Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2019Savoir écrire en sociologie et da...Écrire en sociologie, écrire en s...

2019
Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales

Écrire en sociologie, écrire en sciences sociales

Discussion de l’ouvrage de Jacques Hamel, Savoir écrire en sociologie et dans les sciences sociales, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2019
Sylvie Ayimpam

Notes de la rédaction

Le Grand résumé est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/11708 et la discussion par Vincent Dubois à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/11714

Texte intégral

1Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le titre, l’ouvrage de Jacques Hamel Savoir écrire en sociologie n’est pas un manuel destiné à livrer des « recettes » d’écriture scientifique en sociologie aux jeunes chercheurs. Il s’agit en revanche d’une réflexion sur ce que représente l’acte d’écrire en sociologie et sur le rôle que joue le langage dans la formulation de la connaissance sociologique. Le travail de Jacques Hamel est une remarquable contribution épistémologique à la fois riche et dense, à la question de la relation entre écriture et langage en sociologie. Sans aucunement prétendre à l’exhaustivité, je partirai de quelques éléments abordés dans le grand résumé de son ouvrage pour tenter d’élargir le propos à partir de l’assertion de Jean-Claude Passeron selon laquelle « Sociologie, anthropologie et histoire partagent une seule et même épistémologie » (Passeron, 1991). Pour commencer, j’introduirai mon propos en présentant rapidement les éléments qui, me semble-t-il, permettent d’élargir la réflexion sur l’écriture à l’ensemble des sciences sociales. Ensuite, je discuterai le rôle que Jacques Hamel attribue à l’écriture et au langage dans le processus de production de la connaissance scientifique, en abordant plus particulièrement la question de la conceptualisation et de la production des données empiriques dans ce processus. Enfin, je réagirai à la question du rôle des logiciels d’analyse qualitative dans l’écriture et la connaissance scientifique. Je conclurai mon propos en évoquant la diffusion des écrits des chercheurs en sciences sociales à l’ère d’Internet.

Écriture en sociologie ou écriture en sciences sociales : de l’unité épistémologique des sciences sociales

2Bien que l’affirmation de l’unité et de la spécificité épistémologique des sciences sociales ne soit pas nouvelle, Jean-Pierre Olivier de Sardan (2008, pp. 13-15) observe que c’est incontestablement dans l’œuvre épistémologique remarquable de Jean-Claude Passeron qu’elle trouve son expression contemporaine la plus systématique et la plus rigoureuse, œuvre qui reste sans équivalent à ce jour. Jean-Claude Passeron s’est en effet attaché à souligner l’unité épistémologique de la sociologie, de l’anthropologie et de l’histoire, en montrant que ces disciplines partagent un espace épistémologique commun fondé sur l’historicité des phénomènes sociaux et sur la prédominance du langage naturel utilisé pour les décrire et les interpréter. Ce faisant, Jean-Claude Passeron réussit à renvoyer dos-à-dos d’une part, les excès positivistes ne voyant de science que dans l’expérimentation et dans la formalisation et d’autre part, les excès herméneutiques rejetant la dimension empirique et comparative des sciences sociales. Cependant, ainsi que l’observe Jean-Pierre Olivier de Sardan, la question de la pluridisciplinarité interne des sciences sociales n’en continue pas moins de poser problème. Chacun peut constater que les clivages disciplinaires sont solidement ancrés et qu’ils ne peuvent pas être dissouts par un simple décret épistémologique. Au-delà de leur communauté épistémologique, il y a aussi de nombreux éléments de différence entre les sciences sociales et ceux-ci ne peuvent pas être ignorés. Il convient donc de reconnaître l’existence des configurations spécifiques qui dessinent la singularité ou l’autonomie respective de la sociologie, de l’histoire et de l’anthropologie et notamment les configurations méthodologiques qui font que ces trois disciplines ne produisent pas leurs données de la même manière. Il s’agit des formes d’investigation empirique que chacune d’elle privilégie –et notamment les archives pour l’historien, l’enquête par questionnaires pour le sociologue et l’enquête de terrain pour l’anthropologue – trois modes historiques de production du savoir caractéristiques de chacune de ces disciplines. Pourtant, le régime de scientificité commun à ces trois disciplines comporte des procédures interprétatives, des problématiques théoriques, des postures heuristiques, des paradigmes et des modalités de construction de l’objet, qui leur sont pour l’essentiel communs, sécants ou transversaux. Il est en effet aisé de vérifier à quel point des paradigmes tels que l’individualisme ou le holisme ont traversé ces disciplines, comment elles ont été toutes influencées par le populisme, le marxisme, le structuralisme ou l’analyse systémique, ou encore comment la linguistique, la sémiologie ou l’interactionnisme ont servi d’inspiration ici et là à ces trois disciplines (Ibid., pp. 14-15). En m’appuyant sur le régime épistémologique commun des sciences sociales tel que défini par Jean-Claude Passeron, je tenterai dans le point suivant d’élargir à l’ensemble des sciences sociales l’analyse de cette relation que Jacques Hamel établit entre écriture sociologique, langage et production de connaissance scientifique quand il affirme que « l’écriture doit donner acte à la connaissance sociologique en la démarquant de la connaissance pratique sur laquelle elle s’appuie pour en rendre raison ».

Langues naturelles et concepts dans l’écriture des sciences sociales

3Jacques Hamel rappelle à juste titre que les sociologues utilisent généralement les mots de la langue ordinaire pour choisir les concepts à mobiliser pour expliquer en théorie. Il met en vis-à-vis « écriture » et « langage », car l’explication en sociologie croisant généralement « la connaissance pratique » et la « connaissance théorique », c’est justement, selon lui, l’écriture qui permettrait de distinguer la « connaissance sociologique » de la connaissance pratique des phénomènes étudiés. Ce faisant, dans le processus qui consiste à passer du sens commun au sens savant dans la production des connaissances en sciences sociales, Jacques Hamel semble accorder plus d’intérêt à l’écriture en soi qu’à l’opération intellectuelle de « rupture épistémologique » qu’elle réalise. C’est pourtant dans Le Métier de sociologue, ouvrage que Jacques Hamel cite abondamment, que Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron soulignent la nécessité de procéder à la « rupture épistémologique » (Bourdieu, Chamboredon & Passeron, 1968) qui exige une rupture radicale entre le sens commun chargé d’idées préconçues et de préjugés et la connaissance scientifique. Cependant, d’autres auteurs considèrent non sans justesse qu’il est plus approprié de parler de « démarcation » que de « rupture », car il y a en réalité une certaine continuité entre la connaissance produite par les scientifiques et les savoirs véhiculés par le sens commun. Bien plus, ils pensent que la connaissance en sociologie et dans les autres disciplines en sciences sociales gagnerait à mobiliser les savoirs du sens commun dans le processus de production de la connaissance scientifique, à condition toutefois de mettre en œuvre des méthodes appropriées et rigoureuses d’agrégation de ces savoirs (voir à ce sujet notamment Van Campenhoudt, Chaumont & Franssen, 2005 et Stengers, 1995). Ce point important n’est quasiment pas développé dans le grand résumé de Jacques Hamel.

4Quoi qu’il en soit, que l’on se situe dans une perspective de « rupture épistémologique » ou dans une perspective de « démarcation » dans le passage du sens commun au sens savant, ce sera à l’écriture que reviendra le rôle de construire la continuité, ou la discontinuité, des connaissances en jeu dans la « connaissance de la connaissance » comme dit Jacques Hamel. Toute la question est donc de savoir ce que l’on entend par « écriture ». Si l’on considère l’écriture comme un dispositif analytique, je suis d’accord avec Jacques Hamel pour considérer qu’elle a un rôle important à jouer dans le processus de production des connaissances en sciences sociales. Je voudrai cependant développer deux points sur lesquels Jacques Hamel n’insiste pas suffisamment selon moi. D’une part, il reste très général sur le rapport essentiel entre langage naturel et langage scientifique. D’autre part, il n’approfondit pas la relation certes compliquée que l’écriture entretient avec les opérations théoriques de conceptualisation impliquées dans le langage de translittération des données recueillies. Pour moi, la conceptualisation qui est au cœur de l’écriture pose la question épistémologique fondamentale de la référence au réel, elle est une manière de le questionner et de le construire comme problème de connaissance. Ces deux points sont importants au sens où les sciences sociales – qui sont des disciplines impliquant généralement une enquête consistant à collecter et à analyser des données empiriques – doivent faire preuve de la plus grande rigueur épistémologique. Avant d’être éventuellement envisagée comme praxis d’analyse en soi (Paillé & Mucchielli, 2012, pp. 183-184), l’écriture commence avec le langage de la description que le chercheur en sciences sociales forme en relation avec ses activités d’observation sur le terrain ou sur les archives. Que le matériau sur lequel il travaille soit fait d’archives, de réponses à un questionnaire, de données statistiques, de propos d’entretiens ou d’observations directes, de documents électroniques, numériques ou audiovisuels, il sera soumis à un travail de conceptualisation, méthodique et rigoureux, qui permettra d’objectiver et d’expliciter tout à la fois la continuité et la distance langagière entre le sens commun et le sens savant.

  • 1 On doit à Marie-Jeanne Borel une des plus pertinentes analyses du travail de conceptualisation à l’ (...)

5Marie-Jeanne Borel 1 souligne que le processus de conceptualisation commence dès le stade initial de la recherche. Il commence lors de l’enquête, dans un rapport constructif qui conduit de l’observation à la prise de données, puis à la transformation des données en langage. L’écriture des notes d’enquête qui se forme en liaison continue avec la conceptualisation théorique est au centre de ce rapport constructif fait de translittérations, de transcriptions et de traductions des significations véhiculées par les mots du sens commun d’une langue naturelle. Dans le premier temps de l’enquête, l’écriture consiste donc en des reformulations langagières successives entre les significations véhiculées par les sources orales ou écrites et les significations construites par le chercheur. Les anthropologues connaissent bien ce mouvement itératif, eux qui « s’efforcent d’interpréter les principes d’intelligibilité propres à une culture donnée (point de vue "-emic") pour les décrire au moyen des catégories interculturelles définies dans une ou plusieurs disciplines (point de vue "-etic") » (Ibid., p. 40). La langue naturelle est donc bien à l’origine des concepts des sciences sociales. C’est elle encore qui est utilisée pour communiquer dans la plupart des discours savants. Néanmoins, elle ne peut plus l’être dès lors qu’il s’agit de penser conceptuellement certains objets de connaissance. Les sciences sociales ont en commun ce projet scientifique de formuler dans leur idiome propre des significations, des choses, des vécus ou des événements qui s’expriment et se donnent à percevoir dans les mots d’un langage naturel.

6Comment s’y prennent-elles ? Comment le chercheur en sciences sociales s’y prend-il pour conceptualiser, c’est-à-dire pour construire une représentation, un modèle, de la réalité ? Ainsi que le rappelle Marie-Jeanne Borel, l’écriture en sciences sociales n’est pas une fiction « naissant librement du talent d’un écrivain pour le plaisir de ses lecteurs, car sa construction fait l’objet de contrôles » (Ibid., p. 25). Selon elle, le travail de conceptualisation dans l’écriture suit une procédure de « schématisation descriptive » qui témoigne d’une intention de connaître empirique (référentielle) et objectivante (modélisante). En effet, l’écriture en sciences sociales se distingue d’autres formes d’écriture par un souci d’objectivité caractérisé par trois exigences : « une exigence de pertinence empirique » qui veut qu’un savoir soit relié au monde extérieur par une interaction (un terrain d’enquête, des archives) ; une « exigence de cohérence conceptuelle » qui demande qu’on rendre explicite le rapport du savoir à nos modes rationnels de comprendre et de parler et enfin « une exigence critique qui contraint la pensée savante à rester dans les limites que l’entreprise de connaissance dessine à son propre droit de reconnaître certaines formes d’objets, d’en énoncer des vérités et d’enchaîner celles-ci selon certains canons » (Ibid. , p. 26).

7Le chercheur en sciences sociales règle alors son écriture en référence aux savoirs préalablement acquis et compilés sous diverses formes dans l’exercice de sa discipline. Au cours de ce processus qui peut être long, l’écriture s’adresse à différents publics et s’adapte à différents contextes de communication comme le support écrit d’une communication à colloque, d’une conférence universitaire, d’un exposé d’équipe au laboratoire, d’une monographie, d’un article de revue, d’un chapitre d’ouvrage. Chacune de ces circonstances est l’occasion d’une reformulation écrite qui varie en fonction des visées argumentatives, inférentielles, narratives ou descriptives recherchées.

8Ce travail de conceptualisation qui est au cœur de l’écriture permet ainsi au chercheur de se tenir à bonne distance du sens commun mais également des illusions du savoir immédiat. On aurait aimé que Jacques Hamel explicite plus clairement sa conception de la manière dont selon lui la conceptualisation est articulée à l’écriture pour donner naissance à la connaissance sociologique et se démarquer de la connaissance pratique sur laquelle elle s’appuie pour en rendre raison.

Les logiciels d’analyse qualitative : écriture et analyse électronique

9Dans son ouvrage, Jacques Hamel dit tout le bien qu’il pense des logiciels d’analyse qualitative. Il estime que les logiciels contraignent les analystes (et particulièrement les sociologues) à toujours « mettre cartes sur table ». Les logiciels forceraient, selon lui, les chercheurs à définir par écrit les charges opératoires qu’ils attachent aux mots faisant office de codes, de catégories et de concepts, car « les rouages techniques qui, sous le mode informatique, commandent leur exploitation l’obligent à déterminer exactement les opérations et les règles propres à donner corps à l’analyse qu’il s’emploie à orchestrer ».

10J’aimerais réagir à ce dernier point car les propos de Jacques Hamel me semblent peu nuancés sur ces outils électroniques qui produisent des recoupements automatiques des données qualitatives. Ces logiciels semblent parés de bien de vertus et Jacques Hamel n’en discute pas les limites. Pourtant, l’introduction des logiciels d’analyse dans les recherches qualitatives en sciences sociales soulève bien de questions et il arrive de plus en plus que leur maitrise soit présentée comme un passage obligé dans l’apprentissage du métier de chercheur. Dans un article très intéressant consacré à l’usage des logiciels d’analyse qualitative, Christophe Lejeune fait judicieusement remarquer que le choix de leur utilisation n’a rien d’évident, car il dépend du fait qu’un chercheur travaille mieux avec un logiciel ou non (Lejeune, 2016). Si un chercheur travaille mieux avec un logiciel que sans logiciel, rien ne s’oppose à ce qu’il l’utilise, tandis que la situation est différente si le chercheur ne se sent pas à l’aise avec l’informatique et s’il a acquis des habitudes productives sans logiciels. Il indique que les services que ces outils informatiques sont censés rendre aux chercheurs n’ont pas été soumis jusque-là à une réflexion méthodologique sur la valeur ajoutée de leur usage. Il estime d’une part que la décision de l’usage éventuel ou non d’un logiciel doit être le fruit de choix méthodologiques mûrement réfléchis et d’autre part que les questions que les chercheurs doivent se poser avant d’utiliser un logiciel d’analyse qualitative sont relativement nombreuses. Le chercheur doit en effet se demander s’il est vraiment opportun d’utiliser un logiciel d’analyse de données qualitatives dans sa recherche ; pourquoi il souhaite en utiliser un ; du moment pertinent pour décider s’il faut en utiliser un ou pas, du moment opportun pour l’utiliser ; enfin quel logiciel choisir.

11Un des points importants que Christophe Lejeune soulève dans son article et sur lequel j’aimerais m’appesantir ici est la confusion bien souvent répandue chez les chercheurs de l’utilisation des logiciels d’analyse qualitative, entre le traitement et l’interprétation des données, qui est aussi une opposition très répandue en sciences sociales entre objectivité et subjectivité. Les tenants de l’utilisation des logiciels d’analyse opposent bien souvent « l’objectivité » du traitement automatique des données par les logiciels à la « subjectivité » de l’interprétation des matériaux par les chercheurs. Il s’agit en réalité de deux opérations qui diffèrent profondément, car contrairement aux chercheurs, la machine n’interprète pas les données ; son traitement objectif n’est en rien un gage de « scientificité », tandis que les interprétations des chercheurs sont nécessaires à des conclusions scientifiques. Reconnaître la différence entre chercheurs et machines n’implique pas de soumettre la validité d’une interprétation à un algorithme déterministe, ce qui serait d’un positivisme naïf, pas digne de la recherche scientifique. Mais il convient de souligner que dans l’histoire des méthodes qualitatives, l’objectivité des calculateurs a offert une solution à un problème rencontré en analyse de contenu dès les années 1930, particulièrement dans le monde de la presse. L’invention et l’usage d’une machine identifiant automatiquement les thématiques selon un critère objectif (celui de la présence d’une série de mots-clés) a fourni aux analystes de contenu l’opérateur de codage stable, docile et prévisible dont ils avaient besoin. Pour autant, les analystes de contenu ne considèrent absolument pas que la machine interprète ou analyse les textes, mais qu’elle fournit un apport substantiel concernant le tri des mots se trouvant dans le texte. En analyse statistique comme en analyse de contenu, la tâche d’interprétation et d’analyse des données revient, non pas aux logiciels, mais au chercheur. Il semble donc important de sortir d’une foi aveugle aux machines, qu’on observe chez certains chercheurs. En d’autres termes, recourir à l’usage d’un logiciel d’analyse de textes, comme le souligne si bien Christophe Lejeune, ne garantit pas la qualité de la recherche, encore moins la scientificité des preuves ou l’intérêt des conclusions.

12Ceci étant, si on est d’accord sur le fait que l’usage des logiciels d’analyse qualitative peut forcer les chercheurs à définir par écrit les charges opératoires qu’ils attachent aux mots faisant office de codes, de catégories et de concepts, il convient en revanche de nuancer les propos selon lesquels les rouages techniques qui, sous un traitement informatique, commandent l’exploitation de codes, obligeraient les chercheurs à déterminer exactement les opérations et les règles propres à donner corps à l’analyse qu’il veut mettre en œuvre.

Écriture en sociologie et en sciences sociales à l’ère d’Internet

13Si ce remarquable ouvrage de Jacques Hamel aborde la question de l’écriture scientifique en sociologie dans une perspective soulignant son rapport très important avec le langage, il ne souligne pas seulement le rôle primordial que le langage joue dans le processus de production des modèles d’explication des phénomènes étudiés, mais également dans le processus de diffusion des connaissances ainsi produites. À l’ère d’Internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, Jacques Hamel montre que la diffusion des résultats de la recherche prend une toute autre dimension et je suis bien d’accord avec lui ; cette diffusion des résultats prend une toute autre ampleur et n’attend pas toujours que les chercheurs fassent une écriture de vulgarisation de leurs résultats destinés à un plus large public, non spécialisé dans les questions traitées par la recherche. Les résultats des recherches en sciences sociales peuvent être aujourd’hui plus immédiatement et plus directement accessibles, dès lors qu’ils sont mis sur Internet, non seulement par les membres de la communauté scientifique, mais également par un public plus large qui fait usage de ces nouveaux médias. On pense plus particulièrement ici aux professionnels des médias, qui servent de plus en plus de véhicules de diffusion des résultats des recherches en sciences sociales, surtout les résultats des recherches dont les thèmes sont d’actualité (élections, violences, chômage, etc.) et qui ont aujourd’hui la possibilité de mieux s’emparer des résultats des recherches scientifiques dans tel domaine ou dans telle autre grâce à Internet et aux nouveaux médias. Il semble que l’écriture scientifique, dans un tel contexte, doive s’adapter à cette nouvelle donne. En étant l’un des premiers travaux à aborder cette question, l’ouvrage de Jacques Hamel interpelle les chercheurs sur ce sujet et contribue ainsi à ouvrir une discussion qui pourra déboucher, on l’espère, sur des belles réflexions concernant les modalités d’une « nouvelle écriture » des sciences sociales à l’ère d’Internet.

Haut de page

Bibliographie

Borel M.-J. (1990), « Le discours descriptif, le savoir et ses signes », dans Adam J.-M., Borel M.-J., Calame C. & M. Kilani, Le Discours anthropologique. Description, narration, savoir, Paris, Éditions Méridiens Klincksieck, pp. 9-69.

Bourdieu P., Chamboredon J.-C. & J.-C. Passeron (1968), Le Métier de sociologue, Paris, Éditions Mouton.

Lejeune C. (2016), « Logiciels d’analyse qualitative ou d’analyse des données qualitatives ? Pièges, limites et questions liminaires », dans Kivits J., Balard F., Fournier C. & M. Winance (dir.), Les Recherches qualitatives en santé, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 184-196.

Olivier de Sardan J.-P. (2008), La Rigueur du qualitatif : les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-la-Neuve, Éditions Academia-Bruylant.

Paillé P. & A. Mucchielli (2012), L’Analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris, Éditions Armand Colin.

Passeron J.-C. (1991), Le Raisonnement sociologique : l’espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris, Éditions Nathan.

Stengers I. (1995), L’Invention des sciences sociales modernes, Paris, Éditions Flammarion.

Van Campenhoudt L., Chaumont J.-M. & A. Franssen (2005), La Méthode d’analyse en groupe. Application aux phénomènes sociaux, Paris, Éditions Dunod.

Haut de page

Notes

1 On doit à Marie-Jeanne Borel une des plus pertinentes analyses du travail de conceptualisation à l’œuvre dans l’écriture des sciences sociales. Voir à ce sujet Borel (1990).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Ayimpam, « Écrire en sociologie, écrire en sciences sociales »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 23 mai 2019, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11722 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.11722

Haut de page

Auteur

Sylvie Ayimpam

Institut des mondes africains, UMR 8171, Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence (France) - ayimpams@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search