Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2019La Mécanique des passions. Cervea...Tristes cerveaux

2019
La Mécanique des passions. Cerveau, comportement, société

Tristes cerveaux

Discussion de l’ouvrage d’Alain Ehrenberg, La Mécanique des passions. Cerveau, comportement, société, Paris, Éditions Odile Jacob, 2018
Didier Vrancken

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/12381 et la discussion par Dominique Vinck à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/12470

Texte intégral

1Paru en 1955, Tristes tropiques est sans doute le plus célèbre des ouvrages de Claude Lévi-Strauss. Le plus littéraire également. Dix ans après la fin de la seconde guerre mondiale, la force de son récit résidait dans le déplacement de regard proposé, visant à prendre la civilisation occidentale pour objet, à la comparer à d’autres cultures dites « primitives », remettant en doute notre soi-disant supériorité. Cette civilisation n’était après tout qu’un possible, une option parmi tant d’autres probables pour l’humanité que Claude Lévi-Strauss invitait à découvrir à nouveaux frais. À cette fin, l’auteur conviait le lecteur dans les pas d’une discipline des sciences sociales encore peu connue du grand public : l’anthropologie.

2Selon l’adage, comparaison n’est certes pas raison et l’ouvrage magistral d’Alain Ehrenberg, La Mécanique des passions, offre peu de points de comparaison avec celui de Claude Lévi-Strauss, si ce n’est peut-être deux traits ou deux points d’inflexion qui seront discutés ici : celui, d’une part, de l’apport de sciences, en l’occurrence des neurosciences cognitives, à la connaissance de l’homme et de la société en général et, d’autre part, celui de l’appel au large, à l’imagination et à l’ouverture vers un monde de possibilités ou de savoirs dont l’époque a besoin. À sa manière, Alain Ehrenberg nous offre l’occasion d’une rencontre entre sciences et société. Une de plus. Et celle-ci passerait par les dédales des connexions neuronales et de la plasticité du cerveau. Mais à le suivre, cette rencontre s’ouvre sur la découverte d’un véritable champ des possibles pour l’agir. C’est dire s’il faut souligner combien nous disposons ici d’une nouvelle contribution – rigoureusement documentée – à une sociologie de l’individu après ces autres opus que furent Le Culte de la performance, L’Individu incertain, La Fatigue d’être soi, La Société du malaise, pour ne citer que les plus connus.

3Au sein d’une société qui érige l’autonomie et la capacité individuelle en principes centraux, on devine combien les neurosciences cognitives gagnent peu à peu du terrain, à telle enseigne qu’elles auraient acquis une réelle autorité morale et sociale. Elles ont trouvé là un terreau favorable à leur déploiement tout en prônant une approche ramenant les conduites au fonctionnement du cerveau. Ainsi, non seulement elles contribuent à renouveler notre conception de la santé mentale mais elles soutiennent que tout comportement serait individuel, largement imputable à des impulsions cérébrales et non réductible à des mécanismes collectifs. D’où le succès, par exemple, rencontré par les thérapies cognitivo-comportementales pour remédier aux troubles des patients, sans passer par la psychanalyse aujourd’hui en perte de vitesse ou même par une recherche de modification de l’environnement relationnel. Une fois localisés, les dysfonctionnements cérébraux pourraient trouver une compensation à travers l’activation d’autres circuits neuronaux et/ou d’autres zones du cerveau ouvrant par la même occasion la voie à la découverte de nouvelles capacités et de nouvelles opportunités de réalisation de soi. Le cerveau apparaissant in fine moins comme une cause explicative que comme un potentiel naturel activé par la vie sociale.

4S’intéressant à une histoire de la psychologie et des catégories neuroscientifiques qui passe par les États-Unis, Alain Ehrenberg repère une véritable « révolution cognitive » à la fin des années 1960 autour des travaux de Georges A. Miller. On peut comprendre celle-ci comme une proposition de nouvelle alliance entre psychologie et société, sous l’égide d’un concept appelé à faire florès : celui de compétence. L’homme ordinaire devenait tout à coup un expert de lui-même, un être autonome, doté de capacités et en parfaite symbiose avec le contexte moral et culturel de l’époque prônant la créativité, la découverte de nouvelles formes de vie personnelle mais aussi de nouvelles modalités d’action. Avec toutefois une précision importante. Le cerveau qui est pensé, construit et théorisé biologiquement au cours de la seconde moitié du xxème siècle est une réelle mécanique, capable de se mouvoir par elle-même et de ne pas simplement réagir à des stimuli extérieurs. Doté d’une réelle plasticité, le cerveau apparait ainsi auto organisé, peut apprendre, se transformer par lui-même sur base de nouvelles connexions neuronales. Il véhicule un idéal d’autonomie : l’individu est capable de rebondir, de toujours trouver les ressources pour s’en sortir. L’idéal ainsi cristallisé par les sciences neurocognitives est celui du « potentiel caché » mettant en scène un individu capable, quels que soient ses handicaps, déviances ou pathologies, de s’accomplir en transformant ses handicaps en atouts.

5On relèvera que ce récit s’accommode assez bien de celui d’une « anthropologie du défi », comme l’a montré Peter Sloterdijk à partir du célèbre cas de Carl Hermann Untham (Sloterdijk (2011). Né sans bras, ce dernier apprit à jouer du violon avec les pieds et connut une certaine renommée dans de nombreuses capitales européennes. Sans passer par l’apport des neurosciences, Peter Sloterdijk identifiait là une forme d’existentialisme allemand du défi, associée à l’obstination et aux prestations compensatoires auprès des personnes éprouvées par la vie, la maladie ou l’handicap. Si l’existentialisme de l’obstination puisait ses racines à la fin du xixème siècle dans une philosophie empreinte de thérapie vitaliste à destination des infirmes et des handicapés physiques et mentaux (et notamment en référence au retour des fameuses « gueules cassées » allemandes, après la Première Guerre mondiale), face à cet existentialisme perçu dans la réalité des plaies et des blessures, Peter Sloterdijk dégageait toutefois une seconde forme. Ses sources d’inspiration nationale, géographique et morale furent très différentes. Elle fut expérimentée dans la clandestinité d’une France occupée au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cet existentialisme fut celui du refus, de la raison critique, de la prise de distance et de la résistance du sujet. À l’éthique du « malgré tout » de l’existentialisme de l’obstination, proche de l’idéal du « potentiel caché » d’Alain Ehrenberg, l’existentialisme de la résistance opposait une éthique du « contre ». Les complexes d’action, de mobilisation de soi et de ses ressources propres ne sont donc pas indépendants des contextes ni de l’environnement social, historique, culturel et philosophique, loin de là. Si, comme le propose Alain Ehrenberg dans son grand résumé, « les neurosciences cognitives sont devenues un des grands récits de l’individualisme contemporain en associant les idéaux de régularité à ceux de l’infinie possibilité à changer et à innover […] et apportent […] les promesses d’un développement illimité des capacités humaines », il n’en demeure pas moins que l’individualisme capacitaire peut se traduire en des directions parfois bien distinctes. Il peut effectivement offrir, dans la perspective de l’existentialisme de l’obstination, la capacité de rebondir auprès de celles et de ceux portés par l’appel au dépassement de soi et à la mobilisation de ses ressources. Il peut par contre s’ouvrir sur de la résistance, de l’opposition, au nom précisément d’une critique ou d’une défiance à l’égard de ce que font les neurosciences, voire à l’égard des techniques, de la médicalisation ou du développement du numérique. Il peut ainsi s’opposer à toute une culture contemporaine incitative que véhicule le tournant pris par les politiques d’activation et du tout à l’insertion, invitant au dépassement constant de soi et à l’activation des dispositifs d’intervention sur les personnes. La Mécanique des passions entend toutefois se soustraire de cette seconde lecture, au nom d’un contournement des courants critiques des sciences sociales. L’individualisme capacitaire peut, enfin, marquer l’ampleur d’un désarroi auprès de ceux et de celles qui ne parviennent pas à prendre le train capacitaire ni à s’en sortir tant ils apparaissent marqués par la vie, quand les problèmes d’endettement, d’assuétude, de perte d’emploi, de handicap, de déstructuration des liens familiaux et de proximité ont parfois déjà produit de tels dégâts que ces personnes en déperdition sociale sont, avant tout, en situation d’attente d’aides, de prises en charge plutôt que de recherche de dépassement de soi, quand le soi a déjà été tellement meurtri.

6S’agissant de la proposition d’un développement positif et illimité des capacités humaines offert par les neurosciences cognitives tandis que la psychanalyse insistait sur les limites voire les inquiétudes sociales, on peut se demander, avec Danilo Martuccelli, si nous ne sommes pas confrontés là au « vertige d’une société soumise à l’illimitation de l’action » (Martuccelli, 2016). Reprenant Émile Durkheim qu’Alain Ehrenberg cite également mais, pour sa part, le Durkheim des Règles de la méthode et non pas celui des Formes élémentaires de la vie religieuse, Danilo Martuccelli insiste plutôt sur l’extériorité des contraintes que la vie sociale exerce, ainsi que sur les sanctions imposées à ceux qui ne respectent pas les règles. Sans nier la part d’inventivité ni la capacité de découverte de nouvelles potentialités d’action, l’auteur rappelle que les sociétés, que ce soit par le biais de l’économie, de la religion, du politique, voire de l’écologie, n’ont cessé d’imposer et même de « garantir » des limites à l’action humaine à partir de l’identification de domaines de la réalité. En somme, point de société sans confrontation au réel, avec ses potentialités mais aussi avec ses limites. Reste encore à se demander si postuler que l’individu se construit moins dans un rapport à l’environnement que par lui-même est une proposition encore capable de tenir, de rencontrer les enjeux planétaires sociétaux et environnementaux. Enjeux qui commencent à poindre un peu partout aux quatre coins de la planète et au sein de la société civile. La question de l’illimitation des ressources et des compétences se voit clairement remise en cause et souligne les limites voire l’épuisement d’un modèle de développement qui s’est pleinement appuyé sur une conception de l’individualisme méthodologique bien analysée dans l’ouvrage.

7La question de la limitation de l’action est d’autant plus importante quand on la prolonge avec les propositions de William James et surtout de John Dewey auquel Alain Ehrenberg se réfère souvent. Pour ces derniers, les idées ne sont pas seulement dans la tête et les cerveaux, elles sont interagissantes et distribuées dans le monde, capables de s’externaliser dans l’espace public du déroulement de l’activité pratique (Mezzena, 2018). Et c’est là une proposition théorique majeure. Nous éprouvons sans cesse des idées en rapport avec des faits et les mettons à l’épreuve du réel. C’est ce que John Dewey nommait l’enquête. Le monde du possible et de la production du possible n’est pas que dans le cerveau, il est plus largement déposé dans la vie sociale, s’y entremêle et se décline en des directions multiples et contingentes qui rencontrent des résistances, des difficultés effectives mais aussi des limites de la réalité.

8Si, pour les neurosciences cognitives, les compétences semblent promises à la découverte d’un champ du possible illimité, les passions, à travers la mécanique des passions, apparaissent quant à elles limitées, contenues (ou à contenir), socialisées, régulées par un naturalisme de la régularité empêchant leurs débordements. Or, le propre des passions est précisément de déborder des situations et de ne pas trouver de limites. Comme le souligne à souhait la littérature, elles ont vocation au débordement. Comme l’écrivait Emmanuel Kant, « encouragée par une telle preuve de la force de la raison, la passion de pousser plus loin ne voit plus de limites » (Kant, 1944, p. 36). Par contre, contrairement aux passions, les émotions relèvent bien d’une théorie cognitive et dépendent des situations auxquelles elles tentent de s’ajuster, sans les déborder. Elles sont des guides pour la raison. Ainsi que l’a montré Antonio Damasio (1995) dont Alain Ehrenberg connaît les travaux, nos raisonnements nécessitent les émotions, celles-ci ne s’opposent pas à la raison. Sans les émotions, nos décisions pourraient se voir compromises, tant les marqueurs somatiques de nos expériences passées sont importants pour nous aiguiller vers les choix à poser. Par ailleurs, toujours selon Antonio Damasio, l’affaiblissement de la capacité à réagir émotionnellement en situation peut se trouver à la source même de comportements irrationnels. Pour Louis Quéré, les neurosciences contemporaines ont contribué à ce changement de statut des émotions, mais il rappelle toutefois que nos décisions sont prises non pas uniquement à partir de notre activité cérébrale mais en interaction avec notre environnement physique et social (Quéré, 2017). Les neurosciences ont été précédées dans cette tâche par toute une tradition philosophique où figurent en bonne place les travaux de William James et de John Dewey. Ceux-ci insistaient sur le rôle des émotions pour notre pensée, nos activités pratiques, notre création artistique. Les émotions, en tant que « proto-jugements » ou que formes « d’appréciation ou d’évaluation intuitive et immédiate d’un objet, d’un événement ou d’une situation » (Ibid., p. 62) accomplissent un véritable « travail » pour traiter les situations, les « sentir » et nous orienter vers des résolutions aux problèmes. Elles nous aident à penser et à agir et appellent une prise en compte dans l’analyse des comportements.

9La Mécanique des passions doit se lire comme une invitation à découvrir l’intrication de concepts scientifiques spécialisés de type psychobiologique à des représentations collectives de l’homme en société. À l’image du grand anthropologue que fut Claude Lévi-Strauss, Alain Ehrenberg nous offre là un exercice visant à faire ressortir une cohérence d’ensemble des neurosciences dans leur prétention à décrire le monde, un peu comme les ethnologues cherchaient à reconstituer les idées d’une culture étrangère. Point question ici de Tristes tropiques mais de tristes cerveaux d’où se verraient écartées les passions, simplement parce qu’elles débordent. Comme la vie déborde et rencontre ses limites.

Haut de page

Bibliographie

Kant E. (1944 [1781]), Critique de la raison pure, Paris, Presses universitaires de France.

Lévi-Strauss C. (1955), Tristes tropiques, Paris, Éditions Plon.

Martuccelli D. (2015), « La sociologie et les régimes de réalité », Cahiers de recherche sociologique, n° 59-60, pp. 99-112.

Mezzena S. (2018), De Schön à Dewey. Connaissance et professionnalité dans l’activité des éducateurs, Paris, Éditions L’Harmattan.

Quéré L. (2017), « Au commencement sont les émotions », Éducation permanente, n° 210, pp. 61-69.

Sloterdijk P. (2011), Tu Dois changer ta vie. De l’anthropotechnique, Paris, Éditions Libella.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Vrancken, « Tristes cerveaux »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 27 octobre 2019, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/12389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.12389

Haut de page

Auteur

Didier Vrancken

Université de Liège (Belgique) - Didier.Vrancken@ulg.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search