Navigation – Plan du site
Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques

De la co-construction des connaissances et des politiques publiques

Co-construction of knowledge and public policies
Yves Vaillancourt

Résumés

À partir d’une définition de la co-construction qui met l’accent sur la participation décisionnelle de deux catégories d’acteurs sociaux – ce qui permet de ne pas en voir partout – la co-construction des connaissances est analysée en se référant au modèle de la recherche partenariale pratiquée et institutionnalisée au Québec depuis 1992 et au Canada depuis 2000. Après avoir présenté les expériences qui ont nourri notre réflexion, nous posons les balises théoriques pour cerner la co-construction des politiques publiques en faisant ressortir la jonction entre démocratie participative et démocratie représentative. En conclusion, nous revenons sur les points de convergence entre les deux co-constructions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Tout en assumant pleinement la responsabilité de l’article, nous remercions pour leurs commentaires (...)

1Dans cette contribution 1, nous nous penchons sur les formes de relations partenariales dans lesquelles les parties prenantes impliquées – des individus et des organisations – font de la co-construction de savoirs et de politiques publiques. Nous utilisons le concept de co-construction pour attirer l’attention sur une différence avec le modèle conventionnel de construction des connaissances ou des politiques : ajouter le préfixe « co » met en lumière la participation d’une deuxième catégorie d’acteurs dans le processus et souligne que cette participation n’est pas seulement consultative mais décisionnelle. Dans la co-construction des connaissances, des acteurs – qui ne sont pas des chercheurs universitaires – participent à la fabrication des connaissances pour la recherche. Dans la co-construction des politiques publiques, des acteurs autres que des élus politiques participent à l’élaboration des contenus de politiques publiques. Pour mettre en relief la spécificité de notre définition, nous la comparons avec celle fournie par Michel Foudriat :

« La co-construction se définit comme un processus volontaire et formalisé sur lequel deux ou plusieurs individus (ou acteurs) parviennent à s’accorder sur une définition de la réalité (une représentation, une décision, un projet, un diagnostic) ou une façon de faire (une solution à un problème) » (Foudriat, 2016, p. 23).

  • 2 Comme Michel Foudriat, Laurence Gardin et Florence Jany-Catrice utilisent le terme co-construction (...)

2Nous retenons trois points de cette comparaison : a) Les deux définitions mettent l’accent sur la nécessité d’au moins deux parties prenantes, individuelles ou collectives ; b) La définition de Michel Foudriat a un biais psychologisant, en mettant l’accent sur les interactions entre individus et en confinant à une parenthèse la possibilité d’avoir des interactions avec des acteurs collectifs ; c) Michel Foudriat semble enclin à utiliser le concept de co-construction pour examiner un plus grand éventail de domaines d’activités 2.

3Pour nous, les relations partenariales dans lesquelles il y a de la co-construction impliquent quatre conditions : a) Une délibération – ou une négociation, une transaction – à laquelle participent divers acteurs individuels et collectifs ; b) Les acteurs qui participent appartiennent à au moins deux grandes catégories d’acteurs : des acteurs du monde de la recherche académique et des acteurs de la société civile dans le cas de la co-construction des connaissances ; des acteurs de la société civile et des acteurs de la société politique (i.e. les élus) dans le cas de la co-construction des politiques publiques ; c) La participation des deux catégories d’acteurs est de nature décisionnelle et pas seulement consultative, ce qui veut dire qu’elle a un impact sur le contenu des connaissances ou des politiques ; d) La première catégorie d’acteurs – les chercheurs universitaires dans le cas de la co-construction des connaissances et les personnes élues dans le cas de la co-construction des politiques publiques – ne se contentent pas d’agir pour les acteurs et actrices de la deuxième catégorie, mais avec eux et elles.

4La première partie revient sur la co-construction des connaissances, la seconde sur la co-construction des politiques publiques, avant de conclure sur les différences et ressemblances entre les deux types de co-construction retenus, en mettant l’accent sur les ressemblances.

La co-construction des connaissances

5Cette section se penche sur un modèle québécois et canadien de recherche partenariale ou collaborative, ouvert à la co-construction des connaissances. Ce modèle a existé de 1992 à 2018, soit pendant plus de 25 ans. Mais la recherche partenariale au Canada ou au Québec est plus ancienne. Par ailleurs, la recherche partenariale ou collaborative n’implique pas toujours la co-construction des connaissances. Certaines formes de recherche partenariale au Québec, en particulier dans le domaine de l’économie sociale et solidaire (ESS), « ont été développées sur une période historique de plus de 100 ans » (Fontan, 2011, p. 64).

  • 3 Dans les décennies 1990 et 2000, au Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques so (...)

6Il existe au Québec et au Canada une tradition originale de recherche partenariale ouverte à la co-construction des connaissances, c’est-à-dire à laquelle participent des acteurs qui n’appartiennent pas au milieu de la recherche universitaire. En nous penchant sur cette tradition, nous préciserons ce que nous entendons par co-construction des connaissances, pour faire mieux comprendre que cette co-construction n’est pas présente dans toutes les formes de recherche partenariale 3.

L’émergence et l’évolution du modèle québécois et canadien de recherche partenariale

7La recherche partenariale n’est pas une invention québécoise et canadienne. Bien avant les années 1990, au Canada comme ailleurs, des pratiques de recherche partenariale ‒ certaines était ouvertes à de la co-construction des connaissances ‒ ont existé grâce à des initiatives de chercheurs universitaires qui misaient sur la coopération avec des acteurs socioéconomiques et socioculturels, provenant de la société civile et des mouvements sociaux. Ces pratiques ont existé grâce au soutien d’organismes non gouvernementaux comme des entreprises, des mouvements sociaux, des fondations philanthropiques, etc.

8À la différence du modèle québécois et canadien de recherche partenariale des années 1992 à 2018, ces pratiques n’étaient ni reconnues, ni soutenues, par des programmes et des organismes gouvernementaux de soutien à la recherche. Au Québec et au Canada, depuis les années 1990, la recherche partenariale, avec ou sans co-construction, fait suite aux expérimentations réalisées dans les décennies antérieures, dont celles empruntées au modèle du Service aux collectivités (SAC) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) depuis 1978 (Vaillancourt, 2005 ; Fontan, 2011 ; Dumais, 2011 ; Gillet & Tremblay, 2017).

9À la différence du modèle du SAC de l’UQAM, portant sur un projet partenarial particulier de recherche ou de formation, le modèle examiné ici porte sur un ensemble de projets de recherche relevant d’une équipe de recherche partenariale. Ce modèle a d’abord été développé au Québec par un organisme subventionnaire québécois de la recherche en 1992, avant d’être repris et modifié par un organisme subventionnaire canadien au début des années 2000.

10La recherche en partenariat a été institutionnalisée au Québec lors de l’adoption de la Politique de la santé et du bien-être (1992), par le Conseil québécois de la recherche sociale (CQRS). Cet organisme subventionnaire relevait du gouvernement du Québec et gérait divers programmes de subvention de recherche. Il a lancé un nouveau programme ciblant des équipes de recherche partenariale. Les équipes candidates élaboraient un objet et une programmation à l’intérieur de la thématique de la santé et du bien-être, définie de manière très large, incluant les déterminants sociaux de la santé et du bien-être. La programmation d’une équipe partenariale incluait plusieurs projets de recherche, en préparation ou en réalisation.

11Dans les années 1990 et au début des années 2000, ce programme a permis de subventionner, pour des cycles renouvelables de quatre ans, plus d’une vingtaine d’équipes de recherche en partenariat comprenant des chercheurs universitaires et des acteurs individuels et collectifs, provenant de la société civile et du monde du travail, sans oublier les étudiants et professionnels qui assumaient des rôles d’assistants de recherche.

12À partir de 2001, le CQRS et le Fonds pour la formation des chercheurs à l’aide de la recherche (FCAR) ont été fusionnés pour donner naissance au Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC). Ce nouvel organisme subventionnaire relevant du gouvernement du Québec a maintenu un programme spécifique de soutien à des équipes de recherche qui pouvaient choisir de se définir comme équipe de recherche partenariale, ou de se constituer en équipe de recherche conventionnelle, c’est-à-dire composées exclusivement de chercheurs universitaires. À la différence de l’ancien programme du CQRS, le nouveau programme du FQRSC ouvrait la possibilité aux équipes en partenariat de ne pas se limiter à des objets d’étude relevant du domaine de la santé et du bien-être et de choisir d’autres thèmes ayant trait à la société et à la culture.

  • 4 Au cours des années 1990 à 2018, les noms et les mandats des organismes subventionnaires de la rech (...)

13Au cours des années 2000 et 2010, le FQRSC 4 a pris l’habitude de financer des « actions concertées », en invitant les chercheurs à soumettre des propositions de recherche sur une thématique choisie par l’organisme subventionnaire, en offrant à l’occasion la possibilité de le faire avec des partenaires de la société civile et en s’inspirant, à des degrés variés, du modèle de la recherche partenariale. Le plus souvent, ce choix demeurait facultatif (Dumais, 2011, § 35).

14Au cours des années 2010, le Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture (FRQSC) a raffiné son approche en établissant une distinction nette entre deux « configurations d’équipes ». Il y a d’une part « l’équipe universitaire » et d’autre part « l’équipe en partenariat », cette dernière étant définie de la façon suivante : « En sus des caractéristiques de l’équipe universitaire [soit « déployer une programmation autour d’une problématique scientifique d’envergure »], l’équipe en partenariat favorise la collaboration entre des milieux de pratique et des milieux universitaires […] » (FRQSC, 2017, p. 3).

15Selon leur stade de développement, les équipes de recherche peuvent émarger à deux types de programmes de subvention, pour des « équipes en émergence », ou pour des « équipes en fonctionnement » (Ibid., pp. 4-5). Les équipes en émergence peuvent obtenir des financements de 30 000 $ par année pendant deux ans, tandis que les équipes en fonctionnement peuvent obtenir jusqu’à 80 000 $ par an pendant quatre ans, pour un total de 360 000 $. Enfin, les équipes subventionnées ont le droit de faire des demandes de renouvellement. Une autre règle stipule que seules les équipes en fonctionnement peuvent se prévaloir du statut d’équipe en partenariat. Cela signifie que « les équipes en émergence doivent choisir comme configuration l’option universitaire » (Ibid., p. 4) et peuvent utiliser la période d’émergence pour aménager leurs relations partenariales.

  • 5 Sur ce programme fédéral, visant le développement d’équipes de recherche partenariale dans le domai (...)

16À la fin des années 1990, le modèle québécois de recherche partenariale retenu par le CQRS, puis par le FQRSC, a été repris par le Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada (CRSH), un organisme financé par le gouvernement fédéral canadien. Le nouveau programme du CRSH s’appelait Alliance de recherche universités-communautés (ARUC). Il permettait de financer – pour une période de cinq ans avec des moyens financiers de l’ordre du million de dollars canadiens – des équipes de recherche partenariale qui avaient une programmation de recherche sur une thématique relevant des sciences humaines et sociales. Comparé à celui du CQRS et du FQRSC, le programme des ARUC était une expérimentation qui n’était pas destinée à être pérennisée et institutionnalisée. Ainsi, la durée du programme demeurait indéfinie. Dans les faits, plus d’une centaine d’ARUC ont existé au Canada, de 2000 à 2015, avec diverses configurations. Plusieurs se sont structurées en lien avec la thématique de l’économie sociale et solidaire (ESS). De 2005 à 2010, six équipes de recherche partenariale sur l’économie sociale ont existé à la faveur d’un programme spécial de 15 millions $ financé par le gouvernement fédéral du Parti libéral du Canada, mais administré par le CRSH5 (Lévesque, Fontan & Klein, 2014 ; Vaillancourt, 2005 et 2008 ; Dumais, 2011 ; Fontan, Klein & Bussières, 2014).

17En 2015, le CRSH a mis fin à son programme concernant les ARUC, tout en créant deux nouveaux programmes ouverts à la recherche en partenariat. Le premier, « Subventions de développement de partenariat », est plutôt modeste. Il accorde des subventions de 75 000 $ à 200 000 $ pour une durée de un à trois ans « à des équipes ou à des partenariats menés par un directeur de projet […] en favorisant de nouveaux partenariats avec des partenaires existants ou potentiels » (CRSH, 2018a, p. 1). Le second, « Subventions de partenariat », est de plus grande envergure (CRSH, 2018b). Il permet de soutenir de « grandes équipes » pour une durée de quatre à sept ans, avec des montants « maximum de 500 000 $ par an, pouvant aller jusqu’à un total de 2,5 millions $ » (CRSH, 2018b, pp. 1-2).

18Dans ces deux nouveaux programmes du CRSH, à la différence des programmes antérieurs, le terme partenariat ne fait pas référence seulement à la coopération entre deux catégories distinctes d’acteurs : des universités et des communautés pouvant être ancrés dans des « organismes partenaires des secteurs public, privé et sans but lucratif » (CRSH, 2018b, p. 2). À l’encontre des balises présentées dans l’introduction, le terme de partenariat peut s’appliquer à des formes de coopération entre acteurs universitaires, comme dans la recherche multidisciplinaire ou interuniversitaire. Le CRSH ouvre cette porte avec sa définition : « Des partenariats peuvent être établis entre plusieurs établissements d’enseignement postsecondaire ou entre un ou plusieurs établissements d’enseignement postsecondaire et un ou plusieurs organismes partenaires en dehors du milieu de l’enseignement postsecondaire » (CRSH, 2018a, p. 1 ; 2018b, p. 1 et 2018c, p. 4).

19Il s’agit d’un étiolement de la définition du partenariat sur laquelle nous reviendrons, en faisant le lien avec la question de la co-construction des connaissances.

Étiolement d’un modèle de partenariat et formes de co-construction des connaissances

20En partant des définitions et balises posées ci-dessus, nous examinons neuf points relatifs à l’évolution du modèle québécois et canadien de recherche partenariale de 1992 à 2018. En raison de l’évolution des programmes des organismes subventionnaires, le modèle présenté ici ne doit pas être vu comme bien découpé et rigide, mais comme un dispositif souple et capable de donner lieu à plusieurs modes d’emploi. Les ingrédients principaux demeurent les mêmes, mais ils peuvent être réunis dans une diversité de configurations. En particulier, les équipes de recherche partenariale peuvent être plus ou moins ouvertes à la co-construction.

  • 6 À notre connaissance, dans les organismes gouvernementaux qui subventionnent la recherche scientifi (...)

21Premièrement, en dépit de ses limites, une tradition de recherche partenariale existe avec le soutien des organismes gouvernementaux nationaux de soutien à la recherche scientifique depuis plus de 25 ans au Québec et de 18 ans au Canada. Il s’agit d’une innovation sociale d’envergure, si l’on considère que les programmes gouvernementaux nationaux de soutien à la recherche dans les autres pays accordent des subventions uniquement à des chercheurs universitaires 6. Ce modèle permet à des organismes gouvernementaux de reconnaître et de soutenir des équipes qui sont partenariales et font de la recherche partenariale. Fortement établi au Québec, ce modèle offre aux chercheurs et aux partenaires québécois la possibilité de solliciter l’appui de deux bailleurs de fonds gouvernementaux, le FRQSC et le CRSH. Les équipes de recherche partenariale dans le reste du Canada ne peuvent s’adresser qu’à un seul organisme subventionnaire, le CRSH.

  • 7 Si le CRSH a élargi récemment sa définition de la recherche en partenariat – ce qui génère de l’amb (...)

22Deuxièmement, la définition de la recherche partenariale par le CRSH s’est diluée depuis l’abandon du programme des ARUC en 2015 et l’arrivée des nouveaux programmes « partenariat » (CRSH, 2018a, 2018b et 2018c). Cette dilution génère de l’ambiguïté et de la confusion, en contribuant à banaliser l’usage du terme partenariat et notamment du partenariat ouvert à la co-construction des connaissances comme nous le concevons ici 7. Elle s’établit en rupture avec le choix fait par le FRQSC au Québec ‒ réitéré dans ses plus récents documents ‒ de maintenir une distinction entre les « équipes universitaires » et les « équipes en partenariat » (FRQSC, 2018). Ici, lorsque nous parlons du modèle québécois et canadien de recherche partenariale, nous suivons les définitions du FRQSC plutôt que celles du CRSH.

23Troisièmement, dans le modèle québécois et canadien de recherche partenariale, on retrouve deux catégories d’acteurs, comme énoncé par Diane Gabrielle Tremblay et Valéry Psyché :

« Le réseau de recherche partenariale qui nous intéresse regroupe des universitaires et des acteurs sociaux ou praticiens. Ce réseau de partenaires, qui réunit à la fois des chercheurs, des individus provenant des milieux associatifs et des milieux d’affaires ainsi que des représentants syndicaux a pour but de partager des recherches conjointes, mais aussi de partager les résultats de ces recherches et d’autres informations parmi ses membres » (Tremblay & Psyché, 2014, pp. 55-56).

24Dans les centaines d’équipes de recherche partenariale qui ont existé ou existent depuis 25 ans, ces acteurs sociaux provenant des milieux de pratique socioéconomiques et socioculturelles représentent une très riche diversité de parties prenantes avec des ancrages variés dans le secteur public, le secteur privé et l’ESS, comme, par exemple des associations de défense de droit des personnes « usagères » des politiques sociales, ce qui permet « de comprendre le rôle potentiel de ces usagers en tant qu’acteurs sociaux » (Lévesque, 2018, §16).

25Quatrièmement, le modèle d’équipes de recherche partenariale soutenu depuis 25 ans peut être décliné en trois grandes configurations en tenant compte du type de relations qui s’instaurent entre les deux catégories d’acteurs, ces configurations étant plus ou moins ouvertes à la co-construction des connaissances.

26- la première configuration repose « sur une division relativement traditionnelle du travail de recherche, où cette dernière demeure sous la responsabilité de chercheurs universitaires » (Fontan, 2011, p. 67). Dans cette configuration, il y a peu de place pour la participation des acteurs sociaux à la co-construction des connaissances. Les partenaires sont consultés par les chercheurs universitaires, mais ne participent pas à l’élaboration des contenus de recherche.

27- dans la deuxième configuration, nous trouvons « une division innovante du travail de recherche, où cette dernière est effectuée par des chercheurs praticiens en collaboration avec des chercheurs universitaires » (Ibid.). Dans ce cas, la relation partenariale est ouverte à la co-construction des connaissances.

  • 8 Nous empruntons cette configuration à Jean-Marc Fontan en étant conscient qu’il évoque des initiati (...)

28- enfin, il existe un troisième scénario dans lequel des « chercheurs praticiens » assument le pôle principal du leadership de la recherche tout en laissant aux chercheurs universitaires un rôle complémentaire ou de consultation à l’occasion (Ibid8). Cette configuration est possible si les organisations de la communauté qui jouent le rôle de partenaires jouissent d’une capacité de recherche, comme dans certains mouvements sociaux ou dans des institutions paragouvernementales, dans le champ de la santé publique par exemple. Dans ces cas, il peut y avoir de la co-construction, à condition que les chercheurs universitaires ne soient pas confinés à de simples rôles de consultants.

29Cinquièmement, dans les équipes de recherche partenariale appartenant au modèle québécois et canadien, les deux catégories d’acteurs peuvent participer à toutes les étapes du processus de recherche. La co-construction des connaissances se joue à chacune de ces étapes : au moment de la définition de la programmation scientifique des équipes, de la définition et du développement de chaque projet, de la diffusion des résultats et de la valorisation des connaissances, de la préparation des demandes de subvention et de renouvellement, etc. (Ibid., pp. 78-79). Cet enjeu revêt une importance cruciale lors de l’aménagement et de l’utilisation des instances de gouvernance des équipes de recherche. Si ce modèle partenarial n’implique pas toujours un degré significatif de co-construction des connaissances ou de co-décision, le souci de favoriser ces aspects a pris une grande importance dans les équipes qui ont travaillé sur l’ESS, le développement local et les politiques sociales au Québec et au Canada dans les années 1990 et 2000. Nous parlons d’équipes que nous avons expérimentées et étudiées avec d’autres collègues du CRISES et du LAREPPS (Lévesque, Fontan & Klein, 2014 ; Vaillancourt, 2005 et 2008 ; Bouchard, 2011 ; Fontan, 2011 ; Dumais, 2011 ; Fontan, Klein & Bussières, 2014 ; Klein et al., 2016). D’où le défi mentionné par Benoît Lévesque, cofondateur du CRISES, après plusieurs décennies de pratique de la recherche partenariale : « il faut aussi mobiliser les acteurs de terrain dans la perspective d’une co-production des connaissances » (Lévesque, 2018, §75).

  • 9 Nous préférons le terme co-construction à celui de co-production : dans nos travaux sur la co-const (...)
  • 10 Quand il définit la « recherche autochtone », le CRSH fait son plaidoyer le plus éloquent en faveur (...)

30Sixièmement, les organismes subventionnaires utilisent peu le concept de co-construction. Mais il leur arrive d’évoquer la même réalité avec d’autres mots. C’est ainsi que le CRSH mentionne la « coproduction de connaissances » en l’associant à des « partenariats qui favorisent la recherche novatrice, la formation et la cocréation de nouvelles connaissances sur des questions cruciales à caractère intellectuel, social, économique et culturel » (CRSH, 2018b, p. 2 et 2018a, p. 2). Le terme « cocréation » est proche de la problématique de la « co-construction des connaissances 9 ». Mais en ouvrant sa définition du partenariat à des coopérations qui pourraient mobiliser uniquement des chercheurs de la communauté universitaire, le CRSH ne retient pas l’une des conditions pour qu’il y ait partenariat et éventuellement co-construction des connaissances, c’est-à-dire la coopération sur le plan décisionnel entre deux catégories d’acteurs, dont l’une comprend des organismes autres que des établissements d’enseignement postsecondaire (CRSH 10, 2018a, p. 1).

31Septièmement, l’expérience du modèle de la recherche partenariale depuis 25 ans au Québec a entraîné une certaine « hybridation des savoirs », des productions de recherche et de ses acteurs et actrices (Fontan & René, 2014, pp. 110-111). Elle a amené la constitution d’un « espace hybride d’action et de recherche [dans lequel] il y a inter-fécondation entre l’identité de l’acteur-chercheur et celle de l’acteur-praticien » (Caillouette & Soussi, 2014, p. 36 et pp. 41-42). Elle a généré aussi la création d’un « espace hybride de délibération » (Ibid., p. 46) et des savoirs qui ne sont « ni strictement universitaires, ni strictement expérientiels » (Ibid., p. 43). Ce qui ébranle l’idée qu’il y aurait un mur étanche entre les savoirs dits « savants » et les « savoirs d’action » et laisse entrevoir que les deux catégories d’acteurs finissent par constituer des espaces réflexifs partagés et collaboratifs (Fontan & René, 2014, p. 120). En cours de route, les « identités distinctes » des deux sortes d’acteurs se rapprochent, mais « la distinction entre chercheurs et praticiens ne disparait jamais totalement » (Tremblay, 2014, pp. 23-27). En somme, la culture des chercheurs universitaires déteint chez les praticiens et praticiennes de l’action sociale et vice versa, grâce souvent aux traductions faites par les « passeurs » (Lachapelle, 2017).

  • 11 L’article d’Hélène Rouleau-Ganzmann (2018) a un titre significatif: « Ottawa croit de nouveau à la (...)

32Huitièmement, le modèle québécois et canadien des équipes de recherche partenariale a connu une certaine institutionnalisation puisqu’il a été formellement incorporé, sous des formes variables, dans la programmation des organismes subventionnaires nationaux à Québec et à Ottawa. Cette institutionnalisation ne saurait être sous-estimée, surtout si on tient compte de ce qui se passe dans d’autres pays, comme nous l’avons déjà mentionné. Néanmoins, elle demeure fragile et sa pérennisation est loin d’être assurée : sur le plan du financement, les programmes d’appui à la recherche partenariale ne disposent que d’une partie modeste du financement total de la recherche subventionnée par les organismes gouvernementaux. D’autre part, les organismes subventionnaires de la recherche, particulièrement le CRSH à Ottawa, demeurent sur la défensive dans leur manière de faire la promotion de la recherche partenariale en répétant que leur engagement premier va à la recherche fondamentale 11.

33Neuvièmement, comme toute autre forme de recherche, la recherche partenariale, pour livrer des résultats tangibles et positifs, doit contourner certains dangers et relever certains défis, dont certains d’ordre épistémologique et éthique (Fontan, 2011, pp. 82-86 ; Dumais, 2011). La recherche partenariale ouverte à la co-construction des connaissances implique, notamment dans les moments cruciaux de délibération et de co-décision, des tensions entre les chercheurs et leurs partenaires. Pour être créatrices, ces tensions demandent à être surmontées autrement que par la complaisance et la soumission de l’une des identités à l’autre. « Il est important qu’une attitude non complaisante soit des deux côtés » (Dumais, dans Fontan, Klein & Bussières, 2014, p. 124). Le dépassement de la complaisance passe par des transactions franches et transparentes entre les chercheurs et leurs partenaires de terrain, pour prendre en compte, sans les effacer, les intérêts des chercheurs universitaires (l’avancement de leur carrière) et ceux des acteurs de terrain (l’agenda politique de leurs organisations). Nous avons parlé d’hybridation basée sur un dialogue entre deux identités et non d’instrumentalisation de l’une par l’autre. Dans la relation partenariale, si l’une des deux identités n’y trouve pas son compte, elle finit par se retirer.

La co-construction des politiques publiques

34Cette seconde partie s’appuie sur les recherches théoriques et empiriques que nous avons menées sur la co-construction des politiques publiques depuis une douzaine d’années (Vaillancourt, 2011, 2012, 2015 et 2016 ; Jetté, 2008 ; Vaillancourt, Jetté & Aubry, 2003 ; Jetté & Vaillancourt, 2011 ; Vaillancourt & Jetté, 2018). Nous soulignons les ressemblances, mais aussi quelques différences, avec la co-construction des connaissances. Nous avons testé le concept de co-construction des politiques publiques dans des recherches menées avec d’autres collègues du LAREPPS et du CRISES, dans les domaines des politiques sociales, du développement socioéconomique, du développement local, de l’action communautaire et de l’ESS.

Huit pistes d’analyse concernant la co-construction des politiques publiques 12

  • 12 Voir les synthèses dans Vaillancourt, 2015 et 2016.

35Premièrement, nous parlons de co-construction et de co-production des politiques publiques, et non pas des services. Depuis 40 ans, une vaste littérature existe en sociologie du travail et dans les sciences de la gestion sur la co-production des services, en faisant référence à la participation des usagers et/ou consommateurs, aux côtés des salariés et des professionnels, à l’organisation des activités de l’entreprise ou de l’organisation. Cette conception est utilisée depuis quelques années pour mettre en valeur la participation de la personne nommée « usagère » dans l’intervention sociale et la pratique médicale (Foudriat, 2016, pp. 22 et 27).

36Deuxièmement, nous nous intéressons à la co-construction démocratique des politiques publiques en général et pas seulement concernant l’ESS, ce qui différencie nos travaux de ceux de Laurent Fraisse (2016). Nous nous intéressons particulièrement à la possible contribution des acteurs de l’ESS à la co-construction des politiques publiques (Fontan, 2011 ; Fontan, Klein & Bussières, 2014 ; Jetté et al., 2016 ; Lévesque, 2018). Le concept de co-construction démocratique des politiques publiques est un idéal-type. Il est possible de s’en rapprocher, sans jamais l’atteindre.

37Troisièmement, nous réservons le terme de co-construction des politiques publiques à la participation des acteurs de la société civile et de l’organisation du travail à l’élaboration ou à la définition des politiques (dimension institutionnelle) ; nous réservons celui de co-production pour cerner leur participation à la mise en œuvre des politiques (dimension organisationnelle). Si Victor Pestoff et ses collègues s’en tiennent à la dimension organisationnelle (Pestoff et al., 2012), nous tenons compte du fait que les acteurs de l’ESS participent dans certains cas à la seule mise en œuvre des politiques, tandis que, dans d’autres, ils participent à la fois à leur élaboration et à leur mise en œuvre.

  • 13 Expression du politologue argentin Guillermo O’Donnell.

38Quatrièmement, nous nous intéressons à la jonction entre l’apport de la démocratie participative (avec la contribution des acteurs de la société civile) et celui de la démocratie représentative (avec la contribution des acteurs de la société politique tels les élus des branches exécutives et législatives, de même que les fonctionnaires de l’administration publique). Dans une entrevue récente, le sociologue portugais Boaventura De Sousa Santos insiste sur le renouvellement de la démocratie représentative, en soulignant que les limites ou échecs des gouvernements progressistes ne doivent pas conduire à une condamnation de la voie électorale dans les grandes transformations des pays du Sud comme du Nord (De Sousa Santos, 2016). Les démocraties représentatives de « basse intensité 13 » doivent être re-démocratisées par la créativité des mouvements sociaux. La problématique de la co-construction de ce sociologue portugais se rapproche de la nôtre et se démarque de la position d’une gauche anarchiste qui reprend à son compte le slogan : que se vayan todos (« qu’ils dégagent ») lancé en Argentine lors la crise de 2001 et diffusé depuis dans plusieurs pays, par exemple par Frédéric Lordon (2016) aux rassemblements de « Nuit Debout » à Paris au printemps 2016. À l’autre extrême, la co-construction peut être bloquée par « la focalisation sur la démocratie représentative [… qui] ne permet pas de mobiliser durablement la participation citoyenne » (Laville, 2016, p. 430).

39Cinquièmement, la co-construction implique que la participation des acteurs de la société civile ait une portée décisionnelle et pas seulement consultative, même si la relation entre les élus et les acteurs de la société civile demeure asymétrique, c’est-à-dire à l’avantage des élus qui ont le dernier mot. Nous insistons sur le côté co-décisionnel de la co-construction, à l’encontre de la culture jacobine nourrie par le durcissement la théorie classique de l’imputabilité.

40Sixièmement, l’idéal-type de la co-construction démocratique des politiques permet d’entrevoir trois types de co-construction : dans le type néolibéral, les élites économiques dictent leur volonté aux décideurs politiques ; dans le type corporatiste, certaines parties prenantes accaparent la délibération et le processus décisionnel, en excluant d’autres groupes d’acteurs moins dotés de capital économique et symbolique ; dans le type solidaire, l’ensemble des parties prenantes participent au processus de délibération et à la prise de décision en prenant en compte la poursuite de l’intérêt général.

41Septièmement, pour les acteurs de la société civile, participer à la co-construction démocratique des politiques publiques n’est pas faire du lobbying. Dans le lobbying, la partie prenante concernée cherche légitimement à convaincre les élus de prendre une décision politique à son avantage. Dans la co-construction démocratique, les parties prenantes délibèrent, ensemble et avec les décideurs, pour construire un compromis et une politique visant l’intérêt général.

  • 14 Au moment du décès de Michel Rocard, des témoignages ont souligné sa « méthode » pour encadrer les (...)

42Huitièmement, la co-construction des politiques est aussi une question de méthode. Au-delà de la participation des parties prenantes concernées dans la société et le monde politique, elle permet à cette participation de s’inscrire dans une délibération productive qui débouche sur de bonnes décisions de politiques publiques, parce qu’elle est bien organisée, encadrée et animée. Cela suppose une bonne méthodologie 14. Sinon la participation alimente la désillusion et le cynisme (Blondiaux, 2008 ; Venne, 2016).

Éléments de comparaison entre les deux types de co-construction

43Pour traiter la dimension sociologique et politique de pratiques de co-construction, nous nous sommes référé à deux types de co-construction : celle des connaissances et celle des politiques publiques. Cinq points ressortent de la comparaison.

44Premièrement, dans ces deux cas, il est question de relations partenariales entre des individus, mais surtout entre des collectifs de personnes, des parties prenantes, des acteurs sociaux, des acteurs politiques, etc. Dans la co-construction des connaissances, il s’agit de relations entre des chercheurs académiques et des acteurs sociaux. Dans la co-construction des politiques, il s’agit de relations entre des élus politiques et des acteurs sociaux de la société civile. Nous contestons la pertinence de parler de co-construction des connaissances si les acteurs impliqués sont seulement des chercheurs académiques, ou de co-construction des politiques si les acteurs impliqués sont seulement des élus politiques.

45Deuxièmement, dans les deux cas, le préfixe « co », mis en relief par le trait d’union, attire l’attention sur la dimension co-décisionnelle qui caractérise la relation partenariale. Dans la co-construction des connaissances, les chercheurs universitaires co-décident avec, et pas seulement pour, leurs partenaires de la communauté. Dans la co-construction des politiques, les élus de la démocratie représentative co-décident avec et pas seulement pour les acteurs de la société civile. De ce partenariat authentique, les deux catégories de protagonistes tirent des avantages matériels et symboliques.

46Troisièmement, dans les deux co-constructions, la relation demeure asymétrique, parce que les chercheurs ont le dernier mot au moment de l’écriture du rapport final et que les élus ont le dernier mot dans la prise de décision politique. C’est pourquoi Laurence Gardin et Florence Jany-Catrice parlent de « l’asymétrie de la coopération » (Gardin & Jany-Catrice, 2016, p. 8). Bien que reconnaissant l’asymétrie, nous ne considérons pas la co-construction comme une façon de masquer et de légitimer un rapport de domination et d’instrumentalisation qui jouerait en faveur des élus dans la co-construction des politiques et des chercheurs universitaires dans la co-construction des connaissances. Mais, le fait de reconnaître sans détour le caractère asymétrique de la relation provient du souci éthique d’être honnête et transparent pour éviter d’alimenter des désillusions en promettant trop.

47Quatrièmement, dans les deux types de co-construction, le développement de relations partenariales entre deux types d’acteurs entraîne une certaine hybridation et transformation des deux identités. Cette hybridation doit beaucoup à la contribution de « passeurs » (Lachapelle, 2017). Par exemple, dans les cas de pratiques de co-construction de connaissances, certains professionnels jouent le rôle d’entremetteurs et de traducteurs entre les chercheurs académiques et les praticiens de l’action sociale.

48Cinquièmement, une hypothèse ‒ voire une piste de réflexion et d’action ‒ demeure présente en filigrane dans notre texte ; elle permet de comprendre notre intérêt pour la co-construction des connaissances et des politiques. Dans la co-construction des connaissances et des politiques, si certaines conditions sont réunies, la participation démocratique d’une plus grande diversité d’acteurs sociaux constitue un levier pour rendre d’une part les connaissances plus vraies et scientifiques, d’autre part les politiques publiques plus justes et équitables.

Conclusion

49Pour traiter de la co-construction des connaissances, nous nous sommes penchés sur l’une des formes qu’elle peut prendre : la recherche en partenariat pratiquée au Québec et au Canada de 1992 à 2018, avec le soutien de programmes provenant d’organismes subventionnaires de la recherche reliés au gouvernement du Québec (CQRS et FQRSC) ou au gouvernement fédéral (CRSH). Pour traiter de la co-construction des politiques publiques, nous nous sommes appuyé sur des travaux de recherche menés sur des réformes innovantes de politiques québécoises apparues au cours des années 1994 à 2002 et ayant fait preuve de résilience au cours des années 2003 à 2018, en dépit d’un environnement politique d’austérité impulsé par les gouvernements dirigés par le Parti libéral du Québec (Vaillancourt, 2017).

50Suivant la définition du concept posée au départ, la co-construction des politiques publiques, tout comme celle des connaissances, implique une coopération à portée décisionnelle entre au moins deux catégories d’acteurs sociaux : les chercheurs universitaires et les praticiens de l’action sociale dans le cas de la co-construction des connaissances ; les élus politiques et des acteurs de la société civile – ce qui peut inclure des chercheurs – dans le cas de la co-construction des politiques publiques. Dans une perspective d’économie plurielle et de démocratie plurielle, que nous partageons avec Lars Hulgard (2016) et Jean-Louis Laville (2016, p. 446-461), nous considérons que la prise en compte de l’apport potentiel des acteurs et principes de l’ESS peut être une source d’innovation et de transformation. « Un retour aux origines oubliées de la solidarité démocratique peut […] faire percevoir un avenir de l’action publique qui ne se contente pas d’un réaménagement des règles étatiques et qui ne se résout pas à une privatisation de la protection sociale » (Laville, 2016, p. 421).

Haut de page

Bibliographie

ANR (2018), Plan d’action 2019, Paris, Agence nationale de la recherche [En ligne] http://www.agence-nationale-recherche.fr/financer-votre-projet/plan-d-action-2019/, consulté le 1er août 2018.

Blondiaux L. (2008), Le Nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Paris, Éditions du Seuil.

Bouchard M. J. (dir.) (2011), L’Économie sociale vecteur d’innovation. L’expérience du Québec, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Caillouette J. & S. A. Soussi (2014), « L’espace de recherche partenariale. Le poids des identités d’acteurs », dans Fontan J.-M., Klein J.-L. & D. Bussière (dir.), Le Défi de l’innovation sociale partagée. Savoirs croisés, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 35-53.

CRSH (2018a), Subventions de développement de partenariat, Ottawa, Conseil de la recherche en Sciences humaines [En ligne] http://www.sshrc-crsh.gc.ca/funding-financement/programs-programmes/partnership_development_grants-subventions_partenariat_developpement-fra.aspx. Consulté le 30 juillet 2018.

CRSH (2018b), Subventions de partenariat. Première étape, Ottawa, Conseil de la recherche en Sciences humaines [En ligne] http://www.sshrc-crsh.gc.ca/funding-financement/programs-programmes/partnership_grants_stage1-subventions_partenariat_etape1-fra.aspx. Consulté le 30 juillet 2018.

CRSH (2018c), Définitions, Ottawa, Conseil de la recherche en Sciences humaines [En ligne] http://www.sshrc-crsh.gc.ca/funding-financement/programs-programmes/definitions-fra.aspx. Consulté le 30 juillet 2018.

Dumais L. (2011), « La recherche partenariale au Québec : tendances et tensions au sein de l’université », SociologieS, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 7 novembre 2016 [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/3747.

Dumais L. & J.-M. Fontan (2014), « Deux chercheurs en dialogue sur la recherche partenariale », dans Fontan J.-M., Klein J.-L. & D. Bussière (dir.), Le Défi de l’innovation sociale partagée. Savoirs croisés, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 115-132.

Fay S. (2016), « Michel Rocard, génie de la réforme et exemple d’éthique en politique », Le nouvelobs.com., 3 juillet 2016 [En ligne] http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/michel-rocard/20160703.OBS3852/michel-rocard-genie-de-la-reforme-et-exemple-d-ethique-en-politique.html. Consulté le 30 juillet 2018.

FRQSC (2017), Soutien aux équipes de recherche, concours automne 2017. Québec, Fonds de recherche du Québec sur la société et la culture [En ligne] http://www.frqsc.gouv.qc.ca/fr/bourses-et-subventions/concours-anterieurs/bourse/soutien-aux-equipes-de-recherche-se-concours-automne-2017-mu9gxddi1498571956939. Consulté le 30 juillet 2018.

Fontan J.-M. (2011), « La recherche partenariale en économie sociale. L’expérience québécoise », dans Bouchard M. J. (dir.), L’Économie sociale vecteur d’innovation. L’expérience du Québec, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 63-88.

Fontan J.-M., Klein J.-L. & D. Bussière (dir.) (2014), Le Défi de l’innovation sociale partagée. Savoirs croisés, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Fontan J.-M. & J.-F. René (2014), « La recherche partenariale et la mobilisation citoyenne : innovation sociale de rupture ou de continuité? », dans Fontan J.-M., Klein J.-L. & D. Bussière (dir.), Le Défi de l’innovation sociale partagée. Savoirs croisés, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 85-113.

Foudriat M. (2016), La Co-construction. Une alternative managériale, Rennes, Presses de l’EHESP.

Fraisse L. (2016), « Co-construire l’action publique. Apports et limites des politiques locales de l’Économie sociale et solidaire en France », Conférence internationale Polanyi-EMES, Des Sociétés en transition, Paris, CNAM, 19-20 mai 2016 (texte transmis par l’auteur).

Gardin L. et F. Jany-Catrice (dir.) (2016), L’Économie sociale et solidaire en coopérations, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Gillet A. & D.-G. Tremblay (dir.) (2017), Recherche partenariale et collaborative : pour une meilleure connaissance, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Hulgard L. (2016), « L’avenir de la social-démocratie », dans Laville J.-L. & J. L. Coraggio (dir.), Les Gauches du XXIe siècle. Un dialogue Nord-Sud, Lormont (Gironde), Éditions Le Bord de l’eau, pp. 213-223.

Jetté C. (2008), Les Organisations communautaires et la transformation de l’État-providence. Trois décennies de co-construction des politiques publiques dans le domaine de la santé et des services sociaux, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Jetté C. & Y. Vaillancourt (2011), « Social Economy and Home Care Services in Quebec: Co-Production or Co-Construction? », Voluntas : International Journal of Voluntary and nonprofit Organizations, vol. 22, n° 1, pp. 48-69.

Jetté C., Lenzi C., Dumais L. & Y. Vaillancourt (2016), « Le rôle des milieux associatifs dans l’intervention à domicile auprès des aînés. Une mise en perspective France-Québec », Travail Emploi Formation, n° 14, pp. 23-41.

Klein J.-L., Camus A., Jetté C., Champagne C. & M. Roy (2016), La Transformation sociale par l’innovation sociale, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Lachapelle R. (2017), Être passeur. La fonction de liaison en organisation communautaire, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Laville J.-L. & J. L. Coraggio (dir.) (2016), Les Gauches du XXIe siècle. Un dialogue Nord-Sud, Lormont (Gironde), Éditions Le Bord de l’eau.

Laville J.-L. (2016), « Gauche européenne et épistémologie du Sud », dans Laville J.-L. & J. L. Coraggio (dir.), Les Gauches du XXIe siècle. Un dialogue Nord-Sud, Lormont (Gironde), Éditions Le Bord de l’eau, pp. 417-472.

Laville J.-L. & A. Salmon (dir.) (2015), Associations et action publique, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Lévesque B., Fontan J.-M. & J.-L. Klein (2014), L’Innovation sociale. Les marches d’une construction théorique et pratique, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Lévesque B. (2018), « L’innovation sociale : retour sur les marches d’une construction théorique et pratique (Entrevue) », Revue de la régulation, vol. 23, printemps [En ligne] https://journals.openedition.org/regulation/12980. Consulté le 6 août 2018.

Lordon F. (2016), « Pour la république sociale », Dossier « Fin de cycle pour la social-démocratie », Le Monde Diplomatique, mars, pp. 17-19.

Pestoff V., Brandsen T. & B. Verschuere (dir.) (2012), New Public Governance, the Third Sector and Co-Production, New York & London, Routledge Editor.

Rouleau-Ganzmann H. (2018), « Ottawa croit de nouveau à la recherche fondamentale », Le Devoir, Cahier spécial C, pp. 1-2.

Sousa Santos B. de (2016), « Boaventura de Sousa Santos : "L’heure est venue d’une nouvelle gauche" », Entrevue avec Diego Leon Pérez & Gabriel Delacoste (La Diaria), traduite par Antonio Martins le 10/05/2016 [En ligne] www.autresbresils.net/Boaventura-L-heure-est-venue-d-une-nouvelle-gauche. Consulté le 30 juillet 2018.

Tremblay D.-G. & V. Psyché (2014), « La recherche partenariale et la communauté de pratique », dans Fontan J.-M., Klein J.-L. & D. Bussière (dir.) Le Défi de l’innovation sociale partagée. Savoirs croisés, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 55-84.

Tremblay P.-A. (2014), « Une sociologie de la recherche partenariale », dans Fontan J.-M., Klein J.-L. et D. Bussière (dir.), Le Défi de l’innovation sociale partagée. Savoirs croisés, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 15-34.

Vaillancourt Y. (2005), « La démocratisation des connaissances : l’expérience des pratiques de recherche misant sur un partenariat université-communauté », Cahiers du LAREPPS, n° 05-19 [En ligne] http://www.larepps.uqam.ca/page/document/pdf_transversal/cahier05_19.pdf. Consulté le 30 juillet 2018.

Vaillancourt Y. (2008), « L’économie sociale au Québec et au Canada : configurations historiques et enjeux actuels », Cahiers du LAREPPS, n° 08-07 [En ligne] http://www.larepps.uqam.ca/Page/Document/pdf_transversal/cahier08_07.pdf. Consulté le 23 mars 2019.

Vaillancourt Y. (2011), « La co-construction des politiques publiques. L’apport des politiques sociales », dans Bouchard M. J. (dir.), L’Économie sociale vecteur d’innovation. L’expérience du Québec, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 115-143.

Vaillancourt Y. (2012), « Third Sector and the Co-Construction of Canadian Public Policy », dans Pestoff V., T. Brandsen & B. Verschuere (dir.), New Public Governance, the Third Sector and Co-Production, New York & London, Routledge Editor, pp. 79-100.

Vaillancourt Y. (2015), « La co-construction des politiques publiques », dans Laville J.-L. & A. Salmon (dir.), Associations et action publique, Paris, Éditions Desclée de Brouwer, pp. 421-459.

Vaillancourt Y. (2016), « La co-construction des politiques publiques : balises théoriques », dans Gardin L. & F. Jany-Catrice (dir.), L’Économie sociale et solidaire en coopérations, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 109-116.

Vaillancourt Y. (2017), Marges de manœuvre des acteurs locaux de développement social en contexte d’austérité, Gatineau et Montréal, UQO et UQAM, Coédition de la Chaire de recherche du Canada en organisation communautaire (CRCOC) et du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) [En ligne] https://crises.uqam.ca/upload/files/publications/etudes-theoriques/CRISES_ET1701.pdf. Consulté le 30 juillet 2018.

Vaillancourt Y., Jetté C. & F. Aubry (dir.) (2003), L’Économie sociale dans les services à domicile, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Vaillancourt Y. et C. Jetté (dir.) (2018), Une Coopération Québec-Haïti innovante en agroalimentaire, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Venne M. (2016), « Le Québec ne sait plus dialoguer », Le Devoir, 13 avril 2016, A 9.

Haut de page

Notes

1 Tout en assumant pleinement la responsabilité de l’article, nous remercions pour leurs commentaires écrits : Laura Beuker, Maurice Blanc, Maryse Bresson, Jean-Marc Fontan, Jean-Louis Genard, Baptiste Godrie, René Lachapelle et Paul Leduc Browne.

2 Comme Michel Foudriat, Laurence Gardin et Florence Jany-Catrice utilisent le terme co-construction en l’appliquant non seulement à la co-construction des connaissances et des politiques, mais aussi à diverses « manières de co-gérer, de co-construire des initiatives et des projets communs » (Gardin & Jany-Catrice, 2016, p. 7).

3 Dans les décennies 1990 et 2000, au Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales (LAREPPS), au Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) et dans d’autres lieux de recherche au Québec, nous avons été impliqués, avec d’autres, dans cette tradition de recherche partenariale ouverte à la co-construction des connaissances.

4 Au cours des années 1990 à 2018, les noms et les mandats des organismes subventionnaires de la recherche relevant du gouvernement du Québec ont changé à la suite de diverses fusions et reconfigurations. En 2001, le CQRS a été fusionné avec le FCAR, ce qui a donné FQRSC. Plus récemment, le FQRSC est devenu le FRQSC. http://www.frqsc.gouv.qc.ca/. Consulté le 30 juillet 2018.

5 Sur ce programme fédéral, visant le développement d’équipes de recherche partenariale dans le domaine de l’ESS, voir Fontan, 2011, pp. 76-77 et Vaillancourt, 2008.

6 À notre connaissance, dans les organismes gouvernementaux qui subventionnent la recherche scientifique, dans d’autres pays que le Canada, il n’y a pas de programme de soutien s’adressant à des équipes de recherche partenariale au sens de ce texte. En France, l’Agence nationale de la recherche (ANR), dans son Plan d’action 2019, offre de soutenir « des projets de recherche collaborative entre entités publiques dans un contexte national ou international et entre entités publiques et privées pouvant présenter une ouverture vers le monde de l’entreprise » (ANR, 2018, p. 2). Ces ouvertures n’expriment pas une volonté de développer un programme pérenne de soutien aux équipes de recherche partenariale.

7 Si le CRSH a élargi récemment sa définition de la recherche en partenariat – ce qui génère de l’ambiguïté – il continue à soutenir la recherche en partenariat, ce qui demeure l’essentiel.

8 Nous empruntons cette configuration à Jean-Marc Fontan en étant conscient qu’il évoque des initiatives de recherche partenariale soutenues par d’autres organisations et réseaux que le CRSH ou le FRQSC (Fontan, 2011, pp. 66-67).

9 Nous préférons le terme co-construction à celui de co-production : dans nos travaux sur la co-construction des politiques, nous avons réservé le mot co-production à la mise en œuvre des politiques, que nous distinguons de leur conceptualisation (Vaillancourt, 2012, 2015 et 2016). D’autres auteurs font du mot co-production un synonyme du mot co-construction (Pestoff, Brandsen & Verschuere, 2012).

10 Quand il définit la « recherche autochtone », le CRSH fait son plaidoyer le plus éloquent en faveur d’une véritable recherche partenariale ouverte à la co-construction des connaissances. La recherche autochtone définie par le CRSH est « réalisée dans n’importe quel domaine ou discipline qui est menée "par et avec" des communautés, des sociétés ou des personnes des Premières nations, des peuples inuit ou métis ou d’autres nations autochtones et qui les concerne et repose sur leur sagesse, leurs cultures, leurs expériences ou leurs systèmes de connaissance dans des formes dynamiques, passées et actuelles » (CRSH, 2018c, p. 4). En parlant d’une recherche « menée par et avec », le CRSH pose une exigence qui rejoint notre concept de co-construction.

11 L’article d’Hélène Rouleau-Ganzmann (2018) a un titre significatif: « Ottawa croit de nouveau à la recherche fondamentale » ; il suggère que, jusqu’ici, la recherche partenariale faisait de l’ombre à la recherche fondamentale.

12 Voir les synthèses dans Vaillancourt, 2015 et 2016.

13 Expression du politologue argentin Guillermo O’Donnell.

14 Au moment du décès de Michel Rocard, des témoignages ont souligné sa « méthode » pour encadrer les délibérations conduisant à des décisions démocratiques (Spitz, dans Fay, 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Vaillancourt, « De la co-construction des connaissances et des politiques publiques », SociologieS [En ligne], Dossiers, Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11589

Haut de page

Auteur

Yves Vaillancourt

Professeur émérite de l’École de travail social de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), membre du Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales (LAREPPS) et du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES : www.crises.uqam.ca). Fondateur de la revue Nouvelles Pratiques sociales en 1988 qu’il a dirigée jusqu’en 2004. Anciennement actif dans le Comité sur les politiques publiques du Canadian Social Economy HUB à l’Université de Victoria. Membre du Groupe d’économie solidaire du Québec (GESQ), responsable des échanges avec les réseaux d’économie sociale et solidaire en Amérique latine et aux Caraïbes - vaillancourt.yves@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page