Navigation – Plan du site
Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales

Grand résumé de Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2019

Suivi d’une discussion par Vincent Dubois et Sylvie Ayimpam
Jacques Hamel

Notes de la rédaction

La discussion par Vincent Dubois est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/11714 et celle par Sylvie Ayimpam à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/11722

Texte intégral

Préambule

1Il faut sans doute être en fin de carrière pour songer à écrire un ouvrage sur l’écriture de la sociologie. En effet, c’est lorsqu’on s’apprête à quitter l’université, après avoir enseigné, écrit et surtout corrigé une foule de copies, que s’impose le projet de produire un ouvrage ayant pour titre Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales. Non pas pour se désoler de la piètre qualité de l’écriture des sociologues, mais pour réfléchir sur ce que représente l’acte d’écrire dans la discipline et, sur la lancée, sur le rôle que joue le langage dans la formulation de la connaissance sociologique. Le sujet est rarement abordé alors que, force est de l’admettre, les sociologues, dans leurs analyses, s’appuient sur des matériaux composés de langage, élaborent les opérations auxquelles ils se livrent grâce au langage, pour produire enfin des explications formulées essentiellement par ce même moyen. L’écriture vient ainsi activer le langage non seulement pour concevoir la connaissance sociologique, mais également pour pouvoir la communiquer.

2L’acte d’écriture en sociologie ne manque toutefois pas de ramener sur le tapis les sempiternelles questions sur le statut de la discipline, la rigueur à laquelle elle est tenue et les moyens requis pour l’atteindre, si tant est qu’on veuille y souscrire. Savoir écrire en sociologie peut difficilement les escamoter et se borner à être un manuel pour apprendre à bien écrire et se faire auteur, doté de la belle plume de la littérature à laquelle la sociologie est associée aujourd’hui comme hier. Voilà pourquoi les premiers chapitres de l’ouvrage sont consacrés au commerce que, dès sa naissance, la sociologie a entretenu avec la littérature avant d’en devenir une rivale. Car, à ses premières heures, en France comme en Allemagne et en Grande-Bretagne, la sociologie s’est vite affrontée à la littérature et s’est vue obligée de s’en démarquer afin de trouver son droit et sa pertinence. Elle a dû rivaliser avec elle afin d’être en bonne position à l’université, de se constituer comme discipline et d’affirmer sa singularité entre le sérieux et la rigueur des sciences destinées à expliquer la matière et la nature et le prestige des humanités incarnées par la littérature.

3Si la sociologie n’est pas littérature, qu’est-elle au juste ? Certains historiens et épistémologues, avisés au demeurant, l’envisagent en une position intermédiaire. Le raisonnement sociologique pour Jean-Claude Passeron correspond par exemple à une entreprise à mi-chemin entre l’histoire et la science (Passeron, 1991), tandis que Wolf Lepenies affirme de manière plus radicale que la sociologie oscille – tant bien que mal – entre littérature et science sans être ni l’une ni l’autre (Lepenies, 1990). L’écriture témoigne de la fragilité de cette position. La sociologie n’est nullement parvenue à mettre au point un langage formel ou symbolique pour être en droit de se reconnaître comme science. Les explications sociologiques se formulent en mots de tous les jours et par conséquent sont immédiatement sujettes aux ambiguïtés et aux confusions qui rendent impossibles la rigueur et l’objectivité propres à la science.

  • 1 Cité dans Plenel, 2008, p. 10.

4La sociologie ne serait-elle à cet égard qu’une forme de journalisme qui n’ose pas avouer son nom ? L’histoire de la sociologie américaine nous apprend à ce sujet que, pendant un temps, les sociologues ont fait bon ménage avec le journalisme. Certaines figures emblématiques de l’École de Chicago, comme Robert Park, lui-même journaliste avant de se convertir sur le tard au métier de sociologue, se faisaient fort de considérer « le sociologue comme une sorte de super-reporter », à la différence « qu’un sociologue est tout simplement un reporter plus scientifique, plus précis, plus responsable » (Park, 2007 1). Qu’est-ce à dire ?

La sociologie comme science

5Sur l’élan, non sans dénoter une certaine audace, les premiers chapitres du livre s’emploient à montrer que la sociologie peut être raisonnablement associée à la science si tant est qu’on conçoive ce statut selon les nuances proposées par Gilles-Gaston Granger, philosophe des sciences trop peu connu. Selon lui, la science doit être considérée comme une connaissance par objet et par concept expressément destinée à représenter ce qu’elle prend pour objet. La science formule à cet effet des concepts, par définition abstraits, en créant des expressions, des symboles ou des langages formels en phase avec cette visée, représenter. Dans cette perspective, les mots susceptibles d’être convertis en concept font l’objet du travail requis pour en affiner les sens de manière à les rendre opératoires aux fins de l’explication. Dans son esprit, expliquer en science correspond à la volonté de produire une représentation capable de faire comprendre l’objet qu’on cherche à déchiffrer au moyen d’une « image » distincte de sa perception immédiate.

6À nos yeux, la sociologie peut certainement être amalgamée à cette caractérisation, suffisamment riche et ouverte, pour que nous puissions prétendre que les sociologues, en écrivant, sont aptes à formuler la connaissance par concept qui donne son lustre à la science. Savoir écrire en sociologie veut le démontrer en apportant les illustrations nécessaires et les consignes pratiques à respecter afin de donner à la connaissance sociologique la valeur explicative reconnue à la science. Nous cherchons à le montrer en termes simples et en voulant convaincre que faire œuvre de science correspond à bien des égards à « jouer avec les mots », mais à bon escient. En effet, à ce chapitre, la science se conçoit fondamentalement comme un jeu mu par cette visée : créer de toutes pièces une représentation capable de rendre compte. La connaissance objective, susceptible d’expliquer, se formule dans l’intention de susciter une représentation abstraite, conceptuelle qui, distincte de sa représentation concrète, permet de faire comprendre ce dont on cherche à rendre raison grâce à une connaissance par objet et par concept.

7Or, pour ce faire, la « malédiction de la sociologie est d’avoir affaire à un objet qui parle », pour reprendre la formule du Métier de sociologue devenue célèbre (Bourdieu, Chamboredon & Passeron, 1968, pp. 56-57). En effet, l’objet parle, au sens où ce que les sociologues s’emploient à cerner est déjà sujet aux mots et aux expressions, pour ne pas dire au langage, des individus qu’ils interrogent en vue d’atteindre ce qu’ils cherchent à connaître. Ces mots donnent acte à la connaissance qu’ont ces individus du monde social dans lequel ils baignent. Ces mots témoignent plus largement de la connaissance qu’ils en ont et qu’ils s’en font au fil de leur expérience pratique. La sociologie se révèle de ce fait une « connaissance d’une connaissance », selon la formule de Pierre Bourdieu (Bourdieu & Wacquant, 1992, p. 103) utile pour la caractériser en tant que science. Elle se révèle une entreprise destinée à produire la connaissance explicative de l’objet qui parle, mais qui, parlant, est lui-même à l’origine d’une connaissance, pratique, susceptible d’être communiquée et de s’imposer aux sociologues par la médiation des mots de la langue courante.

8Car, faut-il le rappeler, les sociologues utilisent généralement les mêmes mots, les mots de la langue ordinaire, pour déterminer les concepts qu’ils mobilisent pour pouvoir expliquer en théorie. L’explication sociologique se forme donc en vertu d’un chiasme épistémologique, c’est-à-dire du croisement de la connaissance pratique et de la connaissance théorique. Or, on le devine, l’écriture joue le rôle principal pour distinguer les connaissances en jeu dans la « connaissance de la connaissance » qu’est d’office la sociologie. En bref, l’écriture doit donner acte à la connaissance sociologique en la démarquant de la connaissance pratique sur laquelle elle s’appuie pour rendre raison. Elle doit engendrer les opérations requises pour expliquer sous l’optique sociologique et les communiquer de manière à les distinguer de la connaissance du social sur le plan pratique. L’écriture, on le devine, surtout ici, se fait l’agent médiateur de ce jeu en vertu duquel se formule l’explication attendue des sociologues.

9Se conformer à ce jeu requiert en sociologie, du fait qu’elle mobilise la langue naturelle, de neutraliser le sens commun des mots utilisés sous sa bannière et de lui substituer un sens capable de produire les effets recherchés : 1) démarquer le sens sociologique créé artificiellement du sens commun lié immédiatement au mot ; 2) concevoir un sens résolument doté du pouvoir de représenter ; 3) définir ce sens de manière opératoire. L’écriture matérialise ce jeu en rendant perceptible la différence introduite dans le sens des mots courants mobilisés pour concevoir l’explication sociologique. En d’autres termes, l’écriture rend perceptible, manifeste, cette différence suscitée par les charges attachées aux mots utilisés afin de combiner les concepts et d’opérer les méthodes selon des règles exactement déterminées sous forme d’énoncés capables de rendre raison. Elle sert à exhiber la formation du raisonnement grâce auquel la connaissance sociologique permet d’expliquer. Bref, en sociologie, l’écriture se révèle l’agent principal pour rendre perceptibles les opérations, pour ne pas dire le travail, auxquelles s’obligent les sociologues pour pouvoir expliquer sous les traits de la connaissance propre à leur discipline. Elle seule permet ou doit permettre de montrer en acte les opérations réalisées à tous les niveaux – théoriques comme méthodologiques – pour produire la connaissance explicative.

Sur quelques conseils pratiques en matière d’écriture

10L’écriture est longuement envisagée sous ce chef dans l’ouvrage. Le livre, sans être un manuel, ne se fait pas faute d’avoir une portée pédagogique en édictant les règles requises pour qu’elle prenne la touche de la rigueur nécessaire pour expliquer comme en science : expliquer au moyen d’une représentation capable de faire comprendre en théorie. Afin d’illustrer simplement et clairement les enjeux que sous-tend à cet égard l’écriture sociologique, référence est faite à la théorie de Pierre Bourdieu, sans toutefois reconnaître qu’elle est parfaite à ce chapitre.

11Règle no 1 – L’écriture doit d’abord rendre perceptible le filtrage des éléments du langage ordinaire afin qu’ils puissent prêter leurs services à l’élaboration de la connaissance sociologique. En bref, ils doivent être affinés au sens qu’a ce terme dans le dictionnaire : rendre plus mince. Les mots du vocabulaire courant doivent dans cette perspective être dépouillés de leur sens usuel afin de leur en substituer un autre qu’on aura ensuite soin de rendre univoque. L’exercice, loin d’être inusité, souscrit à la thèse classique voulant que la science tende à « épurer le langage ordinaire et à substituer des symboles univoques à des termes ambigus » (Berthelot, 2008, p. 60) afin de produire la connaissance explicative.

12La substitution nécessaire à l’épuration du langage ordinaire, on le devine, est affaire d’écriture. Il s’agit d’accoler aux termes courants des sens distincts et indépendants à ceux auxquels ils correspondent d’emblée et qui de ce fait peuvent être qualifiés sans faute de sens commun. La transition de ce sens commun au nouveau sens délibérément attribué au terme du langage ordinaire doit s’opérer grâce à l’écriture, responsable de la formation et de la communication du sens nouvellement assorti au mot choisi pour faire office de concept. Si on prend l’exemple du terme capital pour illustrer le propos, il s’agit de remplacer le sens qu’a ce mot dans le dictionnaire par celui conçu à des fins théoriques.

13Règle no 2 – Le nouveau sens conféré au terme utilisé à cet effet doit immédiatement suggérer les opérations auxquelles il peut virtuellement prêter. Le mot revêt ainsi un sens opératoire. Il peut dès lors être consigné dans les opérations que suscite la connaissance que s’évertuent à mettre au point les sociologues afin de pouvoir expliquer en théorie. Chez Pierre Bourdieu, le capital correspond à la notion utile pour désigner les ressources, pouvoirs et énergies se matérialisant « sous forme de force qui a cours dans un certain espace social » (Bourdieu, 2016, p. 35). Ces ressources, pouvoirs et énergies sont mobilisés par les individus selon leurs dispositions conçues en termes d’habitus, comme on le verra plus loin. Pour l’heure, il importe de noter que cette substitution s’opère sous le mode de l’écriture par des formulations aussi simples que : par capital, on entend ici les ressources, les pouvoirs et les énergies matérialisés…

14Règle no 3 – Il va de soi que pour marquer la différence entre le sens commun que revêt d’emblée le terme capital et celui qui lui est accolé pour faire office de notion ou de concept, il est opportun, pour ne pas dire nécessaire, de créer entre les deux l’écart le plus grand et le plus manifeste possible de manière à éviter toute confusion. L’exemple du terme capital se révèle boiteux et, à cet égard, Pierre Bourdieu a été sujet à maints reproches (voir notamment Caillé, 2005, pp. 55-172).

15Le recours à des néologismes ou à des termes rarement utilisés de façon courante permet certainement d’élaborer sans ambiguïté le vocabulaire requis pour former la connaissance théorique à l’œuvre dans l’analyse sociologique. Les notions d’habitus, de doxa et de flexploitation nées entre autres sous la plume de Pierre Bourdieu, encore lui, illustrent éloquemment cette éventualité afin d’échapper au sens commun des mots utilisés comme concepts. Les néologismes, utiles pour marquer la différence et l’établir de façon tranchante, doivent forcément se plier à la règle d’accoler à ces expressions rares ou inusitées des sens – précisément déterminés et potentiellement opératoires – facilement saisissables. Ils ne doivent d’aucune façon prêter à l’élaboration d’un jargon abscons contraire à la clarté qu’exige la connaissance explicative pour « faire comprendre » au moyen de la représentation. La sociologie et les autres sciences sociales ont été maintes fois sujettes à cette tendance en vertu de laquelle on laisse croire que, pour expliquer, il faut « faire savant » en écrivant de manière compliquée et abstraite au mauvais sens du terme. Elles en ont payé le prix en étant brutalement accusées d’impostures intellectuelles (Sokal & Bricmont, 1997) et de manquer à ce point de sérieux qu’il convient de mettre en doute leur pertinence et leur utilité sociale.

16Règle no 4 – La clarté doit être au contraire de mise. Si ce sont les éléments du langage ordinaire qui sont mobilisés, comme fréquemment en sociologie, ceux-ci doivent être immanquablement associés à un sens suffisamment distinct de son sens usuel pour qu’on puisse reconnaître d’emblée qu’il est sciemment élaboré. L’élaboration de ce sens doit immédiatement paraître comme étant du ressort de son instigateur – sociologue en l’occurrence – et de sa prérogative. Le sens donné au mot pour être considéré à titre de concept doit lui être indexé : les sociologues doivent s’obliger à associer aux mots de la langue ordinaire un sens suffisamment distinct de leur sens commun pour qu’on puisse constater d’entrée de jeu qu’ils offrent leurs services pour faire office de concepts. Sur cette voie, il est désormais requis d’associer immédiatement chacun de ces mots à son sens distinct lorsqu’il est utilisé à cette fin. L’exercice, à force d’être répété, a pouvoir d’inflexion de sorte que lorsque le mot capital correspond à un concept sociologique, il désigne des « ressources, pouvoirs et énergies matérialisés sous forme de force dans un espace social » susceptibles d’être mobilisés en fonction de « dispositions individuelles », et ce sens a valeur canonique. Le mot se conçoit par conséquent de façon spécifique, pour usage théorique seulement et indépendamment de son sens commun puisqu’il ne fait référence à aucun contexte empirique.

17Règle no 5 – Ce sens doit être forcément univoque et doit fondamentalement dépendre des opérations que les mots choisis en guise de concepts expriment pour remplir ce rôle. D’autre part, il doit être maintenu constant et, à cette fin, exempt de toute ambiguïté, y compris quand on veut définir les notions en recourant à différentes formules afin d’éviter la redondance susceptible d’alourdir l’écriture du texte et de compromettre l’attention de ses lecteurs. La règle se manifeste chez Pierre Bourdieu quand il conçoit cette autre notion qu’est l’habitus sous ces deux définitions :

18- Habitus : ensemble de relations historiques déposées au sein des corps individuels sous forme de schémas mentaux et corporels de perception, d’appréciation et d’action (Bourdieu & Wacquant, 1992, p. 24) ;

19- Habitus : système de dispositions durables intériorisées par les individus du fait de leurs conditions objectives d’existence et qui fonctionnent comme principes (schèmes) inconscients d’action, de perception et de réflexion (Bourdieu, 1980, p. 91).

20Le sens maintenu constant, à force d’être répété, s’affermit et vient donner valeur de symbole aux termes qui font office de notions, voire de concepts. Ils peuvent alors être utilisés sans qu’on ait besoin de préciser leur sens tant il va de soi.

21Les règles propres à filtrer le langage ordinaire ont ici pour objectif d’établir simplement la différence entre le sens que revêt une expression du vocabulaire courant et celui qu’on lui prête pour être une notion sociologique. La différence ainsi créée marque en réalité une rupture, la rupture épistémologique requise pour que la connaissance sociologique trouve son droit et son fait : cette rupture s’élabore afin de susciter une autre connaissance, un autre mode de connaissance que celui orchestré par le langage ordinaire, la connaissance pratique.

22Les charges conférées sous ce motif aux éléments du langage ordinaire doivent idéalement composer un cahier des charges semblable à celui connu en architecture et désignant le « document dans lequel sont fixées les spécifications de base d’une construction ». L’expression cahier des charges se conforme parfaitement dans notre esprit à l’impératif d’indexer les mots qui font office de concepts à un sens abstrait recelant des propriétés opératoires parfaitement explicitées. Sous forme de cahier, le sens attribué aux concepts se conçoit de manière univoque puisqu’il est consigné ainsi sous la contrainte qu’impose pareil registre. Il reste également constant du fait que, parce qu’ils sont répertoriés, il devient possible de vérifier le sens donné à l’un et l’autre concepts pour savoir s’ils sont utilisés rigoureusement et à bon escient.

23Sans vouloir la citer en exemple, pour ne pas dire en modèle, la théorie de Pierre Bourdieu permet d’illustrer le cahier des charges que les sociologues doivent chercher à élaborer tant bien que mal. Hormis la notion d’habitus, terme singulier, notre auteur utilise des mots communs comme capital et champ, mais en un tout autre sens, comme on l’a vu, pour concevoir sa théorie en s’employant à cette fin à leur attacher des sens ouverts aux opérations requises pour expliquer sous l’optique sociologique. Dans cette voie, les notions, en vertu de leurs charges opératoires, en viennent à se combiner l’une à l’autre et former sur cette base une espèce d’équation exprimable sous la formule suivante :

24En vertu des charges opératoires attachées à chacun des mots qui font ici office de concepts, le capital hérité et acquis par l’individu sous forme de ressources et de pouvoirs est en tout temps mobilisé selon ses dispositions relevant de l’habitus. La mobilisation du capital selon l’habitus détermine en théorie la position de l’individu dans le champ conçu comme « espace de relations objectives dans lesquelles s’insèrent les individus » (Bourdieu & Wacquant, 1992, p. 72). Sur ce registre, ce que la sociologie prend pour objet afin de pouvoir l’expliquer en théorie se représente, le terme importe, sous la forme abstraite de la géométrie sociale (Crozier, 2002; voir également Gautier, 2012) susceptible d’être simplement illustrée comme suit.

Figure 1 : Illustration de la géométrie sociale de Pierre Bourdieu

Figure 1 : Illustration de la géométrie sociale de Pierre Bourdieu

25Les mots, agissant comme concepts, donnent corps à la théorie sociologique et, chargés des sens requis, créés artificiellement pour les besoins de l’explication, engendrent ultimement des opérations capables de faire comprendre en dédoublant l’objet à connaître en un modèle, certes abstrait, mais néanmoins saisissable à la lumière des formules écrites qui en donnent les clés. L’écriture, on le constate, joue ici un rôle capital pour élaborer et communiquer les charges opératoires dont sont dotés les mots en vertu des sens qui leur sont attachés artificiellement et qui sont donc délibérément opposés à leur sens commun, pour se conformer au besoin de cette visée qu’est expliquer sous l’optique théorique.

Langage et écriture à l’heure des logiciels d’analyse qualitative

26L’élaboration des mots courants selon ces règles suscite la langue protocolaire nécessaire pour expliquer objectivement du fait qu’elle permet d’exhiber les opérations auxquelles se plie le « raisonnement » générateur de la connaissance sociologique, dont le langage et l’écriture se révèlent les principaux moyens d’expression et de communication. Or, le talon d’Achille de la sociologie, par rapport aux sciences, est que les opérations sous-jacentes au raisonnement sociologique se déroulent simultanément dans l’esprit des sociologues sans correspondre à des opérations parfaitement et univoquement réglées indépendamment de leur propre personne. En effet, selon l’heureuse expression de Pierre Bourdieu, encore lui, en sociologie, « décrire, comprendre et expliquer ne font qu’un » (Bourdieu et al., 1993, p. 910), c’est-à-dire que le raisonnement s’élabore sans que soient distinctement conçues les opérations propres à gouverner la connaissance développée en vue de rendre raison sous l’optique sociologique.

27Le langage et l’écriture se révèlent dans ces conditions le pivot de l’analyse en sociologie. En effet, à ce stade, l’un et l’autre font office d’intermédiaires, pour ne pas dire qu’ils sont les médiateurs par excellence de la « connaissance de la connaissance » que représente la sociologie. Ils interfèrent à tous égards dans les opérations en vertu desquelles l’analyse prend forme sous le coup de leur manifestation. L’écriture devrait idéalement marquer les différences de sorte qu’il serait possible d’identifier les opérations grâce auxquelles est produite la connaissance sociologique.

28Or, dans le livre, un chapitre entier est consacré aux logiciels d’analyse qualitative qui, à nos yeux, permettent certainement de déterminer et de régler plus exactement les opérations en vertu desquelles se règle la « connaissance de la connaissance » qu’est par définition la sociologie. Ils paraissent des plus utiles pour soutenir l’analyse fondée sur le va-et-vient entre l’une et l’autre de ces connaissances. En d’autres termes, ils permettent d’orchestrer dans les meilleures conditions l’incessant passage de la connaissance pratique qui se manifeste dans les données, objet de l’analyse, à la connaissance théorique en vertu de laquelle les sociologues cherchent à en rendre compte. Sans entrer dans les détails, disons que les logiciels contraignent l’analyste, sociologue en l’occurrence, à toujours « mettre cartes sur table » en le forçant à définir par écrit les charges opératoires qu’il attache aux mots faisant office de codes, de catégories et de concepts. En effet, les rouages techniques qui, sous le mode informatique, commandent leur exploitation l’obligent à déterminer exactement les opérations et les règles propres à donner corps à l’analyse qu’il s’emploie à orchestrer.

29En d’autres termes, grâce à ces logiciels, les mots mis en service dans l’analyse sont indexés – l’expression importe – à des définitions qui doivent impérativement être consignées dans des fenêtres, sans quoi celles-ci restent ouvertes et par conséquent entravent la suite de l’analyse. Le fonctionnement du logiciel contraint donc l’analyste à prendre acte : 1) des opérations qu’il conduit au fil de l’analyse et 2) des sens dont il dote les mots impliqués successivement dans les trois opérations que représentent décrire, comprendre et expliquer et qui, ici, par la force des choses, se démarquent l’une de l’autre dans son esprit. En bref, les opérations sous-jacentes à l’analyse peuvent être distinguées sur le plan proprement opératoire. L’analyse gagne en rigueur de manière conséquente puisque, informé au moyen de mémos qu’il a lui-même rédigés, l’analyste est à tout moment au fait qu’il décrit en associant un code à l’extrait du verbatim d’une entrevue en le déterminant grâce à des mots ordinaires semblables à ceux en vertu desquels l’interviewé s’est exprimé dans ce cadre.

30Cette étape se distingue de la suivante, puisque comprendre correspond à une autre opération qui oblige à concevoir des catégories définissables en mots ordinaires, identiques à ceux présents dans le verbatim analysé, auxquels s’ajoutent des mots qui sont indexés à des sens distincts du sens commun et que l’analyste doit s’efforcer de définir en termes opératoires pour bien marquer la différence. Il est contraint de le faire en la consignant par écrit dans la fenêtre afférente sans quoi, à nouveau, le logiciel interrompt la bonne marche de l’analyse. Finalement, on le devine, l’explication se conçoit techniquement en une opération semblable, mais évidemment à un niveau supérieur. En effet, les concepts, également déterminés par écrit dans les fenêtres destinées à cette fin, sont assortis aux catégories que l’analyste a précédemment liées l’une à l’autre en les classant et en les hiérarchisant selon les charges opératoires attachées aux mots qui jouent un rôle dans le cadre de l’analyse. Ces charges opératoires sont évidemment définies et explicitées au moyen de mots dont la particularité tient à ce que leur sens respectif a été délibérément affiné en lui en substituant un autre : un sens abstrait qui se plie aux opérations auxquelles on associe dorénavant le mot en question. L’analyste ne doit à ce stade ménager aucun effort pour épurer les mots de la langue ordinaire afin de leur faire jouer le rôle de concepts grâce à un nouveau sens potentiellement susceptible d’engendrer les opérations requises par la connaissance destinée à expliquer par leur unique moyen.

L’écriture de la sociologie à l’ère de la réflexivité

31Si l’ouvrage envisage principalement les enjeux de l’écriture dans la formation du raisonnement producteur de la connaissance sociologique, à commencer par le rôle qu’elle joue dans l’élaboration de l’analyse conduite dans cette perspective, il pouvait difficilement négliger les impératifs liés à la communication des explications formulées en théorie au nom de la discipline.

32Car, en effet, plus que toute autre discipline, la sociologie génère des connaissances propres à attirer immédiatement l’attention des pouvoirs politiques et publics, des dirigeants de tout acabit, mais plus généralement des individus qui, au simple titre de citoyen, veulent connaître et comprendre l’orbite sociale dans laquelle ils évoluent et dont ils ont l’expérience pratique. Depuis toujours, la sociologie trouve son droit pour rendre compte d’événements et de faits surgis au fil de l’actualité. La sociologie peut par exemple éclairer les soubresauts de la politique internationale, la montée en puissance de l’écologisme, les mutations de l’emploi et la délocalisation des entreprises vers les pays à bas salaires, lesquels concernent au premier chef les individus et les collectivités qui en ont une connaissance pratique immédiate. La sociologie recèle ainsi une utilité sociale, puisque les notions et les explications sociologiques peuvent indéniablement enrichir leurs réflexions sur ces événements et faits en les représentant sous une optique analogue à un « mode d’emploi » destiné à faire comprendre au moyen d’une illustration le fonctionnement de rouages mécaniques, par exemple.

33Or, la valeur réflexive des théories sociologiques a décuplé avec l’entrée des sociétés dans la modernité surgie de la décomposition des institutions sociales traditionnelles – comme la religion, la famille, l’école et le travail salarié – congruente au développement de la science et de la technique responsable de l’« incrédulité à l’égard des "métarécits" » que Jean-François Lyotard, dans son célèbre ouvrage, décèle dans la condition postmoderne marquée par l’effritement « de la règle du consensus envers des énoncés à valeur de vérité qui a conduit à se questionner sur la validité des institutions qui régissent le lien social » (Lyotard, 1979, p. 7). Dans ce contexte, les explications avancées par les sociologues, répercutées de nos jours par les médias, les réseaux sociaux et la culture de masse, s’inscrivent dans la connaissance pratique qu’ont les individus de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font à leur échelle. En d’autres termes, les connaissances élaborées en sociologie s’introduisent dans ce que celle-ci prend pour objet. Anthony Giddens note pertinemment à ce sujet que les théories sociologiques « "vont et viennent" continuellement par rapport à leur objet : elles restructurent ce dernier, qui a de son côté appris à penser en termes de sociologie » (Giddens, 1994, p. 49), de sorte que la modernité est de ce fait « profondément et intrinsèquement sociologique ».

34La sociologie, dans ces conditions, est susceptible de rejoindre un large public qui n’est pas forcément habitué à se frotter à la théorie sociologique. L’écriture requise pour l’atteindre doit conséquemment se concevoir sous un tout autre chef. Voilà pourquoi l’ouvrage aborde largement, en marge des considérations techniques sur l’acte d’écrire la sociologie, les « nouvelles écritures » de la sociologie sous les traits de la forme citoyenne de l’entreprise dirigée par Pierre Rosanvallon visant à « raconter la vie des invisibles », du récit narratif ou encore de la bande dessinée prisée par des sociologues aguerris comme nouveaux dans le métier.

35Sur l’élan, il est désormais impossible de ne pas envisager les connaissances sociologiques sous l’angle de leur circulation par le moyen d’Internet : écrites comme il se doit, elles s’exposent plus que jamais aux échanges et aux commentaires auprès d’un large public apte à réagir à tout jargon jugé abscons, forçant ainsi leurs auteurs à faire amende honorable pour les rendre transparentes. La circulation des connaissances produites par les sociologues à cette échelle contribue – pour certains auteurs – à une démocratisation du savoir sociologique à marquer d’une pierre blanche. Cette évolution contribuerait à donner à l’écriture sociologique un genre nouveau, sans que soit sacrifiée la rigueur des connaissances théoriques auxquelles elle donne corps. Sous l’enseigne des Digital Humanities, les humanités numériques, les théories sociologiques sont sujettes à des interactions innombrables et incontrôlables au gré desquelles elles deviennent « réinscriptibles et réticulaires », avec les risques que comporte cette nouvelle « écriture active ».

En guise de conclusion rapide

36Il n’est pas besoin, pour conclure, de rappeler que Savoir écrire en sociologie cherche à montrer l’importance de l’écriture et conséquemment du langage, en sociologie comme en toute science du reste. Si, comme dans cet ouvrage, on veut bien associer la discipline à la science, conçue avec les nuances requises, les sociologues, souvent sans s’y arrêter, s’affrontent à tout moment aux contraintes que pose l’acte de bien écrire les connaissances sociologiques susceptibles d’expliquer au sens fort du terme : faire comprendre grâce à une représentation d’une autre nature que celle qu’imposent la perception et la connaissance pratique immédiates. Sans vouloir faire l’unanimité à tout prix, il nous semble que les sociologues peuvent se rallier à cette caractérisation de leur entreprise commune. Il suffit de les lire, fût-ce en diagonale, pour constater qu’ils s’emploient, avec force imagination, à créer délibérément une « image » de ce qu’ils cherchent à connaître, image distincte de celle qui s’impose aux individus comme aux collectivités dans le feu de l’action. Le langage écrit se révèle le moyen privilégié pour la composer et, de ce fait, il importe pour les sociologues de… savoir écrire.

Haut de page

Bibliographie

Berthelot J.-M. (2008), L’Emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu P. (1980), Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (2016), Sociologie générale, vol. 2 : Capital, Paris, Éditions Raisons d’agir/Seuil.

Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & J.-C. Passeron (1968), Le Métier de sociologue, Paris, Éditions Mouton, 1968.

Bourdieu P. et al. (1993), La Misère du monde, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. & Wacquant L. (1992), Réponses, Paris, Éditions du Seuil.

Caillé A. (2005), Don, intérêt, désintéressement, Paris, Éditions La Découverte.

Crozier J. (2002), « Géométrie dans l’espace social », Revue internationale de philosophie, vol. 56, n° 220, pp. 195-225.

Gautier C. (2012), La Force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu, Paris, Éditions Cerf.

Giddens A. (1994), Les Conséquences de la modernité, Paris, Éditions L’Harmattan.

Lepenies W. (1990), Les Trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Éditions de la MSH.

Lyotard J.-F. (1979), La Condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit.

Park R. E. (2007), La Foule et le public, Paris, Éditions Parangon.

Passeron J.-C. (1991), Le Raisonnement sociologique, Paris, Éditions Nathan, 1991.

Plenel E. (2008), « Actualité de Park », dans Robert E. Park, Le journaliste et le sociologue, Textes présentés par Géraldine Muhlmann et Edwy Plenel, Paris, Éditions du Seuil, pp. 7-18.

Sokal A. & J. Bricmont (1997), Impostures intellectuelles, Paris, Éditions Odile Jacob.

Haut de page

Notes

1 Cité dans Plenel, 2008, p. 10.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/11708/img-1.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Figure 1 : Illustration de la géométrie sociale de Pierre Bourdieu
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/11708/img-2.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Hamel, « Grand résumé de Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2019 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11708

Haut de page

Auteur

Jacques Hamel

Département de sociologie, Université de Montréal, Montréal, Qc (Canada) - jacques.hamel@umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page