Navigation – Plan du site
Universités : les politiques d’égalité entre femmes et hommes à l’heure de l’excellence

Universités : les politiques d’égalité entre femmes et hommes à l’heure de l’excellence

Introduction du Dossier
Universities: equality politics between women and men in the age of excellence. File’s introduction
Farinaz Fassa, Martin Benninghoff et Sabine Kradolfer

Texte intégral

Lutter contre les inégalités : pour le bien commun ou pour gagner en efficacité économique ?

1Les textes présentés dans le cadre de ce Dossier thématique interrogent les liens entre politiques d’égalité entre femmes et hommes et transformations des conditions de production des sciences dans les universités. Depuis la fin du xxème siècle, les interventions des gouvernements en faveur de l’égalité se sont multipliées, tout au moins dans les discours, pour qu’une place de plus en plus grande soit faite à de telles politiques et lutter ainsi contre les inégalités de carrière entre les femmes et les hommes dans le monde académique. Durant la même période, la figure de l’excellence et les références à la méritocratie devenaient centrales tant dans les discours des médias et des organismes subventionnant la recherche que dans ceux du monde universitaire pour classer et évaluer les personnels académiques. L’instauration d’une telle « culture gestionnaire » (Schultheis et al., 2008) a parfois été présentée comme susceptible de lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes, mais également de faire place à plus de « diversité » dans le monde académique (Commission européenne/European Commission, 2011), la sensibilité aux autres facteurs d’inégalité s’aiguisant sous l’effet des travaux anglophones et du développement des travaux sur l’intersectionnalité (Roca i Escoda et al., 2016). En effet, cette « culture gestionnaire » se traduirait par une plus grande transparence dans les processus de recrutement académique, un suivi des activités de recherche et d'enseignement plus systématique et intense ainsi qu’une attention portée aux biais sexistes décrits comme autant de moyens visant, avant tout, à lutter contre la ségrégation verticale en supprimant les barrières et les obstacles qui rendent les carrières académiques féminines plus rares que celles de leurs collègues masculins.

2Mais le développement de politiques d’égalité dans le monde académique est également considéré comme une nécessité visant à remplir les objectifs économiques fixés par la stratégie Europe 2020, notamment en ce qui concerne le plein emploi (au moins 75% des 20-64 ans en emploi), l’augmentation du nombre de diplômé·e·s du supérieur (au moins 40%) et le développement de la recherche (3% du PIB de l’Union européenne investis dans le secteur de R&D) (Commission européenne/European Commission, 2010). Ces politiques égalitaires éviteraient un gaspillage important dans l’enseignement supérieur et permettraient une meilleure allocation des ressources et une efficience accrue des politiques scientifiques, renforçant notamment le rapport entre résultats et coûts, les femmes diplômées de l’enseignement supérieur dont la formation a engendré des coûts demeurant ainsi en plus grand nombre dans le monde académique, ce qui permet d’une certaine manière un retour sur investissement. C’est ce que montre, par exemple, le rapport produit par la Commission européenne à propos de la place des femmes dans la recherche, Structural changes in research institutions: Enhancing excellence, gender equality and efficiency in research and innovation (Commission européenne/European Commission, 2011), qui associe très clairement l’avantage compétitif de l’Europe avec le développement des politiques d’égalité. Il relève en outre qu’il ne s’agit plus seulement de « fairness » mais d’une nécessité « for the sake of science » (Ibid., p. 5). Ce texte reconnaît, par ailleurs, le besoin d’un changement de focale et il cible les organisations comme lieux de ces changements, les politiques visant spécifiquement les femmes en tant qu’individus n’ayant, selon lui, pas suffi à « increase the number of women in science, particularly in positions of responsibility, and have not helped to address the structural barriers contributing to the well known leaky pipeline phenomenon » (Ibid., p. 6). La lutte contre les inégalités de carrières y est ainsi présentée tant comme un facteur d’efficience et de réussite économique (le gaspillage des ressources féminines étant mis en évidence dès l’introduction) que comme un facteur d’innovation dans la science.

3Les textes de politique publique émanant de la Commission européenne révèlent qu’une évolution importante s’est produite, la responsabilité des inégalités de carrière n’étant plus seulement attribuées aux individus (comme le montraient les travaux de Fassa & Kradolfer, 2010 ; Fassa et al., 2012 ; Krais, 2000 ; Leeman, 2002 ; Leeman & Stutz, 2008 ; Marry & Jonas, 2005). Insistant sur les traits masculinistes de la culture scientifique, l’impensé de l’adoption du sujet masculin comme sujet universel de la connaissance (Chabaud & Gardey, 2002 ; Gardey & Lowy, 2000) et les dispositifs de ségrégation à l’œuvre dans l’histoire et le présent des institutions universitaires et scientifiques, ces textes endossent les principaux résultats de la recherche féministe et rejettent les explications en termes « d’obstacles » rencontrés par les femmes du fait de leurs « déficits de compétences ». Les institutions académiques y sont décrites comme des lieux de culture genrée (Haraway, 1991 ; Harding, 1986) qu’il s’agit de transformer de manière systémique (Commission européenne/European Commission, 2011 ; LERU, 2012) si l’on veut augmenter l’efficience de ces lieux de production des connaissances.

4Parallèlement à ces évolutions dans l’appréhension des inégalités des carrières, des voix critiques se sont élevées pour dénoncer les déploiements de la culture gestionnaire à l’intérieur des universités. Pierre Dardot et Christian Laval analysent ce processus comme une des expérimentations faites au sein des services publics pour y appliquer les principes d'une gouvernementalité néolibérale en vigueur dans les entreprises privées (Dardot & Laval, 2009). Selon eux, le « marché des universitaires » (Musselin, 2005) reprend à son compte un certain nombre de traits inhérents à « la raison néolibérale » et consistant en un alignement de l’État sur les normes du marché et de son fonctionnement via l’introduction du New Public Management qui conduit à une marchandisation des sciences (variable selon les disciplines), à l’introduction d’outils de gouvernance managériaux et au développement d'une rhétorique de l’excellence académique. Toujours selon Pierre Dardot et Christian Laval, le « rendre compte » (par l’évaluation, le classement, la quantification) constitue l’un des éléments clés de cette nouvelle forme d’administration des institutions académiques dans laquelle les avantages et les coûts de toute décision deviennent passibles d’une approche gestionnaire qui ne prend que peu en compte les avancées en termes de bien commun (Ibid.).

5Il est intéressant dans ce cadre de comprendre si –et comment – les valeurs du New Public Management éloignent la figure idéale-typique du/de la chercheur·e de celle du savant wébérien (Weber, 2003) dont la dimension androcentrée a été relevée à plus d’une reprise (Stengers, 2010). Il est également important de saisir ce que signifie cette adaptation aux nouvelles exigences de la carrière, basée sur la mise en exergue de l’excellence (Fassa & Kradolfer, 2013) et de « l’entreprenariat ». Finalement, dans quelle mesure les programmes mis en place pour favoriser les carrières des femmes dans les universités et pour lutter contre le plafond de verre ont-ils eu pour fondement les demandes de justice sociale issues des mouvements féministes visant à ouvrir la « parité de participation » (Fraser, 2005) et/ou les demandes d’efficience accrue des systèmes d’éducation et de formation, formulées par les milieux économiques et les organisations supranationales ? Une telle réflexion est nécessaire pour comprendre si ces politiques d’égalité constituent prioritairement « des politiques publiques de genre » et visent la transformation des relations de genre (Muller, 2008, p. 300) et/ou si elles traduisent prioritairement l’adoption du paradigme d’efficience inhérent au New Public Management.

6Ce Dossier ne peut malheureusement prétendre répondre à l’ensemble de ces questions, tant leur prise en charge s’avère complexe à l’heure actuelle. Les exigences de l’excellence ont d’une part comme conséquence une spécialisation accrue des chercheur·e·s dans leurs disciplines de référence, qui est aussi celle des revues, rendant ainsi peu fréquent le développement de travaux se situant aux croisements de différentes traditions d’études. À ceci, il faut ajouter que l’égalité des sexes dans les institutions universitaires reste encore trop faiblement réalisée pour que les alliances entre chercheur·e·s favorables au développement de politiques égalitaires et responsables de leurs traductions concrètes et de leurs mises en œuvre dans les institutions de formation laissent place à des critiques ou à des débats qui risqueraient de mettre en péril des acquis qui demeurent encore précaires. Il esquisse néanmoins des pistes qui montrent la part que les actrices et acteurs prennent dans la mise en place de politiques d’égalité des sexes et qui ont partiellement aboutit à recomposer la figure du savant wébérien, mais il plaide surtout pour qu’un programme de recherche se développe qui permette notamment de comprendre comment et jusqu’où les incitations conjointes à l’excellence et à l’égalité dessinent de nouvelles figures de producteurs et productrices des sciences et participent à la naissance de nouveaux types de subjectivité.

Féminisation et ethos des professions académiques

7Max Weber se posait déjà la question de savoir comment se conjuguent « savant et politique » dans le monde de la production des savoirs (Weber, 2003). Il concluait que seules certaines personnalités étaient susceptibles de faire carrière dans le monde académique, les autres se trouvant en marge du fait de leurs appartenances sociales. Ainsi, Robert K. Merton a montré qu’occuper une situation privilégiée dans la recherche et le monde académique facilite grandement le fait de recevoir reconnaissance et fonds de recherche. Il a baptisé cette logique, qui profite aux nanti·e·s, « effet Matthew » en référence à l’Évangile selon saint Matthieu (« l’on donnera à celui qui a ») (Merton, 1968,). Margaret W. Rossiter reprenant les travaux de Robert K. Merton dans une démarche féministe précise que, non seulement on ne prête qu’aux riches, mais que saint Matthieu ajoute qu’« à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a » (Rossiter, 1993). Dans le milieu académique, les personnes « qui n’ont pas » sont les femmes. C’est la raison qui l’amène à proposer de parler dorénavant d’« effet Matilda » pour définir ces processus d’exclusion des femmes.

8Comme le montrent les articles de ce Dossier, ainsi que les recherches auxquelles ils font références, de nombreux travaux ont documenté la tension entre monde académique et inégalités de genre. L’importance numérique de ces travaux doit être comprise en relation avec l’arrivée massive des femmes dans l’enseignement supérieur en tant qu’étudiantes, puis professionnelles, l’engagement des féministes universitaires de la seconde vague et le développement des politiques sociales européennes. Ces éléments ont tous contribué à ce qu’un intérêt marqué pour l'égalité entre les hommes et les femmes dans les mondes de la production des sciences se développe et qu’il dessine les relations entre politiques de l’égalité et excellence comme une question particulièrement cruciale, d’un point de vue théorique mais aussi en ce qui concerne l’action publique.

9Un certain nombre d'études ont cherché à établir pourquoi les femmes sont encore loin de jouir d’une situation de parité dans l'enseignement supérieur et la recherche. Ces travaux, qui ont abordé cette question à partir d’angles différents, ont permis d'identifier quelques facteurs expliquant les inégalités de genre dans les carrières (Caprile et al, 2012) : certains se sont concentrés sur les difficultés rencontrées par les femmes pour répondre aux impératifs de carrière en raison de leur socialisation primaire (Marry, 2003), d'autres ont expliqué ces différences par l’influence des régimes de genre et les difficultés objectives qu'ils peuvent induire pour la carrière des femmes (Acker, 2006 ; Le Feuvre, 2009) ; d'autres encore se sont focalisés sur les résistances organisationnelles des institutions universitaires (Deem, 2009 ; Fassa & Kradolfer, 2009 et 2013 ; Morley, 2013 ; van den Brink & Benschop, 2012) marquées par une conception androcentrique de la science (Fassa & Gauthier, 2012) qui dessine l’homo academicus et ses qualités de telle manière que les femmes ne peuvent que fort difficilement y être associées. Ainsi, la sociologie des professions et de la formation a largement documenté les inégalités d’accès des deux sexes aux postes professoraux, que ce soit dans les disciplines (Marry, 2003 et 2007), dans les universités (Fassa & Kradolfer, 2012a et b ; Herschberg et al., 2016) et dans le monde de la recherche européenne (Wenneras & Wold, 1997).

10Le constat est unanime : les femmes et les hommes n’ont pas les mêmes « chances » d’accéder au sommet des hiérarchies dans les universités. Les mécanismes de création de la rareté des femmes aux postes professoraux ont en outre été largement décrits, ces diagnostiques devant permettre aux États et aux organisations professionnelles de « combattre les inégalités entre les femmes et les hommes » et de s’interroger « sur le rôle des politiques publiques et sur la cohérence des objectifs » (Milewski, 2004, p. 12).

11De tels efforts de documentation ont porté leurs fruits, comme nous l’avons montré ci-dessus en référence aux textes de la Commission européenne. Il n’est plus possible aujourd’hui d’ignorer que la situation est loin d’être similaire pour les femmes et les hommes dans ce segment des professions intellectuelles, ni d’affirmer qu’il suffit d’attendre pour que le bassin de recrutement de femmes qualifiées soit suffisant pour qu’elles puis prétendre aux postes professoraux. L’ensemble de ces travaux peine toutefois à prendre en compte les changements manifestés par l’adoption de l’« excellence » des chercheur·e·s et des universités, considérés comme étalons des recrutements, lorsqu’elle est articulée avec la question des rapports sociaux de sexe et des politiques qui pourraient les rendre plus égalitaires.

12Parallèlement à ces changements qui touchent au genre des sciences et des scientifiques, les universités se sont fondamentalement transformées et depuis plus de deux décennies elles connaissent des changements majeurs en ce qui concerne leurs publics (expansion massive du nombre d'étudiant·e·s et forme de démocratisation de l'accès à l'université ; féminisation du corps étudiant et des personnels d’enseignant·e·s-chercheur·e·s) mais aussi leurs modes de gouvernance et les modèles de carrière académique (Leathwood & Read, 2009 ; Le Feuvre et al., 2018) qui sont disponibles aux impétrant·e·s. Une certaine unanimité se dégage toutefois de la littérature critique pour dire que ces transformations s’inscrivent dans un système de concurrence généralisée qui modifie fondamentalement la construction des savoirs mais aussi celle des « faire-savoir », bouleversant ainsi les règles du « jeu académique » tel qu’il se jouait avant que le New Public Management ne devienne une référence partagée (Amaral, 2009 ; Amaral et al., 2003 ; Bezes et al., 2011 ; Dardot & Laval, 2009 ; Musselin, 2005). Qu’il s’agisse des rankings utilisés dans le champ de l’enseignement supérieur – tel le classement de Shanghai  de la mise en place de Pôles de recherche nationaux (PRN) en Suisse (Benninghoff, 2006 ; Lévy, 2009) ou du regroupement territorial qui s’est déroulé en France (Musselin 2017), l’excellence, la concurrence et l’efficience sont devenus des points nodaux des politiques menées dans l’enseignement supérieur et la recherche. Elles en ont guidé tant les objectifs que les stratégies et ont pour effet, selon certain·e·s auteur·e·s (Bruno et al., 2010), d’aggraver les inégalités entre les universités (par exemple du Sud et du Nord), entre les établissements universitaires, entre les laboratoires de recherche et finalement entre les chercheurs et les chercheuses. En effet, ces réformes favorisent la concentration des ressources (logique de l'efficience) autour d’une même thématique conduisant à une réduction de la diversité des domaines de recherche et participant à la production des inégalités d’accès à diverses formes de reconnaissance.

13Il nous est par ailleurs apparu que dans le corpus considérable de connaissances produites sur les changements du paysage des universités et des politiques d’égalité, deux angles restaient relativement aveugles. Le premier concerne l’effet des changements du monde académique sur les chercheur·e·s mêmes et la façon dont elles et ils vivent leur travail et les politiques qui le cadrent. En effet, seuls quelques travaux (Calhoun, 2006 ; Amaral, 2009 ; Musselin, 2009) soulèvent explicitement la question de l'émergence d'un nouvel ethos (Fusulier, 2011) académique et questionnent les liens qu’il entretient avec les politiques s’adressant aux individus qui travaillent dans l’enseignement supérieur (Benninghoff, 2011 ; Fassa, 2015). Ce nouvel éthos mettrait en tension deux logiques : la première d’ordre gestionnaire qui vise à intérioriser les « outils » permettant de maîtriser sa carrière académique (communication, présentation de soi, gestion du temps), le seconde d’ordre intellectuel qui cherche à intérioriser les savoir-faire pratiques de la recherche scientifique (écriture, réflexion, originalité, etc.). Ce nouveau « souci de soi » gestionnaire exhibe « un ethos individualiste opportuniste et confiant dans les règles méritocratiques qu’il convient de maîtriser » (Benninghoff, 2011, p. 56). Le second concerne le rôle des politiques d’égalité, comprises aussi comme des politiques qui influent sur les sujets puisque, comme l’a montré Carol Lee Bacchi (1999), la « représentation du problème à traiter » porte souvent en elle les solutions que l’on imagine pouvoir y donner et les politiques spécifiques qui seront mises en œuvre (Fassa, 2016).

14La distance est importante entre le constat d’un accroissement des inégalités entre les acteurs (individuels et collectifs) de l’enseignement supérieur du fait de l’importance des objectifs d’excellence et d’efficience des politiques académiques et celui du développement de politiques en faveur de l’établissement de l’égalité entre les sexes. C’est pourquoi il nous a semblé nécessaire de jeter un pont qui permette de comprendre ce que sont les fondements normatifs des politiques d’égalité/de diversité mises en place dans le monde académique pour combattre les inégalités de carrière entre les femmes et les hommes et ce qu’elles pouvaient avoir comme conséquences pour les sujets qui participent à différents titres à la production des savoirs à l’ère de l’excellence.

Croiser les politiques d’égalité et les politiques d’excellence

15Notre souhait, dans ce Dossier, était de croiser une lecture des politiques d’égalité avec celle des politiques des sciences qui sont menées dans les mondes de la recherche et des universités. Il incitait également à faire un état des lieux de l’égalité entre femmes et hommes dans des mondes académiques qui ne se ressemblent que partiellement (Musselin, 2009), mais en prenant en compte les politiques publiques qui visent à la « parité de participation » (Fraser, 2005) des deux sexes aux échelons supérieurs des hiérarchies académiques. Une telle demande s’est révélée très ambitieuse et l’on peut analyser l’angle prioritairement choisi par les contributions que nous réunissons ici comme le résultat conjoint de l’éclatement disciplinaire dans l’approche du monde des universités et de la focalisation des travaux féministes sur les micro-politiques organisationnelles qui participent à faire le genre (West & Fernmaker, 1987) ou défaire le genre (Deutsch, 2007). Cette dernière raison est probablement à mettre en lien avec la faible institutionnalisation des politiques d’égalité dans les universités européennes, ces dernières renvoyant largement aux politiques moins sectorielles et dirigées par une approche en termes de gender mainstreaming.

  • 1 http://garciaproject.eu/
  • 2 https://www.swissuniversities.ch/fr/themes/encouragement-de-la-releve/egalite-des-chances/programme (...)
  • 3 https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/education-science/personnel-institutions-formatio (...)

16L’ancrage géographique des coordinatrices et du coordinateur de ce dossier explique probablement que trois des quatre contributions publiées traitent de recherches effectuées dans le contexte suisse. Toutefois, comme l’a montré la recherche GARCIA (Gendering the academy and research: combating career instability and asymmetries 1) menée, dans le cadre du 7ème programme cadre de l’Union européenne, sur les carrières des jeunes chercheur·e·s dans les universités de sept « petits pays » (Autriche, Belgique, Italie, Islande, Pays-Bas, Slovénie et Suisse), cet exemple est intéressant. En effet, la Suisse se trouve dans une situation pionnière en relation avec les pays qui l’entourent. La très faible présence féminine parmi le corps professoral à la fin du siècle dernier (avec 6,3 % de femmes en son sein en 1997) a conduit à la mise en place d’un Programme fédéral « Égalité des chances entre femmes et hommes dans les universités » 2). Les statistiques fédérales montrent que les mesures prises ont eu un effet sur la féminisation du corps enseignant des universités puisque l’on compte 21,7% de femmes professeures en 2016 (source : OFS 3), soit plus du triple de leur proportion au tournant du xxième siècle. Il faut toutefois ajouter que cette transformation est très largement due à l’extrême internationalisation du corps professoral helvétique puisque plus de la moitié des femmes ayant le titre de professeures sont de nationalité étrangère.

17Si la Suisse n’est pas partie prenante de l’UE et n’est, à ce titre, pas soumise aux décisions prises par la Commission européenne, elle se trouve néanmoins au cœur de l’Europe géographique et participe pleinement à l’Espace européen de la recherche et l’enseignement supérieur. Cette situation intermédiaire l’a conduite à adapter les politiques européennes de manière sectorielle, ce trait étant particulièrement marqué en ce qui concerne la recherche et l’enseignement supérieur, deux domaines qui sont marqués par une très forte internationalisation des carrières mais aussi par des référents partagés de l’action publique. Parmi ceux-ci, il faut compter la nécessité de transparence et sa contrepartie, l’octroi d’une forte autonomie accordée aux exécutifs universitaires, qui doivent adapter les inflexions données par les politiques nationales au niveau local. L’on voit ici à quel point il est complexe de tenter de croiser politiques de la science et politiques d’égalité, car il s’agit d’analyser tout à la fois les niveaux supranational, national et celui des établissements universitaires, phénomène d’autant plus complexe dans un état fédéral fortement décentralisé.

18À ces éléments s’ajoute la difficulté à entamer une discussion critique des politiques d’égalité, tant elles restent indispensables pour atteindre à la « parité de participation » (Fraser, 2005). L’adoption d’un point de vue analytique et la prise de distance d’avec les politiques effectivement mises en œuvre pour construire l’égalité des sexes dans l’université n’est pas tâche facile. Elle peut même paraître impensable. Comment en effet réfléchir, discuter et peut-être critiquer un travail que tout confirme comme nécessaire pour construire de la justice ? Comment oser penser de manière diagonale une thématique qui n’a émergé et/ou qui ne survit que grâce à l’engagement de femmes et d’hommes pour plus de justice, engagement qui a de plus été initié par les féministes ? Comment enfin dire que l’excellence telle qu’elle est pensée dans un univers marqué par la concurrence entre les institutions, mais aussi entre les chercheur·e·s, est devenue si « évidente » (bien que difficilement descriptible) que la questionner peut être interprété comme un doute dans les capacités des femmes à répondre à un impératif se présentant comme l’alpha et l’oméga de la qualité ? Et finalement, de telles réflexions ne sont-elles pas le reflet de personnalités académiques construites en des temps moins marqués par la globalisation et la nécessaire ou obligée circulation internationale des élites scientifiques ? Ne sont-elles pas aussi l’émanation des réflexions issues de tensions qui pourraient s’être amoindries pour les plus jeunes générations, tels les choix imposés par les obligations familiales et éducatives lorsque la pénurie de systèmes de garde des enfants est la règle alors même que persiste l’idée (fausse) qu’il est dans la nature des femmes de s’impliquer prioritairement dans la sphère privée ?

Le Dossier

19Il n’est guère possible de répondre au travers de ce seul Dossier à toutes ces interrogations mais l’ensemble de ces éléments, qui touchent à la complexité des croisements entre politiques d’égalité et politiques des sciences – voire de la gouvernance des universités – expliquent que les contributions que nous avons reçues partent d’angles très différents pour traiter de cette question. À leur manière, elles ont néanmoins toutes fait le lien entre politiques d’égalité, situation des femmes et des hommes dans les universités de pays francophones et politiques d’excellence. La diversité des regards portés doit aussi probablement à l’hyperspécialisation qu’imposent les normes de l’excellence que nous voulions justement interroger, notamment par la multiplication des classements des revues disciplinaires et les demandes faites aux chercheur·e·s de toujours publier plus et plus vite.

20Issues principalement du monde francophone (Belgique, France et Suisse), trois des quatre contributions que nous avons sélectionnées approchent la situation des femmes et des hommes dans le monde académique en privilégiant clairement une approche sociologique centrée sur les sujets, dans le cadre des processus de sélection des personnels académiques. Nous avons choisi de les donner à lire en partant de ce parti pris. Les articles de Farah Dubois-Shaik, Bernard Fusulier et Grégoire Lits ainsi que celui de Geneviève Mottet sont entrés dans ce questionnement par le biais des usages que les personnes font des politiques d’égalité et/ou de l’excellence. Farah Dubois-Shaik et ses collègues ont fait porter l’accent sur les politiques de l’excellence et ce qu’elles font aux sujets, qu’ils siègent dans des commissions de recrutement ou soient évalués par elles, alors que la contribution de Geneviève Mottet éclaire sur les raisons et les manières dont les docteur·e·s en sciences de l’éducation recourent (ou non) aux outils mis en place par les politiques d’égalité. Les textes de Matthias Studer ainsi que de Julia Nentwich, Anna-Katrin Heydenreich et Ursula Offenberger ont quant à eux très directement abordé les questions liées à la gouvernance universitaire et à l’égalité, jugées à l’aune de leur efficacité par le travail de Matthias Studer, et de leurs référentiels dans la contribution de Julia Nentwich et de ses collègues. Partant de l’excellence et des difficultés à la définir (Dubois-Shaik et al.) lorsqu’il s’agit de recruter des professeur·e·s, ce dossier permettra ensuite de comprendre ce qu’elle fait aux scientifiques des deux sexes et de différents groupes sociaux (Mottet) et aux différentes étapes de la carrière (Studer), et ceci du fait de « rencontres » contradictoires entre différentes manières de penser et de dire les liens entre égalité et excellence (Nentwich et al.).

21Ainsi, l’article de Farah Dubois-Shaik, Bernard Fusulier et Grégoire Lits se concentre sur les effets de reproduction de la hiérarchie entre les sexes lors de la mise en pratique des critères « d’excellence » dans l’appréciation des parcours des jeunes universitaires belges. Analysant les discours des membres de comités de sélection pour de futurs postes stables dans une université belge, il montre que les deux référentiels qui sont mobilisés aux différentes étapes du processus de sélection sont parfois en tension. Le référentiel de la compétition est celui qui domine lors de la sélection des dossiers et il s’inscrirait dans les logiques de la globalisation des carrières – les logiques de l’excellence. Il pourrait selon les recruteuses et les recruteurs être favorables aux femmes, les critères objectifs retenus – nombre et qualité des publications, expérience internationale, capacité à lever des fonds – étant relativement bien partagés entre les deux sexes, les qualités de leadership ne semblant en outre pas poser de problèmes sexo-spécifiques. L’analyse montre par contre que le « référentiel de l’intégration », qui repose sur l’implication temporelle dans des greedy organizations (Coser, 1967) que sont les universités et renverrait quant à lui au cadre local, à la capacité de faire prospérer l’institution recruteuse et de s’y intégrer. Selon ces auteurs, ce dernier référentiel jouerait un rôle privilégié dans le phénomène du leaky pipeline. La disparition progressive des femmes et leur rareté au sommet des hiérarchies seraient ainsi dues, non pas à des biais sexistes, mais à la « bienveillante » prise en compte de leur propension, perçue comme une évidence, à prendre en charge la sphère domestique et familiale. L’investissement exigé par ces activités de care persisterait, dans les yeux des personnes qui évaluent les candidatures, à les rendre incapables de faire face à l’investissement souhaité pour être « un·e bon·ne collègue » (plutôt un bon collègue d’ailleurs). Cette analyse fine des enjeux des recrutements montre à quel point des politiques d’égalité sont encore indispensables pour sensibiliser les recruteurs et recruteuses aux biais de genre et à leurs conséquences sur l’évaporation des femmes lorsqu’il s’agit de postes à responsabilité.

22Le texte de Geneviève Mottet se focalise sur les usages des politiques d’égalité, mais il s’agit ici de celui que des docteur·e·s en sciences de l’éducation font (ou non) des instruments disponibles à l’Université de Genève. L’intérêt accordé à un groupe dont les caractéristiques sociales s’éloignent du modèle idéal de l’homo academicus permet d’aller en profondeur et de constater, qu’en sus du sexe, les origines sociales et ethniques demeurent des attributs qui se placent entre les docteur·e·s en sciences de l’éducation et une carrière académique, en raison notamment du modèle des « météores » que Catherine Marry avait bien dégagé (Marry, 2007). La granularité fine adoptée par l’auteure montre ainsi que les politiques de l’égalité et de soutien aux carrières des femmes peinent à prendre en compte une approche consubstantielle des différentes dominations. Elle suggère aussi de s’interroger sur les possibilités effectives de mise en œuvre de politiques guidées par la diversité et d’ouvrir le débat sur le type des individus qu’elles concourent à définir comme de potentiel·le·s bénéficiaires.

23Ainsi, le constat est fait que les politiques d’égalité peuvent se trouver en décalage avec les besoins des femmes universitaires et/ou des personnes issues de milieux modestes. Ils ouvrent chez Geneviève Mottet sur un questionnement original qui concerne la désignation des cibles des politiques d’égalité entre femmes et hommes dans le monde académique et rejoignent largement les résultats de Françoise Milewski sur les difficultés de mettre en œuvre des politiques visant à améliorer l’égalité des chances dans un contexte universitaire qui se caractérise par plusieurs paradoxes (Milewski, 2004). En effet, la diversité y est de plus en plus nettement présentée comme un objectif à atteindre mais elle est articulée avec la recherche d’une excellence dont on sait depuis longtemps qu’elle n’est pas neutre, ni en termes de sexes, ni en termes de classe et/ou d’expérience migratoire. Les moyens nécessaires à sa mise en œuvre font par ailleurs défaut, les transformations du marché académique ayant pour effet d’aiguiser les concurrences et de rendre la précarité plus fréquente et plus longue pour les jeunes diplômé·e·s.

24Les textes de Matthias Studer, et surtout de Julia Nentwich, Anna-Katrin Heydenreich et Ursula Offenberger, se distinguent des deux autres contributions par le fait qu’ils s’éloignent de la personne des acteurs et actrices des carrières dans les universités. Le premier étudie la place de la carrière académique sur le marché du travail en l’abordant comme un « choix » possible parmi d’autres. Il opère de ce fait une rupture considérable avec ce qui semble souvent aller de soi (penser que c’est le choix le plus désirable) lorsque la littérature scientifique aborde ce segment des professions intellectuelles et il montre que les secteurs féminisés du monde académique sont aussi ceux qui offrent le moins d’alternatives enviables hors de l’université et sont de ce fait les plus concurrentiels. Son analyse éclaire en sus un des points aveugles des travaux sur les carrières académiques car son échantillon prend également en compte les personnes qui n’y entrent pas. Cette lecture qui inscrit la profession universitaire comme une des alternatives possibles dans un marché du travail plus ou moins saturé offre l’avantage de rompre avec les discours vocationnels et mène son auteur à questionner les cibles des politiques d’égalité.

25Le texte de Julia Nentwich, Anna-Katrin Heydenreich et Ursula Offenberger interroge quant à lui les référentiels des politiques d’égalité. Il analyse les propos des expert·e·s des politiques d’égalité helvétiques. Il montre que les discours produits sur les relations entre politiques d’égalité et excellence sont porteurs de valeurs différentes. L’analyse de discours effectuée leur permet de distinguer trois manières dont ces deux thématiques se conjuguent : les deux premières mettent en tension politiques d’égalité et d’excellence alors que la troisième considère que l’égalité entre les sexes et le bien-être professionnel constituent un des critères nécessaires de l’excellence. Ces trois figures de style, des « rencontres » dans le vocabulaire des auteures, se présentent dans tous les discours et ce sont les hésitations quant au référent privilégié par les expert·e·s qui expliqueraient les hésitations et lenteurs dans la construction de l’égalité. L’approche adoptée dans et article offre une nouvelle manière de penser les relations entre politiques d’égalité et excellence, car ces auteures nous invitent à revisiter les critères sous-jacents de la thématique de l’excellence et des visées des politiques de l’égalité. Elles nous encouragent de ce fait à quitter la posture critique qui fait porter la charge de l’inefficacité (même relative) des politiques de l’égalité à la mise en œuvre du New Public Management et ouvrent de nouvelles voies aux réflexions sur la gouvernance des universités à l’ère de l’excellence.

26Ce Dossier aborde donc le croisement des politiques de l’égalité et de l’excellence à différents niveaux et il permet de constater que les politiques d’égalité sont soumises aux impératifs du « rendre des comptes » (la très fameuse accountability du New Public Management). Il suggère aussi qu’il s’agit aujourd’hui d’amplifier l’action en direction de l’égalité et peut-être de la rendre plus autonome des impératifs gestionnaires et de ce qu’ils impliquent sur la construction d’individus souvent voulus comme des entrepreneurs et des entrepreneuses de soi. Mais –et bien que le cadre du New Public Management semble créer des tensions – il conclut aussi que les actions ponctuelles et/ou chiffrables qui constituent aux yeux des exécutifs – mais aussi à ceux d’une partie importante des communautés universitaires – une garantie du maintien, de la pérennité ou du développement de programmes d’égalité restent absolument nécessaires, même si d’autres ouvertures ou dimensions des inégalités devraient être prises en compte.

Haut de page

Bibliographie

Acker J. (2006), « Inequality Regimes: Gender, Class, and Race in Organizations », Gender and Society, vol. 20, n° 4, pp. 441-464.

Amaral A. (2009), « Recent trends in European Higher Education », dans Reforms and Consequences in Higher Education Systems: An International Symposium, National Center of Sciences, Tokyo, 26 janvier.

Amaral A., Meek V. & L. Waelgaard (2003), The Higher Education Managerial Revolution ?, Dordrecht, Kluwer Academic PressEditor.

Bacchi C. (1999), Women, Policy and Politics. The construction of policy problems, London, Sage Editor.

Benninghoff M. (2006), « Logiques entrepreneuriales dans le domaine de la recherche : le programme "Pôles de recherche nationaux" », dans Perrot M.-D., Du Pasquier J.-N., Joye D., Leresche J.-P. & G. Rist (dir.), Ordres et désordres de l'esprit gestionnaire  : où vont les métiers de la recherche, du social et de la santé, Lausanne, Éditions Réalités sociales, pp. 108-123.

Benninghoff M. (2011), «"Publish or perish!" : la fabrique du chercheur-entrepreneur », Carnets de bord, vol. 17, n° 1, pp. 47-58.

Bezes P., Demazière D., Le Bianic T., Paradeise C., Normand R., Benamouzig D., Pierru F. & J. Evetts (2011), « New Public Management et professions dans l’État  : au-delà des oppositions, quelles recompositions  ? », Sociologie du travail, vol. 53, n° 3, pp. 293-348.

Bruno I., Clément P. & C. Laval (2010), La Grande mutation. Néolibéralisme et éducation en Europe, Paris, Éditions Syllepses.

Calhoun C. (2006), « Is the University in Crisis ? », Society, vol. 43, n° 4, pp. 8-18.

Caprile M. et al. (2012), Meta-analysis of Gender and Science Research. Synthesis Report, Bruxelles, European Commission, DG Research and Innovation.

Chabaud-Rychter D. & D. Gardey (2002), L’Engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Coser L. (1967), « Greedy Organisations », European Journal of Sociology, vol. 8, n° 2, pp. 196-215.

Dardot P. & C. Laval (2009), La Nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, Éditions La Découverte.

Deem R. (2009), « Leading and Managing Contemporary UK Universities: Do Excellence and Meritocracy still Prevail over Diversity? », Higher Education Policy, vol. 22, n° 1, pp. 3-17.

Deutsch F.M. (2007), « Undoing Gender », Gender & Society, vol. 21, n° 1, pp. 106-127.

EC – European Commission (2010), Europe 2020. A Strategy for Smart, Sustainable and Inclusive Growth, Luxembourg, European Union.

EC – European Commission (2011), Structural Change in Research Institutions: Enhancing Excellence, Gender Equality and Efficiency in Research and Innovation, Luxembourg, European Union.

Fassa F. (2015), « Excellence and Gender: Playing the Game of Scientific Excellence or being Played by the Game? The Swiss Example », Equality, Diversity and Inclusion: An International Journal, vol. 34, n° 1, pp. 37-54.

Fassa F. (2016), « Politiques d’égalité des chances dans les universités suisses. Bilan provisoire d’un pilotage décentralisé », dans Rogers R. & P. Molinier (dir.), Les Femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 167-179.

Fassa F. & J.-A. Gauthier (2012). « Représentations sexuées et accès au professorat universitaire pour les femmes », dans Benninghoff M. et al. (dir.), Inégalités sociales et enseignement supérieur, Bruxelles, Éditions de Boeck, pp. 117-130.

Fassa F. & S. Kradolfer (2009), « Le sexe de l’excellence. Pourquoi les femmes savantes ne seront jamais des savants wébériens », Bulletin de la société suisse de sociologie « Les meilleurs. L’excellence au sommet », vol. 136, n° 1, pp. 38-41.

Fassa F. & S. Kradolfer (2010), Le Plafond de fer de l’université. Femmes et carrières, Zurich, Éditions Seismo.

Fassa F. & S. Kradolfer (2012a), « Le professorat universitaire : une sélection genrée masquée par des critères d’excellence ? », LIVES Working Papers, vol. 13, n° 1, pp. 1-17.

Fassa F. & S. Kradolfer (2012b), Enquête au royaume de Matilda. La relève académique à l’Université de Lausanne, LIVES Working Papers, n° 11.

Fraser N. (2005), Qu’est-ce que la Justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, Éditions La Découverte.

Fassa F. & S. Kradolfer (2013), « The Gendering of Excellence Through Quality Criteria: The case of the Swiss National Science Foundation Professorships in Switzerland », Tertiary Education and Management, vol. 19, n° 3, pp. 189-204.

Fusulier B. (2011), « Le concept d’ethos », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 42, n° 1, pp. 97-109.

Gardey D. & I. Löwy (2000), L’Invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Haraway D. J. (1991), Simians, Cyborgs, and Women, New York, Routledge Editor.

Harding S. (1986), "Strong Objectivity" and Socially Situated Knowledge, Ithaca, Cornell University Press.

Herschberg C., Benschop Y. & M. van den Brink (2016), « Gender Practices in the Construction of Excellence », GARCIA working paper, vol. 10, University of Trento.

Kleiber C. (1999), Pour l’Université, Berne, Éditions Benteli.

Krais B. (2000), Wissenschaftskultur und Geschlechterordnung. Über die verborgenen Mechanismen männlicher Dominanz in der akademischen Welt, Frankfurt/New-York, Campus Verlag.

Le Feuvre N. (2009), « Exploring women’s academic careers in cross-national perspective: Lessons for equal opportunity policies », Equal Opportunities International, vol. 28, n° 1, pp. 9-23.

Le Feuvre N., Bataille P., Kradolfer S., del Río Carral M. & M. Sautier (2018), « The Gendered Diversification of Academic Career Paths in Comparative Perspective », dans Murgia A. & B. Poggio (dir.), The Precarisation of Research Careers: A Comparative Gender Analysis, London, Routledge Editor, pp. 50-80.

Leathwood C. & B. Read (2009), Gender and the Changing Face of Higher Education: A Feminized Future?, Berkshire, Open University Press.

Leemann R. (2002), Chancenungleichheiten im Wissenschaftssystem. Wie Geschlecht und soziale Herkunft Karrieren beeinflussen, Zürich, Rüegger Verlag.

Leemann R. & H. Stutz (2008), Geschlecht und Forschungsförderung (GEFO), Synthesebericht, Berne, FNS.

LERU (League of European Research Universities) (2012), Women, Research and Universities: Excellence without Gender Bias [En ligne] https://www.leru.org/files/Women-Research-and-Universities-Excellence-without-Gender-Bias-Full-paper.pdf.

Levy R. (2009), « Les Pôles nationaux de recherche – accélérateurs d’excellence scientifique  ? », Bulletin de la société suisse de sociologie « Les meilleurs. L’excellence au sommet », vol. 136, n° 1, pp. 16-20.

Marry C. (2003), « Genre et professions académiques. Esquisse d’un état des lieux dans la sociologie », dans Réflexions sur l’accès, la promotion et les responsabilités des hommes et des femmes, Paris, EHESS, 24 février.

Marry C. (2007), « Les carrières des femmes dans le monde académique : l’exemple des biologistes », dans Marché du travail et genre : comparaisons internationales Brésil-France, Sao Paulo et Rio de Janeiro, 9-12 avril.

Marry C. & I. Jonas (2005), « Chercheuses entre deux passions. L'exemple des biologistes », Travail, genre et sociétés, vol. 14, nº 2, pp. 69-86.

Merton R. (1968), « The Matthew Effect in Science », Science, vol. 159, n° 3810, pp. 56-63.

Milewski F. (2004), « Femmes : "top" modèles des inégalités », Revue de l’OFCE, vol. 3, n° 90, pp. 11-68.

Morley L. (2013), Women and Higher Education Leadership: Absences and Aspirations – Stimulus paper, London, Leadership Foundation for Higher Education.

Muller P. (2008), « Aux frontières de l’action publique. Ce que les politiques du genre font à l’analyse des politiques publiques », dans Muller P., Engeli I. & T. Ballmer-Cao (dir.), Les Politiques du genre, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 299-316.

Musselin C. (2005), Le Marché des universitaires. France, Allemagne, États-Unis, Paris, Presses de Sciences Po.

Musselin C. (2009), « Les réformes des universités en Europe  : des orientations comparables, mais des déclinaisons nationales », Revue du MAUSS, vol. 33, n° 1, pp. 69-91.

Musselin C. (2017), La Grande course des universités, Paris, Presses de Sciences Po.

OFS - Office fédéral de la statistique (2016), Hautes écoles universitaires - Personnel des hautes écoles universitaires, Neuchâtel, OFS [En ligne] (https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/education-science/personnel-institutions-formation/degre-teritiaire-hautes-ecoles/universitaires.html).

Roca i Escoda M., Fassa F., & É. Lépinard (2016). L’Intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, Paris, Éditions La Dispute.

Rossiter M. (1993), « The Matthew Matilda Effect in Science », Social Studies of Science, vol. 23, n° 2, pp. 325-341.

Schultheis F., Roca i Escoda M. & P.-F. Cousin (2008), Le Cauchemar de Humboldt. Les réformes de l'enseignement supérieur européen, Paris, Éditions Raisons d'agir.

Stengers I. (2010), « L’étoffe du chercheur : une construction genrée », dans Fassa F. & S. Kradolfer (dir.), Le Plafond de fer de l’université. Femmes et carrières, Zurich, Éditions Séismo, pp. 25-40.

Van den Brink M. & Y. Benschop (2012), « Gender Practices in the Construction of Academic Excellence: Sheep with Five Legs », Organization, vol. 19, n° 4, pp. 507-524.

Weber M. (2003), Le Savant et le politique, Paris, Éditions La Découverte.

Wenneras C. & A. Wold (1997), « Nepotism and Sexism in Peer-review », Nature, vol. 387, n° 22, pp. 341-343.

West C. & S. Fernmaker (1987), « Doing Gender », Gender and Society, vol. 1, n° 2, pp. 125-151.

Haut de page

Notes

1 http://garciaproject.eu/

2 https://www.swissuniversities.ch/fr/themes/encouragement-de-la-releve/egalite-des-chances/programme-federal-egalite-des-chances-2000-2012

3 https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/education-science/personnel-institutions-formation/degre-teritiaire-hautes-ecoles/universitaires.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Farinaz Fassa, Martin Benninghoff et Sabine Kradolfer, « Universités : les politiques d’égalité entre femmes et hommes à l’heure de l’excellence », SociologieS [En ligne], Dossiers, Universités : les politiques d’égalité entre femmes et hommes à l’heure de l’excellence, mis en ligne le 27 octobre 2019, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11773

Haut de page

Auteurs

Farinaz Fassa

Observatoire de l’éducation et de la formation et Centre en étude genre, Université de Lausanne (Suisse) - farinaz.fassarecrosio@unil.ch

Articles du même auteur

Martin Benninghoff

Service de la recherche en éducation, Département de l'instruction publique, État de Genève, (Suisse) - martin.benninghoff@etat.ge.ch

Sabine Kradolfer

PRN LIVES – Surmonter la vulnérabilité : perspective du parcours de vie et Université de Lausanne (Suisse) - sabine.kradolfermorales@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page