Navigation – Plan du site
La société morale

Sur la régulation institutionnelle de l’éthique en recherche

Éléments pour une critique
On Institutional Regulation of Research Ethics. A Critique
Éric Gagnon

Résumés

Le système de régulation institutionnelle de l’éthique de la recherche soulève de nombreuses difficultés, particulièrement pour les sciences sociales. Les principales critiques dont il a fait l’objet sont d’abord rappelées. L’analyse du système est ensuite poussée plus loin sur deux points d’importance : la vulnérabilité des participants aux recherches et la transformation de la science en savoir-expert. L’article se termine par quelques propositions sur les moyens pour permettre aux sociologues de se réapproprier l’éthique de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

1L’institutionnalisation de l’éthique et l’évaluation de la recherche par des comités ont soulevé de nombreuses critiques. Leur application à la sociologie et à l’anthropologie, plus particulièrement, a suscité des réserves et des protestations parfois très vives. Le malaise est grand et la grogne généralisée, les critiques proviennent de plusieurs pays et de chercheurs aux orientations théoriques et épistémologiques différentes. Mais surtout, l’éthique de la recherche, telle qu’elle est aujourd’hui codifiée et pratiquée, fait l’objet d’une réprobation en grande partie morale et politique. C’est au nom de l’éthique que sont critiqués les comités d’éthique et la codification des principes moraux devant guider la recherche. Ce n’est pas le moindre des paradoxes, sur lequel je voudrais apporter un éclairage.

  • 1 Les présentes réflexions reposent sur une longue expérience (douze ans) comme membre de comités et (...)

2Je reviendrai d’abord sur ces critiques, pour ensuite les pousser un peu plus loin, en leur donnant un tour plus sociologique et montrer comment cette institutionnalisation s’inscrit dans des phénomènes culturels et sociaux plus vastes, qui orientent la manière de concevoir l’éthique. L’approfondissement de la critique me conduira à quelques propositions sur la manière de repenser l’éthique de la recherche et de traiter les questions que soulève la recherche en sociologie. En un mot : à se la réapproprier 1.

I – Trois critiques

3L’éthique de la recherche n’a cessé au cours des dernières décennies de se formaliser et de s’institutionnaliser. Un système de contrôle a été mis sur pied dans de nombreux pays, qui repose essentiellement sur des comités (ou commissions) d’éthique chargés de voir au respect d’un certain nombre de principes moraux dans les relations entre les chercheurs et les « sujets » de recherche. Avec la dépendance toujours plus grande des universités envers les financements publics et privés, ainsi que leur souci de développer et de réguler leurs rapports avec les autres institutions (entreprises, hôpitaux…) et leurs « usagers » (de plus en plus informés de leurs droits), ce système s’est généralisé dans les universités et les institutions de recherche en Amérique du Nord et en Europe. Il tend également à s’uniformiser et à s’étendre à l’ensemble des disciplines scientifiques et sur les cinq continents, notamment avec le développement de la recherche multidisciplinaire et de la recherche transnationale, qui oblige les institutions à se doter de règles communes à tous les chercheurs (Haggerty, 2004 ; Israel, 2015).

  • 2 Je résume des critiques développées par différents auteurs à partir d’expériences et de lieux diver (...)

4Cette institutionnalisation de l’éthique de la recherche et sa régulation par des comités d’éthique ont suscité trois ensembles de critiques 2. Les premières portent sur ce que nous pourrions appeler la médicalisation de l’éthique. Les principes éthiques à la base de l’évaluation (l’autonomie des personnes, le respect de leur intégrité, la justice) et surtout la manière dont ils sont traduits et appliqués à la recherche (consentement éclairé, anonymat des participants, équilibre entre les risques et les bénéfices), ont été conçus pour la recherche médicale, plus spécialement l’expérimentation de nouveaux traitements. Ces principes, qui mêlent utilitarisme (minimiser les risques, maximiser les bénéfices) et kantisme (respect de l’autonomie et de la dignité intrinsèque des personnes), reposent sur une vision très individualiste des relations entre le chercheur et les participants aux études. S’ils font sens en médecine, ils ne permettent pas de nommer ni de penser un grand nombre d’enjeux éthiques qui se posent dans les sciences sociales, notamment la tension entre la sympathie du chercheur envers un groupe, une communauté ou une cause qu’il étudie et la distance critique qu’il doit prendre à l’égard de son objet de recherche, la dette que le chercheur contracte à l’égard de ceux qui l’accueillent, ou encore les rapports complexes qu’il peut entretenir avec les commanditaires de la recherche touchant le choix de l’objet étudié, l’analyse qu’il en fait ou la diffusion des résultats. Le principe d’un équilibre entre les risques et les bénéfices ne peut s’appliquer en sociologie sans produire des distorsions comme une exagération des bénéfices ou des risques, ou une accentuation du caractère utilitariste de la recherche.

5En raison du fait que l’évaluation éthique soit complétée avant que ne débute la recherche, les questions éthiques qui surviennent une fois la recherche entreprise ou lorsqu’elle est terminée ne peuvent être prises en compte. Les méthodes ethnographiques et qualitatives conduisent souvent en cours de route à un déplacement des questions de recherche (infléchies par ce qui est observé ou entendu), et par conséquent à un changement dans les outils de collecte des données et des relations avec les informateurs, et par conséquent des questions éthiques. L’enquête sur le terrain par observation participante ou entrevues soulève parfois de vives émotions (indignation, solidarité, répulsion, antipathie, hostilité, malaise), créant de la confusion dans les sentiments, tant chez le chercheur et chez les enquêtés. Elle conduit aussi parfois à de la violence physique, psychologique ou symbolique. Mais ces malaises demeurent largement ignorés par les comités d’éthique.

  • 3 Pour un exemple touchant la marginalisation, voir Gagnon (2018).

6Enfin, les questions éthiques les plus sensibles en sociologie et en anthropologie concernent souvent la manière dont le chercheur décrit et interprète la conduite des individus et la dynamique des communautés étudiées. La représentation qu’en donne le chercheur devient souvent un enjeu politique : elle détermine le genre de reconnaissance que ce groupe va recevoir (des droits, un financement, des services, des réparations, etc.), sa réputation et son image publique 3. C’est au moment d’écrire – son rapport, son article, son livre, sa communication – ou de répondre aux questions – d’un journaliste, d’une commission d’enquête, d’un tribunal – que très souvent les questions éthiques les plus importantes se posent. Il faut choisir ses mots, taire des choses, en souligner d’autres. Enfin, les réactions des groupes et communautés étudiées aux résultats de la recherche sont parfois marquées par le déni, la colère, des tentatives de récupération à des fins politiques ou des efforts pour discréditer le chercheur. Ce dernier est pris entre un devoir d’indépendance et l’obligation de composer avec les exigences des groupes et communautés étudiés, qui veulent avoir un certain contrôle sur ce qu’on dit et écrit à leur propos. Le respect de l’anonymat et l’obtention du consentement écrit ne permettent pas d’aborder ces questions et d’y trouver une réponse.

  • 4 Pareille affirmation mériterait une ample discussion, que je ne peux développer dans les limites de (...)

7Les questions éthiques en sociologie ne sont pas indépendantes de la construction et de l’analyse de l’objet, elles y sont étroitement associées (Gagnon, 2009 ; Genard & Roca i Escoda, 2019). Elles ne sont pas des effets secondaires indésirables de la recherche, mais elles sont au cœur de l’analyse elle-même, de la démarche et de la finalité de la recherche. La recherche comporte toujours une forme d’engagement normatif : sans être militante et tout en cherchant à objectiver une réalité et à fonder empiriquement ses assertions, elle contribue à légitimer ou délégitimer des discours et des conduites, à changer la manière dont elles sont perçues et comprises 4. Mais cela demeure impensé et impensable par le système actuel d’évaluation éthique. En cherchant simplement à régulariser les relations entre les chercheurs et les participants, il maintient l’éthique aux pourtours de la recherche, séparée des questions épistémologiques, méthodologiques et politiques.

  • 5 Même lorsque les lignes directrices leur donnent une grande marge de manœuvre dans l’application de (...)

8Le deuxième ensemble de critiques porte sur la bureaucratisation de l’éthique, soit l’application mécanique des mêmes règles à tous les chercheurs, quels que soient leur discipline, leur objet de recherche ou la question posée à propos de cet objet. Les comités ont ainsi tendance à exiger de tous les chercheurs qu’ils obtiennent un consentement écrit de leurs participants, ou encore de préserver systématiquement l’anonymat des participants, des institutions et des communautés sur lesquelles portent leurs études 5.

9Cette bureaucratisation a diverses conséquences. Elle compromet certains types de recherche, par exemple celles où un consentement écrit ou verbal est impossible à obtenir (par exemple, des personnes sans abri ou des personnes vivant en centre d’hébergement) ou tout simplement non souhaitable (par exemple des personnes en situation irrégulière, sans papiers ou aux pratiques illicites). Elle conduit à un appauvrissement des méthodologies : les chercheurs renoncent à étudier certains phénomènes ou à utiliser certaines méthodes, notamment l’observation in situ, pour s’éviter des complications avec le comité d’éthique. Dans certaines situations l’application des normes éthiques soulève embarras et incompréhension, notamment les recherches en partenariat ou collaboratives, où les participants sont aussi co-chercheurs, parfois commanditaires de l’étude. Enfin, cette bureaucratisation conduit à une déresponsabilisation du chercheur et de l’institution : en appliquant toujours les mêmes règles et en ramenant les principes éthiques au respect de certaines règles et procédures, on circonscrit (et réduit du même coup) la responsabilité des chercheurs et des institutions de recherche, qui se limite au respect de ces règles et procédures.

10Les comités agissent ainsi parce qu’ils pensent que les règlements ou lois en vigueur les y obligent, par souci d’équité (les mêmes exigences, le même traitement pour tous les chercheurs), pour aller vite (le comité est assailli de projets à évaluer, alors il ne fait pas de distinction) ou simplement par ignorance (les membres ne sont pas toujours bien formés, ils connaissent mal les règles et principes). On ne réfléchit plus sur la pertinence de ces règles pour chaque situation. On ne fait plus de l’éthique, c’est-à-dire une réflexion sur les dilemmes moraux dans une situation particulière et les moyens d’y répondre, mais de la déontologie, soit l’application uniforme de règles de conduite.

11Enfin, un troisième ensemble de critiques porte sur la lourdeur du processus. L’évaluation éthique peut prendre beaucoup de temps. Le chercheur doit monter un dossier assez considérable, répondre à de nombreuses questions dans un formulaire prévu à cet effet, y joindre des documents, préparer les formulaires de consentement. Au Canada, entre la soumission de son dossier au comité d’éthique et l’obtention de son autorisation, il s’écoule au minimum huit semaines, mais c’est souvent plus. La correspondance avec le comité peut s’échelonner sur plusieurs mois, jusqu’à ce que le comité soit satisfait des précisions obtenues, des mesures prises par le chercheur ou des corrections apportées aux documents. Le processus tend souvent à se complexifier avec les années (toujours plus de documents à compléter ou à fournir, toujours plus de questions auxquelles il faut répondre). Cette complexité et ces délais ont pour effet de retarder le démarrage des projets de plusieurs mois, sans que les chercheurs en perçoivent l’utilité : ils ne comprennent pas en quoi les questions posées, les documents exigés, les précisions demandées assurent une meilleure protection des participants à la recherche. Le processus est parfois pénible : le chercheur est sur la défensive, il a le sentiment que le comité ne lui fait pas confiance, qu’il le soupçonne de poursuivre ses propres intérêts au détriment de ceux de participants. Il ne se sent pas respecté, ni sa bonne foi reconnue. Le comité est tatillon dans le respect de ses demandes, ce qui est perçu comme de l’abus de pouvoir et de l’intransigeance.

  • 6 Les questions d’intégrité scientifique (fraude, propriété intellectuelle, appropriation des connais (...)

12Au final, le processus finit par dégouter bien des chercheurs de l’éthique, qu’ils associent à une corvée. Plutôt qu’une réflexion utile, intellectuellement stimulante, elle est vue comme un pensum, une étape ennuyeuse et pénible, une obligation que l’on s’empresse de satisfaire pour passer rapidement à autre chose. Plutôt que réfléchir aux enjeux éthiques de sa recherche, on cherche à obtenir l’autorisation le plus rapidement possible en suscitant le moins de questions possibles, de peur que ça se retourne contre soi, que le projet soit retardé ou compromis. L’examen éthique tel qu’il est actuellement pratiqué conduit à des stratégies d’évitement, de dissimulation de la part des chercheurs, ou encore de renoncement à des méthodes ou à certains objets d’étude. La généralisation et la consolidation du dispositif sont devenues pour les chercheurs en sciences sociales « un véritable cauchemar » selon les mots de Jean-Marc Larouche (2019, p. 480). Plutôt que favoriser la réflexion éthique, il la décourage 6.

II – Vulnérabilité et savoir expert

13Par « médicalisation » de l’éthique, j’entendais plus haut l’application de normes venues de la médecine expérimentale. Mais on peut l’entendre de deux autres façons encore, et de manière plus large. La régulation institutionnelle de l’éthique participe en effet à la fois d’une préoccupation très largement répandue pour la vulnérabilité et de la transformation de la science en savoir-expert.

14Les comités d’éthique de la recherche ont pour mission la protection des participants aux recherches. Ils s’acquittent de cette mission en s’assurant que les risques encourus ne sont pas disproportionnés en regard des bienfaits escomptés, puis en faisant inscrire ces risques sur le formulaire de consentement afin que les personnes décident en connaissance de cause. Cette préoccupation héritée de l’expérimentation biomédicale se traduit dans les sciences sociales par un souci d’éviter aux participants toute forme de dommages (harms chez les anglo-saxons) et ceux-ci prennent une signification très étendue : blessures physiques du fait de représailles pour avoir participé à une étude (de la part des autorités politiques ou de conjoints violents, par exemple), blessures psychologiques par le réveil d’anciennes blessures ou le retour sur des expériences traumatisantes, sentiments de honte à parler d’expériences intimes comme la sexualité, violences symboliques comme le sentiment d’incompétence quand il faut parler de ses échecs (le chômage par exemple), ou encore de dommages culturels comme la dépossession par l’appropriation culturelle.

15Comme plusieurs l’ont noté (van den Hoonaard, 2018 ; Palmer, 2017) et comme j’ai moi-même pu l’observer, le souci de mettre en évidence tous les risques conduit les comités à faire inscrire sur les formulaires de consentement tout risque d’inconfort, d’émotion désagréable et de gêne que pourraient susciter les questions posées par le chercheur, ou encore les risques de fatigue à poursuivre un long entretien pour les personnes malades. Les comités font preuve d’une attention parfois excessive à l’égard de la vulnérabilité des participants, que l’on veut préserver de toute expérience désagréable. Dans cet élan, les comités vont loin, trop loin diront certains, qui y voient une forme de paternalisme, voire d’infantilisation des participants. Mais ce n’est pas tant l’excès et sa dénonciation qui m’intéressent ici, que la direction donnée à l’éthique.

16Cette tendance participe en effet d’une préoccupation ou d’une inquiétude largement répandue aujourd’hui pour la vulnérabilité et la fragilité des personnes. Si les comités d’éthique conçoivent les « sujets » de recherche comme des individus autonomes, capables de donner un consentement éclairé, ils les pensent en même temps comme des êtres vulnérables et souffrants, qu’il faut protéger contre toute forme de blessure ou d’expériences pénibles. À l’arrière-plan de l’évaluation éthique, on retrouve une certaine vision ou anthropologie dualiste, qui conçoit les hommes et les femmes à la fois comme autonomes et dépendants, responsables et irresponsables, capables et pourtant fragiles (Genard, 2009).

  • 7 Pour un bel exemple de ces rapports, on lira l’article de Natacha Giafferi (2004). Jean-Louis Genar (...)

17Cette prise en compte de la fragilité des êtres est sans doute une bonne chose. Cependant elle se fait à l’intérieur d’une logique d’identification et de prévention des risques : il faut réduire complètement, sinon atténuer fortement toute possibilité de heurt, de blessure et de malaise et même prévoir une forme d’aide ou de soutien si on ne peut les éviter. Cette gestion des risques ne permet pas de penser la complexité des relations entre les chercheurs et ses sujets, ni la manière dont la recherche contribue au renforcement de l’autonomie ou à l’aggravation de la vulnérabilité. Elle ne permet pas de penser les rapports de pouvoir et de domination dans lesquels se trouvent les sujets et les groupes étudiés, qui sont l’objet de l’étude et dans lesquels le chercheur est lui-même inscrit 7, ni comment la recherche contribue à les renforcer ou au contraire à les contester ou les desserrer. Elle ne les touche que superficiellement, en cherchant à les domestiquer par la signature d’un contrat : le formulaire de consentement.

18Le second phénomène auquel participe l’évaluation éthique est l’extension de l’audit. L’évaluation éthique tend à se réduire à un contrôle du respect d’un ensemble de procédures et d’opérations préalablement établies par un groupe d’experts, basées sur des principes supposément universels – indépendants des contextes et des disciplines – et traduites en une « grille » d’évaluation, censée être une garantie d’objectivité, d’égalité et de transparence (Cassin, 2014). L’évaluation prend non seulement la forme d’une série de règles à respecter, mais conduit au développement de modèles-types de formulaires de consentement comprenant la liste des éléments devant y figurer (avec la formulation juridique adéquate).

19L’évaluation éthique pratiquée par les comités ne vérifie pas ce qui se passe réellement sur le terrain – on ne voit d’ailleurs pas comment ils pourraient aller voir « sur place ». Elle évalue uniquement ce qui est écrit dans le protocole de recherche et sur le formulaire de consentement, c’est-à-dire ce que le chercheur s’engage à respecter : obtenir le consentement, préserver l’anonymat, détruire ses données après un certain laps de temps, ne poser que les questions approuvées par le comité, etc. N’est retenu de l’éthique que ce que le dispositif est en mesure de vérifier. Celui-ci n’examine pas la manière dont les chercheurs répondent aux dilemmes éthiques, mais vérifie uniquement qu’un certain nombre d’engagements devant être pris par le chercheur l’ont été. Le comité n’évalue en somme que sa propre performance à faire prendre aux chercheurs ces engagements.

20Bien qu’ils se soucient de la vulnérabilité des participants, les comités opèrent ce que Fernand Dumont appelle une généralisation (Dumont, 1987) : ils effacent les sujets singuliers, dépouillent les situations de leur contingence et formulent des principes généraux en fermant toute discussion sur leur sens et leur pertinence. Le formulaire de consentement est le moyen et le résultat de cette standardisation des situations, des questions et des réponses. Tout le contraire de l’éthique, qui implique des sujets concrets, avec appartenances et préjugés, insérés dans des rapports sociaux, qui interrogent principes et valeurs transcendantes, dans un effort de dépassement des différences et des oppositions – une universalisation selon Fernand Dumont. Cette généralisation est symptomatique des transformations des sciences sociales en savoir-expert, neutres et impersonnels (en principe) et orientés vers l’intervention et la gestion des problèmes sociaux (Freitag, 2002).

21On se retrouve devant un paradoxe : une visibilité et une importance accrues de l’éthique de la recherche s’accompagne de sa réduction à travers une opérationnalisation qui évacue de la recherche toute discussion sur la pertinence et les finalités de la recherche, la vision des rapports humains qu’elle contribue à préserver ou à faire advenir. L’éthique n’est plus une dimension d’une démarche, mais une procédure en extériorité et servant à normaliser ou à pacifier le déroulement, à éviter les heurts et les controverses.

III – Vers une réappropriation de l’éthique

22Comment sortir de ces impasses ? D’abord en se réappropriant l’éthique de la recherche. Celle-ci devrait être davantage intégrée à l’enseignement. Les cours de méthodologie où les étudiants font leurs premiers apprentissages de la recherche seraient un bon moment pour l’aborder. Mais dans la mesure où l’éthique ne se limite pas aux relations entre l’enquêteur et les enquêtés au moment de la collecte de données, qu’elle traverse l’ensemble de la démarche, de la formulation des problèmes à l’exposé et à la défense des interprétations, et qu’elle est indissociable des questions théoriques et épistémologiques au centre de la discipline, elle doit traverser l’ensemble du cursus des étudiants en sociologie. Une place plus grande pourrait lui être faite dans les séminaires de maitrise et de doctorat. Elle doit faire l’objet de discussions et de débats au sein des associations. Actuellement « externalisée » (Genard & Roca i Escoda, 2019) dans des comités, l’éthique doit être rapatriée dans les lieux de formation en sociologie et de débats entre les sociologues.

  • 8 Dans une perspective aristotélicienne, que Martha Nussbaum a contribué à remettre à l’honneur, la d (...)

23Cette réappropriation passe également par une reformulation des questions éthiques, afin de se défaire du cadre clinique dans lequel elles sont actuellement formulées. Si l’énoncé de principes dans un code d’éthique peut être utile, en fournissant un ensemble de repères et de rappels, ce code ne doit pas servir à prendre rapidement congé des questions éthiques. Les principes doivent aider à rouvrir les questions et non à les fermer par des règles à appliquer en toutes circonstances. Ils doivent favoriser une éthique située, qui prend en compte les configurations, les intérêts en jeu et les rapports de force spécifiques à chaque terrain (Burton-Jeangros, 2017) 8.

24Cette réappropriation exige de se défaire du vocabulaire de la recherche médicale, pour se donner les mots qui permettent de reformuler les questions éthiques en sociologie ; un vocabulaire qui relie les questions éthiques aux idéaux qui sont au cœur de la discipline et qui guident les sociologues (la réduction des inégalités et de l’exclusion, la démocratisation des débats, la reformulation et l’élargissement des enjeux politiques, la subjectivation ou la capacité des dominés à prendre la parole…) et non simplement les principes issus des disciplines cliniques (consentement, confidentialité). Ne faudrait-il pas ainsi parler de pudeur à propos de ce que le sociologue choisit de taire pour protéger une réputation, ne pas blesser, ne pas tomber dans le voyeurisme ou ne pas imposer une interprétation, ou encore de ce qu’il renonce à comprendre ; de loyauté à propos de la solidarité et de la dette qu’il contracte à l’égard des groupes et des communautés étudiées, mais aussi des limites de ses obligations envers eux et de sa liberté critique ; de responsabilité pour réfléchir aux raisons qui le conduisent à choisir un objet d’étude et un angle pour l’étudier – et jusqu’où il doit se tenir à ses choix ; de décentrement pour penser la tension entre objectivation et engagement dans l’analyse sociologique, pour nommer le déplacement que le sociologue opère dans le regard porté sur la réalité, sans perdre de vue les débats et les interprétations dont celle-ci fait déjà l’objet ? Je me borne ici à quelques indications rapides pour nourrir une discussion en cours et déjà bien nourrie (Fassin & Bensa, 2008 ; Gagnon, 2010b ; Genard & Roca i Escoda, 2019, notamment).

25Enfin, sortir des impasses dans lesquelles l’éthique de la recherche se retrouve exige de revoir de fond en comble le rôle et le fonctionnement des comités d’éthique. Il faudrait en faire non pas des lieux de contrôle mais d’échange ; non plus l’instrument pour faire respecter des règles et prévenir tous les risques, mais un espace de discussion qui permet aux étudiants et aux chercheurs d’anticiper les difficultés, d’y réfléchir et d’y trouver une réponse ; non un appareil qui impose, qui décourage l’adoption de certaines méthodologies, mais qui favorise au contraire le développement de nouvelles manières de faire. Les comités pourraient encourager la discussion et les échanges par l’organisation de conférences et de colloques destinés aux chercheurs et aux étudiants, par la tenue de séminaires pour traiter de questions spécifiques ou d’un type de recherche soulevant des problèmes particuliers. Pour reprendre les termes de Barbara Cassin, il faut en faire des « lieux » et non des « grilles » :

« La grille n’est pas un découpage qui n’engage à rien, c’est un formatage qui exclut tout ce qui n’y rentre pas. En revanche, les lieux sont un réservoir d’inventivité, une mise à disposition de ressources, des propositions où puiser pour argumenter, qui non seulement tolèrent mais suscitent des ajustements inédits, encouragent l’inventivité des écarts et des surprises par rapport à la norme des attentes » (Cassin, 2014, p. 19).

26On ne pourra surmonter les difficultés et les pièges signalés plus haut sans une transformation radicale des comités, sans une révision de leur mandat, de leur fonctionnement, des principes qui guident leur travail. De simples aménagements dans leur travail quotidien peuvent atténuer les difficultés, mais maintiennent un cadre dans lequel il est difficile de développer une éthique véritablement réflexive. Il faut changer entièrement de cadre.

Haut de page

Bibliographie

Burton-Jeangros C. (dir.) (2017), L’Éthique (en) pratique : la recherche en sciences sociales, Genève, Archives ouvertes de l’Université de Genève, collection Sociograph-Sociological Research Studies, n° 34 [En ligne] https://archive-ouverte.unige.ch/unige:99839

Cassin B. (dir.) (2014), Derrière les grilles. Sortons du tout-évaluation, Paris, Éditions Mille et une nuits.

Dumont F. (1987), Le Sort de la culture, Montréal, Éditions L’Hexagone.

Fassin D. (2008), « L’éthique au-delà de la règle. Réflexions autour d’une enquête ethnographique sur les pratiques de soins en Afrique du Sud », Sociétés contemporaines, n° 71, pp. 117-135.

Fassin D. & A. Bensa (dir.) (2008), Les Politiques de la recherche. Épreuves ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte.

Freitag M. (2002), L’Oubli de la société. Pour une théorie critique de la postmodernité, Québec et Rennes, Presses de l’Université Laval et Presses universitaires de Rennes.

Gagnon É. (2009), « Politique du cercle. Interprétation, éthique et sociologie », Cahiers de recherche sociologique, n° 48, pp. 15-26.

Gagnon É. (2010a), « Les comités d’éthique de la recherche, et au-delà», Éthique publique, vol. 12, n° 1, pp. 299-308.

Gagnon É. (2010b), « Décentrements. Sur la portée éthique de l’œuvre de Claude Lévi-Strauss », Revue d’éthique et de théologie morale, n° 259, pp. 53-71.

Gagnon É. (2018), « Comprendre la marginalité ou renforcer la marginalisation ? Réflexions éthiques autour d’une recherche », dans Marin A., Eysermann B. et M.-T. Giroux (dir.), Recrutement et consentement à la recherche : réalités et défis éthiques, Les Éditions de l’Université de Sherbrooke, pp. 98-105 [En ligne] DOI : https://doi.org/10.17118/11143/14114 .

Genard J.-L. (2009), « Une réflexion sur l’anthropologie de la fragilité, de la vulnérabilité et de la souffrance », dans Périlleux T. & J. Cultiaux (dir.), Destins politiques de la souffrance, Toulouse, Éditions Érès, pp. 27-46.

Genard J.-L. & M. Roca i Escoda (2019), Éthique de la recherche en sociologie, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck Supérieur.

Giafferi N. (2004), « Violence de la relation ethnographique. L’exemple haïtien », Terrain, n° 43, pp. 123-140.

Haggerty K. (2004), « Ethics Creep: Governing Social Science Research in the Name of Ethics », Qualitative Sociology, vol. 27, n° 4, pp. 391-414.

Israel M. (2015 [2006]), Research Ethics and Integrity for Social Scientists, Los Angeles, Sage Publishing.

Larouche J.-M. (2019), « Les sciences sociales et l’éthique de la recherche en contexte canadien », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 13, n° 2, pp. 479-501.

Nussbaum M. (1986), The Fragility of Goodness, Cambridge, Cambridge University Press.

Palmer S. J (2017), « Renegade Researchers, Radical Religions, Recalcitrant Ethics Boards: Toward the "McDonaldization" of Social Research in North America », Fieldwork in Religion, vol. 12, n° 2, pp. 239-258.

van den Hoonaard W. C. (2018), « Autobiographical Notes from inside the Ethic Regime: Some Thoughts on how Researchers in the Social Sciences Can Own Ethics », Forum: Qualitative Social Research, vol. 19, n° 3, art. 3.

van den Hoonaard W. C. & A. Hamilton (dir.) (2016), The Ethics Rupture. Exploring Alternatives to Formal Research Ethics Review, Toronto, University of Toronto Press.

Haut de page

Notes

1 Les présentes réflexions reposent sur une longue expérience (douze ans) comme membre de comités et comme chercheur devant faire approuver ses études par un tel comité, ainsi que sur mon implication et le suivi des débats sur la régulation institutionnelle de l’éthique en recherche. Je remercie les participants de la rencontre organisée par Claudine Burton-Jeangros et Jean-Michel Chaumont à Louvain-la-Neuve en septembre 2019, sur le thème « Pour l’éthique de la recherche en sciences sociales ». J’ai tiré profit de leurs interventions, de leurs questions et de leurs critiques.

2 Je résume des critiques développées par différents auteurs à partir d’expériences et de lieux divers, notamment : Haggerty, 2004 ; Fassin, 2008 ; Gagnon, 2010a ; van den Hoonaard, 2016 et 2018 ; Palmer, 2017.

3 Pour un exemple touchant la marginalisation, voir Gagnon (2018).

4 Pareille affirmation mériterait une ample discussion, que je ne peux développer dans les limites de cet article. C’est discutable j’en conviens, mais si je me risque à la formuler c’est justement parce que c’est autour de la discussion de ce problème que doit se faire la réflexion sur l’éthique de la recherche.

5 Même lorsque les lignes directrices leur donnent une grande marge de manœuvre dans l’application des principes, comme c’est le cas au Canada (Larouche, 2019), les comités tendent à réduire et à uniformiser leur traduction en règles faciles à appliquer (Gagnon, 2010a).

6 Les questions d’intégrité scientifique (fraude, propriété intellectuelle, appropriation des connaissances, incompétence, relations inconvenantes avec les enquêtés ou le personnel de recherche, etc.), exacerbées dans un contexte de forte compétition entre les chercheurs, ne sont pas non plus prises en considération par les comités d’éthique de la recherche (Israel, 2015 ; Larouche, 2019).

7 Pour un bel exemple de ces rapports, on lira l’article de Natacha Giafferi (2004). Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda (2019) donnent également de nombreux exemples.

8 Dans une perspective aristotélicienne, que Martha Nussbaum a contribué à remettre à l’honneur, la délibération éthique ne peut faire l’objet d’une technique ou d’une science, en se plaçant en situation d’extériorité. Elle exige de la flexibilité, de cultiver nos facultés de penser, d’agir, de ressentir et d’imaginer selon ce que la situation requiert. Elle conduit à un enrichissement de notre saisie du monde et de notre expérience, plutôt qu’à son appauvrissement en les ramenant à un ou deux critères d’arbitrage (utilité, autonomie). Elle demeure ouverte à la contingence, à la possibilité qu’il n’y ait pas de solution parfaite ou confortable. «Thus we must always be on the lookout for what is there before us in the world : we cannot rest secure in the thought that what we are to see and respond to is something that we have already seen before. And we must also be prepared for loss – for the valuable does not necessarily stay with us just on account of being exemplified in a universal principal that continues to be elsewhere instantiated.» (Nussbaum, 1986, p. 300).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Gagnon, « Sur la régulation institutionnelle de l’éthique en recherche », SociologieS [En ligne], Dossiers, La société morale, mis en ligne le 02 mai 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/13161

Haut de page

Auteur

Éric Gagnon

Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale et Université Laval, Québec, Qc., Canada - eric.gagnon2.ciussscn@ssss.gouv.qc.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page