Navigation – Plan du site
La sociologie à l’épreuve des figures de la singularité

Le singulier, le pluriel et le général

L’espace public à l’épreuve des figures de la singularité
The singular, the plural and the general. Public space proof against the figures of singularity
Laurence Kaufmann

Résumés

Cet article se propose de distinguer les processus d’individuation, d’individualisation, de personnification et, enfin, de personnalisation, que doit parcourir tout individu pour devenir une « personne ». Dans un tel cadre, la singularisation est une étape supplémentaire, souvent paradoxale, puisqu’elle risque à tout moment de priver les « personnalités » qu’elle a hissées au sommet de l’attention publique de toute « corrélation de personnalité ». Cela étant, la plupart des figures de la singularité gardent les propriétés d’un Janus bifront qui leur permet d’échapper en partie à une telle dépersonnalisation. Alors que l’une de leurs faces est générale et typificatrice, l’autre face laisse deviner, derrière le voile de la généralité, un supplément de sujet qui ne peut être réduit au statut d’espèce ou de « membre de » (un héros, un génie, un artiste, etc.). Dans la mesure où les figures de la singularité fournissent au public qui les admire, les dénigre ou les rejettent des prises dramaturgiques et narratives pour se réfléchir, elles ne sont pas, en tant que telles, une épreuve pour l’espace public démocratique. Elles le deviennent, en revanche, lorsqu’elles délaissent le registre de la représentation pour celui de l’incarnation ou de la dépersonnalisation et abandonnent, par là même, le statut de « personne morale ». C’est le cas des deux figures extrêmes et antinomiques sur lesquelles s’attarde ce papier, celle, hyper-singulière, du Président américain Donald Trump et celle, anonyme, du collectif hacktiviste « Anonymous ».

Haut de page

Texte intégral

« Nous venons au monde comme individus, nous assumons un personnage, et nous devenons des personnes » (Park, 1950).

Avant-propos 1

  • 1 Même si le nom d’auteur est par définition un processus de singularisation, il me faut préciser ici (...)
  • 2 Hommage populaire à Johnny Halliday en l’église de la Madeleine, 09.12.2018 : http://www.elysee.fr/ (...)

1Fin 2017 et début 2018, deux figures singulières ont réuni la nation française sous l’égide de son représentant, le président Emmanuel Macron. L’une d’entre elles est une figure d’attachement, celle du chanteur Johnny Hallyday, décédé en décembre 2017 au terme d’une longue maladie. À force de dire « nos misères et nos bonheurs », dit Emmanuel Macron dans son hommage national 2, « Johnny » est non seulement « entré dans nos vies » mais il est devenu une présence indispensable, un membre de notre famille, un « ami », un « frère ». Mais la présence de Johnny – prénom qui indique le degré de proximité et d’appropriation dont sa personne a fait l’objet – ne se réduit pas à cette cohabitation intime. Car si Johnny appartient « à son public », un public qui se décline en une multitude d’admirateurs qui le portent, chacun à sa manière, « dans son cœur et dans sa vie », il est en dernière instance « une part de nous-mêmes » en tant que « peuple uni ». Ultimement, en effet, Johnny est « une part de la France » : dépassant « les générations » et « tout ce qui divise la société », il permet à la « nation » de se réunir comme « un peuple uni autour d’un de ses fils prodigues ». Une telle effervescence émotionnelle « est authentique »: « elle ne triche pas », continue Emmanuel Macron, « elle ne pose pas ». « Elle est de ces énergies qui font un peuple ».

2En mars 2018, c’est une toute autre figure que vient célébrer, au nom de la France, le président Macron, celle de la figure héroïque du policier Arnaud Beltrame, tué par un djihadiste après avoir volontairement pris la place d’un de ses otages 3. Une telle figure, dit Emmanuel Macron, est celle de la « grandeur », de la « transcendance » et de « l’exemplarité » de celui qui « accepte de mourir pour que vivent des innocents ». Si une telle grandeur, qui lui « valait l’estime de ses chefs, l’amitié de ses collègues et l’admiration de ses hommes » « irradiait de sa personne », elle ne lui appartenait pas tout à fait, toutefois. « Il avait juré de faire corps avec un idéal plus grand et plus haut » et « cet idéal, c’était le service de la France ». Faisant « face à l’agression islamiste, face à la haine, face à la folie meurtrière », Arnaud Beltrame, continue Emmanuel Macron, a rappelé « l’esprit français de résistance », « qui est l’affirmation suprême de ce que nous sommes, de ce pour quoi la France toujours s’est battue, de Jeanne d’Arc au Général de Gaulle ». Avec Arnaud Beltrame, « le courage, le sens de l’honneur, l’amour de la patrie » retrouvent « un visage » et « une épaisseur » qui suscitent « la reconnaissance, l’admiration et l’affection de la Nation toute entière ».

3En un raccourci saisissant, le discours présidentiel met en évidence, de la manière formelle et politiquement intéressée qui est la sienne, plusieurs traits que ces deux figures ont en commun. Premièrement, si la singularité s’oppose à la pluralité, elle ne s’oppose pas à la généralité car un être qui apparaît dans les lumières publiques ne reste jamais singulier. En apparaissant sous le regard ou en référence à un public de spectateurs, réel ou imaginé, il bascule nécessairement dans un autre régime d’existence. Autrement dit, le jugement public n’en reste jamais au cas particulier : en tant que « jugement réfléchissant », il trouve toujours le moyen d’induire le général à partir du particulier, de saisir dans un événement ou un individu ce qui peut le rendre exemplaire (Arendt, 1991 [1977]). Le singulier, quand il est « extraordinaire », instancie des catégories génériques et des principes normatifs qui le dépassent et qui donnent prise à de multiples ressaisies, narratives et dramaturgiques. Deuxièmement, bien que l’être singulier s’oppose au commun et se distingue de tous ceux qui se contentent de « faire être ordinaire » (« doing being ordinary ») (Sacks, 2003 [1984]), il ne s’oppose pas au collectif . En effet, comme le montre Nathalie Heinich, il n’y a « pas de grand singulier sans une communauté pour témoigner de sa grandeur » (Heinich, 2018). Si « le régime de singularité » se distingue du « régime de communauté » (Heinich, 1991), c’est qu’il s’en détache comme une figure se détacherait d’un fond qui lui permet de saillir, d’attirer le regard et d’éveiller l’admiration. Ce n’est d’ailleurs pas seulement une relation gestaltique qui relie le grand singulier et la communauté qui le soutient ; c’est aussi une relation de constitution mutuelle. À la croisée de l’élévation morale et de la réappropriation politique, les êtres singuliers permettent paradoxalement d’« augmenter » la communauté, de la transfigurer en une totalité qu’elles rendent tangible, préhensible et surtout aimable.

4Au terme de ce bref avant-propos, qui partait de la singularité, nous voilà parvenus à la généralité, à la communauté et à la publicité – autant de termes qui demandent à être dépliés de manière aussi concise que possible. Pour ce faire, nous procéderons en plusieurs étapes. Dans un premier temps, nous reviendrons sur le lien potentiellement épineux entre singularité et sociologie que suggère le titre de ce Dossier « La sociologie à l’épreuve des figures de la singularité » (Cabin & Linder, 2019). Dans un deuxième temps, nous opposerons aux conceptions délibératives de l’espace public, qui font de la suspension des identités la condition de félicité ultime du vivre-ensemble démocratique, une conception phénoménologique de la scène publique et des figures singulières qui la « peuplent ». Dans un troisième temps, nous reviendrons sur le travail de totalisation qu’opèrent les différentes figures de la singularité – une totalisation non pas procédurale ou délibérative mais dramaturgique, qui redonne chair au social et rend la « communauté imaginée » un peu moins imaginée. Enfin, notre quatrième et dernière partie portera sur les contraintes normatives qui pèsent sur la représentation des grands singuliers dans l’espace public. Pour ce faire, nous nous attarderons sur les conséquences politiques de leur transgression par deux figures extrêmes et antinomiques, celle – hyper-singulière – du Président américain Donald Trump et celle – anonyme – du collectif hacktiviste « Anonymous ».

Le singulier : une épreuve pour la sociologie ?

  • 4 Sur l’invention de la sociologie par l’abbé Sieyès – et non pas, 50 ans plus tard, par Auguste Comt (...)

5Si les « figures de la singularité » sont une « épreuve pour la sociologie », c’est qu’elles semblent contrevenir à la mission que la sociologie s’est fixée depuis ses origines. En effet, dès son invention, dans les années 1790, en tant que « science de l’ordre social » par l’abbé Sieyès, la sociologie se propose de reconstituer les mœurs, les habitudes collectives et les manières accoutumées d’être, de penser et de faire qui sont enracinés dans le monde commun du langage et des pratiques 4. En tant que telle, la sociologie tend à privilégier l’individu probable ou l’homme moyen que des procédures arithmétiques et des distributions statistiques permettent d’esquisser, à la croisée de la physique sociale et de la statistique morale. L’être de propensions ainsi reconstruit n’a pas d’existence concrète : il ne bénéficie que d’une existence nominale dont la fonction est uniquement heuristique. Dans un tel cadre, parler de singularité suggère un véritable renversement de perspective : par-delà l’individu fictif et désincarné, il s’agit de retrouver l’individu réel, l’être en chair et en os, qui est susceptible d’infléchir la trajectoire sociale à laquelle les structures institutionnelles et les tendances culturelles le prédestinent.

6Cela étant, ce n’est pas n’importe quel individu réel que privilégie l’enquête sociologique sur les figures de la singularité. L’individu en question n’est pas l’être biologique dont l’identité singulière est garantie par un code génétique, des signes corporels et des empreintes digitales parfaitement idiosyncrasiques (Guillo, 2006). Il n’est pas non plus l’individu normal dont la conformité intérieure – et non seulement extérieure – est assurée par les diverses « techniques de soi », tout à la fois réflexives, introspectives et disciplinaires, qui sous-tendent « l’anatomie politique » moderne (Foucault, 1986). L’être singulier que privilégie l’enquête sur les figures de la singularité est l’être de renom qui est parvenu, au terme d’un processus de singularisation, à échapper à la seule dualité du normal et du pathologique, du conforme et du difforme. La singularité est donc une conquête, le résultat temporaire et fragile d’un processus social et politique de différenciation et de distinction dont il s’agit de faire la sociologie.

La personne comme processus

7Pour mesurer toute l’ampleur du processus dont le singulier est l’aboutissement, il faut d’abord distinguer les quatre processus qui le précèdent nécessairement, à savoir l’individuation, l’individualisation, la personnification et enfin la personnalisation. Le processus d’individuation consiste à identifier un individu au sens logique d’un « particulier de base », identifiable par une description définie comme étant l’élément d’un ensemble catégoriel (e.g., être humain, Américain, locataire, âgé de plus de 30 ans, citoyen de tel pays, etc.) (Strawson, 1973 [1959]). Avec le processus d’individualisation, cet individu abstrait, qui relève d’une logique d’équivalence de type ensembliste, fait place à une entité unique et relativement stable, aussi bien dans l’espace que dans le temps. Ainsi individualisé, l’individu n’est plus seulement le membre d’une catégorie définie de manière exogène ; il répond à un désignateur rigide, en l’occurrence un nom propre, qui permet de désigner avec constance un être unique et indivisible. Contrairement aux apparences, toutefois, l’acte de nomination ne se contente pas « d’identifier » un individu ; il le « classe » dans une chaîne de transmission généalogique qui permet de le compter comme le membre d’un système de parenté et, plus largement, comme le membre d’une communauté (fils de, sœur de, etc.) (Lévi-Strauss, 1962). Si l’individu « individualisé » ne se réduit pas à l’identité catégorielle que le processus d’individuation met en exergue, il ne parvient donc pas, du moins pas encore, à s’élever à la hauteur de l’identité substantielle et auto-suffisante que fait miroiter le nom propre. Car l’identité dont il dispose est éminemment relationnelle : elle renvoie à une valeur différentielle de position dans un système de filiation préétabli, au point de croisement d’un faisceau de classifications multiples et interdépendantes, bref à une place dans le monde social (Kaufmann, 1999).

  • 5 Sur la neutralisation morale que produit le défacement (defaceness of the stranger), voir Bauman (1 (...)

8Si la différenciation entre l’individuation catégorielle et l’individualisation nominative importe, c’est que, dans certaines situations, les individus perdent leur nom propre, rebasculant dans l’ensemble abstrait des « sans-nom » et des « sans-visage », que ce soit l’ensemble des « anonymes », des « clandestins » ou des « reclus », qui sont privés, comme le rappelle Fabienne Malbois (2019), de toute « reconnaissance-identification » et, potentiellement, de toute attention morale et politique. Les frontières de la communauté sociale s’arrêtent là où les noms propres s’estompent, dessinant la démarcation entre le « nous » des appartenants et « les autres » – les inconnus, les méconnus, les vagabonds, bref les étrangers (Bromberger, 1982). La nomination, qui inscrit l’individu dans un ordre symbolique et social, n’est donc pas accessible à tout un chacun – comme le montre l’atteinte au nom propre qui caractérise, sans exception, les régimes totalitaires, les institutions totales et les politiques ethnicistes, sexistes ou racistes. En arrachant à certains êtres humains le masque protecteur de l’identité civile et juridique, de telles institutions les réduisent « à la vie nue », à « une vie organique », qui les prive du droit de figurer dans une généalogie familiale et culturelle (Arendt 1990 [1951]). La dénomination manifeste ainsi le grand partage entre ceux qui ont le droit d’avoir un nom propre et la masse interchangeable et homogène des anonymes qui, une fois « défacés », sont synonymes de cécité émotionnelle et de torpeur morale 5.

  • 6 L’on pourrait s’étonner de ne pas voir reprise ici la célèbre distinction que propose Georg Herbert (...)

9Bien que le processus d’individualisation auquel procède le nom propre est essentiel puisqu’il inscrit l’individu dans une communauté, il reste en partie une « description cachée », celle d’une structure et d’un système de classement social (Molino, 1982). Par rapport à un tel processus, celui de personnification effectue un pas de plus : il permet aux acteurs ordinaires de tenir un rôle de manière appropriée et intelligible « aussi bien sur la scène que dans une conversation courante » (Hobbes, 1651). Dans le registre théâtral, où il désigne le port d’un masque, aussi bien que dans le registre juridique, où il renvoie à une abstraction, celle d’un suppôt de droits et d’obligations (la personne du « père de famille », du citoyen, etc.), le « persona » est un « double » fictif, une représentation artificielle de l’individu réel, empirique (Mauss, 1938 ; Thomas, 1998). Dans la vie sociale, cette doublure fictive régule la proximité et l’ordonnancement des corps, le maintien réciproque de la « face » publique et la reconduction relativement apaisée des asymétries sociales (Goffman, 1973 [1971]). Mais les types de personnification, socialement prédéfinis, qui servent ainsi à figurer et à mettre à distance les corps, ne se contentent pas de désamorcer les risques de la co-présence et d’assurer la coordination des actions réciproques. De manière paradoxale, la personnification relativement distante de la pluralité des « personnages » que l’acteur met en scène est également ce qui dessine les contours de la « personne » qu’il n’est pas ou, du moins, pas encore. Une dramaturgie bien réussie permet à l’acteur de jouer pleinement son rôle tout en faisant miroiter le surplus de sujet qui, en arrière-fond, le déborde : « je ne suis pas que parent, que médecin, que femme, etc. », suggère en substance l’acteur goffmanien. La réappropriation en première personne des masques personnifiés sur la scène sociale initie ainsi un processus de personnalisation : le « persona », qui désigne le fait d’« avoir » un rôle ou de « porter » certaines qualités, cède la place au fait d’« être » une personne. Le rôle théâtral et le statut juridique du « personnage » s’amenuisent pour laisser place à un sujet moral et psychologique qui se positionne en première personne 6.

  • 7 La description des épreuves interactionnelles mentionnées ici est inspirée des entretiens dont la t (...)
  • 8 Sur cette belle notion de « reposité », cf. Piette (2009).

10Si le passage par la pluralité des personnages est indispensable, c’est qu’il permet à l’individu d’instancier plusieurs identités sociales et de s’inscrire dans différents registres d’activité. Sans une telle pluralité, le sens de soi se rétrécit au point de se crevasser ou de se dissoudre – ce dont témoigne l’expérience tragique des personnes défigurées que décrit si bien Marie Le Clainche-Piel (2018). En effet, l’étonnement, la peur ou la sidération que suscite leur visage altéré les ramènent sans cesse à leur histoire personnelle, qu’elles sont sommées d’expliciter à tout instant 7. Les individus défigurés se voient ainsi refuser le droit de faire l’objet de l’inattention civile qui réinsuffle de l’indifférence mais aussi de la « reposité » dans les interactions 8. Constamment rabattus dans l’univers des corps par le regard public, indûment singularisant, qui les poursuit, ils se voient refuser le droit de jouer plusieurs personnages et de se re-présenter de manière distante et impersonnelle. Leur identité désocialisée leur collant littéralement à la peau, ils se trouvent privés de la possibilité même de « pluraliser », sous un mode dramaturgique, leur mode d’existence.

11La « dépluralisation » brutale du moi et l’interdit du masque social que subissent les individus défigurés rendent particulièrement saillante, me semble-t-il, la nécessité d’une étape intermédiaire, celle de la personnification, dans le processus qui va de l’individualisation à la personnalisation : la personne résulte de la réappropriation, par l’acteur, des masques qu’il porte et qui le portent. Le personnage constitue ainsi « un opérateur conceptuel pour atteindre la personne », cette dernière ne pouvant être appréhendée que « comme un personnage ou à travers ses personnages » (Lenain & Wiame, 2011). La personne étant le résultat d’un processus de personnalisation qui permet ou oblige l’acteur à se réapproprier suffisamment ses personnages pour se poser comme un « sujet », son statut dépasse la seule question nominative et référentielle – « qui est-ce ? » – qui relève de l’état civil et du nom propre. Son statut permet aussi de dépasser la seule question descriptive et « régionale » du personnage – « à quel titre a-t-il accompli cette action ? » – au nom duquel l’action a été effectuée dans telle ou telle situation. En effet, le processus de personnalisation permet d’entamer une enquête psychologique et existentielle, à la première ou à la troisième personne – « Qui est-il ou qui suis-je vraiment ?» – qui relève de l’identité narrative et de la synthèse des personnages dont dépend le « maintien de soi » à travers le temps (Ricoeur, 1990 ; Descombes, 2014).

12Bien entendu, ces états de la personne, que je présente sous un mode séquentiel, ne sont pas une succession de conquêtes irréversibles. Il y a toujours la possibilité de « rétrograder » d’un état ultérieur à un état antérieur selon les situations. Ainsi, si l’individualisation par le nom propre est une forme de reconnaissance, celle d’un être comme étant digne d’être identifié et nommé, elle n’est jamais acquise une fois pour toute. Tout un chacun peut retomber dans l’anonymat et être fondu dans une masse impersonnelle, dans une catégorie d’êtres interchangeables et équivalents. Une telle désindividualisation n’est pas problématique en soi. Elle ne l’est pas, en particulier, dans les situations où l’anonymat est une propriété de la situation qui s’impose à tout un chacun. Ainsi, l’espace public urbain est, par définition, un lieu impersonnel où des étrangers sans nom se croisent sans cesse et se traitent pourtant de manière parfaitement civile (Stavo-Debauge, 2018). Il s’agit donc de soigneusement distinguer les individus qui n’ont pas de nom mais pourraient en avoir un parce qu’ils sont les membres virtuels de la communauté – tels les passants inconnus – et ceux qui se voient refuser l’appartenance et donc l’individualisation nominative à laquelle ils auraient, en tant qu’êtres humains, moralement et politiquement droit.

13Par ailleurs, ces différents « états de la personne » ont pour ainsi dire deux « faces », une face auto-attributive et une face hétéro-attributive, reliées par des relations dialectiques que nous n’aurons pas le temps de déployer ici. La face auto-attributive dépend de la manière dont l’individu lui-même se positionne dans une situation ou une interaction, en tant que membre d’une catégorie ou d’un ensemble (e.g., homme marié habitant la campagne), en tant que suppôt d’un nom propre (e.g., je m’appelle x ou y), en tant que dépositaire d’un rôle (e.g., ingénieur, mère au foyer, joueur de football, etc.) ou en tant que personne particulière et unique (e.g., moi, je trouve que). La face hétéro-attributive renvoie à ces mêmes qualifications lorsqu’elles sont imposées par un regard extérieur – un regard de plus ou moins large portée et de plus ou moins longue durée. Ces différents « états de la personne » sont imposés ou proposés, assignés ou revendiqués, validés ou invalidés, bref accomplis en fonction des situations et de leur structure de pertinence.

14Tout en gardant à l’esprit ces différents états et leur vulnérabilité potentielle, il est temps à présent de nous pencher sur le processus supplémentaire qui nous intéresse ici, celui de la « singularisation ».

Quand « la personne » devient « une personnalité »

  • 9 Il nous faut préciser ici que nous ne recourons pas exactement au même lexique que Nathalie Heinich (...)

15Le processus de singularisation renvoie, comme le propose Nathalie Heinich (2011), à la transformation de la personne en « personnalité », au sens d’un être que son importance sociale rend exceptionnel et, littéralement, extra-ordinaire ou hors du commun 9. La personnalité publique, qu’elle soit artiste, vedette, monstre ou génie, est « montée en singularité », creusant l’écart qui la sépare de la masse de ceux dont, désormais, elle se distingue (Heinich, 1991). Une telle montée en singularité articule le corps naturel de l’acteur avec le personnage fictif qu’il re-présente de manière à esquisser un troisième « corps », celui de la « personnalité » (Heinich, 2011). Ce « troisième corps » hypertrophie la tension potentielle entre « la personne » et « le personnage » qui menace tous les acteurs ordinaires. D’une part, en effet, la personnalité publique tend à revendiquer l’unicité de « sa personne » avec excès, sinon auto-suffisance, niant tendanciellement le poids des déterminations sociales et des appartenances culturelles qui attachent ou engluent le commun des mortels. D’autre part, la personnalité publique paie le prix de sa renommée ou de sa re-nomination en redevenant sans cesse « le personnage » d’une histoire qui lui échappe en grande partie. Car si toute nomination relève, on l’a vu, d’une classification, a fortiori la re-nomination qui frappe les « gens de renom » fait elle aussi œuvre de classification et de figuration (Lévi-Strauss, 1962 ; Rueff, 2011). Ressaisi par un public en partie imprédictible, le re-nom se caractérise par une flexibilité sémantique telle qu’il en devient un nom impropre, un « détachable » soumis à des processus de circulation et de resémiotisation qui le font constamment osciller entre plusieurs régimes de réalité et divers types d’usage. Le nom propre ou le re-nom n’est plus ici le garant d’un procès de personnalisation, ni même d’individualisation. Au contraire, comme le montre Antoine Lilti à partir du cas paradigmatique de Jean-Jacques Rousseau, le nom célèbre, « le plus singulier vecteur d’identité personnelle », devient, une fois médiatisé, « le signe d’une douloureuse dépossession », d’une profonde aliénation (Lilti, 2010, p. 92). L’opération de nomination à la seconde puissance qu’est le re-nom transforme « la personne » de la personnalité en un « personnage » qui, à force d’osciller au gré des discours dont elle fait l’objet, perd la maîtrise de sa figuration.

  • 10 Sur cette notion d’aliénation de la représentation, cf. Lilti (2010).
  • 11 Pour une belle réflexion sur la dimension esthétique de la vie sociale, qu’elle appelle l’aisthesis (...)
  • 12 La « pragmatique de la reconnaissance » des personnalités publiques que décrit Florence Malbois s’a (...)
  • 13 Cette montée en singularité est donc à maints égards paradoxale puisque « la sémiose publique » pro (...)
  • 14 L’affaire à laquelle nous faisons allusion a été déclenchée par la parution en février 2013 d’un ré (...)
  • 15 Cette tentative de renomination, lancée en juillet 2014 par Dominique Alderweireld, alias « Dodo la (...)

16Cette perte de maîtrise est particulièrement flagrante lors de la célébration de la figure d’attachement de Johnny Hallyday et de la figure héroïque d’Arnaud Beltrame dont nous sommes partis. En n’étant plus que les objets ou les patients d’une expérience et d’un discours publics qui leur échappent définitivement, de telles figures attestent, sous le mode extrême qui est celui de l’absence irrévocable, le risque de dépossession et d’aliénation qui menace tout travail de figuration 10. En effet, tout un chacun est contraint d’exposer sa « face » sociale, par définition vulnérable, aux jugements d’autrui sans pouvoir en maîtriser les interprétations (Goffman, 1973 [1971]). Mais ce processus de sémiotisation sociale, qui renvoie au réglage minutieux des rituels de face-à-face et à l’identification mutuelle des statuts qui soutiennent l’ordre de l’interaction 11, change de nature lorsqu’il monte en publicité et bascule sur la scène médiatique. Alors que la « sémiose sociale » relève de l’ordre spéculaire et spectaculaire de l’apparence et du jugement mutuels, ce que l’on pourrait appeler la « sémiose publique » instaure une asymétrie relationnelle, par définition non réciproque, entre un être singulier et le public qui s’y rapporte. Cette sémiose publique se caractérise par deux propriétés essentielles. D’une part, elle établit un « écart de grandeur » entre l’unicité de la personnalité « reconnue » et la multiplicité des sujets qui la « reconnaissent » (Heinich, 2012). Par définition multi-forme et multi-site, la sémiose publique peut aller jusqu’à dissocier ce qui est généralement associé dans la sémiose sociale : le nom propre et le visage. Comme le relève Fabienne Malbois (2019), la communication médiatique a le pouvoir de disloquer le visage et le nom de la personnalité publique, le visage se présentant sans le nom, ou sous une pluralité de noms, ou le nom tardant à avoir un visage 12. D’autre part, la sémiose publique propre à la re-nomination altère le nom propre et le dote d’« attributs quasi-catégoriels » dont il est à la fois le symbole et « l’index » (Gonzalez & Skuza, 2011) 13. Une telle catégorisation peut être le signe de l’élévation ultime, le nom propre devenant l’emblème d’un idéal normatif, comme l’indiquent les noms-catégories tels que « Flaubert », « Mozart » ou « Bocuse » (e.g. « il est le Flaubert du rap »). Mais la catégorisation peut être aussi le signe d’une régression statutaire, la « personnalité » étant « rétro-gradée » au stade de la personnification, sinon au stade de l’individuation purement catégorielle. C’est ce qu’illustrent fort bien les dé-figurations publiques du politicien français Dominique Strauss-Kahn. Avec l’affaire Marcela Iacub, l’expropriation de son nom propre, déjà symbolisée par sa re-nomination sous le label « DSK », revêt la forme d’une mise à mort symbolique : dans les débats publics, il n’est plus que l’exemplaire d’une catégorie, celle de l’« homme-cochon » (Kaufmann & Malbois, 2015) 14. Sa déchéance identitaire ne s’arrête d’ailleurs pas à cette bestialisation catégorielle ; DSK, lorsqu’il devient les initiales d’une maison close, en l’occurrence le « Dodo Sex Klub » 15, est littéralement transformé en état de chose.

17Une fois esquissé le type de re-nomination et de re-sémiotisation, synonyme de reconnaissance mais aussi, paradoxalement, de méconnaissance, qui accompagne l’apparition publique des personnalités, l’on peut s’interroger sur les conséquences de cette apparition sur l’espace public en général et sur sa théorisation en particulier. Car si la singularité, une fois redéfinie comme la résultante d’une série de processus sociaux, n’est plus une épreuve pour la sociologie, elle semble rester, en revanche, une épreuve pour l’espace public démocratique.

Vers une phénoménologie de l’espace public

18Pour la plupart des théoriciens de l’espace public, le singulier est appréhendé comme l’inverse du général, du collectif et donc du politique. Ainsi, pour Jürgen Habermas (1992 [1962]), l’espace public est l’espace de délibération, en principe accessible à tout un chacun, qui permet à un collectif de sociétaires de déterminer les normes qui régissent leur coexistence et d’établir un accord, rationnel et librement consenti, qui soit conforme à l’intérêt général. Normativement parlant, cette définition de l’espace public est donc très exigeante : elle suppose qu’il n’existe qu’une seule bonne manière de se rapporter les uns aux autres, celle, propre au régime de Publicité, de l’argumentation, de l’enquête et du jugement critique. Le problème est qu’un tel maximalisme normatif risque de compromettre la portée descriptive du concept d’espace public et la compréhension de la réalité sociohistorique qu’il vise à saisir. En faisant de l’espace public l’espace d’une citoyenneté abstraite et a priori anonymisante, un tel maximalisme conduit nécessairement à une évaluation négative de la vie publique contemporaine : le Public majuscule et l’espace public rationnel qu’Emmanuel Kant et ses successeurs ont si bien articulés sont nécessairement introuvables, inopérants, impraticables ou imparfaits.

Soutenir la communauté imaginée

  • 16 Sur ce beau concept de hantise, cf. Stavo-Debauge (2010).
  • 17 Certes, quand Hannah Arendt délaisse la métaphore de la « scène d’apparition » pour celle de « la t (...)

19La conception tout à la fois restrictive et désincarnée de l’espace public témoigne d’une « hantise » politique et scientifique 16 : celle de la représentation, au sens de la mise en scène narrative et dramaturgique de la totalité sociale et des repères fondamentaux de la vie en commun. En opposant participation démocratique et représentation dramaturgique, une telle hantise tend à nier l’un des traits constitutifs des « communautés imaginées » que sont les sociétés modernes : contrairement aux sociétés d’interconnaissance marquées par des interactions de face-à-face, elles sont des rassemblements à distance que seul le travail de l’imagination permet de saisir (Anderson, 1983). Elles doivent être rendues tangibles et préhensibles par des techniques iconiques, narratives ou statistiques qui permettent la participation médiate de tous à la « fiction de la totalité » (Peters, 2001). Loin d’être l’apanage d’une époque médiévale révolue, la dramaturgie publique est donc une nécessité ontologique des sociétés à large échelle auxquelles la participation civique symétrique et la délibération, sobre et austère, que le modèle normatif de Jürgen Habermas met en évidence n’est guère adaptée. En effet, lorsque le nombre de participants à une délibération grandit, il arrive inéluctablement un point où s’instaure une asymétrie entre les êtres qui ont accès à la scène publique et ceux qui n’en sont que les spectateurs. Or, si l’on suit Hannah Arendt (1991 [1977]), une telle distance et une telle asymétrie ne menacent pas en tant que telles la démocratie ; la mise en retrait du spectateur ne l’exclut pas nécessairement de la sphère publique citoyenne. Au contraire, le point de vue désintéressé mais concerné du spectateur est plus impartial que celui de l’acteur ; alors que ce dernier est absorbé dans ses agissements, le spectateur est suffisamment distant pour garder sa faculté de juger et porter le sens ultime de l’événement (Arendt, 1991 [1977]) 17.

20Une fois avalisée la distance sociale et politique qui sépare les acteurs et les spectateurs, les représentants et les représentés, se dessine une approche plus phénoménologique de l’espace public. Moins normative, une telle approche permet d’éclairer la manière dont les êtres individuels et collectifs prennent forme et sens au moment de leur apparition sur la scène publique – apparition qui requiert, comme le suggère Louis Quéré, deux processus complémentaires. D’une part, le processus de figuration qui permet de doter d’une forme, d’une individualité et d’une identité, bref d’une « physionomie » les acteurs, les actions, les événements et les problèmes sociaux qui apparaissent sur la scène publique. D’autre part, le processus d’appropriation, par un « public de spectateurs », des performances publiques qui sont ainsi soumises ou imposées à sa capacité de perception, à sa faculté de juger et à son « intérêt pour la chose publique » (Quéré, 1992). Appréhendé dans cette perspective, l’espace public est moins le lieu de l’auto-abstraction d’un public de citoyens rationnels qu’un espace d’apparition et de représentation dans lequel la communauté et les orientations de la vie en commun prennent corps et font l’objet d’une (re)saisie sensible par un public plus ou moins concerné. Afin de mieux comprendre les enjeux d’une telle apparition, il nous faut déplier le pouvoir littéralement constituant de la représentation et de la figuration, prise ici dans le double sens, déjà présent dans le figura latin, de la mise en scène théâtrale et de la « forme » sensible.

La représentation constituante : entre délégation et figuration

21Avec la modernité politique, le régime d’incarnation, qui permettait à un seul corps, celui du souverain, d’« incorporer » le corps théologico-politique de la communauté, fait place à un régime de représentation dont la portée est ontologique : la représentation fait désormais advenir à l’existence une abstraction nominale, une fiction artificielle, celle d’un peuple uni (Mineur, 2010). Dans les sociétés qui reposent sur l’auto-constitution du peuple souverain, le peuple ne précède donc pas sa représentation : il est constitué comme sujet politique par le dispositif de la représentation, qui a pour tâche de transformer le « multiple » social en « unité » politique (Rosanvallon, 1998). Une fois disloquée la métaphysique réaliste qui faisait de la communauté politique une totalité organique et pesante, le dispositif de représentation a une fonction éminemment palliative. Tout en prenant acte du lien nominal qui relie désormais les individus, il doit dessiner les contours, nécessairement inachevés et toujours révocables, d’un monde commun (Kaufmann, 2010).

  • 18 Sur cette distinction entre « médiateurs » et « intermédiaires », voir notamment Latour (2005).

22Loin de se réduire au seul acte de délégation politique, privilégié par nombre de penseurs de la modernité, la représentation opère selon deux grandes logiques, la logique de la députation ou de la « lieutenance » et la logique de la figuration ou de la mimésis (Revault d’Allonnes, 2016). La première modalité est de facture juridico-politique : elle renvoie à l’acte de délégation par lequel le peuple autorise ses représentants à parler en son nom. Éminemment moderne, une telle acception de la représentation repose sur la distinction fondatrice, déjà présente dans les réflexions de Thomas Hobbes, entre le représentant politique, qui joue le rôle de « l’acteur » sur la scène publique, et « l’auteur » de la représentation, à savoir le peuple lui-même (Hobbes, [1651] 1968). Irrémédiablement dissociés de ce qu’ils représentent, à savoir l’opinion du peuple qu’ils sont censés exprimer et mettre en scène, les représentants sont autorisés à personnifier le peuple, qui est l’auteur et le seul responsable de leurs paroles et de leurs actes. Tel l’acteur de théâtre qui joue un rôle et énonce des paroles dont il n’est pas l’auteur, les représentants politiques doivent se contenter d’être les humbles porte-parole, les « intermédiaires » fidèles du peuple qu’ils re-présentent – et non pas les « médiateurs » qui déforment ou traduisent la voix dont ils se font les relais 18. Afin de maintenir le pouvoir comme un « lieu vide », qui appartient à tout un chacun et ne peut être monopolisé par des individus ou des groupes particuliers, les représentants doivent ainsi laisser la scène publique symboliquement accessible à tous les citoyens dignes de ce nom (Lefort, 1980). Normativement parlant, la relation de représentation est donc une « relation de ventriloquie » (Cooren, 2010) : le représentant porte la parole du peuple qui, grâce à lui, parle d’une seule voix.

23Cela étant, le dispositif juridique et politique de la députation qui permet au peuple d’advenir à l’existence comme unité politique n’épuise pas le régime de la représentation moderne. Ce dernier inclut également le dispositif dramaturgique de la figuration, qui relève de la « mimésis », de l’image, du visible, de l’intensification et de l’exhibition de la présence (Crignon, 2005). Or, sous l’angle de la mimésis, la représentation change de statut : tout en faisant advenir à l’existence le peuple-un qu’elle met en scène et appelle de ses vœux, elle gagne en présence, elle prend de l’épaisseur et de l’opacité. Délaissant le degré zéro du figuratif qui sous-tend l’idéal de transparence et de neutralité du porte-parole, la représentation-figuration se met à exister, tout au moins partiellement, pour elle-même (Ricœur, 1975). C’est donc l’autre destin du signe que la représentation-figuration explore : de l’intermédiaire transparent qui se veut invisible, elle passe à une médiation partiellement opaque, faite de personnages, de signes, de gestes, d’émotions, de connotations, bref de toute une texture sémiotique qui permet à la multitude de se raconter et de se réfléchir.

24Au terme de ce parcours, l’on voit que la représentation ne se réduit pas à un processus juridico-politique squelettique et quelque peu aride. La figuration qui permet de présentifier le grand absent qu’est le peuple sur la scène politique ne se réduit pas à la dyade théâtrale « auteur/acteur » et à la relation de ventriloquie si bien explorées par Thomas Hobbes. La figuration imaginative ne met pas seulement en œuvre une dyade mais, comme le relève Myriam Revault d’Allonnes (2016), une triade relationnelle, celle de l’« auteur/acteur/spectateur ». En effet, le théâtre fictionnel comme la dramaturgie politique resteraient lettre morte sans la contribution active des spectateurs qui « se représentent » et « se reconnaissent » en tant que membres d’une communauté politique mais également en tant que sujets individuels de pensée, de parole et d’action (Revault d’Allonnes, 2016). En d’autres termes, ceux de Christine Servais, la représentation, tout au moins quand elle revêt la forme prospective du « récit », permet de « façonner » un monde dans lequel le spectateur ou le citoyen peut prendre place – un monde peuplé de figures qui « l’interpellent » et auxquelles il peut « répondre » (Servais, 2018).

Les opérateurs singuliers de la totalisation dramaturgique

  • 19 Sur la dissolution des repères de la certitude, cf. Lefort (1980).

25Ainsi réhabilitée comme une forme de participation médiate et réfléchie à la communauté, la relation de représentation permet aux sociétés modernes, qui sont des communautés imaginées et donc invisibles « à l’œil nu », de retrouver une forme tangible et sensible. La communication de face-à-face ne pouvant plus remplir sa fonction d’intégration sociale, ce sont les relations indirectes à des représentations tierces, à des objets attentionnels communs qui permettent aux individus de se percevoir comme les membres d’un seul et même Nous. En présupposant et en représentant l’unité de la collectivité, les dispositifs de représentation effectuent donc un double travail performatif. D’une part, ils accomplissent un processus de totalisation en instaurant, entre les individus dispersés dans des espaces géographiques et sociaux hétérogènes une relation médiate, indirecte, une « ligne brisée », comme le dirait Georg Simmel (1999 [1908]), celle que constitue leur attention conjointe à un objet tiers (un événement, un représentant, une norme, etc.). D’autre part, ils accomplissent un processus d’objectivation, celui d’un monde commun de référence, partageable sinon partagé, peuplé de figures identifiables et reconnaissables. Ce double travail de totalisation et d’objectivation, de type dramaturgique, permet de conjurer la dissolution des repères de la certitude et l’abstraction du social 19. À la fois réflexive et imaginative, la dramaturgie redonne chair au social, instaure de nouveaux foyers d’identification, établit des centres de gravité narratifs et redonne une corporéité symbolique et une épaisseur à la question « qui sommes-nous vraiment ? ». C’est en nous penchant sur ces foyers d’identification, sur ces corps tangibles qui meublent, bon an mal an, l’espace dramaturgique dont Hannah Arendt dessine les contours, que nous allons retrouver les « personnalités » publiques, les « grands singuliers », dont nous sommes partis.

Le défi politique de la figuration

26Parmi les processus dramaturgiques qui permettent de re-présenter la communauté imaginée, les représentants politiques, on l’a vu, sont essentiels. Ce sont eux qui sont officiellement chargés de porter la parole du public qui les a mandatés et de représenter, par leurs personnes, c’est-à-dire de personnifier les citoyens dont ils sont les délégués. En tant qu’acteurs, ils doivent répondre à une double exigence, « délégative » et figurative, qui est potentiellement contradictoire. Leur voix, en effet, est censée être entièrement animée par la volonté du peuple au nom duquel elle s’exprime et qui est en dernière instance l’auteur de leurs paroles. Instruments singuliers et ontologiquement nécessaires de la réalisation du peuple dans « le monde des corps », les mandataires ne peuvent pas s’autonomiser sans menacer le principe de la désincorporation du pouvoir et justifier, par là même, le soupçon constant d’« usurpation » dont ils font l’objet (Bourdieu, 1982 ; Boltanski, 2009). Pour conjurer un tel soupçon, le représentant doit donc dissimuler sa singularité et neutraliser les signes de son appartenance sociale ou culturelle. Ce travail de neutralisation de la singularité devient particulièrement manifeste lorsqu’il est transgressé, comme le montre l’émoi que suscitent, auprès des parlementaires masculins de l’Assemblée nationale, les vêtements trop visibles des rares femmes députées (Gardey, 2015). La présence par trop singulière des femmes révèle au grand jour le fait, politiquement douteux, que les corps génériques, uniformes et prétendument « non marqués » des députés, sont en fait blancs et masculins. Monopolisé par un groupe particulier, en l’occurrence masculin, le pouvoir n’est plus, du coup, un « lieu vide ». L’effacement ou la neutralisation de la singularité à laquelle doit procéder le représentant peut être transgressé de manière encore plus éclatante. Comme le montre Léonore Cabin (2019) avec le cas de Julian Assange, lorsque la personnalité constamment exhibée du porte-parole prend le dessus sur l’institution – en l’occurrence WikiLeaks – qu’il est censé re-présenter sur la scène médiatique, la relation de représentation s’atrophie au profit d’une pure singularité, qui vaut désormais pour elle-même. C’est dire si la frontière entre l’auteur et l’acteur de la représentation, entre le ventriloque et sa marionnette et donc entre la délégation et la figuration enferme les représentants du public dans un dilemme : celui de devoir à la fois préserver l’anonymat qui garantit leur bonne foi et concrétiser la personne morale de la nation dans des figures préhensibles pour le commun des citoyens.

Les figures emblématiques : les prises tangibles de la communauté « connaissable »

27Il existe d’autres représentants, nettement moins officiels, qui permettent de faire redescendre la communauté imaginée dans le « monde des corps » sans soulever les mêmes dilemmes que le corps embarrassant et néanmoins indispensable des députés et des porte-paroles officiels : les figures publiques que sont les artistes, les célébrités et les « people ». L’attention à ces figures singulières, au sens épistémique de « porter son attention à » aussi bien qu’au sens affectif de « se soucier de », oriente l’imagination, ancre la sensibilité et renforce la communion, plus ou moins phatique, des membres de la communauté. Dans les sociétés primaires, disait Gabriel Tarde, « les voix se pèsent » alors que dans les groupes secondaires « les voix se comptent » (Tarde, 1989 [1901]). Voilà que les voix, par le biais des « personnalités », pèsent à nouveau, leur pesanteur dépendant de leur réussite individuelle, de leur charisme personnel et de leur histoire singulière. La figuration des singularités contrecarre ainsi la malédiction numérique, la détermination quantitative et l’abstraction qui caractérisent les sociétés à grande échelle. En « se phénoménalisant » sur la scène publique, les figures publiques indiquent, tout au moins implicitement, la présence de l’être collectif dont elles sont tour à tour la personnification, la voix, la métonymie, la trace ou l’allégorie. Personnifications animées et sensibles des valeurs collectives et des préoccupations communes, de telles figures relèvent d’une nécessité pratique, celle de transformer la communauté imaginée en une communauté tangible ou, comme le dirait Benedict Anderson, « une communauté connaissable » (knowable community) (Anderson, 1983).

28Une telle nécessité s’est imposée dès le début de la modernité. En France, du héros de guerre aux grands entrepreneurs en passant par les serviteurs dévoués de l’État, différents types de figures politiques ont été chargés d’assumer, par « le truchement du récit de leur vie, la présence domestique de leurs images et le faste de leur célébration, la participation imaginaire à la Nation » (Fabre, 1999). Contrairement, toutefois, aux héros de l’Antiquité, les grands hommes que met en valeur la « politique de l’héroïsme » républicaine ne se distinguent pas de la masse des anonymes par une différence de nature ontologique. La « gloire ordinaire » à laquelle ces grands singuliers modernes ont accès ne provient pas d’un statut, d’un titre ou d’une identité préalables à l’action ; elle provient des actions accomplies avec d’autres – des actions suffisamment remarquables pour qu’elles soient dignes d’être racontées (Arendt, 1983 [1958] ; Tassin, 2013). Déclinaisons dramatisées et émouvantes du corps politique, les grands singuliers remplissent ainsi une fonction pédagogique essentielle : leur grandeur étant accessible à tous les hommes libres, ils montrent la voie de l’émancipation à tous ceux qui auront le courage de se libérer de la vie privée pour s’exposer aux dangers de la vie publique.

29Bien entendu, la fonction pédagogique que remplissent les figures de l’excellence, que ce soit celle des héros ou des artistes hors du commun, s’amoindrit lorsque l’on se penche sur d’autres figures publiques, tels les « artistes populaires ». La fonction pédagogique cède alors du terrain devant le processus performatif qu’exercent toutes les figures publiques, celui de « performer », au double sens de la performance et de l’accomplissement, une forme d’« entre-Nous ». Cet « entre-Nous » renvoie au lien, plus ou moins imaginaire, que les figures ou « personnalités » tissent avec leur public ; mais il est aussi le lien qui relie, de manière plus ou moins indirecte, les membres du public qui se réfléchissent dans telle ou telle figure ou « personnalité ». Un tel « entre-Nous » peut commencer très bas et avec très peu en se contentant de la forme relativement vide et purement « phatique » de l’échange d’images ou de « mots sans signification » qui suffisent, toutefois, à rompre la « tension étrange et déplaisante du silence » (Malinowski, 1923). Cet « entre-Nous » minimal émerge de l’attention commune et éphémère à un artiste populaire, le collectif transitoire qu’une telle attention est susceptible de constituer restant suspendu à « la sensation d’actualité » et à « l’effort unanime et contagieux d’harmonisation » qui, pour Gabriel Tarde, animent les foules capricieuses et sans mémoire (Tarde, 1901). Mais l’attention du public n’est pas toujours vacillante, instable et facilement distraite. Nombre d’artistes, tels Johnny Hallyday et Céline Dion, sont des figures d’attachement de longue durée qui s’imposent, à la croisée de « l’héroïsme national et de l’entrepreneuriat heureux », de « la célébrité individuelle et de la réussite collective », comme de véritables « lieux de mémoire » (Grenier, 2000). D’autres artistes populaires, tels Coluche en France ou les acteurs Viggo Mortensen ou George Clooney aux États-Unis, sont devenus les figures de ralliement de causes humanitaires, de luttes pour de nouveaux droits ou de protestation politique. Court-circuitant les professionnels de l’espace politique, les « célébrités citoyennes » se font ainsi les représentants officieux des « citoyens sans nom et sans voix » – une tâche de représentation informelle qui dérive de « l’identification » affective qu’ils suscitent et non d’une « délégation » institutionnelle (Roussel, 2009). Enfin, lors des scandales qui impliquent des personnalités publiques, la foule fugitive et versatile peut rapidement céder la place à un véritable collectif intentionnel, de nature politique, qui vise à modifier les normes et institutions qui comptent pour lui.

  • 20 Les people donnent prise à une « montée en singularité » circulaire et auto-engendrée puisque c’est (...)
  • 21 Sur la convenance du commérage et l’inter-dit, voir de Certeau, Giard & Mayol (1994) et Quéré (1982 (...)

30Même les figures publiques qui délaissent ouvertement le registre de l’héroïsme, du talent ou de la citoyenneté, tels les « people », peuvent créer une forme d’« entre-Nous » 20. En faisant des coulisses de leur vie privée ou des moindres recoins de leur corps le lieu privilégié de la curiosité publique, les « people » activent à l’extrême un des processus élémentaires de régulation des « communautés connaissables », celui de la réputation et du commérage. Instruments d’intégration et de cohésion internes, le commérage et la rumeur établissent les contours de la « communauté du juste » à laquelle participent tous ceux qui les répandent avec délectation (Elias [1965]1985 ; Heinich, 2012). En battant le rappel de la norme, ils promeuvent la conformité, excluent les déviants et réitèrent les frontières entre « semblables » et « différents », « eux » et « nous », « appartenants » et « non-appartenants ». Cela étant, le retour à la communauté connaissable qu’initie la fabrication industrielle des « people » n’est que partiel. En effet, le commérage est accompli pour ainsi dire en troisième personne : ce n’est pas moi qui me situe par rapport à d’autres mais d’autres qui se situent parmi d’autres, me laissant dans la position définitivement asymétrique et non réversible du spectateur, de l’auditeur ou du voyeur. De plus, alors que le commérage qui régule les communautés de proximité repose sur « la convenance » et l’inter-dit du groupe, aux deux sens de la loi et du lien 21, le commérage sur les « people » dissocie la loi et le lien : l’inconvenance est bien souvent un signe de loyauté que « la célébrité » adresse à son public et la conformité ou l’ennui le signe de son déclin.

  • 22 Sur cette notion intéressante de « miroir équivoque », cf. Louis Quéré (1982)

31Dans le cadre d’une conceptualisation dramaturgique de l’espace public, l’apparition croissante sur la scène publique des petits et grands singuliers, qu’ils soient des génies, des héros, des virtuoses politiques ou des célébrités, se fait moins mystérieuse. Alors que la personnification du délégué politique relève, en principe, de l’ordre artificiel d’un personnage au sens hobbésien d’une « unité-abstraite-de-droits-et-d’obligations » (Dewey, 2018 [1926]), la singularisation de la personnalité publique redonne une texture sensible au corps démembré et désincarné de la « société des individus ». On l’a vu, du point de vue ontologique, cette société des individus n’est suspendue qu’à un fil, celui de la représentation. Mais le fil que tisse le mode de représentation hyper-figuratif des personnalités publiques est moins fragile qu’il n’y paraît. Les hyper-figurations que « performent » les grands singuliers renvoient à la multiplicité des individus l’image relativement unifiée de ce qu’ils sont ou de ce qu’ils devraient être. Elles permettent au public de réfléchir, au double sens de « représenter » et de « discuter », les repères normatifs ou les usages conventionnels de la vie en commun, mais aussi de se réfléchir dans le miroir, nécessairement « équivoque », qu’elles déploient sur la scène publique 22.

Du personnage à la personne « authentique »

32Au terme de ces réflexions, il paraît clair que ni la distance qui sépare les spectateurs de la scène publique, ni la sur-représentation des figures publiques de la singularité ne compromettent, en tant que telles, le fonctionnement démocratique des espaces publics contemporains. Si l’existence même des grands singuliers n’est pas, en tant que telle, une menace pour l’espace public, leur mode d’apparition peut bel et bien, en revanche, le mettre en péril. Lorsque l’apparition des grands singuliers délaisse le registre de l’action et de la représentation pour celui de l’identité, elle menace la logique constitutive de la figuration, qui est celle de la séparation, de la coupure, bref de la distance entre réalité et imaginaire, identité et différence, pluralité et unité, présence et absence. Or, supprimer la distance qui permet de refigurer et de transfigurer la réalité par le chemin détourné de la fiction revient à opérer une forme de dégradation mimétique.

  • 23 Si l’idéal d’authenticité, comme le suggèrent Richard Sennett ou Norbert Elias, est proprement mode (...)

33Parmi les avatars contemporains de la dégradation mimétique, la rhétorique de l’authenticité et de l’identité est, on va le voir, particulièrement saillante. Au prisme de l’authenticité, la prise de rôles, c’est-à-dire la « personnification », n’est plus perçue comme un opérateur essentiel du procès de « personnalisation » qui permet, on l’a vu, de se constituer en tant que « personne ». La prise de rôle est désormais assimilée à un art factice que la « personne authentique » doit désormais désavouer pour être reconnue comme digne de confiance. Bien entendu, cet idéal d’authenticité n’est pas nouveau ; il fait partie de la conception moderne de l’individu qui revêt, dès le xviiième siècle, la morphologie étrange d’un « homo clausus » (Elias, 1981). Scindé entre sa « vérité intérieure » et les contraintes « extérieures » que lui infligent le contact avec des « étrangers », l’individu moderne, dit Norbert Elias, conçoit le « social » comme ce qui, chez tous les hommes, est « identique » et le « particulier » comme « l’élément extra-social » qui fait de chacun d’eux un être unique et original. Avec l’idéal moderne d’authenticité et de réalisation de soi, théorisé par Norbert Elias (1981) ou Charles Taylor (1998) mais déjà systématisé par Jean-Jacques Rousseau (1758), le fait de jouer toute une galerie de personnages, de « personnifier » différentes figures, bref de s’adonner aux jeux de masque est un signe d’hypocrisie sinon de dissimulation et de tromperie 23. Mais lorsque l’idéal d’authenticité conduit à rejeter la dimension impersonnelle du lien social, il devient potentiellement « incivil » et « tyrannique » (Sennett, 1977). L’authenticité réduit la personnalité publique à un ego statique et inébranlable dont l’identité personnelle est constituée une fois pour toutes. Ce sont les conséquences de cette illusion identitaire que nous allons déployer en nous penchant sur le travail de « dé-figuration » qu’opèrent les leaders populistes.

La dégradation mimétique

34Alors que la logique duale de la représentation est celle de la distance entre le représentant et le représenté, ainsi que celle de l’artifice d’un peuple qui advient à l’existence dans le mouvement même de sa représentation, la logique monologique de l’identité, que ce soit celle de l’individu ou celle de la communauté, exclut un tel écart. Cette dégradation mimétique est particulièrement fatale pour le représentant politique. En abandonnant le registre dual et distancé de l’exploration fictionnelle pour celui, mono-logique, de la ressemblance et de l’identité, le travail de figuration du délégué perd, comme le dirait Paul Ricœur, son « abstinence ontologique » (Ricœur, 1975). Devenue réaliste, la représentation passe de la fiction politique de l’unité du peuple, qui se situe à l’horizon du « devoir-être », à la prétention référentielle de figurer ou plutôt d’imiter le social « tel qu’il est ». Ce sont les conséquences de cette illusion référentielle qui vont nous préoccuper dans les pages qui suivent.

Le travail de « dé-figuration » du leader populiste

35Par définition, on l’a vu, la représentation politique au sens de la députation prend acte de la dissociation hobbesienne entre le représentant politique, qui joue le rôle d’« acteur » sur la scène publique, et l’« auteur » de la représentation, c’est-à-dire le peuple. C’est précisément cette dissociation que récusent les leaders populistes, tels Donald Trump ou Viktor Orban, délaissant ainsi « le circuit de la représentation » pour « le circuit de l’incarnation » (Donegani & Sadoun, 2007). Or, le basculement de la représentation à l’incarnation modifie l’ontologie artificielle et nominale du peuple. Ce dernier n’est plus le corrélat de la performance dramaturgique et du mirage performatif qui permettaient à la multiplicité des individus hétérogènes et éparpillés dans le monde social de se produire comme une unité. Le peuple bascule dans le registre soi-disant constatif d’une réalité préexistante qui doit être fidèlement reflétée, imitée ou incarnée par ses porte-paroles (Rosanvallon, 1998 ; Disch, 2008). Court-circuitant le travail artificiel et totalisant de la représentation, le leader populiste ne prétend pas porter une parole qui n’est pas la sienne ; il prétend ressembler au peuple réel dont il est le prolongement sans rupture. Il s’inscrit dans le registre continuiste de l’indice, de la trace d’une réalité prise sur le vif, en l’occurrence la réalité du peuple (Sintomer, 2013). À la croisée d’une « politique de la confiance », qui soupèse les vertus morales des représentants (Thompson, 2005) et d’une « politique de la présence », qui délaisse le comment de la représentation pour le qui du représentant (Philipps, 1998), le populisme abandonne le registre de l’action au profit de l’identité, que ce soit celle du leader ou celle de la communauté.

36À la dislocation que la ventriloquie politique imposait aux représentants politiques, le leader populiste oppose ainsi un processus de relocalisation accéléré, inversant la relation de ventriloquie à son avantage, devenant tout à la fois l’auteur et l’acteur de ses paroles. La personnification du peuple par le biais du corps-marionnette et transparent du représentant comme simple intermédiaire fait place à la personnalisation du représentant-ventriloque en tant qu’être singulier et pour ainsi dire opaque. Loin d’être une présence travaillée par l’absence, celle du peuple abstrait dont il est le relais, la sur-présence du corps du leader assure, par métonymie, la présence du peuple réel.

Le charisme incivil de Donald Trump

  • 24 « I have the most loyal people. I could stand in the middle of Fifth Avenue and shoot somebody and (...)
  • 25 « "The country believes me" , Trump said. "« I went to Kentucky two nights ago, we had 25,000 peopl (...)

37La sur-présence du leader est particulièrement flagrante dans le cas du président américain Donald Trump. Récusant les médiations institutionnelles, notamment médiatiques et juridiques, refusant de soumettre ses propos ou ses actions à des épreuves qui leur seraient exogènes, en l’occurrence l’épreuve de la vérité ou l’épreuve du droit, Donald Trump fait miroiter le pouvoir absolu et immédiat du peuple dont il serait l’incarnation directe. Symboliquement, en effet, son autorité ne dépend ni des institutions de députation, ni des compétences épistémiques liées, en principe, à la fonction présidentielle : elle repose uniquement sur la reconnaissance, le soutien et la loyauté indéfectibles du peuple. Valeur centrale du « trumpisme », la loyauté est synonyme d’immunité morale et d’infaillibilité politique. « J’ai les gens les plus loyaux», dit Trump, « Je pourrais me mettre au milieu de la 5ème avenue et tuer quelqu’un et je ne perdrais aucun vote » 24. La légitimité d’un leader populiste reposant entièrement sur le soutien de ses disciples, il n’est pas étonnant que Donald Trump attache autant d’importance au nombre de personnes qui assistent à ses rassemblements (les fameux « rallies ») ou « aux millions de votes » que le « système pourri des élections » lui aurait volé. Sa valeur politique est suspendue à la reconnaissance publique, à la célébration digitale et à l’effervescence collective qu’il est à même de susciter : « Le pays me croit. Nous avions la salle pleine. Ils ont dû renvoyer des milliers de gens », dit Donald Trump, « vous avez vu çà, hein ? l’avez-vous vu ? » 25.

38À l’ère d’Internet, la sur-présence de cet hyper-singulier qu’est Donald Trump est encore amplifiée par les relations im-médiates et les conversations de face à face que fait miroiter l’usage frénétique des réseaux sociaux tels que Twitter. La réduction de la distance sociale et politique que promettent ces formes de communication immédiates, ainsi que les prétentions à l’authenticité, à la sincérité et à la transparence dont elles se font le relais, simulent le lien de personne à personne et parachèvent la conversationalisation du discours public. Les tweets présidentiels poussent ainsi à l’extrême la logique schizophrénique des « interactions parasociales » qui simulent l’échange conversationnel et tentent de concilier l’inconciliable en articulant un dispositif de diffusion de masse avec un mode d’interpellation singularisant (Horton & Wohl, 1956 ; Peters, 2006). Niant le travail des médiations et des médiateurs qui est inhérent, pourtant, à la constitution et à la maintenance de l’espace public, le mode d’interpellation populiste favorise en effet le registre de l’identité et du proche aux dépens du registre de l’action et de la distanciation.

39La réduction de la distance symbolique qui sépare Donald Trump et le peuple dont il se réclame est encore amplifiée par le style populaire de sa rhétorique, de sa gestuelle, de son image de soi, bref de son ethos ou, comme le dirait Jérôme Meizoz (2007), de « sa posture ». « Il est comme nous », se dit l’Américain blanc et peu éduqué du Mid-West. « Je ne suis pas un politicien, Dieu merci » 26, dit Donald Trump. Se présentant comme un « outsider » qui refuse l’hypocrisie du « politiquement correct », il prétend se montrer sans masque, authentique et fidèle à lui-même en toutes circonstances. « Je ne joue pas un rôle. C’est ce que je suis » 27. La « subjectivité entrepreneuriale » du leader le conduit ainsi à dramatiser ses propres motivations et à se débarrasser, tout au moins en apparence, des contraintes impersonnelles qui viendraient freiner son épanouissement (Ouellette, 2016). Désavouant sa fonction politique et donc les droits et obligations qui lui sont corrélatifs, Donald Trump est l’incarnation même de « la chute de l’homme public » que déplorait, dès les années 1970, Richard Sennett. Donald Trump utilise le pouvoir auto-augmenté de son nom propre pour dénigrer la force civilisatrice et les règles impersonnelles propres à l’accomplissement d’une fonction publique.

40Le type de collectif que la rhétorique populiste de Donald Trump met au-devant de la scène est, lui aussi, englué dans une posture identitaire, en l’occurrence nationale et une opinion authentique, sans fards et sans fioritures. Activant sans cesse la configuration « ami-ennemi », « nous-eux », ses discours établissent les contours d’un nouveau tribalisme moral, basé sur des identités substantielles, des attributs psychologiques et des émotions de repli. Érigeant les barricades censées les protéger des « étrangers » et des « sans-nom » dont il s’agit de se débarrasser, ces nouvelles tribus morales « convertissent l’esprit de clocher et la claustrophobie en principe éthique » (Sennett, 1977, p. 310). Ces communautés « claustrophobes » exigent un véritable « ménage émotionnel » (emotional housekeeping) : incapables de s’ouvrir vers l’extérieur, « impur » par définition, elles sont également incapables d’accepter la pluralité et la diversité internes, synonymes de trahison et de corruption (Sennett, 1977).

De l’excès de singularité à sa disparition

  • 28 La revendication d’authenticité initie donc, de manière en partie volontaire, la dépluralisation du (...)

41Sous les auspices de l’authenticité et de l’identité, être une personne ne consiste plus à reprendre en personne les voix plurielles, les rôles multiples et les imputations juridiques dont tout un chacun est le suppôt. L’idée d’une personne authentique, tapie dans les coulisses et obligée de porter un masque qui la déforme et la corrompt, évince le fait « qu’il n’y pas de personne sans procès de personnalisation » (Lenain, 2011, p. 12). Rompant le lien ontologique qui la reliait au persona juridique et théâtral, la personne « authentique » esquive le processus de personnalisation, fondamentalement relationnel, qui permettait au « moi » a priori pluriel de se positionner en tant que sujet unitaire, apte en tant que tel à rendre compte de ses actes à la première personne. Loin de créditer les acteurs de la capacité d’être pluriel, de se produire sur diverses scènes sociales et de s’ajuster à leurs différents interlocuteurs, l’exigence d’authenticité procède à une forme d’écrasement ou de dépluralisation du « moi » – cette même pluralisation qui est, pour Erving Goffman, la condition de la diversification affective et de la distance cognitive qui constituent l’horizon inachevé de la personne 28. Sous l’égide de l’authenticité et de la dépluralisation qui lui est corrélative, la montée en singularité se dégrade en une forme de descente en singularité. Une telle descente inverse l’ordre logique et politique des processus que nous avons brièvement parcourus : elle prétend identifier ou cerner la personne avant même de connaître les actions qu’elle a accomplies. À la représentation de soi, qui exigeait le travail de symbolisation et de montée en généralité propre à la prise de rôle, succède la présentation ou la monstration apparemment « asocialisée » de sa singularité sur la scène publique.

42On l’a vu, cette inversion a de lourdes conséquences pour le représentant politique. Lorsque la personne artificielle du représentant prétend être une personne naturelle, ce n’est plus le nous de la collectivité qui se diffracte et s’amplifie dans le je de son porte-parole. En prétendant présentifier le peuple « en personne », le moi dilaté et sans masque du leader sort du registre de l’action théâtrale qui constituait l’horizon de la gloire démocratique, voire même de l’action tout court. L’identité statique, quasi spatiale, qu’il arbore n’a plus rien à voir avec la dynamique narrative qui confère aux êtres en devenir, singuliers ou collectifs, une profondeur temporelle et une dimension prospective.

Le « défacement » d’Anonymous

43En principe, la représentation-députation comme la représentation-figuration n’est pas et ne peut pas être le reflet mimétique et direct du représenté ; elle rend présents une réalité ou un être absent tout en homologuant la distance qui les sépare. Avec le populisme, on l’a vu, la relation duale, « transitive » propre à la re-présentation tend à céder la place à la relation dégradée, « intransitive » de l’incarnation (Marin, 2002). Cela étant, la représentation intransitive et la dégradation mimétique qu’elle implique ne sont pas uniquement induites par l’excès de singularité ; elles peuvent également l’être par la disparition de la singularité, c’est-à-dire par l’anonymat. C’est ce dont témoigne le mouvement hacktiviste Anonymous, dont le combat politique pour la liberté de parole remonte à 2008.

44Refusant d’assujettir ses membres à une structure organisationnelle ou à une forme instituée préétablie, Anonymous rejette le principe de représentation au sens politique du terme : « Anonymous n’a pas de dirigeants, pas de gourous, pas d’idéologues [...]. Personne ne peut parler pour Anonymous » 29. Pour éviter l’usurpation, par les représentants, du pouvoir qui leur est confié, pour préserver le pouvoir comme un « lieu vide », Anonymous tente de produire un corps collectif en effaçant le corps singulier de son représentant. À cette éthique anti-leader se rajoute une éthique « anti-ego », qui condamne chacun de ses membres à un anonymat indéfectible, comme le montre la violence des réactions à l’égard de ceux « qui veulent se faire un nom » (Coleman, 2014). Toutefois, la mise en absence du représentant, si elle évite l’usurpation propre à la députation, n’échappe pas à une autre nécessité, inhérente à la deuxième logique de la représentation que nous avons mentionnée, celle de la figuration. En loccurrence, la figuration d’Anonymous se résume à un masque symbolique qui compense le « défacement » individuel par un « refacement » collectif qui le rend facilement reconnaissable sur la scène publique – que ce soit le masque du rebelle Guy Fawkes ou la représentation symbolique du « costume sans tête ». Scellant le passage de l’adjectif (anonyme) à un substantif majuscule (Anonymous), ces figurations sont la condition même de l’existence du collectif qui ne peut exister, en l’absence d’autres appuis, que s’il est « performé », sous un mode dramaturgique, dans l’espace public (Kaufmann, Rios Luque & Glassey, 2016).

Les conditions de félicité des apparitions publiques

  • 30 Sur le style de pensée paranoïaque, cf. Hofstadter (2008 [1964]).

45Malgré leurs grandes différences, Anonymous et Donald Trump ont des traits communs qui soulignent, en creux et par défaut, les conditions de félicité normatives que les figures de la singularité doivent satisfaire pour apparaître dans l’espace public. Alors qu’Anonymous fait disparaître l’acteur de la scène publique pour maintenir le véritable auteur, vivant et efficace, de la représentation politique, à savoir la multitude, Donald Trump prétend incarner le peuple et rend ainsi obsolète la distinction entre l’acteur et l’auteur de la représentation. Cela étant, tous les deux misent sur la puissance du nombre – une puissance qui se suffit à elle-même et qui n’a pas besoin d’être « augmentée » par des principes qui la dépassent ou la civilisent. Par définition, le nombre renvoie à ce que l’on ne peut nommer ou décrire, ce qui est sans forme et littéralement « irreprésentable » (Rosanvallon, 1998) ; il en reste au stade de l’individuation catégorielle et donc d’un ensemble d’entités équivalentes et interchangeables dont les contours restent flous et hésitants. Malheureusement, ce qui donne forme au nombre et précise ses contours est le plus souvent son inscription dans une configuration polémologique « ami-ennemi ». Moyen de totalisation redoutablement efficace, « l’agir-contre » et l’horizon de la guerre confèrent au nombre le « comme-un » immédiat d’un corps héroïque qui doit lutter pour sa survie. C’est bien une telle configuration qui sous-tend le « style de pensée paranoïaque » et complotiste qui caractérise la rhétorique de Donald Trump mais aussi celle d’Anonymous dont le slogan, rappelons-le, est « Remember who your enemies are » 30.

  • 31 La transformation du nom propre en « marque » n’est pas l’apanage des représentants politiques, com (...)
  • 32 Je n’aurai pas le temps ici d’insister sur la face plus positive et émancipatrice du masque. Bien e (...)

46Par ailleurs, Donald Trump comme Anonymous court-circuitent symboliquement la représentation au sens de la députation juridico-politique pour parier sur le seul mode figuratif de la représentation au sens du « branding ». Le « mécanisme industriel de la célébrification » a fait du nom propre de Donald Trump une marque si immédiatement reconnaissable qu’elle est perçue comme « sans intermédiaire et sans fard » (Andrejevic, 2016) 31. Quant à Anonymous, il est un « nom impropre » qui dissimule l’identité de ses référents et échappe ainsi au dispositif de contenance nominative qui quadrille symboliquement les individus (Deseriis, 2012). Le problème est que l’individualisation par le nom propre n’est pas seulement une technologie de contrôle et d’assujettissement 32 ; c’est aussi un moyen de reconnaître à un être la responsabilité de ses actions. Or, c’est bien une telle responsabilité et accountability qu’esquivent l’homme sans masque que serait Donald Trump et le masque ambiguë d’Anonymous. En délaissant le registre de la représentation pour celui de l’incarnation ou de la dépersonnalisation, ils rompent avec l’idée de « personne » au sens moral et juridique d’une unité porteuse de droits et de devoirs. Les conséquences a-morales ou immorales de l’impropriété du nom, que ce soit celle du nom impropre d’Anonymous ou du re-nom tout aussi impropre de Donald Trump, montrent ainsi le rôle essentiel que joue l’individualisation nominative dans la constitution de la personne : le nom propre permet à la question du sujet d’être posée.

Conclusion : le travail de (dé)figuration

47Après avoir distingué les processus d’individuation, d’individualisation, de personnification et, enfin, de personnalisation, que doit parcourir tout individu pour devenir une « personne », nous nous sommes attardés, dans cet article, sur l’étape supplémentaire que constitue le procès de singularisation. Une telle étape soulève un certain nombre de questions qu’il est temps de systématiser. Tout d’abord, pourrait-on se demander, que font les figures publiques de la singularité à l’espace public ? Elles ébranlent, me semble-t-il, l’idéal éthéré de la représentation juridico-politique dans lequel le porte-parole représente tout et ne se substitue en rien. Dans un régime politique qui inscrit par définition le corps artificiel du peuple dans l’ordre de la fiction, l’attention publique aux êtres de re-nom permet de passer d’une communauté imaginée, qui repose sur une logique d’individuation catégorielle (e.g., les citoyens), à une communauté « connaissable » qui repose sur une logique d’individualisation. La maîtrise des noms propres trace les contours de la communauté de « ceux-dont-on-connaît-le-nom », réduisant par là même la distance sociale entre tous ceux qui re-connaissent ou sont censés re-connaître Johnny Hallyday, Arnaud Beltrame ou Céline Dion. Le nom propre marque ainsi l’appartenance à la communauté épistémique plus ou moins élargie de ceux qui parviennent à identifier ou à localiser son référent. Mais il trace également les contours d’une communauté morale, plus ou moins normale ou normative, conventionnelle ou idéelle, conservatrice ou novatrice.

  • 33 C’est bien une telle ventriloquie qui caractérise l’ascension vertigineuse à la singularité que sub (...)

48Mais l’on pourrait également se demander que fait l’espace public aux figures de la singularité ? Eh bien, en les re-nommant à outrance, il leur confère une dimension de généralité qui risque à tout moment de les dépouiller de la singularité qui les a hissées aux sommets de l’attention publique. L’aliénation propre à la sémiose publique tend à faire retomber la « personnalité » en-deçà même de la personne ordinaire, les reléguant au niveau du personnage ou même de la catégorie. Oscillant entre l’exemplarité qualitative de l’être héroïque ou idéal et la représentativité quantitative des êtres qui savent « faire être comme tout le monde », la « personnalité » est mise au service, parfois bien malgré elle, d’une généralité par le travail réfléchissant, re-nominalisant et classificateur du jugement public. Paradoxalement, le grand singulier risque ainsi de devenir la « marionnette » d’une communauté « ventriloque » qui l’utilise pour « présentifier » des valeurs qui lui échappent et qui sont les véritables auteurs (authoring) et autorités (authorizing) de sa figuration 33.

  • 34 Nous n’avons malheureusement pas la place ici de montrer les synergies entre nos réflexions et cell (...)

49Enfin, pourrait-on se demander, que font les figures publiques de la singularité aux théories de l’espace public ? Une fois les corps des représentants de la communauté mis sur le devant de la scène, le maximalisme normatif qui exigeait l’effacement énonciatif du locuteur et la focalisation sur le seul argument rationnel doit faire place à une théorie plus réaliste de l’espace public. Seule une approche phénoménologique et dramaturgique de l’espace public peut rendre compte de la manière dont les figures publiques, individuelles ou collectives, parcourent l’arc sémiotique qui va du régime indiciel du saisissement corporel au régime symbolique de la signification (Kaufmann & Gonzalez, 2018) 34.Une telle approche vise à analyser les types de collectifs, plus ou moins préconstitués, que la figuration saisit et interpelle et à déployer les conséquences pragmatiques de ces figurations sur les acteurs (in)directement concernés (Servais, 2018 ; Malbois, 2018, 2019 ; Malbois & Cabin, 2015).

  • 35 Une conceptualisation non normative de l’espace public en termes d’apparence et de visibilité condu (...)
  • 36 Comme le dit Marcel Mauss, les êtres masqués, les êtres sans corps et sans noms n’ont pas d’âme, du (...)

50Cela étant, une approche plus réaliste de l’espace public ne peut pas renoncer à toute ambition normative, contrairement à ce que suggèrent ses définitions descriptives en termes d’accès et de visibilité, de proximité et de distance 35. Une fois décrites les figures qui peuplent la scène publique, encore faut-il distinguer, normativement parlant, les modes d’apparition qui invitent à la formation d’un public pluriel et ouvert et ceux qui amplifient, à l’inverse, les antagonismes identitaires. Un tel figement identitaire est une des propriétés essentielles de la dégradation mimétique, qu’elle prenne la forme de l’incarnation et de la sur-présence (Donald Trump) ou celle de la personnification pure, via un masque « sans corps » et potentiellement « sans âme » (Anonymous36. L’analyse de ces apparitions, qui figurent ou plutôt dé-figurent les collectifs qu’elles interpellent, constitue un enjeu important pour la sociologie. Elle contribue à l’identification des reconfigurations sémantiques et émotionnelles des espaces publics contemporains – des reconfigurations qui, au nom de l’authenticité, tendent à priver les personnalités publiques du lien à la pluralité qui est, paradoxalement, au principe de leur singularité.

Haut de page

Bibliographie

Adut A. (2012), « A Theory of the Public Sphere », Sociological Theory, vol. 30, n° 4, pp. 238-262.

Anderson B. (1983), Imagined Communities, London/New York, Verso Editor.

Andrejevic M. (2016), « The Jouissance of Trump », Television & New Media, vol. 17, n° 7, pp. 651-655.

Arendt H. ([1991] 1977]), Juger. Sur la philosophie politique de Kant, Paris, Éditions du Seuil.

Arendt H. (1972 ([1954]), La Crise de la culture, Paris, Éditions Gallimard.

Arendt H. (1983 [1958]), Condition de l'homme moderne, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Bauman Z. (1990), « Effacing the Face: On the Social Management of Moral Proximity », Theory, Culture & Society, vol. 7, n° 1, pp. 5-38.

Benveniste É. (1966 [1958]), Problèmes de linguistique générale, Paris, Éditions Gallimard.

Boltanski L. (2009), De la Critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Éditions Gallimard.

Bourdieu P. (1982), Ce que Parler veut dire. L'économie des échanges linguistiques, Paris, Éditions Fayard.

Bromberger C. (1982), « Pour une analyse anthropologique des noms de personnes », Langages, n° 66, pp. 103-124.

Cabin L. (2019), « Le fondateur peut-il être un représentant ? Le cas Assange/WikiLeaks dans le New York Times », SociologieS [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/11269

Carnevali B. (2013), « L’esthétique sociale entre philosophie et sciences sociales », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 13 [En ligne] https://journals.openedition.org/traces/5685

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale, Paris, Éditions Gallimard.

Certeau de M., Giard L. & P. Mayol (1994), L’Invention du quotidien. 2. Habiter, cuisiner, Paris, Éditions Gallimard.

Coleman G. (2014), Hacker, Hoaxer, Whistleblower, Spy: The Many Faces of Anonymous, Cambridge, Cambridge University Press.

Crignon P. (2005), « Représentation et communauté. Sur Thomas Hobbes », Archives de Philosophie, vol. 3, n° 68, pp. 493-524.

Descombes V. (2014), Le Parler de soi, Paris, Éditions Gallimard.

Deseriis M. (2012), « Improper Names: Collective Pseudonyms and Multiple-Use Names asas minor processes of subjectivation », Subjectivity , vol. 5, n° 2, pp. 140-160.

Dewey J. (2018 [1926)]), « Essai sur la personnalité morale », dans Écrits politiques, Paris, Éditions Gallimard.

Disch L. (2008), « The People as "Presupposition" of Representative Democracy. An Essay on the Political Theory of Pierre Rosanvallon », Redescriptions, n° 12, pp. 47-71.

Donegani J.-M. & M. Sadoun (2007), Qu’est-ce que la politique, Paris, Éditions Gallimard.

Elias N. (1985 [1965]), « Remarques sur le commérage », Actes de la recherche en Sciences Sociales, n° 60, pp. 23-29.

Fabre D. (1999), « L’atelier des héros», dans Centlivres P., Fabre D. & F. Zonabend (dir.), La Fabrique des héros, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, pp. 233-318.

Foucault M. (1986), « Omnes et singulatim : vers une critique de la raison politique », Le Débat, n° 41, pp. 5-35.

Gardey D. (2015), Le Linge du Palais-Bourbon. Corps, matérialité et genre du politique à l’ère démocratique, Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau.

Goffman E. (1973 [1971]), La Mise en scène de la vie quotidienne. Les relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Gonzalez P. & K. Skuza (2014), « Apparition impossible : Emanuelle Béart et l’affaire des sans papiers. Une sociologie énonciative de l’espace public », Cahiers de l'Institut de linguistique et des sciences du langage, n° 34, pp. 79-100.

Grenier L. (2000), « Questions de renommée : les mises en mémoire du phénomène Céline Dion », Recherches féministes, vol. 13, n° 2, pp. 33-45.

Guillo D. (2006), « À la recherche des signes de l’identité. Balzac et l’histoire naturelle », Politix, vol. 2, n° 74, pp. 49-74.

Habermas J. (1978 [1962]), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Éditions Payot.

Heinich N. (1991), La Gloire de Van Gogh. Essai d’anthropologie de l’admiration, Paris, Éditions de Minuit.

Heinich N. (2002), « Les objets-personnes. Fétiches, reliques et œuvres d’art », dans Edelman B. & N. Heinich (dir.), L’Art en conflits. L’œuvre de l'esprit entre droit et sociologie, Paris, Éditions La Découverte, pp. 102-134.

Heinich N. (2011), « Personne, personnage, personnalité », Annales de l’Institut de Philosophie, Paris, Éditions Vrin, pp. 77-101.

Heinich N. (2012), De la Visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Éditions Gallimard.

Heinich N. (2019), « Une sociologie de la singularité : étapes et obstacles », SociologieS [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/11087

Latour B. (2006), Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, Éditions La Découverte.

Hobbes T. (1968 [1651]), Leviathan, Harmondsworth, Penguin Publishers.

Hofstadter R. (2008 [1964]), The Paranoid Style in American Politics and Other Essays, New York, Vintage Books.

Horton D. & R. Wohl (1956), « Mass communication and parasocial interaction », Psychiatry, n° 19, pp. 215-29.


Kaufmann L. (1999), « Esprit, es-tu là ? Le sociologue et l’autorité de la première personne », Information sur les Sciences Sociales, vol. 2, n° 38, pp. 203-248.

Kaufmann L. (2010), « Faire collectif : de la constitution à la maintenance», Raisons pratiques, 20, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 240-282

Kaufmann L. & J. Guilhaumou (2003), « L’invention de la société. Nominalisme politique et science sociale au XVIIIème siècle », Raisons pratiques, 14, Paris, Éditions de l’EHESS-CNRS.

Kaufmann L. & F. Malbois (2015), « S’éprouver en public : l’arc affectif de l'indignation dans la controverse "Iacub-DSK" », dans Rabatel A., Monte M. & M. Soares Rodrigues (dir.), Comment les médias parlent des émotions : l’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, pp. 99-117.

Kaufmann L. & P. Gonzalez (2017), « Mettre en valeur(s) le monde social », Questions de communication, n° 32, pp. 167-194.

Kaufmann L., Rios Luque R. & O. Glassey (2016), « Faire être "Anonymous" : figuration et dé-figuration d’un collectif impropre », Raison publique, n° 20, pp. 145-174.

Le Clainche-Piel M. (2018), Ce que Charrie la chair. Approche sociologique de l’émergence des greffes du visage, Thèse en sociologie, Paris, EHESS.

Lefort C. (1978), Les Formes de l’histoire. Essais d’anthropologie politique, Paris, Éditions Gallimard.

Lenain T. & A. Wiame (2011), « Introduction : personne/personnage », dans Lenain T. & A. Wiame (dir.), « Personne/personnage », Annales de l’Institut de Philosophie, Paris, Éditions Vrin, pp. 7-24.

Lévi-Strauss C. (1962), La Pensée sauvage, Paris, Éditions Plon.

Lilti A. (2010), « Reconnaissance et célébrité : Jean-Jacques Rousseau et la politique du nom propre », Orages, Littérature et culture, n° 9, pp. 77-94.

Malbois F. (2018), « De la performance à la reconnaissance », Communication, vol. 35, n° 1 [En ligne] https://journals.openedition.org/communication/7595

Malbois F. (2019), « Les figures de l’identité. Une sociologie de « Chelsea (Bradley) Manning » à partir du nom propre », SociologieS [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/11209

Malbois F. & L. Cabin (2015), « Quand Bradley Manning devint Chelsea. De la NBC à Wikipédia, l’espace public comme scène d’une transition de genre », Genre, sexualité & société, n° 13 [En ligne] http://gss.revues.org/3371.

Malinowski B. (1923), « The Problem of Meaning in Primitive Languages », dans Ogden C. K . & I. A. Richards (dir.), The Meaning of Meaning, Londres, Routledge & Kegan Paul Editors, pp. 296-336.

Marin L. (1994), De la Représentation, Paris, Éditions du Seuil.

Mauss M. (1938), « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne celle de "moi" » Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. LXVIII.

Meizoz J. (2007), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Éditions Slatkine.

Meizoz J. (2019), « Michel Houellebecq, combien de singularité? », SociologieS [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/11110

Mineur D. (2010), Archéologie de la représentation politique, Paris, Presses de Sciences Po.

Molino J. (1982), « Le nom propre dans la langue », Langages, n° 66, pp. 5-20.

Ouellette L. (2016), « The Trump Show », Television & New Media, vol. 17, n° 7, pp. 647-650.

Peters J. D. (2001), « Realism in Social Representation and the Fate of the Public », dans Splichal S. (dir.), Public Opinion & Democracy, Vox Populi–Vox Dei?, New York, Hampton Press, pp. 85-102.

Peters J. D. (2006), « Media as conversation, conversation as media », dans Curran J. & D. Morley (dir.), Media & cultural theory, London, Routledge Editor, pp. 115-126.

Phillips A. (1998), The Politics of Presence, Oxford, Oxford University Press.

Piette A. (2009), L’Acte d’exister. Une phénoménographie de la présence, Marchienne-au-Pont, Éditions Promarex.

Quéré L. (1982), Des Miroirs équivoques, Paris, Éditions Aubier.

Quéré L. (1992), « L’espace public : de la théorie politique à la métathéorie sociologique », Quaderni, n° 18, pp. 75-92.

Revault d’Allonnes M. (2016), Le Miroir et la scène. Ce que peut la représentation politique, Paris, Éditions du Seuil.

Ricœur P. (1975), La Métaphore vive, Paris, Éditions du Seuil.

Rosanvallon P. (1998), Le Peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Éditions Gallimard.

Rousseau J.-J. (1780-1789 [1758]), « Lettre à d’Alembert sur les spectacles », dans Collection complète des œuvres, vol. 6, n° 4 [En ligne] http://www.rousseauonline.ch/Text/lettre-a-m-d-alembert.phpments sociaux

Roussel V. (2009), « Parler au nom de publics. Sociologie des prétentions à représenter de célébrités américaines dans le contexte de la guerre en Irak », Sociétés contemporaines, vol. 74, n° 2, pp. 49-71.

Rueff M. (2011), « L’historien et les noms propres », Critique, vol. 6, n° 769-770, pp. 514-532.

Sacks H. (2003 [1984]), « On doing "being ordinary" », dans Atkinson J. M. & J. Heritage (dir.), Structures of Social Action. Studies in Conversation Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 413-429.

Sennett R. (1977), The Fall of Public Man, New York, Knopf Editor.

Servais C. (2019), « Formes narratives et jugement : réflexions sur l’identité dans l’espace médiatique », SociologieS [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/11166

Simmel G. (1999 [1908]), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, Presses universitaires de France.

Sintomer Y. (2013), « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion », Raisons politiques, vol. 2, n° 50, pp. 13 -34.

Stavo-Debauge J. (2010), « Dé-figurer la communauté ? Hantises et impasses de la pensée (politique) de J.-L. Nancy », dans Kaufmann L. & D. Trom (dir.), Qu’est-ce qu’un Collectif ?, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 137-171.

Stavo-Debauge J. (2018), Qu’est-ce que l’hospitalité ? Recevoir l’étranger à la communauté, Paris, Éditions Liber.

Strawson P. (1973 [1959]), Les Individus, Paris, Éditions du Seuil.

Tarde G. (1989 [1901]), L’Opinion et la foule, Paris, Presses universitaires de France.

Tassin É. (2013), « Les gloires ordinaires. Actualité du concept arendtien d'espace public », Cahiers Sens public, vol. 15-16, n° 1, pp. 23-36.

Taylor C. (1998), Les Sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Éditions du Seuil.

Thomas Y. (1998), « Le sujet de droit, la personne et la nature. Sur la critique contemporaine du sujet de droit », Le Débat, vol. 3, n° 100, pp. 85-107.

Thompson J. (2005), « La nouvelle visibilité», Réseaux, vol. 1, n° 129-130, pp. 62-87.

Voirol O. (2005), « Les luttes pour la visibilité. Esquisse d'une problématique », Réseaux, vol. 1, n° 129-130, pp. 89-121.

Haut de page

Notes

1 Même si le nom d’auteur est par définition un processus de singularisation, il me faut préciser ici que mes réflexions ont grandement bénéficié de la belle dynamique collective qui s’est crée avec Philippe Gonzalez, Fabienne Malbois et Léonore Cabin à l’occasion de notre projet de recherche FNRS. Je remercie tout particulièrement Fabienne Malbois pour ses remarques et suggestions, toujours pertinentes et stimulantes, sur ce texte. J’ai également bénéficié des discussions qui ont eu lieu lors des journées que nous avons organisées en février 2016, notamment avec Ruth Amossy et Nathalie Heinich.

2 Hommage populaire à Johnny Halliday en l’église de la Madeleine, 09.12.2018 : http://www.elysee.fr/declarations/article/transcription-du-discours-du-president-de-la-republique-hommage-populaire-a-johnny-hallyday-en-l-eglise-de-la-madeleine/

3 Hommage national au Colonel Arnaud Beltrame, 28 mars 2018 : http://www.elysee.fr/declarations/article/hommage-national-au-colonel-arnaud-beltrame/

4 Sur l’invention de la sociologie par l’abbé Sieyès – et non pas, 50 ans plus tard, par Auguste Comte, cf. Kaufmann & Guilhaumou (2003).

5 Sur la neutralisation morale que produit le défacement (defaceness of the stranger), voir Bauman (1990).

6 L’on pourrait s’étonner de ne pas voir reprise ici la célèbre distinction que propose Georg Herbert Mead entre le Je et le Moi. En fait, la distinction de Georg H. Mead, bien que fondamentale, est beaucoup trop large pour saisir ce qui m’intéresse ici. D’une part, il distingue deux formes d’identité alors que je propose, on le verra, de distinguer cinq « états de la personne ». D’autre part, si la « personnification » que je pointe ici avec Erving Goffman et Thomas Hobbes correspond bien au rôle ou à l’identité sociale qui intéresse Georg H. Mead (role-taking), la « personnalisation » ne correspond pas vraiment à son Je, qui oscille entre une instance minimale, essentiellement a priori et instinctuelle (un flux d’expériences), et une instance a posteriori, celle d’un je qui se réapproprie les rôles qu’il arbore et les fait « siens ». Enfin, la notion de « personne » telle que je la définis me semble plus claire que celle d’identité, notion très confuse, ambivalente et surtout substantielle et trans-situationnelle. Par ailleurs, la notion de « personne » est plus aisément observable du point de vue empirique puisqu’elle renvoie en tout premier lieu à la personne pronominale que toute situation d’interaction invoque ou convoque.

7 La description des épreuves interactionnelles mentionnées ici est inspirée des entretiens dont la thèse de Marie Le Clainche-Piel rend compte de manière remarquable mais la problématisation de l’identité du « défiguré » en termes de personnification est de mon propre fait.

8 Sur cette belle notion de « reposité », cf. Piette (2009).

9 Il nous faut préciser ici que nous ne recourons pas exactement au même lexique que Nathalie Heinich utilise dans ses différents travaux. Pour elle, la notion de « personne » peut se détacher de celle d’« humain » pour devenir une « fonction » qui s’applique à différentes catégories d’êtres, que ce soit des icônes, des œuvres d’art, des fétiches, des animaux ou des robots, les rendant par là même « insubstituables » (Heinich, 2002). Bien que cette idée de « fonction-personne » est tout à fait appropriée pour décrire les phénomènes de personnalisation d’un grand nombre d’entités qui nous entourent, elle ne rend peut-être pas assez compte des implications spécifiques de l’application de la « fonction-personne » aux êtres humains. Ces derniers ont en effet la capacité, contrairement aux fétiches ou aux robots, de reprendre « en personne » les propriétés intentionnelles et les qualités affectives qui leur sont attribuées. C’est ce sens de la personne que nous aurons à cœur de privilégier dans les pages qui suivent.

10 Sur cette notion d’aliénation de la représentation, cf. Lilti (2010).

11 Pour une belle réflexion sur la dimension esthétique de la vie sociale, qu’elle appelle l’aisthesis, cf. Barbara Carnevali (2013).

12 La « pragmatique de la reconnaissance » des personnalités publiques que décrit Florence Malbois s’accompagne ainsi de son ombre portée, celle de la méconnaissance.

13 Cette montée en singularité est donc à maints égards paradoxale puisque « la sémiose publique » procède à une forme de « personnification à la seconde puissance » : l’être de re-nom est un singulier mais un singulier si emblématique qu’il devient le personnage d’un récit qui lui échappe en grande partie.

14 L’affaire à laquelle nous faisons allusion a été déclenchée par la parution en février 2013 d’un récit d’autofiction de Marcela Iacub, Belle et bête qui relate la relation amoureuse qu’elle a entretenue avec Dominique Strauss-Kahn et qui dépeint sa métamorphose en cochon.

15 Cette tentative de renomination, lancée en juillet 2014 par Dominique Alderweireld, alias « Dodo la Saumure », a toutefois été déboutée par le Tribunal de première instance du Hainaut qui lui a interdit d’utiliser l’acronyme « Dodo Sex Klub » (DSKlub) « à des fins commerciales et publicitaires sous peine d’une astreinte de 3000 euros par infraction constatée », https://www.lemonde.fr/europe/article/2014/07/02/en-belgique-le-imf-club-apres-le-dodo-sex-klub_4449149_3214.htm

16 Sur ce beau concept de hantise, cf. Stavo-Debauge (2010).

17 Certes, quand Hannah Arendt délaisse la métaphore de la « scène d’apparition » pour celle de « la table » qui relie et sépare tout à la fois la pluralité des convives, elle suggère qu’une telle asymétrie est réversible : le spectateur peut – ou doit – devenir à son tour un acteur accompli. Mais la plupart du temps, la table qui « nous rassemble » et « nous empêche de tomber les uns sur les autres » prend la forme distante et asymétrique d’une scène publique exposée au regard de la multitude (Arendt, 1972 [1954]).

18 Sur cette distinction entre « médiateurs » et « intermédiaires », voir notamment Latour (2005).

19 Sur la dissolution des repères de la certitude, cf. Lefort (1980).

20 Les people donnent prise à une « montée en singularité » circulaire et auto-engendrée puisque c’est leur notoriété et leur « capital de visibilité » qui attirent l’attention publique (Heinich, 2012).

21 Sur la convenance du commérage et l’inter-dit, voir de Certeau, Giard & Mayol (1994) et Quéré (1982).

22 Sur cette notion intéressante de « miroir équivoque », cf. Louis Quéré (1982)

23 Si l’idéal d’authenticité, comme le suggèrent Richard Sennett ou Norbert Elias, est proprement moderne, il naît donc au xviiième siècle et connaît une forte amplification dans les années 1970, notamment au niveau politique. Si l’on suit John Thompson (2005), en effet, une « nouvelle visibilité » s’impose dans nos espaces publics, substituant à la « politique de l’idéologie », basée sur la confrontation des opinions partisanes, une « politique de la confiance », basée sur l’intégrité personnelle des dirigeants politiques. Dans un contexte socio-économique et politique devenu très compliqué, la personnalité authentique des hommes politiques apparaît comme le dernier repère sur lequel peut s’appuyer le public pour évaluer leur compétence et leur probité. Ce ne sont plus les actions qui comptent mais l’identité des personnes placées sur le devant de la scène. Cette « nouvelle visibilité » a ainsi considérablement modifié le mode d’apparition public des représentants politiques.

24 « I have the most loyal people. I could stand in the middle of Fifth Avenue and shoot somebody and I wouldn’t lose any voters  », Sioux City, Iowa, 23 Janvier 2016 : https://www.theguardian.com/us-news/2016/jan/24/donald-trump-says-he-could-shoot-somebody-and-still-not-lose-voters .

25 « "The country believes me" , Trump said. "« I went to Kentucky two nights ago, we had 25,000 people in a massive basketball arena. There wasn’t a seat, they had to send away people. I went to Tennessee four nights ago. We had a packed house, they had to send away thousands of people. You saw that, right. Did you see that ?" », Time magazine interview, 23 mars 2017.

26 https://www.youtube.com/watch ?v =JyRCzxUACrg

27 Interview avec The Time, 23 mars 2017.

28 La revendication d’authenticité initie donc, de manière en partie volontaire, la dépluralisation du moi que les personnes défigurées, on l’a vu, subissent bien malgré elles. Cf. supra.

29 How to join Anonymous. A beginners’ guide : https://www.youtube.com/watch ?v =XQk14FLDPZg

30 Sur le style de pensée paranoïaque, cf. Hofstadter (2008 [1964]).

31 La transformation du nom propre en « marque » n’est pas l’apanage des représentants politiques, comme le montre la transformation en marque du nom propre « Houellebecq » dont parle Jérôme Meizoz (2018).

32 Je n’aurai pas le temps ici d’insister sur la face plus positive et émancipatrice du masque. Bien entendu, il n’est pas seulement un moyen de dissimuler le nom propre et de garder dans l’ombre cette nouvelle armée de libération de la parole. Le masque et l’anonymat qu’il garantit sont aussi le seul moyen de contrer un pouvoir puissant et potentiellement répressif. Dans ce sens, l’anonymat donne une voix, plutôt qu’elle ne l’efface. Voir à ce propos Kaufmann et al. (2016).

33 C’est bien une telle ventriloquie qui caractérise l’ascension vertigineuse à la singularité que subit Mamoudou Gassama, le jeune Malien sans papier qui, en mai 2018, a sauvé la vie d’un enfant de 4 ans suspendu dans le vide au quatrième étage d’un immeuble parisien. En octroyant à un Mamoudou Gassam ébahi la nationalité française en signe d’admiration pour son courage héroïque, le président Emmanuel Macron opère dans le même mouvement un autre geste politique : les autres « sans-papiers » ne méritent pas, eux, d’être sauvés : https://www.lemonde.fr/afrique/video/2018/05/31/mamoudou-gassama-un-heros-malien-pour-combien-de-sans-papiers_5307536_3212.html

34 Nous n’avons malheureusement pas la place ici de montrer les synergies entre nos réflexions et celles, inspirées de la sémiotique peircienne, de Jean-Louis Genard et Mathieu Berger, qui insistent chacun à leur manière sur la dimension corporelle et sensorielle de l’engagement public et de la formation des collectifs.

35 Une conceptualisation non normative de l’espace public en termes d’apparence et de visibilité conduit à l’usage indifférencié de concepts, pourtant très différents, de visibilité, de transparence et de publicité. Cf. par ex. Adut (2012). En revanche, ce n’est aucunement le cas des réflexions normatives sur la visibilité qui se sont développées à partir des réflexions d’Axel Honneth sur la reconnaissance. Ainsi, Olivier Voirol, dans ses réflexions sur la visibilité, insiste sur le fait que la seule présence visuelle n’est pas en soi une garantie de reconnaissance. La simple identification cognitive d’une personne visible est de l’ordre de la connaissance (je sais qui tu es), non de celle de la reconnaissance au sens de la « valeur sociale » de la personne (je reconnais ta valeur) (Voirol, 2005).

36 Comme le dit Marcel Mauss, les êtres masqués, les êtres sans corps et sans noms n’ont pas d’âme, du moins pas encore : ils restent étrangers au « moi » (Mauss, 1938).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Kaufmann, « Le singulier, le pluriel et le général », SociologieS [En ligne], Dossiers, La sociologie à l’épreuve des figures de la singularité, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11333

Haut de page

Auteur

Laurence Kaufmann

Université de Lausanne (Suisse) - laurence.kaufmann@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page