Navigation – Plan du site
Repenser les comparaisons internationales : enjeux épistémologiques et méthodologiques

Comparaison n’est pas raison sans épistémologie

Comparer pour mieux comprendre l’expulsion des étrangers en France, en Suisse et en Turquie
Comparison requires epistemology. Comparing to better understand the deportation of foreigners in France, Switzerland and Turkey
Ibrahim Soysüren

Résumés

L’expulsion des étrangers n’a attiré l’attention des chercheurs que récemment et elle a rarement fait l’objet de recherches mobilisant la comparaison internationale. Sur la base d’une étude qui a comparé l’expulsion des étrangers en France, en Suisse et en Turquie, cet article interroge la place de l’épistémologie dans la conception et la réalisation de recherches comparatives et montre que la comparaison n’est pas seulement une démarche ou un outil méthodologique. En outre, il explique qu’une vigilance épistémologique continue permet de surmonter les difficultés qu’il y a à mettre en place une recherche comparative, à la mener à bien et à restituer ses données. Cette vigilance peut être définie comme l’effort constant qui découle d’un méta-regard critique du chercheur sur lui-même, sur les choix qu’il opère, sur les données qu’il recueille ainsi que sur les contextes ou les conditions qui lui sont imposés. Tout en montrant l’importance de l’épistémologie dans la comparaison, l’article expose les enjeux et l’utilité de la vigilance épistémologique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De nos jours, seuls les nationaux ont le droit inconditionnel d’entrer dans un pays et d’y rester, grâce à leur passeport qui fait preuve de leur appartenance nationale. La présence des « autres », c’est-à-dire des étrangers, est sujette à la tolérance de l’État d’accueil, même s’ils peuvent être acceptés pour des raisons telles que les besoins de main-d’œuvre ou l’obligation juridique (surtout les personnes ayant besoin de protection). Quoi qu’il en soit, comme Guillaume Le Blanc l’a constaté, les étrangers sont par définition « expulsé[s] de l’identité nationale » (Le Blanc, 2012, p. 429). C’est là que réside l’un des fondements de l’expulsabilité (De Genova, 2002), autrement dit de la possibilité d’être expulsé qui plane sur chaque étranger. Quant à l’expulsion, il s’agit d’« une sanction intrinsèquement liée à la condition de l’étranger, l’étranger étant par définition expulsable » (Sayad, 1998, p. 20). Elle est en outre une des expressions de la souveraineté de l’État et la conséquence de son pouvoir ou prérogative régalien-ne. Analyser l’expulsion permet, au-delà des politiques migratoires, de comprendre le traitement que l’État fait de l’« autre ». En outre, l’étude comparative de l’expulsion des étrangers dans plusieurs contextes socio-politiques peut contribuer à une meilleure compréhension de l’État.

  • 1 Il n’est donc pas étonnant que les quelques rares recherches comparatives sur l’expulsion des étran (...)
  • 2 Sur les difficultés de comparer, il existe une littérature abondante. Voir par exemple Øyen (2004) (...)
  • 3 Par exemple, Nathalie Peutz est d’avis que le manque de recherche sur les personnes expulsées est d (...)

2Pourtant, force est de constater que malgré le constat de Marco Martiniello sur le rôle crucial qu’ont joué les comparative studies dans l’étude des phénomènes migratoires (Martiniello, 2013, p. 9), le recours à la comparaison dans l’analyse de l’expulsion des étrangers est encore relativement rare. Les efforts limités allant dans ce sens varient d’une discipline à l’autre, reflétant ainsi l’usage que différentes sciences sociales font de la comparaison 1. Cela étant dit, le petit nombre de recherches comparatives sur l’expulsion des étrangers ne découle probablement pas seulement des raisons propres à la démarche adoptée 2. Il ne faut pas sous-estimer les difficultés liées au sujet d’étude 3. Notre expérience montre que comparer pour mieux comprendre l’expulsion des étrangers nécessite de faire face à de nombreux obstacles.

  • 4 Dans une des définitions les plus usitées, Jean Piaget définit l’épistémologie comme « l’étude de l (...)
  • 5 Sur ce point, voir le travail de Marie-José Avenier et de ses collègues (Avenier et al., 2012).
  • 6 Même si la sociologie bourdieusienne fait allusion aux conditions sociales dans lesquelles se trouv (...)
  • 7 Ce postulat est inspiré du paradigme positiviste qui, lui-même, s’inspire une vision répandue des s (...)

3Cet article interroge la place de l’épistémologie 4 dans la conception et la réalisation de recherches comparatives 5 et démontre que la comparaison n’est pas seulement une démarche ou un outil méthodologique. Afin de surmonter les difficultés qu’il y a à mettre en place une recherche comparative, à la mener à bien et à restituer ses données, une vigilance épistémologique continue est indispensable. Cette vigilance peut être définie comme l’effort constant qui découle d’un méta-regard critique du chercheur sur lui-même, sur les choix qu’il opère, sur les données qu’il recueille ainsi que sur les contextes ou les conditions qui lui sont imposés tout au long d’une recherche comparative. Cette vigilance épistémologique constitue un « garant » du « bon » déroulement des efforts de compréhension d’un phénomène dans différents contextes socio-politiques. Le chercheur ne peut pas réussir la comparaison, qui plus est qualitative, en suivant des protocoles préétablis dans différents pays et des conditions qu’il ne peut pas contrôler. La vigilance épistémologique rend possibles les corrections nécessaires pour l’avancement plus ou moins « chaotique » d’une recherche comparative. Allant au-delà de la réflexivité qui se focalise sur le chercheur et son rôle 6, elle ouvre la voie à une posture acceptant les limites relatives à la recherche comparative et à certains postulats de base, comme celui qui prévoit de reproduire les mêmes démarches pour recueillir les mêmes données sur différents cas étudiés 7.

  • 8 Financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS).

4Avec le but ultime d’explorer les modalités d’une sociologie comparative de l'expulsion des étrangers, nous avons, dans le cadre d’une recherche doctorale 8 réalisée entre 2012 et 2015 (Soysüren, 2018), analysé l'expulsion des personnes sans-papiers et des délinquants étrangers en France, en Suisse et en Turquie. Ces trois pays, très différents sur divers plans, ont été sélectionnés afin d’effectuer une comparaison de cas contrastés. Le matériau utilisé articule la littérature existante sur l’expulsion des étrangers dans les pays étudiés, les textes législatifs, les données statistiques, les rapports, les prises de position administratives, les points de vue des experts et des acteurs associatifs ainsi que les récits de personnes sans-papiers et ceux de délinquants étrangers expulsés. Environ 130 entretiens ont été menés avec des responsables administratifs, des policiers, des avocats, des représentants associatifs et des personnes expulsées par la Suisse, la France et la Turquie.

  • 9 Pour plus de détails, voir le premier chapitre de notre ouvrage récemment publié, une version retra (...)

5Une première partie de cet article identifie les problèmes relatifs à la démarche comparative tels que la littérature scientifique les restitue. Les parties suivantes présentent successivement trois dimensions constitutives de la vigilance épistémologique : tout d’abord les enjeux relatifs à la langue et aux terminologies, puis les modalités de récolte des données, et enfin le travail de conceptualisation 9. Ces différents aspects de la recherche rendront saillante la nécessité d’une vigilance épistémologique continue au cours de la recherche comparative. La conclusion revient sur l’importance de l’épistémologie pour la comparaison.

La comparaison en sciences sociales

6Comment définir la comparaison ? S’agit-il d’une simple méthode ? Bruno Jobert est d’avis que « La comparaison est un outil puissant, indispensable de la recherche en sciences sociales » (Jobert, 2003, p. 325). Selon Cécile Vigour, « la comparaison, plus qu’une méthode, consiste en une mise en relation spécifique des faits sociaux qui n’est pas réductible à une méthodologie (qualitative, quantitative ou mixte) ou aux analyses et choix théoriques » (Vigour, 2005, p. 18). Dans la lignée de Michel Lallement et Jan Spurk (2003) et de Michèle Dupré et ses collègues (Dupré et al., 2003), Cécile Vigour définit la comparaison comme une stratégie. Nous retrouvons dans le travail de Michel Lallement une explicitation de ce terme : « Les stratégies de recherche se différencient des simples applications de méthode en ce qu’elles ne relèvent pas de l’adéquation rudimentaire entre des moyens et des fins. Sur la base d’un noyau dur de propositions élémentaires, elles imposent davantage distanciation, inventivité, variété, renoncement aux explications globales et, enfin, réflexivité » (Lallement, 2003, p. 297).

  • 10 On trouve dans un article plus ancien ce qu’entend cet auteur par contrôle : « It is not intuitivel (...)
  • 11 Voir, par exemple, la contribution de Jobert (2003).

7Pourquoi a-t-on recours à la comparaison ? Pour Giovanni Sartori, la véritable raison de comparer est le contrôle : « To be sure, one may engage in comparative work for many number of reasons; but the reason is control » (Sartori, 1991, p. 244 ; souligné dans l’original) 10. François Hainard souligne que « l’approche comparative n’est pas une fin en soi ; elle est davantage une étape intermédiaire nécessaire conduisant vers une théorie à construire » (Hainard, 2005, p. 340). Cécile Vigour résume les objectifs de la recherche comparative de la manière suivante : prendre de la distance, mieux connaître l’autre, classer, ordonner et généraliser (Vigour, 2005). Quant aux différentes contributions d’un ouvrage édité par Michel Lallement et Jan Spurk, elles précisent que la construction de l’UE et la mondialisation 11 ont commencé à occuper plus de place dans les études comparatives qui ont également dû faire face aux défis que ces phénomènes lancent à l’usage de la comparaison (Lallement & Spurk, 2003).

8Les écrits méthodologiques mettent fréquemment en évidence l’importance de la démarche comparative pour les pères fondateurs de la sociologie. Délaissée pendant un temps, puis faisant l’objet d’un regain d’intérêt dans les années 1960 et 1980, la place de la comparaison en sociologie n’est pas équivalente à celle qu’elle occupe en droit ou sciences politiques (Ibid., 2003). Pour autant, l'abondance des travaux comparatifs dans ces disciplines ne garantit pas des résultats probants. Pour Giovanni Sartori, un des plus importants spécialistes des politiques comparées de l’après-guerre, le bilan des études comparatives a été plutôt décevant (Sartori, 1991 et 1994). La comparaison elle-même, les résultats qu’elle a produits sont constamment questionnés, voire mis en cause.

9Malgré une littérature sur la comparaison considérable et parfois répétitive (Ibid., 1991 et 1994), le développement des méthodes comparatives a été résumé comme suit par Else Øyen : « The unfortunate thing is that comparative methodology has not developed at the same speed as new information and information technology. While there are now masses of empirical material available and more power to incorporate large amounts of variables in a comparative analysis, basic methodological questions remain unsolved » (Øyen (2004, p. 276).

  • 12 Il est peut-être judicieux de rappeler ici le constat de Giovanni Sartori : « A field defined by it (...)
  • 13 D’ailleurs Cécile Vigour, qui divise la réalisation des recherches comparatives en sept étapes, sou (...)

10Ce constat fait écho à la pluralité des définitions de la comparaison et des principes méthodologiques fondamentaux à respecter dans les recherches comparatives 12. Raison pour laquelle les chercheurs sont souvent amenés à refaire la « même » route à leur manière et, ceci, en (re)créant parfois « leur propre » façon de mobiliser la comparaison 13. La vigilance épistémologique apparaît ici comme une nécessité, car ce méta-regard critique et l’effort qui en découle permettent de prendre conscience du fait que le déroulement d’une recherche comparative est une « trajectoire » semée d’embuches et plus ou moins hasardeuse. Quand le chercheur sait qu’il a peu de moyens à disposition et qu’il doit « faire avec », la vigilance et l’appui sur les « acquis » des « étapes » précédentes de sa « trajectoire » sont essentiels pour parer aux aléas de l’entreprise comparative.

Les questions de langue et de terminologie sont aussi épistémologiques

11Les questions relatives à l’usage de telle ou telle langue et terminologie se posent avant même le début d’une recherche. En amont d’une recherche comparative, le chercheur doit tenir compte de la (ou des) langue-s utiles à sa réalisation. Déléguer à des personnes ayant des compétences linguistiques pour recueillir les données et traduire les documents utiles pour la recherche ne ressoude pas tout. La compréhension des pays, des groupes de personnes ou des contextes socio-politiques implique une compréhension de la langue qui apparaît comme une condition nécessaire mais insuffisante à la réussite de la comparaison.

12Les questions relatives à la diversité des langues des pays étudiés font l’objet de plusieurs mises en garde dans les écrits méthodologiques sur la comparaison. Il n’est par exemple pas rare que dans des contextes sociopolitiques différents, « un même mot désigne parfois des réalités différentes » (Vigour, 2005, p. 140) ou que différents mots désignent des réalités semblables. Dans notre travail, les principales langues utilisées ont été le français et le turc, mais nous avons également eu recours à l’anglais, l’allemand, l’arménien et le kurde, parfois avec l’aide de traducteurs.

13En plus des difficultés de traduction (Vassy, 2003), les différentes terminologies sont susceptibles de compliquer le travail du chercheur dans sa démarche comparative. Pour surmonter ces difficultés, nous nous sommes astreint à ce que Adam Przeworski et Henry Teune ont qualifié d’« expressing social phenomena in terms of a standard language » (Przeworski & Teune, 1970, p. 11). Cet exercice est complexe, car « il ne s’agit pas simplement de contextualiser […] mais plus fondamentalement de savoir déconstruire et reconstruire » (Lallement, 2003, p. 306, en italique dans l’original) les termes utilisés dans une langue.

14Les différents sens donnés au même mot et les différentes appellations utilisées pour désigner le même phénomène s’illustrent particulièrement bien dans le terme central de notre recherche, à savoir l’expulsion. En France, le livre V du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile parle des « mesures d’éloignement » englobant toutes les formes de départs plus ou moins forcés des étrangers prévues dans le droit français. On y trouve l’obligation de quitter le territoire français, la mesure à laquelle les autorités françaises ont le plus recours. Éventuellement accompagnée d’une interdiction de retour sur le territoire, elle vise de manière générale les étrangers en situation irrégulière. La reconduite à la frontière est une mesure réservée aux personnes présentes en France depuis moins de trois mois. Quant à l’expulsion, elle est destinée aux étrangers représentant une menace pour l’ordre public. Son pendant juridique est l’interdiction du territoire français et constitue une peine complémentaire prononcée par le juge pénal à l’encontre d’étrangers condamnés.

15En Suisse, le principal texte du dispositif juridique en matière d’expulsion des étrangers est la Loi fédérale sur les étrangers et l’intégration (LEI). Dans sa première version française, ce texte opte plutôt pour le terme de « renvoi » alors que la loi précédente, la Loi fédérale sur le séjour et l’établissement des étrangers, utilisait abondamment l’expulsion. Suite aux modifications apportées à la LEI dans le cadre de l’application de l’initiative populaire intitulée « Pour le renvoi des étrangers criminels », l’usage du terme expulsion y est devenu plus fréquent. Dans sa version actuelle, cette loi a recours au terme d’expulsion principalement dans trois situations. La première est l’expulsion politique par le Conseil fédéral sur la base de l’article 121 de la Constitution fédérale. La seconde est l’expulsion par l’Office fédéral de la police selon l’article 68 de la LEI. La dernière concerne l’expulsion pénale réglementée par le Code pénal (articles 66a et 66a bis) et le Code pénal militaires (articles 49a bis, 49b et 49c) de ce pays.

16En Turquie, contrairement aux autres pays étudiés, il n’y a pas de diversité dans la terminologie juridique. L’expulsion (sınırdışı, littéralement « hors des frontières ») est le seul terme utilisé. Dans sa forme plus complète, sınırdışı, écrit également en deux mots (sınır dışı), est utilisé avec le substantif du verbe faire (etme) pour donner à ce terme un sens plus précis, en y incluant l’idée de mouvement (« le fait de mettre hors des frontières »). Dans le langage courant, on parle également de yurtdışı etme (littéralement « le fait de mettre hors du pays ou de la patrie »).

17Il est possible de considérer certaines de ces appellations comme le signe d’une volonté d’euphémiser ; elles ont parfois tendance à dissimuler le véritable caractère de cette pratique coercitive. Nous avons opté pour le terme d’expulsion et nous l’avons défini comme le départ forcé des étrangers considérés comme indésirables pour différentes raisons sous l’impulsion d’un État qui se base sur sa souveraineté et utilise différents moyens variant de l’ordre de départ à l’usage de la contrainte physique afin de le rendre effectif. Il s’agit d’un processus à multiples acteurs et à multiples échelles (locale, nationale, internationale, transnationale).

18Le travail de clarification effectué pour ce terme principal de notre recherche a dû être répété de nombreuses fois pour d’autres mots ou appellations à différentes étapes de la recherche. Cela étant dit, le choix d’un terme ne règle pas le problème une fois pour toutes. Nous avons dû à de nombreuses reprises expliquer ou expliciter les raisons de nos choix et tenir compte des usages nationaux de tel terme et du ou des sens qu’on lui donne. En outre, lors de notre recueil de données, nous avons dû utiliser certains termes dans le sens qui leur est propre dans tel pays ou dans tel contexte particulier.

19En plus de difficultés de traduction, la terminologie a constitué un grand défi dans les cas des deux pays francophones, la France et la Suisse. L’usage de la même langue peut rendre plus aiguës les différences de terminologies, résultats de développements historiques et de contextes socio-politiques différents. Les choix effectués dans ce domaine doivent être, comme beaucoup d’autres, pragmatiques. Cela étant dit, ce pragmatisme n’exclut pas les considérations épistémologiques, sans lesquelles il n’est pas possible de donner de la cohérence à l’ensemble des choix effectués quant à l’usage des langues et à la terminologie mobilisée.

Le recueil de données soulève des questions épistémologiques

20Le recueil de données de notre recherche visait à reconstituer les dispositifs légaux et administratifs ainsi que les processus d’expulsion des pays étudiés, pour pouvoir procéder à une analyse comparative. À notre sens, cette expérience illustre l’importance de la réflexivité, mais aussi de la vigilance épistémologique qui requiert d’aller au-delà de l’effort réflexif.

  • 14 En passant, soulignons quand même l’importance particulière des questions de recherche. Comme le di (...)

21Tout au long du travail de terrain, il a été nécessaire de faire preuve de flexibilité dans différents contextes socio-politiques pour essayer de trouver des façons « optimales » de recueillir les données. Cet effort et les décisions prises lors du recueil de données ne sont pas « anodins », purement pratiques ou méthodologiques. Le chercheur doit prendre en compte les conséquences de ses actes, de ses décisions, de ses refus et de ses renoncements sur les données recueillies, les connaissances produites et plus largement les résultats de sa recherche. Dans quelle mesure ces éléments contribuent-ils à répondre aux questions de recherche 14 et à la confirmation ou à l’infirmation de ses hypothèses ? Mettent-ils en question la posture épistémologique adoptée ? Posent-ils des problèmes éthiques ? Ces questions apparaissent récurrentes au cours d’une recherche comparative.

22Par exemple, en Turquie, en raison du fait que le domaine des étrangers était exclusivement géré par la police au moment de l’enquête, les entretiens ont été effectués avec des policiers. Comme les décisions d’expulsion sont mises en place par les cantons en Suisse et qu’il existe des différences importantes entre ces entités souveraines, les responsables cantonaux étaient majoritaires parmi les « agents » administratifs interviewés dans ce pays. Quant à la France, nous y avons surtout interviewé des fonctionnaires de préfectures qui se trouvent au cœur du dispositif administratif du pays. En bref, nous avons dû interroger différents acteurs administratifs en raison des variations liées aux contextes nationaux, ce qui était le résultat et à l’origine d’un questionnement continu et, à vrai dire, de nombreuses hésitations.

23L’ambition de reconstituer les dispositifs légaux et administratifs et les processus d’expulsion, tout en y incluant – dans la mesure du possible – le vécu des étrangers expulsés, a nécessité l’accès à des populations très diverses. Cela nous a obligé, dans chaque cas, à mobiliser différentes stratégies ou façons de procéder pour pouvoir contacter et interviewer les personnes susceptibles de nous informer. Les difficultés rencontrées n’étaient pas identiques pour les mêmes groupes de personnes dans tous les pays étudiés. Par exemple, dans le cas de la Suisse, même si cela prenait parfois plusieurs mois, il nous suffisait, en général, de faire des demandes d’entretiens par courrier électronique auprès de responsables cantonaux pour pouvoir être accueilli dans leur service et procéder aux interviews.

24En revanche, en Turquie, nous aurions dû introduire une demande d’autorisation auprès du Ministère de l’Intérieur pour interviewer les acteurs administratifs. On nous a toutefois fait comprendre qu’une telle demande ne pourrait pas aboutir. Avant de renoncer à introduire une telle demande, il nous fallait réfléchir, entre autres, aux répercussions qu’un tel renoncement pourrait avoir sur la récolte des données et les données elles-mêmes, ainsi qu’aux conséquences éthiques. Par la suite, après de nombreuses tentatives vaines, nous avons pu interviewer des anciens policiers qui ont accepté de nous mettre en contact avec leurs collègues en fonction. Pour ces derniers, parler de leurs activités sans l’autorisation de leur hiérarchie était un acte risqué, ce qui était sans doute à l’origine de mises en garde à notre égard, voire parfois de menaces à peine voilées.

25Faire de la recherche sur un sujet très sensible pour l’identité nationale, qui plus est comparative, ne laisse pas indifférents en particulier les acteurs étatiques, car l’expulsion est souvent un enjeu de luttes et un lieu de controverses. De plus, l’idée d’une comparaison avec d’autres pays semble éveiller chez certains la peur d’être jugés comme « moins bons » que les autres. Le danger est que, à cause de ces prises de positions, le terrain de recherche devienne, en quelque sorte, lieu de défense de l’« honneur national » pour certains. Il est pourtant impossible de faire abstraction de ces « sensibilités ». Elles marquent une partie du matériau à partir duquel le chercheur travaille et le chercheur doit les intégrer dans une réflexion concernant l’influence de ces postures d’acteurs sur les données recueillies et les résultats de la recherche.

26Dans notre travail de terrain, nous avons dû essuyer de nombreux échecs. Il a fallu être créatif et mettre en place des démarches « imprévues » au début de la recherche. Sans la vigilance épistémologique, la créativité et l’adaptation des démarches aux terrains et/ou populations cibles, mais également sans erreur ou faux pas, il ne serait pas possible de faire de la recherche comparative. L’interrogation et la remise en cause continues permettent de rendre compte des erreurs et de leur donner du sens, non seulement afin d’en tirer un enseignement, mais aussi de limiter leurs influences négatives, possibles et parfois inévitables, sur la recherche.

27Il est vrai que la probabilité de trouver est plus élevée quand on cherche. Pourtant, même s’il est difficile de la qualifier de sérendipité (Merton & Barber, 2006), l’importance du hasard ne doit pas être sous-estimée dans la réalisation d’une recherche comparative, qui plus est qualitative. Travaillant dans des contextes très différents que nous ne pouvions contrôler, beaucoup de rencontres fortuites ou inespérées nous ont permis d’effectuer de très bons entretiens ou de recueillir des données précieuses. Cependant, les opportunités qui se présentent doivent faire l’objet d’une attention particulière pour savoir s’il s’agit réellement de « l’occasion à ne pas manquer », car le risque de provoquer des dégâts parfois considérables ne doit pas être minimisé, par exemple en termes d’accès au terrain.

28Lors de son travail de terrain, le chercheur doit continuellement questionner les données qu’il a recueillies tout en se questionnant lui-même sur sa posture, ses choix, ses prises de positions, ses refus, ses « échecs », ses « réussites », etc. Par ailleurs, questionner les autres ne peut se faire sans se questionner soi-même. Ce questionnement continuel n’est jamais vain et fait partie de la vigilance, indispensable pour mener à bien une recherche. Celle-ci est cruciale sur un terrain comme l’expulsion des étrangers où différents interlocuteurs parlent au chercheur pour lui imposer leur point de vue. En bref, contrairement à l’impression que donnent nombre d’écrits méthodologiques, il serait erroné de considérer le recueil de données uniquement sur le plan pratique ou méthodologique. Chaque pas sur le terrain doit être mis en lien avec la problématique de la recherche et les réflexions épistémologiques doivent accompagner le chercheur tout au long de sa recherche.

La construction des concepts de la comparaison nécessite un travail épistémologique

29Le dernier aspect sur lequel nous nous arrêterons pour montrer l’importance du travail épistémologique à effectuer au cours d’une recherche concerne les concepts qui y sont mobilisés. Les questions conceptuelles traversent toutes les étapes d’une recherche comparative. Selon Mattei Dogan et Dominique Pellassy, « il ne peut y avoir de comparaison sans concept » (Dogan & Pellassy, 1981, p. 27). Le cadre comparatif conceptuel est une réponse provisoire au « redoutable problème de la comparabilité » (Hassentuefel, 2005, p. 118). Pour éviter de produire ce qu’on appelle juxtaposition d'études de cas, en plus de questions et d’hypothèses communes, il est nécessaire de construire des concepts opérationnels dans tous les terrains de recherche (Sartori, 1970, 1991 et 1994 ; Vigour, 2005 ; Vassy, 2003 ; Przeworski & Teune, 1970 ; Bendix, 1963).

  • 15 Giovanni Sartori utilise ce terme pour décrire une manière qui vide les concepts de leur sens (Sart (...)

30Giovanni Sartori propose une échelle d’abstraction (ladder of abstraction) à trois niveaux pour situer les concepts : élevé, intermédiaire et bas (Sartori, 1970, p. 1044). Au niveau élevé, on trouve les concepts universaux censés être valables partout. Quant au plus bas de l’échelle, il s’agit des conceptualisations, adaptées uniquement au niveau de cas individuels (par exemple, pays particuliers). D’après Reinhard Bendix, il serait plus judicieux d’utiliser les concepts intermédiaires pour les recherches comparatives, car ils sont à la fois suffisamment généraux pour être utilisés dans plusieurs pays et peuvent être opérationnalisés dans des travaux empiriques (Bendix, 1963). Pour pouvoir mobiliser nombre de concepts dans une recherche comparative, il est nécessaire de restreindre leurs propriétés tout en évitant le concept stretching 15 (Sartori, 1991 et 1994). Néanmoins, Neil J. Smelser relève la difficulté de la tâche en raison de la tension entre la nécessité d'avoir des concepts suffisamment généraux et l'envie de les spécifier (Smelser, 1976).

31Dans le cas de notre recherche, le cadre conceptuel comparatif a été construit sur trois niveaux : les dispositifs législatifs, les dispositifs administratifs et les processus. Le concept de dispositif, développé premièrement par Michel Foucault, fait désormais partie du lexique commun des sciences sociales (Foucault, 1976). La définition que propose Giorgio Agamben, soit un réseau d'éléments hétérogènes, est plus facile à opérationnaliser dans plusieurs contextes socio-politiques (Agamben, 2007). Plus que l’hétérogénéité, ce sont les liens entre les éléments qui nous permettent de conclure à l’existence d’un dispositif. C’est le cas des cadres juridiques et des structures administratives des pays retenus. Au niveau légal, notre corpus de textes législatifs a été essentiellement composé de lois, directives et règlements. Nous nous sommes ensuite focalisé sur les unités et les services administratifs dont la tâche principale est d’expulser les étrangers, ainsi que sur les lieux d’enfermement.

  • 16 La phase de remise n’existe que dans peu de cas. Elle est coûteuse, car elle nécessite en général l (...)
  • 17 Voir, par exemple, Gibney (2008), Peutz (2006) et Coutin (2010).
  • 18 Dans notre recherche le terme d’acteur a été défini comme tout(e) personne, institution, associatio (...)

32Nous avons en outre appréhendé les pratiques d’expulsion comme des processus, analysés à chaque fois en trois phases : préparation de l’expulsion, déplacement de la personne du pays qui l’expulse vers le pays de destination et remise aux autorités de ce dernier 16. Le terme de processus est utilisé dans de nombreux travaux sur l’expulsion 17 sans qu’il soit considéré ou mobilisé comme un concept théorique, encore moins comme un concept opérationnel. Dans notre travail, le processus a été défini comme un ensemble de mécanismes et d’actions, de décisions et de prises de position des acteurs 18 en lien avec le départ forcé d’un étranger. Pour pouvoir mieux saisir ce concept, il est essentiel de prendre en compte sa dimension relationnelle ou interactionnelle. Nous retrouvons cette idée de processus relationnel chez Georg Simmel sous plusieurs formes (Simmel, 1999). Dans son travail sur l’importance de l’idée de Wechselwirkung, utilisée par Georg Simmel pour mettre en évidence le relationnel dans la compréhension de la société, Christian Papilloud montre que, chez cet auteur, les processus et le relationnel sont inséparables (Papilloud, 2000).

33Les concepts mobilisés lors de notre étude ont fait l’objet de réflexions relatives à leurs propriétés et leur opérationnalisation tout au long de la recherche ; pour autant, ils ont constitué un des points de repère centraux du processus de recherche, mettant en évidence que le travail conceptuel est, entre autres, un travail épistémologique. L’opérationnalisation de chaque concept nécessite une vigilance particulière et de tenir compte de nouveaux éléments (données, lectures, discussions, réflexions, etc.). Des remaniements successifs des concepts et du cadre comparatif conceptuel sont obligatoires pour les rendre plus efficaces et cohérents.

En guise de conclusion : sans l’épistémologie pas de comparaison

  • 19 Usages institutionnels des instruments technologiques européens d'identification et stratégies de c (...)

34Nombre d’écrits sur la comparaison montrent que différentes dimensions de cette démarche sont l’objet de discussions et de controverses. Ils donnent en outre l’impression que l’épistémologie de la comparaison demeure largement sous-estimée. Toutefois, force est de constater que la démarche comparative suscite plusieurs questions épistémologiques et qu’il serait certainement erroné de les traiter comme purement méthodologiques, à l’instar de la question d’interdépendances entre les cas (Detlef & Sebastian, 2015). Pendant longtemps, on a considéré les pays comparés comme totalement indépendants les uns des autres. Pourtant, différents phénomènes ont rendu intenable cette posture prenant comme bases de l’analyse l’État-nation indépendant et l’ordre international westphalien. Des racines de ce postulat pourraient être trouvées dans le nationalisme méthodologique, dénoncé par de plus en plus de chercheurs (Wimmer & Glick-Schiller, 2003). La problématisation des interdépendances entre les cas étudiés a fort heureusement ouvert la voie à leur explicitation ; cela a permis de les prendre en compte, voire de les considérer parfois comme un atout. Par ailleurs, dans notre recherche, les relations à géométrie variable que les pays étudiés entretiennent avec l’UE (pays membre, associé et candidat) et les multiples influences de celle-ci sur leurs cadres juridiques relatifs à l’expulsion et leur pratique n’ont pas été considérées comme des barrières à la comparaison. Le fait de ne pas les ignorer nous a rendu attentif au rôle de plus en plus important de l’UE dans le domaine de l’expulsion. Nous avons pu constater des similitudes croissantes dans les processus d’expulsion des pays étudiés. De plus, il nous a été possible d’avancer l’hypothèse de l’européanisation de l’expulsion des étrangers, testée dans une nouvelle recherche comparative 19.

  • 20 Nous avons délibérément exclu la restitution des données ou l’écriture, car cette phase décisive né (...)

35Plus précisément, ce travail démontre la centralité de la réflexion épistémologique dans la comparaison et souligne l’importance de la vigilance épistémologique dans la réalisation d’une telle recherche 20. La préparation et la réalisation constituent des étapes de recherche exigeantes sur plusieurs plans, en particulier matériel, temporel et réflexif. Nos résultats corroborent ainsi les appels à la vigilance présents dans les écrits méthodologiques.

36La comparaison est, entre autres, une question de point de vue qui peut à son tour engendrer des « points de vue nouveaux sur le monde social » (Schultheis, 1989, p. 221). Elle nécessite un « regard mobile » en permanence. Le chercheur est contraint de recueillir des données et des faits situés dans différents espaces, temps et niveaux d’observation (macro-, méso- et micro-, si on préfère le dire d’une manière un peu schématique). Ce travail nécessite des va-et-vient permanents entre les concepts de la comparaison, les questions et les hypothèses de la recherche et les données recueillies sur les cas étudiés. L’influence de cette « mobilité constante » est loin d’être anodine sur la mise en place de la recherche, sa réalisation et la restitution de ses résultats.

37Par ailleurs, dès les prémisses de la mise en place d’une recherche comparative, la recherche transforme la manière dont le chercheur perçoit son sujet de recherche et les différents cas qu'il a l'intention d'étudier. Il est désormais, en quelque sorte, « hanté » par les autres cas quand il essaie de comprendre un cas spécifique. L’exercice de la comparaison le pousse à se situer « en dehors » des cas étudiés tout en étant « dedans ». Cet exercice est complexe, notamment à cause du fait que les connaissances préalables du chercheur sur chaque cas et les relations qu’il entretient avec chacun d’eux varient. La vigilance épistémologique rend possible pour le chercheur l’interrogation constante de soi-même, de sa recherche, du déroulement de celle-ci, du recueil des données, des données recueillies ainsi que des contextes socio-politiques analysés et des conditions auxquelles il faut faire face. Cette vigilance apparaît indispensable pour mener à bien une recherche comparative (surtout qualitative) qu’on pourra finalement considérer comme « trajectoire » plus ou moins « hasardeuse » et « unique ».

Haut de page

Bibliographie

Agamben G. (2007), Qu’est-ce qu’un Dispositif ?, Paris, Éditions Payot & Rivages.

Avenier M.-J. & M.–L. Gavard-Perret (2012), « Inscrire son projet de recherche dans un cadre épistémologique », dans Gavard-Perret M.-L. (dir.), Méthodologie de la recherche en sciences de gestion, 2ème édition, Paris, Éditions Pearson, pp. 12-62.

Bachelard G. (1993), La Formation de l’esprit scientifique, Paris, Librairie philosophique Vrin.

Bendix R. (1963), « Concepts and Generalizations in Comparative Sociological Studies », American Sociological Review, vol. 28, no 4, pp. 532-539.

Bourdieu P. (2001), Science de la science et réflexivité. Cours au Collège de France, 2000-2001, Paris, Éditions Raisons d'agir.

Cefaï D. (2003), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte - MAUSS.

Coutin S. B. (2010), « Exiled by Law Deportation and the Inviability of Life », dans De Genova N. & N. Peutz (dir.), The Deportation Regime Sovereignty, Space, and the Freedom of Movement, Durham et London, Duke University Press, pp. 351-370.

De Genova N. (2002), « Migrant "Illegality" and Deportability in Everyday Life », Annual Review Anthropology, no 31, pp. 419-447.

Detlef J. & S. Sebastian (2015), « The Problem of Interdependence », dans Braun D. & M. Magetti (dir.), Comparative politics, Glos et Northamton, Edward Elgar Publishing, pp. 14-54.

Dupré M., Jacob A., Lallement M., Lefevre G. & J. Spurk (2003), « Les comparaisons internationales : intérêt et actualité d’une stratégie de recherche », dans Lallement M. & J. Spurk (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, pp. 7-18.

Ellermann A. (2009), States Against Migrants Deportation in Germany and the United States, New York, Cambridge University Press.

Foucault M. (1976), Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir, Paris, Éditions Gallimard.

Gibney M. J. (2008), « Asylum and the Expansion of Deportation in the United Kingdom », Government and Opposition, vol. 43, no 2, pp. 146-167.

Gibney M. J. & R. Hansen (2003), « Deportation and the Liberal State: The Forcible Return of Asylum-seekers and Unlawful Migrants in Canada, Germany and the United Kingdom. New Issues in Refugee Research », Working Paper, 77, Genève, UNHCR, EPAU.

Gravelle M., Ellermann A. & C. Dauvergne (2013), « Studying Migration Governance from the Bottom-Up », dans Anderson B., Gibney M. & E. Paoletti (dir.), The Social, Political, and Historical Contours of Deportation, New York, Springer Publishing, pp. 59-77.

Hainard F. (2005), « Apports et limites de la comparaison : analyse d’une démarche méthodologique à la lumière d’une recherche internationale », dans Hainard F. & C. Verschuur (dir.), Mouvements de quartier et environnements urbains, Dakar, Éditions ENDA Diapol et Paris, Éditions Karthala, pp. 325-344.

Hassenteufel P. (2005), « De la comparaison internationale à la comparaison transnationale. Les déplacements de la construction d'objets comparatifs en matière de politiques publiques », Revue française de science politique, no 55, pp. 113-132.

Jobert B. (2003), « Politique de la comparaison », dans Lallement M. & J. Spurk (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, pp. 325-328.

Lallement M. (2003), « Pragmatique de la comparaison », dans Lallement M. & J. Spurk (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, pp. 297-307.

Lallement M. & J. Spurk (dir.) (2003), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions.

Le Blanc G. (2010), Dedans, dehors. La condition d’étranger, Paris, Éditions du Seuil.

Martiniello M. (2013), « Comparisons in Migration Studies », Comparative Migration Studies, vol. 1, no 1, pp. 7-22.

Merton R. K. & E. G. Barber (2006), The Travels and Adventures of Serendipity: A Study in Sociological Semantics and the Sociology of Science, Princeton, Princeton University Press.

Múnera Ruiz L. (2016), « L’altérité épistémologique. Une perspective depuis l’Amérique latine », texte présenté au XXe Congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), 3-8 juillet 2016, Montréal.

Øyen E. (2004), « Living with Imperfect Comparisons », dans Kennett P. (dir.), A Handbook of Comparative Social Policy, Glos et Northamton, Edward Elgar Publishing, pp. 276-291.

Papilloud C. (2000), « Georg Simmel. La dimension sociologique de la Wechselwirkung », Revue européenne des sciences sociales, vol. 38, no 119, pp. 103-129.

Peutz N. (2006), « Embarking on an Anthropology of Removal », Current Anthropology, vol. 47, no 29, pp. 217-224.

Piaget J. (1967) (dir.), « Logique et connaissance scientifique », Encyclopédie de la Pléiade, Paris, Éditions Gallimard.

Przeworski A. & H. Teune (1970), The Logic of Comparative Social Inquiry, New-York, Wiley-Interscience Publishing.

Sartori G. (1970), « Concept Misformation in Comparative Politics », The American Political Science Review, vol. 64, no 4, pp. 1033-1053.

Sartori G. (1991), « Comparing and Miscomparing », Journal of Theoretical Politics, vol. 3, no 3, pp. 243-257.

Sartori G. (1994), « Compare Why and How », dans Dogan M. & A. Kazancigil (dir.), Comparing Nations, Oxford et Cambridge, Blackwell Publishing, pp. 14-34.

Sayad A. (1998), « L’immigration et la "pensée d’État". Réflexions sur la "double peine" », Regards sociologiques, no 16, pp. 5-21.

Sayad A. (1991), L’Immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, Éditions Universitaires et De Boeck.

Schultheis F. (1989), « Comme par raison - comparaison n’est pas toujours raison. Pour une critique sociologique de l’usage social de la comparaison interculturelle », Droit et Société, no 11-12, pp. 219-244.

Simmel G. (1999 [1908]), Sociologie, Paris, Presses universitaires de France.

Smelser N. J. (1976), Comparative Methods in the Social Sciences, Eaglewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall Publishing.

Soysüren I. (2018), L’Expulsion des étrangers en France, en Suisse et en Turquie. Pour une sociologie comparative de l’expulsion des étrangers, Neuchâtel, Éditions Alphil [En ligne] https://www.alphil.com/index.php/nouveautes/l-expulsion-des-etrangers-en-france-en-suisse-et-en-turquie.html

Vassy C. (2003), « Données qualitatives et comparaison internationale : l’exemple d’un travail de terrain dans des hôpitaux européens », dans Lallement M. & J. Spurk (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, Paris, CNRS Éditions, pp. 215-227.

Vigour C. (2005), La Comparaison dans les sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte.

Wimmer A. & N. Glick Schiller (2003), « Methodological Nationalism, the Social Sciences, and the Study of Migration: An Essay in Historical Epistemology », International Migration Review, vol. 37, no 3, pp. 576-610.

Haut de page

Notes

1 Il n’est donc pas étonnant que les quelques rares recherches comparatives sur l’expulsion des étrangers aient surtout été effectuées par des chercheurs des sciences politiques. Voir par exemple Gravelle et al. (2013) ; Ellermann (2009), Gibney et Hansen (2003).

2 Sur les difficultés de comparer, il existe une littérature abondante. Voir par exemple Øyen (2004) et Lallement et Spurk (2003).

3 Par exemple, Nathalie Peutz est d’avis que le manque de recherche sur les personnes expulsées est dû aux difficultés de trouver ces personnes après leur expulsion (Peutz, 2006).

4 Dans une des définitions les plus usitées, Jean Piaget définit l’épistémologie comme « l’étude de la constitution des connaissances valables ». Immédiatement après, il précise que « le terme de "constitution" recouvr[e] à la fois les conditions d’accession et les conditions proprement constitutives » (Piaget, 1967, p. 6, italiques dans l’original). Un des mérites de cette définition est qu’elle n’inclut pas seulement les questions de connaissance et de sa valeur mais aussi de son élaboration.

5 Sur ce point, voir le travail de Marie-José Avenier et de ses collègues (Avenier et al., 2012).

6 Même si la sociologie bourdieusienne fait allusion aux conditions sociales dans lesquelles se trouve le chercheur quand elle aborde la question de la réflexivité, elle se focalise sur le chercheur lui-même et souligne fortement la nécessité pour ce dernier de faire sa propre sociologie. Dans un texte posthume, Pierre Bourdieu avance l’idée selon laquelle « on devrait s’interdire de faire de la sociologie, et surtout de la sociologie de la sociologie, sans faire préalablement sa propre "socio-analyse" » (Bourdieu, 2008, pp. 343-344). Selon Leopoldo Múnera Ruiz, la réflexivité prendrait la forme de « vigilance épistémologique » chez Pierre Bourdieu et « implique la nécessité d’objectiver le scientifique, ainsi que le philosophe bien sûr, comme sujet social pour éviter que sa subjectivité n’altère le processus de production scientifique » (Múnera Ruiz, 2016, p. 13). Il va de soi que nous utilisons la vigilance épistémologique dans un sens totalement différent. Au-delà de la réflexivité, elle vise à souligner l’importance de la réflexion épistémologique dans la comparaison. Sur la réflexivité voir notamment Pierre Bourdieu (2001).

7 Ce postulat est inspiré du paradigme positiviste qui, lui-même, s’inspire une vision répandue des sciences naturelles, inapplicable en sciences sociales.

8 Financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS).

9 Pour plus de détails, voir le premier chapitre de notre ouvrage récemment publié, une version retravaillée de notre thèse de doctorat soutenue en 2016, sur lequel se base cet article (Soysüren, 2018, pp. 19-45).

10 On trouve dans un article plus ancien ce qu’entend cet auteur par contrôle : « It is not intuitively evident that to compare is to control, and that the novelty, distinctiveness and importance of comparative politics consists of a systematic testing, against as many cases as possible, of sets of hypotheses, generalizations and laws of the "if ... then" » (Sartori, 1970, p. 1035).

11 Voir, par exemple, la contribution de Jobert (2003).

12 Il est peut-être judicieux de rappeler ici le constat de Giovanni Sartori : « A field defined by its method – comparing – cannot prosper without a core method » (Sartori (1994, p. 27).

13 D’ailleurs Cécile Vigour, qui divise la réalisation des recherches comparatives en sept étapes, souligne l’importance des va-et-vient entre le travail de terrain, les lectures et les réflexions théoriques (Vigour, 2005, pp. 296-297). Comme Daniel Cefaï, cette auteure propose la métaphore de la « spirale » pour décrire l’avancement d’une recherche comparative (Cefaï, 2003).

14 En passant, soulignons quand même l’importance particulière des questions de recherche. Comme le disait Gaston Bachelard : « Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas eu de question, il ne peut y avoir de connaissance scientifique » (Bachelard, 1993, p. 16).

15 Giovanni Sartori utilise ce terme pour décrire une manière qui vide les concepts de leur sens (Sartori, 1970).

16 La phase de remise n’existe que dans peu de cas. Elle est coûteuse, car elle nécessite en général le déplacement de membres des forces de l’ordre de l’État qui expulse jusqu’au pays de destination (qui peut être le pays d’origine de la personne expulsée ou un pays tiers).

17 Voir, par exemple, Gibney (2008), Peutz (2006) et Coutin (2010).

18 Dans notre recherche le terme d’acteur a été défini comme tout(e) personne, institution, association, regroupement, etc., impliqués dans le processus d’expulsion ou influençant son déroulement.

19 Usages institutionnels des instruments technologiques européens d'identification et stratégies de contournement des étrangers à expulser en France et en Suisse. Vers une européanisation de l'expulsion des étrangers indésirables ? (2016-2019, financement : FNS).

20 Nous avons délibérément exclu la restitution des données ou l’écriture, car cette phase décisive nécessite une analyse détaillée à part. Nous ne pouvons que renvoyer le lecteur à un numéro spécial de la Revue internationale de la politique comparée (vol. 12, 2012/1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ibrahim Soysüren, « Comparaison n’est pas raison sans épistémologie », SociologieS [En ligne], Dossiers, Repenser les comparaisons internationales : enjeux épistémologiques et méthodologiques, mis en ligne le 27 octobre 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/12296

Haut de page

Auteur

Ibrahim Soysüren

Institut de Sociologie de l’Université de Neuchâtel (Suisse) - ibrahim.soysuren@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page