Navigation – Plan du site
Jean Remy, Liliane Voyé et Emile Servais
Découvertes / Redécouvertes
Jean Remy, Liliane Voyé et Emile Servais

Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne (Tome 1) - Extraits

Jean Remy, Liliane Voyé et Émile Servais

Résumés

Série de deux textes extraits du tome 1 de l’ouvrage Produire ou reproduire (première édition 1978, Éditions Ouvrières ; deuxième édition 1991, Éditions De Boeck) : le premier est issu de la Partie IV, chapitre II : « Pratiques novatrices et transaction sociale », Section 2 : « Rapport à la matérialité et séquence génétique » ; l’autre un extrait des conclusions générales. Ces textes sont reproduits avec l’aimable autorisation des ayants droit.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les particularités typographiques et éditoriales de la version originale ont été conservées. La présentation par Maurice Blanc et Josiane Stoessel-Ritz est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/13066

Texte intégral

Partie IV, chapitre II : « Pratiques novatrices et transaction sociale », Section 2 : « Rapport à la matérialité et séquence génétique »

1[…]

2.1. Rapport à la matérialité et champ économique

2Lié à la dimension économique, le rapport à la matérialité exprime cet enjeu fondamental des rapports sociaux : l’accès à divers biens, matériels ou non. […] L’activité économique est définie comme déterminante, ce qui ne veut pas dire que, dans toutes les sociétés, la possession de biens matériels soit valorisée comme la plus importante et/ou considérée comme la base du prestige ; toute démonstration de cette possession peut être culpabilisée, particulièrement dans les positions sociales peu susceptibles d’avoir des problèmes de survie matérielle, qui peuvent valoriser les manifestations de détachement et de désintéressement. Le caractère déterminant du rapport à la matérialité n’est pas propre à une situation où l’instance économique est dominante et où les activités économiques sont organisées dans un champ spécifique, distinct des autres et venant jouer de façon prédominante dans la hiérarchisation des statuts […].

2.2. Spécificité du rapport à la matérialité

3La spécificité du rapport à la matérialité apparaît à partir de ses multiples fonctions, en distinguant l’outil instrument de travail et l’objet élément de consommation et en opposant l’outil comme instrument de l’agir technique au rite défini comme geste structurant l’efficacité symbolique. […] L’ensemble de ces usages sociaux de la matérialité s’enrichit avec l’opposition entre l’usage verbal et non verbal, entre le langage technique qui permet d’élaborer des outils et la parole ou le mythe qui donnent un sens explicite au rite. Dans ces usages, le rapport à la matérialité prend une signification particulière, articulant une signification sociale sur une signification personnelle, un rapport au corps sur un rapport à l’univers qui permet une liaison entre énergie psychique et énergie économique. Cette perspective offre la possibilité de dépasser le rationalisme fréquent en sociologie et de poser autrement la question de l'interprétation de l’idéologie, en ne la voyant pas comme langage mobilisateur uniquement parce qu’elle serait langage falsifié.

4[…] L’outil permet l’accroissement de la capacité de travail de la main de l’homme, soit en multipliant directement son énergie biologique, soit en facilitant la domestication d’énergie d’origine animale. Louis Blanc disait au XIXème siècle que la découverte du collier de trait avait fait plus que le christianisme pour la disparition de l’esclavage ; en décuplant la force de traction de l’animal, le collier de trait a rendu caduc un pouvoir qui s’appuyait sur une force de traction humaine, tandis que le christianisme a porté son effort sur une humanisation des conditions de travail en demandant au maître de traiter ses esclaves comme le père traite son fils. On voit l’intérêt de la distinction entre rapports de production et conditions de production, celles-ci apparaissant comme un conditionnement qui permet de stabiliser un contrôle. […] Certaines innovations technologiques peuvent avoir des effets différents à court et à long terme : inventées par un pouvoir en place, elles peuvent à long terme sortir des effets qui le déstabiliseront. Cette proposition a du sens en admettant que la matérialité, avec la structure d’appropriation qu’elle conditionne, est dotée d’une logique propre dont les effets échappent partiellement au producteur et qui se comprend à travers les modalités nouvelles d’appropriation qu’elle permet. Cette logique propre […] montre l’intérêt théorique d’une distinction entre les logiques de production et d’appropriation. Elle explique comment la position dominante tire sa force de sa capacité à développer des technologies sur lesquelles elle peut s’appuyer pour accentuer son pouvoir et se rendre indispensable, […] sans avoir à comploter.

5Le rapport à l’outil est un premier exemple de rapport à la matérialité ; un second est la manière dont s’articulent le corps et l’univers. Comme il ne peut communiquer qu’à partir de et à travers son corps, l’homme apparaît comme un être matériel. Ce corps doit disposer de sources énergétiques qui viennent de la nature et qui constituent sa nourriture. La nourriture nécessaire à une population est produite par un nombre réduit de personnes occupées dans l’agriculture, tandis que les autres sont impliquées dans la production d’autres biens matériels ayant une signification utilitaire et sociale : l’habillement sert à la fois de protection et de signe de sexe et de statut, l’ameublement est surface de rangement (entre autres) et expression d’un style de vie, c’est-à-dire une appropriation sociale de la nature, articulant le structurel et le structural. […] La signification sociale [du vêtement] se comprend à travers une opposition entre le marquage naturel du corps nu et son marquage social, en distinguant un marquage social permanent et indélébile d’un vêtement, marquage social mobile. Les sociétés grecques et romaines n'ont pas marqué la différenciation entre les sexes par le vêtement, mais le Moyen-Âge a déployé une grande imagination pour traduire par le vêtement la dichotomie sexuelle.

6[…] On pourrait comparer le protestantisme et le catholicisme et montrer comment le protestantisme se centre sur le culte de la Bible, ce qui valorise la parole, alors que le catholicisme est soucieux de préserver un ensemble de gestes à signification rituelle, accentuant le non-verbal et favorisant des cérémonies collectives où, malgré des désaccords, on se retrouve plus facilement que dans les rencontres culturelles du protestantisme […].

2.3. Matérialité et séquence génétique

7La spécificité du rapport à la matérialité comme soubassement d’une transaction sociale apparaît mieux dans une perspective de longue durée qui envisage sa capacité à stabiliser un réseau transactionnel et à transformer les possibilités réciproques des diverses positions. Cette capacité, à la fois de continuité et de rupture, provient de l’existence de biens matériels qui peuvent perdurer sur plusieurs générations, même s’ils sont réappropriés dans des rapports de pouvoir et de sens différents.

8Le rapport à la matérialité intervient dans l’analyse d’une séquence génétique, par exemple l’histoire des villes. Lieu où s’exerce un pouvoir politique séparé matériellement du lieu de production agricole, la ville détermine les surplus agricoles à prélever sur la production. Un tel prélèvement pourrait être basé sur un pouvoir répressif, dont la suppression n’aurait aucune incidence sur la capacité productive. Ce prélèvement pourrait aussi se faire dans un jeu transactionnel entre l’économique et le politique, ce dernier assurant une protection militaire au premier, ou lui donnant une possibilité d’exaltation religieuse lors d’un pèlerinage urbain. Si un tel échange n’a pas d’incidence sur la capacité productive, il en irait autrement si le pouvoir politique concentré dans la ville prenait l’initiative de grands travaux qu’il serait seul capable d’entreprendre et de contrôler, par exemple un système d'irrigation. Le pouvoir politique serait alors mieux enraciné, car il accroîtrait la capacité productive en changeant le rapport à la matérialité. De l’évolution de l’appropriation d’un surplus à la production d’un nouveau surplus, une séquence génétique apparaît, dans laquelle la ville construit sa position dominante, qui peut être transfigurée dans un rapport de sens où la ville, territoire séparé, devient le support d’une exaltation symbolique et où ce rapport de sens sera à son tour amplifié si la ville devient le lieu de rassemblement des grands consommateurs et induit la formation d’un artisanat permettant de créer un style de vie qui n’existe pas ailleurs. La continuité matérielle de la ville permet des formes d’accumulation et des formes de rupture.

  • 1 Weber M. (1961), The city, Glencoe (Ill.), The Free Press. Dollenger P. (1964), La Hanse du XIIème (...)

9Cette forme spatiale, isolant la ville par des remparts, a fondé l'émergence d’une fonction économique s’autonomisant du pouvoir politique 1. Au Moyen-Âge, les villes de l’Europe de l’Ouest, de Venise à Bruges et aux villes de la Hanse, sont des espaces jouissant d’une extraterritorialité par rapport au système féodal dominant. Elles démarrent directement sur une fonction économique commerciale : Bruges alimente le commerce international, Venise organise les échanges commerciaux internationaux. Dans ce contexte, le pouvoir de la ville ne repose pas sur un pouvoir politique lui permettant d’accaparer des surplus agricoles ; elle fournit des revenus à l’agriculture en lui achetant des produits ou en lui fournissant des emplois. […] Si ces villes sont soumises à l’impôt, la ville et le prince négocient la quotité, mais la ville autonome décide de la manière de rassembler les fonds. La ville devient le lieu d’une culture nouvelle axée sur la promotion de l’économique et elle fait la promotion du bourgeois qui s’est métamorphosé : du bourgeois organisé en corporation à l’entrepreneur capitaliste. […] Au XVème siècle, le développement du tissage selon des procédures nouvelles à Tournai et à Bruxelles a mis ces villes en compétition avec Bruges. Cette bourgeoisie adopte une attitude nouvelle, préférant une richesse mobilière qui favorise la concentration et l’accumulation, et bénéficie d’une capacité de transfert spatial, alors que la richesse immobilière ne s’agrandit qu’en s’étendant spatialement. La richesse mobilière devient déterminante dans l’organisation des échanges, les caractéristiques de la matérialité conditionnent les structures d’appropriation.

10Cette concentration des valeurs mobilières, donc le capital commercial, a été un préalable déterminant à la concentration des équipements, pouvant se combiner avec une dispersion de la production. Lors de l’industrialisation des campagnes du XVIIIème siècle, les entreprises se dispersèrent au gré des sources d’énergie (les moulins à eau) et des sources de chaleur (le bois et les premiers fourneaux assurant le démarrage de la métallurgie). Ensuite, le capital commercial a eu tendance à se transformer en capital industriel, avec l’apparition des manufactures qui rassemblaient dans un même bâtiment un ensemble de machines préalablement éparpillées dans les maisons ; ce rassemblement de métiers (à tisser, par exemple) n’impliquant pas une interdépendance technologique, mais présentant les conditions pour la susciter et favoriser la formation d’un capital industriel.

11Les différentes facettes de la matérialité entretiennent des rapports divers. Les deux origines de la ville, l’une au service du pouvoir politique, l’autre au service de l’autonomisation de l’économique, coexistent dans l’histoire occidentale avec des pondérations différentes. Cette différence permet d’opposer l’Est à l’Ouest de l’Europe, l’Ouest davantage marqué par des villes à fonction économique et l’Est par des villes à prédominance politique. Dans une séquence génétique, la matérialité est à la fois inductrice et induite.

12[…] Le poids de la matérialité s’accroît lorsque le système d’objets et d’outils, même s’il a une durée réduite, devient indépendant d’une extension de l’énergie humaine et des rythmes de la nature et du corps. Battant en brèche une mensuration subjective du temps à partir des séquences corporelles et naturelles, l’invention des outils de mensuration du temps, l’horloge (collective d’abord, individuelle ensuite) est, selon Weber, une des inventions qui ont permis d’objectiver et d’individualiser un calcul sur le temps et ont rendu possible un contrôle du temps nécessaire à la capacité productrice. On est passé d’un rapport concret, rythmé par l’expérience humaine, à un rapport abstrait à partir duquel l’expérience humaine risque d’être évaluée et comptabilisée. […] Un même raisonnement s’applique à l’évolution des modes d’évaluation marchande des objets : la généralisation de l’usage de l’argent permet la mobilité spatiale du pouvoir qui y est attaché, mais également accroît la possibilité d’individualisation des choix et d’utilisation différée. […]

13La Révolution française a généralisé le calcul dans la vie quotidienne à partir de la multiplication de formes diverses de rationalité, concrétisées dans des modes simples de calcul, sans répondre au souci de faciliter le rapport marchand, pour rencontrer une volonté de maîtrise technique à travers l’établissement de signes formels d’équivalence : l’usage du calcul décimal pour mesurer les distances et les objets et pour compter l’argent, ou le découpage de la France en espaces aussi égaux que possible, les Départements, détruisant les bases de l’identité collective, les anciennes Provinces. […] Il est paradoxal de voir la Révolution française promouvoir cette rationalité, se basant sur l’équivalence associée à une lecture économique des choses, elle qui se traduisit par un échec retentissant au plan économique, par exemple l’histoire des assignats. Le paradoxe s’accentue puisque la Révolution française n’a pas fait la promotion de la grande mais de la petite bourgeoisie, qui a dominé l’histoire de France durant le XIXème siècle ; au même moment, en promouvant la grande bourgeoisie, le monde anglo-saxon est resté fidèle aux traditions en vigueur et il place le judiciaire en position centrale, sans disposer de code civil ! Ce double paradoxe souligne l’écueil des associations automatiques.

14Le développement d’outils et d’objets capables d’imposer leurs propres modalités de comparaison, partiellement indépendantes de l’expérience vécue, a permis le passage, analysé par Marx, du concret à l’abstrait : l’abstrait implique une régulation qui ne passe pas par l’expérience vécue, mais exerce une domination sur elle. Nous avons analysé cette ambiguïté comme la généralisation du code de l’équivalence et de sa capacité à déterminer la hiérarchie des autres codes. Cette transformation de la matérialité oppose des sociétés où le rapport à la matérialité s’évalue à partir de l’opposition vivant/non vivant et celles où il s’évalue à partir de l’opposition objet/non objet. Dans la première, s’occuper du vivant, comme l’agriculteur, est lu en termes de supériorité par rapport à l’artisan qui ne manipule que du non-vivant ; tout est évalué à partir de l’expérience d’une vie dominée par l’absence de maîtrise et par le mystère. Dans la seconde, l’objet est produit, maîtrisé et lié au contrôle de l’homme sur la nature, pouvant être actif dans la mesure où il est automatique ; l’objet est une réalité asexuée, associant la maîtrise à une négation de la sexualité et reliant rapport à la nature et rapport au corps. Cette situation prend une signification particulière lorsque, au lieu d’être culpabilisé, le rapport aux biens matériels est exalté et contribue à faire du champ économique le champ hiérarchisant.

15Ayant lié la spécificité de la séquence génétique analysée à la longévité du bien et à sa capacité d’assurer des modalités d’échanges autonomes de l’expérience vécue, nous opposons logique de production et logique d’appropriation, particulièrement à partir de l’opposition entre les conditions collectives de production de certains biens et le mode individuel de leur appropriation. L’opposition entre production et appropriation ne doit pas être confondue avec celle entre outil et objet de consommation. Dans l’opposition entre outil divisible et outil indivisible, la séquence génétique prend tout son sens et elle régule un élément de la transaction sociale.

16L’outil divisible est défini comme un outil individuellement appropriable, tandis que l’outil collectif, ou indivisible, n’est utilisé que collectivement, quel que soit le mode de propriété juridique. On passe de l’un à l’autre lorsque la production en usine se substitue à la production artisanale. Cette transformation entraîne deux conséquences importantes. Le passage à l’outil indivisible impose que, tout en ayant des retombées sur l’ensemble des travailleurs, la gestion de l’outil passe par des décisions concentrées – prises de façon indivise – quelle que soit sa forme : autogestion, contrôle par le capital ou par les pouvoirs publics. Si cette exigence de décision concentrée se concrétise à travers des modalités diverses de contrôle, certaines sont défavorisées : il est plus facile aux propriétaires de capitaux d’asseoir leur contrôle collectif sur une exigence de l’outil de grande dimension, alors que l’efficacité d’un système autogestionnaire est plus grande si les unités sont de petite dimension, ce qui favorise le fractionnement. Autre conséquence du passage à l’outil indivisible, il est impossible de déterminer l’apport de chacun dans la production, fixé par la mise en œuvre de procédures complexes, à l’intérieur desquelles prend place la négociation.

17Une hypothèse voudrait que la production économique soit dominée par un développement des outils collectifs de grande dimension, à partir desquels les petites et moyennes entreprises se redéfinissent en position subalterne, alors qu’une évolution inverse pourrait affecter les aspects de la vie sociale non liés à la production économique : la tendance est à la multiplication des outils divisibles et individuellement appropriables (radio, TV, appareil de photo, enregistreur, outils de bricolage) qui s’utilisent en particulier au niveau du logement, au détriment des outils collectifs antérieurement dominants (salles de cinéma, théâtres, conservatoires de musique). La logique économique implique une collectivisation plus poussée de la production d’objets dont l’appropriation se fait de plus en plus individuellement. Cette évolution divergente appuie une perception dualiste de la vie autour des notions de privé et de public, le privé étant le lieu du choix et de l’individuellement appropriable et le public le lieu de la soumission à des contraintes collectives qui, une fois satisfaites, libèrent du temps et des possibilités au service du privé. Il y a un appui du système d’objets, donc du rapport à la matérialité, à un désengagement et à une dépolitisation contre lesquels essaient de réagir divers mouvements en rupture. Cette situation est renforcée par le développement des techniques de communication qui, favorisant la dissociation des espaces-temps régissant le collectif et le public d’une part, l’individuel et le privé d’autre part, contribuent à creuser l’écart entre l’un et l’autre de ces domaines ; la structure spatiale, avec les différents rapports à l’espace qui s’y expriment, devient un élément-clé du rapport à la matérialité et de la position transactionnelle, dans la mesure où elle situe les activités les unes par rapport aux autres et où elle détermine l’accès à un capital d’informations disponibles sur place et dont le poids dépend du caractère plus ou moins stratégique du champ auquel elles se réfèrent.

18Une analyse en termes de séquence génétique interroge la répartition entre biens divisibles et biens indivisibles, dans la constitution des capitaux. Pour la constitution de la capacité collective de production, l’épargne est exaltée au détriment de l’appropriation de biens individuels. Une fois l’outil collectif constitué, l’accumulation dépend de l’accroissement de la production des biens divisibles, ce qui conduit à une exaltation de la consommation immédiate et à une accentuation de la différence entre temps de contrainte et temps de liberté. Par la suite, il est possible que soit favorisée la multiplication d’outils de travail de petite dimension, produits par des capitaux concentrés qui risquent de se voir concurrencés par le redéveloppement de petites et moyennes entreprises, rendu possible par la miniaturisation qui, dans le domaine de l’électronique, tend à se substituer aux géants caractéristiques de la période antérieure.

19L’analyse en termes de séquence génétique permet de comparer diverses sociétés et de mettre en évidence les similitudes et les différences entre pays de l’Est et pays de l’Ouest de l’Europe. Par exemple, elle montre que les pays socialistes de l’Europe de l’Est, qui ont introduit la logique de la production croissante, exaltant l’accroissement de l’appareil productif autant que les pays capitalistes de l’Europe de l’Ouest, s’opposent radicalement à ceux-ci en rejetant les processus d’individuation. Dans la société capitaliste, le calcul individualisé est au cœur de l’efficacité collective ; dans la société socialiste, la mobilisation de tous et de chacun sur un objectif collectif est la clé de la construction d’un avenir en termes collectifs. Cette priorité accordée à la communion sur la différence légitime le poids du pouvoir politique dans la régulation sociale ; elle introduit une rationalité où chacun accepte d’être évalué à partir de sa fidélité aux engagements collectifs et de l’efficacité de ses interventions. Cette mise en question de l’individuation comme principe de base de l’efficacité collective, élément-clé pour comprendre l’alternative socialiste, rejaillit sur le type d’objets produits. En multipliant des biens individuellement appropriables et en diffusant dans le système un pouvoir monétaire qui est pouvoir d’indétermination et d’individuation, on se trouve devant une contradiction spécifique entre socialisation des objectifs mobilisateurs et individuation induite par le nouveau rapport à la matérialité, contradiction qui doit être résolue par la société socialiste. À l’inverse, certains mouvements de rupture au sein de la société capitaliste avancée remettent en question l’exaltation de l’accroissement de la production : en doutant que la profession soit le lieu privilégié de la production, ils prônent une revalorisation de la créativité individuelle et sa diffusion.

20La différence entre logique de production et logique d’appropriation suppose d’inscrire dans le produit des possibilités d’appropriation qui ne peuvent être totalement contrôlées par le producteur. Mais la logique de production ne dépend pas de la logique d’appropriation ; dans la théorie des champs, en créant une demande pour le bien qu’il produit, le producteur se rend indispensable et place l’utilisateur ou le consommateur dans un rapport de dépendance plus marquée si le bien produit est soumis à une désuétude rapide. On revient, par un autre biais, à l’ambiguïté qui entremêle dépendance et possibilités de transformation. La matérialité peut être la base d’une séquence génétique particulière. Sa temporalité constitue un élément contextuel qui affecte toutes les positions sociales et leurs rapports réciproques.

2.4. Effets non automatiques et effets différenciés

21Si l’abordage par la matérialité pose le problème de la transaction à partir des conditions plus qu’à partir des positions, les deux aspects s’entremêlent car les biens constituent un enjeu et la matérialité est productrice d’un rapport de sens et de pouvoir. Cette matérialité peut s’interpréter dans une liaison dialectique avec les autres éléments, car la matérialité n’a d’effets ni automatiques, ni univoques.

22Prenons des exemples du lien entre matérialité et condition de classe selon le type de travail et ses modalités d’exercice : travail de l’agriculteur soumis aux rythmes de la nature, travail du mineur dans un univers strictement minéral, travail du métallurgiste organisé en équipes successives, travail du personnel d’une centrale électrique exécuté de façon relativement isolée. Ces caractéristiques du travail façonnent des ethos qui peuvent être relus structuralement en termes de position, la noirceur du mineur sortant du puits s’opposant aux mains blanches de l’employé de bureau, l’activité de l’agriculteur s’occupant du vivant s’opposant en termes de supériorité à celle de l’ouvrier qui s’occupe du non-vivant, mais s’opposant en termes d’infériorité à celle de ce même ouvrier dont le temps de travail est nettement distinct du temps de non-travail, l’agriculteur ne pouvant opérer une telle distinction.

  • 2 Touraine A. (1969), « Anciennes et nouvelles classes sociales », dans La Société post-industrielle, (...)

23L’induction qui s’opère entre condition et position stabilise et rend visible cette dernière, tout en contribuant à la naturaliser en la présentant comme une contrainte de nature. Avec ses caractéristiques propres, la matérialité n’apparaît pas comme un support passif mais comme un facteur inducteur d’effets propres, par lesquels s’élabore une connotation spécifique du rapport de classe. Le repérage d’une transformation du rapport à la matérialité aide à analyser le passage d’un capitalisme médian à un capitalisme avancé et à repérer le clivage qui s’opère à tous les niveaux sociaux entre ceux qui bénéficiaient des situations antérieures et ceux qui sont favorisés par les situations nouvelles. Dans cette perspective, nous opposons archéo- et néo-bourgeoisie, classe moyenne déclinante et classe moyenne émergeante, classe ouvrière traditionnelle et nouvelle classe ouvrière 2.

2.4.1. Archéo- et néo-bourgeoisie

24Les facilités de communiquer qui se développent engendrent une délocalisation du pouvoir économique, accompagnée d’un enracinement du pouvoir politique, entraînant pour chacun d’eux des effets de sens opposés. […] Face à la délocalisation du pouvoir économique, on assiste à l’exaltation d’un pouvoir politique régional proche des populations concernées, tendance qui se combine avec la relative difficulté rencontrée dans l'instauration d’un pouvoir supranational, notamment au niveau européen.

25Cette évolution divergente des deux pouvoirs, économique et politique, aboutit à un déséquilibre dans le contrôle effectif de l’économique par le politique. La régionalisation du politique qui se dessine conduit les pouvoirs locaux à offrir à l’économique un certain nombre d’avantages en vue d’attirer sur leur territoire l’implantation d’unités de fabrication et un certain nombre d’emplois […]. Le pouvoir local s’exalte sur ces réalisations, voit son contrôle se réduire sur le pouvoir économique délocalisé et il contribue lui-même, par les avantages offerts, à renforcer la délocalisation et ses effets.

26L’état du champ économique s’articulant sur cette valorisation de la région produit une revendication à l’immobilité spatiale chez le personnel assurant la fabrication matérielle, cadres subalternes compris, tandis qu’elle favorise une aspiration à la mobilité géographique chez ceux qui, tout en contrôlant l’orientation de la production, se font du pouvoir en ne limitant pas leur horizon à une clôture régionale. Cette attitude aboutit à l’apparition d’une dualité entre l’archéo-bourgeoisie, dont le pouvoir découle d’une insertion locale, et la néo-bourgeoisie qui tient le sien de sa capacité de mobilité spatiale […]. Des tensions et des conflits d’intérêts s’élèvent entre ces deux bourgeoisies qui coexistent dans une même vie locale, permettant de comprendre la constitution d’un pouvoir local distinct du pouvoir municipal, qui se définit comme le pouvoir déterminant le type de rapports hégémoniques et antagoniques dans la production d’un avantage qui ne peut exister et s’utiliser que dans un espace déterminé, cette contrainte liée à la nature même du produit clôturant un réseau transactionnel autonome.

27Lorsque le rapport hégémonique évolue en faveur de la néo-bourgeoisie, la bourgeoisie traditionnelle est contrainte à redéfinir sa position et sa zone de contrôle. Elle peut se reconvertir progressivement dans l’immobilier, en produisant le contexte bâti nécessaire à la vie des habitants et à l’attrait de la région pour la néo-bourgeoisie ; elle contribue à stabiliser les populations locales et à doter la région d’un avantage comparatif favorable à l’emploi de ces populations. Elle peut également convertir diverses entreprises locales de petite et moyenne dimension en entreprises sous-traitantes : l’existence d’un réseau diversifié d’entreprises de ce type, capables d’adapter rapidement leurs productions à la fluctuation des contrats de sous-traitance, est un des attraits qu’une région puisse offrir à des entreprises à capitaux délocalisés. Cette bourgeoisie peut encore chercher à renforcer sa position vis-à-vis des populations locales en étant pourvoyeuse d’emplois, ou en contrôlant la distribution d’emplois, liés au marché local des biens et services ; l’extension du pouvoir municipal dans le cadre de la gestion d’équipements collectifs (hôpitaux, écoles, services sociaux) dont les recrutements sont faits selon des critères où l’allégeance politique est présente, valorise au plan d’une clientèle locale la position d’intermédiaire que cette bourgeoisie s’est définie et qui la rapproche de la situation du notable, dans le monde rural traditionnel : il articulait l’intérieur du village avec l’extérieur. Quel que soit le contenu nouveau qu’elle se donne, l’archéo-bourgeoisie se définit toujours dans un rapport subalterne, dominée par la néo-bourgeoisie.

  • 3 Bleitrach D. (1977), « Région métropolitaine et appareils hégémoniques locaux », Espaces et Société (...)

28Dans le capitalisme avancé, le rapport entre l’économique et le politique se pose autrement que dans le capitalisme médian ou celui de première génération. Les contraintes et le devenir du champ économique commandent la transformation du champ politique, y compris dans sa mise au service des populations. La pratique politique apparaît comme une pratique ambiguë : d’une part, en intervenant sur les contraintes économiques, elle favorise la délocalisation et la concentration du capital, en lui permettant de se décharger de la production d’un contexte local qui est utilisé collectivement par une pluralité d’entreprises ; d’autre part, la pratique politique apparaît comme une pratique régulatrice, notamment en assurant la gestion et la production de biens de consommation collective, contribuant à diminuer certaines contradictions entre la capacité de produire des biens pour des marchés internationaux, donc spatialement mobiles, et la capacité de produire des équipements et services spatialement immobiles, dont le lieu de production et d’utilisation sont similaires. La production de ces biens ne pouvant être régie par la rentabilité à court terme, elle est progressivement assurée par le pouvoir politique, qui assume des responsabilités d’entreprise et entre dans des relations contractuelles, même si la rationalité qui sous-tend son projet n’est pas d’abord une rationalité économique, régie par la sanction des pertes et profits, mais un rationalité politique combinant la capacité d’octroyer des subsides et celle de se faire réélire 3.

29De fait, le pouvoir politique contribue à aiguiser la contradiction entre socialisation à travers l’équipement régional et urbain et individualisation du contrôle. Cette contribution à l’élargissement des contradictions a des retombées sur la crise qui surgit dans le cadre du personnel de divers appareils d’État (enseignants, magistrats, fonctionnaires subalternes…). Cette petite bourgeoisie diversifiée trouvait son pouvoir dans une alliance et une solidarité lui permettant de jouer le rôle d’agent de socialisation et d’acquérir un certain capital-prestige (le capital-revenu étant en décalage) voit sa position déforcée dans le cadre de la transaction nouvelle, constitutive du pouvoir local, où les redéfinitions positives se font désormais à partir d’une subordination de l’archéo- à la néo-bourgeoisie. Ces groupes redéfinissent leur position en développant des solidarités non locales, à partir desquelles ils remettent en question leur rôle d’agents de transmission et se donnent la mission de devenir des agents induisant des formes alternatives de société.

30Lorsque la transaction entre un pouvoir politique et un pouvoir économique délocalisé ne débouche pas sur un nouveau rapport hégémonique, les pratiques antagoniques prédominent et aboutissent normalement à des formes d’insécurité collective et de rejet, au moins symbolique, des formes d’intrusion venant de l'extérieur. Les rejets les plus nets viennent fréquemment de l’archéo-bourgeoisie qui se ferme et développe des mécanismes d’exclusion. […]

2.4.2. Classe moyenne déclinante et classe moyenne émergeante

31Le rapport à la matérialité à partir de la délocalisation et de la mobilité spatiale des activités et des personnes oppose, au sein des positions intermédiaires, celles dont l’expérience et la capacité de médiation sont liées à un enracinement local à celles qui tirent leur capacité de médiation de la maîtrise de codes techniques non liés à une expérience locale, même si cette capacité de médiation s’exprime dans un enracinement local. Les positions structurelles et la lecture structurale qui est faite de ces classes moyennes émergeantes se renforcent réciproquement. La lecture structurale ne correspond plus aux possibilités structurelles et est à l’origine d’une revendication qui trouve son fondement dans une signification morale. […]

32Certains groupes, qui étaient antérieurement au centre des liaisons intermédiaires, peuvent conserver le sens de leur mission alors qu’ils perdent progressivement la capacité effective de l’accomplir, suite à l’évolution des procédures de domination. Ils peuvent avoir le sentiment d’être exclus des grands conflits sociaux et voir la négociation et le compromis s’opérer en dehors d’eux, sinon à leurs dépens.

33C’est le cas des agriculteurs qui se sentent porteurs de qualités d’équilibre, base du bon sens d’une nation : ils ont le sentiment que ces qualités ne sont plus appréciées à leur vraie valeur et ils cherchent à ce que leurs préoccupations restent prises en considération par les partenaires sociaux. Ce sont les petites et moyennes entreprises commerciales et artisanales qui forment ce qu’on appelle en Belgique « les indépendants », représentés par le Ministère des Classes Moyennes. Eux aussi ont le sentiment que les grands partenaires sociaux règlent les problèmes sur leur dos, ce qui aiguise leurs pratiques revendicatrices. Ce sont les employés qui, dans la vie des entreprises, jouaient un rôle d’intermédiaire, consacré par le « col blanc » et la sécurité du statut ; ce rôle se dilue progressivement dans une tâche technique de manipulation de papiers et d’informations, tâche qui les rapproche des travailleurs manuels et des exécutants mais les constitue comme une catégorie à part et séparée, bon nombre d’entre eux étant concentrés dans les grandes villes, loin des lieux de fabrication ; la lecture structurale que ces employés continuent à avoir d’eux-mêmes s’efforce de maintenir la distinction entre eux et les travailleurs manuels, ce qui risque de diminuer leur force revendicatrice. […]

34Ainsi perturbés, certains groupes se redonnent une mission effective en prenant distance par rapport à une délégation implicite qui les instaurait au service de l’ordre social et ils utilisent le prestige qui leur reste par la perdurance de leur définition structurale, pour jouer des rôles de rupture et de mise en doute, contribuant à rendre crédibles des formes alternatives de société. Dans un contexte de crise, certains se redonnent une signification structurelle d’intermédiaire.

35L’analyse de la définition structurale et de sa liaison avec l’appui structurel se place dans la perspective d’une histoire collective où le déclin de ceux qui se sentent exclus, et l’émergence de nouvelles positions structurelles, sont des phénomènes décisifs pour la compréhension du rôle structural et structurel de la classe moyenne, au plan des pratiques hégémoniques et de l’évolution de leurs procédures en fonction de l’état de développement des interdépendances et des contradictions du contexte global.

2.4.3. Ancienne et nouvelle classe ouvrière

36Laissant de côté les différences de réactions dans la vie de l’entreprise et dans la vie syndicale entre les ouvriers des secteurs traditionnels ou organisés de façon semi-artisanale et les ouvriers travaillant avec un équipement qui privilégie le contrôle sur la manipulation, nous observons les différences entre ces deux types d’ouvriers au plan des modes de vie.

  • 4 Ion J. (1975), Production et pratiques sociales de l’espace du logement, Saint-Étienne, CRESAL, pp. (...)

37Dans un ouvrage sur les pratiques sociales de l’espace logement 4, Jacques Ion remarque que les chauffeurs de poids lourds et les professionnels du bâtiment s’adaptent moins bien que d’autres catégories de travailleurs aux HLM et aux formes industrialisées ou semi-collectives de villages ; ces réactions ne s’expliquent pas par la qualité du logement, des réactions opposées apparaissant chez des ouvriers mieux nantis. Pour Ion, l’explication vient de la difficulté pour ces travailleurs d’entrer dans des formes nouvelles d’habiter, habitués à des formes plus traditionnelles.

38Entre ces deux fractions ouvrières, une opposition se fait au plan de la sécurité affective : les premiers, quel que soit leur niveau de revenus, trouvent cette sécurité dans des repères concrets de vie quotidienne relativement stables ; les seconds, au contraire, conscients d’entrer dans une ère nouvelle, pensent que la nouveauté a des chances d’être meilleure, ce qui les rend plus disponibles et ouverts à des façons nouvelles de vivre. […] Ion critique une analyse des positions qui se contente de croiser capital économique et capital culturel, sans les situer par rapport aux segments du champ économique et professionnel dans lesquels se constituent et s’utilisent ces capitaux ; l’analyse des positions en termes de capitaux s’enracine dans l’analyse des champs, ou dans celle des procédures collectives de production de certains biens et dans l’analyse de la transformation du rapport de pouvoir entre acteurs qui veulent s’approprier le monopole de la production. L’analyse des nouvelles logiques de production et d’appropriation ouvre une perspective complémentaire à l’analyse du rapport à la matérialité, dégageant les multiples dimensions des atouts des diverses positions sociales.

2.5. Division technique et division sociale

39Le rapport à la matérialité est le soubassement d’une division technique des tâches, qui suppose une appropriation réelle des possibilités techniques, et une appropriation symbolique. Ces deux modes d’appropriation ne coïncident pas toujours : on peut disposer d’une possibilité objective qu’un interdit culturel empêche d’utiliser, ou bien la « vocation » que l’on éprouve au plan symbolique peut être éloignée de la maîtrise des manipulations objectives nécessaires à l’accomplissement des tâches auxquelles semble destiner cette « vocation ».

40La correspondance ou la non-correspondance entre appropriation réelle et appropriation symbolique est un élément important pour définir la position ; l’analyse des positions souligne l’articulation entre division technique et division sociale. La position dominante maîtrise d’autant mieux son devenir objectif qu’elle s’est, de façon exclusive, dotée des techniques qui érigent en monopole des tâches que la distribution des légitimités sociales lui attribue en exclusivité ; à l’inverse, la position dominée est maintenue dans sa situation dans la mesure où son exclusion au plan des légitimités est renforcée, car elle n’arrive pas à détenir les techniques qui permettraient de transformer ces possibilités.

41À travers le rapport à la matérialité et l’appropriation de certaines techniques, une position dominée peut se rendre indispensable. Dans le champ économique, le passage de l’outil divisible à l’outil collectif engendre une complémentarité des tâches créatrice de pouvoir pour des travailleurs jusque-là dominés et qui, leur travail étant nécessaire au fonctionnement de l’ensemble, détiennent désormais une importante capacité de pression avec la menace de grève qu’ils peuvent faire peser. Cette possibilité objective n’est pas automatiquement utilisée, un phénomène de culpabilisation culturelle pouvant s’interposer et entraver le déclenchement de la grève, par exemple en faisant percevoir l’entreprise comme une famille où il faut s’entendre, ou en considérant le travail de nuit comme indispensable à la prospérité collective.

42Ici, la transformation technique a priorité sur l’induction de la transformation sociale et la division technique sur la division sociale, mais pas toujours. L’analyse de la formation de la bourgeoisie montre comment une concentration de capitaux, liée à des opérations commerciales, a eu priorité sur la mise au point d’outils collectifs, renforçant à leur tour la nécessité de capitaux concentrés. Ces deux exemples soulignent l’importance de combiner division technique et division sociale, cette dernière n’étant stabilisée qu’en s’appuyant sur une division technique. Il ne faudrait pas en déduire que la technique est autonome, apparaissant au hasard des découvertes et engendrant automatiquement une transformation ; l’invention technologique se trouve normalement orientée en fonction de l’intérêt des positions sociales dominantes, ce qui n’exclut pas qu’elle engendre des effets inverses à moyen terme : les outils collectifs promus par un capital concentré, s’ils renforcent sa nécessité, donnent au milieu ouvrier une possibilité objective de contrôle.

43Il en va de même pour le rapport aux objets et aux rituels, qui contribuent à rendre visible et à stabiliser des statuts. Certains lieux, en fonction des activités spécifiques qui s’y déroulent, peuvent être interdits, ou avoir un accès réglementé. Par exemple, le palais du chef de l’État dont la garde militaire a une fonction de défense et une fonction de parade, qui apparaît comme un signe normal de respect et, parfois, comme un spectacle (la relève de la garde).

44On pourrait repérer dans la vie collective le partage entre, d’une part, des objets et des espaces accessibles librement et, d’autre part, des objets et des espaces « réservés ». Si ce partage est généralement respecté, il devient, à certains moments chauds, objet de contestation et lieu privilégié d’expression symbolique : à travers les objets et les espaces normalement réservés et que l’on s’approprie, que l’on viole ou que l’on détruit, on a le sentiment de violer ou de détruire l’autorité elle-même dans sa matérialité. Briser les usages établis devient, à certains moments révolutionnaires, le centre d’une action collective porteuse d’une grande capacité de produire des identités nouvelles.

  • 5  Malaparte C. (1931), Technique du coup d’État, Paris, Éditions Grasset.

45C’est la conscience de cette capacité qui explique la discussion entre Lénine et Trotsky 5, se demandant, en 1917, s’il fallait prendre les nœuds de communication – gare, téléphone – ou le Palais d’hiver ; la prise des nœuds de communication signifiait le contrôle de l’outil technique et celui de tous les mouvements et déplacements, mais la prise du Palais d’hiver était un acte symbolique qui, s’il ne donnait aucun contrôle technique, représentait une violation des interdits et une redéfinition des identités. Le choix entre ces deux types d’actions, l’une technique, l’autre symbolique, dépend des circonstances : l’agir symbolique doit avoir priorité s’il s’agit avant tout de redonner du moral aux militants ; mais l’agir symbolique doit céder le pas à l’agir technique dans d’autres circonstances.

46Ces exemples montrent que la division sociale suppose une certaine combinaison, au plan du rapport à la matérialité, à l’outil et aux techniques, aux objets et aux rituels ; la division sociale n’existe que si elle est capable de produire un rapport adéquat à la matérialité, mais on ne peut en déduire l’antériorité de la division sociale sur la division technique, ou inversement.

* *

*

Conclusions générales

47[…]

1.3 Idéologie et effets idéologiques

48Revenons à notre point de départ, qui montrait que le culturel a une motricité propre qui ne dérive pas du social, même si sa signification est saisie dans son interférence avec le social et avec la dynamique affective. Dans cette perspective, nous partons d’un exemple sur les effets des pédagogies dans l’enseignement primaire, en prenant la proportion d’échecs comme indicateur.

49Dans la vie quotidienne, il est fréquent d’attribuer l’inégale répartition des échecs scolaires à l’inégale répartition des dons naturels ; une lecture religieuse peut redoubler cette affirmation en évoquant la parabole des talents, sur la nécessité de faire fructifier les talents reçus de la providence. Cette représentation est largement acceptée socialement et elle permet d’affronter avec un regard relativement serein des situations différentes ; on se trouve devant un effet structural qui produit du sens au plan des divers acteurs, en leur permettant de faire face aux difficultés de l’existence.

50Une autre lecture est possible. Constatant que le pourcentage d’échecs scolaires varie d’un milieu social à l’autre, on peut concevoir qu’une pédagogie n’est pas également adaptée aux possibilités objectives de tous les enfants, quel que soit leur milieu social ; elle est reçue différemment par un enfant de milieu populaire, habitué à un vocabulaire concret, et par un enfant de milieu supérieur, familiarisé avec l’usage d’un langage abstrait combiné avec celui de la double négation. On se trouve face à un effet structurel, qui agit sur la pratique des acteurs sans devoir pour cela produire du sens.

51Ces deux lectures montrent le décalage entre l’effet structural et l’effet structurel, le premier donnant en termes de non maîtrisable par une pratique sociale ce qui est d’origine sociale. Ce déplacement du lieu de l’explication est l’effet idéologique ou encore « l’effet de voilement », toujours accompagné d’un effet de mobilisation affective. Avec l’image des dons naturels, certaines positions sociales se trouvent renforcées et se sentent dotées d’une forme de mission, alors que d’autres trouvent une explication à leurs échecs et acceptent leur exclusion (« ce n’est pas pour nous »). La mobilisation affective fait qu’un discours, présenté comme universel et accepté par toutes les positions sociales, a des conséquences inverses sur la logique intentionnelle de chacune de celles-ci, qui se voient induites à des pratiques différentes ; dans l’exemple, les besoins subjectivement ressentis par le milieu populaire, à partir de l’idéologie des dons naturels, le conduit à limiter ses efforts au plan scolaire afin de « s’adapter » à ses chances objectives de départ ; ceci va radicalement à l’encontre de son intérêt objectif, qui supposerait une meilleure appropriation du capital transmis par l’école. On ne peut comprendre l’effet idéologique à partir du seul effet de voilement : se limiter à lui au nom de la prise de conscience risque de faire rejeter tout langage à mobilisation affective ; en voulant démasquer l’idéologie, on risque d’aboutir à un rationalisme qui néglige la dynamique affective, élément moteur de la dynamique sociale à prendre en considération pour transformer une situation.

52Revenons à l’échec scolaire et aux moyens à mettre en œuvre pour le dépasser. Cet objectif suppose, en logique objective, des pédagogies différenciées d’après les milieux sociaux. Mais c’est insuffisant : des agents doivent se mobiliser pour mettre en place de telles innovations, ce qui suppose une transformation de la logique intentionnelle. […] On n’a rien changé tant qu’on n’a pas changé la logique objective, ici les pratiques pédagogiques ; mais on n’a rien changé non plus tant qu’on n’a pas mobilisé les acteurs pour promouvoir des pratiques nouvelles. Les pratiques sont au centre de la problématique et ne peuvent se développer qu’à partir de la convergence de la logique intentionnelle et de la logique objective.

1.4 Effets idéologiques et prise de conscience

53Les moyens à mettre en œuvre pour transformer une situation obligent à préciser la signification de la prise de conscience, question décisive pour comprendre la portée des analyses sociologiques et ses utilisateurs potentiels. |Il faut éviter la confusion entre conscience et logique intentionnelle. La logique intentionnelle s’applique aux pratiques engendrées à partir du sens et à travers un sentiment de responsabilité, ce qui peut renvoyer à une acceptation du terme de conscience. Mais c’est une acception différente qui est donnée ici, en associant la conscience à la perception et à la visibilité. On s’écarte de la logique intentionnelle qui, comme la logique objective, trouve son fondement dans un ensemble de dynamismes non perçus, ce qui renvoie à l’image de l’iceberg dont la partie invisible est la plus importante.

54On peut interroger les fluctuations des niveaux de perception. L’histoire du mouvement féministe montre que la part émergée de l’iceberg a d’abord grandi au plan de la logique objective (droit de vote, « à travail égal salaire égal ») puis au plan de la logique intentionnelle, le combat portant sur des modèles culturels. L’évolution peut être inverse dans d’autres domaines mais, quelle que soit la séquence d’évolution, la logique objective et la logique intentionnelle sont affectées de niveaux immergés et invisibles ; seule une action sur les deux logiques peut transformer la situation. Après avoir grandi, le niveau du perçu et du conscient peut se réduire au moment de redéfinir un consensus sur une orientation nouvelle.

55La signification de la prise de conscience en termes de connaissance intellectuelle et scientifique fluctue selon la conjoncture sociale. À un même moment, les effets de la prise de conscience peuvent être différents selon les positions sociales. Il faut se défier d’une lecture en termes d’effets automatiques et homogènes sur tous les milieux sociaux, mais aussi d’une hypothèse implicite, fréquente chez les sociologues qui supposent que la révélation analytique amène une exaltation affective dans les milieux défavorisés, en même temps qu’elle produit une mauvaise conscience et une démoralisation dans les milieux privilégiés par la situation actuelle : ils négligent la médiation de la dynamique affective et tombent dans le piège de l’intellectualisme qui, associé à une perspective volontariste, imagine que la situation serait radicalement transformée si une volonté politique mettait au point de nouveaux règlements.

56Analysant la situation de crise de l’Allemagne en 1930, Reich a dénoncé l’illusion que toutes les conditions objectives étaient réunies pour une prise de pouvoir de la gauche : l’exaltation populaire s’est portée sur un pouvoir fasciste. Dans cet exemple, le changement repose sur un passage obligé par l’identité affective, sous-tendue par le souci de préservation de la sécurité affective. On retrouve l’entremêlement des deux types d’effets de l’idéologie, voilement et exaltation, et l’on se demande comment sortir de cette ambiguïté et dépasser le risque de l’intellectualisme, ce qui est très important pour élargir le nombre et le type des utilisateurs potentiels de la sociologie, en tenant compte des positions sociales occupées par les acteurs, car elles conditionnent leurs actions et leurs réactions. La distinction entre conscience possible et conscience réelle est ici intéressante.

1.5 Conscience possible et conscience réelle 6

  • 6 Cette analyse a été menée avec M.-L. Lopez, lors de la préparation de son doctorat.
  • 7 Goldmann L. (1967), « Épistémologie de la sociologie », dans Piaget J. et al., Logique et connaissa (...)

57Provenant de Lukacs, via Goldmann 7, le concept de conscience possible offre une manière intéressante de comprendre l’articulation entre logique intentionnelle et logique objective, articulation typique d’une position sociale déterminée ; il permet d'établir un lien entre ces notions et celle d’ethos de Bourdieu : comment des possibilités objectives deviennent-elles, ou non, des espérances subjectives ? Comment des possibilités au plan de la logique objective, liées à des éléments de position et à des capitaux culturels, peuvent se traduire en espérances subjectives ? La question est importante car, à cause de leur logique intentionnelle, les acteurs ne jouent pas toujours des atouts dont ils disposent ; leurs possibilités ne s’expriment donc pas en espérances subjectives.

58Cette non-utilisation des possibilités objectives peut intriguer : comment expliquer que des acteurs qui disposent de possibilités objectives, ne les transforment pas en espérances subjectives ? Le recours à la logique intentionnelle permet de le comprendre […]. Les possibilités objectives ne se traduisent pas en espérances subjectives parce qu’elles n’ont pas été divulguées, le groupe professionnel qu’elles concernent étant trop neuf, ou parce que les possibilités objectives existantes ont été trop rarement concrétisées pour permettre leur intériorisation en espérances subjectives. Il ne faut pas employer le concept de « conscience possible » de façon indifférenciée et toujours le situer dans un lieu social déterminé.

59Le concept de conscience possible peut revêtir deux significations : renvoyer à l’idée de limite, ou à celle d’oblitération. Dans le premier cas, la référence à la conscience possible signifie qu’au-delà d’un certain degré de conscience, il est peu probable que les acteurs modifient directement leur action. Discutant avec des responsables d’une modification éventuelle de leur modèle d’action, il pourrait s’avérer impossible de leur faire comprendre un point de vue différent du leur ; il se pourrait que, comprenant ce point de vue, ils le trouvent utopique ; ce sera le cas s’ils vivent dans l’immédiateté, lorsque le point de vue proposé suppose un futur maîtrisable ; il faudrait leur faire découvrir cette possibilité, mais sa reconnaissance dépasse les limites de leur conscience possible, qui ne peuvent être reculées que par des pratiques. C’est l’énoncé d’une condition essentielle au succès de toute pratique qui se veut transformatrice : cet objectif n’a de chances d’être rencontré que si les analyses correspondent à la conscience possible des acteurs concernés, sinon ils ne les reçoivent pas.

  • 8 Lénine, La Maladie infantile du communisme : le gauchisme, Paris, Éditions Sociales.

60Le concept de conscience possible renvoie à l’idée que la conscience réelle des acteurs reste en-deçà de leur niveau de conscience possible. La question devient : comment élargir leur conscience réelle jusqu’à ce qu’elle couvre le champ de la conscience possible ? Cet objectif pourrait être atteint par l’observation de ce qui les environne par ces acteurs et de leur propre trajectoire d’action. Devant ce décalage entre conscience possible et conscience réelle, la présente analyse paraît directement utilisable. Il s’agit de situations où le niveau de la conscience réelle est plus bas que celui de la conscience possible ; des situations où, par idéalisme de gauche ou de droite, les acteurs surévaluent le volontarisme (« il suffit de vouloir ») et se donnent des projets qui vont au-delà de leurs possibilités, témoignant de ce que l’on pourrait appeler une conscience « irréelle ». Ce type d’irréalisme, constitué par une erreur de perception, non de l’objectif mais des opportunités réelles, a conduit Lénine à qualifier le gauchisme de « maladie infantile 8 ».

61Les consciences possibles des différentes positions sont divergentes ; on ne transforme pas la conscience possible d’une position simplement en la dotant d’une information, aussi exacte soit-elle. Il y a même un risque inhérent à cette diffusion de l’information : ces révélations peuvent démoraliser l’acteur et diminuer encore sa conscience possible. Il est important d’intégrer la dynamique affective, dans laquelle viennent prendre corps l’identité et le projet de chaque position.

1.6 Logique d’action et éléments conscients de l’acteur

62En termes de logique d’action, la conscience s’avère opérante si elle est capable de renforcer la capacité de stratégie et de tactique de l’acteur ou de l’agent, en lui permettant d’escompter des conséquences autrement inattendues de son action, tant au plan de la logique intentionnelle que de la logique objective.

  • 9  Lopez M.-L. (1977), Handicaps sociaux et centres d’accueil, UCLouvain, Faculté des Sciences économ (...)

63À partir des analyses sur les ethos, disposant d’éléments pour évaluer les réactions probables de chaque position, réactions pouvant être influencées par la conjoncture, nous esquissons une typologie des réactions probables à l’information. Nous nous inspirons de la thèse de Lopez 9 qui oppose, en termes de perception, la logique de l’action à la conscience de l’acteur.

64Certains acteurs voient leur conscience limitée au contenu même de leur logique intentionnelle ; leurs actions sont de type instinctif et crédule, leurs principes d’action se confinant aux aspects conscients de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes ; leur manque d’analyse critique les rend facilement dupes, surtout au niveau d’une action collective. Pour d’autres, la conscience est une combinaison du contenu de leur logique intentionnelle et de la perception de certains éléments de la logique objective ; l’acteur passe d’un type d’action spontanée et naïve à une plus grande capacité de stratégie et de tactique.

65La logique intentionnelle étant en partie non consciente, quel peut être l’effet d’une analyse qui aide à dévoiler des éléments de logique objective et à prendre conscience de la structure de la logique intentionnelle ? Cet effet peut revêtir diverses modalités :

66- L’acteur incorpore certains éléments de logique objective au niveau de la conscience et il ne change pas sa logique intentionnelle ; mais il modifie son action, car il maîtrise davantage les conséquences : nous l’appelons « l’effet alpha ».

67- Il prend conscience de dimensions inconscientes de sa logique intentionnelle et il les incorpore : « effet bêta ».

68- Il modifie à la fois sa logique intentionnelle et sa logique objective. Percevant mieux la logique objective, il passe d’une action naïve et spontanée à une action plus lucide, révélant plus de stratégie et de tactique, et à une intervention plus adaptée à la conjoncture : « effet gamma ».

69- Ajoutons une quatrième possibilité, qui a la particularité d’être indépendante de la conscience de l’acteur et qui peut demeurer non consciente des éléments fondateurs et constructeurs de la logique objective dans laquelle elle est impliquée. Cette non-conscience renforce, chez l’intervenant, la crédulité et la spontanéité de son action. Nonobstant le manque de connaissance de l’acteur à l’égard de la logique objective dans laquelle il est pris, cette ignorance n’aura pas forcément des conséquences uniquement reproductrices. En vertu du caractère ambigu des pratiques et de l’impact de la temporalité collective sur ces pratiques, elles peuvent avoir des résultats transformateurs inattendus. Ce sont ces résultats inopinés, connotés positivement ou négativement, que nous appelons : « effet delta ». Le propre de ces effets est d’être imprévus pour l’acteur ; ils ne sont pas des « analyseurs », à moins de les considérer comme tels dans une analyse a posteriori, dans une perspective de rétroaction ou de feed back.

70S’interrogeant sur les effets analyseurs d’un discours scientifique, on cherche à distinguer son intérêt informatif et sa capacité de transformation de la pratique de l’acteur ; on sort d’un rapport intellectualisé en impliquant la dynamique affective de l’utilisateur. Un tel discours peut multiplier les mécanismes de défense (rejet affectif, scepticisme, dédoublement, suivant la position sociale et l’ampleur de la résistance) mais, tous les discours du même type ayant le même effet, ce sera un bon indicateur des limites que la conscience possible ne peut dépasser dans l’immédiat.

1.7 Idéologie et inversion du rapport moteur

71Jusqu’ici, nous avons associé l’idéologie au voilement et à la mobilisation affective ; ce dernier aspect, souvent sous-estimé, a servi de base pour la critique d’une présupposition imaginant des effets automatiques à la prise de conscience. Dans l’analyse marxiste, l’idéologie est associée à l’inversion du rapport moteur, inversion à partir de laquelle on attribue aux superstructures (englobant le culturel), les vertus transformatrices qui sont en réalité le fait des infrastructures. Nous retenons ces termes, mais avec une autre classification ; nous nous en rapprochons en affirmant que plus les transformations sont profondes, moins elles relèvent du conscient informatif et moins elles peuvent être induites par une simple décision règlementaire. Nous questionnons une conception volontariste à la Rousseau : une somme d’individus, préalablement indépendants, se réunissent pour fonder la société à partir d’un contrat social aux termes duquel ils aliènent en pleine conscience une partie de leur liberté ; cette perspective est idéaliste, car elle voit dans les idées préalablement conçues ce qui mène le monde.

72La perception diffusée dans une société libérale inverse le rapport moteur et on la retrouve, tant à droite qu’à gauche, lorsqu’on surévalue le poids du volontarisme, débouchant sur une conscience « irréelle » : une extrême-droite pense que bien des problèmes seront réglés en adoptant une attitude politique ferme et forte, une extrême-gauche imagine que tous les problèmes seront résolus avec la prise du pouvoir politique ; l’une et l’autre pouvant penser que tout va mal parce qu’un groupe puissant et mauvais complote dans le secret et, pour que les choses aillent mieux, il faut déjouer le complot.

73Une autre manière de voir consiste à ne pas associer le volontarisme à une action politique mais à un projet moralisateur : l’origine des difficultés étant attribuée à la mauvaise qualité des relations humaines et de la communication interpersonnelle, il s’agit de « changer les cœurs », d’agir sur la bonne volonté et la générosité individuelles. Ce deuxième type de lecture est fréquent dans les champs d’activités qui ont comme objet direct une action de socialisation ou de resocialisation, par exemple les champs religieux, scolaire ou de l’assistance sociale. Il explique l’orientation de l’action à partir de ce qui est maîtrisable par la conscience individuelle ; notre analyse sociologique montre que les pratiques individuelles doivent être resituées dans la dynamique collective et qu’une socioanalyse peut aider les agents à développer leur propre lucidité en relevant les contraintes et les possibilités qui, à un moment de la conjoncture sociale, marquent leur position. Une telle socioanalyse sera diversement souhaitée et acceptée selon chaque position et sa conscience possible ; mais l’affirmation de son existence et de son utilité rejette le volontarisme autant que le déterminisme mécaniciste, cette double préoccupation nous amène à concevoir la logique objective et la logique intentionnelle comme fondées sur du non conscient.

74Par ce biais, nous nous rapprochons de la contradiction marxiste entre infrastructure et superstructure ; nous nous en éloignons en ne classant pas la dynamique culturelle et son articulation avec la dynamique affective au niveau de la superstructure. Nous y voyons au contraire un élément moteur, acceptant une pluralité de sources énergétiques à l’origine de la dynamique collective, chacune ayant ses règles propres de déploiement ; l’énergie psychique n’est pas une énergie sociale dérivée, pas plus que l’énergie sociale n’est une énergie psychique dérivée ; de même le culturel ne dérive ni du social, ni de la personnalité : entre ces trois dynamiques, il y a interdépendance et contradiction, ce qui situe la dialectique au cœur de l’interprétation. Une telle perspective implique de ne pas confondre la culture avec des représentations et des idées justificatrices : elle est un processus constituant le sens et elle doit être dotée d’une structure implicite sous-tendant les perceptions et les pratiques signifiantes pour les agents. La culture ne peut être réduite aux contenus explicites de séquences mentales et verbalisées.

2. Diversité de lectures possibles

  • 10  Javeau C. (1976), Comprendre la sociologie, Éditions Marabout-Université, pp. 172-189. Rezsohazy R (...)

75Ce texte nous paraît susceptible d’une pluralité de lectures. Il peut être un instrument de rupture progressive par rapport à une perception spontanée qui fait de l’individu et de son agir conscient et volontaire le centre de l’explication. Quel sera l’effet analyseur d’une telle lecture et quelle incidence aura-t-elle sur la perception de soi et de ses pratiques ? Au-delà de cette rupture, cette analyse donne des éléments permettant une réflexion critique sur l’action entreprise et accroissant la capacité tactique de l’homme engagé. Une telle transposition paraît décisive pour l’avenir de la sociologie si l’on ne veut pas qu’elle devienne, un des « beaux-arts» (Javeau 10).

76Une autre lecture pourrait dégager de façon critique la signification autonome du culturel qui, à travers ses règles inconscientes de composition et son travail de mémoire collective, apparaît comme une énergie spécifique qui ne dérive ni du psychique, ni du social. Ce propos éloigne de Durkheim et de Mauss, qui font du culturel une projection du social. La signification spécifique du culturel n’apparait que s’il est mis en rapport dialectique avec les autres aspects et cette démarche fait du rapport à la matérialité un lieu important d’articulation. On s’interroge sur l’idéologie, dont les aspects négatifs ont de la pertinence sociale en raison du caractère moteur de l’idéologie.

77Une perspective de sociologie historique peut être poursuivie en s’attachant à la reconstruction d’une causalité structuro-génétique permettant d’associer, plutôt que d’opposer, rapports et processus. Il sera important d’analyser la distinction et la liaison entre mouvement social, conflits de légitimité et théorie des champs, pour examiner la portée de la distinction entre conjoncture et structure. On interrogera divers types de temporalité dans l’analyse des continuités et des trajectoires, tant individuelles que collectives.

78S’arrêtant au paradigme de base et à son élaboration progressive, une lecture en termes méthodologiques s’intéresse particulièrement au passage de l’opposition institué-instituant à l’analyse du conflit de légitimités où l’image du marché sert de support à l’émergence progressive de la notion de transaction sociale qui, à partir de l’image du jeu de cartes, sert explicitement de base à l’analyse des positions. Cette lecture examine comment les logiques d’action et la compréhension des pratiques sont au cœur de l’analyse et elle verra comment la contradiction traversant les diverses pratiques fait de la notion d’ambiguïté une notion décisive pour décrypter les effets stabilisateurs ou transformateurs des pratiques ; le titre, Produire ou reproduire ? prend ici son fondement.

79Cette lecture en termes méthodologiques suscite des interrogations quant à l’emprunt de théories sociologiques, réutilisées ici dans une logique nouvelle, à partir du paradigme proposé. Diverses notions et observations tirées du fonctionnalisme s’insèrent en tant qu’explication partielle, permettant de comprendre le rapport transactionnel entre le système stabilisé et le contre-système émergent. Certains éléments de la théorie du marché (monopole, compétition) ont servi d’outils partiels, tout en étant replacés dans une perspective globale d’interprétation. On pourrait citer l’utilisation du vocabulaire de l’analyse interactionnelle ou les analyses mises au point dans la théorie des organisations quant à leur volonté de survie.

80Dans le domaine méthodologique, il faudrait approfondir la distinction entre concepts descriptifs et concepts interprétatifs, les premiers permettant de repérer avec le maximum de certitude possible des phénomènes concrets, les seconds permettant de produire les questions pertinentes pour analyser ces phénomènes. Le concept de stratification sociale peut être donné comme un concept descriptif dans la mesure où il permet de distinguer et de combiner des critères statistiquement repérables. Le concept de classe sociale, au contraire, est interprétatif car il conduit à interroger le matériel statistique ; par exemple, il pose question lorsqu’il apparaît à travers ce matériel qu’un même phénomène a des effets inverses sur diverses strates sociales et non pas des effets homogènes, éventuellement à intensité variable, ce qui remet en question l’idée d’un individu moyen.

81Telles sont quelques modalités de lecture possibles de ces pages, dans lesquelles nous avons mis en évidence des procédures collectives de transformation. Au final, nous avons laissé de côté le contenu des modèles culturels, ne nous y intéressant qu’incidemment. S’il est essentiel de comprendre les mécanismes de construction et de déconstruction des modèles de société, il est tout aussi important d’en repérer l’évolution et d’en analyser le contenu. Nous nous proposons de le faire dans un second ouvrage qui se centrera sur les modèles culturels et sur l’incidence de la transformation de leurs contenus sur le régime d’échanges et sur les modalités de la transaction sociale.

Haut de page

Notes

1 Weber M. (1961), The city, Glencoe (Ill.), The Free Press. Dollenger P. (1964), La Hanse du XIIème au XVIIème siècle, Paris, Éditions Aubier-Montaigne.

2 Touraine A. (1969), « Anciennes et nouvelles classes sociales », dans La Société post-industrielle, Paris, Éditions Denoël, pp. 41-119. Touraine A. (1976), « Crise ou mutation ? », dans Au-delà de la crise, Paris, Éditions Seuil, pp 23-55. Poulantzas N. (1974), Les Classes sociales dans le capitalisme d’aujourd’hui, Paris, Éditions du Seuil

3 Bleitrach D. (1977), « Région métropolitaine et appareils hégémoniques locaux », Espaces et Sociétés, n° 20/21, pp. 47-66.

4 Ion J. (1975), Production et pratiques sociales de l’espace du logement, Saint-Étienne, CRESAL, pp. 115-120.

5  Malaparte C. (1931), Technique du coup d’État, Paris, Éditions Grasset.

6 Cette analyse a été menée avec M.-L. Lopez, lors de la préparation de son doctorat.

7 Goldmann L. (1967), « Épistémologie de la sociologie », dans Piaget J. et al., Logique et connaissance scientifique, Paris, Éditions Gallimard [Encyclopédie de la Pléiade, vol. XXII], pp. 992-1018. Goldmann L. (1966), Sciences humaines et philosophie, Paris, Éditions Gauthier, pp. 118-130.

8 Lénine, La Maladie infantile du communisme : le gauchisme, Paris, Éditions Sociales.

9  Lopez M.-L. (1977), Handicaps sociaux et centres d’accueil, UCLouvain, Faculté des Sciences économiques, politiques et sociales, Doctorat en sociologie.

10  Javeau C. (1976), Comprendre la sociologie, Éditions Marabout-Université, pp. 172-189. Rezsohazy R. (1973), Action et changement. Méthode d’analyse des dynamismes sociaux et historiques, UCLouvain, Publications de l’Institut des Sciences politiques et sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Remy, Liliane Voyé et Émile Servais, « Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne (Tome 1) - Extraits », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Jean Remy, Liliane Voyé et Emile Servais, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/13069

Haut de page

Auteurs

Jean Remy

(1928-2019) - Université catholique de Louvain (Belgique)

Articles du même auteur

Liliane Voyé

Université catholique de Louvain (Belgique)

Articles du même auteur

Émile Servais

(1939-2017) - Université catholique de Louvain (Belgique)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page