Navigation – Plan du site
Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques

Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques

Introduction au Dossier
Maurice Blanc et Maryse Bresson

Texte intégral

Savoirs savants et savoirs d’action : l’unité dans la diversité

1Ce Dossier reprend une question classique de la sociologie de la connaissance, sur l’existence de « savoirs » pluriels. Il met en discussion la distinction, elle aussi classique, des savoirs savants et des savoirs d’action, dans l’élaboration des politiques publiques. Aujourd’hui, cette question mérite d’être reposée, pour prendre en compte son profond renouvellement dans un contexte de réformes des politiques publiques qui impactent le champ de la recherche publique, universitaire notamment.

2En première approche, la sociologie et, plus globalement, les sciences humaines et sociales sont généralement mobilisées (y compris dans le champ des politiques publiques) en tant que détentrices d’un savoir savant, qui fournit des outils et des grilles d’analyse des faits sociaux et/ou des problèmes publics ; pour leur part, les « acteurs sociaux » mobilisent des savoirs d’action, professionnels et/ou profanes.

3Cependant, dans le champ des politiques publiques, ces distinctions sont brouillées, comme l’illustrent les figures de l’expert et du praticien-chercheur ou celle, plus traditionnelle, du militant. La recherche est à la fois un secteur et un objet des politiques publiques, puisque les acteurs qui « font » ces politiques – élus, décideurs, intervenants qui les mettent en œuvre en les « traduisant », voire les publics qui en « bénéficient » ‒ produisent des analyses de la situation et des enjeux, en mobilisant des catégories savantes au cœur de leurs savoirs d’action. Chercheurs et acteurs co-construisent les politiques publiques ; en même temps, ces politiques et leurs effets constituent un objet d’étude pour les chercheurs.

4Cette interrogation sur les nouvelles formes de l’articulation des savoirs savants et des savoirs d’action découle de la recomposition des relations entre les mondes, qui ont toujours été entremêlés, de la recherche et des politiques publiques. Le nouveau rapport de domination qui s’esquisse est lui-même complexe à analyser. L’injonction à l’utilité sociale et politique de la sociologie n’est pas nouvelle, elle rejoint une revendication de la sociologie elle-même. Les chercheurs revendiquent souvent la reconnaissance de leur utilité. Selon une formule célèbre : « La sociologie ne vaut pas une heure de peine si elle ne devait avoir qu’un intérêt spéculatif » (Durkheim, 1893, Préface), mais en ajoutant cette précision :

« La sociologie ne mériterait peut-être pas une heure de peine si elle avait pour fin seulement de découvrir les ficelles qui font mouvoir les individus qu’elle observe, […] si elle ne se donnait pour tâche de restituer à ces hommes le sens de leurs actes » (Bourdieu, 1962, p. 109).

5L’idée d’utilité change incontestablement, quand elle devient une injonction des « décideurs » et financeurs de la recherche en sciences humaines et sociales à produire des plus-values sociétales et à justifier de leur « utilité ». En France, un rapport de la Cour des comptes, rendu public le 10 juin 2013, expose cet objectif politique, qui sous-tend les réformes actuelles de financement et d’organisation de la recherche, en énonçant un reproche majeur :

  • 1 http://www.ccomptes.fr/Actualites/Archives/Le-financement-public-de-la-recherche-un-enjeu-national# (...)

« Le système public de recherche se préoccupe insuffisamment des retombées économiques de la recherche, qui demeurent peu prises en compte dans les indicateurs de performance de la dépense publique. Le lien entre la recherche publique et les entreprises est un enjeu majeur pour l’innovation et la création de valeur 1 ».

6Dans le monde de la recherche, il n’est pas étonnant qu’une question – ou une inquiétude – se développe et s’exprime : être assujetti à des injonctions ou à des impératifs externes à la démarche scientifique. Le risque de voir la rigueur conceptuelle, théorique et méthodologique minorée, voire subordonnée, aux objectifs sociétaux, économiques et politiques est réel. Ceci introduit le doute sur le sérieux et la légitimité de la démarche scientifique.

7Par exemple, dans le domaine du vieillissement, Nathalie Burnay souligne que l’Union européenne a diffusé des recommandations et des pratiques avec une caution scientifique douteuse. Un enjeu majeur est de concilier l’indépendance des chercheurs, la légitimité et la crédibilité du savoir savant qu’ils et elles produisent, malgré les injonctions actuelles à innover et à produire des résultats directement utilisables dans les entreprises et/ou dans les politiques publiques (sociales, de santé et autres).

8Plus largement, la question du rapport entre savoirs savants et savoirs d’action va au-delà de celle de l’utilité de la sociologie pour ces politiques publiques, que ce soit de manière instrumentalisée ou en réponse à une aspiration des chercheurs eux-mêmes à participer aux réponses sociétales, tout en participant à les construire comme des « problèmes » publics.

9Dans l’ensemble des contributions, les recompositions des échelles territoriales de l’action publique, du local au supranational, débouchent sur un autre enjeu majeur : la redéfinition des frontières externes et internes – aussi bien pour la recherche (académique, partenariale, recherche-action) que pour les politiques publiques. Dans un contexte où, à l’échelle mondiale, les politiques publiques sont soumises aux dogmes néo-libéraux de la « nouvelle gestion publique », la recomposition des savoirs est également dépendante des formes diverses d’hybridation du public et du privé (qui s’imposent via le financement de la recherche, les injonctions à la pluridisciplinarité et à l’innovation, etc.).

10La caractérisation des savoirs savants et des savoirs d’action est étroitement liée à la question identitaire : ils sont à la fois différents, concurrents et/ou complémentaires, dans une relation qui se recompose. Dans ce contexte, le questionnement porte sur la pertinence même de distinguer ces deux types de savoirs qui s’articulent, s’opposent ou s’hybrident : sont-ils de nature si différente ? Le chercheur n’est-il pas lui aussi un acteur, l’acteur ne peut-il jamais avoir une posture réflexive ? Il peut avoir lui-même été formé au raisonnement des chercheurs (Giddens, 1971). Comment, et dans quelle mesure, s’opère aujourd’hui le rapprochement ?

11Ce Dossier interroge la reformulation de ces questions et des recouvrements qui, s’ils ne sont pas nouveaux, sont aujourd’hui renouvelés. Le changement porte à la fois sur l’articulation entre les catégories différentes de savoirs portées par différents groupes d’acteurs et sur les recompositions des relations entre des acteurs qui s’en tiennent majoritairement à leur identité traditionnelle.

12Nous observons un décalage paradoxal entre la valorisation de formes diverses d’hybridation présentées comme nécessaires ‒ au nom de l’efficacité économique ou du « vivre ensemble » à l’échelle sociétale ‒ et la tout aussi nécessaire affirmation de l’altérité. Par exemple, les chercheurs peuvent revendiquer la rencontre de formes diverses, au nom du pragmatisme (pour obtenir des financements), ou par conviction (pour participer au vivre ensemble) ; ils et elles peuvent avoir intérêt à mettre en exergue leurs différences, avant de survaloriser la proximité construite.

13Cette remarque ne signifie pas qu’il faudrait minorer la différence entre des réalités ou des « mondes » qui préexistent à la rencontre, mais qu’il s’agit bien, comme chez Norbert Élias à propos de la relation individu/société, de repenser la relation savoirs savants/savoirs d’action dans des configurations nouvelles. Ce Dossier met en discussion, notamment avec la contribution d’Yves Vaillancourt, le concept de co-construction, appliqué à la fois aux savoirs et aux politiques publiques, qui projette dans une élaboration qui est commune, mais en maintenant la différence entre les savoirs des acteurs scientifiques, politiques et de la « société civile » (en termes de temporalités, notamment des outputs, c’est-à-dire des produits de la rencontre valorisés et valorisables dans chaque « monde »).

14Ce Dossier éclaire comment aujourd’hui la sociologie change, dans des sociétés en mouvement, et comment interagissent les membres de groupes relevant des sphères des sciences sociales et des politiques publiques, à la fois pour construire les « problèmes » et les remèdes à appliquer. Cela passe par des processus transactionnels qui permettent de concilier, souvent dans la douleur, des exigences opposées. La réflexion proposée invite également à se demander à quoi et à qui la sociologie est utile. Ces questions sont abordées avec un regard réflexif, fondé sur une perspective ouverte à l’international, avec les contributions de chercheurs de Belgique, du Québec et de France, qui ont expérimenté, dans leurs pratiques de recherche, l’intérêt et les difficultés de la co-construction des savoirs savants et des savoirs d’action, et leurs enjeux.

Trois figures du savoir savant : « le cheval de Troie », « l’oracle » et « l’alliance »

15Professeure de sociologie à l’Université de Namur et à l’Université catholique de Louvain (Belgique), Nathalie Burnay est une spécialiste reconnue au niveau européen de l’analyse des fins de carrière et du vieillissement au travail, dans une perspective d’ouverture disciplinaire et interdisciplinaire. Elle a aussi mené des recherches, souvent à caractère appliqué, sur bien d’autres sujets. Sa contribution : « De la difficile rencontre entre savoir savant et savoir d’action : de la représentation de l’expert à l’expert en action », revient sur les frictions et les tensions entre champs, disciplines et surtout acteurs. Elle prend pour entrée une citation de Raymond Aron, qui rappelle les trois exigences constitutives de l’édification d’un savoir scientifique des sciences sociales chez Max Weber. Elle prend ensuite appui sur trois recherches dans lesquelles elle a été impliquée, chacune d’elle illustrant une forme « d’hybridation » des savoirs savants et des savoirs profanes :

16- une recherche sur la gestion du personnel vieillissant de la Société des transports en commun de Bruxelles illustre la figure du « Cheval de Troie » : malgré les fortes réticences de la Direction des ressources humaines, le savoir savant réussit peu à peu à pénétrer et à transformer le savoir profane, issu de la pratique des gestionnaires.

17- membre du Comité scientifique de « L’année européenne pour le vieillissement actif » (2012), Nathalie Burnay a observé un autre cas de figure, qu’elle appelle « l’oracle » : les élus et les fonctionnaires européens en charge des politiques sociales n’ont aucune idée sur le programme d’une année pour le vieillissement actif et ils boivent comme du petit lait un référentiel productiviste en matière de vieillissement actif, proposé par un gérontologue universitaire qui dirige la plupart des projets européens de recherche sur le vieillissement. Le risque est l’écoute sélective et le choix abusif d’un modèle scientifique au détriment des autres.

18- la troisième figure, « l’alliance », apparait dans une recherche-action sur le public de l’université du troisième âge de Namur et ses attentes. Les relations entre acteurs et chercheurs sont plus égalitaires, ce qui facilite la coopération.

19Nathalie Burnay conclut en appelant à « prendre en considération la subjectivité du chercheur, ses conceptions et ses cadres normatifs, pour édicter un savoir non pas empreint de normativité, mais nourri d’une normativité qui est progressivement assimilée et digérée ». Cette proposition d’édification d’un savoir savant « renouvelé et assumé » sera sans nul doute discutée et développée.

De la co-construction des connaissances et des politiques publiques

20Le second texte, intitulé « De la co-construction des connaissances et des politiques publiques » porte un regard différent sur la relation qu’il analyse à travers les enjeux de la co-construction et, également, ses hauts et ses bas. Yves Vaillancourt a été professeur à l’École de travail social de l’UQAM (Université du Québec à Montréal) et il est professeur émérite depuis 2012. Il a beaucoup travaillé sur « La co-construction des politiques publiques ».

21Son texte traite de la co-construction des savoirs en la mettant en regard avec la co-construction des politiques publiques. Repartant d’une distinction déjà faite dans des travaux antérieurs, il réserve le concept de co-construction pour désigner des formes de coopération entre les acteurs de la société civile et ceux de la société politique dans lesquelles les premiers sont co-décideurs, c’est-à-dire participent à l’élaboration des politiques (et pas seulement à leur mise en œuvre, comme c’est le cas dans la co-production des politiques). Dans le contexte des politiques d’austérité et de recentralisation qui caractérisent la conjoncture actuelle au Québec et au Canada, la co-construction – entendue au sens d’une relation partenariale « co-décisionnelle » est devenue une denrée rare. L’auteur souligne aussi que la différence entre les deux mondes demeure et que la relation demeure asymétrique « parce que les chercheurs ont le dernier mot au moment de l’écriture du rapport final et que les élus ont le dernier mot en dernière instance dans la prise de décision politique » – ce qui ne remet pas nécessairement en cause mais, à tout le moins, relativise l’idée d’hybridation (défendue par ailleurs par Nathalie Burnay).

Des multiples inégalités sociales dans la co-construction des savoirs

22Le troisième texte, « La co-construction des savoirs au prisme de l’épistémologie et des inégalités sociales », se centre sur le poids des inégalités dans la co-construction des savoirs. Baptiste Godrie est docteur en sociologie et membre du Centre de recherches sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS) à l’Université de Montréal. Il souligne la difficulté à co-construire des connaissances, en insistant sur les inégalités sociales et les injustices épistémiques qui sont, selon lui, insuffisamment soulignées dans les textes des co-auteurs. Il revient aussi sur la différence dans le tracé des frontières entre « savoirs savants » et « savoirs d’action ». Reprenant à son compte la question de la domination, mais en l’inversant, il se demande si l’hybridation des savoirs ne consacre pas l’hégémonie d’un savoir scientifique qui prendrait seulement « des airs de plus grande proximité et familiarité avec le terrain ». Il plaide finalement pour que la production des savoirs soit repensée de manière collective « dans un souci de pluralisme épistémologique ».

Savoirs savants, savoirs d’action et co-constructions au prisme de la transaction sociale

23Maurice Blanc, Professeur émérite de sociologie à l’Université de Strasbourg, remet en perspective les trois premières contributions sous l’angle de la sociologie des transactions sociales. Il invite à prolonger le débat et il rappelle que le paradigme de la transaction sociale, comme tout paradigme, permet de voir ce que l’on ne verrait pas à l’œil nu, mais qu’en contrepartie il restreint le champ de vision. Tout en prenant en compte cette limite, il invite à mobiliser ce paradigme, parce qu’il éclaire les processus d’élaboration des compromis, dans le domaine des pratiques sociales, comme dans celui de l’élaboration et la (co)construction des savoirs.

24La transaction sociale souligne que les accords sont souvent fragiles et qu’ils peuvent toujours être remis en cause. Elle met en évidence que les inégalités et les rapports de domination sont présents dans les relations entre les savants et les ignorants, tout en invitant à considérer que la transaction sociale ouvre des pistes à l’émancipation des uns et des autres. C’est pourquoi Maurice Blanc invite finalement à ne pas vraiment conclure, mais à poursuivre la transaction réflexive, épistémique et heuristique nécessaire en sciences sociales, entre chercheurs, mais aussi avec tous les acteurs avec lesquels ils/elles doivent dialoguer, négocier et développer des accords, explicites ou tacites, fondés sur les savoirs mobilisés par toutes les parties : savants, experts, décideurs, élus, professionnels et citoyens, y compris les plus démunis d’entre eux.

25Si chacune des analyses présentées a bien sûr un intérêt qui lui est propre, la lecture de l’ensemble des contributions, ainsi que des éléments de discussion et d’échanges réunis dans le présent Dossier, apportent une incontestable « plus-value » scientifique, chacun des auteurs élargissant la perspective à sa façon. Les lecteurs trouveront dans ce Dossier des éléments susceptibles de faire avancer leur réflexion ; plus largement, son objectif est de nourrir l’intelligence collective des chercheurs en sociologie et en sciences sociales sur leurs rapports complexes, toujours à réinterroger, avec les acteurs « profanes » (au sens de : non reconnus comme savants dans le champ académique), dans le champ des savoirs, ainsi que dans celui de l’action sociale, politique et citoyenne. Ce Dossier souligne que le débat public entre chercheurs et acteurs est très fécond ; nous espérons qu’il se poursuivra et nous y invitons tous les chercheurs en sciences sociales, ainsi que leurs partenaires.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. (1962), « Célibat et condition paysanne », Études rurales, n° 5/6, pp. 32-135.

Durkheim É. (1967 [1893]), De la Division du travail social, Paris, Presses universitaires de France [En ligne] : http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/division_du_travail/division_travail_preface1.html

Elias N. ([1983] 1993), Engagement et distanciation, Paris, Éditions Fayard.

Giddens A. (1971), Capitalism and Modern Social Theory. An Analysis of the writings of Marx, Durkheim and Max Weber, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 http://www.ccomptes.fr/Actualites/Archives/Le-financement-public-de-la-recherche-un-enjeu-national#Lapart des financements sur projets : une hausse bénéfique à poursuivre

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Blanc et Maryse Bresson, « Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques », SociologieS [En ligne], Dossiers, Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11537

Haut de page

Auteurs

Maurice Blanc

Professeur émérite de sociologie à l’université de Strasbourg (France). Président honoraire du Comité de Recherche : « Transactions sociales, Cultures, Émancipation » de l’AISLF- maurice.blanc@unistra.fr

Articles du même auteur

Maryse Bresson

Laboratoire Printemps, Université de Versailles Saint Quentin-en-Yvelines (France). Présidente du Comité de recherche : « Intervention et Politiques sociales » et membre du Bureau de l’AISLF - maryse.bresson@uvsq.fr ou mbresson@nordnet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page