Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumésLéon Gérin, devenir sociologue da...Grand résumé de Léon Gérin, deven...

Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition

Grand résumé de Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2018

Suivi d’une discussion par Pascale Bédart et Jacques Hamel
Frédéric Parent

Notes de la rédaction

NDLR : La discussion pas Pascale Bédard est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/13047 et celle par Jacques Hamel à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/12542

Texte intégral

1Dans cette étude de cas du premier sociologue québécois et canadien, je propose une manière d’enquêter le passé sociologique qui s’éloigne du récit historique, chronologique et événementiel, rompant en outre avec une approche qui présente leurs sujets d’étude, qu’il soit sociologues ou non, comme des êtres à part, exceptionnels, détachés de la masse, arrachés du monde commun, du monde des relations sociales. Cela ne réduit en rien l’intérêt potentiel de leur pensée. Au contraire, c’est montrer toute la complexité de l’élaboration des idées qui apparaissent à un moment donné comme nouvelles et originales. Le retour à l’histoire sociologique est un exercice pertinent s’il ne se limite pas aux seules traces professionnelles et s’il interroge plus largement l’articulation des connaissances sociologiques aux expériences diversifiées de la vie en société. Je précise dans la première partie de ce résumé le point de vue à partir duquel j’analyse la pratique sociologique d’autrefois. Je présente ensuite comment cette approche permet de questionner l’état des rapports sociaux dans une société et plus précisément l’hypothèse de la différenciation des rapports sociaux.

Une ethnographie historique

2Afin de définir ce que j’entends par ethnographie historique, je distingue rapidement trois orientations dans l’étude de l’histoire de la discipline sociologique qui ne sont pas étanches entre elles ni forcément en opposition bien que toutes les trois ont la particularité de centrer leur attention sur des espaces institutionnel et professionnel, bref sur un espace public éludant pour ainsi dire l’espace privé.

31) L’histoire du processus d’institutionnalisation ;

42) L’histoire des théories et des courants sociologiques ;

53) L’histoire sociale des idées ou des intellectuels.

6Dans l’histoire du processus d'institutionnalisation, les chercheurs privilégient l'analyse des écrits institutionnels et sociologiques saisis notamment comme des traces de la division du travail scientifique et des rivalités disciplinaires au sein des universités (la philosophie et la sociologie, par exemple). La seconde approche est aussi centrée sur l’espace professionnel et plus spécifiquement le contenu des textes sociologiques pour en dégager des « courants » ensuite inscrits dans des « contextes idéologiques ». L’histoire sociale des idées ou l’histoire des intellectuels étudie la production, la diffusion et la réception des idées « civiques » dans un espace public né de la formation d’un régime politique démocratique et l’essor de l’imprimé et de la presse. L’intellectuel est un être de discours dans un espace public.

7Les travaux sur les intellectuels (et les sociologues) s’inscrivent généralement dans le prolongement de cette distinction entre espace public et espace privé que présente bien au Québec Fernand Dumont (1993, 2000) dans Genèse de la société québécoise. À suivre la pensée de Fernand Dumont, cette séparation public/privé proviendrait de l’instauration progressive du régime parlementaire britannique dans la foulée de laquelle les hommes instruits quittent leurs « sociétés construites par le bas » (privé), par des sociabilités premières (familles, voisinages, etc.), pour aller construire un espace public (la nation, la société canadienne) constitutif désormais des nouvelles sociétés démocratiques construites par la « référence ». C’est dans ce nouvel espace public qu’apparaissent les premiers intellectuels canadiens fortement imbriqués dans l’avènement d’un régime politique démocratique.

8Sans succomber au mythe individualisant du « génie », les chercheurs reconnaissent que le caractère « exceptionnel » de Léon Gérin s’inscrit dans la lignée bien particulière des premières générations d’intellectuels canadiens-français du xixème siècle, scolarisés dans les collèges classiques sous la direction du clergé et qui, au lieu d’emprunter la voie usuelle des professions libérales de plus en plus encombrées (avocat, médecin, notaire, etc.), travaillent dans la fonction publique fédérale en croissance depuis entre autres l’Acte constitutionnel de 1791 et l’obtention du gouvernement responsable en 1848. Sous la crainte constante de l’assimilation de la population canadienne-française, les « hommes de lettres » élaborent par leurs écrits et leurs conférences une littérature nationale et forment ce qu’il est désormais convenu d’appeler les premiers intellectuels canadiens-français. Cette histoire est largement connue maintenant grâce notamment aux travaux de l’historien Yvan Lamonde (1994, 2000, 2004, 2015).

  • 1 Le politique ne se réduit pas par ailleurs à l’espace politique officiel ou institué (la politique) (...)

9La pensée sociologique actuelle peut justifier plus difficilement un regard quasi exclusivement centré sur un espace politique institutionnalisé ou sur une communauté lettrée ou sociologique, dans le prolongement d’une séparation entre le politique souvent confondu avec un espace « public » ou « collectif » et tout le reste, qui serait alors de l’ordre du « privé », comme le proposent généralement les trois orientations 1. Pourquoi des relations aussi coutumières et significatives que les relations familiales ou conjugales apparaissent-elles très peu en histoire de la sociologie ? Les recherches de la sociologue Hélène Charron (2014, 2013) sur la présence des femmes dans les sciences sociales rendent nécessaire la transformation même des manières de faire de la sociologie et plus précisément ici d’en étudier son histoire. Dans ses travaux, elle montre bien, tant en France qu’au Québec, la difficile reconnaissance du rôle des femmes dans la construction des sciences sociales tout en montrant pourtant leur présence dans ces mêmes réseaux. Les femmes n’étaient donc pas absentes des sciences sociales, elles y étaient même dès leur fondation. Il devient dès lors nécessaire d'interroger le regard ou la façon même d’étudier l’histoire de la sociologie qui ne semble pas permettre la reconnaissance des femmes dans la construction d’un savoir en émergence. Ce qui est en plus assez paradoxal pour la sociologie comme étude des relations sociales, c’est que les hommes pensent théoriquement ces relations alors que les femmes les entretiennent. Hélène Charron montre bien cette division sexuelle du travail dans la séparation progressive au Québec entre la sociologie et le travail social.

10Nous connaissons donc très peu les « conditions sociales » de production de la sociologie, parce que les sociologues considèrent que les sociabilités premières appartiendraient principalement au monde de l’intime. Ces impensés sont liés probablement aux propriétés mêmes de l’espace scientifique, notamment à la composition démographique et à la proportion entre les hommes et les femmes. Un espace sociologique largement occupé par des hommes qui, en plus, s’occupent très peu des tâches domestiques, de l’éducation et des soins apportés aux enfants est sans doute moins propice à l’analyse des conditions familiales de la production de leur connaissance.

11La manière d’étudier la production scientifique est sans doute aussi liée au fait que le dévoilement des conditions sociales de cette même production renvoie à des rapports de pouvoir et relativise en même temps le caractère exceptionnel d’individualités en quelque sorte détachées des relations sociales. Serait-il possible de réaliser une recherche de ce genre sur les sociologues d’aujourd’hui en enquêtant par exemple sur l’organisation de leur vie domestique et sur la division sexuelle des tâches ?

12Il est vrai que le chercheur qui souhaite décrypter l’organisation de son propre milieu risque d’être plus suspect que celui qui étudie le passé. Comment peut-il faire une recherche « désintéressée » lorsqu’il est en compétition avec ses collègues pour l’obtention de subventions de recherche, pour le recrutement d’étudiants, etc. ? Cette façon de concevoir la science est toutefois réductrice en ce qu’elle assimile ou réduit la logique cognitive à la logique instrumentale. Si la recherche est bien une pratique de définition et d’imposition de normes pour définir le champ scientifique, elle est aussi le résultat d’un travail de connaissance par des sociologues enracinés dans des rapports sociaux et les rapports économiques ou politiques sont l’un de ces rapports et non les seuls.

  • 2 Sur le caractère localisé (et non local) de la connaissance, voir particulièrement la sociologue ca (...)

13L’« originalité » du propos qui tente d’articuler l’appartenance familiale et le travail professionnel renvoie de ce fait plus généralement à l’état présent des rapports sociaux, notamment dans les transformations des relations entre les hommes et les femmes. Cette étude aurait pu difficilement apparaître dans les décennies précédentes, tant l’espace domestique (privé) demeurait plutôt invisible ou « invisibilisé » par les sociologues, considéré en quelque sorte comme une spécialité féminine à la fois dans le social et dans le sociologique, à travers des sociologies dites spécialisées (sociologie de la famille, des rapports sociaux de sexe, etc.). Il n’est pas tant important de déplorer ici les limites, ou les « biais  » de cet état antérieur de la recherche ni d’accentuer le caractère novateur de notre époque, mais bien plus de prendre acte de ce caractère localisé de la connaissance qui n’est en rien réductible à l’individualité de l’auteur et renvoyant bien à une vie de relations, objet même de la sociologie 2.

  • 3 Je reprends cette expression de Gilles Laferté (2009).

14L’objectif premier est donc de proposer un décentrement de l’espace public, institutionnel ou « officiel » pour aborder plutôt l’articulation entre le privé et le public. En complément à ces trois approches que nous pourrions qualifier d’« institutionnelles » en ce qu’elles se centrent principalement sur les institutions universitaires, politiques et médiatiques, ou encore sur les espaces publics/professionnels, j’élabore, dans Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition, une ethnographie historique de la pratique scientifique qui montre l’enracinement social plus large du travail de connaissance 3.

15L’enjeu central est de savoir ce que nous entendons plus précisément par les « conditions sociales de production » et la question est loin d’être simple et se résumer à un attribut unique comme le serait par exemple le fait de posséder ou non les moyens de production. L’émergence et l’évolution de la pratique scientifique sont parfois pensées en termes de « conditions sociales » (économiques, politiques, religieuses, culturelles, etc.) et de processus sociaux généraux tels que l’industrialisation et la sécularisation qui éclairent et illustrent de manière surplombante les activités concrètes. Ce travail de surplomb risque malheureusement de gommer le travail concret de connaissance des sociologues d’autrefois réduit à de grandes catégories homogénéisantes tels des courants sociologiques, historiques ou idéologiques comme la modernité, la tradition, la droite, la gauche, etc. Si nous considérons les relations sociales comme objet particulier de la sociologie, il s’agit dès lors de montrer les conditions relationnelles d'émergence de la pensée sociologique. Ces conditions sont repérables autant par l’analyse du travail professionnel que par l'analyse des relations sociales plus générales qu'entretiennent les premiers sociologues. En quoi donc les connaissances sociologiques résultent-elles justement d’un rapport au monde, sont-elles irréductiblement sociales ? En quoi la façon de vivre ses propres relations sociales rend-elle nécessaire une activité de connaissance spécifique pour les rendre intelligibles ?

  • 4 Dans le cadre restreint de ce résumé, je devrai toutefois limiter la reproduction d’extraits de cor (...)
  • 5 Pour plus de développement concernant la sociologie de la connaissance, voir entre autres Gilles Ho (...)

16La pratique sociologique, d’hier à aujourd’hui, s’inscrit dans une configuration de relations sociales concrètes non réduites aux relations professionnelles. Cette configuration est concrète en ce qu’elle est reconstruite à partir des catégories empiriques (discursives) issues des activités sociales et non inscrite dans un contexte élaboré quasi exclusivement par le sociologue qui éclaire de l’extérieur les activités humaines 4. En raison même d’une épreuve empirique du réel nécessaire à toute connaissance située dans l’horizon des sciences, cette inscription n’est donc pas le simple résultat du travail unilatéral du sociologue, mais bien d’une articulation des formes sociales d’existence (la famille, l’économique, le politique, etc.) aux contenus concrets de ces formes saisissables par l’intermédiaire des systèmes symboliques et, plus précisément, des catégories discursives (de sens commun) qui en sont l’expression 5.

  • 6 La correspondance est un matériau particulièrement approprié à l’observation rapprochée des mondes (...)

17Outre le fait que le sociologue n’y soit pour rien dans leur production, la correspondance constitue un matériau privilégié pour étudier les « conditions sociales de production ». Elle permet plus facilement de sortir d’une analyse contextuelle surplombante pour aller au plus près des pratiques et des catégories cognitives qui les formalisent plus ou moins explicitement, interrogeant du même coup la question des frontières des activités sociales (familiales, politiques, économiques, scientifiques, etc.) et de leur différenciation relative 6.

La nécessité du savoir sociologique inscrite dans la différenciation des rapports sociaux

18La nécessité du savoir sociologique renvoie à la pertinence même de son objet à savoir la nécessité d’élucider les relations qui unissent les individus entre eux. Aux xixème et xxème siècles, cette nécessité est liée au problème généralisé de (re)production de la population canadienne-française, tant du côté de l’élite que des classes populaires, avec l’essor exogène d’une économie industrielle qui rend plus difficile l’intégration des individus à ceux qui n’ont pas de liens privilégiés avec les réseaux britanniques et canadiens-anglais. L’acquisition de nouvelles connaissances sur le social apparaît plus nécessaire et pertinente à partir du moment où justement les manières usuelles de faire société, d’être en relations, ne sont plus reproductibles de la même façon. Léon Gérin écrivait que les Canadiens français entraient dans le monde industriel « à leur corps défendant », qu’ils n’étaient pas ou peu préparés. Il caractérisait cette transition comme un processus de complexification sociale n’indiquant pas tant le caractère « simpliste » des sociétés d’avant que l’idée que le monde apparaît désormais plus énigmatique. Les études sociologiques fondées au Canada par Léon Gérin sont nées pour réduire en quelque sorte la distance entre l’expérience de la vie en société et le sens donné à cette même expérience.

L’élaboration d’une nouvelle carte à partir de l’espace professionnel

19L’apprentissage des nouvelles règles d’organisation sociale se manifeste entre autres par la nécessité d’une réforme de l’éducation – une « éducation nouvelle » (Ohayon et al., 2007) ou particulariste – qui entend « préparer l’enfant à la vie concrète en le rendant acteur de sa propre éducation » (Duval, 2009, p. 8) et en insistant en même temps sur « l’intelligence, le corps et l’âme » (Ottavi, 2008, p. 80). Léon Gérin souligne également l’importance au Canada de l’enseignement des sciences pour être mieux préparé à intégrer le monde en industriel en plein essor.

20Cette nécessité d’une nouvelle individualité et d’une réforme sociale de l’éducation confronte directement le clergé, principal responsable de l’éducation au Canada français. Que Léon Gérin soit considéré comme étant l’un des premiers intellectuels canadiens, en ce qu’il n’est ni un homme politique ni homme religieux, n’est peut-être pas tout à fait juste, mais indique en même temps la possibilité même de critiquer l’ordre catholique à partir d’un nouvel espace social qui n’est ni religieux ni politique, au sens strict de l’espace politique partisan et officiel (le régime parlementaire britannique). De cette différenciation relative des espaces sociaux, l’ordre religieux n’apparait plus autant absolu.

  • 7 À partir de débats contemporains en sociologie économique, Frédéric Lebaron (2009, p. 438) fait un (...)

21Ce nouvel espace « intellectuel » s’est pourtant constitué à travers l’ouverture de nouvelles possibilités professionnelles au sein même de l’appareil politique en émergence. Pour les « lettrés » qui ne disposent pas des moyens et des réseaux industriels de production capitaliste et qui ne se destinent pas aux professions libérales de plus en plus encombrées, la politique et le fonctionnariat deviennent des moyens d’existence. La croissance de l’espace politique avec un corps de spécialistes marque en même temps une séparation relative de cet espace doté de règles propres qui ne se confond d’aucune manière avec l’espace religieux, même si la plupart des fonctionnaires canadiens-français sont probablement issus des collèges classiques dirigés par les religieux. La constitution d’un espace politique qui intervient de plus en plus dans les activités sociales à travers des codes et des lois devient en quelque sorte un concurrent du religieux qui se voit dès lors contraint par des règles élaborées par les institutions politiques. La construction d’un espace politique parlementaire partisan avec des partis politiques fait émerger en même temps une catégorie de fonctionnaires (les sténographes, les traducteurs, les bibliothécaires, etc.) qui n’ont pas comme fonction première de défendre des intérêts partisans. Ce corps professionnel est attaché au politique qui lui donne ses moyens d’existence (à l’instar des professeurs) et s’en détache en partie par les fonctions qu’il occupe 7.

22À la différence du journaliste qui prend part activement à la vie politique partisane au xixème siècle, le sténographe et le traducteur occupent une position d’intermédiaire ou de médiateur. Employés par le politique sans toutefois faire de la politique, ils ont pour fonction de diffuser l’information pour construire un nouvel espace politique qui se veut plus « démocratique », « accessible » et « transparent ». Léon Gérin énumère les points de convergence de ces professions, dont l’un d’entre eux serait, à son avis, « la diversité et l’importance des intérêts à servir, ou du moins à ménager ». Ces professions ouvrent de cette façon un espace cognitif relativement différencié des intérêts politico-économiques, dans lequel « l’obstacle le plus sérieux » pour le traducteur de l’anglais au français s’avère, selon Léon Gérin, la transposition « avec une exactitude suffisante [de] l’expression anglaise imagée, métaphorique, simplement approximative, en un terme français correspondant, tout abstrait et analytique qu’il est de sa nature ».

23La nature même du processus de traduction l’amène à réaliser un travail d’explicitation et de clarification des catégories utilisées par le langage politique pour en maîtriser ou plutôt en réduire la polysémie, s’assurant en quelque sorte du contexte d’énonciation qui renvoie à l’usage des mots. Le travail de traduction n’est pas simplement technique et oblige le traducteur à saisir les usages différenciés des catégories de sens commun issues des relations sociales qui débordent le cadre retreint d’énonciation, dans le cas présent, des relations politiques.

24Ce travail de clarification de la polysémie et de l’imprécision d’un langage quotidien pour le transposer dans un langage second (abstrait et analytique) se situe au cœur même du développement de la pensée sociologique dans la visée de rendre plus transparent le monde en complexification. Léon Gérin mentionne d’ailleurs qu’un bon traducteur n’est pas celui qui transpose simplement les mots d’une langue à l’autre, mais celui qui se fait en quelque sorte « devin en psychologie sociale », alors qu’un bon sténographe doit reproduire le plus rapidement et fidèlement possible les témoignages oraux. Le sténographe s’abstient de prendre parti et réalise un travail méthodique avec un certain idéal d’exactitude, de transparence et de vérité. Observateur bien plus qu’acteur, le sténographe s’astreint à une discipline corporelle qui demande une prestesse de main et une bonne écoute, qualités essentielles au travail de l’ethnographe.

25Ce nouvel espace professionnel – qui est en même temps un nouvel espace cognitif à l’intérieur duquel naît la sociologie – se forme progressivement, dans le cas particulier de Léon Gérin, durant une période transitoire de seize ans (1887-1903), de 24 à 40 ans dans laquelle il demeure célibataire dans l’impossibilité qu’il est de reproduire des conditions d’existence lui permettant à son tour de former une famille et où il conjugue la pratique sociologique avec divers emplois salariés tels que sténographe, secrétaire particulier et finalement traducteur permanent des débats à la Chambre des communes à Ottawa.

  • 8 L’ordre religieux est en même temps dominant, pour le Canada français, et dominé à l’intérieur du C (...)
  • 9 L’historien-professeur et prêtre catholique Lionel Groulx exprime à sa manière cette indifférenciat (...)

26N’étant plus autant attaché concrètement à l’espace religieux pour sa propre survie, l’intellectuel Léon Gérin peut défendre un projet de réforme sociale contraire à l’ordre religieux « dominant » 8 lorsqu’il promeut par exemple le développement de l’initiative individuelle et la transformation en conséquence du système d’éducation. La différenciation du religieux et de l’économie n’est probablement pas assez accentuée pour permettre la transformation en profondeur du système d’éducation qui ne se réalisera que dans les années 1960, alors que Paul Gérin-Lajoie, petit-neveu de Léon Gérin, était ministre de l’Éducation 9.

  • 10 « Les sciences ne sont pas indépendantes ; elles sont toutes subordonnées sous une science plus uni (...)
  • 11 Léon Gérin à Mgr Alfred Comtois, Clairefontaine, 18 novembre 1906, AJC, Fonds Léon-Gérin, # 5457-10 (...)

27Si Émile Durkheim cherche en France à établir la légitimité de la sociologie en la distinguant de la biologie et de la psychologie, Léon Gérin en défend publiquement la pertinence dans les journaux de l’époque en la séparant de la morale et de la religion. Il sera en conflit avec des religieux qui tiennent pour la plupart à conserver l’impérialisme de leur doctrine, notamment Mgr Alfred Comtois qui lui mentionne que la science sociale ne peut être indépendante de la morale et de la théologie au risque de sombrer dans le matérialisme 10. Avec une diplomatie aiguisée, Léon Gérin exprime son désaccord s’appuyant sur une vingtaine d’années d’observation des groupements humains de l’école de Frédéric Le Play et de l’abbé Henri de Tourville et souligne que même : « l’esprit le plus puissant ou le plus subtil ne saurait déduire toutes ces connaissances d’un principe abstrait ou des enseignements de l’Église » 11. La déduction à partir de principes abstraits (la doctrine sociale de l’Église) n’est plus en mesure de nous guider dans un monde en complexification, d’où la nécessité de recourir à l’observation méthodique. S’appuyant toujours sur les idées de l’abbé de Tourville, Léon Gérin tente de justifier ses idées nouvelles en concevant une théorie sociologique de la connaissance dans laquelle le sujet prend une part active, ce qui le marginalisera au sein même de son groupe de La Science sociale. Même s’il continue à défendre de manière quasi obsessionnelle le type particulariste, la définition même de celui-ci oscillera du développement de l’initiative individuelle à la faculté d’observation réalisée par un sujet actif.

  • 12 L’École des sciences sociales voit le jour en 1932 et ne donne au départ que des cours du soir. Ell (...)

28Cette séparation de la morale religieuse de la pensée sociologique s’inscrit plus tardivement dans les institutions universitaires. Il faut attendre encore une trentaine d’années pour qu’un religieux d’ailleurs, le dominicain Georges-Henri Lévesque, fonde l’École des sciences sociales de l’Université Laval 12.

29Le travail intellectuel ou politique de délimitation de l’objet de connaissance (la reconnaissance) est en outre un travail de réduction de la réalité humaine désormais devenue une réalité sociale non réductible à une réalité morale ou catholique et cette réalité chez Léon Gérin est celle des groupements humains.

Le territoire différencié des groupements sociaux

30Rien au départ ne semblait indiquer une quelconque bifurcation dans la trajectoire de Léon Gérin qui emprunte en réalité le même chemin que plusieurs Canadiens français instruits en terminant son cours classique au collège de Nicolet et en passant son Barreau en 1885. Cette bifurcation s’inscrit dans une configuration relationnelle particulière dans laquelle les femmes occupent un rôle central et en particulier sa mère qui devient rentière à la suite de la mort de son mari. Léon Gérin avait alors 19 ans et décide définitivement d’abandonner son projet de vocation religieuse, de demeurer près de sa mère et de poursuivre son travail sténographique. Dans ses années de collège, sa mère l’avait déjà mis en garde à propos d’une vocation religieuse, refusant notamment une retraite qu’il voulait faire chez les Jésuites en prétextant sa fragile constitution. Elle l’encourage au contraire dans son projet d’études scientifiques à Paris, au grand désarroi de son frère ainé qui ne saisit pas l’utilité d’une formation scientifique au Canada, l’encourageant à revenir au droit ou à se trouver une riche héritière qui le fera vivre. Ce goût des sciences émane sans doute de l’enseignement que Léon Gérin reçoit des religieux au collège et sera consolidé par son séjour parisien où il s’inscrit à plusieurs cours offerts gratuitement au Museum d’histoire naturelle du Jardin des Plantes et à la Sorbonne. Ce n’est que vers la fin de son séjour de six mois qu’il découvre « par hasard » l’annonce d’un cours de science sociale donné par Edmond Demolins à la Société de géographie du boulevard Saint-Germain. Il laisse progressivement tous ses cours pour se concentrer uniquement sur la science sociale.

  • 13 « Nos examens auront donc lieu comme d’ordinaire au commencement de juillet. J’ai hâte. J’ai hâte d (...)
  • 14 L’expression est de Léon Gérin et indique que rares sont les journaux de l’époque qui n’appartienne (...)
  • 15 Concentrés dans la colonie de la Rivière-Rouge, au sud du Manitoba dans l’Ouest canadien, et descen (...)
  • 16 Léon Gérin à Augustin Léger, Ottawa, Canada, le 7 janvier 1911, 5482-14.

31À ce goût des sciences s’ajoute un dégoût de la politique – et de son extension qu’est le droit – qui remonte à ses années de formation académique et qui a été consolidé dans la durée à travers ses relations familiales 13. Léon Gérin a bien songé un certain temps à devenir journaliste après avoir mis un trait sur la profession de prêtre, même après une expérience de correspondant pour un « journal ministériel » 14 lors de son séjour parisien, de laquelle il est sorti avec amertume, constatant que le journal est favorable à la pendaison du Métis Louis Riel pour crime politique 15. Dans une lettre à Augustin Léger, hommes de lettres et traducteur, Léon Gérin écrit en 1911 qu’il est « tout à fait détaché de la vie politique dont les bruits ne [lui] arrivent que de loin » 16.

32Outre son oncle Denis Gérin, curé de paroisse, qui l’a toujours soutenu dans son travail sociologique tout en le prévenant des risques qu’il pourrait encourir s’il critiquait trop fortement le clergé, ce sont les femmes de sa famille qui ont joué un rôle central tant dans la production et la reproduction des conditions matérielles et intellectuelles que dans la valorisation de la sociologie et la critique de la politique. Elles entretiennent à la fois les relations domestiques et familiales en plus des relations professionnelles. Elles lisent, discutent et dactylographient les travaux sociologiques de Léon Gérin, en font la promotion à travers leurs propres réseaux familiaux et alliés, notamment lors de soirées qu’elles organisent.

33L’entrelacement des réseaux familiaux et sociologiques se manifeste à plusieurs occasions. Au Canada, c’est essentiellement à l’intérieur de l’espace familial que Léon Gérin développe sa pensée, en particulier sa mère et ses sœurs avec qui il échange régulièrement, même ses échanges épistolaires à contenu sociologique ont tendance à suivre les canaux familiaux à travers les réseaux de son oncle Denis Gérin. Si le développement de sa pensée sociologique avec ses collègues européens ne peut suivre cette même ligne, la nature même des relations qu’il développe se rapproche des relations familiales. Outre la relation avec son maître Edmond Demolins, des élèves de ce dernier qui se décident à parfaire leur formation particulariste en Amérique sont régulièrement hébergés par la famille Gérin (chez Léon, son frère, sa mère et son oncle) et deviennent ensuite des correspondants réguliers même après les deux guerres mondiales et sont ceux avec qui Léon Gérin entretiendra une relation épistolaire plus longue.

34Il est enfin révélateur de constater qu’à la formation d’une vie matrimoniale en 1903 correspond en même temps une activité sociologique intense manifestée, entre autres, par le nombre de lettres échangées entre Léon Gérin et ses collègues européens comme si, justement, la vie familiale renforçait la vie sociologique. Il faut mentionner que les morts successives en 1903 et 1907 d’Henri de Tourville et d’Edmond Demolins, les deux fondateurs de La Science sociale, révèlent les conflits latents au sein de leur groupe. Dans une longue série d’échanges épistolaires avec les nouveaux représentants de son école, Léon Gérin entend montrer l’objectivité des groupements sociaux, c’est-à-dire qu’il « n’est pas [à son avis] de phénomène social plus général, plus universel, plus essentiel que celui du groupement. [Qu’i]l n’est guère d’acte tant soit peu important de la vie humaine qui ne présuppose un groupement quelconque » (Gérin, 1905, p. 74).

35Est-ce un hasard si cette « découverte » arrive en même temps qu’éclate leur propre groupe de La Science sociale ? Est-ce un hasard si l’objectivité du groupement lui est révélée au moment même où sa femme fait une fausse-couche ? Ne sont-ce pas des moments de crise ou des moments de transition individuels et collectifs – je pense aussi à son épisode de dépression nerveuse d’avril 1889 où il fait encan et met sa terre en location – qui rappellent en quelque sorte la fragilité de la vie et plus spécifiquement la fragilité des relations sociales et des groupes sociaux ? Qui rappellent que l’individu ne peut vivre et exister qu’à certaines conditions ? Que ces conditions renvoient à des relations d’interdépendance dans lesquelles nous sommes inévitablement enracinés ? À partir de ce moment dépressif, les nouvelles de sa ferme sont plus rares, Léon Gérin s’y rend moins souvent et entreprend sa production sociologique, notamment par sa série « Monographie du Canada ». Ses réflexions théoriques et épistémologiques atteindront un sommet durant la grossesse de sa femme et au moment de la naissance de leur premier enfant. Autant de coïncidences laissent à penser qu’il ne s’agit justement pas d’un hasard, quoiqu’il ne faille pas non plus pour autant y voir des « stratégies », comme on a souvent tendance aujourd’hui à le voir rétrospectivement à partir de catégories de l’économie capitaliste, comme si les activités de Léon Gérin étaient le résultat d’un programme et d’un calcul explicite entre des moyens et des fins.

⃰⃰⃰ ⃰ ⃰

36Ne procédons-nous pas encore aujourd’hui de cette différenciation des espaces sociaux (familiaux, économiques, politiques, etc.) ? N’est-elle pas d’ailleurs encore plus « accusée » qu’au xixème siècle, donnant ainsi à penser que nous vivons aujourd’hui dans un monde de plus en plus homogénéisé par la reconduction de cette différenciation des espaces et des groupes sociaux ? Ce n’est pas que le monde est en soi homogène, mais qu’il est peut-être davantage cloisonné par une séparation-spécialisation plus poussée. Les intellectuels d’aujourd’hui ne vivent-ils pas davantage dans un entre soi, dans leur monde avec leur monde, dans des quartiers relativement aisés tandis que leurs enfants fréquentent des écoles privées ou des écoles publiques internationales où ils rencontrent leurs semblables ? Il est fascinant d’observer chez Léon Gérin un rapport distancié au politique, qu’il distingue de la sociologie, malgré le fait que la majeure partie de son temps professionnel se déroule dans l’espace politique institutionnalisé, à la différence relative des sociologues d’aujourd’hui rémunérés et subventionnés par les pouvoirs politiques. Ce rapport distancié au politique est-il aujourd’hui possible compte tenu de l’organisation de la recherche universitaire et de son programme de subventions ?

37Même si ces interprétations sont des hypothèses à étudier plus directement, elles pointent vers un état actuel des rapports sociaux qui ne se limite pas, me semble-t-il, aux chercheurs, et qu’il faudrait mieux approfondir pour éviter que cette différenciation, dans la séparation des espaces et des groupes qu’elle produit, soit un terreau fertile pour la méconnaissance d’autrui favorisant l’intolérance et la remontée des extrêmes telle que nous l’observons peut-être actuellement. Comment recevoir et comprendre le point de vue d’autrui si nous n’avons que peu d’idées des espaces sociaux à partir desquels il l’élabore ?

38La célébration du culte de la personnalité à travers la construction de « génies » et de « grands hommes » immortalisés par des bustes et des statues masque l’infrastructure relationnelle dans la formation de toute individualité. Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition tente de s’inscrire dans un projet de connaissance sociologique loin des approches englobantes, totalisantes et transcendantes des grands récits des « hommes d’exception » et des « génies ». Considérer l’intellectuel comme un être à part en le transformant en quelque sorte en surhumain ne conduit-il pas justement à l’extraire des relations sociales qui constituent pourtant notre commune humanité ? Plus les historiens de la sociologie vont limiter leur champ d’étude ou d’observation à leur propre espace disciplinaire ou professionnel, plus ils réduiront, par le fait même, leur place dans le monde et leur pertinence sociale.

Haut de page

Bibliographie

Charron H. (2013), Les Formes de l’illégitimité intellectuelle. Les femmes dans les sciences sociales françaises, 1890-1940, Paris, CNRS Éditions.

Charron H. (2014), « Mémoires disciplinaires et pratiques scientifiques : usages de la monographie en sociologie et en service social à l’Université Laval, 1943-1965 », Recherches sociographiques, vol. 55, n° 2, pp. 275-300.

Dumont F. (1993), Genèse de la société québécoise, Montréal, Éditions Boréal.

Dumont F. (2000), « Autour de Genèse de la société québécoise », dans Cantin S. (entretiens colligés et présentés par), Fernand Dumont, un témoin de l'homme, Montréal, Éditions Hexagone.

Duval N. (2009), L’École des Roches, Paris, Éditions Belin.

Fabian J. (2006 [1983]), Le Temps et les autres : comment l'anthropologie construit son objet, Toulouse, Éditions Anacharsis.

Gagnon N. (1988), « Le département de sociologie, 1943-1970 », dans Faucher A. (dir.), Cinquante ans de sciences sociales à l’Université Laval. L’histoire de la Faculté des sciences sociales (1938-1988), pp. 75-130.

Gérin L. (1905), « La vulgarisation de la science sociale chez les Canadiens français », Mémoires de la Société royale du Canada, 2ème série, vol. XI, pp. 67-87.

Houle G. (1982), « Parenté et politique méthodologiques », Sociologie et sociétés, vol. 14, n° 1, pp. 97-111.

Houle G. (1987), « Le sens commun comme forme de connaissance : de l’analyse clinique en sociologie », Sociologie et sociétés, vol. 19, n° 2, pp. 77-86.

Laferté G. (2009), « L'ethnographie historique ou le programme d'unification des sciences sociales reçu en héritage », dans Burton F. & N. Mariot, Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, Presses universitaires de France, pp. 45-68.

Lamonde Y. (1994), « Les "intellectuels" francophones au Québec au XIXème siècle : questions préalables », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 48, n° 2, pp. 153-185.

Lamonde Y. (2000), Histoire sociale des idées au Québec, 1760-1896, Montréal, Éditions Fides.

Lamonde Y. (2004), Histoire sociale des idées au Québec, 1896-1929, Montréal, Éditions Fides.

Lamonde Y., Bergeron M.-A., Lacroix M. & J. Livernois (2015), Les Intellectuel.es au Québec. Une brève histoire, Montréal, Éditions Del Busso.

Lebaron F. (2009), « Ethos capitaliste, éthos de classe. Quelques remarques autour des notions d’éthos, habitus et sens moral », dans Gauthier C. & S. Laugier (dir.), Normativité du sens commun, Paris, Presses universitaires de France, pp. 433-443.

Legaré A., (2017), Le Québec, une nation imaginaire, Montréal, Presses universitaires de Montréal.

Lemieux V. (1971), Parenté et politique à l’Île d’Orléans, Québec, Presses de l’Université Laval.

Ohayon A., Ottavi D. & A. Savoye (dir.), (2007) L’Éducation nouvelle : histoire, présence et devenir, Berne, Éditions Peter Lang.

Ottavi D. (2008), « Henri de Tourville et l'éducation particulariste », Le Télémaque, vol. 33, n° 1, pp. 75-82.

Ramognino N. & P. Vergès (dir.) (2005), Sociologie et cognition sociale, Aix-en-Provence, Publications de l'Université́ de Provence.

Sabourin P. (1993), « La régionalisation du social. Une approche de l’étude de cas en sociologie », Sociologie et sociétés, vol. 25, n° 2, pp. 69-91.

Smith D. (2018 [2005]), L'Ethnographie institutionnelle : une sociologie pour les gens, Paris, Éditions Economica.

Warren J.-P. (2003), L’Engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone (1886-1955), Montréal, Éditions Boréal.

Haut de page

Notes

1 Le politique ne se réduit pas par ailleurs à l’espace politique officiel ou institué (la politique) tel que le régime parlementaire britannique ; ce qui est particulièrement le cas pour les sociétés colonisées comme le Québec, que certains ont parfois qualifié de « société tronquée » ou de société sans État, alors qu’autrefois la paroisse était un lieu d’investissement politique très intense, comme en témoignent par exemple la vive concurrence lors de l’élection des marguilliers et les conflits au moment de déterminer l’emplacement de l’église. Pour des précisions, voir Vincent Lemieux (1971) et Gilles Houle (1982).

2 Sur le caractère localisé (et non local) de la connaissance, voir particulièrement la sociologue canadienne Dorothy Smith (2018) et Paul Sabourin (1993).

3 Je reprends cette expression de Gilles Laferté (2009).

4 Dans le cadre restreint de ce résumé, je devrai toutefois limiter la reproduction d’extraits de correspondances qui se trouvent de manière beaucoup plus substantielle dans le livre.

5 Pour plus de développement concernant la sociologie de la connaissance, voir entre autres Gilles Houle (1987), Nicole Ramognino et Pierre Vergès (2005) et l’anthropologue Johannes Fabian (2006).

6 La correspondance est un matériau particulièrement approprié à l’observation rapprochée des mondes familiers, d’autant plus que le fonds d’archives de Léon Gérin comprend près de 3 000 lettres échangées depuis les années 1870 jusqu’à la fin des années 1940, et que la correspondance familiale occupe une place privilégiée avec près de 70% de l’ensemble des lettres. C’est dire aussi que nous avons là un trésor d’informations qui couvre pratiquement toute la vie du sociologue depuis l’âge de 7 ans jusqu’à 86 ans, deux ans avant sa mort. Dans le premier tome, j’analyse à peine 28% des lettres (851) depuis les années de jeunesse de Léon Gérin jusqu’à la naissance d’un premier enfant à 48 ans. Les autres lettres sont pour un second tome.

7 À partir de débats contemporains en sociologie économique, Frédéric Lebaron (2009, p. 438) fait un rapprochement similaire entre l’espace bureaucratique et l’espace scientifique à partir d’une distinction de l’espace capitaliste en ce que les deux seraient caractérisés par un éthos « désintéressé » valorisant des « comportements détachés de la recherche de gain monétaire (sans pour autant être dénués de toute forme d’intérêt ».

8 L’ordre religieux est en même temps dominant, pour le Canada français, et dominé à l’intérieur du Canada en ce qu’il est le corollaire de la Conquête britannique de 1759. Fernand Dumont soutenait qu’à la suite de la Conquête, les Canadiens français, à défaut de posséder les moyens de production capitaliste, s’exilent dans un univers parallèle, celui de la spéculation et du rêve. Ainsi, la Conquête aurait pu avoir comme effet de créer des univers parallèles entre le politico-économique (dominés par les Britanniques) et le culturel (pris en charge par l’Église), dont la frontière se serait érodée avec l’appropriation politique et économique des Canadiens français lors de la Révolution tranquille des années 1960. À partir du moment où cette situation de domination se transforme (pas forcément qu’elle disparait, voir à cet égard Anne Legaré, 2017), la manière même de se définir culturellement se transforme (de Canadien français à Québécois, par exemple).

9 L’historien-professeur et prêtre catholique Lionel Groulx exprime à sa manière cette indifférenciation de l’économie du religieux : « Je crois comme vous que nous avons manqué de perspicacité en ne créant pas un mode d’éducation plus approprié aux nécessités actuelles et aux champs nouveaux qui s’ouvrent à l’activité canadienne. Mais je me rends peu compte de l’incapacité du prêtre à faire œuvre d’éducation, à cause de sa formation trop spéciale et du prétendu souci qu’il aurait de pourvoir tout d’abord au recrutement du clergé. Du jour où l’on aura créé le nouveau type d’écoles – et il me semble qu’on est très en route – je ne vois pas comment le prêtre ne pourrait pas former les industriels, comme il forme aujourd’hui les futurs négociants et homme d’affaires » (Lettre de Lionel Groulx à Léon Gérin, Collège de Valleyfield, 9 octobre 1906, Archives des Jésuites au Canada [AJC], Fonds Léon-Gérin, # 5446-5).

10 « Les sciences ne sont pas indépendantes ; elles sont toutes subordonnées sous une science plus universelle qui leur fournit leurs principes : c’est la philosophie. Quant à la science sociale, qui n’est pas simplement une science d’observation, une science spéculative, comme la science de l’histoire, mais une science pratique destinée à régler nos actions, elle appartient à la morale comme la partie appartient au tout (Mgr Alfred Comtois qui souligne à Léon Gérin, Trois-Rivières, novembre 1906, AJC, Fonds Léon-Gérin, # 5457-9).

11 Léon Gérin à Mgr Alfred Comtois, Clairefontaine, 18 novembre 1906, AJC, Fonds Léon-Gérin, # 5457-10).

12 L’École des sciences sociales voit le jour en 1932 et ne donne au départ que des cours du soir. Elle devient en 1943 le Département de sociologie et de morale sociale, jusqu’en 1951 où le département devient alors le Département de sociologie (Gagnon, 1988 ; Warren, 2003).

13 « Nos examens auront donc lieu comme d’ordinaire au commencement de juillet. J’ai hâte. J’ai hâte d’être débarrassé de ces examens de droit. Depuis que je suis au monde, je n’ai fait que subir des examens : quel débarras quand ça sera fini. Avec cela que le droit ne m’amuse guère, je vous assure ! Je l’ai étudié par occasion, parce qu’il était facile de le faire tout en faisant de la sténographie ; mais une fois reçu, je pense que je n’aurai pas de rapports bien intimes avec le Code et les statuts. Que ferai-je ? Du journalisme ? On m’en décourage, et le fait est que le journalisme de parti est une chose peu engageante. Le nec plus ultra du journaliste de ce temps-ci paraît être celui qui crie le plus d’injures et qui jette le plus de bave. Souffrirait-on dans un journal quelqu’un qui voudrait être modéré dans la lutte et impartial dans ses écrits ? Je fais des plans. L’envie d’aller en Europe passer une année ou deux me reprend. Je partirais au printemps de 1886. Qu’en dites-vous ? Avec 1000 $ combien puis-je rester de temps à Paris ? » (Lettre à son oncle, Montréal, 16 mai 1885, 5359-17).

14 L’expression est de Léon Gérin et indique que rares sont les journaux de l’époque qui n’appartiennent pas aux partis politiques, à l’exception peut-être du journal La Vérité fondé en 1881 à Québec. Rattaché dès ses débuts au Parti canadien de Louis-Joseph Papineau qui demande notamment le gouvernement responsable, La Minerve sera ensuite rattachée au Parti conservateur du Canada jusqu’à sa défaite lors de l’élection de 1896 qui annonce la mort du journal trois ans après, en 1899.

15 Concentrés dans la colonie de la Rivière-Rouge, au sud du Manitoba dans l’Ouest canadien, et descendants de commerçants francophones et anglophones de fourrure mariés avec des Autochtones, les Métis se rebellent pour la reconnaissance de leurs droits territoriaux qu’ils estiment bafoués depuis l’annexion de leur territoire au Canada avec la création de la province du Manitoba en 1870.

16 Léon Gérin à Augustin Léger, Ottawa, Canada, le 7 janvier 1911, 5482-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Parent, « Grand résumé de Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2018 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/12530

Haut de page

Auteur

Frédéric Parent

Université du Québec à Montréal, Montréal, Qc., Canada - parent.frederic@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search