Navigation – Plan du site
Les élites par leurs marges : (im)perméabilité et performativité des frontières sociales

Des « rouges » à l’école des élites ?

Retour sur la trajectoire de syndicalistes cégétistes candidats à la Troisième voie d’accès à l’ENA (1983-1986)
"Commies" at the Elite School? Reflections about the Career Path of French Trade Unionists admitted to the "Third Way" of Entering ENA (1983-1986)
Nicolas Simonpoli

Résumés

Cette contribution revient sur la carrière administrative d’anciens syndicalistes cégétistes entrés dans la haute fonction publique par l’intermédiaire de la Troisième voie d’accès à l’ENA (1983-1986), concours spécifique et inédit. Après avoir retracé les propriétés sociales de ces énarques atypiques, cet article cherche à comprendre la manière dont ils réussissent à mobiliser positivement leurs savoir-faire et savoir être spécifiques dans un milieu professionnel fortement codifié. L’article démontre ainsi combien l’occupation d’une position marginale au sein des élites d’État peut faire l’objet d’une réappropriation « heureuse », notamment lorsqu’elle permet une adaptation plus progressive au rôle de hauts fonctionnaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fondée en 1945, l’ENA possède le monopole de la formation des hauts-fonctionnaires français. Son st (...)
  • 2 À partir du début des années 1970, les forces politiques socialistes et communistes s’accordent sur (...)
  • 3 En plus des coordonnateurs du numéro, je souhaite remercier M. Aranda, G. Fradois, J. Froger-Lefebv (...)

1À l’heure où les « filières d’élite entrouvrent leurs portes » aux représentants des classes populaires (Pasquali, 2014) et accordent une place grandissante aux « attributs et aptitudes personnels » dans la sélection des futurs dirigeants (Khan 2015, p. 71), cet article revient sur une tentative historique de promotion des responsables militants au sein des élites administratives françaises. Mis en place sous le premier mandat présidentiel de François Mitterrand (1981-1988) ce dispositif vise à élargir le recrutement de l’École nationale d’administration (ENA) 1, principale institution de sélection et de formation des cadres de l’appareil d’État, par la création d’un nouveau concours d’entrée censé rompre avec l’élitisme culturel et social inhérent au fonctionnement de l’établissement 2. Sans remettre en cause le format du concours, voie d’accès historique à la fonction publique française, cette innovation administrative cherche à mettre en valeur « la compétence sociale » des « élus » de la nation. Il s’agit, ici, de suivre les trajectoires d’une partie de ses lauréats, syndicalistes devenus hauts-fonctionnaires 3.

  • 4 Parmi les plus étudiées, on trouve notamment : les mesures sur le départ à la retraite à 60 ans, le (...)
  • 5 Pour être admis à concourir, les candidats doivent justifier de l’exercice pendant huit années de m (...)
  • 6 Cf. Loi n°83-26 du 19 janvier 1983.
  • 7 Voir sa notice biographique dans le dictionnaire Maitron : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/s (...)

2Contrairement à d’autres réformes « emblématiques » menées par les différents gouvernements du Premier ministre Pierre Mauroy 4, la loi du 19 janvier 1983 instaurant une Troisième voie d’accès à l’ENA demeure une mesure politique oubliée. Dans la littérature historique, elle laisse le souvenir d’une disposition morte née tant son application fut brève (1983-1986) et le nombre de ses bénéficiaires modique (29 énarques au total). Image d’une « démocratisation de la fonction publique » opposée à une « Énarchie » omnipotente, elle fait figure de disposition ambitieuse mais avortée, incapable d’opérer une remise en cause de l’ordre établi dont la présidence de François Mitterrand souhaitait être l’incarnation. En proposant de faciliter l’intégration des « élus » associatifs, syndicaux et politiques à la haute fonction publique 5, ce dispositif envisage d’étendre le recrutement des grands commis de l’État à des citoyens ayant fait « la preuve de leur dévouement au service de l’intérêt général » 6. En visant cette population spécifique, le cabinet du ministre communiste de la Fonction publique, Anicet le Pors (1981-1984), entend enclencher un processus de démocratisation de la haute administration 7. Pour ce faire, la Troisième voie d’accès s’appuie sur la promotion de compétences extérieures à l’institution et censées améliorer son fonctionnement.

  • 8 Anicet Le Pors, Débats à l’Assemblée nationale, 05 octobre 1982, 2ème séance, JOAN 5381-5401.

3En instituant ce nouveau concours, les promoteurs de la loi s’engagent ainsi dans l’élaboration d’une « excellence décalée » (Lignier & Pasquali, 2016) dont l’objectif consiste à valoriser des savoir-faire originaux considérés comme relativement peu répandus chez les énarques du sérail. Il s’agit de promouvoir « la compétence sociale » des futurs candidats, c’est-à-dire leur capacité à mobiliser « des qualités humaines, une faculté d'adaptation, une aptitude à se déterminer rapidement dans des situations inédites, à dégager le principal de l'accessoire, etc. » 8. Ces aptitudes s’éloignent, à bien des égards, des référentiels scolaires habituellement mis en valeur par l’institution. Elles divergent également des « qualités sociales », aux atours aristocratiques, qui ont longtemps présidé à la sélection des hauts fonctionnaires en France (Gally, 2012 ; Prost, 2017) comme dans le reste de l’Europe (Vincent, 2018). À l’inverse, ces nouveaux critères de sélection tendent à instaurer un régime de compatibilité entre des dispositions constituées dans deux espaces historiquement concurrents : l’État et le mouvement social. La question de la convertibilité des capitaux transférés entre ces deux sphères se trouve alors directement posée.

4Certains sociologues et politistes ont déjà questionné « les conditions de valorisation du passé militant » (Tissot, Gaubert & Lechien, 2005, p. 13) dans l’après 10 mai 1981 (élection de François Mitterrand à son premier mandat présidentiel). En 1985, dans un ouvrage dirigé par Pierre Birnbaum consacré aux Élites socialistes, Michel Offerlé et Daniel Gaxie s’intéressent aux positions accordées aux dirigeants associatifs et syndicaux dans le « champ du pouvoir ». Ils exposent alors les difficultés de « ce personnel politique atypique » (Gaxie & Offerlé, 1985, p. 106) à convertir en « capital individuel » des ressources militantes constituées collectivement dans un cadre syndical ou associatif. À rebours de l’affirmation journalistique selon laquelle, avec l’arrivée d’un gouvernement socialiste « les militants ont chassé les énarques » (Ibid, p. 105), les deux auteurs affirment plutôt « la marginalité » des positions réellement occupées par les nouveaux élus. Ils décrivent comment, à mesure que s’atténuent les effets de la conjoncture politique exceptionnelle dont relève leur entrée en fonction, ils se trouvent attachés aux positions les plus dominées des institutions publiques. Incapables de résister à la concurrence du personnel politique en place avant 1981, souvent mieux doté socialement, ils se trouvent cantonnés à des sphères périphériques, seuls espaces au sein desquels leur expérience militante puisse être valorisée en tant que ressource rare.

5Considérant à la fois les propriétés sociales des acteurs et les conditions historiques de leur exploitation, ces travaux invitent à adopter « une définition configurationnelle » des élites (Heinich, 2004). D’inspiration pluraliste, celle-ci permet de considérer les responsables militants comme une « élite sectorielle » régulièrement en contact – de par ses fonctions de représentation – avec ses homologues d’autres secteurs d’activité (patronat, dirigeants politiques, intellectuels, etc.) ou avec des représentants de l’administration (commissions du Commissariat général au Plan, négociations des accords syndicaux, etc.). En ce sens, la Troisième voie d’accès à l’ENA constitue une passerelle entre une « élite spécifique » et une « élite d’État », cette dernière se distinguant par « l’impérialisme » de son « pouvoir » qui transcende tous les domaines sociaux (Suleiman, 1979, p. 20). Il s’agit ainsi de réussir à penser les conditions sociales de ce transfert vers un espace central de la fonction publique.

  • 9 Fondée en 1895, la Confédération générale du travail est une organisation syndicale se revendiquant (...)
  • 10 De façon à respecter l’anonymat des enquêtés, nous avons pris le parti d’effectuer une anonymisatio (...)

6En ce sens, cet article se concentre sur ce qu’il est permis de considérer comme un cas limite, celui des syndicalistes cégétistes 9 admis à l’ENA 10. La focalisation sur cette sous-catégorie s’explique par la double illégitimité dont ces hauts fonctionnaires sont a priori porteurs au sein des élites administratives. Par-delà l’indignité à laquelle les renvoie leur participation à la Troisième voie, ils subissent le discrédit attaché à leur appartenance au système d’action communiste considéré par beaucoup de hauts fonctionnaires comme incompatible avec l’exercice d’une mission étatique. De fait, ils constituent des exceptions dans une administration centrale où les idées communistes sont bien peu partagées (Sabater-Bono, 1990). Dans cette configuration, la notion de « marges » dévoile tout son intérêt en ce qu’elle procède d’une double réalité. Elle permet, d’abord, de saisir la place de ces « élus » placés objectivement – de par leur position sociale – et subjectivement – de par leur socialisation – à la frontière « entre deux mondes » (Park, 1928). Cet état intermédiaire est caractéristique des mobilités sociales « de grandes amplitudes » (Naudet, 2012 ; Pasquali, 2014, p. 398) dont relèvent les trajectoires biographiques des intéressés. Les « marges » renvoient, ensuite, à l’idée d’une frontière située à la périphérie d’un domaine d’activité. Une lisière où les normes « du centre » sont l’objet d’une appropriation ambivalente. La combinaison de ces deux acceptions est au cœur de notre propos. En revenant à la fois sur la scolarité des énarques cégétistes et sur certaines étapes de leurs carrières administratives, nous démontrerons qu’ils réussissent à mobiliser positivement leurs (dis)positions marginales dans la haute administration. Aussi, après avoir présenté quelques traits distinctifs de cette population, nous détaillerons leurs logiques de fréquentation de l’ENA, puis leur carrière dans la haute fonction publique.

Les sources de la Troisième voie de l’ENA (1983-1986)
Rédigé dans le cadre d’une thèse sur la gestion institutionnelle des responsables syndicaux cégétistes, cet article s’appuie sur le fonds du secteur « promotion des cadres syndicaux » conservé par l’Institut d’histoire sociale de la Confédération générale du travail (CGT) au sein duquel nous avons pu consulter les cartons consacrés à la Troisième voie de l’ENA (côte 399 CFD/19-23). Ceux-ci comprennent les listes des participants, la correspondance de ces derniers avec les responsables du secteur, les notes des candidats, les courriers échangés avec les membres du gouvernement, etc. Nous avons également pu accéder aux archives du ministère d’Anicet Le Pors (1981-1984) déposées aux Archives nationales (côte AN 19930281/1-130). Les données archivistiques ont ensuite été complétées par des entretiens biographiques réalisés entre novembre 2015 et septembre 2017 avec treize anciens candidats – admis et collés – au concours, ainsi que par la lecture de leurs travaux autobiographiques et par la recension des numéros de presse consacrés au concours. Certains membres du cabinet du ministre, ainsi qu’Anicet Le Pors lui-même, ont également été interrogés sur la même période. Ces entretiens constituent le matériau principal de cet article.

Une élite militante au défi de l’ENA

7Si le départ des ministres communistes du gouvernement, intervenu à l’été 1984, crée quelques disparités dans les sources disponibles aux Archives nationales, les données récoltées dans les cartons permettent de dégager quelques-unes des caractéristiques des postulants au concours. Deux éléments vont nous intéresser : d’une part, les candidats, qu’ils soient syndicalistes ou non, semblent plutôt appartenir à une élite militante relativement bien dotée culturellement et professionnellement. D’autre part, s’ils disposent de ressources certes importantes, leur profil social diffère grandement du modèle de « l’énarque idéal » (Gérard Arvard) incarné par les étudiants du concours externe.

  • 11 Voir notamment, les bilans proposés par la commission d’autorisation dirigée par André Kerever : Cf (...)
  • 12 Comme l’explique Jean-Michel Eymeri, « nombreux parmi les candidats, les diplômés d’universités réu (...)
  • 13 Lettre du 9 mars 1983 adressée par André Allamy à Jean Vincent, secrétaire général de la fédération (...)

8Au regard des données disponibles, on constate que la Troisième voie est d’abord investie par les centrales syndicales qui fournissent près des deux tiers des participants (66% entre 1983 et 1985), la CGT étant de loin l’organisation la plus importante 11. En 1983, elle représente plus de la moitié des syndicalistes (17 sur 30) et plus d’un tiers de l’ensemble des candidats qui participent aux épreuves (17 sur 41). La présence de femmes est très faible, puisqu’on ne compte guère plus de deux ou trois candidates par session, sur une moyenne de 39 participants. Ce constat illustre les effets d’une discrimination sexuée qui s’exprime fortement au début des années 1980. Aussi bien au sein de la direction nationale de la CGT (Andolfatto & Labbé, 1997, p. 156) qu’à l’entrée à l’ENA (Achin & Lévêque, 2007, p. 25), les femmes ne représentent qu’un quart des effectifs. La Troisième voie confirme ainsi indirectement combien l’accès aux directions militantes et administratives demeure un privilège masculin. La moyenne d’âge des candidats est de 37 ans au moment où ils présentent le concours, ils sont ainsi près de quinze ans plus âgés que les aspirants venus des rangs étudiants. Cette différence entre les deux groupes s’exprime également au regard du niveau de certification possédé. Si les candidats de la Troisième voie sont certes diplômés, ils le sont dans une bien moindre mesure et plus souvent de l’université que des grandes écoles 12. Un peu plus de 70% d’entre eux sont titulaires du baccalauréat et pour 42% d’un diplôme égal ou supérieur à la licence. Cette importance des diplômés de l’enseignement supérieur se confirme chez les syndicalistes cégétistes dans la mesure où la moitié d’entre eux possède « au moins » le baccalauréat (50%), l’autre moitié bénéficiant d’une qualification soit de l’enseignement technique court ou primaire (19%), soit de l’enseignement technique long (31%). La concordance entre ce niveau de certification et un statut professionnel d’encadrement semble se confirmer au regard de leur situation professionnelle. Les données disponibles sont toutefois plus disparates puisqu’elles ne concernent que la première année du concours. À l’échelle des 30 syndicalistes recensés, elles confirment un niveau de recrutement relativement sélectif : la moitié déclare une profession de cadre ou de technicien (17 individus), un tiers celle de permanent syndical (8 individus) et seulement une minorité un statut d’employé (5 individus). Sur l’ensemble des différentes sessions, la part des ouvriers et/ou des « non-diplômés » parmi les candidats apparaît ainsi dérisoire. L’exemple cégétiste sert ici aussi d’indicateur. Alors que la centrale dénombre 49,6% d’ouvriers parmi les participants du congrès de Lille en 1982 (Groux & Mouriaux, 1992, p. 84), elle ne compte qu’un seul représentant de cette catégorie au concours de l’ENA. Ces données laissent voir que la démocratisation escomptée par les porteurs de la réforme n’est en pratique qu’esquissée. Les candidats semblent plutôt appartenir à une élite militante aux propriétés sociales relativement rares. Du côté cégétiste, ce constat résulte en grande partie des modalités de sélection mises en œuvre par l’organisation. La confédération prospecte auprès des directions fédérales et départementales, précisant que si « les épreuves sont adaptées aux connaissances des candidats […] il est clair que cela requiert un certain niveau dans les connaissances, l’expression écrite et orale, de chacune et de chacun. […] Nous devons soigner le niveau des candidatures, compte tenu qu’il s’agit de la C.G.T. » 13. En ce sens, les responsables chevronnés et diplômés apparaissent très vite comme les plus à même de réussir le concours et de représenter au mieux le syndicat.

  • 14 Ces institutions universitaires, ainsi que les certifications mentionnées, ont la particularité d’ê (...)

9Cependant, il semble nécessaire de ne pas s’en tenir à cet état figé des propriétés personnelles des participants mais plutôt de les appréhender de manière dynamique, notamment en renseignant les conditions sociales ayant rendu possible leur acquisition. L’étude des trajectoires des responsables cégétistes présents aux épreuves (29 individus) démontre ainsi combien les modes d’accumulation de ressources culturelles diffèrent selon les individus. Originaires pour la majorité des franges stabilisées des classes populaires, ils connaissent des trajectoires scolaires pour le moins très diverses. De façon schématique, on peut distinguer deux types de trajectoires d’acculturation. Les membres d’un premier groupe (10 individus) disposent d’une scolarité brillante qui s’achève par l’obtention de titres universitaires socialement rares (Bac, BTS, DUT, Licence, etc.) voire prestigieux (IEP, HEC, Supélec, etc.). Forts de ces succès, ils sont nombreux à intégrer le marché du travail à des postes de techniciens supérieurs ou de cadres. Échappant aux emplois d’exécution, ils prolongent fréquemment un processus d’ascension sociale initié par leurs parents. À l’inverse, pour un second groupe (19 individus), la participation à l’institution scolaire se solde par l’accumulation de ressources symboliques bien moins importantes. Bons élèves de l’enseignement primaire, ils subissent une réorientation au moment d’aborder le cycle secondaire. Qu’elle s’inscrive dans la continuité d’un événement biographique majeur (décès ou départ d’un des parents, déménagement de la famille, problèmes de santé, etc.) ou d’un désajustement des positions sociales (conflits lors de l’entrée dans un établissement « bourgeois », interruption de la bourse d’étude, etc.), cette orientation – vécue comme une relégation – aboutit à un retour vers les filières de l’enseignement technique. Ce qui apparaît comme une élection avortée a pour effet d’attacher ces élèves à une condition ouvrière à laquelle ils imaginaient pouvoir échapper. Toutefois, cette réorientation de leur trajectoire ascendante n’a rien de définitif. Privés d’une certification universitaire en formation initiale, ils opèrent une sorte de « rattrapage culturel » (Fossé-Poliak, 1992, p. 107) à l’âge adulte. Celle-ci, d’abord encouragée par l’engagement militant, s’inscrit ensuite – pour une partie d’entre eux (9 individus) – dans la réalisation d’un cursus universitaire. Ainsi, on constate que plus de la moitié des candidats cégétistes titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur au moment de présenter le concours a acquis ce dernier au terme d’une formation entreprise dans les années 1970. La fréquentation d’institutions académiques réputées pour leur ouverture aux non-bacheliers (Conservatoire national des arts et métiers, Université de Vincennes, Institut des sciences sociales du travail, etc.), de même que l’obtention de la capacité en droit ou de l’examen spécial d’entrée dans les universités 14, viennent ainsi amorcer un mouvement de légitimation de pratiques culturelles longtemps demeurées extra-scolaires. Pour une part non négligeable des candidats, l’inscription au concours de la Troisième voie s’apparente ainsi au franchissement d’une étape supplémentaire dans un processus de promotion sociale en cours de réalisation.

10Néanmoins, la félicité de ce nouveau défi requiert des dispositions particulières, irréductibles aux compétences culturelles ou techniques mises en œuvre lors de leurs études supérieures. En effet, accéder à l’ENA revient à pénétrer « les filières sélectives » des grandes écoles qui constituent les lieux de recrutement privilégiés des élites d’État (Suleiman, 1979, p. 13). Historiquement constituées comme exclusives des cursus universitaires, ces institutions appuient leur fonctionnement sur la maîtrise d’un système de « codes » et de « valeurs » spécifiques aux classes dominantes. Réussir à trouver sa place à l’ENA implique ainsi « un profond travail de réforme » personnel, c’est-à-dire de conversion de dispositions physiques et psychiques (Naudet, 2012, p. 204). Dès lors, on imagine aisément « l’altérité », voire « l’étrangeté » (Mariot, 2013), ressentie au moment de la rencontre entre ces outsiders et les élèves « établis » (Elias, 2001[1965]) du système ENA.

Vivre entre deux mondes : faire un usage de contrebande de l’institution

  • 15 Lors des débats au Sénat, Paul Séramy de l’Union centriste interpelle le ministre en ces termes : « (...)
  • 16 Le Rassemblement pour la république est un parti de gouvernement positionné sur le pan conservateur (...)
  • 17 Débats à l’Assemblée nationale, 05 octobre 1982, 2ème séance, JOAN 5381-5401.

11La mise en application de la Troisième voie est marquée par les multiples affrontements politiques et médiatiques qui opposent l’Association des anciens élèves de l’ENA au gouvernement. Du printemps 1982 à l’hiver 1983, les pourfendeurs de la loi stigmatisent « l’incompétence » et « la politisation » des futurs candidats. Ceux issus des rangs cégétistes sont particulièrement visés en raison de leur accointance présumée avec le cabinet du ministre communiste de la Fonction publique 15. Lors des débats parlementaires, Jean Foyer, député du Rassemblement pour la république 16, leur prédit ainsi une carrière « de hauts-fonctionnaires au rabais, qui souffriront de l’être, qui le resteront quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse » 17.

  • 18 Par-delà les prises de position critiques formulées par les représentants des grandes dynasties d’é (...)
  • 19 Si cette Troisième voie est souvent considérée comme « à l’image » des deux autres concours, elle d (...)
  • 20 Au terme de leur scolarité, et au regard des résultats acquis tout au long de leur formation (notes (...)
  • 21 Notes manuscrites d’un conseiller à l’intention d’Anicet Le Pors [1984], AN 19930281/103

12Cette stigmatisation ne s’interrompt pas avec l’entrée dans la scolarité. S’ils bénéficient de la bienveillance de certains condisciples, ils subissent également les railleries des héritiers ou des élèves fonctionnaires attachés, chacun à leur manière, à la conservation de l’institution 18. Cette défiance s’exprime tant à l’intérieur de l’école (enseignements, groupes de travail) qu’à l’extérieur de celle-ci (stages d’application effectués dans l’administration). Tout semble rappeler le caractère atypique de ces énarques d’un nouveau genre : les épreuves du concours sont « adaptées à leurs spécificités » 19, leur scolarité se déroule en quasi indépendance et, enfin, ils disposent d’un classement de sortie autonome 20. Si on ajoute à cela les écarts générationnels, on comprend qu’ils forment un groupe certes soudé mais relativement isolé. L’entretien de cet entre-soi, conjugué à l’attitude de leurs pairs, participe à freiner le processus d’adaptation à leur nouveau milieu professionnel comme c’est souvent le cas des personnes en situation de mobilité sociale (Blau, 1956, pp. 293-295). Ces difficultés d’assimilation au corps modal des aspirants hauts fonctionnaires ressortent aux différentes étapes de leur scolarité. Au sujet des stages effectués en circonscription, une note interne au ministère de la Fonction publique précise par exemple : « les rouges sont pris comme une sanction par les préfets qui les reçoivent »21.

  • 22 Créées en 1981, les missions locales pour l’emploi ont pour mission de faciliter la réinsertion pro (...)

13Le cas de Nikola Jokic, ancien responsable d’une mission locale pour l’emploi 22 à Maisons-Alfort et secrétaire de l’Union locale CGT de Saclay, illustre parfaitement les logiques de limitation dont sont victimes une partie des énarques cégétistes. Alors qu’il effectue son stage loin de Paris, dans une préfecture d’environ 150 000 habitants située au centre de la France, il estime être l’objet d’une mise à l’écart du fait de ses convictions politiques. Celle-ci se caractérise par divers aspects. D’une part, on le prive des biens matériels généralement alloués aux stagiaires de l’ENA (logement, voiture de fonction, bureau, etc.), d’autre part, on le renvoie à sa position hiérarchique dominée. En refusant d’abord de le recevoir, puis en le rencontrant en tenue d’apparat, le préfet lui rappelle l’asymétrie de leurs capitaux administratifs respectifs. Cette mise en scène a pour but de souligner l’extériorité du stagiaire de l’ENA à l’institution étatique et de remettre en cause sa capacité à en devenir un membre à part entière. Pour Nikola Jokic, l’administrateur du département ne voit en lui « qu’un communiste » c’est-à-dire un opposant – plus ou moins déclaré – aux intérêts de l’État. Significativement, alors que le département est agité par un conflit social d’importance, notamment mené par la CGT locale, l’énarque se voit interdire l’accès aux réunions avec les forces de police. Moyen détourné de remettre en cause la sincérité de son engagement au service de l’institution, tout en restreignant son périmètre d’action et ses marges de manœuvre.

« Le préfet ne veut pas me recevoir. Il ne veut pas me loger. La règle habituelle c’est que les stagiaires de l’ENA sont logés dans la préfecture, ils ont un véhicule, un chauffeur, ils participent aux réunions de cabinet et aux réunions de police. Moi, au bout d’une semaine, le préfet ne m’avait toujours pas reçu, je n’avais toujours pas de logement. J’avais loué un gîte rural, à 30 km de la préfecture, en attendant […] je n’avais pas de bureau, je me pointais le matin, on me disait : "tiens, ici, il y a une place". C’était incroyable. Puis, je n’avais aucun accès aux réunions du cabinet et des réunions de police. Cela m’intéressait particulièrement (il tape sur la table), je voulais voir comment fonctionnent les renseignements généraux, la police judiciaire et compagnie. Au même moment, il y avait un conflit social très dur dans les filiales du groupe X. Il y avait quelques usines dans la région et le préfet ne voulait pas que je participe aux réunions parce que, précisément, il y avait les questions liées à cette lutte ».

  • 23 Il apparait d’ailleurs évident aux promoteurs de la réforme que les lauréats du concours devront re (...)

14Confrontés à ces manifestations d’hostilité, les énarques de la Troisième voie expérimentent les frontières invisibles dressées entre eux et les membres de la haute fonction publique. Paradoxalement, l’étiquetage militant qui leur est attribué leur semble d’autant plus inopportun que leur entrée à l’ENA coïncide souvent avec une prise de distance – souhaitée ou contrainte – avec les réseaux syndicaux et politiques auparavant fréquentés 23. Si une grande partie de leurs anciens camarades se félicitent de leur succès, d’autres se plaisent à rapporter leurs nouvelles fonctions à des formes de renoncement, voire de « trahison ». Dans cette situation, le travail d’identification au milieu d’arrivée est rendu particulièrement couteux. Ces énarques peinent souvent à s’orienter entre deux matrices identitaires – militantes et administratives – qui leur apparaissent parfois « irréconciliables » (Naudet, 2012, p. 214).

  • 24 En sociologie de la littérature, la notion de « contrebande » est fréquemment utilisée pour traiter (...)

15Toutefois, pris dans cet entre-deux, ils ne sont pas totalement démunis. L’une des stratégies d’adaptation utilisée consiste à mettre en œuvre un usage de contrebande de l’institution (Darnton, 2010 ; Sapiro, 2018, p. 308) 24. Pour échapper au verdict qui s’abat sur eux, mais aussi pour réussir à « vivre avec » ce nouveau statut, ils exploitent l’institution en fonction de leurs intérêts propres et se fabriquent un monde à eux (Pollak, 1990). Aussi, leurs manières d’investir l’école divergent largement des canons habituels et s’inscrivent en rupture avec l’idéologie de « conformité » qui règne à l’ENA (Emery, 2001, p. 79). L’exemple de Gérard Avard, ancien permanent CGT de la fédération de l’Équipement, illustre parfaitement ces aspirations décalées. Au cours de sa scolarité, il se plaît à assouvir une passion pour la micro-informatique et pour le montage vidéo qu’il nourrit en autodidacte depuis de longues années. À l’ENA, il dispose enfin du soutien logistique nécessaire à sa formation. Toutefois cette avidité à découvrir l'informatique, notamment dans ses potentialités les plus techniques, se situe en décalage avec les inclinations des autres élèves pour qui cet outil relève avant tout d'un travail subalterne, associé aux fonctions de secrétariat. Loin de se formaliser, cet ancien dessinateur industriel se revendique de son originalité. Outre le plaisir d’approfondir ses connaissances en la matière, sa maîtrise des techniques informatiques lui permet de se distinguer de ses pairs tout en remettant en cause les catégories d’évaluation de l’institution. En devenant le premier élève à présenter un document vidéo lors de l’examen de sortie de l’ENA, il souhaite exprimer « sa différence » et son refus de la « routine mortifère » qui entoure, selon lui, l’établissement et ses élèves.

« Notre atout c’était qu’on était différents des autres. Il ne fallait surtout pas se couler dans le moule des autres, il fallait cultiver notre différence. Je dirais presque il fallait la cultiver sur l’informatique, sur tout ce qui était nouveau. Il fallait être nouveau par rapport aux autres. Montrer que venant d’en bas, on était beaucoup plus révolutionnaires dans l’appropriation des techniques qu’eux, qui étaient dans une routine un peu mortifère […]. Il faut cultiver notre différence parce que c’est elle qui fait notre valeur. Parce que si on se moule dans les autres on est perdu, ils sont meilleurs que nous. Si je commence à faire un cours d’économie avec eux, je suis laminé. Par contre, si on fait de la vidéo, je suis meilleur qu’eux ».

16À maints égards, l’incongruité de leur statut les autorise à s’affranchir des règles en vigueur au sein de l’institution. Ils se refusent ainsi à adopter les pratiques concurrentielles qui animent leurs camarades des autres concours. Entre eux, aucune compétition ne verra le jour comme en témoigne la manière dont ils se répartissent les postes vacants à l’issue de leur scolarité. Privilégiant leur intérêt intrinsèque pour l’activité de tel ou tel ministère à la renommée attribuée à celui-ci, ils n’hésitent pas à retoquer les places les plus prestigieuses (le ministère des Affaires étrangères par exemple) au profit d’affectations plus en adéquation avec leurs goûts personnels ou militants. Au cours des entretiens, Bernard Alfand raconte la surprise qui saisit alors la direction de l’ENA devant des choix qui échappent à la rationalité des autres élèves.

« Notre petit groupe de dix [il s’agit des dix énarques reçus en 1983] s’est réuni. On a regardé les postes qu’il y avait et on se les est répartis. Et il n’y avait pas de poste au ministère de la Culture mais un au quai d’Orsay. Mais ça n’intéressait aucun des dix. Nous sommes allés voir le directeur de l’École et nous lui avons dit que nous ne voulions pas du quai d’Orsay. Il en est resté baba monsieur Simon Nora. Ça l’étonnait beaucoup, beaucoup, beaucoup. On lui a dit qu’il fallait qu’il en réfère au ministre et qu’un poste à la Culture serait vraiment très bien. On lui demande de remplacer le Quai d’Orsay par la Culture ! (Rires) ».

17Au cours de leur scolarité, c’est avant tout l’homogénéité du groupe qui assure leur indépendance vis-à-vis de l’échelle des valeurs de l’élite administrative. Leur cohésion participe à maintenir comme acceptables des pratiques pourtant jugées illégitimes au sein de l’école. Là où un groupe plus éclaté aurait consenti à son indignité, ils trouvent les moyens collectifs d’y résister (Elias, 2001 [1965], p. 219). L’âge avancé de ces « hommes mûrs et rassis » comme ils se décrivent eux-mêmes, ainsi que la solidification de leur socialisation militante rendent très improbable leur conversion radicale aux perspectives élitistes de la haute administration (Laurens & Serre, 2016). Ce « regard oblique » (Hoggart, 1970) porté sur les catégories de pensée de la hiérarchie administrative se retrouve tout au long de leur parcours de hauts fonctionnaires.

Faire carrière dans la haute administration. Exploitation des marges et reconversion des capitaux

  • 25 Par-delà les interpellations interpersonnelles ou les condamnations du nouveau concours par voie de (...)
  • 26 Le statut d’administrateur civil est le plus représenté parmi les hauts fonctionnaires français. Ce (...)

18Lorsqu’on les interroge sur les étapes de leur déroulement de carrière, les anciens responsables cégétistes s’accordent sur l’inexistence de discriminations professionnelles explicitement attachées à leur participation à la Troisième voie de l’ENA ou à leur engagement militant. Certes, ils connaissent des déconvenues avec l’Association des anciens élèves 25, essuient quelques remarques altières formulées par des supérieurs farouchement opposés à la réforme ou animés par une certaine défiance envers l’appartenance communiste. Néanmoins, au premier abord, ces anathèmes ne pénalisent pas significativement une trajectoire professionnelle tout à fait comparable au parcours des administrateurs civils 26 sortis de l’école à la même époque. Tout se passe comme si l’obtention du statut de haut fonctionnaire, conjuguée à la disparition prématurée de la Troisième voie, venait « blanchir » l’illégitimité de leur pedigree professionnel.

  • 27 L’un d’eux nous confie : « Quand j’étais au ministère, à la direction du personnel il n’y avait auc (...)
  • 28 Pour Francine Muel-Dreyfus, « l’identification au poste se réalise au terme d’un travail qui est in (...)

19Dès lors, peut-on affirmer que ce passé est sans incidence sur leur carrière administrative ? Pas tout à fait. Pour le comprendre, il convient de saisir la valeur symbolique des postes successivement occupés par ces anciens responsables cégétistes. Devenus administrateurs civils pour la majorité, ils ont pour point commun de fréquenter – au moins temporairement – des services particulièrement dépréciés de leur ministère de rattachement. Qu’il s’agisse de la gestion des procédures informatiques, des moyens généraux ou des ressources humaines, ils se voient confier des fonctions que bien des énarques évitent soigneusement de solliciter en raison de leur déficit de prestige (Bourdieu, 1989, p. 292 ; Bellier, 1993, p. 33). Conscients de cet état de fait 27, les énarques de la Troisième voie se satisfont pourtant de ces affectations. Comment l’expliquer ? D’une part, à l’image des normaliens de condition modeste demeurés de « simples » agrégés du secondaire (Bataille, 2017), l’amplitude de la migration de classe est telle que tous les signes de relégation semblent masqués par la « consécration » que représente l’accès au statut de haut fonctionnaire (« pour être clair, ma réussite à l’ENA c’était mon bâton de maréchal, le reste c’était du bonus. Je me foutais de ma carrière, c’était déjà fait », Gérard Avard). Ils intériorisent ainsi l’illégitimité de leur origine professionnelle, limitant leurs ambitions en proportion. D’autre part, ces positions « marginales » leur offrent la possibilité d’une transition plus progressive vers un rôle opérationnel qu’ils ne maîtrisent encore qu’imparfaitement à l’issue de leur scolarité. Leur méconnaissance des us et coutumes des directions administratives, associée à une faible maîtrise du fonctionnement ordinaire des structures, les exposent à une activité difficilement appréhendable. Or, dans ces sphères périphériques éloignées de la pression politique des centres administratifs, « le travail du poste 28 » est rendu plus aisé (Muel-Dreyfus, 1983). Il les place notamment en position de mobiliser des savoir-faire – militants, professionnels ou personnels – acquis dans leurs fonctions antérieures. Ce réinvestissement participe d’une mise en conformité subjective à leur nouveau rôle. Gérard Avard, titulaire d’un BEI de mécanique générale, raconte ainsi comment il s’approprie sa charge de responsable du bureau des achats pour le ministère de l’Équipement.

« Il y a l’aspect technique que je connaissais et c’est sur ça que je me suis appuyé. Quand je suis arrivé, je venais chapeauter deux chefs de bureau. Je réunis les deux gars, je leur dis : "l’administration, j’y connais rien alors vous allez m’apprendre. Je partage la responsabilité avec vous, on va piloter le truc ensemble. Par contre, le technique je m’en charge". C’est là-dessus que j’ai fait mon image. J’ai piloté des appels d’offre techniques, avec des éléments que personne d’autre que moi n’avait. J’ai refusé des machines sur des références technologiques et non administratives ou financières ».

  • 29 Cf. note du 17 février 1984 adressée à Anicet Le Pors. AN 19930281/102.

20Dans la mesure où elles constituent des valeurs « rares », les ressources importées dans l’espace administratif fonctionnent parfois comme un réel atout professionnel. Certains voient ainsi leur évolution de carrière s’accélérer à mesure qu’ils font la preuve d’une compétence insoupçonnée chez un énarque. Le cas de Patrick Marin, ancien ingénieur en électrotechnique, en charge de l’informatisation d’un ministère régalien au milieu des années 1980 est à ce titre exemplaire. Sa maîtrise des questions informatiques répond à une lacune structurelle de l’administration de l’époque, très peu dotée en la matière. En effet, comme le révèlent les archives du ministère de la Fonction publique, les fonctionnaires de haut niveau entretiennent peu d’appétences pour ces services qui ne correspondent ni à leur formation initiale, ni à leurs ambitions de carrière. Ce désintérêt s’explique par la crainte que « cette spécialisation les place en marge de l’administration et nuise à leur accès à des emplois de responsabilités, pour lesquels la compétition est vive » 29. À l’inverse, Patrick Marin se passionne pour ce type de projet. Il « mobilise [ses] réseaux dans l'informatique », discute « presque d'égal à égal avec les informaticiens des structures privées », etc. Les succès de l'entreprise de modernisation sont tels que le périmètre d'action du service ne cesse de s'étendre. Bientôt, les directions d’autres ministères s'en inspirent. Au fur et à mesure de l’extension des nouvelles technologies, son expertise alimente sa notoriété professionnelle. En 1988, reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes du renouvellement des procédures ministérielles, il intègre le cabinet du ministre des Finances Pierre Bérégovoy. La conjonction d’un contexte politique favorable (le retour de la gauche au gouvernement), d’un processus structurel d’informatisation des tâches administratives et de ses savoir-faire propres, lui permet de transiter d’une position relativement marginale vers une fonction à haute valeur symbolique. Cet exemple n’est pas isolé. Au cours des années 1990, alors que les énarques de la Troisième voie accèdent à des fonctions plus centrales au sein de la haute administration, le déroulement de leur carrière fluctue selon les conjonctures gouvernementales et administratives. Ils bénéficient ainsi des logiques de valorisation de la « polyvalence » des hauts fonctionnaires (Lépinay, 2018) développées dans certains domaines d’action étatique (évaluation des politiques publiques, direction du personnel, etc.). Dans tous les cas, on le voit, leur réussite professionnelle ne s’opère que dans la durée c’est-à-dire à mesure qu’ils réussissent à faire valoir positivement leurs ressources atypiques.

21Ce temps de conversion s’accompagne d’une intériorisation des normes de l’institution étatique. Ils s’ajustent lentement à leur statut de haut fonctionnaire et deviennent subjectivement ce qu’ils sont déjà objectivement (Fretel, 2002, p. 212). Ce processus entraine, toutefois, une mise en tension des différents aspects de leur identité composite. Le cas des énarques devenus directeurs du personnel – et donc engagés dans des relations d’échanges avec les représentants syndicaux – renseigne très justement les conflits de fidélités rencontrés. Ils opèrent, d’abord, une prise de distance en direction de leur position institutionnelle. Au moment d’occuper ce type de responsabilités, ceux encore engagés syndicalement suspendent leur adhésion à la CGT. Cette forme de « repli sur la fonction bureaucratique » (Dubois, 1999, p. 124) correspond à l’image de neutralité qu’ils estiment devoir adopter dans le cadre de leurs fonctions. Le second mouvement consiste, là encore, à réinvestir leurs connaissances du milieu syndical. Par une sorte de conversion du regard, les dispositions anciennement perçues comme « politiques » sont transmuées en compétences « techniciennes » pouvant être mobilisées dans leur nouveau rôle. Certains adoptent, par exemple, la posture de l’interlocuteur omniscient qui connaît le « dessous des cartes », qui comprend « le jeu de rôle » opéré par les organisations syndicales. Anciens militants du secteur privé, responsables de niveau régional ou national, ils n’hésitent pas à mettre en avant le volume de « capital militant » (Matonti & Poupeau, 2004) anciennement acquis. L’expérience syndicale fonctionne alors comme une ressource non négligeable dans l’affirmation de leur autorité professionnelle. Elle est au principe de savoir-faire ou de connaissances théoriques, un temps laissés sous silence mais réactivés dans la nouvelle sphère d’activité. À ce titre, voici comment Bernard Alfant, directeur du personnel d’un grand ministère, évoque sa rencontre avec un représentant de la CGT :

« Ce type, il est très sympathique. Il avait une réunion avec moi et le directeur adjoint des services sur les problèmes de personnel. […] Il commence à vouloir m’expliquer la lutte des classes. Je lui dis : "écoutez monsieur, j’ai suivi quelques écoles qui me dispensent de vous écouter plus longuement. On pourrait peut-être entrer dans le vif du sujet" ».

22Si ces épisodes demeurent exceptionnels dans les récits recueillis, ils démontrent comment l’affirmation des compétences ou des titres militants possédés peut-être mise au service de la relation d’encadrement. L’administration ne s’y trompe pas et sollicite un certain nombre d’entre eux pour diriger des négociations professionnelles particulièrement sensibles (commissions disciplinaires, négociations nationales, etc.). Dans ces situations, les énarques du « 3ème type » savent également adopter des postures « respectueuses » et « compréhensives » du rôle des organisations syndicales. Leurs dispositions au dialogue s’ajustent, de fait, assez naturellement à celles de leurs interlocuteurs syndicaux et correspondent, à maints égards, aux canons des relations paritaires en vigueur dans la fonction publique. Le caractère original de leurs pratiques s’intègre ainsi au fonctionnement routinier de l’institution. Par ailleurs, d’un point de vue individuel, ils sont nombreux à adopter une relation élastique à l'engagement syndical que traduit une adhésion intermittente. Suivant les configurations personnelles et politiques, ils se rapprochent ou s'éloignent de l'organisation cégétiste, nourrissant néanmoins le sentiment constant d'être « incompris » par une grande partie de leurs pairs militants.

Conclusion

23Cet article s’intéresse aux conditions de valorisation dans la haute administration française de savoir-faire et de dispositions sociales acquis dans des domaines périphériques à la fonction publique. À travers l’étude des parcours atypiques de syndicalistes devenus hauts fonctionnaires, il fournit quelques éléments permettant d’interroger plus généralement les marges de l’élite.

24Premièrement, parce qu’elle intègre une réflexion en termes de mobilité sociale et s’éloigne ainsi des travaux consacrés aux socialisations élitaires juvéniles (Darmon, 2013 ; Khan, 2015), cette contribution renseigne des trajectoires « d’entrée dans l’élite » relativement peu étudiées : celles empruntant les chemins de la promotion professionnelle interne, des reprises d’étude à l’âge adulte ou encore des bifurcations biographiques liées aux conjonctures politiques. Elle permet ainsi de mieux saisir les incidences d’une confrontation entre des schèmes socialisateurs différents, voire antagonistes. Deuxièmement, elle démontre qu’évoluer à la marge des élites ne constitue pas forcément une position désintégrante. Au contraire, les exemples cités témoignent d’une réappropriation « heureuse » des positions marginales, en particulier lorsque celles-ci rendent possible une adaptation moins coûteuse aux fonctions administratives encore largement méconnues. Loin du cœur de l’élite d’État, ces ex-syndicalistes conquièrent des positions de pouvoir qu’ils pourront ensuite réinvestir plus largement.

25Évidemment, ces deux dimensions ne sont observables que dans les cas où l’acteur dispose de marges de manœuvre suffisantes pour orchestrer la « compatibilité » entre ses dispositions incorporées et le monde qui l’entoure (Rimbert, 2005). Tous les énarques de la Troisième voie n’ont pu – ou n’ont pas su – mettre en œuvre ces conditions. À ce titre, il faudrait revenir plus en détail à la fois sur les effets biographiques de cette conversion (ruptures familiales, désengagement militant, déconvenues professionnelles, etc.), sur les conditions structurelles et historiques de celles-ci (changements de majorité politique, logiques concurrentielles entre ministères ou entre haut fonctionnaires, transformations des entourages politiques, etc.) mais aussi sur les cas de conversions avortées (candidats collés au concours, admis incapables de s’adapter dans la haute administration, etc.).

Haut de page

Bibliographie

Achain C. & S. Léveque (2007), « Femmes, énarques et professionnelles de la politique. Des carrières exceptionnelles sous contraintes », Genèses, vol. 67, n° 2, pp. 24-44.

Andolfatto D. & D. Labbe (1997), La CGT. Organisation et audience depuis 1945, Paris, Éditions La Découverte.

Bataille P. (2017), « Des carrières ratées ? Sociogenèses et appropriation d’une bifurcation : le cas des anciens élèves des ENS enseignant dans le secondaire », Biens symboliques/Symbolic Goods, n° 1 [En ligne] https://www.biens-symboliques.net/112 .

Bellier I. (1993), L’ENA comme si vous y étiez, Paris, Éditions du Seuil.

Blau P. M. (1956), « Social Mobility and Interpersonal Relations », American Sociological Rewiew, n° 21, pp. 290-295.

Bourdieu P. (1989), La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit.

Darmon M. (2013), Les Classes préparatoires : la fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, Éditions La Découverte.

Darnton R. (2010), Bohème littéraire et Révolution. Le monde des livres au XVIIIᵉ siècle, Paris, Éditions Gallimard.

Dubois V. (1999), La Vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Éditions Economica

Elias N. (2001 [1965]), Logiques de l’exclusion, Paris, Éditions Pocket.

Emery J.-M. (2001), La Fabrique des énarques, Paris, Éditions Economica.

Fretel J. (2002), « Habiter l’institution », dans Lagroye J. & M. Offerle (dir.), Sociologie de l’institution, Paris, Éditions Belin, pp. 195-218.

Gally N. (2012), Le Marché des hauts fonctionnaires. Une comparaison des politiques de la haute fonction publique en France et en Grande-Bretagne, Thèse de doctorat en science politique, I.E.P. de Paris.

Gaxie D. & M. Offerle (1985), « Les militants syndicaux et associatifs au pouvoir ? Capital social collectif et carrière politique », dans Birnbaum P. (dir.), Les Élites socialistes au pouvoir 1981-1985. Les dirigeants socialistes face à l’État, Paris, Presses universitaires de France, pp. 105-138.

Heinich N. (2004), «  Retour sur la notion d’élite », Cahiers internationaux de sociologie, n° 117, pp. 313-326.

Hoggart R. (1970), La Culture du pauvre. Paris, Éditions de Minuit.

Khan S. (2015), La Nouvelle école des élites, Marseille, Éditions Agone.

Laurens S. & D. Serre (2016), « Des agents de l’État interchangeables ? L’ajustement dispositionnel des agents au cœur de l’action publique », Politix, n° 115, pp. 155-177

Lepinay T. (2018), « Du juge des comptes au conseiller du prince. Quand la Cour des comptes transforme ses manières de contrôler », Politix, n° 124, pp. 111-134

Lignier W. & P. Pasquali (2016), « L’excellence décalée, ou comment subvertir l’institution scolaire sans en sortir », Sociétés contemporaines, n° 102, pp. 19-44.

Mariot N. (2013), Tous unis dans la tranchée 1914-1918. Les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Éditions du Seuil.

Matonti F. & F. Poupeau (2004) « Capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 155, pp. 4-11

Muel-Dreyfus F. (1983), Le Métier d’éducateur, Paris, Éditions de Minuit.

Naudet J. (2012), Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États-Unis et en Inde, Paris, Presses universitaires de France.

Pasquali P. (2014), Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, Paris, Éditions Fayard.

Park R. E. (1928), « Human Migration and the Marginal Man », American Journal of Sociology, vol. 33, n° 6, pp. 881-893.

Pollak M. (1990), L’Expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Éditions Métaillé.

Prost A. (2017), « Les débuts difficiles de l’École nationale d’administration (1945-1958) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 134, pp. 65-83.

Rimbert P. (2005), « "De l’autre côté de la barrière". La reconversion "patronale" de syndicalistes ouvriers dans les années quatre-vingt-dix », dans Tissot S., Gaubert C. & M.-H. Lechien (dir.), Reconversions militantes, Limoges, PULIM, pp. 21-50.

Sabater-Bono B. (1990), L’État et ses fonctionnaires dans la politique du Parti communiste français : du programme « changer de cap » au 25e congrès (1971-1985), Thèse en sciences politiques, I.E.P. de Paris.

Sapiro G. (2018), Les Écrivains et la politique en France. De l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Paris, Éditions du Seuil.

Suleiman E. (1979), Les Élites en France, Paris, Éditions du Seuil.

Tissot S., Gaubert C. & M.-H. Lechien (2017), Reconversions militantes, Limoges, PULIM.

Vincent M.-B. (2018), « Les questionnaires d’évaluation des fonctionnaires allemands pendant le nazisme et lors de la dénazification », Genèses, n° 113, pp. 93-121.

Haut de page

Notes

1 Fondée en 1945, l’ENA possède le monopole de la formation des hauts-fonctionnaires français. Son statut revendiqué « d’école d’application » explique qu’elle soit positionnée à la frontière entre la sphère universitaire et la haute-administration. Depuis les années 1970, elle est considérée comme l’espace de socialisation par excellence des dirigeants de l’État. Avant la création de la Troisième voie, en 1983, l’ENA dispose de deux voies de recrutement particulièrement sélectives : un concours externe, réservé aux étudiants titulaires d’au moins une licence, et un concours interne, réservé aux fonctionnaires en poste depuis un minimum de cinq ans.

2 À partir du début des années 1970, les forces politiques socialistes et communistes s’accordent sur la nécessité de transformer le recrutement des hauts fonctionnaires français, notamment en réformant le fonctionnement de l’ENA. L’école étant considérée comme le symbole d’une technocratie « bourgeoise », « parisienne » et « libérale ». L’une des condamnations les plus virulentes est exposée dans le pamphlet l’Énarchie, publié en 1967 puis réédité en 1981, par Jean-Pierre Chevènement, Didier Motchane et Alain Gomez, anciens énarques membres de la direction du Parti socialiste.

3 En plus des coordonnateurs du numéro, je souhaite remercier M. Aranda, G. Fradois, J. Froger-Lefebvre et T. Rouquet pour leurs relectures et leurs conseils avisés.

4 Parmi les plus étudiées, on trouve notamment : les mesures sur le départ à la retraite à 60 ans, les lois Auroux ou encore l’abolition de la peine de mort.

5 Pour être admis à concourir, les candidats doivent justifier de l’exercice pendant huit années de mandats au sein des instances délibératives d’une organisation syndicale représentative, d’une collectivité locale comptant au moins 10 000 habitants ou d’une association reconnue d’utilité publique. La limite d’âge est fixée à 41 ans.

6 Cf. Loi n°83-26 du 19 janvier 1983.

7 Voir sa notice biographique dans le dictionnaire Maitron : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article141590

8 Anicet Le Pors, Débats à l’Assemblée nationale, 05 octobre 1982, 2ème séance, JOAN 5381-5401.

9 Fondée en 1895, la Confédération générale du travail est une organisation syndicale se revendiquant d’un syndicalisme révolutionnaire dit de « classe » et de « masse ». Au début des années 1980, elle est la première organisation de salariés avec près de deux millions d’adhérents en France, dont une majorité appartient aux ouvriers et techniciens de la grande industrie (métallurgie, sidérurgie, etc.) ou des entreprises nationalisées (énergie, chimie, etc.). Si elle demeure une organisation indépendante, la CGT a longtemps été considérée comme proche du Parti communiste français, notamment en raison de la double appartenance d’un certain nombre de ses dirigeants et de ses militants.

10 De façon à respecter l’anonymat des enquêtés, nous avons pris le parti d’effectuer une anonymisation raisonnée de leurs propriétés sociales (nom, âge, sexe, lieu de résidence, situation conjugale) et professionnelle (institution de rattachement, profession exercée, localisation géographique).

11 Voir notamment, les bilans proposés par la commission d’autorisation dirigée par André Kerever : Cf. Note d’André Kerever à Anicet Le Pors datée du 11/07/84. Note de Pierre Esclatine au ministre 31/07/ 1985 et courrier de Jean Le Garrec au Premier ministre datée du 07/01/1985. AN 20040213/6.

12 Comme l’explique Jean-Michel Eymeri, « nombreux parmi les candidats, les diplômés d’universités réussissent moins que la moyenne, puisqu’avec un quart des candidats ils sont à peine 2,6% des reçus ». À l’inverse, entre 1977 et 1994, les étudiants de l’IEP de Paris représentent 75% des reçus du concours externe et environ 50% de l’ensemble des admis (Emery, 2007, p. 53).

13 Lettre du 9 mars 1983 adressée par André Allamy à Jean Vincent, secrétaire général de la fédération CGT des industries chimiques (archives personnelles de Thérèse Lignon).

14 Ces institutions universitaires, ainsi que les certifications mentionnées, ont la particularité d’être particulièrement ouvertes aux adultes, peu ou pas diplômés, souhaitant entreprendre des études supérieures. Sur cette thématique, voir notamment Claude Fossé-Poliak (1992).

15 Lors des débats au Sénat, Paul Séramy de l’Union centriste interpelle le ministre en ces termes : « On voit clairement quel syndicat proche de votre parti, sinon confondu, se chargera d'occuper les places, sans parler des personnes venant d'organismes mutualistes ou s'occupant de gérer un régime de prestations sociales. Tout est savamment prévu pour favoriser vos amis ; j'allais presque dire vos hommes liges ! », 16 novembre 1982. JO 5470-5505.

16 Le Rassemblement pour la république est un parti de gouvernement positionné sur le pan conservateur de l’échiquier politique.

17 Débats à l’Assemblée nationale, 05 octobre 1982, 2ème séance, JOAN 5381-5401.

18 Par-delà les prises de position critiques formulées par les représentants des grandes dynasties d’énarques, on constate une opposition farouche d’une partie des élèves fonctionnaires. Ceux-ci, notamment par l’intermédiaire des organisations syndicales, estiment que la loi devrait faire la promotion des compétences administratives plus que celles acquises dans la vie militante. De plus, le concours n’est ouvert qu’aux « élus » salariés du secteur privé au moment de l’exercice de leurs fonctions, il exclut de facto les syndicalistes du secteur public.

19 Si cette Troisième voie est souvent considérée comme « à l’image » des deux autres concours, elle dispose de quelques spécificités : elle accorde une plus grande place aux entretiens avec le jury, les épreuves techniques relèvent de coefficients moindres, les langues vivantes constituent des matières optionnelles, etc.

20 Au terme de leur scolarité, et au regard des résultats acquis tout au long de leur formation (notes de stage, épreuves de sortie, dossiers, etc.), les élèves de l’ENA font l’objet d’un classement de sortie qui détermine leur possibilité de postuler aux différents corps administratifs auxquels prépare l’ENA. Il est communément admis que les élèves les mieux classés (« la botte ») disposent d’un accès prioritaire aux institutions les plus prestigieuses (Conseil d’État, Cour des comptes ou Inspection des finances). En créant un classement de sortie autonome réservé aux élèves de la Troisième voie, la réforme du gouvernement permet notamment aux « élus » de disposer de places dédiées dans les grands corps et certains ministères, ce qui est perçu comme une forme de concurrence déloyale par leurs camarades des deux autres concours.

21 Notes manuscrites d’un conseiller à l’intention d’Anicet Le Pors [1984], AN 19930281/103

22 Créées en 1981, les missions locales pour l’emploi ont pour mission de faciliter la réinsertion professionnelle des jeunes travailleurs exclus du marché du travail.

23 Il apparait d’ailleurs évident aux promoteurs de la réforme que les lauréats du concours devront renoncer à leurs mandats électifs. Au cours d’une visite à l’ENA, Anicet Le Pors précise en ce sens : « ces candidats se présenteront à un concours et dès lors, ils ne seront pas des élus politiques, des syndicalistes subversifs ou des agitateurs d’associations entrant à l’ENA ; ils seront tout simplement des candidats reçus à un concours », discours du 28 septembre 1982, AN 19930281/102.

24 En sociologie de la littérature, la notion de « contrebande » est fréquemment utilisée pour traiter des formes concrètes ou symboliques de diffusion des écrits censurés. Elle a ceci d’intéressant qu’elle permet de rompre avec les oppositions factices qui veulent qu’un ouvrage (ou un auteur) soit considéré comme autorisé ou interdit, libre ou censuré, complaisant ou révolutionnaire, etc. « La contrebande littéraire » consiste justement à « ruser » face à l’autorité des institutions ou des pairs, c’est-à-dire à se ménager une autonomie avec la règle sans jamais la remettre en cause frontalement. La dimension collective de cette autonomisation apparaît essentielle, c’est justement dans la relation interne au réseau des initiés que se joue le sens et le secret du détournement.

25 Par-delà les interpellations interpersonnelles ou les condamnations du nouveau concours par voie de presse, citons par exemple le recours n°62717, du 12 novembre 1984, devant le conseil d’État visant à attaquer la nomination dans les grands corps de deux énarques de la Troisième voie (l’un comme auditeur au Conseil d’État, l’autre comme Inspecteur adjoint des finances) ou encore le fait que les lauréats du concours soient affublés d’un astérisque dans les premiers annuaires de l’Association.

26 Le statut d’administrateur civil est le plus représenté parmi les hauts fonctionnaires français. Ce corps regroupe l’encadrement interministériel de l’appareil d’État.

27 L’un d’eux nous confie : « Quand j’étais au ministère, à la direction du personnel il n’y avait aucun candidat pour le poste de chef de service […] Cela montre bien que les ressources humaines n’intéressent pas l’énarque normalement constitué. Elles n’intéressent personne, c’est chiant et ils ne savent pas faire ».

28 Pour Francine Muel-Dreyfus, « l’identification au poste se réalise au terme d’un travail qui est inséparablement travail sur le poste et travail sur soi-même ». Il faut donc comparer les évolutions de l’histoire individuelle avec l’évolution de l’histoire du poste pour montrer dans quelle mesure les deux vont se trouver être congruentes à une certaine époque alors même qu’elles relèvent, au préalable, d’une « lutte entre l’individu et le poste » (Muel-Dreyfus, 1983, p. 9).

29 Cf. note du 17 février 1984 adressée à Anicet Le Pors. AN 19930281/102.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Simonpoli, « Des « rouges » à l’école des élites ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les élites par leurs marges : (im)perméabilité et performativité des frontières sociales, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 30 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/12860

Haut de page

Auteur

Nicolas Simonpoli

ATER en science politique à l’Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique (UMR 7220), Bois-Colombes (France) - nsimonpoli@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page