Navigation – Plan du site
Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques

De la difficile rencontre entre savoirs savants et savoirs d’action

De la figure de l’expert à l’expert en action
The difficult encounter between scholarly knowledge and action knowledge. From the expert figure to the action expert
Nathalie Burnay

Résumés

À partir de l’analyse de trois exemples issus de ma pratique professionnelle, j’interroge à la fois l’imbrication complexe entre savoir savant et savoir d’action et, par-là, la difficile identification de la figure de l’expert dans le débat contemporain. Au-delà du dévoilement des logiques sociales constitutives du champ scientifique et des rapports de domination qui s’y jouent, de nouvelles questions émergent : on assiste à une transformation importante à la fois du champ scientifique et de la pratique du métier de chercheur.

Haut de page

Texte intégral

« Il existe, quoi qu’on en dise, une communauté des sciences sociales, moins autonome que la communauté des sciences naturelles, mais malgré tout réelle. Quelles sont les règles constitutives de cette communauté des sciences sociales ?
1. D’abord, l’absence de restriction dans la recherche et l’établissement des faits eux-mêmes, le droit de présenter les faits bruts et de les distinguer des interprétations. […]
2. Ensuite l’absence de restriction au droit de discussion et de critique, appliquée non pas seulement aux résultats partiels, mais aux fondements et aux méthodes. […]
3. Enfin, l’absence de restriction au droit de désenchanter le réel. […] La communauté des sciences sociales a précisément pour fonction de créer, par le dialogue et par la critique mutuelle, l’équivalent de ces trois libertés » (Aron, 1959).

  • 1 Je remercie mes collègues Céline Decleire, Amélie Pierre, doctorantes de l’Université de Namur et S (...)

1Cette citation provient de la préface de Raymond Aron à la traduction française de l’ouvrage de Max Weber, Le Savant et le politique. Les trois exigences constitutives édictées par Raymond Aron sont au cœur même de l’édification du savoir scientifique des sciences sociales. Ce sont elles qui fondent la pratique sociologique dans une inéluctable nécessité et dans une intransigeance fondatrice. Raymond Aron rappelle l’importance de la méthode et de l’interprétation, voire de la neutralité axiologique. Ces règles constitutives sont autant de repères qui guident notre raisonnement. Nous devons revenir sur ces exigences pour comprendre comment se nouent aujourd’hui les relations complexes entre savoir savant et savoir d’action et comment la figure de l’expert, associée au savoir savant, peut se déployer dans cette dyade. Si cette problématique n’est pas neuve, comme le suggère cette citation, son agencement, ses modes de résolution et les questions épistémologiques posées sont éminemment contemporaines. De ces trois exigences constitutives, les deux dernières paraissent importantes à souligner, en affirmant avec force que la critique fait partie intégrante du projet des sciences sociales 1.

2Si le savoir scientifique peut être défini par ces trois exigences, le savoir d’action peut être associé à la figure de l’expérience, du vécu, du terrain. Le savoir d’action se fonde sur sa capacité à énoncer, à partir du registre expérientiel. Pour Philippe Astier, deux processus sont à l’œuvre lorsque l’on évoque les savoirs d’action : un processus de désingularisation qui permet une forme de généralisation du savoir énoncé, même si celui-ci est édicté à partir d’actions singulières, et un processus de resingularisation où la légitimité de l’énoncé n’est pas donnée a priori, mais repose sur la crédibilité de l’énoncé.

« La question est en fait de savoir dans quelle mesure tel sujet, avec telles caractéristiques singulières, leur accorde un certain crédit et donc peut élaborer une représentation fonctionnelle de ce qui lui est adressé dans le discours tenu, pour agir. Ce qui oriente et définit l’action ce n’est donc pas le savoir, c’est la représentation que le sujet élabore à partir de lui » (Astier, 2007, p. 84).

3Ces définitions simples du savoir savant et du savoir d’action, prises comme catégories pratiques et non analytiques, mériteraient d’être nuancées, notamment par l’émergence de savoirs d’action empreints de scientificité et de savoirs savants immergés dans l’action. Michel Callon a soulevé cette forme nouvelle d’hybridation.

« Ce qui caractérisait jadis le savoir-faire du sociologue sert désormais à définir l’acteur qui se dote d’outils lui permettant de reconstituer ces trames invisibles et d’agir sur (et avec) elles. Les questions, généralement qualifiées de théoriques, que le sociologue se posait, voilà qu’on découvre que certains acteurs se les posent, et que c’est parce qu’ils se les posent que ces questions ont des réponses : celles, pratiques, inventées et sanctionnées dans le cours de l’action elle-même. Le sociologue n’est plus celui qui fait apparaitre des explications cachées. […] L’homo sociologicus est devenu un hybride, à la fois acteur et sociologue » (Callon, 1999, pp. 71-72).

4Cette contribution fait l’impasse sur une discussion approfondie de la constitution du savoir d’action, pour se centrer sur le fonctionnement du savoir savant et ses possibles rencontres avec le savoir d’action : face à cette complexité nouvelle, comment se jouent et se déjouent les relations entre savoir savant et savoir d’action aujourd’hui ? La réponse n’est pas neutre et elle est surtout fort complexe. À partir de trois exemples pris dans ma pratique sociologique, je montre comment se joue la question de la porosité des champs et des savoirs au sein des enjeux complexes contemporains et comment s’y décline la posture spécifique de l’expert. Dans ce sens, l’important est bien moins de déterminer la nature de l’expertise, c’est-à-dire de quelle connaissance ou compétence l’expert est doté, que de comprendre comment se tissent les représentations autour de la figure de l’expert : quelles images sociales lui sont attribuées et quelles connotations l’entourent ? Léa Lima exprime bien cette différenciation :

« Le rapport entre le citoyen et l’expertise technique est conceptuellement médiatisé par la figure de l’expert et la question centrale de nos démocraties techniques n’est pas tant de savoir que croire, mais qui croire » (Lima, 2009, p. 150).

Le cheval de Troie

  • 2 Édictée par le Conseil national du travail (CNT), la CCT 104 oblige les entreprises de plus de 20 t (...)

5Le premier exemple pourrait s’intituler « le cheval de Troie ». Interpellée en août 2015 par la cellule de gestion des ressources humaines de la STIB (Société des transports en commun bruxellois – tram, bus, métro), une mission de consultance est mise en place de septembre 2015 à janvier 2016, dans le but d’aider à l’implémentation de la convention collective 2 104 (dite CCT 104), rendant obligatoire la mise en place d’un plan senior destiné aux travailleurs de plus de 50 ans. Ce travail de consultance déplace de facto le savoir savant au cœur des pratiques d’entreprise. Dans ce contexte très empirique, la question de la capacité du sociologue à traduire son savoir d’expert dans des pratiques organisationnelles concrètes se pose assez vite : comment mettre un savoir savant au service d’un savoir d’action ? Quelle pénétration du savoir savant dans le savoir d’action ? Mais surtout comment ne pas perdre de vue la triple absence de restriction mentionnée par Raymond Aron ?

6La STIB est une entreprise à vocation de service public, mais son management répond davantage à des logiques privées que publiques. Tournée vers la clientèle, elle n’est pas insensible à l’évolution des conditions de travail et à la pénibilité physique subie par son personnel. Outre les conducteurs de métro, tram et bus, une grande partie du personnel effectue des missions techniques de maintenance des rames et des bus, un travail pénible et usant.

  • 3 Le contrat de confidentialité qui me lie à la STIB ne permet pas d’entrer davantage dans le détail (...)

7La première étape du processus d’implémentation de la CCT 104 a consisté à établir un état des lieux selon les catégories de travailleurs, avec une série d’indicateurs très quantitatifs : absentéisme, turn-over, types de maladies, mais aussi formations suivies durant l’année écoulée ; ces indicateurs sont présents dans le bilan social et ne nécessitent pas de collecte propre des données. Cet état des lieux a mis en évidence des problèmes structurels, dont la direction et le service de gestion des ressources humaines sous-estimaient l’importance 3.

8La seconde étape a consisté à mettre en place un plan d’action qui s’appuyait sur le diagnostic quantitatif réalisé et qui permettait au savoir savant d’imposer sa légitimité et sa logique d’action. Mais cette perspective ne fut pas simple à imposer, tant les logiques néolibérales en place étaient loin de percoler avec le diagnostic établi. Pour ne prendre qu’un exemple, les managers mettaient fortement en avant des logiques individualisantes dans le déroulement de la carrière. C’est ainsi par exemple que sont prônées des formes d’évaluation individuelles qui font à la fois intervenir le supérieur hiérarchique et le travailleur lui-même. Un quota de primes délivré par la direction ne permet pas de gratifier l’ensemble des collaborateurs et les indicateurs ne sont que peu objectivables pour discerner le travailleur à récompenser. La relation interpersonnelle nouée entre le travailleur et son supérieur est alors déterminante dans l’évaluation qui en donnée. Le risque de rancœur, d’injustice ou, au contraire, de favoritisme est presque inhérent à la pratique. Dans cette même perspective, il est évoqué à demi-mots que l’évolution des salaires pourrait à terme se détacher de l’ancienneté, ce qui s’inscrit dans une revendication patronale qui prend corps en Belgique, voulant par-là libéraliser les salaires en fonction des seules performances des travailleurs. Dans l’évolution des carrières, et plus particulièrement en ce qui concerne les fins de carrière, le travailleur doit pouvoir démontrer toute son implication au sein de la STIB dans une démarche pro-active et responsabilisante. Il doit à la fois faire preuve d’autonomie dans l’organisation de la tâche, mais aussi pouvoir déployer une capacité à se projeter dans le futur dans une évolution de carrière et de métier. L’entreprise construit dès lors les carrières dans une logique de co-responsabilisation : la capacité d’initiative est partagée et permet, au mieux, de gérer son potentiel et ses compétences, au pire, d’apparaitre aux yeux de la direction comme manquant singulièrement de personnalité. Ces logiques individualisantes sont bien souvent synonymes d’inégalités sociales et font peser sur le travailleur toute la responsabilité de ses perspectives de carrière.

9Quant au diagnostic quantitatif réalisé, il pointait davantage des effets de structure, des logiques sociales et des inégalités sociodémographiques très fortes. En effet, les indicateurs analysés laissaient apparaitre des risques importants d’exclusion prématurée du marché du travail, notamment liés à des problèmes de santé invalidants dans toute une série de métiers techniques et de roulage. Plutôt que des pratiques managériales individualisantes, le diagnostic pointait l’urgence de déployer des politiques adaptées à des groupes sociaux particuliers en fonction des métiers exercés ou de certaines caractéristiques socio-démographiques. C’est ainsi qu’ont pu être mises à jour, par exemple, des logiques de genre à l’intérieur des fins de carrière. En effet, le vieillissement des femmes semblait beaucoup plus problématique dans certains métiers que celui des hommes. Les effets se cumulaient au point d’aboutir à des situations dramatiques en termes de santé et de perspective de carrière, ce dont la direction ne mesurait pas l’ampleur.

10Les frictions étaient inévitables, tant les logiques d’action semblaient éloignées, voire opposées. Mais les signaux établis par le diagnostic quantitatif montraient une telle urgence que le savoir savant a fini par trouver grâce auprès des pouvoirs décisionnels. Le changement a pu s’opérer à deux niveaux essentiels, préalables à toute mesure concrète à poser dans le cadre de la CCT 104 :

11- la question des seniors ne nait pas avec l’avancée en âge, mais se prépare à travers l’ensemble de la carrière professionnelle, ce qui implique de réfléchir dans une perspective de long terme, en déployant des dispositifs collectifs et non plus seulement individuels.

12- l’aménagement des postes ou des horaires en fin de carrière permettra de maintenir plus longtemps dans l’emploi un public très exposé aux contraintes de métier.

13Dans cette analyse, qu’en est-il des trois exigences épistémologiques décrites en introduction ? L’analyse proposée repose sur un dispositif méthodologique rigoureux. Les données prises en considération sont exhaustives et fiables, dans la mesure des possibilités offertes par l’encodage systématique des indicateurs utilisés (effectué par le service du personnel). Les indicateurs statistiques s’intègrent dans une analyse des conditions de travail ; celle-ci répond également aux exigences de validité interne et externe et garantit ainsi la qualité des observations et des conclusions. Un regard critique sur la qualité des données permet de nuancer les interprétations. Aucune restriction n’a été opérée par la STIB, ni directement, ni indirectement. Seules des clauses de confidentialité strictes ont jalonné le processus d’analyse : ainsi, l’impossibilité d’avoir accès directement aux données brutes du personnel a complexifié l’analyse puisqu’elle rendait obligatoire le passage par un agent de la STIB pour croiser les données afin d’élaborer le diagnostic quantitatif. Fort heureusement, la collaboration a été efficace, notamment grâce à l’implication et au professionnalisme de l’agent désigné. Il m’est également défendu de communiquer publiquement les résultats de ce diagnostic, n’ayant pas obtenu de droit de copropriété des résultats de la recherche.

14La figure du cheval de Troie pointe la capacité du savoir savant à pénétrer le savoir profane. Ainsi, la légitimité du savant dans son champ professionnel a permis ici une forme de projection de sa légitimité dans un autre champ. Tout se passe comme si on assistait à une forme de perméabilité des champs entre eux, laissant le savoir savant pénétrer dans le champ d’action, sans nécessairement faire des compromis ou des compromissions dans la triple absence de restriction.

15Deux questions émergent à ce stade. D’abord, sur quoi se fonde cette légitimité du savoir savant ? Ensuite, comment appréhender cette forme de perméabilité entre les savoirs ? Dans ce cas, la légitimité du savoir savant repose sur deux considérations complémentaires. Tout d’abord et bien entendu, sur l’aura du savoir savant, c’est-à-dire sur sa capacité à prouver ses compétences, son savoir et son champ d’action. La figure de l’expert est mobilisée pour reconnaitre la pertinence de la méthodologie utilisée. Plus encore, c’est à la force de persuasion du savoir quantifiable que revient la construction de la légitimité : la force du chiffre assied définitivement la légitimité des résultats proposés. Nos sociétés fonctionnent sur une représentation de l’indicateur quantifié comme révélateur de la réalité sociale, voire de la vérité. Que n’est-on bercé quotidiennement par bon nombre d’indicateurs qui nous révèlent la qualité de notre environnement, la santé de notre économie, les tendances de consommation ! Notre vie est constamment mesurée, évaluée, soupesée en fonction de critères qui positionnent et qui situent. Or, tout chercheur qui possède une once de savoir en analyse quantitative est bien obligé de reconnaitre que celle-ci repose sur un véritable leurre de l’objectivité et ne reflète qu’une représentation plus ou moins bien faite de la réalité.

« Le chercheur doit se garder de toute illusion selon laquelle certaines techniques et méthodologies suffiraient à garantir la neutralité de sa démarche : qu’il s’agisse de questionnaires et statistiques, du travail en archives, des entretiens, de la reconstitution biographique ou de l’observation, les techniques d’enquête appliquées avec rigueur peuvent donner l’illusion d’accéder à une "vérité" qui n’est en réalité qu’une construction sociale à laquelle participent une multitude d’acteurs » (Guionnet, 2015, p. 45).

16Sans jeter l’opprobre sur toute démarche quantitative, mais à l’heure où les big data inondent le paysage, comment ne pas s’inquiéter de leur force de conviction, de leur capacité de mobilisation et des conséquences directement induites par leur prétendue légitimité ?

17La seconde question se pose d’un point de vue théorique. Comment appréhender la perméabilité d’un savoir vers un autre, si ce n’est en mobilisant Pierre Bourdieu pour montrer combien cette porosité pose inéluctablement la question de la légitimité du champ et des rapports de domination entre les champs, donc la double question de l’inter- et de l’intra-champ ? L’exemple suivant montre bien que la double question de la porosité des savoirs s’accompagne inévitablement de la question de la structure interne du champ et des relations entre les champs mobilisés.

La figure de l’oracle

  • 4 Anja Declercq est professeure à la faculté des sciences sociales de la Katholieke Universiteit van (...)

18Dans le deuxième exemple, il est question de la figure de l’oracle, de la bonne parole diffusée. Il provient d’une autre sollicitation, s’inscrivant dans le cadre de l’année européenne du vieillissement actif et de la solidarité de 2012. Le projet reposait sur l’établissement d’un état des lieux des pratiques de vieillissement actif en Belgique, projet financé par le gouvernement fédéral et mené en collaboration avec Anja Declercq et Thibault Moulaert 4.

19L’élaboration du savoir savant a consisté, dans ce cas, à s’interroger sur la dimension critique de la demande, en phase avec les exigences édictées par Raymond Aron. Il nous semblait primordial d’asseoir le concept de vieillissement actif dans une réflexion de fond, avant même une quelconque cartographie de pratiques : qu’est-ce que le vieillissement actif ? Mais aussi qu’est-ce qu’être actif, qu’est-ce qu’une activité ? Le « détricotage » opéré n’a pas préoccupé les commanditaires du projet, absorbés par la réponse à apporter aux exigences européennes.

20Il s’est vite avéré que ce concept, qui devait s’inscrire dans le savoir d’action, était empreint d’une idéologie productiviste indéniable et qu’elle trouvait son fondement dans un nécessaire relèvement des taux d’emploi des seniors, surtout en Belgique où ce taux est l’un des plus faibles de l’Union. Pour le dire autrement, le vieillissement actif renvoie avant tout à une forme d’activation qui se retrouve dans une série de politiques d’emploi et/ou de politiques sociales depuis une quinzaine d’années sur la scène européenne (Vielle et al., 2005 ; Cantelli & Genard, 2007). Les logiques de ce vieillissement actif reposent en effet sur les mêmes présupposés idéologiques et normatifs (Moulaert, 2013 ; Burnay, 2015). Alan Walker, professeur de gérontologie sociale à l’Université de Sheffield, est la figure de proue au niveau européen du vieillissement actif et du déploiement de ce nouveau référentiel :

« Une politique publique active et sociale est requise pour intégrer le vieillissement actif comme paradigme principal pour les politiques du vieillissement de l’UE. La désignation de l’EY 2012 [Année européenne 2012] offre l’opportunité de renouveler l’action politique en ce sens » (Walker & Maltby, 2012, p. 81).

  • 5 Alan Walker est lui-même coordinateur de trois des quatre projets financés par la Commission europé (...)

21Les travaux de Laure Kaeser (2015) ont mis en évidence comment ce référentiel s’est progressivement imposé sur la scène internationale, y compris dans la définition des projets de recherche financés par l’Union. Elle montre une concentration de financements européens dans la droite ligne des préoccupations édictées par Alan Walker 5. Plus encore, 2012, Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations, voit la création d’un indice quantifiable de vieillissement actif par pays.

« Cet indice de vieillissement actif (IVA en français, AAI en anglais) permet d’établir dans quelle mesure le potentiel des seniors est utilisé en tant que contribution à l’économie et à la société via des activités rémunérées (emploi), des activités non rémunérées (participation sociale) et une capacité de mener une vie autonome, en bonne santé et en sécurité. Cet indice mesure également la capacité de vieillissement actif des personnes âgées. Développé dans le cadre d’un projet conjointement géré par la Commission européenne et la CEE-NU, l’IVA a été calculé pour la première fois au niveau de chacun des États membres en 2012 – Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle. L’IVA est calculé depuis lors à l’échelon national pour trois points de données, et sa méthodologie a été progressivement affinée. L’indice de vieillissement actif comprend 22 indicateurs regroupés en quatre domaines :
- l’emploi et la participation au marché du travail ;
- la participation à la société ;
- la vie autonome, en bonne santé et en sécurité ;
- les capacités et un environnement favorisant un vieillissement actif » (Commission européenne, 2016).

22Un classement par pays est construit sur la base de cet indice. L’objectif ultime étant bien entendu de s’élever sur cet indice, par différentes politiques accompagnées et pilotées par des recherches précises, gage de développement et de bien vieillir ; en 2014, la France est classée en 7ème position et la Belgique à la 15ème). Mais, au-delà même de l’idée de quantifier ce vieillissement actif, c’est la méthodologie employée qui pose question dans une pondération qui n’est pas neutre.

« Ces piliers sont agrégés pour construire l’AAI, puis pondérés arbitrairement selon l’importance accordée. Ainsi, l’AAI se résume essentiellement à la capacité des individus à rester productifs et autonomes en vieillissant et élude les questions liées aux environnements sociaux, politiques et institutionnels. […] Outre l’octroi de la légitimité, la mobilisation du champ scientifique permet de ramener le débat politique à un débat technique, en recourant aux indicateurs statistiques comme éléments de preuve de la pertinence et de la soutenabilité du vieillissement actif, puis comme justification des objectifs politiques que cette notion sous-tend » (Kaeser, 2015, pp. 97-98).

23Dans ce sens, la définition des thématiques finançables, les équipes de recherche ainsi que les méthodologies adoptées (de type comparatiste par entité géographique) sont orientées de manière à s’ajuster au mieux à la définition restrictive et purement idéologique qu’elle entraine. Mais qui s’opposerait à un vieillissement actif, épanoui et engagé ? Toute une série d’associations, de groupements et de lobbys se sont très bien intégrés dans cette idéologie néolibérale et productiviste.

24Dans ce second exemple, la porosité des champs est indéniable. Le savoir d’action vient s’immiscer à l’intérieur du savoir savant, le contraignant, le définissant et le légitimant. Mais, de manière plus générale, l’enjeu est peut-être moins un rapport de domination du champ politique sur le champ scientifique qu’un rapport de forces à l’intérieur du champ scientifique lui-même : l’expert, issu du monde scientifique, impose de facto la construction d’un type de savoir particulier. Ce débat rappelle les tensions actuelles au sein du monde scientifique autour de la constitution d’un savoir savant. En imposant un savoir légitime au sein du champ scientifique, tout le champ s’en trouve modifié en définissant les contours d’un « bon scientifique » :

- La recherche comparative permet de classer différentes entités géographiques entre elles.
- La recherche quantitative est construite sur des indicateurs objectivement mesurables.
- Le chercheur publie les résultats de ces recherches en anglais dans des revues cotées qui augmentent son indice de performance.
- Cet indice de performance ouvre le droit à la carrière et aux différentes promotions.

25En légitimant certaines pratiques professionnelles, le champ scientifique est pris dans des jeux dans lesquels, individuellement, il est difficile de résister, de penser et d’agir autrement. Le problème ne réside pas dans la légitimité de cette forme de science, mais bien dans le rejet des autres formes de scientificité. C’est le peu de considération pour d’autres manières de faire science qui est enfermant et qui pose problème.

26À partir de ce second exemple, deux conclusions s’imposent. Premièrement, que deviennent nos trois absences de restriction, lorsque règne cette forme de confusion des rôles ? On assiste bien à une pénétration du savoir savant dans le savoir profane, dans une situation similaire au premier exemple. Mais l’utilisation du savoir savant dans la détermination du savoir d’action politique devient problématique lorsque nos trois exigences scientifiques sont quelque peu mises à mal par une forme d’impérialisme normatif, théorique et méthodologique, qui enlève tout regard critique. D’où l’importance de la deuxième absence de restriction évoquée par Raymond Aron et qui rejaillit sur la troisième. C’est moins dans une forme de désenchantement du monde que l’on se trouve que dans une tentative de ré-enchantement normatif et partiel du monde : le vieillissement actif ne peut être imposé comme seul modèle légitime du vieillir, parce qu’il nie les inégalités sociales et territoriales existantes et qu’il dénie les expériences de dépendance et de perte d’autonomie liées à l’avancée en âge.

27Deuxièmement, la question du frottement entre savoir savant et savoir d’action peut également impacter le champ scientifique lui-même par l’imposition d’une forme légitime de savoir savant. Les grands programmes européens de recherche prônent le déploiement de dispositifs de recherche incluant une multitude de pays dans une perspective comparative et de préférence quantitative. Les travaux réflexifs de Patricia Loncle (2015) montrent combien ces grands programmes européens de recherche génèrent une bureaucratie difficilement gérable et fabriquent des résultats stéréotypés et difficiles à interpréter tant la diversité des espaces nationaux est importante. C’est la première des trois exigences qui s’en trouve atteinte. Que devient la possibilité de faire science aujourd’hui, lorsque tous les fonds publics s’inspirent du modèle scientifique européen et imposent par-là les mêmes standards épistémologiques ? Quelles en sont les implications pratiques ?

L’alliance

28Le dernier exemple permet de poursuivre la réflexion sur la porosité des champs. Il s’intitule « alliance » car il pointe avec insistance les conditions nécessaires à l’édification d’un savoir partagé, issu à la fois du savoir savant et du savoir profane. Cette troisième figure repose sur un enlacement des savoirs plus que sur l’intrusion de l’un dans l’autre.

29Le projet est initié par l’Université du troisième âge de Namur (UTAN) qui, comme son nom le suggère, est une association sans but lucratif organisant différentes activités intellectuelles et créatives pour les seniors : des cours d’histoire de l’art, d’informatique ou de langues, mais aussi d’œnologie, de bridge ou de sophrologie. Les activités sont variées et évoluent chaque année en fonction de la demande des étudiants et de la disponibilité des professeurs. En 2018 par exemple, des cours d’astrologie ou de méditation ont été ouverts.

30Le questionnement repose sur une identification et une meilleure connaissance du public, de ses motivations et de ses intérêts. Une première démarche de recherche, très quantitative, a été entreprise par les gestionnaires de l’UTAN : ils ont administré un questionnaire à tous leurs adhérents, de manière à mieux cerner leur public. Dans une seconde phase, ils aimeraient approfondir les résultats de leur démarche en organisant des focus groups avec leurs membres : « pour donner du sens à nos résultats », confient-ils.

31Les rencontres préparatoires permettent de bien cerner la demande et de répartir les contributions de chacun, y compris le volet organisationnel des séances. L’élaboration de la grille d’entretien se fait en partenariat et en échanges réciproques de savoirs différenciés. Celui-ci permet un enrichissement de la problématique de départ et une mise en lumière de la spécificité du public. Le savoir savant et le savoir d’action se renforçant l’un l’autre, au point de ne plus pouvoir différencier les apports de chacun.

32Ce troisième exemple repose sur la capacité de construire un partenariat équilibré qui, loin de sous-estimer les différences dans le savoir apporté, en fait une force par sa complémentarité. La porosité des champs est ici recherchée pour construire un dispositif qui peut s’appuyer sur les savoirs de chacun. La triple absence de restriction demeure sauvegardée dans un dispositif de co-construction des savoirs basé sur une ouverture du champ des possibles : chaque partenaire fait preuve de suffisamment d’ouverture pour permettre l’édification d’un savoir nouveau. Leur expertise du terrain permet de mieux comprendre les enjeux, les subtilités et les jeux de différenciation au sein du public. L’interprétation des données gagne en profondeur et en éclairage devant des « experts de la cause pratique ». La figure de l’expert n’est alors plus cantonnée dans le savoir savant mais se déploie également dans le savoir d’action.

33Cette co-construction repose sur la capacité des partenaires à dépasser les spécificités de chacun des savoirs, ici technique ou expérientiel, de manière à inventer un savoir nouveau, enrichi des compétences et des connaissances de chacun. Cette opération est rendue possible par le dépassement de rapports de force. C’est l’effacement progressif des rapports de domination qui permet au savoir savant de s’enrichir d’un savoir expérientiel et inversement. La co-construction implique la reconnaissance de l’altérité et la mise en place d’une relation de confiance mutuelle. C’est par une véritable opération de traduction que s’élaborent progressivement les conditions d’émergence de savoirs partagés. S’écouter, se comprendre et partager ! Trois étapes essentielles pour dégager une grammaire commune, c’est-à-dire une structuration du langage dans son signifiant et son signifié.

34Dans notre exemple, le rejet d’une forme de domination est d’emblée dû au partage d’un référentiel normatif commun, ce qui diffère des deux exemples précédents. L’enjeu est partagé, tout comme les moyens pour l’atteindre. Ici, la proximité de systèmes normatifs participe pleinement à l’édification d’un savoir partagé. Dans ce cas, tout se passe comme si cette co-construction soit grandement facilitée par ce partage de référentiels communs : la confiance mutuelle trouve à s’établir sur cette base commune, non pas d’intérêts communs, mais bien de valeurs communes. Si cette hypothèse peut être prise au sérieux, elle renvoie directement à la distinction wébérienne entre rapport aux valeurs et jugement de valeur, mais en la pensant dans une nécessaire cohabitation. Loin de renier toute forme de neutralité axiologique, la persistance de jugements de valeur favorise ou, au contraire, complexifie, l’établissement d’un savoir co-construit.

Pour ne pas conclure…

35L’analyse de ces trois exemples montre à la fois l’imbrication complexe entre savoir savant et savoir d’action et, par-là, la difficile identification de la figure de l’expert dans un débat contemporain. De nouvelles questions émergent parce que l’on assiste à une transformation importante du champ scientifique et de la pratique du métier de chercheur.

36Plus fondamentalement, derrière une apparente singularité des situations de confrontation entre savoir savant et savoir d’action, peuvent se dévoiler des logiques sociales constitutives du champ scientifique, des rapports de domination qui s’y jouent et de la porosité de ses frontières. L’enjeu est de décoder le jeu subtil, y compris dans les référents normatifs engagés par chacun des partenaires, y compris du chercheur lui-même.

« [Le travail de l’expert] ne s’explique pas uniquement par des paramètres individuels (l’inclination) ou contingents (le type de sollicitation), mais aussi par des paramètres internes au fonctionnement du monde de la recherche, liés aux logiques organisationnelles et aux impératifs professionnels du monde académique » (Granjou et al., 2013, p. 82).

37Le paradoxe réside ici : le savoir scientifique repose sur les trois exigences mises en mots par Raymond Aron, mais celles-ci ne suffisent pas à comprendre la subtilité du jeu du chercheur pour et dans son champ de recherche. Il est traversé par des forces structurantes et normatives dont il ne peut s’extraire. Mais les nier serait se priver d’un relai nécessaire à l’élaboration d’un savoir savant enrichi par l’épaisseur d’une forme d’humanité, ce qui impose de facto l’ajout d’une quatrième exigence aux propos de Raymond Aron : placer le chercheur dans une posture de refus de toute forme de négationnisme normatif. Pour le dire autrement, une nécessaire prise en considération de la subjectivité du chercheur, de ses conceptions et de ses cadres normatifs, pour édicter un savoir non pas empreint de normativité, mais nourri d’une normativité qui est progressivement assimilée et digérée : il s’agit pour le chercheur de prendre conscience de l’inévitable empreinte de sa subjectivité, inhérente à son humanité, tout en reconnaissant les postures normatives qui traversent son expérience de recherche. Se situer pour mieux connaitre, posture qui s’éloigne quelque peu d’une forme revendiquée de neutralité axiologique. C’est tout l’enjeu équilibriste de l’édification d’un savoir savant renouvelé et assumé...

Haut de page

Bibliographie

Aron R. (1959), « Préface », dans Weber M., Le Savant et le politique, Paris, Éditions Plon.

Astier P. (2007), « Dire, faire et savoir. Remarques sur leurs relations à l’occasion des "discours d’expérience" », dans Avenier M. J. & C. Schmitt, La Construction de savoirs pour l’action, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 69-85.

Burnay N. (2015), « Le vieillissement actif en entreprises : stigmatisations et carences. Regards croisés à partir de la situation belge », Revue suisse de sociologie, vol. 41, n° 3, pp. 401-417.

Callon M. (1999), « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du travail, vol. 41, n° 1, pp. 65-78.

Cantelli F. & J.-L. Genard (2007), Action publique et subjectivité, Bruxelles, LGDJ, Série politique.

Commission européenne (2016), L’Indice de vieillissement actif au niveau local, Bruxelles, Europe sociale, Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion [En ligne] https://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=en&catId=89&newsId=1837&furtherNews=yes

Guionnet C. (2015), « Et si l’on réhabilitait les difficultés méthodologiques ? », dans Guionnet C. & S. Retif (dir.), Exploiter les difficultés méthodologiques. Une ressource pour l’analyse en sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 11-45.

Granjou C., Mauz I. & M. Daccache (2013), « Les conditions de l’articulation entre recherche et expertise. Le cas des recherches sur la biodiversité », Revue d’anthropologie des connaissances, vol.7, n° 1, pp. 67-86.

Kaeser L. (2015), Personnes âgées issues de la migration et vieillissement actif : interroger les normes contemporaines du vieillissement au prisme des parcours de vie, doctorat en sociologie, Université de Genève [En ligne] https://archive-ouverte.unige.ch/unige:55820

Lima L. (2009), « Les frontières de l’expertise », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 126, n° 1, pp. 149-155.

Loncle P. (2015), « Les PCRDT permettent-ils de comparer ? Richesses et difficultés des programmes européens de recherche à travers l’exemple du projet GOETE (Governance of Educational Trajectories in Europe) », dans Guionnet C. & S. Retif (dir.), Exploiter les difficultés méthodologiques. Une ressource pour l’analyse en sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 135-152.

Vielle P., Pochet P. & I. Cassiers (2005), L’État social actif. Vers un changement de paradigme ?, Bruxelles, Éditions Peter Lang.

Walker A. & T. Maltby (2012), « Active Ageing: A Strategic Policy Solution to Demographic Ageing in the European Union », International Journal of Social Welfare, n° 21, pp. 117-130.

Haut de page

Notes

1 Je remercie mes collègues Céline Decleire, Amélie Pierre, doctorantes de l’Université de Namur et Séverine Lagneaux, chargée de recherches au FNRS à l’Université catholique de Louvain, pour leur regard critique et leurs remarques pertinentes tout au long de ce processus de réflexion.

2 Édictée par le Conseil national du travail (CNT), la CCT 104 oblige les entreprises de plus de 20 travailleurs à édicter un plan pour leurs travailleurs âgés. Cette CCT doit permettre à toute entreprise de réfléchir aux mesures concrètes à mettre en œuvre pour ce public senior. Elle s’inscrit dans une réflexion politique plus vaste de maintien des seniors sur le marché du travail, de manière à remonter les taux d’emploi en fin de carrière.

3 Le contrat de confidentialité qui me lie à la STIB ne permet pas d’entrer davantage dans le détail des observations.

4 Anja Declercq est professeure à la faculté des sciences sociales de la Katholieke Universiteit van Leuven (KUL). Thibauld Moulaert était à l’époque chargé de recherches au Fonds national de la recherche scientifique (FNRS), Université catholique de Louvain (UCL), Belgique.

5 Alan Walker est lui-même coordinateur de trois des quatre projets financés par la Commission européenne sur le vieillissement actif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Burnay, « De la difficile rencontre entre savoirs savants et savoirs d’action », SociologieS [En ligne], Dossiers, Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11542

Haut de page

Auteur

Nathalie Burnay

Professeure de sociologie à l’Université catholique de Louvain et à l’Université de Namur (Belgique) - nathalie.burnay@unamur.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page