Navigation – Plan du site
Les élites par leurs marges : (im)perméabilité et performativité des frontières sociales

Se définir et être défini en tant qu’élite : les participants au programme IVLP issus des groupes minoritaires

Defining oneself and being defined as an elite: IVLP participants from minority groups
Foued Nasri

Résumés

Depuis la seconde moitié des années 2000, les institutions diplomatiques américaines manifestent un intérêt pour la condition des minoritaires en France et en Europe. Celui-ci se traduit notamment par la sélection d’acteurs engagés dans la représentation, l’analyse et la gestion du fait minoritaire en France au sein du prestigieux programme d’échanges IVLP (International Visitor Leadership Program). Ces acteurs se situent aux marges de l’élite en raison de leurs propriétés ethniques, sociales et professionnelles. Le recrutement est le produit d’une articulation entre, d’un côté, le filtre diplomatique et de l’autre, une conception de l’élite et de la mobilité sociale qui valorise les ressources et les compétences alternatives. La sélection au sein du programme et l’insertion dans le « réseau de l’ambassade » sont perçues comme une forme de reconnaissance tranchant avec les rapports – contrariés – que les minoritaires entretiennent avec les institutions françaises. Si la proximité avec les missions diplomatiques américaines autorise un accès à des capitaux sociaux et symboliques rares, il importe d’en nuancer les effets. Elle confirme davantage qu’elle n’impulse des modes d’accumulation de capitaux sociaux et symboliques déjà à l’œuvre au sein de trajectoires de « mobilité par parrainage ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le Diversity Management désigne un dispositif managérial et rhétorique de valorisation des différen (...)
  • 2 Il désigne les actes terroristes commis par des individus nés ou vivant dans les pays occidentaux.
  • 3 La diplomatie publique et les fondations philanthropiques américaines partagent des buts contigus : (...)
  • 4 Le 18 janvier 2006, la secrétaire d’État Condoleezza Rice (janvier 2005-janvier 2009) énonce une do (...)
  • 5 Pour une présentation plus exhaustive de cette action, voir Nasri, 2019.

1Au milieu des années 2000, les rébellions urbaines de novembre 2005 actent la déstabilisation du « modèle français d’intégration ». Elles révèlent l’étendue des inégalités sociales et le poids des discriminations raciales. Discours politiques et médiatiques convergent pour ériger la lutte contre la reproduction sociale et le « plafond de verre » au rang d’impératif moral et d’urgence politique. À défaut d’une réponse juridique, les pouvoirs publics se contentent d’accompagner la reformulation élitaire du problème des discriminations ethno-raciales qui s’incarne dans un thème d’action, la diversité 1, une figure de proue – les jeunes diplômés des Zones urbaines sensibles (ZUS) – et des registres rhétoriques qui privilégient le mérite et la compétence (Nasri, 2017). La reconfiguration de l’action publique et le désengagement de l’État ouvrent un champ d’opportunités à des opérateurs privés (entreprises) et étrangers (fondations). C’est dans ce contexte que les missions diplomatiques américaines investissent le champ de l’anti-discrimination et de l’égalité des chances. Leur démarche, motivée par la volonté de contenir le homegrown terrorism 2, repose sur les relais traditionnels de l’action diplomatique (fondations 3, centres culturels, chambres de commerce) et un programme d’action diplomatique, la transformational diplomacy 4, attentif à la proximité avec les sociétés civiles 5.

  • 6 Pierre Bourdieu définit le capital social comme « l’ensemble des ressources actuelles ou potentiell (...)
  • 7 Le capital symbolique résulte de la transformation de la valeur de n’importe quel type de capital : (...)
  • 8 L’élite est un concept peu aisé à définir. Tantôt énoncé au pluriel tantôt au singulier, le terme d (...)
  • 9 Dans son analyse des trajectoires d’une cohorte de lycéens, Fabien Truong identifie la « voie média (...)

2Les initiatives américaines ne tardent pas à susciter l’attention médiatique qui se concentre sur la participation de minoritaires au programme d’échanges International Visitors Leadership Program (IVLP). Le caractère sélectif du programme, dont attestent la liste des prestigieux alumnis et les aires de recrutement des candidats (haute administration, partis politiques, universités, médias, grandes entreprises), accrédite l’idée d’un « pari américain » sur le renouvellement des élites. Ce cadrage est d’autant plus fondé que l’ambassade des États-Unis à Paris représente un lieu de consécration et de cooptation des élites locales qui polarise des circuits d’échange de capital social 6 et symbolique 7. Le transfert du capital symbolique des alumnis célèbres et du premier président afro-américain conduit à interroger l’accès des minorités ethno-raciales à des positions de pouvoir, en général et à spéculer sur la possibilité d’un « Obama français », en particulier (Vaïsse, 2009). Pourtant, l’examen des profils des candidats sélectionnés contredit cette représentation tant ils se situent aux « marges de l’élite 8». Les participants investissent la représentation, l’analyse et la gestion du fait minoritaire à titre bénévole ou professionnel dans le secteur public et parapublic, au sein des collectivités locales, des universités ou des organisations privées. Ils occupent, dans leur grande majorité, des positions subalternes au sein d’administrations de second ordre qui relèvent de la « main gauche » de l’État (lutte contre les discriminations, sport, accès à l’emploi). Leurs trajectoires scolaires, à distance des filières sélectives, les mènent à l’obtention de masters en sciences sociales (science politique, communication, droit), économiques (ressources humaines, management des entreprises) par la « voie normale 9» ou par la certification (validation des acquis de l’expérience).

  • 10 Le « réseau de l’ambassade » est un réseau de communication et de coopération structuré autour des (...)

3L’article vise à comprendre les mécanismes de la conversion du capital social et symbolique des participants issus de minorités ethno-raciales à l’IVLP dans un contexte transnational (Monier, 2017a, 2017b). Il aborde l’évaluation différenciée des capitaux, des ressources et des savoirs entre d’un côté les institutions diplomatiques américaines qui les cooptent et de l’autre les institutions françaises où ils sont majoritairement employés. L’article interroge les modalités d’évaluation et de reconnaissance de certaines ressources – à l’instar des savoirs qui dérivent de l’expérience minoritaire – et les conditions de conversion ou de non-conversion des capitaux sociaux et symboliques. L’analyse des modalités par lesquelles les transferts de capitaux sociaux et symboliques accumulés au sein du « réseau de l’ambassade » 10 affectent les carrières militantes et professionnelles des visiteurs permettra d’éclairer les effets (et les non-effets) de la participation à l’IVLP.

  • 11 Nous excluons du champ de notre enquête les parlementaires noirs et métis qui devinrent représentan (...)

4Notre démarche s’inscrit dans la continuité des travaux consacrés aux voies d’accès à l’élite (Naudet, 2012) qu’empruntent les minorités ethno-raciales (Crul, Keskiner & Lelie, 2017 ; Pasquali, 2014 ; Shahrokni, 2015 ; Vallejo, 2015). L’articulation de l’élite avec la race et le genre reste rare dans la sociologie des élites (Khan, 2012 ; Cousin, Khan & Mears, 2018). Dans la France contemporaine, l’élite minoritaire 11 a d’abord coïncidé avec la « beurgeoisie » (Wihtol de Wenden, 1990), une élite associative et politique (Geisser, 1997) proche des pouvoirs publics (Césari, 1995) avant d’inclure les dynamiques économiques et entrepreneuriales (dossier de la Revue européenne des migrations internationales, 1992 ; Adri, 1990 ; Santelli, 2001 ; Madoui, 2008). Depuis, trois axes intriqués jalonnent l’analyse de la mobilité sociale et la formation d’une élite minoritaire. Le premier axe dédié aux trajectoires sociales ascendantes met en exergue l’investissement familial (Zeroulou, 1985 ; Santelli, 2000, 2001, 2007) et les représentations de la réussite scolaire (Brinbaum & Kieffer, 2005 ; Crul, Keskiner & Lelie, 2017). Le deuxième axe traite des dispositifs d’ouverture sociale des filières sélectives (Van Zanten, 2010, 2016 ; Sabbagh, 2006 ; Beaud & Convert, 2010 ; Pasquali, 2014). Le troisième axe interroge la fondation d’organisations (Nasri, 2017 ; Mesgarzadeh, 2017 ; Vermeulen & Keskiner, 2017) qui forgent l’identité collective d’une élite minoritaire. L’examen des conditions de conversion du capital social dans un contexte transnational ne saurait faire l’économie d’une attention portée aux contextes institutionnels et nationaux où s’énoncent des conceptions différentes voire antagonistes de la mobilité sociale et de l’élite. Pour y parvenir, nous nous appuierons sur les acquis d’une sociologie comparée de l’élite attentive à ses conditions de formation (Eymeri-Douzans, 2005 ; Sabbagh & Van Zanten, 2010), à ses valeurs et à sa morale (Lamont, 1992), aux cadres d’énonciation de la mobilité sociale (Naudet, 2012), aux justifications (Allouch et al., 2016) et aux aspirations de ses membres (Power et al., 2013).

  • 12 Nous définissons les enjeux minoritaires comme l’ensemble des enjeux et des objets (âges, lieu de r (...)

5L’article mobilise un matériau composé d’entretiens réalisés auprès de vingt International visitors issus de minorités ethno-raciales ayant séjourné aux États-Unis entre 2004 et 2017, seuls ou en groupe, dans le cadre de programmes majoritairement dédiés à la question minoritaire. L’échantillon comprend quatorze hommes et six femmes, âgés de 27 à 53 ans au moment de leur séjour. Les entretiens, dont la durée oscille entre une et trois heures, ont été réalisés entre 2016 et 2018 en face-à-face, à l’exception d’un entretien par téléphone. La première partie de l’entretien, consacrée à la carrière militante, permet de reconstituer la trame des engagements informels et institutionnalisés, des modes de socialisation et des répertoires d’actions mobilisés. Les récits sont marqués par une socialisation précoce à l’action collective, dans l’espace du quartier et au contact du groupe de pairs, par des engagements informels qui s’institutionnalisent progressivement. Le guide d’entretien vise à collecter les représentations que se font les visiteurs des enjeux minoritaires 12 ou encore des États-Unis. Il interroge aussi les interactions que ces personnes ont pu avoir avec les agents de l’ambassade des États-Unis. Un soin particulier a été apporté à la dimension temporelle qui permet de saisir le caractère évolutif de ces rapports. Les témoignages des visiteurs éclairent les conditions de repérage, de cooptation et de sélection des candidats et les modalités d’échanges de capitaux sociaux et symboliques à partir du « réseau de l’ambassade ». Nous avons élargi le questionnement aux effets du séjour sur les positions sociales et professionnelles des visiteurs. Les récits montrent comment la participation au programme peut, sous certaines conditions, s’apparenter à un brevet d’excellence à même de confirmer des positions dans l’espace local et national.

6Le matériau comprend également les câbles diplomatiques qui ont « fuité » lors du cablegate en novembre 2010. Nous avons procédé à une sélection à partir de mots-clés sur le portail wikileaks. Cette source d’information est précieuse dans la mesure où elle éclaire les motivations et les catégories d’analyse et de pratique des acteurs institutionnels de la diplomatie américaine. Elle soulève néanmoins des enjeux éthiques et épistémologiques en raison des choix qui ont présidé à la sélection et à la classification des documents. En complément, nous avons mobilisé la littérature experte de la communauté de la politique étrangère qui inclut les discours et rapports (liberté religieuse) de membres du State Department, des commissions chargées d’évaluer la diplomatie publique et des think tanks. Nous avons également mené une étude de presse consacrée aux initiatives prises par deux ambassadeurs des États-Unis en France : Craig Stapleton (juillet 2005-janvier 2009) et Charles Rivkin (octobre 2009-novembre 2013). Enfin, nous avons pu participer à quelques événements (restitution au Cercle Jefferson) et conduire un « entretien collectif » avec des membres de la section Public Affairs.

7Dans cet article, nous tenterons de saisir ce que la cooptation par les missions diplomatiques américaines fait aux trajectoires biographiques des visiteurs. Nous nous concentrerons sur les conditions de transfert de capital social et symbolique en prenant soin d’observer comment les acteurs énoncent et s’approprient cette expérience. La première partie analyse les critères et les modalités qui président à la sélection des candidats. L’objectif est d’examiner les catégories d’entendement des institutions diplomatiques et la manière dont elles recodent des trajectoires biographiques. La deuxième partie rend compte des conditions de la conversion du capital social et symbolique en interrogeant la manière dont les participants énoncent les contradictions qui affectent leurs positions tandis que la troisième partie interroge les effets de la participation à l’IVLP et l’insertion dans le « réseau de l’ambassade » aux parcours des visiteurs.

Les conditions du recrutement par les missions diplomatiques étasuniennes

8La proximité avec les élites constitue un marqueur du travail diplomatique. Elle est le produit de ses fonctions, la représentation et l’incarnation (Piotet, Loriol & Delfolie, 2008) de son objectif – interagir avec les acteurs influents – et d’une homologie des positions sociales avec les élites locales. Le tropisme élitaire est redoublé par le discours de la diplomatie américaine qui use des alumnis prestigieux comme un argument de promotion de l’IVLP. Pourtant, le recrutement de candidats occupant des positions hiérarchiques subalternes au sein de secteurs marginalisés de l’action publique nuance cette assertion. Il consacre davantage l’imbrication d’une conception américaine de la mobilité sociale avec la poursuite d’objectifs stratégiques que l’examen des conditions concrètes du travail de repérage, de cooptation et de sélection permet d’observer.

9Les travaux consacrés aux conceptions américaines de la mobilité sociale et de l’élite pointent la récurrence du mérite et d’une éthique du travail. Michèle Lamont souligne que les cadres américains valorisaient le travail là où leurs homologues français font valoir leur intelligence (Lamont, dans Khan, 2015). Jules Naudet constate la prévalence d’une idéologie méritocratique tenant à « l’institutionnalisation des multiples chances de réussite » et n’éludant pas l’inégalité des voies d’accès à l’élite (Naudet, 2012). D’ailleurs, une partie importante de l’establishment de la politique étrangère a été formé au sein de filières d’excellence (boarding school, prep school, Ivy League) (Parmar, 2012). La conception de l’élite et de la mobilité sociale relève d’une forme d’exceptionnalisme américain qui valorise une éthique du travail et du volontarisme et disqualifie l’héritage et l’étiquette :

« Quiconque travaille dur et cultive ses dons ira loin ; les résultats qu’obtient un individu ne s’expliquent pas par son ascendance, mais par ses actes. C’est une affaire à la fois de potentiel et de responsabilité. Au fond, le rêve américain n’est peut-être rien d’autre que cette manière typiquement américaine de présenter les choses : on récolte les fruits de ses efforts. Il y a certes des gens qui se trouvent en bas de l’échelle sociale, mais s’ils sont doués et qu’ils travaillent dur, ils peuvent atteindre le sommet. Certains estiment même que c’est une question de simple équité » (Khan, 2015, pp. 76-77).

  • 13 Cette catégorie, employée dans les publications diplomatiques, désigne des jeunes hommes, musulmans (...)
  • 14 « Minority engagement strategy », 2010, cable 10PARIS58_a, 19 janvier.

10Le recrutement au sein de l’IVLP illustre la primauté des réalisations des candidats. Selon Giles Scott Smith, depuis les années 1970 la détention d’une connaissance spécialisée, la jeunesse et le potentiel prennent le pas sur l’affiliation idéologique et partisane des candidats (Scott-Smith, 2008). Le repérage et la sélection des candidats engagés sur la question minoritaire combine le registre méritocratique et individuel dominant avec un schème d’intervention diplomatique : valoriser les parcours des successful fellows afin qu’ils puissent incarner la réussite sociale aux yeux de la muslim underclass 13 et éviter ainsi l’enrôlement dans les mouvances extrémistes. L’objectif avancé par l’ambassadeur Charles Rivkin (2009-2013) est d’encourager les voix modérées et d’accroître les compétences et la confiance des « leaders » qui cherchent à étendre leur influence 14.

  • 15 Le relationalism est un savoir pratique qui confond le travail diplomatique avec un travail de médi (...)

11Le repérage des candidats potentiels s’appuie sur la réputation comme critère d’identification et le relationism 15 (Adler-Nissen, 2015) comme modalité de mise en relation. La notoriété, la cooptation et les sollicitations sont les modalités par lesquelles les agents identifient et entrent en relation avec les candidats potentiels. L’évaluation de la réputation d’un candidat impose l’alignement des agents diplomatiques et locaux sur des critères d’excellence et des classements propre à certaines « arènes de consécration » (Chauvin, 2013, p. 139). Ici, les candidats « se font un nom » à la suite de prises de position remarquées (tribune, article), de productions intellectuelles (livre), d’engagements militants, politiques et culturels en lien avec les enjeux minoritaires. La cooptation consiste à suggérer et à recommander des personnalités qui, le cas échéant, pourraient prendre part à des programmes d’échanges. Quant aux sollicitations, deux cas de figure se dégagent : les demandes de soutien et les invitations à participer à un événement adressées aux agents diplomatiques.

  • 16 Les agents diplomatiques sont nommés par le State Department pour quatre ans. Dotés du monopole de (...)

12Ces réalisations ne deviennent des ressources qu’à partir du moment où elles sont labellisées comme telles par les agents de l’ambassade. Le repérage et la sélection constituent une prérogative des missions diplomatiques qui mobilisent des agents dont les statuts, les pratiques et les visions du monde ne coïncident pas nécessairement : une ligne de démarcation statutaire sépare les agents diplomatiques et les agents locaux. La différence porte sur le recrutement, le rapport au pays d’accréditation et les prérogatives16. Les agents locaux assurent l’essentiel du travail de repérage des candidats engagés sur les enjeux minoritaires. Leur position rappelle celle des agents recruteurs pour la classe préparatoire décrits par Paul Pasquali (2014, pp. 63-70) et des tuteurs analysés par Annabelle Allouch et Agnès Van Zanten (2008). D’un côté, les agents locaux font preuve de bienveillance vis-à-vis des candidats, les encouragent et valorisent leur parcours, de l’autre ils s’approprient les orientations du State Department qu’ils reformulent au contact du terrain. La personnalisation des liens, les conditions d’exercice du travail diplomatique (participation à des événements, horaires étendues et flexibles) et l’adhésion à l’amélioration de la condition des minorités concourent à l’engagement de la personne privée et de la subjectivité de l’agent.

  • 17 Les candidatures sont centralisées au niveau des sections de l’ambassade puis un comité spécial où (...)
  • 18 Le référent désigne l’agent diplomatique ou local qui soumet et justifie la candidature au programm (...)

13Alors que les opérations de repérage laissent apparaître une forme de flexibilité, la sélection relève d’un processus formel, concurrentiel et hiérarchisé 17. Le processus de recrutement repose sur des « mémos » qui compilent des informations biographiques du candidat (formation, expériences, réalisations, niveau de langue, voyages). Les mémos constituent, à l’instar des lettres de candidatures des prétendants aux classes préparatoires (Pasquali, 2014, p. 78), un support de sélection coproduit par les agents diplomatiques et locaux destinés à assurer les membres de la commission de leur conformité avec les enjeux et les objectifs de l’IVLP. La première partie du mémo, rédigée par le responsable du poste diplomatique (deputy chief mission ou consul) évalue les candidats au prisme des objectifs stratégiques de la politique étrangère étasunienne. La seconde section est rédigée par le nominating officer 18. Elle décrit les engagements professionnels, politiques et associatifs, passés et présents, les expériences (professionnelles et personnelles) et les compétences du candidat. Les mémos recodent les carrières biographiques (engagements, expériences, compétences) au prisme des intérêts stratégiques américains et explicitent, de cette façon, les enjeux du recrutement. Ils sanctionnent davantage le devenir du candidat à la lumière de ses engagements et de ses accomplissements.

  • 19 Le capital réputationnel désigne « [...] l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui so (...)

14D’une certaine manière, les mémos fonctionnent sur le mode de la success story : ils consistent en une mise en récit d’une mobilité sociale ascendante qui évalue l’exceptionnalité des carrières au regard des investissements et des obstacles surmontés. Dans cette perspective, un candidat potentiel est un exceptionnal citizen que signalent sa réputation, tirée de la publicité et de l’excellence de ses réalisations effectives ; son capital social, défini par la proximité avec les cercles politiques et médiatiques ; ses perspectives d’avenir ; son ouverture aux solutions d’action américaines ; et son capital d’influence supposé, c’est-à-dire sa capacité à exercer une influence vis-à-vis de ses groupes d’appartenance (groupe ethnique, religieux, espace local), de ses réseaux professionnels, des acteurs médiatiques et des décideurs. Au final, ce qui est en jeu, c’est la conversion d’un « capital réputationnel 19», au mieux, en influence, à tous le moins au service du recul de l’antiaméricanisme et à la diffusion d’une image positive des États-Unis.

15Le travail de repérage et de sélection révèle une articulation entre des réalisations individuelles dans le champ de l’égalité des chances et des impératifs stratégiques. S’agissant des participants issus des minorités ethno-raciales à l’IVLP, les missions diplomatiques privilégient une « expertise du quotidien », des « savoirs autochtones » (Salman & Topçu, 2015) et des actions concrètes au détriment du diplôme et du statut. De fait, elles valorisent des savoirs et des ressources plus difficilement compatibles avec l’action publique dédiée à la lutte contre les discriminations notamment parce qu’ils contreviennent au référentiel dominant de la politique de l’intégration (Cerrato-Debenedetti, 2018).

De la reconnaissance ou l’évaluation différenciée des ressources et des capitaux

16La majorité des International visitors considèrent la sélection au programme IVLP comme une marque de reconnaissance. Le recrutement est censé consacrer un parcours, une compétence et une carrière en devenir. À ce titre, l’attention portée par les missions diplomatiques américaines est d’autant plus valorisante qu’elle sanctionne une trajectoire biographique individuelle. Kamel, chercheur et cadre dans les relations internationales d’une collectivité territoriale qui a pris part à un programme individuel, rappelle sur un ton détaché avoir été flatté :

« Oui, c’est toujours plaisant, on ne va pas se mentir, c’est agréable de partir, d’être sollicité, de se retrouver, alors, c’est marrant quand je partais en collaboration, je me retrouvais souvent en délégation, c’est quelque chose dont j’avais l’habitude. J’étais reçu par les ambassades Mais ce n’était pas par rapport à ce que je fais en parallèle de mon emploi (la recherche) » (Entretien Kamel, International Visitor 2011).

  • 20 Anne-Catherine Wagner définit le capital international comme des formes spécifiques et internationa (...)

17Le prestige et la rareté, qui dérivent du caractère sélectif du programme, permettent d’assimiler cette expérience à une marque de reconnaissance. Le registre de la reconnaissance s’accompagne néanmoins d’une forme de détachement qui se matérialise ici par la distance de celui qui est doté d’un capital international 20. Plus largement, les visiteurs l’expriment en distinguant les enjeux manifestes (la reconnaissance et l’insertion au sein de communautés épistémiques) et les enjeux latents du programme (les logiques d’influence associées à la diplomatie publique) vis-à-vis desquels ils affirment ne pas être dupes.

18Si la participation au programme représente un motif de fierté, elle vaut également reconnaissance d’engagements ayant pour théâtre l’espace local. Hassan (International Visitor 2014), chargé de mission dans une collectivité territoriale après un parcours militant et professionnel dans l’animation socio-culturelle, assimile sa participation à l’IVLP à une forme de consécration :

« J’ai pas fait des choses extraordinaires [...] j’étais un peu surpris et très honoré d’être sélectionné dans un truc prestigieux, qui date de 49 [...]. Une question d’ego, la fierté comme je te disais, il n’y avait rien de négatif pour moi, c’est prestigieux, un petit mec de quartier avec un brevet d’État, qui s’implique associativement (sic), on s’intéresse à moi, voilà, c’est prestigieux. J’ai vu les copains, le retour que ça a pu avoir, l’histoire de ceux qui ont fait le programme, la perception, le regard qu’ils ont pu avoir » (Hassan, International Visitor 2014).

  • 21 Avec d’autres militants du PS local, Hassan prend part à une mobilisation qui conteste « l’absence (...)

19Hassan rappelle combien le prestige associé au programme IVLP est reconnu et valorisé par les « copains » c’est-à-dire ses proches et ceux partageant ses engagements. La participation à l’IVLP consacre dans ce cas une trajectoire militante et professionnelle méritocratique et ascensionnelle qui mène de l’engagement bénévole et informel à l’action politique, conflictuelle, au sein des instances locales du Parti Socialiste (PS). Ici, la participation produit des effets immédiats de reconnaissance dans l’espace local qui valident autant qu’ils renforcent une position dans l’espace associatif et politique. Le récit de Hassan évalue cette reconnaissance au prisme des difficultés rencontrées au sein des contextes professionnels (avancement, difficultés relationnelles avec des collègues au sujet des techniques d’intervention dans l’animation socio-culturelle) et militants (les conflits relatifs aux investitures au sein du PS local 21). Les visiteurs investissent les enjeux minoritaires, en tant que militants et professionnels, à partir d’une large gamme d’activités (promotion de la diversité, antiracisme, action associative locale, mobilisations mémorielles et animation socio-culturelle). Ils cumulent les qualités d’« experts du quotidien ». Ils sont dotés d’un savoir indigène acquis par leurs expériences individuelles biographiques et d’un savoir de praticien reposant sur leurs formations en sciences sociales. Ces différents types de savoirs et de compétences leur permettent d’établir une critique experte relative aux méthodes, pratiques et solutions qui sont mobilisées dans les enjeux minoritaires. Selon eux, les institutions françaises prennent insuffisamment en compte leurs apports.

20L’attention des missions diplomatiques américaines à l’égard des visiteurs est alors appréciée au prisme du défaut supposé de reconnaissance des institutions françaises. Les participants aux programmes opposent le « pragmatisme américain » au conservatisme et à la frilosité des institutions françaises vis-à-vis des groupes minoritaires. Le volontarisme affiché des missions diplomatiques accentue l’écart avec des institutions françaises, accusées de désintérêt vis-à-vis des populations résidant dans les villes de banlieue. Adji, assistant parlementaire et adjoint à la jeunesse d’un arrondissement parisien insiste sur le décalage entre l’intérêt des missions diplomatiques étasuniennes pour des acteurs et des problématiques et des pratiques qui font l’objet d’une forme de dédain de la part des autorités françaises :

« C’était déjà un honneur, il faut quand même s’imaginer que quand vous êtes jeune dans un quartier, que vous militez, que vous vous engagez, que vous n’avez pas la reconnaissance ni de votre mairie d’arrondissement, ni de votre ville, ni du national mais que soudainement, c’est la première puissance qui vous reconnaît et qui reconnaît ce que vous être capable de faire, vous êtes honorés ; c’était un honneur pour moi et pour l’ensemble du groupe [...] » (Entretien Adji, International Visiteur 2006).

21Le recrutement au sein de l’IVLP met en exergue l’évaluation différenciée des capitaux, des ressources et des savoirs entre, d’un côté, les institutions diplomatiques américaines qui les cooptent et, de l’autre, les institutions françaises où ils s’emploient majoritairement. Les visiteurs expriment le sentiment que leurs positions, leurs expériences et leur diagnostic sont insuffisamment considérés par les institutions françaises définies comme un tout unifié. Les jugements les plus sévères pointent volontiers les acteurs et les entités avec lesquels ils sont objectivement les plus proches et où ils évoluent. Ce qui est porté à la critique, c’est la tendance à la fermeture et une propension à les ramener à leur condition subalterne de minoritaires lors des échanges de ressources rares (investitures, subventions, etc.). Ces récriminations rappellent combien l’évaluation des ressources en jeu (information et légitimité d’un côté, réputation et réseaux de relations de l’autre) et la possibilité de les convertir dépend de la nature des celles-ci, des contextes nationaux et historiques, du statut et des dotations des participants.

Ce que le programme IVLP fait (ou ne fait pas) aux parcours d’ascension sociale

22Si les visiteurs associent la participation à l’IVLP à une forme de consécration de leur trajectoire biographique, ils émettent des jugements plus nuancés quant à ses effets supposés sur leurs positions dans le champ où ils agissent. La sélection et l’engagement au sein du « réseau de l’ambassade » s’inscrit dans une carrière biographique, militante et professionnelle. Pour une part non négligeable des visiteurs (N=8), le séjour n’a pas eu d’incidences hormis un supplément d’informations relatives à la gestion du fait minoritaire aux États-Unis. Dans d’autres cas, la cooptation par les missions diplomatiques américaines et l’inscription dans le « réseau de l’ambassade » peut fonctionner comme une forme de reconnaissance professionnelle. Ici, le voyage représente une plus-value et permet une insertion au sein de communautés épistémiques potentielles. Dans d’autres cas encore, elle confère une crédibilité aux acteurs associatifs auprès des partenaires locaux comme le rappelle Germain (International Visitor 2014), ancien footballeur professionnel (n’ayant pas accédé au plus haut niveau), acteur associatif bénévole et chef d’entreprise en Afrique qui entretient des rapports étroits avec la mission diplomatique :

« Aujourd’hui, je suis un acteur à part entière de la vie sociale lyonnaise, mais c’est plus nécessairement parce que les États-Unis ont fait ceci ou cela. Maintenant, je suis membre de l’IHEDN, donc, quand j’ai besoin de quelque chose, je sais les personnes que je dois contacter. Ils savent que je suis dans les petits papiers des États-Unis et je pense que souvent, ça ouvre des voies mais ça fait aussi en sorte qu’on te prend avec des pincettes [...] Depuis que je suis avec eux, les choses changent, peut-être pas dans le bon sens mais ça change quand même » (Germain, International Visitor 2014).

  • 22 Institut des hautes études de la défense nationale.

23Germain associe sa proximité avec le consul des États-Unis, de notoriété publique au niveau local, avec l’ouverture vers d’autres positions (auditeur à l’IHEDN 22). Son récit illustre l’idée selon laquelle la reconnaissance du capital social procède des manières, inégalement légitimes, par lesquelles les acteurs l’accumulent, le détiennent et le mobilisent (Cousin & Chauvin, 2014, 2012). L’association avec les États-Unis suscite certes des résistances, mais de manière générale, elle lui permet d’accéder à des régions du monde social et des opportunités auxquelles il aurait été difficile d’accéder autrement. Le transfert de capital social, entendu à partir de sa double nature (réputation et relations sociales) et de capital symbolique des missions diplomatiques américaines contribue à modifier sa position vis-à-vis des décideurs locaux. Ainsi, les missions diplomatiques américaines transfèrent du capital symbolique, réévaluent la valeur de certaines ressources et réactualisent la position de leurs détenteurs. L’observation des modalités de transfert des capitaux symboliques s’avère bien plus aisée lorsque les mobilités ascendantes des visiteurs coïncident avec une insertion dans le « réseau de l’ambassade ». Dans cette perspective, le transfert de capital social et symbolique des missions diplomatiques prend la forme d’un « effet multiplicateur » (Crul, Schneider, Keshiner & Lelie, 2017, pp. 333-334) par lequel l’accroissement du capital social et symbolique est un processus cumulatif qui, chaque fois, permet d’accéder à d’autres ressources rendant des opportunités accessibles.

  • 23 Les « clubs de la diversité » désignent un ensemble hétéroclite d’entités émergeant au cours des an (...)

24Pour les visiteurs dont la notoriété procède de carrières politiques, de mobilités sociales ascendantes et/ou d’engagements pour la promotion de la diversité ethno-raciale au sein des espaces sélectifs (grandes écoles, entreprises, médias), la participation à l’IVLP et l’insertion dans le « réseau de l’ambassade » confirment l’accès à des sociabilités élitaires. Leur capital social est d’autant plus étendu que la nature de leurs activités et de leurs répertoires d’action favorise le contact avec des décideurs politiques, économiques et médiatiques. L’exemple typique concerne l’organisation de galas par les « clubs de la diversité 23 » lors desquels des décideurs sont invités pour échanger au sujet de la promotion de la diversité ethno-raciale dans les espaces sélectifs. Par ailleurs, ils accèdent à des positions au sein d’administrations, telles que la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) ou l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé), ou encore dans des commissions ou comités ad-hoc dédiés à la gestion des enjeux minoritaires comme le montre la trajectoire d’Amar.

  • 24 Fonds d'action et de soutien pour l'intégration et la lutte contre les discriminations.
  • 25 Agence nationale de l'accueil des étrangers et des migrations.
  • 26 Conseil économique, social et environnemental.

Amar est né en 1964 dans une famille algérienne de neuf enfants. Son père est cantonnier, sa mère est femme au foyer. Il est médiateur dans une collectivité locale et mène en parallèle une activité d’expertise en sociologie. Amar entame une formation de clerc de notaire et s’engage, d’abord à titre bénévole et ponctuel, dans les structures municipales d’animation socio-culturelle d’une commune de la banlieue lyonnaise. Le maire, de droite, connaît et apprécie sa famille et il sollicite Amar pour s’investir professionnellement dans l’animation socio-culturelle. Amar y répond favorablement et interrompt sa formation de clerc de notaire. En 1990, il prend la tête du centre social et obtient plusieurs diplômes dans l’animation socio-culturelle (DEFA, BAFA etc.). Il s’engage, par ailleurs, dans une association musulmane, le Groupement pour l’entraide et la jeunesse, qui allie engagement religieux, travail social et animation socio-culturelle. Par l’entremise du maire, il accède aux réseaux de la droite lyonnaise. Ses propriétés sociales – jeune, arabe, doté de capitaux d’autochtonie et d’une connaissance intime et technique des quartiers – lui permettent d’accéder aux cercles de la droite, au niveau national, alors désireuse de produire un discours sur ce thème. Une fois Jacques Chirac réélu président de la République en 2002, il accède à des fonctions au sein des administrations relatives à la lutte contre les discriminations et à la politique de la ville (administrateur du FASILD 24 2002-2004, membre de la HALDE 2005-2010, à l’ANAEM 25), ou dans des organes consultatifs (CESE 26, 2002-2004). En 2002, avec d’autres figures locales (Azouz Begag), il fonde le Club Convergences Rhône-Alpes. Ce club adopte un registre rhétorique méritocratique et organise des galas où sont invités des chefs d’entreprise, des hommes politiques et des diplomates. C’est à cette occasion qu’il rencontre la consule de Lyon, Angie Bryan (août 2003-avril 2007) et cette dernière lui propose alors de participer à l’IVLP.

25La narration des premières rencontres avec les instances diplomatiques étasunienne est assez éclairante : elles ont pour théâtre des sociabilités élitaires au sein de lieux de connaissance et de reconnaissance (cocktails, réunions, conférences). Ici, la participation au programme sanctionne une mobilité sociale par parrainage. L’accumulation de capitaux sociaux a permis d’accéder à des lieux de pouvoir ou à proximité plus ou moins immédiate du pouvoir comme l’illustre également le cas de Nadia.

  • 27 Fondée en 2001, l’association le Cercle Jefferson dispose de filiales partout dans le monde. Son ob (...)

Née en 1957 au Maroc, Nadia (International Visitor 2010) s’installe, à 9 ans, dans une métropole de l’est de la France. Son père est chauffeur de bus et sa mère est femme au foyer. Titulaire d’un BEP dactylographie, elle réussit un concours d’entrée dans la fonction publique (catégorie B). Elle est aujourd’hui chargée de mission au Commisariat général à l’égalité des territoires (CGET) (cadre catégorie A). Elle énonce son ascension sociale, qui emprunte des voies non scolaires, sur un mode méritocratique. Sportive de haut niveau (régional), elle s’engage dans des activités culturelles dans le cadre municipal (centre social) d’une ville ouvrière. Son directeur, investi dans les structures politiques et les sociabilités élitaires locales (loges maçonniques) l’initie aux activités politiques. Elle accumule ainsi un capital social et des savoir-faire spécifiques (rédaction de fiches, organisation de campagnes électorales). Elle en tire la conviction que la constitution et la mobilisation de réseaux de relations est l’élément central de la mobilité sociale. Adjointe à la culture de la ville, elle obtient en 2007 l’investiture du PS pour les élections législatives. Sa candidature suscite la résistance des membres de la fédération locale : elle n’est finalement pas élue. La publicisation de ces démêlés lui confère une certaine notoriété à un moment où la promotion de la diversité figure à l’agenda politique. Elle est elle-même engagée à titre bénévole et professionnel dans la promotion de la diversité (Acsé, CGET). Selon elle, c’est l’exemplarité de son parcours qui interpelle l’ambassade dont elle rencontre les agents en 2007. Rapidement, Nadia est invitée aux manifestations organisées par l’ambassade et même aux événements les plus exclusifs (réceptions d’officiels du State Department). Sa notoriété lui vaut d’autres gratifications symboliques : elle est nommée par le cabinet royal marocain au Conseil consultatif des Marocains de l’extérieur (CCME). Elle s’engage, par ailleurs, au sein du Cercle Jefferson 27 suite aux célébrations des 50 ans du programme IVLP. Elle acquiert un rôle pivot dans l’entretien du capital social des visiteurs et du maintien d’une identité International Visitor, encore peu développée.

  • 28 Ces mobilités désignent des formes d’ascension sociale facilitées par l’existence de dispositifs in (...)

26Les cas d’Amar et de Nadia montrent la manière dont la consécration par les instances diplomatiques relève de « mobilités par parrainage 28 ». Les expériences biographiques et les capitaux d’autochtonie sont convertis en positions professionnelles dans l’espace local à proximité des élites politiques. Cela peut aussi ouvrir à des engagements partisans quelquefois contrariés. Ainsi les acteurs sélectionnés sont pourvus de « capitaux cachés » pour reprendre l’expression de Paul Pasquali (2014), ici un engagement sportif à un haut niveau inculquant un sens de la discipline, là une éthique familiale valorisant le travail. Ils leur ont permis de se distinguer précocement, d’accéder à des ressources rares et de compenser le défaut, relatif, de capital scolaire. Ces acteurs confèrent une importance centrale à l’accumulation et à l’entretien du capital social auquel ils attribuent la possibilité d’accéder à des positions et à des régions du monde social vraisemblablement inaccessibles autrement. Dans cette perspective, la sélection au sein de l’IVLP consacre et étend des modalités d’accumulation et d’entretien de capital social aux niveaux local et national.

Conclusion

27Les participants aux programmes IVLP dédiés au fait minoritaire se distinguent des profils élitaires classiques caractérisés par les filières d’excellence et l’occupation de positions professionnelles élevées dans les secteurs public et privé. En outre, les visiteurs internationaux investissent à titre bénévole et/ou professionnel une cause qui, nonobstant son exposition médiatique et politique, reste cantonnée à des « administrations de rang modeste » sensibles aux alternances politiques et ballottées entre divers périmètres ministériels et niveaux d’action (Cerrato-Debenedetti, 2014, 2018). Pourtant, leur position aux marges des élites n’est pas figée. La sélection à l’IVLP consacre des candidats dont les carrières militantes et professionnelles reposent justement sur la conversion, à l’échelle locale et nationale, de ressources qui dérivent en partie de l’expérience. Ce faisant, le capital symbolique des missions diplomatiques, en tant que représentant de la superpuissance, anoblit des trajectoires parce qu’il les associe, en général, au capital symbolique des États-Unis et de Barack Obama en particulier.

  • 29 Il s’agit là des experts mandatés par l’agence de développement étasunienne (USAID) et la Banque Mo (...)

28Le cas des visiteurs invite à considérer la contingence de la conversion des capitaux sociaux et symboliques en contexte transnational et ses effets sur les « espaces de luttes et de médiations matérielles et symboliques » aux marges des élites. Ces espaces sont affectés, d’un côté, par les pratiques et les stratégies que déploient les opérateurs internationaux, à l’instar des exportateurs « washingtoniens 29» des réformes judiciaires en Bulgarie qui soutiennent les élites intermédiaires susceptibles de mettre en œuvre les réformes et de marginaliser les anciennes élites communistes (Delpeuch & Vassileva, 2009) et de l’autre les enjeux sécuritaires qui conduisent des opérateurs internationaux, comme les ONG, à repenser l’encadrement de leurs activités. La crainte du risque d’enlèvement en Afrique a ainsi ouvert des possibilités à des employés africains d’ONG d’atteindre un statut social (expatrié) et d’occuper des positions professionnelles (coordination, management, encadrement) jusque-là majoritairement assurées par des « expatriés blancs » (Souley Issoufou, 2018). La contingence de cette conversion des ressources et des capitaux doit aussi inciter à ne pas surestimer la subversion des frontières des marges des élites. Dans le cas des visiteurs internationaux étudiés, la possibilité d’influer et de subvertir les hiérarchies et les positions de l’espace politique et administratif de l’égalité des chances à partir des capitaux sociaux et symboliques échangés dans les médiations avec les acteurs diplomatiques américains demeure limitée. D’ailleurs, la participation au programme et l’insertion dans le réseau de l’ambassade confirment davantage des positions qu’elles ne les impulsent. De la même manière, penser la contingence de la conversion des ressources et des capitaux incite à ne pas écarter l’éventualité de la stagnation et de la réversibilité des formes de mobilité sociale et de reconnaissance.

Haut de page

Bibliographie

Adler-Nissen R. (2015), « Relationnism or Why Diplomats Find International Relations Theory Strange ? » dans Sending O.-J., Pouliot V. & I. Neumann (dir.), Diplomacy and the Making of World Politics, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 284-308.

Adri (1990), Des Immigrés créateurs d’entreprise. Un apport à l’économie française, Paris, Ministère de la solidarité, de la santé et de la protection sociale, et Ministère du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle.

Allouch A., Brown P., Power S. & G. Tholen (2016), « L’éthique des élites scolaires. Du mérite à la responsabilité chez les étudiants de Sciences Po Paris et de l’Université d’Oxford », L’Année sociologique, vol. 66, pp. 193-224.

Allouch A. & A. Van Zanten (2008), « Formateurs ou "grands frères" ? Les tuteurs des programmes d’ouverture sociales des Grandes écoles et des classes préparatoires », Éducation et sociétés, n° 21, pp. 41-65.

Beaud S. & B. Convert (2010), « 30% de boursiers en grande école… et après ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 183, pp. 4-13.

Bereni L. (2011), « Le discours de la diversité en entreprise : genèse et appropriations », Sociologies pratiques, n° 23, pp. 9-19.

Bourdieu P. (1994), Raisons pratiques, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (1980), « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 31, pp. 2-3.

Brinbaum Y. & A. Kieffer (2005), « D’une génération à l’autre, les aspirations éducatives des familles immigrées : ambition et persévérance », Éducation et formations, n° 72, pp. 53-75.

Calligaro O. (2018), « Une organisation hybride dans l’arène européenne : Open Society foundations et la construction du champ de la lutte contre les discriminations », Politix, n° 121, pp. 151-172.

Cerrato-Debenedetti M-C. (2014), « Une politique esquivée : la lutte contre les discriminations ethnoraciales », Migrations Société, n° 155, pp. 153-164.

Cerrato-Debenedetti M.-C. (2018), La Lutte contre les discriminations ethno-raciales en France. De l'annonce à l'esquive (1998-2016), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Césari J. (1995), « Les élites maghrébines en France : des moyens inédits d’ascension sociale », Migration: European Journal of International Migration and Ethnic Relations, vol. 27, pp. 57-73.

Chaulet J. & M.-P. Bès (2015), « Les diplômés et leur(s) valeur(s). Le rôle des associations d’élèves dans le maintien de la réputation des Écoles d’ingénieur et de commerce, Terrains & travaux, n° 26, pp. 187-202.

Chauvin P. M. (2013), « La sociologie des réputations. Une définition et cinq questions », Communications, n° 93, pp. 131-145.

Cousin B., Khan S. & A. Mears (2018), « Theoritical and Methodological Pathways for Research on Elites », Socio-Economic Review, vol. 16, n° 2, pp. 225-249.

Cousin B. & S. Chauvin (2012), « L’économie symbolique du capital social. Notes pour un programme de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 193, pp. 96-103.

Cousin B. & S. Chauvin (2014), « Globalizing Forms of Elites Sociability: Varieties of Cosmopolitanian in Paris Social Clubs », Ethnic and Racial Studies, vol. 37, n° 12, pp. 2209-2225.

Crul M., Keskiner E. & F. Lelie (2017), « The Upcoming New Elite among Children of Immigrants: A Cross-country and Cross-sector Comparison », Ethnic and Racial Studies, vol. 40, n°2, pp. 209-229.

Crul M., Schneider J., Keshiner E. & F. Lelie (2017), « The Multipler Effect: How the Accumulation of Cultural and Social Capital Explains Steep upward Social Mobility of Children of Low-educated Immigrants », Ethnic and Racial Studies, vol. 40, n° 2, pp. 321-338.

Chathuant D. (2009), « L’émergence d’une élite politique noire dans la France du premier 20e siècle ? », Vingtième Siècle, n° 101, pp. 133-147.

Delpeuch T. & M. Vassileva (2009), « Contribution à une sociologie politique des entrepreneurs internationaux de transferts des réformes judiciaires », L’Année sociologique, vol. 59, pp. 371-402.

Dezalay Y. & G. Bryant (1998), « Droits de l’homme et philanthropie hégémonique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 121-122, pp. 23-41.

Doytcheva M. (2010), « Usages français de la notion de diversité : permanence et actualité d’un débat », Sociologie, vol. 4, pp. 424-438.

Eymeri-Douzans J.-M. (2005), « Un regard européen sur le "modèle" français de fabrication des hauts fonctionnaires », dans Joly H. (dir.), Formation des élites en France et en Allemagne, Cergy-Pontoise, Éditions du CIRAC.

Geisser V. (1997), Ethnicité républicaine. Les élites d’origine maghrébine dans le système politique français, Paris, Presses de Sciences Po.

Khan S. (2012), « The Sociology of Elites », Annual Review of Sociology, vol. 38, pp. 361-377.

Khan S. (2015), La Nouvelle école des élites, Marseille, Éditions Agone.

Lamont M. (1992), Money, Morals and Manners: The Culture of the French and the American Upper-Middle Class, Chicago, University of Chicago Press.

Leferme-Falguières F. & V. Van Renterghem (2000), « Le concept d’élites. Approches historiographiques et méthodologiques », Hypothèses, n° 1, pp. 55-67.

Madoui M. (2008), Entrepreneurs issus de l’immigration maghrébine : de la stigmatisation à la quête de reconnaissance sociale, Montreuil, Éditions Aux lieux d’être.

Masclet O. (2012), Sociologie de la diversité et des discriminations, Paris, Éditions Armand Colin.

Mesgarzadeh S. (2017), Les Clubs de cadres et de dirigeants racialisés en région parisienne. Genèse et structuration d’un espace de regroupement et de mobilisation, Thèse de doctorat, Science Politique, UNIL-EHESS.

Monier A. (2017a), « Le soutien des acteurs diplomatiques à la philanthropique transnationale », ethnographiques.org, n° 34, pp. 100-117 [En ligne] https://www.ethnographiques.org/2017/Monier .

Monier A. (2017b), « L’État comme ressource symbolique dans le monde philanthropique ? L’exemple des American Friends des institutions culturelles françaises », Genèses, n° 109, pp. 100-117.

Nasri F. (2017), « Les "clubs de la diversité". Des opérateurs alternatifs de mobilité sociale ? », Diversité, n° 187, pp. 51-56.

Nasri F. (2019), « Une circulation "sponsorisée" : la diplomatie publique étasunienne et l’égalité des chances en France depuis les années 2000, le cas du programme IVLP », SociologieS [En ligne] https://journals.openedition.org/sociologies/10854

Naudet J. (2012), Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux Etats-Unis et en Inde, Paris, Presses universitaires de France.

Neumann I. (2005), « To Be a Diplomat », International Studies Perspectives, vol. 6, pp. 72-93.

O’connor A. (2011), « Contradictions de la philanthropie libérale face aux mouvements sociaux », Lien social et Politique, n° 65, pp. 19-42.

Oudghiri R. & D. Sabbagh (1999), « Des usages de la "diversité" : éléments pour une généalogie du multiculturalisme américain », Revue française de science politique, n° 3, pp. 443-468.

Parmar I. (2012), « Foundation Network and American Hegemony », European Journal of American Studies, vol. 7, n° 1 [En ligne] https://ejas.revues.org/9476 .

Pasquali P. (2014), Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes, Paris, Éditions Fayard.

Piotet F., Loriol M. & D. Delfolie (2008), Le Travail diplomatique, un métier et un art, Rapport de recherche pour le Ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE), décembre.

Power S, Brown P., Allouch A. & G. Tholen (2013), « Self, Career and Nationhood : The Constrasting Aspirations of British and French Elite Graduates », The British Journal of Sociology, vol. 64, n° 4, pp. 578-596.

Revue Européenne des Migrations Internationales (1992), « Entrepreneurs entre deux mondes », vol. 8, n° 1.

Sabbagh D. (2006), « Une convergence problématique. Les stratégies de légitimation de la "discrimination positive" dans l’enseignement supérieur aux États-Unis et en France », Politix, n° 73, pp. 211-229.

Sabbagh D. & A. Van Zanten (2010), « Diversité et formation des élites : France-USA. Introduction », Sociétés contemporaines, n° 79, pp. 5-17.

Salman S. & S. Topçu (2015), « Expertise profane », dans Henry E., Dictionnaire critique de l’expertise, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 164-172.

Santelli E. (2000), « Les mobilisations familiales dans le processus de réussite sociale des enfants d’immigrés algériens », Espaces et sociétés, n° 100, pp. 157-189.

Santelli E. (2001), La Mobilité sociale dans l’immigration, itinéraires de réussite des enfants d’origine algérienne, Toulouse, Presses universitaires du Midi.

Santelli E. (2007), Grandir en banlieue. Parcours et devenirs des jeunes d’origine maghrébine, Paris, CIEMI.

Scott-Smith G. (2008), Networks of Empire. The US State Department Foreign Leaders Program in the Netherlands, France and Britain 1950-1970, Brussels, Éditions P.I.E Peter Lang.

Shahrokni S. (2015), « The Minority Culture of Mobility of France’s Upwardly Mobile Descendants of North African Immigrants », Ethnic and Racial Studies, vol. 38, n° 7, pp. 1050-1066.

Souley Issoufou M. S. (2018), « Une nouvelle élite dans les métiers de l’international : les expatriés africains d’Epicentre et leurs rapports professionnels avec les employés locaux », Critique internationale, n° 91, pp. 83-106.

Tournès L. (2002), « La diplomatie culturelle de la fondation Ford. Les éditions Intercultural publications (1952-1959) », Vingtième Siècle, vol. 76, n° 4, pp. 65-77.

Tournès L. (dir.) (2010), L’Argent de l’influence, Paris, Éditions Autrement.

Truong F. (2015), Jeunesses françaises. Bac +5 made in banlieue, Paris, Éditions La Découverte.

Vaïsse J. (2009), « Du bon usage d’Obama en France », Esprit, février, pp. 11-19.

Vallejo A. J (2015), « Levelling the Playing Field: Patterns of Ethnic Philanthropy among Los Angeles’Middle-and Upper-class Latino Entrepreneurs », Ethnic and Racial Studies, vol. 38, issue 1, pp. 125-140.

Van Zanten A. (2010), « L’ouverture sociale des grandes écoles : diversification des élites ou renouveau des politiques publiques d’éducation », Sociétés contemporaines, n° 79, pp. 69-95.

Van Zanten A. (2016), « La fabrication familiale et scolaire des élites et les voies de mobilité ascendante en France », L’Année sociologique, vol. 66, pp. 81-114.

Vermeulen F. & E. Keskiner (2017), « Bonding or Bridging. Professional Network Organizations of Second-generation Turks in the Netherlands and France », Ethnic and Racial Studies, vol. 40, n° 2, pp. 301-320.

Wagner A.-C. (2007), Les Classes sociales dans la mondialisation, Paris, Éditions La Découverte.

Wihtol de wenden C. (1990), « Naissance d’une beurgeoisie », Migrations Société, mars-avril, vol. 2, n° 8, pp. 9-16.

Zeroulou Z. (1985), « Mobilisation familiale et réussite scolaire », Revue européenne des migrations internationales, vol. 1, n° 2, pp. 107-117.

Haut de page

Annexe

Sigles

Acsé : Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances

ANAEM : Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations

BAFA : Brevet d’aptitude aux fonctions d’animation

CESE : Conseil économique, social et environnemental

CCME : Conseil consultatif des marocains de l’extérieur

CGET : Commissariat général à l’égalité des territoires

DEFA : Diplôme d’État relatif aux fonctions d’animation

FASILD : Fonds d’aide et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations

HALDE : Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité

IHEDN : Institut des hautes études de défense nationale

IVLP : International Visitor Leadership Program

USAID : United States Agency for International Development

Haut de page

Notes

1 Le Diversity Management désigne un dispositif managérial et rhétorique de valorisation des différences au service de l’efficacité économique au moyen d’une conversion de la contrainte juridique de l’affirmative action en un avantage compétitif. La diversité s’impose à partir de 2004 suite à une mobilisation des mondes de l’entreprise (Oudghiri & Sabbagh, 1999, pp. 454-456 ; Doytcheva, 2010 ; Masclet, 2012 ; Bereni, 2011).

2 Il désigne les actes terroristes commis par des individus nés ou vivant dans les pays occidentaux.

3 La diplomatie publique et les fondations philanthropiques américaines partagent des buts contigus : participer à la diffusion de l’exceptionnalisme américain. Leurs relations se caractérisent par l’autonomie et la complémentarité (Tournès, 2002, 2010 ; Parmar, 2012). D’autres travaux se sont intéressés aux effets de l’action des fondations sur les mouvements sociaux (Dezalay & Bryant, 1998 ; O’Connor, 2011) et plus récemment sur les enjeux minoritaires à travers le cas d’Open Society (Calligaro, 2018).

4 Le 18 janvier 2006, la secrétaire d’État Condoleezza Rice (janvier 2005-janvier 2009) énonce une doctrine de politique étrangère annonçant la réaffectation des personnels diplomatiques et incitant les diplomates à sortir des capitales, des ambassades et de leurs routines professionnelles pour aller vers les sociétés civiles et d’autres objets (éducation, développement économique).

5 Pour une présentation plus exhaustive de cette action, voir Nasri, 2019.

6 Pierre Bourdieu définit le capital social comme « l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’inter-reconnaissance […] » (Bourdieu, 1980, p. 2).

7 Le capital symbolique résulte de la transformation de la valeur de n’importe quel type de capital : « J’appelle capital symbolique n’importe quelle espèce de capital (économique, culturel, scolaire ou social) lorsqu’elle est perçue selon des catégories de perception, des principes de vision et de division, des systèmes de classement, des schèmes classificatoires, des schèmes cognitifs, qui sont, au moins pour une part, le produit de l’incorporation des structures objectives du champ considéré, c’est-à-dire de la structure de la distribution du capital dans le champ considéré » (Bourdieu, 1994, p.  61).

8 L’élite est un concept peu aisé à définir. Tantôt énoncé au pluriel tantôt au singulier, le terme désigne un groupe hétérogène qui se construit par le haut et par le bas. Il trouve sa légitimation dans sa reconnaissance par les autorités (politiques, religieuses, intellectuelles) en place. Cela lui confère un statut qu’il est nécessaire de défendre en s’organisant ainsi qu’en décidant des modalités d’inclusion et d’exclusion et des critères de reconnaissance (Leferme-Falguières & Van Renterghem, 2000). Shamus Khan propose une définition pertinente de l’élite qu’il assimile à un groupe « occupant une position que leur confère l’accès, le contrôle ou la possession de ressources qui les avantagent [...] » (Khan, 2012, p. 362).

9 Dans son analyse des trajectoires d’une cohorte de lycéens, Fabien Truong identifie la « voie médiane » qui correspond à des carrières scolaires limitées à bac+2, la « voie royale » qui traite des filières d’excellence et la « voie normale » qui concerne le passage de « lycéens moyens » par les universités de Paris et de banlieue (Truong, 2015).

10 Le « réseau de l’ambassade » est un réseau de communication et de coopération structuré autour des missions diplomatiques américaines et leurs agents. Le réseau s’actualise à travers des événements et des rencontres à caractère politique, culturel et scientifique. C’est un réseau de circulation d’informations, d’expertise et de ressources matérielles, relationnelles et symboliques. Les visiteurs emploient cette expression pour désigner leurs relations avec les agents diplomatiques (Nasri, 2019).

11 Nous excluons du champ de notre enquête les parlementaires noirs et métis qui devinrent représentants coloniaux et pour certains ministres de la IVème République (Chathuant, 2009).

12 Nous définissons les enjeux minoritaires comme l’ensemble des enjeux et des objets (âges, lieu de résidence, processus) par lesquels certains problèmes politiques sont définis comme les problèmes spécifiques des minorités ethno-raciales au moyen de labellisations politiques et d’une sectorisation incertaine de l’action publique.

13 Cette catégorie, employée dans les publications diplomatiques, désigne des jeunes hommes, musulmans par religion et culture, arabes et noirs, qui résident dans les quartiers populaires et éprouvent des situations de discrimination systémique.

14 « Minority engagement strategy », 2010, cable 10PARIS58_a, 19 janvier.

15 Le relationalism est un savoir pratique qui confond le travail diplomatique avec un travail de médiation entre différentes entités et « cultures » (Neumann, 2005). Le travail relationnel constitue alors autant un principe qu’un mode d’action.

16 Les agents diplomatiques sont nommés par le State Department pour quatre ans. Dotés du monopole de la parole publique de l’ambassade, ils occupent les positions hiérarchiques les plus élevées dans l’organigramme. Les agents locaux sont, quant à eux, recrutés par l’ambassade et jouent un rôle central dans la mise en œuvre et la continuité du travail diplomatique.

17 Les candidatures sont centralisées au niveau des sections de l’ambassade puis un comité spécial où siègent les chefs de sections et les représentants des postes locaux. Celui-ci se réunit en mars pour établir une liste de candidats (principal) et de suppléants (alternative). Le n°2 de l’ambassade, le deputy Chief of Mission (chef de mission adjoint) arbitre les décisions.

18 Le référent désigne l’agent diplomatique ou local qui soumet et justifie la candidature au programme IVLP.

19 Le capital réputationnel désigne « [...] l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissances et d’inter-reconnaissance » (Chaulet & Bès, 2015, p. 200).

20 Anne-Catherine Wagner définit le capital international comme des formes spécifiques et internationales de capitaux sociaux et culturels qui comprennent, par exemple, la maîtrise des langues, la connaissance de plusieurs pays, l’habitude de voyager et l’aisance dans les relations avec les étrangers (Wagner, 2007, p. 43).

21 Avec d’autres militants du PS local, Hassan prend part à une mobilisation qui conteste « l’absence de diversité » et dénonce le fait d’être cantonné aux places non éligibles de la liste pour les élections régionales de 2010.

22 Institut des hautes études de la défense nationale.

23 Les « clubs de la diversité » désignent un ensemble hétéroclite d’entités émergeant au cours des années 2000 et promouvant la diversité ethno-raciale au sein d’espaces sélectifs (médias, entreprises, grandes écoles) (Nasri, 2017).

24 Fonds d'action et de soutien pour l'intégration et la lutte contre les discriminations.

25 Agence nationale de l'accueil des étrangers et des migrations.

26 Conseil économique, social et environnemental.

27 Fondée en 2001, l’association le Cercle Jefferson dispose de filiales partout dans le monde. Son objectif est de maintenir et de renforcer les liens entre International Visitors. Pour ce faire, des événements mondains (conférences, petits-déjeuners, after-work) sont organisés.

28 Ces mobilités désignent des formes d’ascension sociale facilitées par l’existence de dispositifs institutionnels qui favorisent l’accès aux formations et aux emplois les plus convoités (Turner, 1960 dans Van Zanten, 2010, p. 85).

29 Il s’agit là des experts mandatés par l’agence de développement étasunienne (USAID) et la Banque Mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Foued Nasri, « Se définir et être défini en tant qu’élite : les participants au programme IVLP issus des groupes minoritaires », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les élites par leurs marges : (im)perméabilité et performativité des frontières sociales, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/12980

Haut de page

Auteur

Foued Nasri

Chercheur associé au Centre Max Weber (CNRS/Université de Lyon), France - fouednas@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page