Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2019Universités : les politiques d’ég...Quand l’excellence rencontre l’ég...

2019
Universités : les politiques d’égalité entre femmes et hommes à l’heure de l’excellence

Quand l’excellence rencontre l’égalité des chances : quelques découvertes en analyse de discours

When excellence meets equal opportunities: Discourse analytical findings
Julia Nentwich, Anna-Katrin Heydenreich et Ursula Offenberger

Résumés

L’excellence scientifique et l’égalité des chances sont au cœur du débat depuis plus de dix ans, soulevant de sérieux doutes quant à la signification partagée et au fonctionnement de la méritocratie dans le monde académique. Notre analyse du discours de douze expert·e·s montre comment les notions d’excellence et d’égalité des chances sont interconnectées, engendrant des conceptions différentes de la méritocratie et des universités en tant qu’institutions. Notre étude révèle trois « rencontres » discursives majeures entre les deux concepts : dans la première, l’excellence scientifique et l’égalité des chances sont considérées comme fondamentalement contradictoires, la méritocratie apparaissant comme une évidence. Dans la deuxième rencontre, la notion d’excellence scientifique, et surtout la norme du chercheur idéal masculin, est critiquée. Aussi la relation entre excellence et égalité des chances est problématisée. Dans la troisième rencontre, l’excellence est perçue comme fortement dépendante de l’égalité des chances, inversant la relation hiérarchique – jusqu’alors non questionnée – entre excellence et égalité des chances. Ces rencontres mettent en évidence trois différences principales. Premièrement, la méritocratie est soit débattue, soit tenue pour acquise. Deuxièmement, la focale placée sur les chercheurs et chercheuses est déplacée pour porter d’abord sur les critères de sélection, ensuite sur la dimension stratégique du positionnement des universités sur un marché concurrentiel. Troisièmement, alors que la focale porte sur les femmes dans la première rencontre discursive et sur la critique des procédures dans la deuxième, c’est le changement institutionnel qui est au cœur de la troisième rencontre. Notre analyse révèle ainsi l’existence d’une plus grande variété d’interactions entre ces discours qu’on ne l’évoque ordinairement, variété qui offre des voies différentes, voire nouvelles, pour penser les relations entre égalité des chances et excellence.

Haut de page

Texte intégral

Douter de la méritocratie

1La publication des actes du colloque « Gender and Excellence in the Making » (European Commission, 2004) a permis d’introduire la question des relations entre les concepts de genre et d’excellence scientifique dans l’agenda politique de l’Union européenne (UE). Cette publication met en évidence la pertinence des travaux de Christine Wennerås et Agnes Wold à propos des biais de genre (au profit du masculin) dans le processus du peer review (Wennerås & Wold, 1997) . Bien que les recherches ultérieures n’aient pas toujours fourni des résultats aussi explicites (Sandström & Hällsten, 2004), leur étude a ébranlé la conviction, très répandue jusque-là, d’un monde académique échappant aux normes de genre. En jetant le doute sur la neutralité de genre dans les processus de sélection académique, elles mettent en cause les principes mêmes de la méritocratie – qui prend alors valeur de mythe – tels que défendus par Robert K. Merton (1973) en soutien à l’« autonomy of the scientific community and democratic self-government within the scientific community » (European Commission, 2004, p. 12).

2La notion de méritocratie suppose que l’évaluation se fait sur la base des résultats, ce qui garantirait « the fundamental quality of objectivity » (Ibid., p. 12). Même s’il était largement admis que le processus du peer review présentait des imperfections, il était toutefois considéré comme « assez bon » pour assurer tout à la fois l’objectivité et l’impartialité du processus de sélection. Or, la recherche sur les biais de genre a déstabilisé cette certitude ; le chapitre introductif des actes du colloque de l’UE signale que :

« This evidence of gender bias was particularly disturbing because it contrasts with one of the scientific community’s core beliefs about its own internal governance. Decision-making should be based on meritocracy, hierarchy on individual performance in furthering scientific inquiry. This belief is rooted in the heart of the scientific ethos, connected with the struggle of science to liberate itself from theology and other societal powers (Merton, 1942) » (European Commission, 2004, pp. 11-12).

3Les auteur·es en concluent que

« the system is not only imperfect, it may even be hindering women in establishing scientific careers. Merit and talent are not sufficient conditions to become a successful scientist. Resources, time, social networks, encouragement – unevenly distributed between the sexes – are necessary prerequisites » (Ibid., p. 12).

4Une telle affirmation de la Commission européenne établit de façon explicite l’existence d’une relation fondamentale entre genre et excellence scientifique : les rapports sociaux de sexe, en faussant les procédures et les postulats de base de la science, mettent en péril l’excellence, rendant nécessaires des politiques d’égalité des chances pour concrétiser les principes méritocratiques.

5La lecture du rapport de la Commission européenne surprend près de quinze ans après sa publication car les relations entre genre et science qui y sont mises en évidence restent encore largement discutées aujourd’hui. Les hommes et les femmes pourraient avoir des taux de publications potentiellement différents et ce serait dû aux effets Matthieu et Matilda ; le « bonus masculin » octroyé, de même que la reproduction homosociale qui prend place, définissent le « chercheur idéal » par son dévouement total à la recherche, les femmes étant parallèlement décrites comme manquant de capital social. Les chercheuses étant ainsi exclues ne contribuent pas autant que les chercheurs à mettre en place les agendas de recherche. De plus, leur exclusion des réseaux est mise en évidence comme un aspect troublant, alors même que le sexisme subtil dont font preuve leurs collègues masculins est passé sous silence (Ibid., p. 20). Ces éléments faisaient qu’en 2004, la Commission européenne recommandait de reconsidérer le sens de l’excellence scientifique, les critères de son appréciation, le choix des indicateurs sur lesquels elle s’établit, ainsi que la façon dont ces critères sont appliqués aux hommes et aux femmes. Ces directives restent pertinentes et à l’ordre du jour aujourd’hui. Depuis lors, la volonté de contrer les biais de genre et de développer l’égalité des chances pour les femmes et les hommes dans la formation supérieure est toujours au programme.

6Pourtant, le changement est souvent ressenti comme trop lent, paradoxal et tiraillé entre deux logiques contradictoires (Kreissl, Striedinger, Sauer & Hofbauer, 2015). Les critères d’excellence scientifique auxquels sont astreint·e·s les chercheur·e·s revêtent une importance accrue (Heintz, 2008 ; Maasen & Weingart, 2006) dans le contexte des changements globaux du monde académique en direction d’une « université managériale ». Soutenus par les classements des universités, les index de citations et autres méthodes de quantification et de mesure de l’excellence font toujours l’objet d’une croyance ferme dans leur objectivité et leur neutralité. Doit-on en conclure que rien n’a changé depuis le rapport de 2004 ? Pourquoi cette conférence n’a-t-elle pas donné lieu à une remise en cause des manières dont le monde académique organise les carrières, le mérite et la qualité ?

7Cette question forme le point de départ de cet article. Notre étude sur les interactions discursives entre « excellence scientifique » et « égalité des chances » dans les discours de la formation supérieure suisse nous permet d’explorer les façons dont ils prennent sens dans les propos des douze personnes interviewées – des expert·e·s de l’égalité ainsi que des représentant·e·s des corps décisionnels du système suisse d’enseignement supérieur. Nous montrons que la situation actuelle se caractérise par une variété d’interprétations quant à la manière dont se rencontrent et s’articulent – ou devraient se rencontrer et s’articuler – l’égalité des chances et l’excellence. Les différentes combinaisons de ces concepts font d’un côté émerger des doutes quant au fonctionnement de la méritocratie alors qu’elles mettent en évidence que de l’autre la méritocratie est tenue pour acquise. En examinant de près les trois principales « rencontres » discursives identifiées dans nos données, notre travail montre que les notions d’égalité des chances et d’excellence sont aujourd’hui utilisées de manières différentes et avec des conséquences différentes. De ce fait, même si la méritocratie semble encore souvent aller de soi en tant que concept, elle se voit également largement contestée et étendue.

8Cet article présente d’abord la façon dont les interactions discursives du genre, de l’excellence et de la méritocratie ont été analysées jusqu’à présent, puis nous précisons quel est notre cadre méthodologique d’analyse du discours, notre plan de recherche et notre échantillon. L’analyse des douze interviews nous conduit en troisième lieu à identifier trois interactions discursives entre l’excellence scientifique et l’égalité des chances. Enfin, nous discutons de nos résultats et de leurs conséquences.

Lutter avec la méritocratie

9Dans un système méritocratique, le « talent is the basis for sorting people into positions and distributing rewards » (Scully, 2015, p. 314). Le mérite y est défini de manière objective et neutre, rendant de fait non pertinents les facteurs que sont le genre, la race ou la classe (Merton, 1973). Il est ainsi supposé que la méritocratie garantit l’égalité des chances. Pourtant, de nombreuses recherches démontrent que ce n’est pas le cas et elles relèguent la méritocratie au statut de mythe (Van den Brink & Benschop, 2012 ; Castilla & Benard, 2010). Les recherches sur le genre ont, par exemple, amplement prouvé la présence de biais dans l’évaluation de l’excellence académique (Fassa & Kradolfer, 2013 ; Krefting, 2003). Les critères d’excellence semblent être plus pertinents lorsqu’il s’agit de discuter du processus de prise de décision que de la prise de décision elle-même (Herschberg, Benschop & Van den Brink, 2015 ; Fassa, 2015 ; Van den Brink & Benschop, 2012). En résumé, des preuves multiples et solides jettent le doute sur les croyances méritocratiques en l’objectivité, la neutralité et la rationalité.

10Néanmoins, bien que la méritocratie ait été identifiée comme un mythe (Van den Brink, 2015 ; Bagilhole & Goode, 2001), elle demeure puissante dans les universités (Sliwa & Johansson, 2014). Comme le montre la recherche en psychologie du discours, ce sont précisément les paradoxes de la méritocratie qui la stabilisent et l’immunisent contre la critique (Riley, 2002 ; Augoustinos, Tuffin & Every, 2005 ; Wetherell, 1987). Par exemple, le lien établi fermement entre mérite et succès individuels, permet de négliger le système qui le soutient et le produit (Riley, 2002). Ainsi le mythe de la méritocratie est construit et légitimé comme allant de soi. C’est ce que Marta Augoustinos et ses collègues ont défini comme une relation polarisant le mérite en opposition avec l’action positive (Augoustinos et al., 2005) . Le mérite étant défini en termes de succès individuel, les programmes d’action positive sont perçus comme non légitimes car ils fournissent des ressources auxquelles seuls certains groupes ont accès. De plus, le privilège qui proviendrait de la participation à de tels programmes est renforcé et considéré comme illégitime, alors même que le privilège résultant des inégalités sociales ou culturelles n’est pas pris en considération. L’action positive est ainsi comprise comme « perverting meritocratic standards and ideals because it was premised on particular social category membership » (Ibid., p. 330), l’image de l’« excellence scientifique, héroïsme solitaire et enfermé dans les hauteurs de sa tour d’ivoire » étant ainsi solidement stabilisée, alors que le soutien fourni par les arrangements structurels, culturels et procéduraux de l’organisation académique est tout aussi fermement invisibilisé (Benschop & Brouns, 2003). En conséquence, croire résolument en la méritocratie constitue un appareil puissant de légitimation des inégalités dans des sociétés libérales-démocratiques (Augoustinos et al., 2005, p. 316).

11C’est également la conclusion à laquelle parviennent Barbara Bagilhole et Jackie Goode dans leur article précurseur sur le mythe du mérite individuel (Bagilhole & Goode, 2001) . Elles montrent que le soutien au mythe de la méritocratie a non seulement pour effet de masquer le privilège masculin mais aussi de présenter les femmes comme des personnes nécessitant aide et soutien. Ainsi, tandis que le système qui soutient les hommes n’est pas rendu visible en tant que tel, les femmes sont construites comme l’Autre dans le besoin. Les femmes doivent par exemple prouver qu’elles travaillent aussi bien que les hommes en même temps qu’elles sont décrites comme différentes (Wetherell et al., 1987), mais leurs performances peuvent toujours être évaluées à l’aune de cette différence. Mettre l’accent sur les différences entre femmes et hommes et les exclure lorsqu’il s’agit d’expliquer le succès et l’échec explique comment l’inégalité est masquée. Tandis que l’on peut aisément adhérer à la notion d’égalité des chances comme concept général, l’individu et les différences individuelles demeurent identifiés comme la cause d’une sous-performance, autrement dit d’un échec. Glissant entre les répertoires interprétatifs de « l’égalité des chances » et des « différences », le paradoxe est ainsi stabilisé et ne requiert pas d’être élaboré davantage. En résumé, la méritocratie fonctionne comme un discours hégémonique principalement utilisé pour masquer la pratique de l’inégalité (Van den Brink & Benschop, 2012 ; Castilla & Bernard, 2010 ; Scully, 2002).

12Bien que la méritocratie ait été critiquée en tant que concept paradoxal (Castilla & Bernard, 2010), l’analyse psychologique du discours montre que ce sont en réalité les paradoxes mêmes du concept qui expliquent sa stabilité (Augoustinos et al., 2005). En se focalisant sur le mérite atteint par l’individu et sur ses compétences individuelles, on peut légitimer les inégalités en les considérant comme les résultantes de facteurs qui relèvent eux aussi de l’individu. Ainsi, les explications alternatives des privilèges et des désavantages qui renvoient aux facteurs structurels ou sociaux sont mises de côté (Riley, 2002). En se déplaçant entre les différents éléments ou « répertoires interprétatifs » (Potter & Wetherell, 1987) que propose l’idéologie libérale-individualiste, une lecture dominante s’impose qui présente la méritocratie comme hautement consensuelle pour un certain groupe social, ne nécessitant pas d’être longuement expliquée pour justifier ses prétentions. L’interaction entre ces arguments méritocratiques soutient les principes libéraux de rationalité, de droits individuels et d’égalité et elle sert de ce fait à justifier l’opposition à l’action positive (Augoustinos et al., 2005).

13La littérature s’est jusqu’ici intéressée à la relation solide entre la croyance en la méritocratie individuelle et la mise en cause d’autres explications alternatives ; elle s’est aussi surtout intéressée à la conviction que l’égalité des chances est assurée à toutes les personnes. C’est ce que nous identifions comme la première interaction entre l’égalité des chances et l’excellence scientifique : puisque l’excellence est attribuée aux individus en fonction de leur mérite, l’égalité des chances ne doit pas interférer dans le processus car elle causerait une injustice (Deem, 2009). L’égalité des chances et l’excellence scientifique sont ainsi établies comme des concepts mutuellement exclusifs. Toutefois, et comme l’a souligné Linda A. Krefting, les discours portant sur le mérite et le genre connaissent eux aussi un changement ouvrant à une possible remise en question de l’interaction qui est ici en jeu (Krefting, 2003). Et, en effet, plus que la critique des biais de genre dans les critères de sélection et le doute vis-à-vis de la neutralité de genre dans l’excellence scientifique, il faudrait aussi contester la validité présumée de la méritocratie (Deem, 2009). C’est en partant de ces réflexions que notre étude empirique porte sur la façon dont l’excellence et l’égalité des chances se rencontrent aujourd’hui dans les discours des expert·e·s.

Méthodologie et échantillon

  • 1 Le projet « Excellence and/or Equal Opportunities for Men and Women: National Policies and Discursi (...)

14Les données analysées dans cet article sont issues d’un projet de recherche plus large, qui s’intéresse aux interactions des discours portant sur l’excellence académique et l’égalité des chances entre femmes et hommes 1. Nous nous sommes plus particulièrement focalisées sur la façon dont les discours portant sur l’excellence académique et l’égalité des chances s’articulent dans les entretiens, menés avec douze expert·e·s, membres des corps décisionnels au niveau national du système suisse de formation supérieure.

15La gouvernance universitaire helvétique relevait des cantons (et non de la Confédération) jusque dans les années 1990. En 2000, une loi a été votée au niveau fédéral, suivie d’une autre réforme légale en 2015, qui avait pour objectif d’harmoniser le système de l’enseignement supérieur. Ces réformes ont non seulement réorganisé la collaboration entre les niveaux fédéral et cantonal, mais elles ont aussi introduit les principes de la Nouvelle Gestion Publique (NGP) dans les universités et de nouvelles formes d’assistance financière. Ces dernières visaient à soutenir les préoccupations cantonales et fédérales qui étaient considérées comme significatives sur le plan national. L’une d’entre elles était l’actualisation de l’égalité entre femmes et hommes à tous les niveaux du monde académique et elle a donné lieu à la mise en place du « Programme fédéral : égalité des chances entre femmes et hommes dans les universités » (PFEC). L’introduction de la NGP et de l’égalité des chances connaissent ainsi une histoire parallèle en Suisse et toutes deux se sont mutuellement et définitivement influencées (Füger & Knobloch, 2014, p. 197).

16Tous·tes les expert·e·s que nous avons interviewé·e·s occupent des postes relevant soit de la gouvernance nationale du système suisse de formation supérieure, soit de la promotion de l’égalité des chances dans la formation supérieure. Les personnes appartenant aux institutions chargées de la promotion de l’excellence académique appartiennent au Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) ; en charge de la formation supérieure, mais aussi plus généralement de l’éducation, de la recherche et de l’innovation, cet organisme appartient au gouvernement fédéral. Elles sont ensuite issues du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), qui est mandaté par la Confédération et fournit des sources de financement majeures pour la recherche autant qu’il promeut les jeunes chercheurs et chercheuses ou de la Conférence des recteurs des universités suisses (Swissuniversities) qui est quant à elle chargée de coordonner la collaboration entre toutes les institutions de formation supérieure.

  • 2 Conférence des déléguées à l’égalité auprès des universités et des hautes écoles suisses.

17En ce qui concerne l’égalité des chances, nous nous sommes entretenu·e·s avec des membres du comité directeur du PFEC, qui constitue une source majeure de financement pour toutes les activités touchant à l’égalité des chances dans les universités suisses. Des membres du comité directeur des déléguées à l’égalité des chances auprès des universités et écoles polytechniques suisses (CODEFUHES 2) ainsi que du Réseau études genre Suisse ont également été interviewé·e·s. Composé de plusieurs expert·e·s de l’égalité des chances et de chercheurs et chercheuses en études genre, ces derniers sont d’importants think tanks en ce qui concerne les politiques d’égalité des chances. Certain·e·s interviewé·e·s occupent plusieurs positions au sein du système de formation supérieure. Nous laissons volontairement de côté cette information ainsi que le sexe de l’interviewé·e, qui permettraient son identification.

Perspectives

Institutions

Partenaires interviewé·e·s

Égalité des chances (EO)

PFEC
CODEFUHES
Réseau Etudes Genre Suisse

Interviews 1, 2, 6, 7

FNS

FNS

Interviews 4, 8, 9, 10

Gouvernance nationale pour la formation supérieure suisse (HE)

Swissuniversities
SEFRI

Interviews 2, 5, 11, 12

18Un guide, servant de schéma directeur, a été conçu pour tous les entretiens, les deux catégories d’inteviewé·e·s étant interrogé·e·s tant sur l’excellence académique que sur l’égalité. Nous avons toutefois aussi eu recours à des questions ciblées pour chaque interviewé·e, ce qui a permis de contextualiser les questions au regard de l’environnement particulier de travail/de politique de chacune des personnes interviewées (Witzel & Reiter, 2012). Les entretiens ont été réalisés entre les mois d’octobre 2015 et mars 2016, ils ont duré entre 45 et 90 minutes.

19L’analyse de chacun des douze entretiens retranscrits a d’abord donné lieu à un codage visant à identifier les passages dans lesquels l’excellence académique et/ou l’égalité des chances étaient discutées. Nous nous sommes référé·e·s au concept analytique de « répertoire interprétatif » (Potter & Wetherell, 1987), qui ancre la notion foucaldienne de « discours » dans le parler quotidien. Si cette dernière notion suppose une circulation plus générale de sens et de cohérence, le « répertoire interprétatif » suppose quant à lui que, dans le parler quotidien, l’usage de répertoires différents et souvent très contradictoires est vital pour donner du sens (Van den Berg, 2004). Identifier les divers répertoires interprétatifs de l’égalité des chances et de l’excellence nous a permis de décrire la variabilité des propos sur ces questions.

20Une deuxième analyse a permis d’identifier les « trouble points » (Tracy & Ashcraft, 2001) en ce qui concerne l’égalité des chances et l’excellence. Elle a supposé de rechercher les notions, les concepts ou les propos conflictuels dans les transcriptions des entretiens. Une analyse fine de ces passages, rendue possible par des échanges dans notre équipe de recherche, a permis de décrire trois façons dont les concepts d’égalité des chances et d’excellence académique interagissent (Heydenreich, 2016) dans les entretiens. Nous appelons « rencontres » les différentes façons de connecter les concepts d’excellence et d’égalité des chances, le choix de ce terme mettant en évidence la production d’une négociation active de sens. Ces trouble points ont permis d’identifier trois « rencontres » particulières, qui produisent des significations différentes en ce qui concerne l’égalité des chances, l’excellence académique et les liens qu’elles entretiennent. De plus –et comme nous le verrons plus loin – chacune de ces trois « rencontres » fait naître une appréhension particulière de la méritocratie et de ses résultats. La première rencontre renforce le mythe de la méritocratie qui délégitime les activités d’égalité des chances au sein du monde académique. De façon générale, cette rencontre reproduit ce que décrit déjà la littérature évoquée plus haut. La deuxième rencontre prend au sérieux la critique des biais dans les critères de sélection et développe un argumentaire selon lequel une application non critique de l’excellence comme critère de sélection mine l’objectif de l’égalité des chances. Enfin, la troisième rencontre retourne l’argument et considère que l’égalité des chances est un prérequis crucial pour favoriser l’excellence à l’université. L’évidence de la conviction méritocratique, selon laquelle l’égalité des chances est automatiquement accordée si le mérite individuel jugé nécessaire est atteint, se trouve ainsi abandonnée. Nous développerons davantage ces différences et leurs conséquences dans la section suivante, qui s’intéresse aux résultats de notre étude, mais il convient de noter que, dans leurs discours, les interviewé·e·s s’appuient sur et alternent continûment entre ces différents modes d’articulation de l’excellence académique et de l’égalité des chances. Chacun de ces modes d’articulation peut être considéré comme un idéal-type des relations entre ces concepts. Bien que l’on note certaines préférences, aucune de ces « rencontres » ne permet d’expliquer les différentes fonctions que les interviewé·e·s occupent dans la gouvernance universitaire.

Trois rencontres majeures entre « excellence académique » et « égalité des chances »

Première rencontre : l’égalité des chances comme menace de l’excellence

21Dans la première rencontre, l’égalité des chances et l’excellence académique sont décrites comme des objectifs qui s’excluent mutuellement. La compétition internationale au sein de laquelle le processus du peer review ou le classement des universités prennent place sont des indicateurs de performance acceptés, l’accent est mis sur les universités comme lieux actifs de recherche et sur la quantification de la production scientifique (research output) ; la mobilité des chercheurs et chercheuses ainsi que le dévouement au travail sont considérés comme des aspects importants lorsqu’il s’agit de l’excellence académique. Ici, c’est la « quête de l’excellence » qui est perçue comme centrale, comparée à la simple demande d’excellence, le « feu sacré » animant les chercheurs et chercheuses servant d’argument. La science comme vocation se trouve donc au cœur du répertoire interprétatif qui caractérise cette première rencontre.

« Tout ce qui se rapporte à de la science et à de la recherche sérieuse devrait être guidé par l’excellence, c’est-à-dire atteindre ce qu’il y a de meilleur. Pour cela il faut un feu sacré et un engagement total. La recherche par vocation, c’est cela l’excellence. Il ne faut pas se laisser distraire par ce qui est le véritable objectif de la recherche, que ce soit par des éléments extérieurs ou par les conditions cadre mais il faut aller au fond des choses » (Interview 10, FNS).

  • 3 80% renvoie au fait de travailler à 80% d’un 100%, ce qui, dans les faits, se traduit par un travai (...)

22Cette rencontre entre excellence et égalité des chances rend la problématique du travail à temps partiel immédiatement pertinente. Le répertoire de l’égalité des chances, qui est en jeu ici, est lié à la double charge que représente la responsabilité d’une famille et le fait de mener à bien une carrière scientifique. Pourtant, même si le fait de travailler moins est considéré comme important pour les trajectoires féminines, il est aussi pensé comme non réaliste dans le cadre d’une carrière académique. Notons à ce propos que, même si l’égalité de genre est encouragée par le PFEC depuis l’an 2000, la Suisse fait preuve d’un « régime de genre » très conservateur, qui affecte également les universités. Le modèle de l’homme pourvoyeur des biens de la famille et de la femme à la maison travaillant à mi-temps, ainsi que la norme de la famille nucléaire hétérosexuelle, sont encore vivement institutionnalisés dans la société suisse. On le constate à la fois par le manque de structures de prise en charge au quotidien des enfants en dessous de l’âge de quatre ans et par l’absence d’école à plein temps. De plus, le système d’imposition fiscale n’est pas favorable lorsque deux salaires existent et obtenir un temps partiel reste un défi dans les métiers à prédominance masculine. La différence salariale entre hommes et femmes demeure en outre consternante (Le Feuvre, 2015). C’est ce « régime de genre » traditionnel que les interviewé·e·s décrivent et auquel ils et elles se réfèrent lorsqu’ils ou elles évoquent les difficultés pour les femmes à mener une carrière dans la formation supérieure dans ce contexte. De ce fait, ils·elles positionnent les femmes comme « l’Autre » dans le monde académique : « […] je ne dirais jamais qu’on peut faire de la recherche à 80% 3 » (Interview 4, FNS) ; « L'excellence comprend aussi quelque part l’ardeur au travail. Donc celui qui travaille plus, produit plus » (Interview 3, HE).

23« Travailler plus » est ici lié à la production de chacun·e ; de ce fait, travailler moins est interprété comme réduisant la production. Par conséquent, les aménagements du temps de travail sont directement rattachés à l’excellence scientifique. De plus, comme le travail à temps plein est perçu comme insuffisant (Engels et al., 2012, p. 193) pour répondre aux exigences de l’excellence, la norme est de faire des heures supplémentaires ; l’engagement, le dévouement ou la « passion » qu’un individu ressent vis-à-vis de ses objectifs de recherche se mesurent par le temps qu’il·elle passe assis·e à son bureau ou au laboratoire. Ainsi –et bien que la relation causale entre temps, production et/ou passion ne soit pas empiriquement fondée – elle constitue un argument légitime pour les interviewé·e·s. Dans ce répertoire discursif, le fait de mettre de côté d’autres aspects de sa vie, comme des relations saines, une famille et des enfants, est présenté comme un sacrifice obligatoire pour les chercheur·e·s. Mais il s’agit de la « douleur » qu’il faut éprouver si on veut « l’emporter », comme le résume l’un·e des interviewé·e·s (Interview 4, FNS).

24Ce qui reste intact en revanche, c’est le fait que les chercheur·e·s partagent en général leur temps entre différentes tâches, la supervision des doctorant·e·s, les tâches administratives, l’enseignement ou la correction des travaux, très peu de chercheur·e·s pouvant consacrer un temps plein à la recherche. Malgré cette division du temps, le temps partiel reste intensivement relié au fait d’être mère et de prendre soin d’une famille, ce qui, d’après la division traditionnelle des sphères, n’est pas interprété de la même façon que d’autres activités professionnelles. En maintenant l’éthos d’une science comme « vocation » et en considérant cette vocation comme inaccessible sans un travail à temps plein, on parvient à exclure les parents et surtout les mères du groupe des candidat·e·s éligibles à l’excellence. Et puisque les femmes sont responsables de la famille en Suisse, cette première rencontre leur fait porter le statut d’« Autre ».

25Cette rencontre ne critique ni l’aménagement du temps de travail ni la division genrée du travail, mais elle promeut le sacrifice individuel que les chercheur·e·s passionné·e·s doivent apporter comme solution à un dilemme entre des sphères d’activité. En fin de compte, ce sont celles et ceux qui acceptent que la quête de l’excellence doive être douloureuse et qui en acceptent le stress et la pression qui l’emporteront : « [...] il n'y a que l'excellence. Je veux dire, si on ne la recherche pas en premier lieu, alors cela ne sert à rien de promouvoir l'égalité des chances. C'est exactement comme je l'ai dit : "No pain, no gain" » (Interview 4, FNS).

26Ici, ce qui est crucial pour la promotion de l’égalité des chances c’est le fait que dans cette rencontre l’on ne devrait pas chercher à réduire le stress ou la pression ressentie. Il faudrait seulement se focaliser sur ceux et celles qui démontrent un potentiel d’excellence. Sinon, les mesures prises en faveur de l’égalité des chances se réduiraient à une « pratique de sécurité sociale (social welfare office) » (Interview 4, FNS). Les individus doivent être prêts à payer un prix élevé, ils·elles doivent aussi faire preuve d’ambition, de persévérance voire de défiance, de résistance, de la volonté de se débattre entre les tensions, d’insolence et ils·elles ne devraient pas être découragé·e·s par les échecs. En ce sens, femmes et hommes doivent disposer des mêmes qualités. Toutefois, les différences de genre sont mises en exergue par les interviewé·e·s pour expliquer que les femmes sont considérées comme plus sensibles à ces problèmes et qu’elles ont besoin d’être « encapacitées » (empowered) et coachées. On dit d’elles qu’elles ne sont « pas assez résistantes » face à la compétition demandée puisqu’elles ne veulent pas se laisser tyranniser pour une carrière. C’est aussi la raison invoquée lorsqu’il s’agit d’évoquer la tendance des femmes à s’autoexclure.

27Ne pas se laisser entraîner dans la compétition est aussi expliqué par le fait que les femmes cherchent davantage à produire de la qualité qu’à se construire une réputation. Si cet argument est parfois utilisé dans la deuxième rencontre pour critiquer le chercheur idéal proche du modèle compétitif, il est en l’occurrence rattaché ici au fait que les femmes sont différentes, cette différence les empêchant justement d’atteindre l’idéal du·de la chercheur·e passionné·e. Les interviewé·e·s soulignent en outre le fait que les femmes devraient devenir moins ambitieuses en ce qui concerne leur foyer et leur famille. Si elles veulent exceller dans la recherche, comme le relève la personne de l’interview n°4, elles doivent apprendre à partager le travail du care dans leur foyer. Mais puisqu’il est admis comme une évidence que les femmes préféreraient partager ou réduire leur charge de travail professionnel et non leur investissement familial, on considère qu’elles s’autoexcluent. Partant de là, les interviewé·e·s concluent que ce sont les femmes elles-mêmes qui ne veulent pas devenir chercheuses.

28Les critères définissant la charge de travail comme un aspect important de l’excellence académique ne font pas débat ; ainsi, pour les initiatives visant l’égalité de genre, le plus important est d’apprendre aux femmes à se comporter comme des hommes. Dès lors, former les femmes du monde académique pour qu’elles s’ajustent à ce qui est demandé devient un moyen efficace pour combattre leur exclusion et elles doivent adopter ce qui est décrit comme des « modes de vie » masculins afin de trouver leur place et faire montre d’un mérite personnel, compris comme le sacrifice de toutes les autres dimensions de leur vie. Avoir une famille n’est pas un problème pour les hommes et ne devrait pas l’être pour les femmes, ceci pour qu’elles puissent exceller à égalité avec les hommes.

29L’excellence et la promotion de l’égalité des chances sont perçues comme antagoniques dans cette première rencontre, et les deux notions sont placées dans une relation hiérarchique. Alors que l’excellence est considérée comme une « réalité » évidente, l’égalité des chances est décrite comme un défi qui ne peut être relevé qu’à la seule condition que les femmes changent leurs priorités. Les programmes d’égalité devraient ainsi se concentrer sur le fait de former les femmes à ressembler davantage aux hommes. C’est la perspective « fix the women », qui s’accompagne des pièges bien connus du postféminisme (Lewis, Benschop & Simpson, 2017 ; Meyerson & Fletcher, 2000). Aussi longtemps que l’excellence académique n’est pas interrogée de manière critique, sa définition continue d’être tenue pour acquise et elle reste basée sur un chercheur idéal et une perspective majoritairement masculine. Ainsi, le biais androcentré qui s’attache à la notion d’excellence et ses conséquences ne sont pas discutés dans cette rencontre.

30La focalisation unilatérale sur les femmes comme « Autres » qui ne s’adaptent pas a pour conséquence majeure que les initiatives en direction de l’égalité des chances ne peuvent que « réparer les femmes » afin qu’elles puissent s’intégrer au système et jouer à armes égales avec les hommes. Le genre est perçu ici comme un attribut individuel, relevant davantage du choix individuel d’un comportement spécifique que comme le produit d’une société ou d’une organisation. Le problème est ainsi réduit aux capacités et aux choix individuels des femmes, la croyance dans le bon fonctionnement des principes méritocratiques étant considérée comme acquise et n’étant pas questionnée. Ceci est rendu possible par l’ignorance des critiques, sévères et solides, qui se sont accumulées à l’encontre des promesses de la méritocratie. Les récits présentant les femmes comme « Autre » permettent de ce fait d’ignorer plus facilement la critique de la méritocratie, et ceci de façon légitime.

31Alors que cette première rencontre reflète finalement les constats déjà mis à jour par la littérature, la deuxième rencontre va plus loin. En prenant au sérieux la critique du biais de genre dans les critères de sélection, elle offre un nouveau point de départ pour explorer les questions d’excellence et d’égalité des chances.

Deuxième rencontre : l’excellence comme menaçant l’égalité des chances

32Dans cette rencontre, la notion d’excellence académique est sévèrement critiquée tout au long des entretiens. Alors qu’une première critique suggérait de remplacer la notion d’« excellence » par celle de « qualité » sans toucher à la question du genre, un second point d’entrée consiste à critiquer les biais masculins du monde académique. En prenant le « chercheur idéal » masculin comme point de départ, une critique importante est formulée à l’égard de l’image de la carrière scientifique idéale, celle qui exclut famille et enfants, souligne l’importance d’exceller à un jeune âge et valorise des carrières réalisées à très grande vitesse et incluant une mobilité considérable. Comme le répertoire discursif qui approche la science comme une vocation part du principe qu’il n’existe aucune autre responsabilité dans la vie, ce sont surtout les femmes qui se voient exclues. Agir en acceptant ces normes est présenté comme particulièrement difficile pour les femmes durant les années qui succèdent à la fondation d’une famille : « D'autre part, la définition de l'excellence correspond à une carrière scientifique particulière, d’un type particulier. C’est un type idéal qui est remis en question dès que d'autres facteurs entrent en jeu, comme la famille ou les femmes ayant des enfants. Il devient alors difficile de répondre à ces critères » (Interview 3, HE).

33Par conséquent, la promotion de l’excellence académique consiste, aux yeux d’une autre personne, en un problème pour l’égalité des chances si on ne prend en compte que des carrières linéaires.

« La question que je me pose alors est : quel type de chercheur·e·s obtient-on ? Je suis aussi d’avis que ce n’est pas non plus une image idéale pour beaucoup d’hommes. Et je me demande si nous obtenons vraiment les meilleur·e·s, que ce soient des hommes ou des femmes. Ou bien si nous obtenons simplement des ambitieux, malins – je ne veux pas, ici, nier leur engagement ou leur intelligence – mais un type très particulier de personnes, qui acceptent cette compétition et qui en ressortent renforcées » (Interview 6, EO).

34La mobilité comme critère d’excellence est par ailleurs mise en cause en raison de ses conséquences majeures pour les chercheur·e·s. Comme ces derniers·ères se doivent de connaître tous les laboratoires importants dans leurs domaines et d’y travailler, ceci peut poser problème lorsqu’une famille a été fondée. Ainsi, les critères d’excellence favorisent un idéal-type de chercheur ambitieux, intéressé par la compétition et par la réputation. La critique relève cependant que ces personnes ne sont pas nécessairement les plus talentueuses dans leur domaine, mais qu’elles sont celles qui s’adaptent le mieux à une compétition qui valorise la rivalité au lieu de la coopération.

35Ici, la critique, mentionnée dans la première rencontre, est poussée plus loin : les femmes ne sont plus les seules à se retirer et à ne pas correspondre à cet idéal d’excellence, mais les hommes peuvent aussi être repoussés par les exigences et les critères sur lesquels elle repose. L’accent mis sur des critères spécifiques d’excellence peut avoir comme effet de promouvoir un certain type de chercheur·e aux dépens des autres et cet aspect est perçu comme problématique. Dans cette optique le problème se pose en termes de diversité de la recherche et d’innovation. Il touche toutefois aussi à la santé des chercheur·e·s, car la pression, forte au sein du système de promotion de l’excellence, fait payer le prix fort aux femmes et aux hommes, notamment en ce qui concerne les risques liés à leur santé.

« Les systèmes, par exemple de mesure de l’excellence ou de définition des performances de recherche dans un domaine, ont été en fait établis au fil des décennies ou des siècles. Et cela signifie qu’ils sont fortement androcentrés. C’est très clair. Et je pense que plus on fera entrer de femmes dans ce monde, plus elles y changeront les règles » (Interview 9, FNS).

36Dans cette deuxième rencontre, l’engagement et le dévouement sont encore perçus comme définis par la référence à un chercheur idéal masculin. Cependant, c’est précisément cette norme qui est fortement critiquée puisque l’on sait que les critères de sélection qui se fondent sur les carrières mainstream, sur l’âge et sur la mobilité excluent surtout les femmes. Mais, dans cette rencontre, le fait que les préférences soient déterminées de façon à ne promouvoir qu’un seul type de chercheur est aussi dessiné comme problématique. Promouvoir l’égalité suppose alors un changement des règles. L’acceptation de la pertinence de la critique fait que la méritocratie est traitée comme un mythe.

37Il est toutefois surprenant de noter qu’ici, tant l’idéal type du chercheur que les critères d’excellence sont acceptés comme allant de soi et de ce fait non susceptibles de changements. Ce sont les femmes qui sont exclues par ces biais de sélection et ce sont elles aussi qui transformeront le système. Mais, alors que ces biais sont questionnés, le privilège masculin demeure intact. De plus, la critique du chercheur idéal ne remet pas en cause la croyance fondamentale en la méritocratie, ce qui laisse incontesté son principe même. Ainsi, cette deuxième rencontre, même si elle est critique, conteste et transforme peu le concept de méritocratie. C’est cela qui la distingue de la troisième rencontre, que nous développons dans la section suivante.

Troisième rencontre : l’égalité des chances inévitable pour atteindre l’excellence

38Dans notre troisième rencontre, l’interaction entre l’égalité des chances et l’excellence scientifique est interprétée différemment encore. En l’occurrence, l’égalité des chances est devenue une nécessité primordiale pour promouvoir l’excellence. Le monde académique ne peut avoir de succès que si le pool de chercheur·e·s potentiellement excellent·e·s est étendu et l’excellence prend un sens plus inclusif.

« [...] l'égalité fait partie de notre définition de la qualité. Et donc, dans la pratique, il faudrait en fait aussi évaluer, au moment de l’accréditation, quelles mesures en faveur de l’égalité sont instaurée au sein d’une de ces universités » (Interview 6, EO).
« Je ne veux pas caricaturer mais j'ai peur que nous perdions des talents si nous continuons sur cette voie » (Interview 6, EO).

39Alors qu’elle est surtout exprimée de façon normative dans le premier extrait, cette idée est renforcée par le répertoire du business case de l’égalité des chances dans le second extrait. Dans l’exemple ci-dessous, l’interviewé·e se livre à la critique des critères d’excellence qui cherchent à accélérer les carrières des chercheur·e·s en mettant en doute la validité du processus d’évaluation du « potentiel » des jeunes scientifiques. Ce processus est présenté comme problématique dès le départ, d’autant plus qu’il rend plus difficile pour les femmes de réaliser (perform) pleinement ce potentiel : « Il y a une sélection négative dans le choix des compétences. [...] Et cela n’est pas compatible avec l'excellence. C'est pourquoi il est dans l'intérêt d'une université de vraiment sélectionner les meilleur·e·s, peu importe qu'il s'agisse d’un homme ou d’une femme » (Interview 10, FNS).

40Bien qu’une telle critique ait pu prendre place dans la deuxième rencontre – qui consistait en la critique du chercheur idéal masculin – l’argument des compétences renverse la logique puisque ce ne sont plus seulement les femmes qui souffrent de cette pratique, mais l’excellence académique elle-même. C’est le répertoire d’une université intéressée par l’excellence qui fait la différence dans cette troisième rencontre. Cette idée apparaît aussi au travers de l’inquiétude exprimée par l’usage de la métaphore du leaky pipeline (« tuyau percé ») : les talents féminins sont perdus à cause des effets d’une sélection négative. Sachant que l’image du leaky pipeline renvoie encore à une réalité statistique aujourd’hui, on en conclut que les critères de mesure de l’excellence sont biaisés en faveur des hommes. En conséquence, le mythe de la méritocratie est débusqué si l’égalité des chances ne peut être garantie à l’université. Le répertoire de cette rencontre a pour centres la diversité de perspectives et de carrières comme sources à l’innovation ; le potentiel non utilisé si l’égalité n’est pas prise en considération ainsi que la croyance basique en la nature critique et autoréflexive de la production du savoir scientifique.

41En résumé, la réalisation de l’égalité des chances est perçue ici comme un prérequis pour cultiver l’excellence académique. Cette logique étant opposée à celle que nous avons décrite dans la première rencontre, il vaut la peine de se pencher sur leurs différences : alors que la méritocratie allait de soi dans la première rencontre, elle est fortement contestée ici. Dans cette dernière rencontre, décrire le mythe de la méritocratie permet aux interviewé·e·s de légitimer l’appel à l’égalité et de le rendre pertinent pour les objectifs mêmes de la science : la recherche de l’excellence.

Perpétuer le mythe de la méritocratie ?

42Comme on l’a vu, l’excellence scientifique et l’égalité des chances ont été négociées de façons différentes dans les propos des personnes que nous avons rencontrées, ce qui a résulté en trois « rencontres » majeures. S’appuyant sur le répertoire de la science comme vocation et de l’égalité des chances comme une inévitable double charge, l’excellence et l’égalité des chances sont comprises comme fondamentalement antagoniques dans la première rencontre. Alors que l’excellence scientifique est considérée comme un objectif important et la méritocratie tenue pour acquise, l’égalité des chances ne peut être qu’une démarche superficielle, qui menace toujours de soutenir les personnes qui ne devraient pas être soutenues. Ce type de relations a déjà été décrit dans la littérature : la méritocratie est conçue en tant que mérite individuel et elle est articulée à la croyance aveugle en l’égalité, qui est quant à elle perçue comme déjà octroyée. De ce fait, la méritocratie masque ici simplement l’inégalité qui est en jeu (Benschop & Brouns, 2003).

43Une approche plus critique caractérise la deuxième rencontre. La notion d’excellence académique, et surtout la norme du chercheur idéal masculin, sont mises en cause ici. Ainsi, la relation entre l’excellence et l’égalité des chances devient problématique, mais on ne relève aucun doute sérieux formulé à l’égard de la méritocratie. Les interviewé·e·s adoptent une perspective qui définit les femmes comme « l’Autre » dans le monde académique et elles·ils laissent de côté le principe fondamental qui est à l’œuvre dans ce contexte. Cette rencontre produit ainsi une critique sévère, mais elle n’aboutit à aucun résultat concret, aucune alternative n’étant créée et aucune nouvelle perspective n’étant élaborée.

44Dans la troisième rencontre, l’excellence est perçue comme dépendant fortement de l’égalité des chances, la relation entre les concepts est soulignée comme essentielle à la promotion de l’excellence académique. Ici, la relation jusqu’alors hiérarchique entre l’excellence et l’égalité des chances est renversée. Ce n’est plus l’égalité des chances qui conquiert ou critique le concept d’excellence, mais l’égalité des chances qui devient nécessaire pour les universités qui cultivent l’excellence académique.

45En comparant ces trois rencontres discursives, on constate trois différences principales. Premièrement, l’on ne parle pas de la même chose : alors que la première rencontre met l’accent sur les chercheur·e·s individuel·le·s, la deuxième s’intéresse aux critères et à la façon dont ceux-ci sont mis en œuvre dans le processus de sélection et la troisième se préoccupe de l’université comme organisation et de la façon dont l’égalité de genre contribue à la position de celle-ci sur un marché hautement compétitif. Deuxièmement, on s’éloigne d’une approche qui se focalise seulement sur les femmes pour se tourner davantage vers les règles (sociales) qui sont en place.

46Enfin, la méritocratie est débattue à travers des prismes différents. Dans la première rencontre, elle est utilisée pour masquer l’inégalité, comme le suggère la littérature. Dans la deuxième rencontre, les critères et biais de genre sont discutés de façon critique, mais l’applicabilité de la méritocratie n’est ni questionnée ni débattue. Dans la troisième rencontre enfin, un regard neuf est posé sur la méritocratie qui dépasse l’idée de mérite individuel lorsque sont abordées les conditions pouvant donner lieu à l’excellence. De plus, l’égalité des chances n’est plus considérée comme un acquis, mais comme quelque chose qui requiert une intervention pour enfin mettre la méritocratie en pratique et non plus seulement s’en servir théoriquement.

47Que retenir de cette analyse ? Ce qui surprend, c’est l’absence d’homogénéité des concepts d’égalité des chances et d’excellence académique dans les situations « contestées » ou « négociées ». Les trois rencontres relient de façon spécifique et unique les discours portant sur l’excellence, l’égalité des chances et la méritocratie. Les expert·e·s suisses paraissent s’inspirer d’une large gamme de concepts et les savoirs récents sur le genre et l’excellence semblent être très bien diffusés dans ce terrain. Il est important de souligner que nos interviewé·e·s font généralement usage des trois rencontres décrites. Glissant de l’une vers l’autre, elles·ils changent la logique et la façon dont la légitimité est créée. Ce constat est important pour expliquer les silences et la difficulté à mettre le doigt sur le sexisme ordinaire et les autres actes d’inégalité qui sont difficiles à légitimer. Lorsqu’un déplacement se fait entre ces différentes rencontres, c’est aussi un déplacement entre des logiques différentes. Et c’est cela qui crée une situation fortement contestée. Alors que, par exemple, dans la première rencontre, le choix individuel est un concept important, ce sont plutôt les règles et les pratiques institutionnelles qui le sont dans les deuxième et troisième rencontres. Mais en critiquant les règles, on court toujours le risque d’être perçu comme hypersensible à ces questions. Se déplacer entre ces rencontres, décrire l’inégalité comme produite au quotidien peut ainsi devenir dangereux pour les individus qui osent proférer de tels propos critiques.

48Même si l’excellence et l’égalité de genre ne vont pas sans contrariétés en Suisse, un ton neuf apparaît néanmoins, comparé à ce qui est discuté dans la littérature. Il est vrai que l’excellence et l’égalité des chances ne s’allient pas facilement et le mythe de la méritocratie joue un rôle majeur. Mais notre analyse révèle aussi que la plupart de nos interviewé·e·s (et pas seulement les expert·e·s en égalité) usent d’un argumentaire solide au regard de l’importance de l’égalité des chances lorsqu’il s’agit de promouvoir l’excellence académique. L’excellence académique et l’égalité des chances sont des notions fortement débattues et comme le montre notre étude, il n’existe pas de significations prédéfinies à ces concepts mais une négociation continue de leurs significations. Alors que nous avons effectivement trouvé une grande variété dans les façons de donner sens à ces questions, les concepts essentialistes de l’identité de genre et de sa relation avec la performance scientifique semblent toujours jouer un rôle important. En outre, la discussion sur l’égalité des chances s’est jusqu’à présent focalisée sur la discrimination des femmes et sur les mesures pour les soutenir. Le privilège masculin n’a pas encore été suffisamment pris en compte et cette étude offre de nouvelles perspectives à explorer dans le futur.

Haut de page

Bibliographie

Augoustinos M. (2005), « New Racism, Meritocracy and Individualism: Constraining Affirmative Action in Education », Discourse & Society, vol. 16, n° 3, pp. 315-340 [En ligne] https://doi.org/10.1177/0957926505051168

Bagilhole B. & J. Goode (2001), « The Contradiction of the Myth of Individual Merit, and the Reality of a Patriarchal Support System in Academic Careers: A Feminist Investigation », European Journal of Women’s Studies, vol. 8, n° 2, pp. 161-180 [En ligne] https://doi.org/10.1177/135050680100800203

Benschop Y. & M. Brouns (2003), « Crumbling Ivory Towers: Academic Organizing and its Gender Effects », Gender, Work and Organization, vol. 10, n° 2, pp. 194-212.

Castilla E. J. & S. Benard (2010), « The Paradox of Meritocracy in Organizations », Administrative Science Quarterly, vol. 55, n° 4, pp. 543-676 [En ligne] https://doi.org/10.2189/asqu.2010.55.4.543

Deem R. (2009), « Leading and Managing Contemporary UK Universities: Do Excellence and Meritocracy still Prevail over Diversity? », Higher Education Policy, vol. 22, n° 1, pp. 3-17 [En ligne] https://doi.org/10.1057/hep.2008.32

Engels A., Ruschenburg T. & S. Zuber (2012), « Chancengleichheit in der Spitzenforschung: Institutionelle Erneuerung der Forschung in der Exzellenzinitiative des Bundes und der Länder », dans Heinze T. & G. Krücken (dir.), Institutionelle Erneuerungsfähigkeit der Forschung, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, pp. 187-217.

European Commission (dir.) (2004). Gender and Excellence in the Making, Luxembourg, Office for Official Publications of the European Communities.

Fassa F. (2015), « Excellence and Gender: Playing the Game of Scientific Excellence or Being Played by the Game? The Swiss Example », Equality, Diversity and Inclusion: An International Journal, vol. 34, n° 1, pp. 37-54 [En ligne] https://doi.org/10.1108/EDI-05-2013-0041

Fassa F. & S. Kradolfer (2013), « The Gendering of Excellence Through Quality Criteria: The Case of the Swiss National Science Foundation Professorships in Switzerland », Tertiary Education and Management, vol. 19, n° 3, pp. 189-204 [En ligne] https://doi.org/10.1080/13583883.2013.793379

Füger H. & U. Knobloch (2014), « Gleichstellungsstrukturen an Schweizer Hochschulen », dans Löther A. & L. Vollmer (dir.), Gleichstellungsarbeit an Hochschulen. Neue Strukturen, neue Kompetenzen, Opladen, Barbara Budrich Verlag, pp. 182-200.

Heintz B. (2008), « Governance by Numbers. Zum Zusammenspiel von Quantifizierung und Globalisierung am Beispiel der Hochschulpolitik », dans Schuppert G. F. & A. Vosskuhle (dir.), Governance von und durch Wissen, Baden-Baden, Nomos Verlag, pp. 110-128.

Herschberg C., Benschop Y. & M. Van den Brink (dir.) (2015), « Constructing Excellence: The Gap between Formal and Actual Selection Criteria for Early Career Academics », GARCIA Working Paper n° 2 [En ligne] http://garciaproject.eu/wp-content/uploads/2015/06/GARCIA_report_wp2D1.pdf

Heydenreich P. (2016), « Divergence and Convergence in Multi-party Collaboration: “moving the paradox on” », dans Steyaert C., Nentwich J. & P. Hoyer (dir.), A Guide to Discursive Organizational Psychology, Cheltenham, Edward Elgar Editor, pp. 4772 [En ligne] http://www.e-elgar.com/shop/a-guide-to-discursive-organizational-psychology

Krefting L. A. (2003), « Intertwined Discourses of Merit and Gender: Evidence from Academic Employment in the USA », Gender, Work & Organization, vol. 10, n° 2, pp. 260-278.

Kreissl K., Striedinger A., Sauer B., & J. Hofbauer (2015), « Will Gender Equality ever Fit in? Contested Discursive Spaces of University Reform », Gender & Education, vol. 27, n° 3, pp. 221-238.

Lewis P., Benschop Y., & R. Simpson (2017), « Postfeminism, Gender and Organization », Gender, Work & Organization, vol. 24, n° 3, pp. 213-225.

Le Feuvre N. (2015), Contextualizing Women’s Academic Careers in Cross-National Perspective, GARCIA Working Paper n° 3, University of Trento (ISBN 978-88-8443-637-5) [En ligne] http://garciaproject.eu/wp-content/uploads/2015/10/GARCIA_report_wp3.pdf

Merton R. K. (1973), The Sociology of Science: Theoretical and Empirical Investigations, Chicago and London, The University of Chicago Press.

Meyerson D. & J. K. Fletcher (2000), « A Modest Manifesto for Shattering the Glass Ceiling », Harvard Business Reviews [En ligne] https://hbr.org/2000/01/a-modest-manifesto-for-shattering-the-glass-ceiling

Maasen S. & P. Weingart (2006), « Unternehmerische Universität und neue Wissenschaftskultur », Die Hochschule, n° 1, pp. 19-45.

Potter J. & M. Wetherell (1987), Discourse and Social Psychology: Beyond Attitudes and Behaviour, London, Sage Publishing.

Riley S. C. E. (2002), « Constructions of Equality and Discrimination in Professional Men’s Talk », British Journal of Social Psychology, vol. 41, n° 3, pp. 443-461 [En ligne] https://doi.org/10.1348/014466602760344304

Scully M. A. (2002), « Confronting Errors in the Meritocracy », Organization, vol. 9, n° 3, pp. 396-401 [En ligne] https://doi.org/10.1177/135050840293004

Scully M. A. (2015), « Meritocracy », dans Wiley Encyclopedia of Management, John Wiley & Sons Ltd, Hoboken, NJ [En ligne] https://doi.org/10.1002/9781118785317.weom020075

Śliwa M. & M. Johansson (2014), « The Discourse of Meritocracy Contested/Reproduced: Foreign Women Academics in UK Business Schools », Organization, vol. 21, n° 6, pp. 821-843 [En ligne] https://doi.org/10.1177/1350508413486850

Tracy K. & C. Ashcraft (2001), « Crafting Policies about Controversial Values: How Wording Disputes Manage a Group Dilemma », Journal of Applied Communication Research, vol. 29, n° 4, pp. 297-316.

Van den Berg H. (2003), « Contradictions in Interview Discourse », dans Van den Berg H., Wetherell M. & H. Houtkoop-Steenstra (dir.), Analyzing Race Talk: Multidisciplinary Approaches on the Research Interview. Cambridge, Cambridge University Press, pp. 119-137.

Van den Brink M. (2015), « Myths about Meritocracy and Transparency: The Role of Gender in Academic Recruitment », dans Peus C., Braun S., Hentschel T. & D. Frey (dir.), Personalauswahl in der Wissenschaft: Evidenzbasierte Methoden und Impulse für die Praxis, New-York, Springer-Verlag, pp. 191-201.

Van den Brink M. & Y. Benschop (2012), « Gender Practices in the Construction of Academic Excellence: Sheep with Five Legs », Organization, vol. 19, n° 4, pp. 507-524 [En ligne] https://doi.org/10.1177/1350508411414293

Wennerås C. A. & Wold (1997), « Nepotism and Sexism in Peer-review », Nature, vol. 387, n° 6631, pp. 341-343 [En ligne] https://doi.org/10.1038/387341a0

Wetherell M., Stiven H. & J. Potter (1987), « Unequal Egalitarianism. A Preliminary-Study of Discourses Concerning Gender and Employment Opportunities », British Journal of Social Psychology, n° 26, pp. 59-71.

Witzel A. & H. Reiter (dir.) (2012), The Problem-centred Interview: Principles and Practice, London, Sage Publishing.

Haut de page

Notes

1 Le projet « Excellence and/or Equal Opportunities for Men and Women: National Policies and Discursive Practices at Universities » est une recherche interdisciplinaire et binationale. Elle a été financée par la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Sur une période de trois ans, nous avons analysé le discours des documents portant sur les politiques de l’enseignement supérieur en Suisse comme en Allemagne. Nous avons aussi mené des entretiens avec des membres des corps décisionnels au niveau national et local dans six universités.

2 Conférence des déléguées à l’égalité auprès des universités et des hautes écoles suisses.

3 80% renvoie au fait de travailler à 80% d’un 100%, ce qui, dans les faits, se traduit par un travail sur quatre jours, soit 33.6 heures par semaine (le standard suisse étant de 42 heures par semaine pour un temps plein).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Nentwich, Anna-Katrin Heydenreich et Ursula Offenberger, « Quand l’excellence rencontre l’égalité des chances : quelques découvertes en analyse de discours »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 27 octobre 2019, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/11932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.11932

Haut de page

Auteurs

Julia Nentwich

Institut de recherche de psychologie organisationnelle (OPSY), Université de Saint-Gall, Suisse – julia.nentwich@unisg.ch

Anna-Katrin Heydenreich

Institut de recherche de psychologie organisationnelle (OPSY), Université de Saint-Gall, Suisse – anna-katrin.heydenreich@unisg.ch

Ursula Offenberger

University of Tübingen, Allemagne - ursula.offenberger@uni-tuebingen.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search