Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2019Repenser les comparaisons interna...Une approche transversale comme o...

2019
Repenser les comparaisons internationales : enjeux épistémologiques et méthodologiques

Une approche transversale comme outil de comparaison internationale : l’exemple de l’harmonisation de la lutte antidopage dans le sport

A transversal approach as an international comparison tool: the example of the harmonization of the fight against doping in sport
Julie Demeslay

Résumés

Analysant le processus d’harmonisation des réglementations de la lutte antidopage à l’échelle mondiale, cet article apporte des éléments de réponse à trois questions majeures pour la comparaison internationale d’un point de vue sociologique : quels sont les éléments autour desquels se construit l’harmonisation ? Comment le chercheur peut-il étudier les particularismes et les localismes pour nourrir la méthodologie de la comparaison internationale ? Comment saisir les transformations à l’œuvre dans ce processus mondial d’harmonisation ? Le cheminement dans le cadre d’une sociologie pragmatique des transformations permet d’expliciter l’usage de quelques outils conceptuels clés pour adopter une approche transversale de la comparaison internationale qui rompe avec les dimensions nationales et disciplinaires.

Haut de page

Texte intégral

1La comparaison des sportifs en compétition au niveau international relève d’un processus long d’établissement de règles communes. La lutte antidopage n’échappe pas à ce processus. Le premier colloque « sur le doping et la préparation biologique du sportif en compétition » est organisé sur une initiative européenne à Uriage-les-Bains en 1963. À l’issue de ce colloque, l’une des motions adoptées appelle à une unification urgente des réglementations sportives en matière de lutte contre le dopage. Pour autant, depuis les années 1960, les règlementations émanant du mouvement sportif comme les législations des autorités publiques se multiplient, générant des disparités dans le traitement des athlètes contrôlés positifs selon leur discipline sportive et leur nationalité. En 1999, l’Agence mondiale antidopage (AMA) est créée pour harmoniser les politiques antidopage de cette pluralité d’acteurs. Pour ce faire, l’AMA réunit au sein de son Conseil de fondation, à parité, des représentants des autorités publiques et du mouvement olympique. Notre objet de recherche porte précisément sur le processus d’harmonisation des règlementations antidopage avant et depuis la création de l’AMA.

2Notre approche de l’harmonisation s’ancre dans une sociologie pragmatique des transformations dont la démarche consiste à « suivre les acteurs ». Dans ce cadre, il s’agit de regarder comment ils lient les niveaux micro et macro : de la matière, du corps, du quotidien aux arènes publiques, politiques, institutionnelles (Chateauraynaud, 2011, pp. 19-20). Aussi cette articulation passe-t-elle, d’une part, par un appui sur des choses (James, 1998), des objets (Boltanski & Thévenot, 1991), des éléments hétérogènes (Akrich, Callon & Latour, 2006), engagés dans l’action. D’autre part, cette articulation renvoie à la façon dont les différents acteurs concernés envisagent, perçoivent, qualifient, jugent, justifient, argumentent, critiquent ces choses, autrement dit, aux façons dont ils appréhendent la réalité. Il s’agit alors de prendre en compte les diverses contraintes qui pèsent sur les actions de ces protagonistes hétérogènes. Cette démarche est pertinente pour notre étude puisque le principe à la base de l’harmonisation est de composer avec une variété de points de vue. En outre, notre intérêt se porte sur la manière dont les acteurs s’accordent ou non dans le processus d’internationalisation des règlementations de la lutte antidopage. À ce titre, cette sociologie a vocation à tracer des séries complètes et elle s’efforce de prendre en charge les processus. Un concept y est central, celui d’épreuve. Francis Chateauraynaud définit ce concept comme étant « un moment d’incertitude sur un état de choses » (Chateauraynaud, 1991, p. 166). Ainsi, le moment d’épreuve peut conduire à un changement d’état. Luc Boltanski défend l’idée que « chaque épreuve doit être envisagée dans sa relation avec les épreuves qui l’ont précédée et celles qui lui succèderont » (Boltanski, 1990, p. 98). Cette notion de temporalité a plus largement été développée par Francis Chateauraynaud et Didier Torny dans le cadre d’une sociologie de l’alerte et du risque. Suivant ces auteurs, lors de chacun de ces moments d’épreuve, les acteurs agissent au regard des épreuves antérieures et de leurs conséquences pratiques ; ils agissent également en fonction de contraintes qui pèsent sur eux ; et justifient leurs actions en s’appuyant sur leur appréhension du futur, notamment des conséquences pratiques de leurs actions immédiates (prévention, anticipation, vigilance, précaution, prévision) (Chateauraynaud & Torny, 1999). Ces moments d’épreuves, en ce qu’ils sont l’occasion d’expression de critiques, constituent donc pour nous des moments privilégiés pour saisir ce que les acteurs partagent et les objets qui font débat. En conséquence, notre approche développe conjointement l’analyse d’épreuves et des ressorts critiques à travers lesquels les acteurs s’accordent autour de règles, de normes et l’analyse des logiques temporelles dans lesquelles opèrent les acteurs lorsque se posent les questions de stabilité, de révision, de réversibilité d’un ou plusieurs dispositifs.

3La complexité de ce travail d’harmonisation, qui vise la mise en équivalence des choses et des êtres, réside dans la mouvance des groupes sociaux et l’évolution permanente des pratiques. Alors que se poursuit le travail de normalisation autour des procédures de contrôle, d’analyse, etc., se développent des substances, des méthodes, des pratiques illicites, de contournement des règles qui engagent les différents acteurs dans l’expérience de nouvelles épreuves et ouvrent à l’incertitude et à la réversibilité. C’est pourquoi le chercheur doit se résigner dans ce travail à comparer des éléments instables et variables en suivant la façon dont les protagonistes retracent et resituent leur historicité. Cette acception permet de dépasser l’opposition classique entre profondeur historique et généralisation sociologique comparative (Déloye, 1997, p. 11).

  • 1 PROgramme de Sociologie Pragmatique Expérimentale et Réflexive sur Ordinateur.

4Saisir tout à la fois les représentations, les dispositifs, les pratiques, les jeux d’acteurs et d’arguments et les formes de circulation entre ces éléments sur un processus long, et tenir l’ambition de dépasser la tension entre archives et concepts et celle entre le global et le local impliquent de se doter d’outils méthodologiques adaptés. Notre étude s’appuie ainsi sur un corpus hétérogène (presse, documents émanant d’autorités publiques, du mouvement olympique, de l’AMA, entretiens semi-directifs menés auprès de responsables de fédérations internationales, de représentants de l’AMA, du Ministère français des sports, de sportifs, etc.), volumineux (plus de 7500 textes), couvrant plus de 50 ans d’histoire de l’antidopage au niveau international. Ces matériaux ont été traités à l’aide d’outils issus de la socio-informatique conçus et éprouvés dans le cadre de l’analyse de dossiers complexes (Chateauraynaud, 2003a), précisément du logiciel Prospéro 1 (Chateauraynaud, 2003b).

5Dans la continuité de notre cadrage théorique, nous structurerons notre article autour de trois modes d’entrée dans ce dossier complexe qui permettent une approche transversale de la comparaison internationale. Dans une première partie, la mobilisation d’une sociologie de la perception outillera l’analyse des objets qui visent et permettent la comparaison. Dans une seconde partie, l’appui sur une sociologie des disputes renseignera le statut des particularismes dans ce processus d’harmonisation internationale. Enfin, l’usage d’outils conceptuels de la sociologie des transformations facilitera l’analyse des ajustements au fil de ce processus. L’article a donc pour ambition sociologique de proposer trois modes d’entrée complémentaires pour analyser un processus dont l’objet est la comparaison internationale et de rompre avec une approche strictement territorialisée ou par discipline.

Interroger les éléments constitutifs d’une prise commune

6Entrer par les objets permet d’étudier la force des liens entre les maillons de la chaîne de l’antidopage. En effet, la question centrale est bien : que compare-t-on ? Plus précisément : quels sont les éléments autour desquels se construit l’harmonisation et in fine qui permettent d’opérer une comparaison à l’échelle internationale ?

Le modèle de la prise : un substrat théorique pour la comparaison internationale

7En 1995, Christian Bessy et Francis Chateauraynaud mènent une étude sur les commissaires-priseurs et développent le modèle de la prise. Dans leur travail quotidien, ces experts en authentification s’efforcent de confronter des concepts – aspect cognitif de la prise – et des percepts – aspect matériel. Ainsi, les protagonistes opèrent un travail d’articulation entre, d’une part, un ensemble de repères que constituent des représentations et des réseaux et, d’autre part, des plis, qui caractérisent le monde sensible, le rapport aux corps et des corps et qui servent d’appuis pour la production de repères. La prise est donc le produit de la rencontre entre un dispositif porté par la ou les personnes engagées dans l’épreuve et un réseau de corps fournissant des saillances, des plis, des interstices. Suivant ce modèle, sur notre objet, d’une part il s’agit de s’intéresser à un ensemble de repères, autrement dit aux principes axiologiques qui régissent la lutte antidopage et aux espaces de calcul issus des sphères sportive, juridique, médicale et politique. Mais l’ensemble de ces espaces de calcul repose aussi sur des réseaux qui permettent de s’assurer des qualifications des choses et des êtres. Ainsi, les textes réglementaires dont la cohérence est décisive (Latour, 2002), les connaissances scientifiques et techniques reposant sur un travail de laboratoire (Callon, 1989), l’organisation politique qui permet de missionner des préleveurs, de récupérer les échantillons, de les acheminer vers un laboratoire certifié, de sanctionner – le cas échéant – les athlètes positifs et de s’assurer que la peine est bien effectuée, « ne tiennent » ensemble que parce qu’ils sont reliés les uns aux autres. En cela, la théorie de l’acteur-réseau trouve sur cet objet un terrain particulièrement propice à des descriptions fines. D’autre part, un travail symétrique sur les plis permet de comprendre comment les acteurs identifient les choses en situation. Cela suppose d’analyser deux dimensions, sensorielle et matérielle. Ainsi, pour décrire la lutte antidopage, il s’agit d’accorder une attention particulière au corps du sportif (son sang, son urine) mais également aux instruments et métrologies incontournables lorsque l’on décrit les activités de contrôle et d’analyse, de la phase de prélèvement à l’interprétation et au rendu des résultats (Trabal, 2006).

8La prise semble alors avoir un caractère intrinsèquement individuel et personnel. Pour autant, le processus d’harmonisation de la lutte antidopage engage un système de prises et une distribution adaptée des prises en fonction des dispositifs et des milieux auxquels sont confrontés les différents acteurs.

9Christian Bessy et Francis Chateauraynaud développent le concept de prise commune qui témoigne d’une expérience partagée du monde sensible. Pour qu’une prise soit commune, elle doit satisfaire à une double contrainte de pertinence : rassembler les éléments mis en jeu dans une épreuve en favorisant des rapprochements et des recoupements sans susciter de contradiction entre les catégories, les réseaux, les corps et les matériaux ; demander aux protagonistes un investissement peu coûteux et un engagement minimal. En conséquence, ce modèle trouve une pertinence pour l’analyse de la comparaison internationale précisément parce qu’il permet d’étudier les conditions de partage d’un univers difficilement partageable comme la lutte antidopage, les formes de coopération mais aussi d’opposition constitutives de l’harmonisation de ce domaine.

La lutte antidopage : un domaine normalisé à l’échelle internationale

  • 2 Adoptée en 2005, cette convention est entrée en vigueur en 2007.

10L’harmonisation de la lutte contre le dopage organisée par l’AMA depuis 1999 repose sur un programme mondial antidopage structuré en trois niveaux : le Code mondial antidopage, les Standards internationaux qui présentent un caractère obligatoire particulièrement pour les partenaires de l’AMA issus du mouvement olympique et les modèles de bonne pratique (facultatifs). Les cinq Standards internationaux portent respectivement sur la liste des interdictions, les contrôles, les laboratoires, les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT) et la protection des renseignements personnels. Les fédérations sportives, signataires du Code, intègrent ces textes (Code et Standards) dans leur règlement propre. Toutefois, parce que l’AMA est une fondation de droit privé suisse, les États signataires du Code mondial ne peuvent pas incorporer dans leur législation les dispositions de ce dernier. Pour ce faire, les autorités publiques se sont accordées sur la rédaction de la Convention internationale contre le dopage dans le sport de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) 2. Par ailleurs, de nombreux autres textes, conventions, formulaires, sont déclinés par chacun des acteurs pour contractualiser des liens entre les sportifs notamment et les dispositions du Code mondial. À titre illustratif, l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) a créé un formulaire pour institutionnaliser les liens entre les pratiquants de course à pied, non licenciés à une fédération nationale d’athlétisme, pouvant bénéficier d’une prime financière à l’issue d’une épreuve et les règles de l’IAAF, de telle sorte que ces sportifs puissent être soumis à des contrôles antidopage et être sanctionnés le cas échéant. Enfin, des partenariats sont établis entre l’AMA et des instances internationales telles que la Fédération internationale de l’industrie du médicament (FIIM) et Interpol pour améliorer l’efficacité des contrôles et de la partie répressive de la lutte antidopage particulièrement. Ainsi l’harmonisation, du point de vue des acteurs, relève d’abord d’un travail politique, structurant, à visée de rassemblement et d’adhésion du plus grand nombre pour étendre le réseau de l’antidopage. Cette ossature permet de cadrer les actions de chacun en ce qui concerne les contrôles, la prévention, l’analyse des échantillons, les sanctions, etc.

11Dès lors, on peut considérer que les représentants de l’AMA ont fait émerger des prises communes entre les membres du mouvement olympique et des autorités publiques en les réunissant au sein du Conseil de fondation de l’Agence pour prendre les décisions. On peut supposer que les directeurs des laboratoires accrédités par l’AMA travaillent au regard de repères et de plis communs, notamment parce qu’ils partagent des appuis tels que la manipulation d’un spectromètre de masse ou encore des connaissances en biochimie. Enfin, le passage de certains acteurs d’une institution à une autre laisse penser que différentes fonctions reposent sur des expériences communes.

12En outre, il est un autre élément qui facilite l’accord des signataires du Code et les États parties à la Convention de l’UNESCO : le seuil. En effet, à défaut de pouvoir interdire la même chose à tous les athlètes de tous les pays – parce que les modes d’intervention des États sont différents (Badie & Birnbaum, 1979), les lois en matière d’antidopage disparates (Houlihan, 2003), la taille des fédérations sportives inégale, les filières énergétiques sollicitées par les disciplines éparses, les rythmes des calendriers sportifs distincts, les caractéristiques physiologiques individuelles, etc. – ces documents proposent des seuils en dessous desquels ou au-delà desquels l’écart n’est pas acceptable. Il en va ainsi des taux de présence de certaines substances dans l’organisme mais également des durées minimales en termes de sanctions qui laissent une marge d’interprétation et de liberté aux acteurs dans une limite jugée légitime par les instances décisionnelles pour l’ensemble des partenaires. Cet « alignement » sur des dénominateurs communs vise précisément à harmoniser tout en tenant compte des localismes (des législations déjà élaborées et rigoureuses, des circonstances, des cas exceptionnels, etc.). Les outils d’évaluation à l’œuvre et en développement dans le domaine de l’antidopage, qu’il s’agisse du Passeport biologique de l’athlète destiné à contrôler les variations biologiques intra-individuelles ou le questionnaire d’évaluation des politiques publiques soumis par l’UNESCO visant à juger de la mise en œuvre de la politique internationale contre le dopage mais aussi à statuer sur la progression de chaque État en la matière, sont pleinement illustratifs de la forme que prend l’harmonisation. Comparer à l’échelle mondiale, si l’on suit les acteurs de la lutte antidopage, se fonde de plus en plus sur un principe de variabilité et prend en compte la dimension individuelle. En effet, l’harmonisation de la lutte antidopage repose sur des principes universels, des procédures, des délégations de pouvoir et de responsabilité et laisse de la place à l’interprétation et à l’autonomie dans les moments d’évaluation, notamment donc à la variabilité que font émerger les spécificités et les espaces de calcul disciplinaires et nationaux. À ce niveau, le travail de mise en équivalence des personnes est indexé sur la capacité adaptative des instruments législatifs, juridiques, réglementaires des autorités publiques et du mouvement olympique, autrement dit, des autres liens conventionnels tissés ou à tisser entre les êtres et les objets (Akrich, Callon & Latour, 2006).

Des objets, des métrologies… de l’illusion d’un espace partagé

13Le modèle de la prise invite à explorer la dimension perceptuelle de la lutte antidopage à l’échelle internationale. Les outils de prévention, les contrôles, les sanctions, les échantillons, les produits, etc., sont autant de points d’appui pour repérer les divergences, les convergences, les moments d’épreuve, les disqualifications, les requalifications, les absences, de la lutte antidopage. Autrement dit, interroger nos sources sous l’angle des objets, des unités de mesure et de temps permet de caractériser les éléments du dossier et de renseigner ce qu’est l’harmonisation d’un point de vue sociologique.

14Les sanctions sont un des éléments centraux du processus d’harmonisation des règlementations antidopage. Les acteurs en parlent dans la presse (lorsqu’un sportif est soumis à un contrôle ou déclaré positif), dans les textes législatifs et réglementaires, dans les commentaires formulés lors des phases de consultation pour la rédaction puis les révisions du Code mondial, etc. Une attention à la façon dont les acteurs qualifient le système de sanctions et son évolution permet de distinguer ceux qui défendent une plus grande flexibilité de ceux qui réclament un durcissement. Plus avant, on discerne encore d’autres « collectifs » d’acteurs lorsque l’on explore les arguments développés autour de la question de la flexibilité. Un point de vue juridique défend le principe d’échelle et de proportionnalité tandis que certains représentants du mouvement sportif plaident pour une souplesse qui permettrait de sanctionner moins. L’objet de la sanction en lui-même éclaire sur les jeux d’acteurs et de pouvoir qui s’exercent dans le processus de mise en conformité au Code. Par exemple, en recherchant les formes critiques relatives au système de sanctions proposé par l’AMA, nous accédons à la polémique entre Joseph Blatter, Président de la FIFA (Fédération internationale de football association) et Richard Pound, Président de l’Agence, au cours de laquelle la FIFA se voit reprocher la mise en conformité tardive de ses réglementations au Code mondial entré en vigueur en 2004 (Demeslay, 2013, pp. 236-246). Les résistances, le laxisme, l’absence de liens contractuels entre certains sportifs et la règlementation antidopage sont autant de critiques formulées dans l’espace public qui témoignent du fait que quelques institutions et protagonistes font figures d’exception, à l’instar de la FIFA et des ligues américaines. En cela, depuis 1999, on assiste à une reconfiguration lente, pour le moins, des rapports hiérarchiques de pouvoir.

  • 3 La Russie a pendant longtemps figuré parmi les trois meilleures nations mondiales en termes de résu (...)

15En conséquence, l’ampleur du projet sportif et étatique international contraint les représentants de l’AMA à l’établissement d’une chaîne longue de délégation qui rend complexe et couteux l’accès sûr et précis à ce qui se fait sur le terrain aux différents niveaux d’intervention. La prise réduite des membres de l’Agence mondiale et la disparité des prises construites sur les dispositifs de la lutte antidopage ouvrent alors à la critique des acteurs. Ainsi, lorsque les membres de l’Agence mondiale opèrent et affichent des comparaisons entre les performances des laboratoires accrédités antidopage ou encore entre les contrôles positifs obtenus par discipline sportive à l’occasion des Jeux Olympiques par exemple 3, ils s’exposent à des levers de boucliers sur la valeur et la signification de ces classements. Aussi, le suivi des objets et des métrologies – et avec eux des acteurs de la lutte antidopage – permet de souligner la multiplication des liens conventionnels entre acteurs et institutions, en même temps que la fragilité de leur articulation.

Mobiliser la sociologie des disputes pour repenser la question des frontières

16L’harmonisation se distingue de l’uniformisation. Si l’on s’appuie sur une analogie musicale, harmoniser c’est faire en sorte qu’un ensemble hétérogène sonne juste à un moment donné. En cela, l’harmonisation ouvre potentiellement à la critique et implique de tenir compte des particularismes, des localismes. Dès lors, comment le chercheur peut-il les étudier pour nourrir la méthodologie de la comparaison internationale ?

L’affaire et le compromis : deux notions utiles à la comparaison internationale

17Notre démarche consiste à décrire finement et à analyser des cas qui font débat et les modalités de clôture de ces disputes. L’affaire se distingue d’autres régimes de dispute tels que la controverse, la polémique, par la mobilisation de ressources juridiques, médiatiques, scientifiques, pour remettre en cause la légitimité de l’accusation initiale, extérieures à la communauté indignée (Duret & Trabal, 2001, p. 97 et p. 105), par la mise en série d’épreuves (Chateauraynaud, 1991, p. 165), les rebondissements, la légitimité d’un juge, l’asymétrie de sa clôture et son caractère définitif (Chateauraynaud, 1996, pp. 50-51). Les affaires dans le milieu sportif et sur des chefs d’accusation liés au dopage sont fréquentes. Analyser les matériaux rendant compte de tout le déroulé d’une affaire permet de saisir de façon plus fine le travail des acteurs à travers une illustration de leurs activités liées à l’harmonisation en réduisant l’objet à décrire. Avant la création de l’Agence, nous constatons une pluralité de dispositifs nationaux tandis que les fédérations sportives internationales (FSI) développent elles aussi leurs propres réglementations. Ainsi, si les acteurs souhaitent recourir à la justice, comme lors de l’affaire Festina en 1998, c’est bel et bien parce que les réglementations en vigueur (au sein des instances sportives particulièrement) présentent des failles. Dès lors, chaque nouvelle affaire pointe à la fois les forces et les faiblesses des dispositifs en place. En outre, étudier une affaire permet de décrire les relations entre des acteurs, des dispositifs, mais également de saisir la façon dont les protagonistes articulent des représentations et des pratiques au travers d’épreuves. En cela, l’affaire renseigne la circulation des hommes, des savoirs, des valeurs et éclaire la façon dont sont pensées les décisions.

18Par ailleurs, Francis Chateauraynaud, en 2004, retient quatre grandes formes d’arrêt des disputes. Il en est une que l’on retrouve particulièrement dans le processus d’harmonisation de la lutte antidopage. En effet, il décrit l’intérêt bien compris, développé dans « les analyses dites "stratégiques" » et chez les sociologues des sciences. « Dans ce cadre, mener un débat à son terme, c’est parvenir à lier des intérêts hétérogènes, en construisant, par la négociation, les termes d’un compromis acceptable par tous les protagonistes » (Chateauraynaud, 2004, p. 198). Dans cette perspective, l’accord prendrait la forme d’un compromis sans cesse renégociable et renégocié visant à stabiliser et à pacifier les relations entre acteurs. Cette solution pour clore le débat semble présenter un degré fort de réversibilité.

Composer avec les disparités : une préoccupation permanente des acteurs

19Dans cette activité de production de cadres normatifs, deux principes apparaissent fondateurs : la logique déontique de mener une action contre le dopage dans le sport et la représentation. Cette dernière s’observe dans la constitution de chacun des groupes qui participent à la décision. La mobilisation des « experts » répond, conformément au modèle de gouvernance de l’Agence, à une exigence de représentativité internationale à la fois géographique et sportive. Cette exigence double vise à elle seule la légitimité mondiale des propositions émergentes. En outre, la forme même des processus de codification et de standardisation est une garantie de rassemblement pour leurs organisateurs parce qu’ils sont fondés sur une rationalité démocratique (Borraz, 2004). D’une part, des moments et des temps de consultation et d’échanges formalisés contribuent au ralliement à la cause de l’antidopage (Chateauraynaud, 2011) et au sentiment de compter dans ce travail d’harmonisation. D’autre part, cette sollicitation est couplée principalement à la figure de clôture des débats qu’est le compromis. Son caractère instable et réversible n’empêche pas la critique mais vise à éviter les levers de boucliers dès lors que chacun peut retrouver dans le Code une proposition, une phrase ou un mot qu’il a suggéré, comme l’exprime Richard Pound dans son discours introductif de la Conférence de Copenhague en 2003.

  • 4 « A one size fits all approach », telle que la qualifie le directeur sportif de la Fédération inter (...)

20Les objets, les outils, développés et employés pour la comparaison internationale par les acteurs, s’ils sont révélateurs des inégalités existantes, soulignent aussi les inégalités induites par les dispositifs eux-mêmes. L’AMA se voit reprocher son « approche à taille unique » 4 par certains de ses partenaires. Les critiques portent, par exemple, sur le coût des contrôles que de nombreux pays ne peuvent assumer, la qualification nécessaire des personnels des laboratoires et des institutions de lutte contre le dopage qui rend complexe la formation dans certains États, ainsi que les modèles « prêts à l’emploi » proposés par l’Agence, à l’instar des outils de prévention comme le Quiz Franc Jeu de prévention de l’AMA. L’évolution de la lutte antidopage depuis la création de l’Agence, jugée globalement positive, tend par ailleurs à renforcer des écarts. En effet, les disciplines sportives, les pays, les athlètes qui présentent des caractéristiques ne permettant pas de s’approprier le modèle, entrent dans un processus de stigmatisation. Si ces caractéristiques sont trop à la marge, elles constituent alors des faiblesses non acceptables. Par ailleurs, quand les acteurs savent ce qu’il convient de faire, ils ne savent pas toujours comment s’y prendre. À ce niveau, les évaluations des dispositifs mis en œuvre par l’AMA ont, pour l’instant, largement porté sur une dimension quantitative, permettant de statuer sur l’étendue du réseau plus que sur sa force. Aussi, l’opérationnalité, les usages et la réception des outils restent à évaluer dans le cadre de la lutte antidopage. Par exemple, si la traduction du Quiz Franc Jeu en 36 langues est une mesure qui facilite la diffusion et l’utilisation de l’outil sur les différents territoires, il ne règle pas le coût d’appropriation par les athlètes et les acteurs qui ne disposent pas des compétences relatives à la lecture, une préoccupation pourtant soulignée dès 2005 lors du Comité éthique et éducation de l’AMA des 21 et 22 octobre.

Une entrée par les disputes pour confronter les cadres normatifs

  • 5 Procès-verbal de la réunion du Comité exécutif de l’AMA, 6 mars 2001, Lausanne.
  • 6 Richard Pound, Président de l’AMA, rappelle à l’occasion de la réunion du Conseil de fondation du 2 (...)

21Interroger les dispositifs et surtout les discussions et débats ayant conduit à leur production et/ou leur évolution constitue une manière pertinente d’aborder les milieux de la lutte antidopage, les façons dont s’articulent les représentations et les pratiques, et les procédés de mises en équivalence des personnes et des faits pour les rendre comparables. L’activité normative qui préside aux outils partagés donne à voir les éléments au fondement des choix opérés parmi la pluralité de propositions, d’études scientifiques, de cadres législatifs, de caractéristiques d’acteurs. À titre illustratif, les membres du comité de rédaction du Code mondial ont dû, d’abord, statuer sur la forme que devait prendre ce nouveau code, avant d’arbitrer, sur le fond, des suggestions diverses émanant des partenaires de l’AMA et portant sur chacune des dispositions lors des phases de consultation organisées. À ce niveau, l’existant en matière de codification, de règlementation, de loi, a servi de base pour ne pas « réinventer la roue » 5 dans un contexte marqué par la nécessité d’agir vite 6. Dès lors, analyser les moments d’élaboration et de révision des dispositifs institutionnels ou encore les mises à l’épreuve de ces derniers renseigne l’opérationnalisation de l’harmonisation et les difficultés d’appliquer les principes axiologiques supérieurs a priori partagés.

22Par exemple, le cas de Franck Bouyer, cycliste souffrant du syndrome de Gélineau, (Demeslay & Buisine, 2012) et l’affaire Puerto (Demeslay, 2013, pp. 400-417) sont des opportunités de comprendre les procédures associées aux dispositifs antidopage, les étapes de l’administration de la preuve et le processus évaluatif des éléments rassemblés. En outre, ces épreuves constituent pour les acteurs des expériences qui leur permettent de « tester » leurs perceptions et leurs représentations, de stabiliser des repères, et rendent ainsi « visible ce travail du sens commun sur lui-même » (Chateauraynaud, 2004, p. 16). Dès lors, notre approche ne se veut pas a priori systémique (Soulé & Lestrelin, 2011 ; 2012) même si l’arrêt sur quelques affaires vise aussi à resituer les enjeux du dossier de l’antidopage et à caractériser les formes de coopération et d’opposition entre acteurs dans le mode de gouvernance de l’AMA. L’intérêt d’entrer par une ou des affaires est de mettre en perspective les critères de jugement des protagonistes, la façon dont ces derniers fondent leurs pratiques et inversement comment leurs actes participent à la construction et à l’évolution de leurs représentations. Cette ambition a été possible en particulier sur le cas de Franck Bouyer pour lequel nous avons réuni des pièces du dossier en plus des entretiens et des documents publics, ce qui n’est pas toujours possible concernant les affaires en cours comme le soulignent à juste titre Bastien Soulé et Ludovic Lestrelin (2012). Aussi, l’affaire, à travers les obstacles méthodologiques rencontrés par le chercheur notamment, ne permet pas toujours d’accéder à la réalité de terrain. Reste qu’elle permet de modéliser autrement les formes de coopération et d’opposition entre acteurs et de pointer les forces et les faiblesses des dispositifs d’harmonisation.

23En outre, l’étude de ce régime de dispute permet d’ancrer dans un cas, d’instancier, la confrontation des frontières d’applicabilité des règles et des principes, et d’incarner les contradictions entre les différents systèmes de normes et rapports à la norme. Les débats entre acteurs impliqués dans l’affaire, les contradictions éventuelles entre règlementations de différents États, de différentes disciplines sportives ou entre diverses études scientifiques sur les effets d’un produit, etc., sont autant d’obstacles qui nourrissent l’affaire et lui donnent sa dimension transnationale. Les découpages géopolitiques (nationaux) et institutionnels (disciplinaires) se heurtent à du concret (des poches de sang, des seringues, des données physiologiques, etc.) à l’origine des discussions sur ce qui constitue un élément de preuve. L’interprétation du monde sensible témoigne des écarts de perceptions et de conceptions entre les protagonistes avant de rendre compte des principes qui régissent le processus d’harmonisation. Enfin, l’étude des arguments met en exergue l’importance d’une décision arbitrale. Statuer sur un cas dans le cadre d’un tribunal (de grande instance, Cour européenne des Droits de l’Homme, Tribunal arbitral du sport, etc.) devient constitutif de nouvelles bases de comparaison en ce que la décision, qui fait jurisprudence, introduit le cas dans une série qui comptera à l’avenir pour considérer les autres cas. Ainsi, la décision de ne pas accorder d’autorisation d’usage du Modafinil, produit interdit par l’AMA, à des fins thérapeutiques à Franck Bouyer repose aussi sur la volonté de ne pas faire jurisprudence sur son cas et de ne pas être confronté à un accroissement de demandes d’AUT pour cause de narcolepsie.

24En conséquence, recenser les moments d’épreuve vécus comme tels par les acteurs et étudier les critiques et les disputes à travers des cas particuliers permettent tout à la fois de systématiser une méthode d’enquête dans un dossier complexe et de concrétiser la façon dont les acteurs composent avec les éléments disparates de la lutte antidopage. En cela, l’analyse d’une dispute, de son émergence à sa résolution, permet de hiérarchiser les enjeux poursuivis, de les lier à des éléments pratiques et de suivre la façon dont les acteurs ancrent leur jugement dans des expériences passées et des conséquences à différentes échelles. Autrement dit, la dimension circonstanciée catalyse l’expression d’une pluralité, met en exergue les limites acceptables avec une approche transversale, au sens de transnationale et/ou transdisciplinaire selon les cas étudiés.

La sociologie des transformations : une approche de la comparaison internationale par la question de ses temporalités

25Travailler sur le processus d’harmonisation des règlementations de la lutte antidopage suppose, pour les acteurs, de composer avec l’existant pour le faire évoluer en se dotant de critères d’évaluation des résultats produits. Pour le chercheur, il s’agit de s’outiller pour étudier un processus de grande ampleur dans l’espace et le temps.

La mise en série : un outil conceptuel pour étudier le processus international d’harmonisation

26« Pour saisir des processus durables, faits de transformations, de rebondissements, de retours, d’oublis, de silences, de bifurcations, etc., on a proposé d’introduire la notion de série et de penser les épreuves non plus comme des scènes isolées mais comme des points d’inflexion dans des séries » (Chateauraynaud, 2005). Au cours de ces épreuves passées, des acteurs se sont déjà affrontés, opposés ou accordés au sujet de la lutte contre le dopage. Ces affrontements préalables permettent de mieux comprendre leurs relations et leurs perceptions à chaque nouvelle épreuve de légitimité et de « faire du temps le grand ordonnateur de ce qui se passe entre les êtres » (Chateauraynaud, 1991, p. 177). En outre, travailler sur les inflexions facilite l’identification du renouvellement de l’existant et apporte des éléments explicatifs des nouveaux éléments pris en compte dans le jugement des acteurs. Aussi la notion de série permet-elle, là encore, une approche transversale par l’intermédiaire de l’évolution de la science, des techniques, du droit, des acteurs politiques et diplomatiques.

Une harmonisation pensée de façon mouvante

27La première version du Code mondial antidopage de l’AMA est entrée en vigueur en 2004, la seconde en 2009 et la troisième en 2015 suite, à chaque fois, à trois phases de consultation des partenaires de l’Agence et trois conférences mondiales, respectivement à Copenhague en 2003, Madrid en 2007 et Johannesburg en 2013. En outre, le Standard international de la liste des interdictions est révisé annuellement. Par ailleurs, les recherches menées dans différents champs scientifiques nourrissent un état de veille par rapport aux nouveaux produits et/ou méthodes utilisés mais également au développement de dispositifs de contrôle et/ou de prévention. En cela, la lutte antidopage et son harmonisation à l’échelle internationale repose sur un principe de réversibilité et des formes de projection dans le futur ancrées sur les expériences passées et en cours.

Les marqueurs temporels : quelques outils pour comparer

28Comprendre et expliquer le processus d’harmonisation de la lutte contre le dopage suppose d’être capable de la mettre en histoire, de repérer les permanences, les ruptures, pour analyser les changements opérés par ce processus. Dans cette perspective, parmi les outils du logiciel Prospéro, l’entrée par les marqueurs temporels est pertinente pour le chercheur.

  • 7 Marqueurs temporels mis en italiques par nos soins. Extrait d’entretien avec un représentant du mou (...)

29« C’est mieux », « c’est moins bien », « auparavant », « de plus en plus », « désormais », « l’avenir nous le dira »… Ces façons d’ancrer le jugement dans un passé, un futur, plus ou moins proches sont tout à fait significatifs de l’expérience que les acteurs font du processus d’harmonisation des règlementations de la lutte antidopage. Comparer, c’est identifier des critères à partir desquels on peut statuer sur les ressemblances et les différences entre deux personnes ou choses. Plus avant, comparer relève d’un travail d’authentification du juste, du bon, du vrai… Dès lors, le jugement repose sur la confrontation et la convergence de repères et de plis (Bessy & Chateauraynaud, 1995) préalablement construits et éprouvés de nouveau dans l’instant. Il s’agit de dresser en quelque sorte un bilan évaluatif des objets et des êtres considérés. Mais la conclusion de la comparaison peut reposer aussi sur une projection circonstanciée à rebours (« dans ce contexte c’était différent ») ou à plus ou moins long terme. En outre, le jugement peut s’ancrer dans une appréhension incertaine de l’avenir, différant le résultat de la comparaison (le Code mondial antidopage 2015 permet l’extension du délai de prescription, c’est-à-dire l’augmentation du temps de conservation des échantillons, à dix ans) ou ouvrant sur sa réversibilité (suite au résultat positif, le sportif dispose du droit de demander une contre-expertise sur son échantillon B prélevé). Par ailleurs, dans un processus d’harmonisation, il s’agit tout à la fois d’éviter de reproduire les erreurs passées, de composer avec l’existant pour préparer un avenir jugé plus juste par les acteurs et d’anticiper les évolutions parallèles qui pourraient remettre en cause les résultats attendus. C’est pourquoi l’entrée par les marqueurs temporels du corpus trouve une grande pertinence sur l’objet de la comparaison internationale. Les dictionnaires du logiciel Prospéro contiennent des catégories de marqueurs, parmi lesquels des marqueurs temporels. La catégorie Positionnement-temporel facilite la mise en histoire de la lutte antidopage et de ses objets. Elle pointe ce qui se faisait dans le passé grâce à des représentants tels que « il y a dix ans » ou « auparavant ». La catégorie Point-de-basculement, quant à elle, marque une rupture entre les « anciennes » et les « nouvelles » pratiques. Elle renvoie particulièrement à l’étude de Francis Chateauraynaud et Marianne Doury sur les fonctions argumentatives du marqueur « désormais » (Chateauraynaud & Doury, 2010). En effet, cette catégorie contient des représentants tels que « désormais », « maintenant », « aujourd’hui », « dorénavant ». On peut lire par exemple : « À ce moment-là, on n’avait pas toutes les études médicales, on n’avait pas toute la science que l’on a maintenant aujourd’hui qui avère de façon tout à fait objective la toxicité grave du cannabis » 7. La catégorie Gradualité-Quantification donne à lire l’évolution des activités dès que l’on s’attache à des représentants comme « davantage », « de plus en plus », « de moins en moins ». Enfin, des catégories relatives aux visions du futur permettent de rendre compte de la façon dont les acteurs ancrent leur choix au regard de leurs conséquences, dont ils construisent un état de veille par rapport à certains objets, dont ils pensent la prévention, anticipent les critiques et les contournements de la règle. Ainsi, ce mode d’entrée dans notre corpus donne à voir les transformations en matière d’antidopage à partir de la périodisation effectuée par les protagonistes de notre dossier et de l’articulation qu’ils font de leurs expériences passées, présentes et à venir. Autrement dit, ces catégories pointent elles aussi les séries qu’ils construisent, les changements qu’ils authentifient et sur lesquels ils fondent leur argumentation sur leurs propres actes, jugements et ceux des autres. Les marqueurs temporels soulignent, en outre, l’évolution du temps de la lutte contre le dopage. Fonder la politique antidopage internationale sur la réversibilité des instruments de gouvernance, se donner du temps pour sanctionner en conservant plus longtemps les échantillons, contrôler les sportifs « au bon moment » pour gagner en efficacité, miser sur une augmentation des actions de prévention, etc., sont autant de partis-pris qui modifient le rythme de cette activité de régulation depuis la création de l’AMA. En parallèle, le développement de nouveaux produits et méthodes dopants, les délais d’incorporation des dispositions du Code mondial antidopage dans les règlements sportifs et législations nationales, mais également l’inertie de la justice civile, émergent comme des contraintes à la mise en œuvre effective du programme mondial antidopage.

30En conséquence, décrire et analyser les éléments qui évoluent (apparaissent, disparaissent, se transforment) et la façon dont ces changements sont anticipés et/ou subis renseignent les moments d’inflexion dans le processus d’harmonisation de la lutte antidopage et les éléments décisifs dans la reconfiguration des façons de penser les contrôles et la prévention. La réversibilité apparaît alors comme un gage de compromis et de légitimité pour maintenir l’engagement des acteurs dans la cause de l’antidopage.

La sociologie pragmatique des transformations pour une approche transversale de la comparaison internationale

31Cette contribution prend pour objet le processus d’harmonisation des règlementations de la lutte antidopage à l’échelle mondiale. Elle apporte des éléments de réponse à trois questions majeures pour la comparaison internationale d’un point de vue sociologique : quels sont les éléments autour desquels se construit l’harmonisation ? Comment le chercheur peut-il étudier les particularismes et les localismes pour nourrir la méthodologie de la comparaison internationale ? Comment saisir les transformations à l’œuvre dans ce processus mondial d’harmonisation ?

32Le cheminement dans le cadre d’une sociologie pragmatique des transformations permet d’expliciter l’usage de quelques outils conceptuels clés pour adopter une approche transversale de la comparaison internationale qui rompe avec les dimensions nationales et disciplinaires. Le modèle de la prise invite, d’abord, à interroger les objets et les métrologies au cœur de l’harmonisation de la lutte antidopage. Ce mode d’entrée dans un corpus volumineux rend compte des jeux de qualification différents autour d’objets qui se veulent standardisés. Leur analyse souligne à la fois l’accès difficile des instances régulatrices au terrain et la nécessité de doter la lutte antidopage au niveau international d’outils fondés sur un principe de variabilité et des seuils définissant des écarts acceptables à un état de normalité. Les notions d’affaire et de compromis facilitent également la compréhension de la façon dont les dispositifs articulent des représentations et des milieux. Ce régime de dispute et cette modalité de clôture des débats sont révélateurs des forces et des faiblesses des dispositifs. Leur description permet de rendre compte de la circulation des hommes et des savoirs dans ce processus international et de statuer sur ce qui compte pour les acteurs et motive leurs choix. La portée des décisions est prise au sérieux par les protagonistes précisément parce que ces décisions engagent potentiellement des nouvelles façons de faire chez les sportifs, leur entourage, etc., indépendamment de leur nationalité et de leur discipline sportive d’appartenance. Enfin, la notion de mise en série permet d’interroger l’internationalisation de la lutte contre le dopage à partir de la façon dont les acteurs modalisent le temps. L’usage, notamment, des marqueurs temporels que propose le logiciel Prospéro facilite l’identification de l’existant, des progrès réalisés dans le processus d’harmonisation, des moments de basculement significatifs pour les acteurs, des formes de projection dans l’avenir, etc. En cela, ce mode d’entrée permet d’opérer une comparaison à l’échelle internationale des rythmes des différents acteurs en fonction des ressources et des contraintes dont ils disposent.

33En conséquence, cette contribution propose trois entrées complémentaires qui émanent d’un cadre sociologique soucieux de rendre visibles les pratiques, les représentations et la façon dont les acteurs articulent ces niveaux dans les tâches liées à l’harmonisation de la lutte antidopage. Les conceptions, les perceptions, les épreuves et les modalités de résolution des conflits, ainsi que l’attention aux séries sont autant de pistes théoriques qui facilitent l’exploration des éléments partagés ou non, partageables ou non, dans ce processus d’harmonisation. Les qualifications différentes des choses, des êtres, du temps, rendent ainsi manifestes les oppositions et la distance entre les détenteurs d’instruments de gouvernance et les praticiens et les tensions entre le local et le global.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M. & B. Latour (2006), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Mines Paris Les Presses.

Badie B. & P. Birnbaum (1979), Sociologie de l’État, Paris, Éditions Grasset.

Bessy C. & F. Chateauraynaud (1995), Experts et faussaires, Paris, Éditions Métailié (réédition 2014).

Boltanski L. (1990), L’Amour et la justice comme compétences, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard.

Borraz O. (2004), « Les normes », dans Lascoumes P. & P. Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, pp. 123-162.

Callon M. (1989), La Science et ses réseaux, Paris, Éditions La Découverte.

Chateauraynaud F. (1991), La Faute professionnelle : une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, Éditions Métailié.

Chateauraynaud F. (1996), Essai sur le tangible. Entre expérience et jugement : la dynamique du sens commun et de la preuve, document de travail EHESS.

Chateauraynaud F. (2003a), « Marlowe : vers un générateur d’expériences de pensée sur des dossiers complexes », Bulletin de méthodologie sociologique, n° 79, pp. 6-32.

Chateauraynaud F. (2003b), Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Éditions.

Chateauraynaud F. (2004), « Invention argumentative et débat public. Regard sociologique sur l’origine des bons arguments », Cahiers d’économie politique, n° 47, pp. 191-213.

Chateauraynaud F. (2005), Abécédaire de sociologie pragmatique, Document de travail du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (GSPR), EHESS.

Chateauraynaud F. (2011), Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Pétra.

Chateauraynaud F. & D. Torny (1999), Les Sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions Métailié.

Chateauraynaud F. & M. Doury (2010), « "Désormais…" Essai sur les fonctions argumentatives d’un marqueur de rupture temporelle », Argumentation et analyse du discours, n° 4 [En ligne] http://aad.revues.org/index772.html

Déloye Y. (1997), Sociologie historique du politique, Paris, Éditions La Découverte.

Demeslay J. (2013), L’Institution mondiale du dopage. Sociologie d’un processus d’harmonisation, Paris, Éditions Pétra.

Demeslay J. & S. Buisine (2012), « Lorsqu’un cas de narcolepsie met à l’épreuve la lutte antidopage : le temps de la dispute comme élément reconfigurateur des jeux d’arguments », Temporalités, n° 15 [En ligne] http://temporalites.revues.org/2110

Duret P. & P. Trabal (2001), Le Sport et ses affaires. Une sociologie de la justice de l’épreuve sportive, Paris, Éditions Métailié.

Houlihan B. (2003), La Victoire, à quel prix ? Le dopage dans le sport, Strasbourg, Conseil de l’Europe.

James W. (1998), La Signification de la Vérité, Lausanne, Éditions Antipodes.

Latour B. (2002), La Fabrique du droit : une ethnographie du Conseil d’État, Paris, Éditions La Découverte.

Soulé B. & L. Lestrelin (2011), « The Puerto Affair: Revealing the Difficulties of the Fight Against Doping », Journal of Sport & Social Issues, vol. 35, n° 2, pp. 186-208.

Soulé B. & L. Lestrelin (2012), « Réguler le dopage ? Les failles de la gouvernance sportive », Revue européenne des sciences sociales, vol. 50, n° 1 [En ligne] http://ress.revues.org/1161 ; DOI : 10.4000/ress.1161.

Trabal P. (dir) (2006), Dopage et temporalités, Rapport de recherche MILDT/INSERM, Université Paris X Nanterre.

Haut de page

Notes

1 PROgramme de Sociologie Pragmatique Expérimentale et Réflexive sur Ordinateur.

2 Adoptée en 2005, cette convention est entrée en vigueur en 2007.

3 La Russie a pendant longtemps figuré parmi les trois meilleures nations mondiales en termes de résultats sportifs et faisait partie des quatre laboratoires réalisant le plus de tests antidopage. Le scandale qui a éclaté récemment réactive des critiques adressées plus tôt à l’encontre de cette nation. « Le labo de Moscou, ça fait des années qu’on se plaint à l’AMA […] le labo de Moscou changez-le, changez-le, enfin, faites en sorte qu’il se modernise […] nous on doit compter sur un laboratoire à Moscou […] On parle de la Russie, la troisième nation sportive du monde qui n’a pas un labo digne de ce nom ce n’est pas normal ». Extrait d’entretien avec un représentant de fédération internationale réalisé fin 2009.

4 « A one size fits all approach », telle que la qualifie le directeur sportif de la Fédération internationale de hockey sur glace dans son courrier reçu par les membres de l’Agence le 17 juillet 2006.

5 Procès-verbal de la réunion du Comité exécutif de l’AMA, 6 mars 2001, Lausanne.

6 Richard Pound, Président de l’AMA, rappelle à l’occasion de la réunion du Conseil de fondation du 21 août 2001 que « l’AMA doit parvenir au bon Code au premier essai et rapidement ».

7 Marqueurs temporels mis en italiques par nos soins. Extrait d’entretien avec un représentant du mouvement olympique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Demeslay, « Une approche transversale comme outil de comparaison internationale : l’exemple de l’harmonisation de la lutte antidopage dans le sport »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 27 octobre 2019, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/12262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.12262

Haut de page

Auteur

Julie Demeslay

Institut des Sciences sociales du Politique (ISP, UMR 7220), université Paris Nanterre (France) - j.demeslay@parisnanterre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search