Skip to navigation – Site map
Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques

Savoirs savants, savoirs d’action et co-constructions au prisme de la transaction sociale

The social transaction process binding together expert and experiential knowledge in the co-construction of knowledge and/or public policies
Maurice Blanc

Abstracts

The social transaction paradigm is helpful for understanding the combination of expert and experiential knowledge in the co-construction of both scientific knowledge and public policies. The focus of this paradigm is on the elaboration of acceptable compromises in the fields of moral values and/or material interests. Such agreements often remain fragile: whether it is right or wrong, they may be denounced when a partner considers they play at his/her disadvantage. Social inequalities and power relations structure the relationship between scholars and lay people. However, a social transaction process opens paths for the emancipation of both parties.

Top of page

Full text

1Ce débat sur l’articulation des savoirs savants et des savoirs d’action – et sur la co-construction des connaissances dans les politiques publiques – ouvre des pistes qui méritent d’être prolongées. La sociologie du travail s’intéresse de longue date à la tension entre le travail prescrit et le travail réel, le second reposant sur des savoirs empiriques qui ne sont reconnus ni dans la définition du poste de travail, ni dans une convention collective, ni dans le salaire. Reconnaitre la richesse des savoirs issus de la pratique, revaloriser par-là l’identité professionnelle et améliorer le statut des travailleurs, sont des enjeux majeurs de l’intervention sociologique dans les entreprises et, plus globalement, dans les organisations.

2La sociologie des organisations a souligné l’importance des « zones d’incertitude » (Crozier & Friedberg, 1977) : le règlement le plus détaillé ne peut pas tout prévoir à l’avance : il y a toujours des imprévus qui provoquent des tensions entre les salariés et la direction : dans l’urgence, faut-il prendre des initiatives ou attendre les ordres d’une hiérarchie qui n’est pas toujours très réactive ? Traditionnellement, les travailleurs et leurs organisations syndicales ont vu dans ces zones d’incertitude un moyen de conserver une certaine autonomie (et un certain pouvoir) sur leur travail. Ils se sont donc opposés aux tentatives tayloristes de mise à plat et de formalisation réductrice du travail à accomplir.

3Dérivée de la sociologie des organisations, la théorie de la régulation conjointe de Jean-Daniel Reynaud (1989) fait une autre lecture de l’analyse des tâches : en montrant les écarts entre le travail prescrit et le travail réel, les sociologues mettent en évidence l’importance des compétences pratiques qui sont nécessaires, même si elles ne sont pas reconnues. Ce dévoilement contribue à l’émancipation des travailleurs qui ne peuvent pas être considérés comme de simples exécutants. Chacune de ces approches a sa part de vérité, mais la réalité est plus complexe et elle relève d’une approche transactionnelle.

4L’étude du métier de gardien-concierge dans le logement social en est un bon exemple. Le cœur de leur métier n’est pas la propreté de l’immeuble (travail prescrit), mais la médiation entre les résidents, pour pacifier les relations de voisinage (travail réel et non reconnu). Mais, lorsque les employeurs, qui ont aujourd’hui du mal à recruter des gardiens-concierges, veulent revaloriser l’image du métier en présentant les gardiens-concierges comme des médiateurs, ceux-ci se rebellent : ils veulent bien faire de la médiation, mais à condition qu’elle reste implicite et informelle. L’officialiser rendrait leur vie impossible : on les réveillerait en pleine nuit lorsque des voisins font du bruit (Stébé, 2005). Le clair-obscur a des avantages, ce qui repose sur des transactions qui restent implicites et tacites.

5En ayant à l’esprit que la déontologie de l’intervention sociale ne se limite pas à faire pour les personnes en difficulté, mais d’abord avec elles, la question de la co-construction des savoirs est cruciale dans la mise en œuvre des politiques sociales. Les personnes concernées ne deviennent les acteurs et les actrices de la résolution de leurs problèmes que dans la mesure où leurs savoirs sont pris en compte et la légitimité de leur action reconnue. Dans ces deux cas, les sociologues ne sont pas dans une relation binaire avec les prescripteurs de la recherche (les dirigeants d’entreprise et/ou les élus politiques), mais dans une « triade » (Simmel, 1999 [1908]) qui inclut les groupes étudiés et/ou les populations concernées.

6Le paradigme de la transaction sociale est ici pertinent et fécond. Je définis la transaction sociale comme un processus de rapprochement entre des exigences opposées et souvent irréductibles (Blanc, 2009). Dans le présent Dossier, qui prolonge un débat commencé lors du congrès de l’AISLF à Montréal en 2016, mes collègues utilisent des paradigmes incontestablement légitimes. Le pluralisme des sociologies, mis en avant dans le titre de la revue qui accueille ce Dossier – SociologieS – rejette toute hiérarchie entre elles.

7Nathalie Burnay conceptualise sa pratique de recherche en se référant explicitement à Raymond Aron et à sa lecture rigoureuse de Max Weber. Yves Vaillancourt cite Jean-Marc Fontan (2014) : « la recherche partenariale repose sur un cadre à la fois cohésif et conflictuel », pour inviter à analyser le partenariat sans l’idéaliser. Baptiste Godrie souligne que les inégalités sociales sont un obstacle majeur à la co-construction des connaissances. En particulier, les inégalités dans l’accès à la reconnaissance de la légitimité des savoirs produits nourrissent ce qu’il appelle les « inégalités épistémiques ». Tous les trois se rapprochent implicitement du paradigme de la transaction sociale.

8Même si la transaction sociale n’a pas été mobilisée, elle est présente et elle apporte un éclairage pertinent – à la fois sur l’articulation des savoirs savants et des savoirs d’action et sur la co-construction des savoirs et des politiques publiques, notamment des politiques sociales. Je procède en trois temps : (1) un bref rappel des caractéristiques essentielles du paradigme de la transaction sociale. (2) l’abordage par la transaction sociale de l’articulation des savoirs savants et des savoirs d’action. (3) l’abordage par la transaction sociale de la co-construction des savoirs et des politiques publiques.

Le paradigme de la transaction sociale

9Cette expression est apparue dans Produire ou reproduire ? (Remy, Voyé & Servais, 1991 [1978]), l’ouvrage fondateur de trois sociologues de l’université de Louvain-la-Neuve (Belgique) : Jean Remy, Liliane Voyé et Émile Servais. Ce titre fait écho aux débats qui déchiraient la sociologie française dans les années 1970 et que Pierre Ansart (1990) a ironiquement décrits comme « un jeu des quatre coins » : est-on pour La production de la société (Touraine, 1973) avec Alain Touraine, donc contre sa reproduction (Bourdieu & Passeron, 1970) ? De même, est-on pour l’individualisme méthodologique de Raymond Boudon (1992), ou pour l’analyse stratégique de Michel Crozier et Ehrard Friedberg (1977), donc contre les déterminations structurelles de Pierre Bourdieu ? Même si leurs oppositions ont été souvent caricaturées à l’excès, ces visions de la société restent irréductiblement opposées et il serait vain de vouloir les réunifier, dans un « œcuménisme sociologique » naïf.

10L’irréductibilité des tensions a été analysée par Georg Simmel (1999 [1908]), qui les place au cœur de la dynamique sociale : les conflits entre sexes, générations et classes sociales, ou entre tradition et modernité, sont indépassables. On trouve des accommodements pour les réduire, mais ils ressurgissent tôt ou tard. La théorie de la complexité d’Edgar Morin (2005) est assez proche, lorsqu’elle fait de la complexité la source de paradoxes (ou d’injonctions) insolubles. La transaction sociale est un moyen parmi d’autres de sortir de ces oppositions binaires et de chercher un rapprochement partiel. La transaction sociale a trois caractéristiques essentielles : elle est une interaction, un processus et un paradigme.

11La transaction est une interaction sociale et, comme toute interaction, elle est un échange, au sens très large du don et du contre-don de Marcel Mauss (1983). Elle inclut de la négociation, implicite ou explicite. Mais elle se distingue de l’interactionnisme symbolique qui néglige les rapports de force et de domination qui traversent les interactions : dans Asiles, les malades mentaux sont à égalité avec le personnel médical dans la vie quotidienne et le malade prend parfois le dessus (Goffman, 1979). La transaction sociale n’exclut pas cette possibilité, mais elle la relativise, en prenant en compte les inégalités (les asymétries pour Yves Vaillancourt) qui structurent les échanges et les négociations, mais sans les déterminer complètement : il y a toujours des marges de manœuvre et de l’imprévu : on est dans le « semi-structuré » et certaines configurations sont plus probables que d’autres (Remy, 1994, 1998 et 2015). Il y a là une divergence avec Nathalie Burnay, qui envisage un compromis fondé sur « l’effacement des rapports de domination ». Les rapports de domination ne se jouent pas uniquement au niveau structurel, comme chez Karl Marx ou Pierre Bourdieu ; ils se jouent aussi dans les micro-pouvoirs, mis en évidence par Michel Foucault (1976) et Michel de Certeau (1990). À tous les niveaux, les transactions sociales sous la contrainte sont les plus fréquentes.

  • 1 La transaction se développe dans le droit de la famille (divorce, garde des enfants), dans le droit (...)

12La transaction sociale est aussi un processus de conciliation entre des exigences opposées et en tension. C’est le sens courant du mot transaction en économie : par des concessions mutuelles, on cherche à aboutir à un compromis acceptable de part et d’autre, ce qui ne veut pas dire pleinement satisfaisant. La transaction économique est réductrice, car elle se fonde sur la seule valeur monétaire et elle se limite à une négociation qui porte sur les intérêts. Le rapport de force est très visible, puisque celui qui est pressé de conclure est en situation de faiblesse. La transaction sociale est beaucoup plus complexe, pour deux raisons : d’abord, la valeur économique est inextricablement enchevêtrée avec des valeurs morales – l’honneur, la reconnaissance, la solidarité, etc. Comment arbitrer entre la liberté et l’égalité (Simmel, 1999 [1908]) ? Ensuite, la transaction économique est relativement stabilisée, alors que la transaction sociale reste souvent dans l’informel, voire le non-dit. C’est pourquoi il faut rapprocher et distinguer la transaction sociale et la transaction juridique : elles ont le même but : résoudre un conflit, ou le prévenir par anticipation, par un compromis pratique (Ledrut, 1976), élaboré par les intéressés eux-mêmes 1.

13La transaction juridique est très formalisée, ce qui est rarement le cas de la transaction sociale. C’est à la fois sa force et sa faiblesse : sa force, car elle permet de prendre le risque d’expérimenter des solutions innovantes, sans s’engager à l’avance ; sa faiblesse, car elle est fragile et révocable à tout moment (Mormont, 1992). Pour parvenir à la signature d’un traité de paix, les diplomates font beaucoup de transactions, y compris des « transactions collusives » (Dobry, 1992). Ils préparent des accords informels avec des concessions réciproques des adversaires, ils les testent et, lorsque ces accords ont montré leur viabilité, ils les formalisent dans un traité.

14Au sens strict, la transaction sociale n’est ni un concept ni une théorie, mais un paradigme, si l’on retient la définition donnée par Robert Merton (1965), en s’inspirant de la métaphore de la longue vue : elle est un outil qui permet de voir ce que l’on ne verrait pas à l’œil nu mais, en contrepartie, elle restreint le champ de vision. Le paradigme oriente le regard du chercheur dans une direction mais, comme tous les outils, il faut l’utiliser à bon escient. Elle pousse ici à prendre en compte l’ensemble des inégalités qui entravent la coopération entre acteurs sociaux et chercheurs ; sans prétendre les éliminer, ce qui serait très prétentieux, elle cherche à les assouplir. En cela, la transaction sociale est une manière de faire une sociologie émancipatrice (Remy, 2013 et 2019). Les acteurs dominés n’ont pas besoin des sociologues pour savoir qu’ils sont dominés : la vie quotidienne s’en charge. Par contre, les sociologues peuvent les aider à affiner leurs perceptions, en distinguant les formes économiques, politiques et culturelles de la domination. Les sociologues peuvent aussi les aider à mettre des mots sur ce qu’ils vivent et qu’ils rejettent, ce qui donne une plus grande légitimité à leurs discours.

Transactions sociales et articulations entre savoirs savants et savoirs d’action

La réflexivité

15Nathalie Burnay montre que l’articulation des savoirs savants et des savoirs d’action, comme la co-construction des savoirs, sont des expressions nouvelles qui reformulent positivement un problème qui s’est posé dès la naissance des sciences, notamment des sciences sociales, et qui recevait habituellement une réponse négative. Particulièrement en France, l’épistémologie critique (Bachelard, 1984) fonde la production des savoirs scientifiques sur la rupture épistémologique avec les préjugés, le sens commun et/ou les savoirs profanes. Les savoirs issus de la pratique sociale, donc les savoirs d’action, seraient irrémédiablement non scientifiques, car contaminés par l’idéologie des acteurs.

16La réaction est venue d’abord du monde anglophone. Avec le pragmatisme de John Dewey, découvert récemment en France (Cefaï & Joseph, 2002) et surtout Anthony Giddens, qui a esquissé une épistémologie alternative, fondée sur la « réflexivité » : prétendre rompre avec les préjugés, largement inconscients, est illusoire (Giddens, 1974). Le chercheur (masculin ou féminin, individuel ou collectif) doit mener un travail réflexif sur lui-même, pour mettre à jour ses préjugés et pouvoir ainsi les réguler ; cet effort de lucidité sur soi-même relève de la « double transaction » de Claude Dubar (1998). Même si elles sont enchevêtrées, la première est biographique (avec soi-même) : voilà mon parcours, mon projet aujourd’hui s’inscrit-il dans la continuité ou dans la rupture avec ce que j’ai fait jusqu’ici ? La seconde est relationnelle (au sens large, avec l’entourage, proche et éloigné) : pour réaliser mon projet d’avenir, qui peut m’aider (qu’il s’agisse de ma famille, de mes voisins, de mon banquier ou de l’État, local ou central) ?

17Anthony Giddens s’inspire de Norbert Elias qui demande au chercheur de « tenir les deux bouts de la chaine » à la fois : l’engagement et la distanciation (Elias, 1993). Le chercheur doit évacuer le préjugé tenace que les acteurs sont englués dans l’idéologie et l’illusion, la science leur apportant une vérité venue de l’extérieur. « Les acteurs ne sont pas des idiots culturels » est un cri d’alarme lapidaire et salutaire (Garfinkel, 1967).

  • 2 Une étude sur l’état des lieux de sortie dans le logement social en donne des exemples très concret (...)

18Le grand mérite de Luc Boltanski et Laurent Thévenot est de prendre au sérieux les discours des acteurs sur les raisons de leurs actions (les justifications), ce qui ne veut pas dire les cautionner (Boltanski & Thévenot, 1991) . Quand des acteurs se situent sur des registres différents (Luc Boltanski et Laurent Thévenot parlent de « cités »), ils ne peuvent parvenir à un accord ; pour sortir de l’impasse, il faut trouver un compromis, ou une forme de transaction sociale 2.

Articulation des savoirs et transaction sociale

19Nathalie Burnay montre que l’articulation des savoirs savants et des savoirs d’action renvoie à la tension entre le savant et le politique chez Max Weber (1959). On peut utilement mobiliser la tension entre l’éthique de la responsabilité et celle de la conviction, tension qui ne coïncide pas totalement avec l’opposition entre le savant et le politique. Si l’on replace dans son contexte la fameuse phrase : « la sociologie, c’est le désenchantement du monde », il ne s’agit pas de démoraliser la société, mais de permettre de ré-enchanter le monde, sur des fondements plus lucides et plus solides. Dans ces tensions, le rapprochement des pôles opposés passe par un processus de transaction sociale, tout comme l’articulation des savoirs savants et des savoirs d’action.

20Les trois figures de Nathalie Burnay font appel à des formes spécifiques de transaction sociale. Dans la figure du « cheval de Troie », le savoir savant s’oppose au savoir d’action des responsables des ressources humaines. Pour la chercheuse, la transaction consiste à ruser pour rééquilibrer le rapport de force et faire admettre, au moins partiellement, le bien-fondé de son point de vue. Le rapport de force s’inverse dans la figure de « l’oracle » : les acteurs étant à court d’idées sur la réponse à donner au problème posé (le contenu de « l’année européenne du vieillissement actif »), les propositions des chercheurs sont facilement adoptées. Pour les chercheurs, la transaction consiste alors à afficher leur solidarité avec les acteurs, tout en prenant de la distance, pour ne pas cautionner des pratiques qui ignoreraient leurs préconisations. Enfin, dans la figure de « l’alliance », la relation entre praticiens et chercheurs est plus équilibrée et il est pertinent de parler de co-construction des savoirs et/ou de recherche partenariale. La transaction permet de coopérer dans la confiance et le respect de l’autre, tout en restant vigilant.

21Yves Vaillancourt se centre sur les formes d’alliance et il distingue deux niveaux qui s’entrecroisent dans la co-construction : l’élaboration des connaissances et celle des politiques publiques. Si les politiques publiques s’appuient sur une synthèse des connaissances disponibles, elles ne découlent pas immédiatement de cette synthèse : pour parvenir à un programme d’action, un travail de « traduction » est nécessaire. La coopération entre acteurs et chercheurs passe par de l’hybridation et du métissage, par des transactions dans la formulation des données des chercheurs, pour qu’elles soient utilisables par les acteurs, sans être dénaturées pour autant.

22Acteurs et chercheurs font aussi des transactions de reconnaissance mutuelle de la légitimité de l’autre, qui s’accompagnent d’une affirmation de l’identité de chacun. De même que l’interdisciplinarité n’est pas la fin des disciplines scientifiques, la coopération entre chercheurs et acteurs politiques n’est pas la confusion des rôles. Chercheurs et acteurs politiques forment un « couple » dans lequel ils sont à la fois complémentaires et opposés : les premiers ont besoin du financement des seconds pour réaliser leurs projets et les politiques ont besoin d’une caution scientifique pour engager leurs actions. Mais ils ont des objectifs et, surtout, des horizons temporels différents : produire patiemment des connaissances solides pour les uns (temps long), terminer l’action avant les élections pour les autres (temps court) ! Ils sont condamnés à s’entendre tout en se disputant, ce qui passe par des processus de transaction sociale pour aboutir à un compromis acceptable, au moins comme un moindre mal.

23Yves Vaillancourt montre que ces questions ne se posent pas seulement entre les chercheurs et les acteurs politiques (les décideurs) : dans la recherche partenariale, elles concernent tous les partenaires, notamment les « acteurs ordinaires », les destinataires (les « bénéficiaires », dans le meilleur des cas) des politiques étudiées par les chercheurs. Les premiers s’insurgent de plus en plus contre les chercheurs qui veulent les traiter en simples objets d’étude et ils veulent être eux aussi partenaires de la recherche (Callon et al., 2001). Cette revendication pose, sous une forme nouvelle, un vieux problème : le soupçon de partialité des chercheurs, notamment dans les sciences sociales.

24Lorsqu’un chercheur (ou une équipe), financé par un groupe industriel, publie des résultats très favorables à son commanditaire, le soupçon de « conflit d’intérêts » s’impose, même s’il n’y a pas d’automaticité. Le même soupçon de partialité est permis si les résultats de l’étude sont approuvés par les représentants (souvent auto-proclamés) des destinataires de l’étude. L’exemple de la pratique psychanalytique permet une comparaison utile : si un analyste propose une interprétation qui est vivement contestée par l’analysant, le premier peut considérer que son interprétation est juste, car « il a mis le doigt là où ça fait mal », c’est-à-dire sur une réalité que l’analysant ne peut pas (encore) entendre (Blanc, 2011).

25L’accord ou le désaccord des personnes concernées par la recherche n’est pas un critère de validité scientifique. Le chercheur peut partager les préjugés des acteurs avec lesquels il coopère ; dans ce cas, il apporte une fausse caution scientifique à un discours qui ne retient qu’un aspect d’une réalité complexe. Ce risque existe mais, heureusement, il peut être évité. Face à un désaccord, le chercheur devrait prolonger le débat et entrer dans un processus transactionnel de recherche de la vérité par la confrontation des points de vue. Mais les délais qui sont imposés pour la remise du rapport final sont souvent un obstacle majeur. On retrouve la contrainte de la temporalité.

Partenariats, inégalités sociales et transactions sociales

26Le partenariat est un mot à la mode ; il est présenté comme la solution d’avenir et idéalisé. En fait, il est très difficile à mettre en œuvre, que ce soit entre professions ou entre acteurs scientifiques et acteurs sociaux. La perspective de coopérer avec d’autres – pour résoudre un problème à la croisée de plusieurs domaines – peut donner le vertige à des professions habituées à travailler de façon autonome (Giddens, 1974) : elles craignent de « perdre leur âme » et/ou d’être victimes d’une tentative de prise de pouvoir par l’un des partenaires. Yves Vaillancourt et Baptiste Godrie sont très attentifs aux asymétries entre les partenaires, qui soulignent la présence permanente de rapports de force dans le partenariat. Il faut prendre de la distance avec la rhétorique du « gagnant-gagnant » : en paraphrasant George Orwell, comme dans La Ferme des animaux, « tous les partenaires sont égaux, mais certains sont plus égaux que les autres ».

27Les professions appelées à coopérer sont prises dans la tension entre la tradition et la modernité (Simmel, 1999 [1908]), ce qui appelle des « doubles transactions identitaires » (Dubar, 1998). Ces transactions visent à conserver son identité (respect de la tradition) tout en la faisant évoluer (adaptation à un nouveau contexte). Mais elles se jouent à deux niveaux : entre professions, pour coopérer sans perdre leur spécificité ; à l’intérieur de chacune des professions, qui ont toutes leurs traditionnalistes et leurs progressistes : le changement va trop loin pour les premiers et il est trop timoré pour les seconds. À ces deux niveaux, inter et intra-professionnel, parvenir à un compromis « équilibré » et consensuel est souvent impossible ; le compromis transactionnel peut être remis en cause à tout moment par le partenaire qui s’estime lésé (Blanc & Stoessel-Ritz, 2017). Comme la toile de Pénélope, la transaction doit être « cent fois, remise sur le métier » !

28Les transactions ont toujours lieu entre des acteurs plus ou moins inégaux. Dans les partenariats entre professions scientifiques et acteurs sociaux, au lieu de nier les inégalités, il faut les prendre en compte. Mais cela ne suffit pas et Baptiste Godrie souligne justement qu’il faut chercher à les réduire, ce qui ne se fait pas par un simple coup de baguette magique. Dans le domaine de la co-construction des savoirs, une forme spécifique d’inégalité intervient qu’il appelle, à la suite de Boaventura de Sousa Santos (2007), l’inégalité épistémique : les savoirs exprimés par certaines personnes et/ou professions sont tenus pour plus légitimes que les autres. Surtout lorsque les acteurs sont démunis, matériellement et/ou culturellement, la co-construction des savoirs requiert une forme de « décolonisation » de la connaissance. Pour cela, le chercheur peut adopter le rôle du traducteur ou de l’avocat : les acteurs ont perçu des choses très justes, mais ils n’ont pas « les mots pour les dire ». Le chercheur devient un « passeur de frontières culturelles » (Marié, 1989) : il les aide à construire leur discours pour qu’il soit entendu et qu’il devienne légitime. Ce sont des formes de transaction cognitive, ou épistémique.

Co-construction des savoirs, mise en œuvre des politiques publiques et démocratie

29L’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques mobilisent deux types de transactions sociales que je qualifie de démocratiques : d’abord, les transactions qui permettent de réaliser un arbitrage respectueux des droits des minorités. La majorité n’a pas les pleins pouvoirs, ce serait « la tyrannie de la majorité » (Tocqueville, 1981 [1843]). Donner satisfaction, au moins partiellement, aux exigences légitimes des différents groupes en présence est un exercice difficile mais essentiel. Ensuite, les transactions qui permettent l’articulation de la démocratie représentative et de la démocratie participative, dans la perspective d’Yves Vaillancourt, que je partage entièrement.

30La démocratie représentative repose sur ce que les juristes appellent une « fiction juridique » : les élus du suffrage universel prennent seuls la décision. Tout le monde sait que la réalité est bien différente : les élus sont conseillés par des experts et des techniciens, ils sont aussi soumis aux pressions de lobbys influents qui mobilisent des scientifiques sans scrupules ; la décision politique est une co-construction qui repose sur une transaction bipolaire entre la légitimité de l’élection et celle de l’expertise, mais cette transaction doit rester secrète.

31La démocratie participative n’est ni la perte du pouvoir des élus au profit d’assemblées générales informelles et fluctuantes, ni la prise du pouvoir par des soviets militants, mais un nouveau mode d’exercice du pouvoir, dans une transaction élargie, ou multipolaire. Les participants peuvent se prévaloir de différentes formes de légitimité : ils sont directement concernés par les conséquences du projet en débat (conflits sur les intérêts), ils sont mobilisés pour la défense d’une cause (conflits sur les valeurs), etc. Ils peuvent être force de proposition et faire prévaloir leur point de vue par la qualité de leurs projets. Les élus restent juridiquement responsables de la décision, mais ils doivent apprendre à être à l’écoute, à agir dans la transparence et à rendre des comptes (Blanc, 2006). C’est déjà un très grand changement !

32Pour que la valeur démocratique de ce changement s’enracine dans la durée, la réduction des inégalités épistémiques est un enjeu essentiel. Notamment pour les politiques publiques dans le champ social, conforter et légitimer la parole des plus démunis s’impose. La tâche est immense, elle ne repose pas uniquement sur les sociologues et les chercheurs en sciences sociales (ce serait une nouvelle version du « paternalisme éclairé »). Mais ils ont un rôle à jouer en termes de « facilitateurs » des transactions épistémiques, ou heuristiques.

En guise de conclusion

« Les échanges commerciaux représentent des guerres potentielles pacifiquement résolues et les guerres sont l’issue de transactions malheureuses » (Claude Lévi-Strauss [1943], cité dans Remy et Voyé, 1981, p. 171).

33En élargissant le champ – de l’échange économique à l’échange social – la transaction sociale est le processus d’élaboration des compromis pratiques qui permettent une cohabitation pacifiée. La transaction en sociologie est une interaction très attentive aux inégalités et aux rapports de force (Remy, 1994). Elle est à ce titre un paradigme que l’on peut mobiliser dans l’analyse de très nombreux domaines de la vie en société, au niveau micro comme au niveau macro. Elle est alors un paradigme heuristique, au service de l’intelligence du social. Mais la transaction sociale peut sortir de la sphère de la connaissance et être au service d’une visée pragmatique qui, dans une démarche réflexive, cherche à orienter l’action. Elle devient alors un paradigme pragmatique. Mais il faut la dépouiller de toute valeur normative : il y a de bonnes et de mauvaises transactions, c’est un volet essentiel dans le message de Claude Lévy Strauss.

  • 3 Titre du Congrès de l’AISLF à Montréal, en 2016.

34Au double niveau de la connaissance et de la mise en œuvre, la sociologie des transactions sociales est un paradigme fécond, d’abord pour analyser l’élaboration et le suivi des interventions sociales et/ou de certaines politiques publiques, mais aussi pour penser l’articulation des savoirs savants et des savoirs profanes, dans « des sociétés en mouvement et une sociologie en changement 3 » (Soulet, 2018).

Top of page

Bibliography

Ansart P. (1990), Les Sociologies contemporaines, Paris, Éditions Seuil-Points.

Bachelard G. (1984 [1934]), Le Nouvel esprit scientifique, Paris, Presses universitaires de France.

Blanc M. (2006), « La démocratie participative n’est pas un long fleuve tranquille », Sciences de la Société, n° 69, pp. 25-37.

Blanc M. (2011), « Participation et médiation dans la recherche en sciences sociales : une perspective transactionnelle », Pensée plurielle, n° 28, pp. 69-77 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2011-3-page-69.htm

Blanc M. & J. Stoessel-Ritz (2017), « Recherche partenariale, transactions sociales et coopérations universitaires Nord-Sud », dans Gillet A. & D. G. Tremblay (dir.), Les Recherches partenariales et collaboratives, Rennes, Presses de l’université de Rennes et Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 211-233.

Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification, Paris, Éditions Gallimard.

Bombenger P.-H. (2011), L’Urbanisme en campagne. Pratiques de planification des sols et d’aide à la décision dans des communes rurales françaises, Doctorat en aménagement et urbanisme des universités de Tours et du Québec à Montréal. http://www.theses.fr/15580829X

Boudon R. (1992), Traité de sociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu P. & J.-C. Passeron (1970), La Reproduction, Paris, Éditions de Minuit.

Callon M., Lascoumes P. & Y. Barthes (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil.

Cefai D. & I. Joseph (dir.) (2002), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube, pp. 131-161.

Certeau de M. (1990 [1980]), L’Invention du quotidien, tome 1 : Arts de faire, Paris, Éditions Gallimard.

Crozier M. & E. Friedberg (1977), L’Acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil.

Dobry M. (1992 [1986]), Sociologie des crises politiques, Paris, Fondation nationale des sciences politiques.

Dubar C. (1998), « Socialisation professionnelle et double transaction : un modèle d’analyse des récits biographiques », dans Freynet M.-F., Blanc M. & G. Pineau (dir.), Les Transactions aux frontières du social, Lyon, Chronique sociale, pp. 137-150.

Elias N. (1993 [1983]), Engagement et distanciation, Paris, Éditions Fayard.

Enclos P. (1994), « Le procès de la notion de transaction », dans Blanc M., Mormont M., Remy J. & T. Storrie (dir.), Vie quotidienne et démocratie, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 49-70.

Fontan J.-M., Klein J.-L. & D. Bussière (dir.) (2014), Le Défi de l’innovation sociale partagée. Savoirs croisés, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Foucault M. (1976), Surveiller et punir, Paris, Éditions Gallimard.

Giddens A. (1974 [1970]), Les Conséquences de la modernité, Paris, Éditions L’Harmattan.

Garfinkel H. (1967), Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall Editor.

Goffman E. (1979 [1961]), Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit.

Guigou B. (2003), « De l’usage à l’usure. Conflits et construction d’accord entre un organisme d’HLM et ses locataires », Espaces et Sociétés, n° 112, pp. 199-219 [En ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5619720p.image.f199.pagination

Ledrut R. (1976), L’Espace en question, Paris, Éditions Anthropos.

Marié M. (1989), Les Terres et les mots, Paris, Éditions Klincksieck.

Mauss M. (1983 [1924]), Sociologie et anthropologie, Paris, PUFresses universitaires de France.

Merton R. K. (1965 [1949]), Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Éditions Plon.

Morin E. (2005 [1990]), Introduction à la pensée complexe, Paris, Éditions Seuil-Points.

Mormont M. (1992), « Pour une typologie des transactions sociales », dans Blanc M. (dir.), Pour une Sociologie de la transaction sociale, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 112-135.

Remy J. (1994), « La transaction : de la notion heuristique au paradigme méthodologique », dans Blanc M. et al., Vie quotidienne et démocratie, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 293-319.

Remy J. (1998), « La transaction sociale : forme de sociabilité et posture méthodologique », dans Freynet M.-F., Blanc M. & G. Pineau (dir.), Les Transactions aux frontières du social, Lyon, Chronique sociale, pp. 20-42.

Remy J. (2013), « La transaction, une manière de faire de la sociologie (entretien) », Pensée plurielle, n° 33/34, pp. 35-51 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2013-2-page-35.htm

Remy J. & L. Voyé (1981), Ville, ordre et violence, Paris, Presses universitaires de France.

Remy J., Voyé L. & É. Servais (1991 [1978]), Produire ou reproduire ?, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Reynaud J.-D. (1989), Les Règles du jeu, Paris, Éditions A. Colin.

Sousa Santos de B. (2007), « Beyond Abyssal Thinking: From Global Lines to Ecologies of Knowledges », Review, XXX-1, pp.45-89.

Simmel G. (1999 [1908]), Sociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Soulet M.-H. (dir.) (2018), Sociétés en mouvement, sociologie en changement, Paris, Éditions Hermann.

Stébé J.-M. (2005), La Médiation dans les banlieues sensibles, Paris, Presses universitaires de France.

Tocqueville de A. (1981 [1843]), De la démocratie en Amérique, Paris, Éditions Flammarion [En ligne] http://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.toa.dem1

Touraine A. (1973), Production de la société, Paris, Éditions du Seuil.

Weber M. (1959 [1919]), Le Savant et le politique, Paris, Éditions Plon.

Top of page

Notes

1 La transaction se développe dans le droit de la famille (divorce, garde des enfants), dans le droit du travail (rupture conventionnelle), entre assurances (Enclos, 1994) et dans le droit de l’urbanisme (Bombenger, 2011).

2 Une étude sur l’état des lieux de sortie dans le logement social en donne des exemples très concrets : dans le registre domestique, la locataire sortante argumente qu’avec des enfants, les dégradations sont inévitables et que c’est de l’usure « normale » ; dans le registre commercial, le technicien déclare que le locataire suivant réclamera un logement en bon état. Le litige se conclut par : « c’était un peu usé, mais certainement pas comme ça. Bon, on va couper la poire en deux » (Guigou, 2003, p. 205, souligné par MB).

3 Titre du Congrès de l’AISLF à Montréal, en 2016.

Top of page

References

Electronic reference

Maurice Blanc, « Savoirs savants, savoirs d’action et co-constructions au prisme de la transaction sociale », SociologieS [Online], Files, Savoirs savants, savoirs d’action et politiques publiques, Online since 23 May 1019, connection on 20 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11660

Top of page

About the author

Maurice Blanc

Professeur émérite de sociologie à l’Université de Strasbourg, membre du laboratoire SAGE (Société, acteurs, gouvernement en Europe – UMR 7363) et de l’Institut d’urbanisme et d’aménagement régional. Co-fondateur et président honoraire du Comité de Recherche de l’AISLF : « Transactions sociales, cultures, émancipation ». Il dirige la collection « Sociétés urbaines et rurales » aux éditions Érès, Toulouse - maurice.blanc@unistra.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page