qui a eu lieu en France en 2003 avec l’élection des aut (...)

22Mais, malgré toutes ces actions, l’existence possible d’une telle arène de discussion reste fragile. Les enjeux de reconnaissance et de « représentation » des collectivités qu’elle revêt se heurtent à l’intérêt des autorités de les voir se conformer à un récit aimable et optimiste de la diversité, tel qu’il fut mis sur pied en direction de l’UNESCO. Ainsi, par exemple, lorsque les différentes associations cultuelles islamiques de la ville ont annoncé en 2008 leur volonté de fédérer leurs directions exécutives au sein d’une Commission islamique de Melilla, les autorités ont accueilli l’initiative avec exultation : c’était l’occasion d’avoir un interlocuteur unique et légitime de la communauté musulmane locale. Élu en 2010, il se présente publiquement comme le « président des Musulmans de Melilla ». Contestant cette nouvelle dimension politisée, et malgré leur soutien initial, les autorités refusent alors de le rencontrer et continuent à traiter individuellement avec les présidents de certaines associations qui se sont démarqués politiquement de la Commission 25.

  • 26 « Acusan al PP de trazar una “línea” divisoria entre los bereberes y el resto de melillenses », Mel (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

23Pour ce qui est des leaders des organisations tombées en disgrâce, leur première réaction est souvent celle de mettre en question le récit institutionnel de convivencia. Ainsi, lorsque en 2006, la mairie n’a pas souhaité donner suite à la demande d’une association en vue de la reconnaissance officielle de la langue tamazight dans le statut d’autonomie local, son leader convoqua la presse : « l’interculturalité et la convivencia ne peuvent servir ni comme politique de consommation externe, ni comme un outil de marketing, mais doivent recouvrir un travail quotidien » 26. Accusant le parti au pouvoir de « tracer une ligne de division entre la communauté berbère et le reste des citoyens », il va jusqu’à menacer d’envoyer « un rapport à l’UNESCO pour qu’elle ne tienne pas compte de la candidature de Melilla » : « tant que le système multiculturel s’appuie sur des ghettos culturels, il n’y aura pas de convivencia » 27. Quel qu’en soit le ton – les accusations peuvent aller jusqu’à reprocher à la mairie « une politique de génocide de la culture amazigh » 28 – les menaces sont rarement exécutées. D’ailleurs, lorsque le projet de candidature de la ville au Patrimoine de l’Humanité est finalement voté en 2014 par l’assemblée municipale, deux partis seulement le soutiennent, qui sont des plus antagoniques : le Parti populaire, conservateur et abritant de fervents nationalistes espagnols ; Coalition pour Melilla, le parti dit « musulman ». Pour les Melilliens, il est clair que ce type de désaccords publics arrive principalement en période électorale – les archives de presse peuvent d’ailleurs le confirmer. Tandis que la Commission islamique et CpM en particulier interpellent les électeurs sur l’inertie de la mairie et sa réticence à tenir compte de leurs demandes d’égalité, le parti au pouvoir – mais aussi d’autres acteurs politiques – déploie une panoplie de ressources rhétoriques et foncières pour convaincre ces mêmes électeurs musulmans qu’il est conscient de la discrimination dénoncée à leur égard, qu’il s’agit d’éradiquer. Cependant, comme nous allons le voir, cela ne passe pas par l’arène publique de la multiculturalité, ni d’ailleurs par aucune autre forme de publicité. Nous sommes ici dans la sphère de la « médiation », qui repose sur une instrumentalisation des politiques locales de l’emploi.

Un clientélisme « équitable » : accorder le privilège de l’égalité par une reconnaissance hiérarchique sans publicité

  • 29 Depuis 2012, le nombre de chômeurs par trimestre dépasse les 10.000 personnes et atteint les 15.000 (...)

24Comme chaque année, les chômeurs de Melilla attendent avec impatience la publication dans les journaux locaux des centaines de postes d’emploi offerts par l’agence publique de travail. Ces mesures font partie des politiques publiques dites de création active d’emploi. Financées majoritairement (80%) par le Fonds social européen, ces politiques sont connues à Melilla sous le nom de planes de empleo (plans d’emploi). D’un coût moyen de dix millions d’euros, ils permettent d’employer un minimum de mille personnes par plan avec des contrats temporaires d’une durée de six mois. En fonction du budget et du nombre de chômeurs, il peut y en avoir deux par an. Et pour cause, la ville enregistre un taux de chômage très élevé, qui double souvent la moyenne espagnole, oscillant depuis le début de la crise économique de 2008 entre 20 et 35%, et ne descendant que rarement en dessous de 30% de la population active 29. Les plans d’emploi permettent donc de réduire temporairement chaque année le taux de chômage de dix points en moyenne.

25La condition pour y accéder est d’être inscrit dans les listes de demandeurs d’emploi sous l’une des catégories de postes offerts. La sélection se fait ensuite par ordre d’ancienneté d’inscription. Le principal employeur est la mairie ou la préfecture. Catégorie la plus largement sollicitée par celles-ci, des brigades d’ouvriers sans qualification se rendent visibles un peu partout dans la ville dès que les plans démarrent. Elles s’occupent de nettoyer les plages, d’assainir le lit de la rivière sèche, de repeindre et de jardiner des rotondes et des parcs, de rafraichir les équipements publics, etc. Le démarrage des plans est toujours un événement de grande notoriété et à forte visibilité publique.

  • 30 Selon une étude commandée par la mairie en 2009, 30,8% des foyers sont sous le seuil de pauvreté (5 (...)
  • 31 Nous avons observé sur le terrain comment les demandes des habitants constituent une forme de press (...)

26Pour beaucoup de familles, l’enjeu est de taille : être admis dans un plan de empleo signifie pouvoir compter sur des ressources annuelles (avec une allocation chômage qui suit), en attendant d’être sélectionné pour celui de l’année suivante. S’assurer d’y être inclus est donc devenu la principale préoccupation des chômeurs de l’enclave. Dans les quartiers dits musulmans, cette préoccupation est au centre de l’activité de beaucoup de responsables associatifs qui, tout au long de l’année, dénoncent avec assiduité le taux de chômage significativement plus élevé dans leurs quartiers, la précarité des conditions de vie, et ce dans l’espoir de capter une part plus importante des emplois subventionnés 30. En effet, constamment sollicités par les habitants pour intercéder en leur faveur dans des démarches administratives qui ne nécessitent pourtant aucune médiation particulière, tout se passe comme si les leaders communautaires étaient obligés de sans cesse intervenir pour légitimer leur rôle d’intermédiaires et de représentants 31.

27Dans la plupart des cas, leur intervention se déploie pour remédier à un problème de langue ou à un défaut de compréhension. Or, en matière d’emploi, elle va au-delà, en acquérant une double importance et fonction : d’une part, elle double ou remplace celle du travailleur social, en s’assurant que le demandeur répond à l’ensemble des critères requis sur le plan administratif ; d’autre part, par un effet de boucle et de rétroaction, elle prend place dans le jeu politique local, transformant les intermédiaires en relais d’opinion et d’action pour la municipalité. En ce qu’ils garantissent que les « bonnes informations » aillent aux « bons citoyens », ils font la preuve du volontarisme de l’action municipale contre la pauvreté et l’exclusion, comme ils permettent de contrer opportunément les accusations de discrimination. Sous couvert de relation interpersonnelle et ciblée, les efforts de la mairie sont dits ainsi se distribuer de manière « équitable », alors même qu’il manque des critères normatifs pour vérifier le résultat effectif de l’opération : s’agit-il d’un service rendu ou d’un dossier complet ? L’efficacité des intermédiaires communautaires n’est cependant pas remise en question. Quand ces derniers se plaignent du chômage dans les « quartiers musulmans », les autorités répondent qu’elles sont sensibles à leurs demandes et envisagent des actions supplémentaires, sous-entendu des propositions nouvelles à destination de leurs « clients ».

  • 32 Un exemple classique de relation clientéliste de ce type, entre administrations et notables locaux, (...)

28Le déplacement apparent, dans le débat public, de la dimension ethnique vers une catégorie administrative de publics est ainsi démentie sur le terrain par l’action des intermédiaires communautaires qui, sous couvert d’une mise en relation entre Musulmans et cadres politiques, se transforment en pivot d’un système « équitable » de distribution des ressources publiques, avec « plus d’emplois pour les Musulmans ». Aujourd’hui, à Melilla, la convivencia semble subordonnée plus que jamais à ce jeu d’équilibres et de complicités entre notables locaux, en la figure de leaders communautaires, et pouvoirs publics, dont les péripéties clientélistes éclatent au grand jour à partir de 2008 32. Alors que les planes de empleo suivent de plus en plus près le calendrier électoral, les partis de l’opposition, qui accusent la municipalité en place d’échanger des emplois contre des procurations de vote, demandent la publication des bénéficiaires (ce qui n’était pas fait auparavant). Les autorités s’y sont refusées, au motif du respect de la « confidentialité », cependant qu’une enquête de police a pu déterminer une fraude massive dans le 4e et 5e arrondissements. À ce jour en attente de décision, les principaux cadres politiques risquent plus de 20 ans de prison. Dès 2009, les listes des bénéficiaires des planes d’empleo sont rendues publiques et presque tous les ans des violences éclatent dans les quartiers musulmans à l’annonce des celles-ci. Accusés par les autorités d’en être les instigateurs, les leaders communautaires se réfugient derrière des déclarations, réitérant les accusations de racisme à l’endroit des gouvernants, que ces derniers rejettent pourtant, niant qu’il y ait aujourd’hui moins d’« emplois pour les Musulmans ».

29Mais la conviction que ces emplois ne sont plus « des emplois pour les Musulmans » semble acquise pour la population. D’autant que dans leurs campagnes électorales récentes, les partis politiques semblent donner la priorité au thème de la lutte contre la pauvreté, insistant sur les mesures à engager dans les quartiers en cas de victoire : une étude sur la pauvreté est ainsi réalisée fin 2009 ; un plan local d’inclusion sociale, lancé en 2012 ; une direction municipale des 4e et 5e arrondissements fondée à la suite, alors que s’enchainent des annonces de travaux publics et d’inaugurations d’équipements. Fin 2011, le Parti populaire nomme pour la première fois un Melillien d’ascendance berbère au poste de gouverneur. Avec le nouveau gouvernement socialiste en 2018, il est remplacé par une femme également d’origine berbère. Aucune de ces mesures ne fut toutefois publiquement annoncée au nom du multiculturalisme ou de la promotion de la diversité – fallait-il y voir un changement de tendance ?

Conclusion

30La place centrale octroyée à la diversité culturelle dans la vie politique de Melilla puise son origine dans un contexte fondateur pour l’Espagne en général, et Ceuta et Melilla en particulier : la fin de la dictature et l’arrivée de la démocratie en 1978 ; le déclin de l’administration militaire des deux villes, au début des années 1980 et la mise en place d’institutions civiles ; la sortie de l’isolement international de l’Espagne et l’adhésion à la CEE ; la résolution du statut juridique des Musulmans des deux enclaves. Autant de moments fondateurs d’une sphère publique et des publics qui se font et défont (Cefaï & Pasquier, 2003 ; Eliasoph, 2003). Comme nous l’avons vu, l’influence d’institutions supranationales a été déterminante dans ces processus et la refonte du récit politique autour de la qualité des relations interculturelles et de ce qui fut appelé la convivencia à Melilla. Dans le cas européen, il s’agit plutôt d’un effet non escompté des fonds versés pour dynamiser l’économie locale, à travers des travaux publics de réhabilitation historique. L’influence de l’UNESCO est quant à elle moins indirecte et apparaît ici au contraire comme un véritable cadre de référence pour l’action publique, qui engage les acteurs locaux sur un projet de « valorisation du patrimoine ».

31Mais en dehors de ce cadre normatif de la patrimonialisation culturelle, les institutions locales peinent à aborder les aspects de la diversité depuis une perspective d’égalité et de justice sociale. En dehors du spectre valorisé de la pluralité confessionnelle, elles se retrouvent dans l’incapacité d’agir publiquement contre les discriminations, pourtant dénoncées par les organisations musulmanes, à moins que celles-ci ne soient présentées sur la base de critères non ethnicisés (pauvreté). Il en découle une situation paradoxale où les politiques sociales, par le truchement d’intermédiaires communautaires, sont requalifiées et perçues par leurs bénéficiaires comme des politiques d’attention à la diversité culturelle et de lutte contre la discrimination. Reproduisant dans les faits un clientélisme paternaliste et une relation hiérarchique, en lieu et place d’une promesse de citoyenneté démocratique. Dans ces exemples, la convivencia se trouve subordonnée à un jeu d’équilibres et de complicités entre « médiateurs » et cadres politiques, dans une forme de « clientélisme équitable », qui profite à ceux qui font leur demande par médiation. Mais dès que les ressources font défaut, violences et tensions ne manquent d’affleurer dans la sphère publique avec leur lot d’accusations.

  • 33 Alain Cottereau les définit comme des espaces « dans lesquels l’action collective, opérée au-delà d (...)

32Jusqu’à présent, les autorités locales se sont montrées réticentes à dépasser ce cadre d’intervention culturaliste, déclinant plus volontiers la diversité sous les thèmes du patrimoine et de la confessionnalité que des minorités racialisées. En effet, à défaut de catégories adéquates d’intervention qui puissent traduire ces orientations en dispositifs d’action, elles nourrissent la crainte d’être soupçonnées de « discrimination à l’envers » ou du fait de privilégier leurs administrés en fonction de leur « Culture ». Pourtant, des mesures concrètes pourraient être envisagées pour délier les problématiques sociales de l’arène de la « médiation » et œuvrer pour établir la confiance publique. En font partie, par exemple, la promotion du bilinguisme d’une partie des employés municipaux, le rapprochement des équipements et des services publics des quartiers périphériques. En somme, en créant un espace public de proximité, au sens défini par Alain Cottereau (1992) 33, où l’imagination du pouvoir et de son fonctionnement et partant, l’exercice de la citoyenneté, soient expérimentés par épreuve directe, en dehors de tout rapport instrumentalisé de médiation.

Haut de page

Bibliographie

Arendt H. (1983), « La fragilité des affaires humaines », dans Condition de l’homme moderne, Paris, Éditions Calmann-Lévy, pp. 246‑251.

Back L. & S. Sinha (2016), « Multicultural Conviviality in the Midst of Racism’s Ruins », Journal of Intercultural Studies, vol. 37, nº 5, pp. 517‑532.

Belmonte Montalbán F. (2010), La Ley de extranjería de 1985 y la transformación del espacio público en la ciudad de Melilla, Melilla, Instituto de las Culturas, coll. « Ciudadanía plural ».

Berger M. (2012), « La démocratie urbaine au prisme de la communauté. Effervescence, emphase et répétition dans la vie civique à Los Angeles », Participations, vol. 4, n° 3, pp. 49‑77.

Bertheleu H. (2007), « Sens et usages de "l’ethnicisation". Le regard majoritaire sur les rapports sociaux ethniques », Revue européenne des migrations internationales, vol. 23, n° 2, pp. 7‑28.

BOE (1992), « Ley 26/1992, de 10 de noviembre, por la que se aprueba el Acuerdo de Cooperación del Estado con la Comisión Islámica de España », Boletín oficial del Estado, 11 décembre, n° 272, pp. 38214‑38217.

BOE (1995), « Ley Orgánica 2/1995, de 13 de marzo, de Estatuto de Autonomía de Melilla », Boletín oficial del Estado, 14 mars, n° 62, pp. 8061‑8067.

BOME (2007), « Decreto n.o 111 de fecha 22 de marzo de 2007, relativo a aprobación definitiva del Reglamento de Protocolo y Ceremonial de la Ciudad Autónoma de Melilla », Boletín oficial de la Ciudad de Melilla, 27 mars, n° 4385, pp. 1166‑1171.

BOME (2012), « Decreto n.o 377 de fecha 14 de junio de 2012, relativo a aprobación definitiva de modificación de los estatutos del Instituto de las Culturas », Boletín oficial de la Ciudad de Melilla, 15 juin, n° 4930, pp. 2233‑2239.

Boukir K. (2016), « "Les Maghrébins seront Maltais ". L’ethnographe à la merci de ses "origines " », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 30, pp. 147‑162.

Carrel M. et C. Neveu (dir.) (2014), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Éditions Karthala.

Cefaï D. & D. Pasquier (2003), « Introduction », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 13‑59.

Cottereau A. (1992), « "Esprit public" et capacité de juger. La stabilisation d’un espace public en France aux lendemains de la Révolution », dans Cottereau A. & P. Ladrière (dir.), Pouvoir et légitimité. Figures de l’espace public, Paris, Éditions de l’EHESS , coll. « Raisons pratiques », pp. 239‑273.

Doytcheva M. (2007), Une Discrimination positive à la française  ? Ethnicité et territoire dans les politiques de la ville, Paris, Éditions La Découverte.

Doytcheva M. (2016), « Usages et mésusages des catégories territoriales  : les risques d’un retournement idéologique des causalités », Les cahiers de la LCD, n° 1, pp. 58‑74.

Eliasoph N. (2003), « Publics fragiles. Une ethnographie de la citoyenneté dans la vie associative », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 225‑268.

Eliasoph N. (2010), L’Évitement du politique. Comment les Américains produisent de l’apathie dans la vie quotidienne, Paris, Éditions Economica.

Eliasoph N. (2011), Making Volunteers: Civic Life after Welfare’s End, Princeton-Oxford, Princeton University Press.

Eliasoph N. & P. Lichterman (2011), « Culture en interaction : une ethnographie des styles de groupe de deux organisations civiques en Californie », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions Peter Lang, pp. 355‑400.

Fassin D. & É. Fassin (dir.) (2006), De la Question sociale à la question raciale ? Représenter la société française, Paris, Éditions La Découverte.

Felder M. (2016), « La diversité sur le palier. Catégorisations ordinaires d’un voisinage hétérogène à Genève », Lien social et Politiques, n° 77, pp. 220‑239.

Fromm E. (2015), L’Art d’aimer, Paris, Éditions Belfond.

Gallego Aranda S. (2015), « La "Fundación Melilla Ciudad Monumental" (2001-2014) », Revista electrónica de Patrimonio Histórico, n° 16, pp. 203‑220.

Gilroy P. (2004), After Empire: Melancholia Or Convivial Culture?, Abingdon, Routledge Editor.

Hajjat A. & M. Mohammed (2013), Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, Éditions La Découverte.

Hamidi C. (2010a), « Catégorisations ethniques ordinaires et rapport au politique. Éléments sur le rapport au politique des jeunes des quartiers populaires », Revue française de science politique, vol. 60, n° 4, pp. 719‑743.

Hamidi C. (2010b), La Société civile dans les cités. Engagement associatif et politisation dans des associations de quartier, Paris, Éditions Economica.

Illich I. (1973), La Convivialité, Paris, Éditions du Seuil.

Katz E. & P. L. Lazarsfeld (2006), Influence personnelle. Ce que les gens font des médias, Paris, Éditions Armand Colin.

Laarbi A. (2007), Hacia una representación democrática del Culto islámico de España, Almería, Imprenta Úbeda.

Merton R. K. (1997), « Types d’influence  : local ou cosmopolite », dans Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 291‑317.

Neveu C. (2004), « Une "petite fabrique de territoire "  : quartiers et citoyenneté à Roubaix », Ethnologie française, vol. 34, n° 1, pp. 59‑66.

Neveu C. (2013), « "E pur si muove ! ", ou comment saisir empiriquement les processus de citoyenneté », Politix, n° 103, pp. 205‑222.

Planet Contreras A. (1998), Melilla y Ceuta: espacios-frontera hispano-marroquíes, Melilla, Ciudad Autónoma de Melilla.

Rodriguez-Martin E. (2018), « Les jeux du clientélisme et de la démocratie dans un microcosme politique à Mélilla », dans Cottereau A., Baciocchi S. & M.-P. Hille (dir.), Le Pouvoir des gouvernés. Ethnographies de savoir-faire politiques, du Mexique à la Chine, Bruxelles, Éditions Peter Lang, pp. 255‑291.

Schnapper D. (1998), La Relation à l’autre. Au cœur de la pensé sociologique, Paris, Éditions Gallimard.

Stavo-Debauge J. (2003), « Les vices d’une inconséquence conduisant à l’impuissance de la politique française de lutte contre les discriminations. Première partie : "Tu ne catégoriseras point  !" », Carnets de bord, n° 6, pp. 19‑37.

Stavo-Debauge J. (2004), « Les vices d’une inconséquence conduisant à l’impuissance de la politique française de lutte contre les discriminations. Deuxième partie : Apprêter un chemin au droit et confectionner des "catégories" pour l’action publique », Carnets de bord, n° 7, pp. 32‑54.

Terzi C. (2016), « Peut-on construire des minarets en Suisse  ? Les errements de la démocratie directe face à une question déplacée », Esprit, n° 11, pp. 100‑114.

Worms J.-P. (1966), « Le préfet et ses notables », Sociologie du travail, vol. 8, n° 3, pp. 249‑275.

Haut de page

Notes

1 La question de la racialisation des rapports sociaux a suscité ces dernières années une littérature francophone relativement importante. En France, après les émeutes urbaines de 2005, l’ouvrage édité par Didier Fassin et Éric Fassin (2006) propose une synthèse des principaux aspects soulevés par cette nouvelle donne, dans leur articulation notamment aux déterminismes et inégalités de classe. Dans notre approche, nous préférons toutefois nous limiter à une étude située des processus d’ethnicisation/racialisation « en train de se faire » au sein des arènes de participation publique et d’exercice local de la citoyenneté, en étudiant les cadres d’expérience où ces appartenances assignées deviennent pertinentes pour les acteurs, afin de définir une situation partagée. Voir en ce sens, parmi d’autres, les travaux de Mathieu Berger (2012), Maxime Felder (2016), Camille Hamidi (2010a ; 2010b), Catherine Neveu (2004; 2013), Milena Doytcheva (2007; 2016), Cédric Terzi (2016). Voir également Boukir (2016), Carrel & Neveu (2014), Eliasoph (2010; 2011), Eliasoph & Lichterman (2011).

2 Sur les cinq programmes budgétaires européens entre 1989 et 2020, Melilla dépense 25 M€ en réhabilitation de son patrimoine historique, dont 66% en moyenne (17 M€) est financé par les FEDER et les 34% restant (8 M€) par la mairie.

3 Jusqu’alors Melilla était une commune de la province andalouse de Malaga, sur la Péninsule ibérique. Le statut est « l’expression juridique de l’identité de la ville de Melilla et définit ses institutions, compétences et ressources » (BOE, 1995, p. 8061).

4 « Un pedazo de España, Melilla, / que en el surco africano plantó / la ilusión de Isabel de Castilla / y a la sangre de España creció ».

5 « Un pedazo de España, Melilla, / que de tres religiones surgió: / musulmana, cristiana y judía, / y al calor de sus rezos creció » (BOME, 2007, p. 1170).

6 Nous empruntons à Dominique Schnapper (1998) le concept de « collectivité historique » pour expliquer la fondation des identités collectives sur des « histoires partagées », fictives ou réelles, et dépassant les « traits raciaux ou ethniques ». Un concept qui convient aux différentes figures de la diversité à Melilla, aussi bien dans leurs narrations publiques que revendicatives.

7 Photographie de José Palazón, président de l’ONG Pro-Derechos de la Infancia (PRODEIN), 22/10/2014.

8 Les images des traversées nocturnes d’immigrés à la frontière supposée entre le Mexique et les États-Unis montrées par l’équipe de Donald Trump, lors de sa campagne présidentielle de 2016, étaient en fait des images des caméras de surveillance de la frontière de Melilla, cf. : https://www.politifact.com/truth-o-meter/statements/2016/jan/04/donald-trump/donald-trumps-first-tv-ad-shows-migrants-southern-/

9 Rien à voir donc avec l’immigration d’origine marocaine, qui vient se mêler à la population de même ascendance, mais de citoyenneté espagnole, habitant l’enclave depuis des générations. En effet, pour encourager le commerce frontalier, un accord entre les deux pays permet aux habitants résidant dans les provinces limitrophes d’accéder dans les enclaves espagnoles sans visa et, aux Espagnols, de faire l’inverse uniquement avec le document national d’identité et sans enregistrement aux douanes. Sans être autorisés à résider, beaucoup de Marocains décident de rester vivre dans l’enclave en se « fondant » dans la population musulmane locale.

10 Abdelhamid Mohamed Hammu, « Un Día de Melilla para todos », Melilla Hoy, 15 septembre 2010.

11 Selon l’un des leaders du collectif, celui-ci n’a pas voulu utiliser un nom berbère ou arabe pour signifier leur appartenance espagnole. Le nom de Collectif musulman fut également un choix pour éviter d’être publiquement désignés « d’origine marocaine » comme ce fut le cas à Ceuta.

12 Pour plus d’informations sur ces évènements et sa résolution voir Planet Contreras (1998) et Belmonte Montalbán (2010).

13 « Cristianos, hindúes, judíos y musulmanes conviven en perfecta armonía en la ciudad de Melilla ». Extrait du verso de la carte gratuite de la ville distribuée dans les points d’information touristique. Le slogan « Melilla, la Ville des quatre Cultures » apparaît quant à lui pour la première fois au début des années 2000, à l’initiative des autorités publiques.

14 « El 72% de la población de Melilla es de origen europeo, el 26% bereber y el 2% judío », Melilla Hoy, 30 septembre 2006.

15 Dans son ouvrage célèbre sur la société industrielle, La convivialité (1973), Ivan Illich définit comme conviviaux les outils qui permettent aux hommes d’agir de façon autonome ; la relation conviviale devient alors « le fait des personnes qui participent à la création de la vie sociale » (Illich, 1973, p. 28). Malgré le contexte thématique différent, la convivencia est aussi une relation créative qui soulève l’idée de l’amour et d’union au groupe et au monde chère à Erich Fromm (2015). Voir aussi Paul Gilroy (2004). Pour un échantillon du débat anglais sur « racism & conviviality », voir Back & Sinha (2016) et https://www.gold.ac.uk/sociology/research/calls-for-papers/conviviality-and-racism/.

16 L’année 1992, marquée par le 5ème centenaire de la « découverte de l’Amérique » et de la fin de la Reconquista chrétienne sur l’Espagne musulmane, offre l’occasion d’une relecture de l’histoire nationale. La question de l’expulsion des Juifs et des Morisques est abordée publiquement au moyen de gestes envers les communautés juives et islamiques, avec qui l’État espagnol signe des accords de coopération, jusque là uniquement réservés à l’église catholique (BOE, 1992 ; Laarbi, 2007). Ce travail de mémoire a lieu alors qu’on célèbre en Espagne les Jeux olympiques de Barcelone, l’Exposition universelle à Séville, et que Madrid est la Capitale européenne de la Culture. Resté jusque-là isolé pendant les années de dictature et en dehors des principales organisations internationales, le pays est propulsé au centre de la scène mondiale.

17 « José Vallés : “El conjunto arquitectónico y humano hacen única a Melilla” », Diario Sur, 28 juillet 2008.

18 http://www.melillamonumental.org/index.php/interculturalidad

19 « Recinto fortificado » et « Modernismo » en espagnol.

20 http://www.melillamonumental.org/index.php/modernismo

21 « Vallés aboga en Bruselas para el ingreso de Melilla en la Réseau Art Nouveau Network », El Faro de Melilla, 26 octobre 2011

22 http://www.melillamonumental.org/index.php/patrimonio-humanidad

23 Par ailleurs, après les attentats du 11/9 en 2001, une « Table interconfessionnelle » (Mesa interconfesional) a vu le jour, réunissant les autorités religieuses dans le but de prévenir tout extrémisme, en affichant l’entente cordiale entre populations.

24 Les Musulmans de Ceuta sont arabophones, tandis que ceux de Melilla sont berbérophones. Localement on parle également de Rifains, les Berbères de la région du Rif marocain.

25 Un traitement qui n’est sans rappeler celui qui a eu lieu en France en 2003 avec l’élection des autorités représentatives islamiques au Conseil français du culte musulman. Le procès de représentation avait alors été vivement promu et encouragé par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur.

26 « Acusan al PP de trazar una “línea” divisoria entre los bereberes y el resto de melillenses », Melilla Hoy, 4 avril 2006.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Depuis 2012, le nombre de chômeurs par trimestre dépasse les 10.000 personnes et atteint les 15.000 en 2015. Source : Instituto Nacional de Estadística (Espagne), « Encuesta de población activa », www.ine.es

30 Selon une étude commandée par la mairie en 2009, 30,8% des foyers sont sous le seuil de pauvreté (50% du revenu moyen net espagnol). Dans les quartiers dits musulmans, ce taux est de 52,8% pour le 4e arrondissement et de 69,5% pour le 5e arrondissement : les deux seuls arrondissements qui dépassent les 50% de foyers pauvres, avec un taux de chômage qui, selon le recensement de 2011, oscille entre 25% et 28% (seules unités administratives à dépasser les 20%). Voir Las condiciones de vida de la población pobre de la Ciudad de Melilla. Un estudio comparativo 1995-2009, Sociópolis, Consejería de Economía, Empleo y Turismo, Ciudad Autónoma de Melilla, 2009, https://eapnmelilla.files.wordpress.com/2011/01/estudio-sobre-la-pobreza-en-la-ciudad-de-melilla.pdf ; Instituto Nacional de Estadística, « Censo de población y viviendas 2011 », http://www.ine.es/censos2011_datos/cen11_datos_resultados.htm

31 Nous avons observé sur le terrain comment les demandes des habitants constituent une forme de pression à leur égard, dans la mesure où elles présupposent la croyance en la capacité d’influer sur la décision publique. Aussi, pour les représentants, il est important de faire comme si leur médiation était indispensable pour obtenir « ce qui est de droit » : un rendez-vous médical, alors qu’il existe un système de santé universel et gratuit ; une « aide familiale » pour laquelle il existe un travailleur social dédié en mairie ; une inscription scolaire, en principe garantie… etc. (Rodriguez-Martin, 2018).

32 Un exemple classique de relation clientéliste de ce type, entre administrations et notables locaux, est remarquablement décrit par Pierre Worms (1966) dans sa célèbre étude sur les préfets. Dans leur capacité à faire transiter ou à bloquer des informations essentielles au fonctionnement d’un système, ces acteurs sont également à rapprocher de la figure du « garde-barrière » (gatekeeper) (Katz & Lazarsfeld, 2006 ; Merton, 1997).

33 Alain Cottereau les définit comme des espaces « dans lesquels l’action collective, opérée au-delà de l’interconnaissance, puisse être mise à l’épreuve selon des procédés d’interaction face à face, en recourant, au besoin, à des autorités accessibles » (Cottereau, 1992, p. 269).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Logotypes d'entités publiques mettant en jeu les « Cultures » de Melilla
Légende De gauche à droite et de haut en bas : logotype sur les brochures touristiques (1) avant 2002 et (2) après 2002 ; (3) logotype de la Route des Temples (2007) et (4) logotype de l’Institut des Cultures de Melilla (2008).
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/10774/img-1.png
Fichier image/png, 277k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eduard Rodríguez-Martín, « « Des emplois pour les Musulmans ! ». Les péripéties clientélistes d’une politique locale de promotion de la diversité à Melilla », SociologieS [En ligne], Dossiers, Politiques de la diversité, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/10774

Haut de page

Auteur

Eduard Rodríguez-Martín

École des Hautes études en Sciences sociales (EHESS), Paris, France - eduroma@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page