Navigation – Plan du site
Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition

Sur l’ethnographie historique du premier sociologue québécois

Discussion de l’ouvrage de Frédéric Parent Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2018
Jacques Hamel

Notes de la rédaction

NDLR : Le Grand résumé est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/12530 et la discussion par Pascale Bédard à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/13047

Texte intégral

  • 1 Voir le numéro spécial de Recherches Sociographiques dans lequel des sociologues et intellectuels o (...)

1Frédéric Parent joue de paradoxe dans l’entreprise qu’il expose ici sous la rubrique des Grands résumés. En effet, il fait d’abord état de l’histoire sociologique qu’il s’emploie à mettre au point afin de pouvoir « enquêter sur le passé sociologique [en] s’éloign[ant] du récit historique, chronologique et événementiel » des sujets d’étude, comme en l’occurrence des penseurs en sociologie, avec l’intention d’exhiber « l’articulation des connaissances sociologiques aux expériences diversifiées de la vie en société » des figures de proue de la discipline 1. Sur l’élan, il mobilise son approche pour étudier le cas du premier sociologue québécois et canadien qu’est Léon Gérin. Le paradoxe tient à ce que cette approche – en pointe avec les développements de la sociologie à l’ère de l’individualisation – soit mise en œuvre pour rendre raison des qualités associées à la personne de Léon Gérin à une époque où celles-ci se dissimulaient à sa conscience même, tout comme du reste à la connaissance de ses partisans et des lecteurs de son œuvre.

2L’ethnographie historique dont Frédéric Parent se veut l’auteur ne manque pas d’intérêt en ce sens. Elle permet, ainsi qu’il le souligne lui-même, de « questionner l’état des rapports sociaux dans une société et plus précisément l’hypothèse de la différenciation des rapports sociaux ».

L’ethnographie historique comme innovation méthodologique

3La forme du Grand Résumé contribue sans doute à passer sous silence d’autres perspectives théoriques qui, comme l’ethnographie historique, cherchent à envisager l’histoire de la discipline en marge des trois orientations citées dans le texte, en vertu desquelles l’« espace privé » est largement subordonné aux « espaces institutionnel et professionnel » : l’histoire axée sur le processus d’institutionnalisation de la sociologie, sur le développement des théories et des courants sociologiques et finalement sur des idées ou des intellectuels qui ont donné corps à la discipline.

4L’ethnographie historique semble à certains égards s’inscrire dans le courant de la sociologie clinique animée par Vincent de Gaulejac qui, pendant des années, a invité à tour de rôle les figures de premier plan de la sociologie française à témoigner de leur passé afin de dessiner en leur compagnie leur itinéraire personnel, le paysage intellectuel et le contexte social grâce auxquels ont germé – nimbés par leur vie privée – les objets, les concepts et les méthodes qui forment leurs théories respectives (Gaulejac de, 2007). Se pliant de bonne grâce à l’exercice, Alain Touraine s’est ainsi déclaré « toujours préoccupé par les relations, le va-et-vient entre vie personnelle et vie professionnelle. On pourrait dire qu’une activité de production intellectuelle est un contenu lié à la personnalité d’un auteur, un milieu de réception et des médiateurs. De ces trois éléments dépend le sort d’une œuvre » (Touraine, 2007, p. 209).

5Elle n’est pas non plus étrangère à l’« objectivation du sujet objectivant » (voir notamment Bourdieu, 2001 et 2003) sous les traits de l’auto-analyse à laquelle s’est livré Pierre Bourdieu aux derniers moments de sa vie (Bourdieu, 2004). L’exercice, on le sait, consiste pour les sociologues à « retourner vers soi » la théorie sociologique, celle de cet auteur, afin de pouvoir prendre acte de toutes les déterminations personnelles, institutionnelles et professionnelles susceptibles « d’expliquer d’abord pour soi-même » la position occupée dans l’orbite sociologique qu’il conçoit comme champ. Sous certains de ses aspects, l’ethnographie historique n’est pas non plus sans rapport avec la « biographie sociologique » que privilégie Bernard Lahire afin d’expliquer l’œuvre de Franz Kafka en cherchant à conjuguer vie privée et vie publique – habituellement envisagées sur deux plans séparés en sociologie – en « cherchant à entrer dans la chair même de ses œuvres » révélée par l’expérience intime de son auteur (Lahire, 2010).

6La référence à ces entreprises aurait été utile pour connaître les clés – théoriques et méthodologiques – de l’ethnographie historique mobilisée pour rendre raison des secrets ressorts de l’œuvre de Léon Gérin.

7Il aurait été également pertinent d’envisager l’ethnographie historique sur le plan proprement sociologique. En effet, l’histoire sociologique capable d’embrasser les « expériences diversifiées de la vie en société » a certainement partie liée avec l’individualisation ou la subjectivation en acte de nos jours et responsable de l’entrée dans la modernité génératrice, selon François Dubet, de la « distance subjective » nécessaire pour considérer l’« espace privé » dans lequel tout individu « bricole » sa vie, comme intellectuel dans le cas de Léon Gérin. Sous ce chef, non seulement l’ethnographie historique trouve son originalité, mais elle donne son éclat à l’étude de Léon Gérin sous la lorgnette de l’« espace domestique (privé) » « invisibilisé » par les sociologues.

Le Québec en mutation et son étude

8Se pencher sur la personne de Léon Gérin se révèle d’abord un choix judicieux puisque, en tant que premier sociologue québécois, il s’est évertué à expliquer la société en passe de changer sous ses yeux. Il est vrai que le Québec rural de son époque se mue sensiblement en une société industrielle largement gouvernée par le capital étranger. L’industrie s’impose aux Canadiens français du temps sous le coup d’une domination économique incarnée par la figure tutélaire des riches propriétaires privés anglo-saxons, venant compliquer la vie de « la population canadienne-française, tant du côté de l’élite que des classes populaires, avec l’essor exogène de [cette] économie industrielle qui rend plus difficile l’intégration des individus à ceux qui n’ont pas de liens privilégiés avec les réseaux britanniques et canadiens-anglais ». Bref, la vie sociale se différencie sous les traits d’« espaces » conçus théoriquement comme public et privé. Il n’est donc rien d’étonnant à voir surgir une personnalité intellectuelle comme Léon Gérin, chargé, dans ces conditions, d’expliquer sous l’optique sociologique – celles d’Edmond Demolins et Frédéric Le Play – les mutations sociales à l’œuvre afin de « réduire en quelque sorte la distance entre l’expérience de la vie en société et le sens donné à cette même expérience » à l’échelle individuelle, comme Frédéric Parent le note pertinemment.

9Léon Gérin s’attelle à cette tâche sans même bénéficier du titre de sociologue puisque, en tant que fonctionnaire fédéral, il conduit en dilettante ses premières études sociologiques. En sa qualité de sténographe et de traducteur, il occupe toutefois la profession, voire la position requise pour « ouvrir un espace cognitif relativement différencié des intérêts politico-économiques » en acte dans cette société en voie de changement. Le partisan de l’histoire sociologique qu’est Frédéric Parent n’insiste toutefois pas suffisamment sur le fait qu’évoluer dans la fonction fédérale canadienne contribuait à individualiser la personne de Léon Gérin qui, en tant que Canadien français, pouvait difficilement s’intégrer à la société canadienne-anglaise. Son poste, comme fonctionnaire fédéral, lui procurait en revanche la position idéale pour fournir à ses compatriotes francophones « le sens nécessaire à l’expérience de la vie sociale » désormais axée sur « le monde industriel moderne », dans lequel ils « entrent à leur "corps défendant" » du fait qu’ils évoluent parallèlement aux « réseaux britanniques et canadiens-anglais ».

10La « réforme de l’éducation » apparaît aux yeux de Léon Gérin comme la clé nécessaire pour se soustraire de la mainmise étrangère et, pour lui, cela requiert d’emblée « l’enseignement des sciences afin d’être mieux préparé à intégrer le monde industriel en plein essor », dans lequel les Canadiens français évoluent pour l’instant à la marge, mais qu’ils doivent se résoudre à connaître pour y agir de leur propre chef. La sociologie, pourquoi pas, représente une de ces sciences puisqu’elle pourrait leur fournir « la distance requise entre l’expérience de la vie en société et le sens donné à cette même expérience » et, ainsi, les aider à comprendre et à expliquer les mutations sociales en vertu desquelles le Canada français devient la société québécoise, relativement affranchie de ces mêmes « réseaux britanniques et canadiens-anglais ».

L’œuvre de Léon Gérin sous l’œil de son contemporain

11À sa manière, par son important ouvrage, ici trop vite résumé, Frédéric Parent vient boucler la boucle. En effet, il montre d’abord la pertinence et la fécondité de l’œuvre de Léon Gérin pour comprendre le Québec en transition de la société traditionnelle à la société moderne, passage assorti, dans ce cas, de son affranchissement du joug de l’industrialisation anglo-saxonne en son sein. L’éducation, « l’apprentissage de nouvelles règles d’organisation sociale », devient ainsi le vecteur de cette transformation. La réforme de l’éducation constitue d’office un « espace politique » « qui intervient de plus en plus dans les activités sociales à travers des codes et des lois [et] devient en quelque sorte un concurrent du religieux qui se voit dès lors contraint par des règles élaborées par les institutions politiques ». Elle fait naître du même coup un « espace cognitif » générateur d’une élite intellectuelle de laquelle surgit Léon Gérin, sociologue, fort des idées de l’abbé de Tourville, désireux d’élaborer « une théorie sociologique de la connaissance dans laquelle le sujet prend une part active » afin de convaincre ses compatriotes d’être les agents responsables du développement économique et social de cette société que représente le Québec francophone et ouvrant la voie à la pensée sociologique capable d’alimenter l’action politique et sociale.

12Sans la réduire à une relation de cause à effet, Frédéric Parent ne se fait pas faute de montrer combien la théorie sociologique germe, chez Léon Gérin, dans le giron de sa famille, à « l’intérieur de l’espace familial […], en particulier [auprès de] sa mère et ses sœurs avec qui il échange régulièrement, même ses échanges épistolaires à contenu sociologique ont tendance à suivre les canaux familiaux à travers les réseaux de son oncle Denis Gérin ». Sa femme, épousée sur le tard, joue également un rôle crucial, mais en arrière-plan, comme le veut l’époque, dans la formation de son œuvre. Si aujourd’hui cela peut faire sourire, notre auteur révèle par exemple combien « la formation de sa vie matrimoniale en 1903 correspond en même temps à une activité sociologique intense manifestée, entre autres, par le nombre de lettres échangées entre Léon Gérin et ses collègues européens comme si, justement, la vie familiale renforçait la vie sociologique ».

13Or, si les mutations sociales à l’œuvre au Québec contribuent à l’émergence de la figure individuelle de l’intellectuel public, en l’occurrence sociologue, corollaire à l’émancipation des Canadiens français en voie de devenir les agents d’une force collective, cette individualisation ne manque pas d’engendrer dans la pensée sociologique une différenciation des espaces sociaux en rien théorique, c’est-à-dire produite à des fins analytiques, mais génératrice d’une séparation réelle responsable d’une spécialisation nuisible à la vie intellectuelle et universitaire. Elle contribue en somme à « considérer l’intellectuel comme un être à part en le transformant en quelque sorte en surhumain » susceptible de « l’extraire des relations sociales qui constituent pourtant notre commune humanité ». En d’autres termes, elle « masque l’infrastructure relationnelle dans la formation de toute individualité ». Paradoxalement, il n’en reste pas moins qu’au fil de son histoire, la sociologie au Québec a tiré bénéfice de cette spécialisation, puisqu’en avançant dans le temps, la discipline parvient, non sans mal, à se « séparer de la morale religieuse », étrangement sous la gouverne du dominicain Georges-Henri Lévesque, fondateur en 1932 de l’École des sciences sociales de l’Université Laval qui en deviendra dix ans plus tard le Département de sociologie et de morale sociale. Cette différenciation à l’œuvre dans le milieu intellectuel et universitaire permettra plus tard à Marcel Rioux de revenir de son exil à Ottawa, la capitale canadienne, au début des années 1960. Forcé d’exercer son métier d’anthropologue dans la fonction publique fédérale, comme Léon Gérin, parce qu’athée et socialiste, il était considéré comme persona non grata à l’université, au Québec encore sous l’emprise du pouvoir religieux et conservateur. La différenciation des « espaces sociaux », frappée par la « spécialisation-séparation », poussera également les sociologues en titre vers l’action politique et sociale, comme Guy Rocher qui donnera son visage personnel à la réforme de l’éducation mise en œuvre au Québec dans le feu de la Révolution tranquille.

14Sur cette base, les interprétations que formule Frédéric Parent dans les dernières pages du résumé de son ouvrage sont discutables pour éclairer l’état actuel de la sociologie, au Québec comme ailleurs. Selon lui, de nos jours, les intellectuels, pour ne pas dire les sociologues – « viv[ant] davantage dans un entre-soi, dans leur monde avec leur monde, dans des quartiers relativement aisés » – jouiraient de moins en moins du « rapport distancé » nécessaire pour envisager le « politique » comme les rapports sociaux. La tendance viendrait ainsi gommer les « conditions sociales de production des connaissances sociologiques » et mettre en exergue leur personnalité individuelle. En bref, l’ethnographie historique de la sociologie, de ses artisans pour être clair, révélerait en toute hypothèse une inversion par rapport au contexte qui a vu fleurir l’œuvre de Léon Gérin. En effet, à son époque, les conditions sociales productrices des connaissances sociologiques éclipsaient à bien des égards les expériences diversifiées de la vie personnelle de leurs auteurs, tandis qu’aujourd’hui, inversement, la personnalité même des sociologues – répercutée par les médias – vient dissimuler les conditions sociales responsables de leurs œuvres.

15Force est de conclure que, considérant la solidité de son étude, Frédéric Parent vient d’une certaine façon lui-même valider l’ethnographie historique comme approche en sociologie destinée ici à mettre au jour les ressorts de la pensée sociologique – à l’instar de l’œuvre de Léon Gérin – redevables « aux expériences diversifiées de la vie en société », y compris forcément celles dont témoigne la vie intime. Qui ne se bornera pas à lire ce Grand résumé, mais poussera sa curiosité en lisant son ouvrage, découvrira non seulement l’actualité des connaissances sociologiques du premier sociologue québécois, du moins de certaines d’entre elles, mais aussi la pertinence de l’étude ethnographique de l’histoire de la sociologie, capable de montrer combien les connaissances produites au nom de la discipline font écho à la personne et à la vie de leurs auteurs, sociologues.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. (2001), « Objectiver le sujet de l’objectivation », dans La Science de la science et la réflexivité, Paris, Éditions Raisons d’agir, pp. 173-184.

Bourdieu P. (2003), « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 150, pp. 43-57.

Bourdieu P. (2004), Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Gaulejac de V. (dir.) (2007), Itinéraires des sociologues. Histoires de vie et choix théoriques en sciences sociales, Paris, Éditions L’Harmattan.

Lahire B. (2010), Kafka, Paris, Éditions La Découverte.

Touraine A. (2007), « Le sujet et le sociologue », dans Gaulejac de V. (dir.), Itinéraires des sociologues. Histoires de vie et choix théoriques en sciences sociales, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 209.

Haut de page

Notes

1 Voir le numéro spécial de Recherches Sociographiques dans lequel des sociologues et intellectuels ont été invités à articuler leur vie personnelle et leur pratique sociologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Hamel, « Sur l’ethnographie historique du premier sociologue québécois », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Léon Gérin, devenir sociologue dans un monde en transition, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/12542

Haut de page

Auteur

Jacques Hamel

Département de sociologie, Université de Montréal, Montréal, Qc., Canada - jacques.hamel@umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page