Navigation – Plan du site
Les élites par leurs marges : (im)perméabilité et performativité des frontières sociales

Élites, mais pas tant que ça

Comment analyser la contribution des Instituts d’études politiques de province à la stratification sociale française
Elites, but not so much. How to analyse the contribution of provincial IEP to social French stratification
Ugo Lozach

Résumés

La notion d’élites s’est imposée aux États-Unis et en Europe occidentale pour catégoriser les groupes dominants au détriment de notions alternatives, comme celle de classes supérieures. À partir d’une enquête sur les trajectoires de candidats, étudiants et diplômés d’un réseau d’établissements d’enseignement supérieur sélectifs, cet article revient sur le choix des catégories utilisées pour qualifier ces trajectoires. Il montre que la catégorie d’élites ne permet pas d’analyser précisément les positions et les mobilités des enquêtés, en raison des problèmes de définition et de circonscription qu’elle pose. Celle de classes supérieures apparaît mieux adaptée, car issue d’une tradition statistique et sociologique mieux établie en France.

Haut de page

Texte intégral

Introduction. Définition, circonscription et formation des élites

  • 1 En toute rigueur empirique, cet article porte sur le contexte français. Mais dès lors que la sociol (...)
  • 2 Dans La Noblesse d’État, c’est toujours de manière critique et avec la précaution des guillemets qu (...)
  • 3 Il serait à ce titre intéressant de tester l’hypothèse d’une homologie entre la position des élites (...)

1Depuis la fin des années 2000, la notion d’élites s’impose dans la sociologie française, mais aussi étrangère 1, pour désigner des groupes sociaux dominants. Cette imposition dans l’espace académique s’inscrit dans un contexte mondial de captation croissante des richesses aux sommets des espaces nationaux (Aktinson & Piketty, 2010). Ce creusement des inégalités économiques par le haut est à l’origine d’un surcroît d’attention de la part des sociologues à l’égard des groupes dominants qui en sont responsables. Dans ce contexte, la notion d’élites est souvent préférée à des notions alternatives, telles que classes dirigeantes, dominantes ou supérieures, bourgeoisie, etc., sans que cette préférence soit toujours justifiée dans les enquêtes. Si cela n’est guère surprenant dans des pays où les traditions d’analyse en termes de classes sociales sont faibles, l’imposition d’une sociologie des élites est moins évidente en France, où la tradition bourdieusienne d’analyse du « champ du pouvoir » implique une certaine défiance à son égard (Bourdieu, 1989) 2. Mais le développement de la sociologie des élites doit précisément à l’émergence d’un espace transnational de recherche, structuré par des réseaux de chercheurs, des colloques et des publications. Cet espace thématique est aussi un espace de socialisation pour des chercheurs, notamment doctorants, travaillant sur des populations plus ou moins dominantes, eux-mêmes étant souvent proches de ces populations par leurs origines sociales, leurs trajectoires scolaires ou leurs mobilités internationales 3. Pourtant, bien que la notion d’élites permette d’agréger de nombreuses recherches sur les dominants, elle ne les fait pas toujours communiquer entre elles de manière relationnelle. Ceci en raison d’un flou à la fois théorique et empirique dans l’identification de ce qu’elle désigne. Les textes de synthèse sur les élites sont désormais nombreux et souvent écrits dans une perspective internationale (Khan, 2012 ; Van Zanten, 2016 ; Cousin, Khan & Mears, 2018), mais ils n’abordent que rarement la question de la circonscription des groupes ainsi désignés.

2Le principal problème que pose la définition théorique des élites est en effet celui de la circonscription du groupe et donc de l’identification de ses frontières. Plusieurs définitions coexistent, les définitions citées comme références ne permettant généralement pas de délimiter précisément les élites. Ainsi en va-t-il par exemple de la définition classique de Charles Wright Mills. Dans l’introduction de son ouvrage, celui-ci reconnaît en effet :

« Le problème de la définition de l’élite au pouvoir consiste à savoir à quel niveau nous voulons tracer la ligne de démarcation. En l’abaissant au maximum, nous risquons d’élargir l’élite au point de lui ôter toute existence ; en l’élevant, nous risquons de limiter l’élite à un trop petit cercle. Pour commencer, nous nous contenterons de tracer une esquisse, comme un trait de fusain : par élite au pouvoir, nous entendons ces cercles politiques, économiques et militaires qui, dans un ensemble complexe de coteries entrecroisées, partagent les décisions d’importance au moins nationale. Dans la mesure où les événements nationaux font l’objet de décisions, l’élite au pouvoir est l’ensemble des hommes qui les prennent » (Mills, 2012, pp. 26-27).

3La définition millsienne est donc a priori fondée sur une perspective décisionnelle, pourtant guère poursuivie dans les chapitres empiriques de son ouvrage, où ce sont les choix prosopographiques qui délimitent de facto les populations étudiées. L’objectivation précise de la participation aux « décisions d’importance au moins nationale » est finalement délaissée. Plus récemment, à partir d’une approche empruntée à Pierre Bourdieu, Shamus Khan a quant à lui redéfini les élites comme :

« […] those who have vastly disproportionate control over or access to a resource. Within this definition we can think of elites as occupying a position that provides them with access and control or as possessing resources that advantage them – the difference is in our unit of analysis (individuals or the structure or relations). Important for this definition is a secondary point: The resource must have a transferable value » (Khan, 2012, p. 362).

  • 4 De la même manière, lorsque Lauren Rivera reprend la définition de Shamus Khan dans son enquête sur (...)

4Le problème n’est plus ici celui de l’identification du « partage [d]es décisions d’importance au moins nationale », mais celui des seuils de capitaux ou des mécanismes de contrôle des capitaux qui permettent de distinguer les élites du reste d’une population. Toutefois, Shamus Khan ne précise pas à partir de quel volume de capital ou au regard de quelle position de pouvoir sur les capitaux il est possible de circonscrire les élites étasuniennes. Dans les deux cas, ces définitions théoriques sont en quelques sortes posées à côté des comptes rendus d’enquêtes 4, plutôt que travaillées directement en lien avec ces enquêtes. S’il en est ainsi, c’est que les élites semblent aussi difficiles à repérer empiriquement qu’à définir théoriquement.

5Sur le plan empirique, les chercheurs abordent généralement le problème de la circonscription des élites par deux voies. Certains font le choix d’une institution ou d’une population qu’ils considèrent d’emblée comme élitaire et font l’hypothèse qu’en faisant la sociologie de cette institution ou population, ils font la sociologie des élites, généralement dans un cadre national donné (Birnbaum, 1994 ; Suleiman, 1979). D’autres font le choix d’étudier une « image de l’élite », à partir d’analyses prosopographiques fondées sur des annuaires biographiques (Charle, 2006 ; Denord, Lagneau-Ymonet & Thine, 2011 ; Mach, David & Bühlmann, 2011 ; Hjellbrekke & Korsnes, 2013) qui ont pour avantage de proposer une approche transversale du groupe plus proche de la conception bourdieusienne du champ du pouvoir (Bourdieu, 2011). Cette seconde approche se fonde cette fois-ci sur l’hypothèse que l’image de l’élite construite par ces annuaires biographiques correspond à une certaine réalité du groupe. Dans les deux cas, ce sont les choix méthodologiques entrepris au départ de l’enquête qui définissent des frontières du groupe posées arbitrairement.

  • 5 Les travaux cités précédemment laissent à penser que cette affirmation vaut également pour les cont (...)

6On retrouve ici le problème classique du substantif et de la substance, qui n’est pas propre à la catégorie d’élites, mais surgit à chaque fois qu’il s’agit de catégoriser un groupe social. Il se manifeste cependant avec d’autant plus d’acuité que la catégorie en question n’a pas fait l’objet d’un travail politique de revendication et d’institutionnalisation qui permette de retourner le problème comme a pu le faire Luc Boltanski (1982) pour le groupe des cadres. Dès lors que la catégorie est instituée administrativement, il est possible de faire la sociohistoire de sa construction et de ses appropriations, avant d’objectiver l’hétérogénéité du groupe ainsi constitué. Mais la catégorie d’élites n’a, dans le contexte national français 5, pas de reconnaissance administrative permettant d’envisager un tel retournement du problème. Elle apparaît alors comme une construction académique plastique. En effet, comme le montre François-Xavier Dudouet (2018), les chercheurs en sciences sociales travaillant sur la partie sommitale d’une hiérarchie peuvent s’approprier cette catégorie sans s’accorder nécessairement sur une définition du substantif ainsi que de la substance du groupe. Cette plasticité de la notion conduit François-Xavier Dudouet à retourner le problème d’une manière alternative, en faisant la généalogie de ses usages dans les champs académiques européens et étasuniens. Mais dès lors que la catégorie est une construction académique plutôt qu’administrative, le retournement du problème opéré par François-Xavier Dudouet se détourne finalement de la question de la construction du groupe en lui-même pour se concentrer sur la question de la construction du groupe pour les sociologues entre le début du xixème siècle et les années 1960.

  • 6 Cette expression est reprise au titre de l’ouvrage de Jules Naudet (2012). Notons à ce titre que Ju (...)

7Enfin, un troisième et dernier problème de la sociologie des élites concerne plus spécifiquement les approches de la formation du groupe qui déplacent la focale des élites saisies à partir de positions professionnelles vers les institutions qui permettent la sélection des membres de ce groupe aux étapes antérieures à la carrière professionnelle. Au premier rang de ces institutions se trouve l’école. L’emprise croissante au cours du xxème siècle de l’institution scolaire sur la distribution des positions sociales a conduit les chercheurs à faire de la formation scolaire un objet central de la sociologie des élites (Suleiman & Mendras, 1997 ; Joly, 2005). Dans cette perspective, de nombreuses monographies de socialisations scolaires dominantes ont été réalisées en France (Eymeri, 2001 ; Darmon, 2013) comme aux États-Unis (Gaztambide-Fernandez, 2009 ; Khan, 2011). Ces monographies d’institution scolaire – qui font des limites spatiales et temporelles de l’institution scolaire considérée le bornage de l’objet d’étude – sont fondées sur l’hypothèse qu’étudier la socialisation des élèves des écoles les plus prestigieuses d’un pays permet de comprendre les conditions d’entrée dans l’élite 6, au sens professionnel, dans ce pays. Pourtant, la conversion de ressources et statuts scolaires en ressources et statuts professionnels est un processus intransitif et qui déborde le périmètre de la socialisation scolaire. Si, par exemple, un petit nombre d’écoles bien identifiées forment la plupart des élites économiques ou administratives françaises, en revanche la plupart des élèves de ces écoles n’entrent pas dans l’élite définie à partir de positions professionnelles. On ne peut donc postuler qu’en faisant la monographie d’une institution scolaire donnée, si dominante soit-elle, on étudie la formation future d’une élite professionnelle. Comme le souligne Pierre Bataille (2017), la connaissance des conditions sociales d’entrée dans l’élite implique une étude processuelle de trajectoires qui place au centre de l’analyse l’articulation des différents contextes de socialisation traversés par la population étudiée, dans une conception de la socialisation que l’on peut emprunter à Bernard Lahire (2005).

  • 7 Par convention et pour alléger le propos, l’acronyme « IEP » désignera dans la suite de l’article l (...)
  • 8 Selon l’article 2 du décret du 18 décembre 1989. Source : https://www.legifrance.gouv.fr/affichText (...)
  • 9 En France, l’enseignement supérieur est historiquement structuré par une opposition entre les unive (...)

8À partir d’une enquête portant sur les trajectoires des candidats, étudiants et diplômés des Instituts d’études politiques de province (IEP) 7, dont la mission historique est de « contribuer à la formation des cadres supérieurs des secteurs publics, parapublics et privés de la nation » 8 française, cet article revient sur le choix des catégories utilisées pour décrire la contribution de ces établissements d’enseignement supérieur à la stratification française. À première vue, l’intérêt des IEP comme terrain d’enquête sur les élites repose sur leur statut de « petites grandes écoles » 9, semblable à celui des Écoles supérieures de commerce (Blanchard, 2015), en position intermédiaire au sein de l’espace dominant des grandes écoles. Les trajectoires des enquêtés se situent « en haut » de l’espace social, sans toutefois se situer au sommet des hiérarchies du pouvoir économique, administratif ou politique. L’hypothèse implicite selon laquelle une sociologie des IEP s’inscrit d’emblée dans le cadre d’une sociologie des élites ne peut donc être retenue. Elle n’a d’ailleurs été envisagée que tardivement, pour être finalement délaissée (voir encadré 1, ci-dessous). Au contraire, la thèse défendue dans cet article est qu’une catégorisation de ces positions et trajectoires d’enquêtés en termes de fractions de classes supérieures plutôt que d’élites permet une analyse plus relationnelle et cumulative de la socialisation dans les IEP et de leur contribution à la stratification des groupes dominants. L’argumentation est structurée en trois temps. La première partie montre que les IEP se situent en position dominante dans l’enseignement supérieur français, mais en position intermédiaire – plutôt que dominée – dans le champ des grandes écoles. Or, la notion d’élites s’avère impropre à rendre compte de cette position. De plus, si cette tension relative au positionnement relationnel de l’institution scolaire est bien perçue par les enquêtés et contribue à définir leurs stratégies de mobilité, elle n’est pas non plus pensée par ces enquêtés à partir de la catégorie d’élites. C’est ce que souligne la seconde partie. Lorsque l’on analyse conjointement la position objective des trajectoires d’enquêtés et leurs représentations de ces trajectoires, il semble finalement que la notion de fractions de classes supérieures soit mieux à même de rendre compte de la contribution des IEP à la stratification sociale française. C’est l’objet de la troisième partie.

Encadré 1. L’objet comme produit des sociabilités académiques
« C’est marrant, il y a deux ans, on était tous dans le RT 4. Et maintenant, on communique tous dans le 42 » (Journal de terrain, 30 juin 2015
La citation en exergue est prononcée lors du 6ème congrès de l’Association française de sociologie par un docteur récemment titré, dont la thèse porte sur une formation supérieure sélective. Celui-ci constate le déport de plusieurs doctorants ou docteurs non-titulaires travaillant sur des établissements scolaires sélectifs du réseau thématique « Sociologie de l’éducation » (RT 4) vers le réseau thématique « Sociologie des élites » (RT 42). Cette remarque a pour intérêt d’ouvrir une réflexion sur l’effet de l’organisation des sociabilités académiques sur les objets de recherche.
La trajectoire de l’enquête sur laquelle repose cet article est elle-même révélatrice du statut ambigu de la notion d’élite qui, du fait même de son indéfinition, sert de « mot de ralliement » (Dudouet, 2018, p. 35) pour les travaux sur des populations plus ou moins dominantes. J’ai débuté l’enquête sur les IEP en 2010, alors que j’étais étudiant en quatrième année à l’IEP de Strasbourg. Je l’ai ensuite poursuivie dans le cadre d’un Master de sciences sociales du politique. Dans les deux premiers mémoires de recherche qui ont préludé à la thèse, je n’appréhendais pas la socialisation des étudiants d’IEP au moyen de la notion d’élites. Au moment d’entrer en doctorat, j’avais pourtant déjà lu un certain nombre de travaux de références pour la sociologie des élites françaises, entre autres ceux de Pierre Bourdieu (1989), Jean-Michel Eymeri (2001) ou François Denord et ses collègues (2011). Mais au regard des matériaux ethnographiques dont je disposais, il me semblait plus pertinent d’aborder la socialisation des étudiants d’IEP à partir des notions d’éducation et de profession, plus opérationnelles empiriquement.
C’est au cours des deux premières années de doctorat que la notion d’élites s’est imposée à l’enquête, au travers de mes sociabilités académiques. Ma première communication a eu lieu dans le cadre d’un séminaire intitulé « Sociologie des élites : nouvelles approches ethnographiques ». Par la suite – et au gré des événements scientifiques – j’ai fréquenté presqu’exclusivement des chercheurs, notamment doctorants, se ralliant à la sociologie des élites, françaises ou anglo-saxonnes. Si ces chercheurs s’étaient plutôt réunis sous la bannière d’une sociologie de l’éducation ou d’une sociologie des classes supérieures, je ne me serais sans doute pas positionné par rapport à la sociologie des élites. La catégorie d’élites a fonctionné comme « mot de ralliement » non par son efficacité heuristique, mais parce qu’elle était portée par un réseau thématique en expansion, investi par de nombreux chercheurs en position dominante, qui sont également des références bibliographiques pour les nouveaux entrants dans la discipline.
Au terme de ce doctorat, l’enquête porte sur un matériau varié : une enquête par archives internes et entretiens rétrospectifs (n = 29) sur l’histoire de l’ensemble des IEP de province ; une enquête par questionnaire auprès des 9 300 candidats au concours commun 2016 de sept des neuf IEP de province (3 144 réponses exploitées pour 4 640 questionnaires renseignés) ; le traitement des données ministérielles (bases SISE) sur les propriétés sociales des étudiants d’IEP ; la réalisation d’entretiens biographiques auprès de 65 étudiants des IEP de Grenoble (n = 11), Lyon (n = 4), Rennes (n = 12) et Strasbourg (n = 37), dont certains ont été répétés jusqu’à six années après la sortie de l’IEP ; une base de données prosopographiques sur les débuts de carrière de 384 étudiants des promotions 2011, 2012 et 2013 de l’IEP de Strasbourg dont sont issus la plupart des enquêtés strasbourgeois. Pourtant, malgré la diversité des modes d’objectivation des IEP et des trajectoires de ceux qui les investissent, je n’ai jamais réussi à opérationnaliser la notion d’élites, pour les raisons avancées dans cet article.

De « petites » grandes écoles pour de « petites » élites ?

  • 10 Au sein des six IEP qui existent à cette époque, seul le directeur de l’IEP de Strasbourg, pour des (...)

9Neuf IEP ont été créés en dehors de Paris entre 1945 (à Strasbourg) et 2014 (à Saint-Germain-en-Laye). Leur histoire s’inscrit dans le développement, au cours de la seconde moitié du xxème siècle, des établissements d’enseignement supérieur sélectifs de second rang comme alternative à l’université, dans un contexte de démocratisation ségrégative de l’enseignement supérieur (Merle, 2000). De la fin des années 1940 à la fin des années 1960, il s’agit d’établissements internes aux facultés de Droit ou de Lettres de province. Leurs étudiants sont le plus souvent inscrits parallèlement en licence de Droit ou, dans une moindre mesure, de Lettres. À cette époque, que l’enquête collective dirigée par Pierre Bourdieu (1989) étudie sur la fin, les IEP de province n’ont ni autonomie juridique, ni véritable autonomie de fonctionnement par rapport aux facultés. Ce pourquoi Pierre Bourdieu et Monique Saint-Martin hésitent à les intégrer dans leur espace des grandes écoles (Bourdieu & Saint-Martin, 1987, p. 5). C’est entre 1969 et 1989 que les IEP de province conquièrent progressivement une autonomie de fonctionnement, consacrée en droit par l’obtention du statut d’établissement public administratif en 1989 10. Au cours de cette période, des concours sont instaurés pour faire face à la montée des effectifs d’étudiants consécutive à l’augmentation très rapide du taux annuel de bacheliers. La mise en place de ces barrières à l’entrée a pour effet immédiat d’autonomiser les populations estudiantines des IEP, les doubles inscriptions disparaissant très rapidement. Dès les années 1980, cette stratégie d’appropriation du statut de grande école par l’instauration d’une sélection à l’entrée est validée par le ministère de l’Enseignement supérieur, les IEP de province étant alors, dans le sillage de Sciences Po Paris, désignés dans les documents administratifs sous les termes de « grandes écoles ». Forts de leur autonomie nouvelle, les IEP entament de profondes réformes curriculaires au cours des décennies 1990 et 2000, visant à se conformer aux nouveaux standards de l’enseignement supérieur européanisé : instauration d’une année de mobilité obligatoire à l’étranger, allongement des études de trois à cinq ans, développement très important des formations de niveau Master, instauration de programmes d’ouverture sociale et instauration d’un concours commun d’entrée dans sept des neuf IEP non parisiens. Le déplacement historique des IEP de province dans l’espace de l’enseignement supérieur est finalement officialisé en 2015, lorsque les IEP de Lille et Lyon intègrent la Conférence des grandes écoles, une année avant Sciences Po Paris. Dans le même temps, le nombre de membres de la Conférence des grandes écoles est passé de douze à sa création en 1973 à 223 en 2015. Au même titre que les Écoles supérieures de commerce, les IEP de province ont donc contribué à l’extension du champ des grandes écoles et à l'intensification de la concurrence entre les filières sélectives de l’enseignement supérieur long.

  • 11 Les proportions figurant dans ce paragraphe portent sur l’année 2013-2014. Elles ont été obtenues p (...)

10La stratégie d’appropriation du statut de grandes écoles mise en œuvre par les directeurs d’IEP depuis les années 1970 a renforcé la sélectivité sociale et scolaire de ces établissements. La distance à l’égard du recrutement des facultés s’est d’autant plus creusée que celles-ci s’ouvraient à des publics issus des classes moyennes et, dans une moindre mesure, populaires. Les IEP attirent désormais une population scolaire composée à 60% de femmes, recrutée au sommet de la hiérarchie de l’enseignement secondaire et, logiquement, dans les classes supérieures 11. La totalité des étudiants d’IEP est issue du baccalauréat général, plus de la moitié d’entre eux ayant obtenu ce baccalauréat avec une mention Très bien (contre environ 35% de mention Bien et 10% de mentions Assez bien). Mais en raison du curriculum proposé par les IEP, seuls un tiers d’entre eux sont issus d’un baccalauréat scientifique, contre 55% d’un baccalauréat économique et social et 15% d’un baccalauréat littéraire. Ce recrutement scolaire très sélectif est lié à un recrutement social devenu parmi les plus sélectifs de l’enseignement supérieur, sans toutefois être le plus sélectif, comme l’indique le tableau 1 ci-dessous. Mesurée à partir de la catégorie socioprofessionnelle du responsable des étudiants, la sélectivité sociale des IEP se situe en moyenne entre celle des classes préparatoires aux grandes écoles et celle de l’École normale supérieure. L’IEP de Lille, pour lequel le taux de non-réponses est le plus faible, affiche même une sélectivité similaire à Sciences Po Paris et à l’École polytechnique. Seule l’ENA demeure plus sélective (Larat, 2015).

  • 12 Sources : pour les IEP : Ministère de l’Éducation nationale, bases SISE. Pour l’université et les é (...)

Tableau 1. La PCS du responsable des étudiants d’IEP en regard d’autres filières de l’enseignement supérieur français au milieu des années 2010 (%) 12

Agriculteurs

Artisans, com., chefs d’entr.

Cadres et prof. int. sup.

Prof. inter.

Employés

Ouvriers

Retraités

Sans activités

Non réponses

IEP Aix

1,3

6,8

48,4

11,2

10,8

3,2

8,9

2,4

6,9

IEP Bordeaux

1,4

9,0

54,2

11,6

8,9

3,6

5,9

2,3

3,2

IEP Grenoble

1,4

11,3

47,4

13,7

6,0

4,0

7,3

1,7

7,1

IEP Lille

1,2

9,0

61,4

11,5

5,2

2,7

5,5

3,3

0,2

IEP Lyon

1,3

5,6

49,4

11,3

5,7

2,3

8,0

2,7

13,7

IEP Rennes

3,3

5,7

45,7

13,3

8,8

4,6

7,2

1,5

9,8

IEP Strasbourg

1,2

5,7

47,2

9,0

4,7

3,4

6,4

1,2

21,2

IEP Toulouse

2,2

6,0

45,1

11,9

6,5

2,8

6,2

1,7

17,7

Moy. IEP province

1,6

7,6

50,2

11,7

7,2

3,3

6,9

2,2

9,3

IEP Paris

0,8

7,7

60,9

9,2

8,7

2,7

5,1

2,4

2,6

ENA

9,4

68,8

8,7

4,5

4,4

4,3

-

Polytechnique

6,9

63,7

10,5

5,6

1,3

-

12

ENS

12,1

53,2

12,3

6,7

2,7

4,8

8,1

CPGE

10,6

49,5

12

10,1

6,4

6,4

5,1

Écoles d’ingénieurs

11,5

46,5

11,7

7,5

6

7,4

9,3

Écoles de commerce

13,9

37,1

6,4

4,5

2,5

9,4

19,5

Université

9,1

30

12,7

12,7

10,8

13,1

11,5

Ménages selon la PCS de la personne de référence

1,1

4,8

11,5

14,5

12,3

16,2

33

6,7

-

  • 1

11Pourtant, si les IEP 13 scolarisent une majorité d’enfants de cadres, on ne rencontre guère en leur sein d’étudiants dont les parents appartiennent aux grands corps de l’État, aux états-majors des plus grandes entreprises françaises ou qui figurent dans le Who’s Who in France. Lorsque c’est exceptionnellement le cas, il s’agit d’un événement relevé par la plupart des enquêtés, signe de sa rareté. Ainsi par exemple, la présence à l’IEP de Grenoble de la fille d’un haut fonctionnaire ayant exercé de nombreux mandats politiques m’a été signifiée par plusieurs enquêtés dès les premiers jours de mon enquête dans cet IEP. De la même manière, la présence de la filleule d’un journaliste de renom à l’IEP de Strasbourg au moment de l’enquête était de notoriété commune dans cet Institut.

12À ce recrutement social dans les classes supérieures, mais pas dans les élites, correspond le devenir professionnel des diplômés d’IEP de province, qui relève quasi exclusivement de la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures, mais pas des élites, notamment administratives. Rares sont les anciens élèves d’IEP de province à être entrés à l’ENA au cours des trois dernières décennies, comme l’indique le tableau 2 ci-dessous.

  • 14 Source : base « ENA » constituée par François Denord, Sylvain Thine et Fabrice Larat. La base de do (...)

Tableau 2. Nombre de diplômés d’un IEP de province parmi dix promotions de l’ENA entre 1985 et 2009 (n = 1 215) 14

Paris

Aix

Bordeaux

Grenoble ou Lyon

Lille

Rennes

Strasbourg

Toulouse

Externe

464

2

15

2

1

6

8

0

Interne

114

7

27

10

4

1

7

5

3e voie

39

1

0

2

0

1

2

1

TOTAL

617

10

42

14

5

8

17

6

  • 15 Je remercie François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine d’avoir accepté de me transmettre (...)

13Plus généralement, les diplômés d’IEP sont également peu nombreux à figurer dans le Who’s Who in France. En effet, parmi les 7 000 individus tirés aléatoirement par Denord et al. dans le Who’s Who, seuls 201 sont diplômés d’un IEP de province (soit environ 3%)15. Il est vrai que les transformations historiques des IEP et leur déplacement dans le champ des grandes écoles compliquent la tâche d’objectivation du devenir des anciens élèves d’IEP. En effet, entrer dans le champ du pouvoir prend souvent du temps. La moyenne d’âge des 201 diplômés d’un IEP de province figurant dans la base de François Denord et ses collègues est de 62 ans. Ceux-ci ont été scolarisés vers la fin des années 1960, dans un état très différent du champ des grandes écoles et de la structure institutionnelle des IEP.

14À l’inverse, la prosopographie des carrières débutantes des étudiants diplômés dans les années 2010 permet certes d’objectiver des hiérarchies déjà très marquées entre anciens élèves, mais ne permet pas de prédire une future entrée dans l’élite de tel ou tel diplômé. Les positions professionnelles occupées au 31 décembre 2017 par les 384 diplômés de l’IEP de Strasbourg sortis entre 2011 et 2013 s’échelonnent ainsi entre, d’un côté, le membre du cabinet du ministre de l’Économie, l’énarque devenu auditeur de la Cour des comptes ou les cadres supérieurs de multinationales parvenus à proximité du sommet de leurs entreprises et, de l’autre, les salariés associatifs, les professeures des écoles ou travailleuses sociales. Entre ces deux pôles se déploie tout l’éventail des cadres et professions intellectuelles supérieures, de l’agrégé enseignant dans le secondaire à l’avocate d’affaire, en passant par le journaliste, l’officier de l’armée, l’élu local, etc. Plusieurs années après leur sortie de l’IEP, la plupart des diplômés occupent donc des positions de cadres et professions intellectuelles supérieures, sans toutefois que ces positions laissent présager une entrée future dans le champ du pouvoir. Sur le papier, la thèse de l’homologie structurale fonctionne. Les IEP apparaissent en position intermédiaire dans le champ des grandes écoles et forment des cadres et membres des professions intellectuelles supérieures, exerçant parfois au contact du champ du pouvoir, mais très rarement en son sein. Est-ce à dire qu’il s’agit de « petites » grandes écoles formant de « petites » élites ? Le procédé qui consiste à qualifier la fonction sociale des IEP au moyen d’un adjectif traduisant leur position intermédiaire au sein d’un espace dominant n’est pas satisfaisant. Un tel adjectif ne permet pas de situer précisément et relationnellement la position des enquêtés dans l’espace social. Il est en particulier malaisé d’identifier parmi ces enquêtés des seuils de capitaux ou des frontières institutionnelles qui distingueraient ceux d’entre eux qui sont entrés dans l’élite (ou s’y destinent) de ceux qui en seraient exclus. Et comme la catégorie d’élite n’est pas non plus revendiquée par les enquêtés, il est impossible de retourner le problème en faisant une sociologie de ses appropriations.

« Élite », une catégorie faiblement mobilisée par les enquêtés

15Les difficultés rencontrées par le sociologue pour catégoriser le positionnement objectif des IEP font pendant aux tensions caractéristiques du sens que les enquêtés confèrent à leur position. Ceux-ci sont en effet conscients de la position intermédiaire qu’ils occupent au sein de l’espace dominant des grandes écoles. D’une part, ils ont conscience d’appartenir aux catégories sociales privilégiées, de se situer en haut de l’espace social. De l’autre, ils se savent tenus à bonne distance des destins promis aux diplômés les plus visibles des grandes écoles les plus anciennes et prestigieuses, telles que l’ENA ou l’ENS, mais également l’IEP de Paris. Ce sens de la place peut se lire dans l’extrait de journal de terrain ci-dessous, qui décrit une séance de travaux dirigés de sociologie en première année à l’IEP de Strasbourg.

Vendredi 20 février 2015, 10h. La séance porte sur la notion d’« espace social », autour du texte théorique de Pierre Bourdieu « Espace social et genèse des classes » (1984). J’explique aux étudiants que la notion d’espace social est liée chez Pierre Bourdieu à l’usage de la technique graphique de l’Analyse des correspondances multiples (ACM). J’agrémente mon propos de la projection de plusieurs ACM, dont celle consacrée par Pierre Bourdieu et Monique de Saint-Martin à l’espace des établissements de l’enseignement supérieur (Bourdieu, 1989, p. 202). Le point « Sciences Po » (sous-entendu « Sciences Po Paris ») y figure juste à côté d’HEC et non loin de l’ENA, parmi les écoles les plus proches de la grande porte. Parmi les IEP de province, seul l’IEP de Lyon figure à peu près à mi-chemin entre la petite et la grande porte, au milieu d’un ensemble de points qui rendent difficile son identification.
- Gaëtan s’exclame : « C’est pas un peu exagéré de mettre Sciences Po entre HEC et l’ENA ? »
Son voisin de table lui répond : « Non, mais ça doit être Paris ! »
Une étudiante fait alors remarquer à tous le point « IEP Lyon » au milieu de l’ACM.
- Gaëtan : « Ah oui, c’est bon. C’est bien ce que je pensais. »
- Paul s’interroge à son tour : « Bourdieu, il considère que Sciences Po Paris, c’est aussi prestigieux que l’ENS de la rue d’Ulm ? » À l’évidence, il trouve la position de cette école contestable.
Son voisin, Aristide, le reprend à son tour : « Pourquoi ça t’étonne ? On parle des années 1960, là. C’est plus la Troisième République. »

  • 16 Classe préparatoire littéraire aux concours des grandes écoles (post-baccalauréat).

16On le voit, l’apprentissage par les étudiants d’un sens de leur position dans le champ des grandes écoles procède des enseignements de sciences sociales parfois explicitement consacrées à cette question. Mais il procède aussi et surtout de la confrontation des trajectoires d’étudiants qui investissent les IEP de stratégies différenciées. Parmi les protagonistes de la scène décrite, Paul s’est ainsi replié sur l’IEP de sa région à l’issue d’une première année d’hypokhâgne A/L16 au cours de laquelle l’entrée à l’École normale supérieure lui est apparu comme un horizon inatteignable. De son côté, Aristide a intégré l’IEP de Strasbourg directement après son baccalauréat économique et social, mais suite à un échec au concours d’entrée à Sciences Po Paris, dont il rejoindra finalement le master d’affaires publiques trois ans plus tard. Enfin, Gaëtan a intégré l’IEP de sa région car, bien qu’ayant obtenu un baccalauréat scientifique avec mention Très bien, il restait indécis quant à son orientation professionnelle et souhaitait échapper à une classe préparatoire scientifique. Ainsi, les étudiants se font des représentations de leurs positions liées à leur passé scolaire et à leurs projections dans l’avenir. Et ces représentations procèdent de la comparaison avec d’autres établissements d’enseignement supérieur, en l’occurrence les classes préparatoires, HEC, l’ENA ou Sciences Po Paris.

17Le caractère relationnel des représentations que les étudiants d’IEP se font des IEP et de leur position, les inclinent à faire un usage aussi ponctuel que distant du terme « élite » (ou de ses dérivés, comme « élitisme », « élitiste »). Que ce soit au travers des entretiens biographiques ou par l’observation directe, on ne relève que très peu d’usages de ce terme de la part des étudiants pour décrire leur position. Ainsi, parmi les 65 entretiens réalisés avec des étudiants d’IEP dans le cours de leur formation, seulement 18 enquêtés ont recouru à ce terme, le plus souvent au détour d’une phrase, sans insister. Dans la quasi-totalité des cas, c’est le terme « élitiste » qui est utilisé, pour mettre à distance les représentations associées aux IEP. Il ne s’agit donc pas d’une catégorie revendiquée par les étudiants, susceptible de constituer un groupe de statut désirable. Elle existe essentiellement pour mettre à distance, sur le registre de la critique ou de l’ironie, un fantasme de sens commun sur la formation dans les IEP – souvent au détour d’un amalgame entre tous les IEP, parisien et provinciaux. On en retrouve des traces dans les documents écrits ou audio-visuels produits par les étudiants, comme dans l’extrait ci-dessous du journal d’école de l’IEP de Strasbourg, distribué aux étudiants de première année à l’occasion de la pré-rentrée, en septembre 2010.

  • 17 Alcool. Terme dérivant du verbe « tiser » qui signifie ajouter du combustible dans un four.

« Élite de la nation : hé, oui, petit pipo, désormais tu en es. Tu appartiens pleinement à ce groupe privilégié et en détient le droit d’enquêter sur les affres de cette classe en Séminaire de Sciences Sociales. Si tu te considères déjà comme tel, petit conseil : arrête la tiz 17 dès le matin. »

  • 18 Le thème choisi pour cette initiation à la recherche en première année – « Les élites à Strasbourg  (...)

18Dans cet extrait, le discours élitiste tenu par le directeur en ouverture de la prérentrée (« vous êtes l’élite de la nation ») est détourné sur un registre ironique, qui se veut désenchanteur (« arrête la tiz dès le matin »), mais reste néanmoins ambigu. En mentionnant les travaux d’initiation à la recherche sur les élites prescrits par un enseignement de sciences sociales de première année 18, ainsi qu’en laissant ouverte la possibilité d’une entrée future dans l’élite (« déjà »), les auteurs de l’extrait font preuve d’un entendement plastique de la notion d’élite (définie comme une « classe ») qui renvoie vaguement aux positions professionnelles les plus enviables, car les plus dominantes. Mais pour comprendre précisément les déterminants de l’attractivité des positions professionnelles visées par les enquêtés, une analyse en termes de fraction des classes supérieures s’avère en définitive plus heuristique qu’une analyse en termes d’élites.

De la formation des élites à l’intégration des classes supérieures

  • 19 Ce revenu après impôt et prestations sociales pour une personne seule constitue approximativement l (...)

19Une analyse de la position et des projections professionnelles des étudiants d’IEP en termes de classes sociales est certes justiciable de critiques analogues à celle d’élites. La première n’est pas plus systématiquement utilisée que la seconde par les enquêtés pour décrire leurs positions. De plus, il semble tout aussi arbitraire de définir des seuils de capitaux économiques (un revenu supérieur à 3 000€ par exemple 19) ou culturels (un niveau de diplôme supérieur ou égal à bac + 5 ou le diplôme d’une grande école par exemple) à partir desquelles distinguer nettement les classes supérieures des classes moyennes. Dans le contexte français, la notion de classes sociales a toutefois l’avantage décisif de faire l’objet d’une tradition d’analyse beaucoup mieux établie, assise sur un usage relationnel et cumulatif de la statistique publique et en particulier du code des Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) de l’INSEE. Les PCS sont des variables synthétiques (Desrorières & Thévenot, 1996), qui véhiculent une conception multidimensionnelle de l’espace social. Elles représentent des quasi classes sociales (Chauvel, 2001 ; Lebaron, 2012), constituées à partir de statuts socioprofessionnels institués, auxquels correspondent des volumes de capitaux et des destins sociaux différents. Si le code des PCS a suscité un débat relatif à son déclin (Pierru & Spire, 2008) ou à son actualité (Amossé, 2010), il n’en reste pas moins un outil de classification qui permet de faire l’interface entre le terrain et la théorie, dans une perspective à la fois relationnelle et cumulative, autorisant la comparaison à travers l’espace social et le temps. Qu’il s’agisse d’étudier les origines familiales des enquêtés ou les positions professionnelles qu’ils atteignent (et ainsi leur mobilité sociale), le code des PCS constitue l’instrument de classification grâce auquel la contribution des IEP à la stratification sociale française peut être objectivée. En outre, ce code est connu de la part des enquêtés, qui l’ont généralement étudié au lycée et assurément au cours de leur scolarité à l’IEP. Or, au prisme de ce code, les trajectoires des enquêtés se déploient pour l’essentiel au sein de la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures, considérée comme le cœur des classes supérieures.

20De plus, si la notion de classe sociale n’est guère présente dans le langage des enquêtés, elle a également pour intérêt de mieux rendre compte, au détour d’un travail de classification et d’interprétation de la part du chercheur, de leurs catégories de pensée de la stratification sociale. Les positions professionnelles envisagées par les enquêtés le sont sur la base de rationalités qui sont homologues à celles qui président à la construction des PCS. Ces positions sont hiérarchisées non seulement en fonction de leur rentabilité économique (i.e. les revenus qu’elles génèrent) et des chances de pouvoir qu’elles procurent sur l’espace professionnel considéré (i.e. des statuts hiérarchiques accessibles), mais également en fonction de leur mise en forme symbolique (i.e. des univers de sens qui les accompagnent). C’est ce que montre l’analyse ethnographique des trajectoires et des stratégies de mobilité des enquêtés, à l’instar de Charles (voir encadré 2).

  • 20 Grande école de commerce située à Paris.

Encadré 2. Besoin d’argent, de pouvoir et de sens
Charles est parmi les enquêtés dont les trajectoires se situent le plus haut dans l’espace social. Issu d’une famille de la bourgeoisie catholique, il a grandi dans le 16ème arrondissement de la capitale. Son père est un avocat influent au sein du barreau de Paris, spécialiste de droit civil. Sa mère, retraitée, était responsable de collections dans une grande maison d’édition. Son frère aîné est producteur de spectacles musicaux en Inde. Son petit frère et sa petite sœur sont respectivement designer et architecte. Charles a été scolarisé dans des établissements privés de son 16ème arrondissement natal. Durant son enfance et son adolescence, il fréquente assidument les scouts de France. Au stade du lycée, il éprouve des difficultés scolaires toutes relatives aux performances de ces camarades de classe. Ne figurant pas parmi les meilleurs élèves de sa classe, notamment dans les matières scientifiques, il s’oriente vers la section économique et sociale et n’obtient son baccalauréat qu’avec une mention Bien. Par comparaison avec ses camarades, « beaucoup de têtes, assurées d’avoir Sciences Po Paris », Charles renonce à candidater au concours de cet Institut et se reporte sur les concours des IEP de province. Alors qu’il intègre l’IEP de Strasbourg, plusieurs de ses amis intègrent effectivement Sciences Po Paris.
Mais la déstabilisation scolaire vécue au lycée se poursuit à l’IEP de Strasbourg, au contact d’étudiants dont les résultats scolaires sont meilleurs que les siens. Charles éprouve des difficultés particulières avec les sciences sociales et la méthode dissertative. Il est contraint de redoubler sa première année. Lors de sa seconde première année, il décide de créer une association destinée à promouvoir l’art oratoire au travers de « joutes » entre étudiants. Cette association est directement inspirée de celle que son père a un temps administrée au sein du barreau de Paris. Grâce à elle, Charles va pouvoir, tout au long de sa scolarité, importer dans l’école le capital social de son père et finalement négocier un début de carrière particulièrement ascendant. S’il choisit la filière Administration publique, il est refusé à l’entrée de la préparation à l’ENA et se reporte en cinquième année sur un master de management en alternance. Par l’entremise d’un haut fonctionnaire rencontré dans le cadre de son activité associative, Charles obtient alors un stage d’un an en alternance auprès du PDG d’une entreprise du CAC 40. Cette expérience professionnelle lui permet par la suite de poursuivre des études à l’ESSEC 20, qu’il intègre par une procédure d’admission parallèle, dont il reconnaît qu’elle valorise davantage « le bagout » que « les notes ». Ce master se déroule une nouvelle fois en alternance, son capital social lui permettant cette fois-ci d’accéder au cabinet du PDG de la filiale Europe d’une des plus grandes multinationales étasuniennes. À l’issue de cette seconde alternance, Charles est finalement recruté à une position professionnelle qui le situe à deux niveaux hiérarchiques du PDG de cette filiale. Il est très bien rémunéré et, cinq ans après sa sortie de l’IEP, il peut raisonnablement envisager d’atteindre l’état-major de son entreprise à moyen terme.
La trajectoire familiale, scolaire et amicale de Charles est pourtant à l’origine d’un tiraillement durable et conscient quant à sa stratégie de carrière. Charles peine à choisir une carrière professionnelle qui satisfasse à la fois son besoin d’argent, son besoin de pouvoir et son besoin de sens. Lorsqu’il était à l’IEP, il aurait aimé passer les « grands concours » administratifs afin de travailler dans le secteur de la sécurité intérieure. Mais ses performances scolaires ne le lui permettaient pas. Dans le cours d’un second entretien réalisé alors qu’il exerce son activité professionnelle depuis trois ans, nous revenons sur ses anciennes aspirations :

- Ugo : « Et tout à l’heure, tu as évoqué le fait qu’à l’IEP, tu voulais être "flic". Ça ne te tente plus, ça ?
- Charles : « Non… En fait, je reste très très amoureux de la Police. Mais d’abord, c’est un métier qui a été dégueulassé par Sarkozy, qui a fait des commissaires de Police des plantons qui gèrent des congés mat’ [maternité], en gros. Et ça, Henri [un ancien camarade de promotion devenu commissaire de police] pourra te le dire, tu verras. Bon, il s’éclate quand même hein, il fait des planques de nuit et ça doit être un métier passionnant. Mais à mon avis, dans dix ans, il est dans un bureau. Alors, il va gérer des hommes, hein. Et des femmes. Mais moi, je me suis dit que quitte à le faire, autant que ce soit… d’abord en gagnant de l’argent. Parce que moi, j’ai besoin d’argent. »
C’est toujours par comparaison avec les trajectoires de ses anciens camarades de promotion et amis que Charles perçoit son activité professionnelle. Or, c’est tout le spectre de la division du travail des classes supérieures (et exceptionnellement moyennes) qui se réfracte dans les amitiés de Charles. Ses amis formés à l’IEP de Strasbourg sont devenus commissaire, avocat d’affaires, analyste financier, journaliste ou professeure des écoles en région parisienne. Son cercle amical est donc situé à la jonction entre fraction spirituelle et fraction temporelle des classes supérieures, mais aussi entre fraction publique et fraction privée. Ce cercle amical l’incline à percevoir non seulement les rétributions mais également les lacunes de la position professionnelle qu’il occupe. Celle-ci manque notamment du sens qu’il trouve, non seulement dans la carrière de certains de ses anciens camarades, mais également dans certaines « parties de sa famille » :
- Charles : « Mon frère habite en Inde, depuis vingt ans. Il produit des comédies musicales. Et moi, j’ai toujours été tiraillé entre le carriérisme parisien de mon père et la fougue que je peux avoir dans d’autres parties de ma famille. Donc moi, si tu veux, un jour viendra où j’enverrai péter tous mes costards, le 16ème [arrondissement], etc. C’est pas maintenant, parce je suis dans un confort, dans un quotidien et dans une ambition qui fait que ça va pas se faire maintenant, si j’ai pas un vrai projet. Mais tu vois par exemple cette année, j’ai travaillé en parallèle à la campagne de Nicolas Hulot, au début de l’année. Bon, finalement, il s’est pas présenté. Mais donc tu vois, j’essaie de faire un peu des trucs qui font du sens à côté. Parce que le digital, dans lequel je bosse, au fond j’en ai rien à foutre. Ça m’intéresse pas, tu vois. C’est pour ça que j’accepte la gestion d’un compte comme [celui d’une grande entreprise pétrolière], dont l’enjeu le plus fort va être le climate change. J’accepte ça pour voir comment on peut faire des transformations en profondeur dans ces boîtes. »
En référence à sa famille, la stratégie de carrière de Charles est donc tiraillée entre ce qu’il convient sociologiquement de désigner comme une fraction spirituelle des classes supérieures, incarnée par son frère, et une fraction temporelle, incarnée par son père. Or, un tel tiraillement n’est pas le propre de la trajectoire de Charles. Il traverse la plupart des trajectoires d’enquêtés, bien qu’il s’y manifeste de différentes manières. Par leurs configurations familiales et les groupes de pairs dans lesquels ils sont pris, ainsi que par la formation pluridisciplinaire qu’ils ont reçue à l’IEP, ceux-ci sont disposés à rechercher dans leurs activités professionnelles un cumul optimal de rétributions économiques, culturelles et symboliques souvent difficile à trouver.

  • 21 Dans leur ouvrage de synthèse sur les classes populaires, Yasmine Siblot et ses collègues font préc (...)

21On pourrait objecter que substituer une approche par l’intégration des classes supérieures à une approche par la formation des élites revient à changer de problème sociologique. On s’intéresserait alors à la contribution des IEP à la stratification sociale plutôt qu’à l’exercice du pouvoir, les classes sociales renvoyant ici à une distribution de capitaux et de statuts socioprofessionnels à l’état passif, quand la notion d’élite renverrait à une participation active à la direction des affaires économiques, administratives ou politiques. Mais ces deux approches, parfois opposées dans la tradition sociologique anglo-saxonne (Scott, cité dans Suleiman & Mendras, 1997, pp. 9-17), n’ont pas lieu de l’être dans la tradition française d’analyse des classes sociales, où l’économique n’est qu’une dimension de la classe aux côtés du culturel et du symbolique. En particulier ici, il n’y a pas lieu de considérer que la construction d’une population en termes de classe exclut de l’analyse les activités professionnelles des membres de cette classe. Envisagerait-on une sociologie des classes populaires sans analyse des activités d’exécution et des rapports au travail des membres de ces classes 21 ?

Conclusion. Pour un état des lieux relationnel des catégories désignant les dominants

  • 22 La réflexion présentée dans cet article est essentiellement inspirée du travail de Rémi Sinthon sur (...)

« Si l’empirie montre du continu, il faut conceptualiser en termes continus, et non catégoriels » (Sinthon, 2014, p. 211) 22

22En définitive, cet article ne vise pas tant à imposer une approche unique des groupes dominants qu’il n’invite à un état des lieux relationnel des catégories sociologiques utilisées pour les décrire. Un tel état des lieux implique de traiter frontalement la question du substantif et de la substance de ces groupes dominants, à partir des « indicateurs », statistiques ou ethnographiques, retenus pour les construire. Ceci afin que les définitions théoriques ne soient pas posées à côté des enquêtes. Dans le cas français, la nomenclature des PCS reste un outil sans pareil pour positionner des groupes relationnellement dans l’espace social et objectiver les trajectoires individuelles. Dans un second temps de l’analyse, cet outil statistique permet éventuellement de regrouper les PCS en classes sociales, selon un schéma ternaire conventionnel qui représente des différences continues de dotations en capitaux – différences qui ne sont pas des divisions. Si la nomenclature des PCS permet malgré tout de constituer des groupes qui ne sont pas que des schèmes sociologiques empiriquement arbitraires, c’est qu’elle repose sur des statuts professionnels quant à eux bien discontinus et institués comme tels, ainsi qu’assimilés par les enquêtés car constitutifs de leur expérience ordinaire du monde social. Concevoir sociologiquement la position des groupes dominants en termes de fractions de classes supérieures construites à partir des PCS relève donc d’un travail de catégorisation ancré dans l’expérience ordinaire des divisions du monde social.

23Si cette solution moyenne, entre idéal et réalisme scientifique, peut convenir dans le cas français, se pose en revanche la question de la transposabilité du raisonnement dans des contextes étrangers où n’existe pas de nomenclature statistique largement reconnue dans la population (et a fortiori dans les classes supérieures). Alors que des tentatives de concevoir les classes sociales à l’échelle européenne à partir de catégories socioprofessionnelles harmonisées ont été entreprises, suscitant une discussion sur les conditions de possibilité d’une telle construction (Hugrée, Pénissat & Spire, 2017), il n’existe pas de tentative similaire pour la notion d’élite. Or, en l’absence d’indicateur permettant d’identifier les frontières des élites, cette catégorie n’est, en l’état actuel de la recherche, qu’un raccourci théorique. Dès lors, il est problématique de faire circuler à travers les frontières nationales une notion aussi plastique. À moins d’assumer pleinement la fonction politique de la notion, servant à désigner « ceux qui ont plus de ressources que d’autres dans une relation donnée » et, in fine, à permettre de dénoncer cette distribution déséquilibrée des ressources. Le risque est alors que tout individu ou groupe puisse être considéré comme l’élite d’un autre. Tous un peu élites, mais pas tant que ça.

Haut de page

Bibliographie

Atkinson A. B. & T. Piketty (2010), Top Incomes in Global Perspective, Oxford, Oxford University Press.

Amossé T. (2012), « Catégories socioprofessionnelles : quand la réalité résiste ! Après le crépuscule, une aube nouvelle », Revue française de socio-économie, n° 10, pp. 225-234.

Bataille P. (2017), « Des carrières ratées ? Sociogenèses et appropriations d’une bifurcation : le cas des anciens élèves des ENS enseignant dans le secondaire », Biens symboliques / Symbolic Goods, n° 1, pp. 2-50.

Blanchard M. (2015), Les Écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France, Paris, Éditions Classiques Garnier.

Birnbaum P. (1994), Les Sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Éditions du Seuil.

Boltanski L. (1982), Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1984), « Espace social et genèse des classes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, pp. 3-14.

Bourdieu P. (1989), La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (2011), « Champ du pouvoir et division du travail de domination », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 190, pp. 126-139.

Bourdieu P. & M. de Saint Martin (1987), « Agrégation et ségrégation. Le champ des grandes écoles et le champ du pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 69, pp. 2-50.

Charle C. (2006), Les Élites de la République : 1880-1900, Paris, Éditions Fayard.

Cousin B., Khan S. & A. Mears (2018), « Theoretical and Methodological Pathways for Research on Elites », Socio-Economic Review, vol. 16, n° 2, pp. 225-249.

Denord F., Lagneau-Ymonet P. & S. Thine (2011), « Le champ du pouvoir en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 190, pp. 24-57.

Desrosières A. & L. Thévenot (1996), Les Catégories socioprofessionnelles, Paris, Éditions La Découverte.

Dudouet F.X. (2018), L’Élite et le pouvoir. Contribution à une sociologie des concepts sociologiques, Cachan, Éditions de l’École normale supérieure de Paris-Saclay.

Eymeri J.-M. (2001), La Fabrique des énarques, Paris, Éditions Economica.

Hjellbrekke J. & O. Korsnes (2013), « Héritiers et outsiders : sur la noblesse d’État norvégienne », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, pp. 86-105.

Hugrée C., Pénissat E. & A. Spire (2017), Les Classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Marseille, Éditions Agone.

Joly H. (dir.) (2005), Formation des élites en France et en Allemagne, Cergy-Pontoise, Centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine.

Khan S. (2011), Privilege. The Making of an Adolescent Elite at St. Paul’s School, Princeton, Princeton University Press.

Khan S. (2012), « The sociology of elites », The Annual Review of Sociology, n° 38, pp. 361-377.

Lahire B. (2005), Portraits sociologiques : dispositions et variations individuelles, Paris, Éditions Armand Colin.

Larat F. (2015), « Le dernier maillon dans la chaine des inégalités ? Les particularités du profil des élèves de l’ÉNA », École nationale d’administration, n° 153, pp. 103-124.

Lebaron F. (2012), « L’éternel retour du retour des classes sociales », Revue française de socio-économie, n° 10, pp. 281-287.

Mach A., David T. & F. Bühlmann (2011), « La fragilité des liens nationaux. La reconfiguration de l’élite du pouvoir en Suisse (1980-2010) », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 190, pp. 78-107.

Merle P. (2000), « Le concept de démocratisation de l'institution scolaire : une typologie et sa mise à l'épreuve », Population, vol. 55, n° 1, pp. 15-50.

Mills C. W. (2011), L’Élite au pouvoir, Marseille, Éditions Agone.

Naudet J. (2012), Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États-Unis et en Inde, Paris, Presses universitaires de France.

Pierru E. & A. Spire (2008), « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue française de science politique, n° 58, pp. 457-581.

Pinçon M. & M. Pinçon-Charlot (2007), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, Éditions La Découverte.

Rivera L. A. (2016), Pedigree. How Elite Students Get Elite Jobs, Princeton, Princeton University Press.

Siblot Y., Cartier M., Coutant I., Masclet O. & N. Renahy (2015), Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Éditions Armand Colin.

Sinthon R. (2014), Reconversions extrascolaires du capital culturel. Une révision de la mobilité sociale depuis ses marges, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Suleiman E. (1979), Les Élites en France. Grands corps et grandes écoles, Paris, Éditions du Seuil.

Suleiman E. & H. Mendras (1997), Le Recrutement des élites en Europe, Paris, Éditions La Découverte.

Van Zanten A. (2016), « La formation des élites : pour une approche généraliste, compréhensive et comparative », L’Année sociologique, vol. 66, n° 1, pp. 73-80.

Haut de page

Notes

1 En toute rigueur empirique, cet article porte sur le contexte français. Mais dès lors que la sociologie des élites constitue un sous-espace disciplinaire largement internationalisé – selon des modalités qu’il faudrait objectiver précisément – il convient de situer les analyses par rapport à des recherches menées à l’étranger, principalement dans le monde anglo-saxon.

2 Dans La Noblesse d’État, c’est toujours de manière critique et avec la précaution des guillemets que Pierre Bourdieu utilise les termes « élite » ou « école d’élite ». Par ailleurs, sa définition théorique de « l’élite » comme « aristocratie des affaires » constituée sur plusieurs générations (Bourdieu, 1989, pp. 450-457) est beaucoup plus restrictive que sa circonscription empirique du champ du pouvoir.

3 Il serait à ce titre intéressant de tester l’hypothèse d’une homologie entre la position des élites au sein de leurs espaces nationaux et la position des sociologues des élites dans leurs champs disciplinaires respectifs, afin de vérifier que la sociologie des élites est bien entre les mains d’une élite de la sociologie.

4 De la même manière, lorsque Lauren Rivera reprend la définition de Shamus Khan dans son enquête sur le recrutement professionnel des diplômés des universités étasuniennes les plus prestigieuses, elle ne cherche pas non plus à déterminer à partir de quel niveau de capitaux ou selon quel(s) mécanisme(s) de contrôle sur les capitaux ses enquêtés peuvent être considérés comme appartenant aux élites (Rivera, 2016, pp. 291-294).

5 Les travaux cités précédemment laissent à penser que cette affirmation vaut également pour les contextes britannique, étasunien, norvégien ou suisse. Dans ces travaux, il n’est pas fait mention d’une reconnaissance administrative de la catégorie d’élites.

6 Cette expression est reprise au titre de l’ouvrage de Jules Naudet (2012). Notons à ce titre que Jules Naudet propose une analyse critique de la mobilité sociale, mais n’interroge pas la catégorie d’élites, implicitement considérée comme donnée dans les trois contextes nationaux étudiés (États-Unis, France, Inde).

7 Par convention et pour alléger le propos, l’acronyme « IEP » désignera dans la suite de l’article les Instituts d’études politiques situés en dehors de Paris (à Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse), quand les termes « Sciences Po » désigneront l’Institut d’études politiques de Paris. Pourtant, les termes « IEP » et « Sciences Po » sont utilisés de manière interchangeable dans tous ces établissements.

8 Selon l’article 2 du décret du 18 décembre 1989. Source : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000882571 .

9 En France, l’enseignement supérieur est historiquement structuré par une opposition entre les universités – que peuvent intégrer tous les titulaires d’un baccalauréat – et les Grandes écoles, qui opèrent une nouvelle sélection des bacheliers sur concours. Il résulte de cette sélection scolaire renforcée des effectifs généralement plus faibles dans les grandes écoles, ainsi qu’une sélection sociale et des moyens par étudiant nettement plus forts.

10 Au sein des six IEP qui existent à cette époque, seul le directeur de l’IEP de Strasbourg, pour des raisons de politique universitaire, décide d’opter pour un statut d’établissement interne à l’université plutôt que d’établissement public administratif.

11 Les proportions figurant dans ce paragraphe portent sur l’année 2013-2014. Elles ont été obtenues par le traitement des bases SISE du ministère de l’Éducation nationale.

12 Sources : pour les IEP : Ministère de l’Éducation nationale, bases SISE. Pour l’université et les écoles de commerce : DEPP, « Repères et références statistiques : 2015 », p. 188. Pour les autres écoles : Observatoire des inégalités, « Rapport sur les inégalités en France », 2017, p. 75. Pour l’ensemble des ménages français : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=FRANCE-1#chiffre-cle-3. Pour les IEP et l’École polytechnique, les données portent sur l’année scolaire 2013-2014. Pour les autres filières, elles portent sur l’année scolaire 2014-2015. La construction statistique des PCS sera discutée dans la troisième partie de l’article. Précisons ici que les statistiques présentées dans ce tableau sont issues de codages effectués par le Ministère de l’Éducation nationale. L’ancienne profession des retraités n’étant malheureusement pas indiquée, il n’est pas possible de les répartir dans les autres PCS comme il conviendrait. Par ailleurs, en respect de la nomenclature adoptée par l’INSEE, les professeurs certifiés et agrégés sont classés parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures.

13

14 Source : base « ENA » constituée par François Denord, Sylvain Thine et Fabrice Larat. La base de données renseigne les parcours de 1 159 diplômés de dix promotions de l’ENA (1985, 1986, 1994, 1995, 1998, 1999, 2003, 2004, 2008 et 2009), auxquels s’ajoutent tous les diplômés issus du troisième concours pour la période et quatorze individus entrés à l’ENA par voie dérogatoire, portant l’effectif total à 1 215 individus.

15 Je remercie François Denord, Paul Lagneau-Ymonet et Sylvain Thine d’avoir accepté de me transmettre les données relatives aux IEP issus de leurs bases sur les étudiants de l’ENA et le champ du pouvoir en France.

16 Classe préparatoire littéraire aux concours des grandes écoles (post-baccalauréat).

17 Alcool. Terme dérivant du verbe « tiser » qui signifie ajouter du combustible dans un four.

18 Le thème choisi pour cette initiation à la recherche en première année – « Les élites à Strasbourg » – participe d’une conception extensive et relativiste de la notion d’élite. En effet, si certains groupes d’étudiants travaillent sur le préfet et son cabinet ou sur les élus nationaux présents à Strasbourg, d’autres travaillent sur des journalistes de la presse quotidienne régionale ou des enseignants-chercheurs élus au conseil d’administration de l’Université de Strasbourg.

19 Ce revenu après impôt et prestations sociales pour une personne seule constitue approximativement le « seuil de richesse », au-dessus duquel se situent seulement 10% de la population française. Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (2007, pp. 25-30) montrent qu’un tel seuil de richesse est arbitraire en raison du caractère multidimensionnel de la richesse en haut de l’espace social.

20 Grande école de commerce située à Paris.

21 Dans leur ouvrage de synthèse sur les classes populaires, Yasmine Siblot et ses collègues font précisément de l’appartenance socioprofessionnelle aux catégories « ouvriers » et « employés » de l’INSEE l’élément central de leur définition des classes populaires (Siblot et al., 2015). On peut à ce titre s’étonner qu’aucun ouvrage de synthèse sur les classes supérieures ne fasse le pendant aux nombreux ouvrages sur les classes populaires et moyennes.

22 La réflexion présentée dans cet article est essentiellement inspirée du travail de Rémi Sinthon sur la construction des catégories destinées à étudier la mobilité sociale. Pour une réflexion approfondie sur cet objet, il convient donc de se reporter à son travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ugo Lozach, « Élites, mais pas tant que ça », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les élites par leurs marges : (im)perméabilité et performativité des frontières sociales, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/12796

Haut de page

Auteur

Ugo Lozach

UMR 7363 - Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe, Université de Strasbourg (France) - ugo.lozach@misha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page