Navigation – Plan du site
La société morale

La société d’acrobates : responsabilité, care et participation citoyenne des jeunes

The society of acrobats: responsibility, care and young peoples’ citizen participation
Stéphanie Gaudet

Résumés

Les débuts de l’âge adulte représentent un objet d’observation privilégié pour analyser les deux référentiels de la responsabilité : la responsabilité comme cadre moral et la responsabilité comme expérience éthique. J’explique à l’aide de l’allégorie de l’acrobate comment les jeunes sont appelés à se singulariser et à se mettre en scène. Cette mise en scène comporte toutefois un paradoxe : elle dépend des soutiens collectifs tout en les rendant invisibles. Cette occultation du collectif impose un cadre normatif de responsabilité morale, voire d’imputabilité. De manière concomitante, le processus de singularisation engage les jeunes dans une expérience éthique de responsabilité. La créativité qu’impose la réflexion éthique les conduit à renégocier les normes cadrant leurs engagements de la vie privée, mais aussi ceux de la vie publique, puisqu’ils et elles se montrent créatifs dans les arènes de la démocratie participative.

Haut de page

Texte intégral

1La responsabilité représente un objet moral essentiel à comprendre pour saisir les changements sociaux, au Québec comme dans plusieurs sociétés occidentales. Analyser l’entrée dans l’âge adulte de diverses cohortes et générations de jeunes permet notamment d’observer une transformation des exigences morales de la société envers les jeunes. Cela permet également d’étudier les transformations de l’expérience éthique des jeunes et de son expression, car il s’agit d’un moment de la vie où l’on s’engage dans plusieurs sphères à la fois. À partir de la synthèse de recherches empiriques que j’ai menées auprès de jeunes Québécois et Québécoises et de leurs divers engagements au cours des vingt dernières années, j’explique, dans le présent texte, comment les théories sur la responsabilité, appuyées par les théories sur le care, contribuent au développement d’une sociologie des morales. Une des contributions du texte est donc de souligner le fait que la sociologie, parce qu’elle s’intéresse au lien social, ne peut se soustraire de l’analyse des morales. La sociologie a nécessairement une visée éthique, car elle explique non seulement ce qui est, mais également ce qui pourrait être.

2J’aborde la notion de responsabilité à la fois comme un objet moral – c’est-à-dire une prescription extrinsèque qui en appelle à l’indépendance et à l’imputabilité – et comme un objet éthique – c’est-à-dire une réflexivité autonome d’acteurs interdépendants (Ricœur, 1994). Pour l’analyser, j’utilise l’allégorie de la société d’acrobates, parce qu’elle évoque l’exigence sociale de performance et de prise de risques, qui met à l’épreuve la créativité et l’engagement des jeunes tout en conservant l’illusion qu’ils sont les seuls créateurs de leur performance (Gaudet, 2018). L’espace du chapiteau évoque le contexte néolibéral, celui d’un espace où les structures et les filets de sécurité sont cachés par l’ombre des projecteurs afin de faire croire au public que l’acrobate est seul responsable et imputable de sa performance. Un espace qui donne du pouvoir aux individus tout en les vulnérabilisant individuellement.

3L’allégorie de la société d’acrobates évoque également l’importance que prend la créativité des acteurs et actrices pour qu’ils puissent fonctionner dans cette organisation. Au cours de mes enquêtes sur l’engagement social et politique des jeunes, j’ai observé une grande diversité de pratiques. Les jeunes innovent, ils renégocient les frontières entre les engagements privés et publics et ils s’engagent dans des formes de démocratie participative. Le processus de singularisation (Martucelli, 2010) met en place une renégociation des rapports entre les individus et le collectif qui laisse ainsi place à de nouvelles formes d’engagement.

4Dans la première partie du texte, j’utilise cette allégorie afin d’expliquer de façon plus globale les processus sociaux, notamment celui de singularisation dans lesquels les jeunes naviguent. J’explique comment le contexte culturel québécois leur permet de prendre une distance par rapport aux rôles traditionnellement associés à certaines positions sociales. Les engagements personnels et politiques les poussent à répondre d’eux-mêmes, à (re)négocier leur identité personnelle. Comme sociologue, notre façon d’observer ces tensions réside notamment dans l’observation des émotions et des récits que font les jeunes de leurs parcours. Cette observation nous permet de saisir les émotions exprimées de plus en plus publiquement par les jeunes qui traduisent les incohérences vécues entre leurs expériences et les attentes sociales qu’ils perçoivent (Turner, 1999). Ce contexte leur permet de suivre leurs passions – de devenir acrobates – mais il comporte son lot de difficultés. Il peut les rendre vulnérables si les soutiens sociaux, qui ont permis leur singularisation, disparaissent.

5Dans la deuxième section, j’explore le paradoxe de la société d’acrobates, c’est-à-dire la tension existant entre le processus de singularisation et celui de la responsabilité collective portée par les politiques publiques de l’État-providence. Dans le contexte néolibéral, l’aveuglement à l’égard de cette interdépendance contribue à imposer une morale – c’est-à-dire un cadre normatif extrinsèque – de responsabilité individuelle. On ne veut voir ni l’importance des conditions de possibilité de la singularisation ni le rapport entre la responsabilité je et la responsabilité nous, pour reprendre les termes de la grammaire de la responsabilité (Genard, 1999).

6Dans la troisième section, je précise comment ce processus de singularisation engage les jeunes, à l’échelle microsociale, dans des expériences éthiques de responsabilité. J’irais même jusqu’à dire que cette expérience de responsabilité participe à l’expérience contemporaine d’entrées dans l’âge adulte et nous permet de mieux comprendre l’importance de la quête de sens poursuivie par les jeunes. Cette inflexion de la responsabilité appelle la réflexivité et la sensibilité des acteurs et actrices dans leurs pratiques quotidiennes, car ils et elles sont appelé.es à vivre à partir d’une organisation réflexive du soi tout en négociant avec des principes moraux extrinsèques. La société les pousse à se singulariser, c’est-à-dire à développer leur identité personnelle et leur réflexion éthique afin d’établir les normes morales qui dirigeront leurs styles de vie et leurs engagements. Dans le présent texte, je fais appel aux théories du care afin de comprendre la portée de cette responsabilité mise en pratique.

7Finalement, j’illustre et j’analyse comment la créativité de ces jeunes les pousse à développer des formes singulières de responsabilité sociale en développant des pratiques participatives qui sortent du cadre de la démocratie représentative et innovent dans le cadre de la démocratie participative.

8Dans le présent texte, je désigne les jeunes comme groupe social et générationnel faisant fi des normes de base en sociologie de la jeunesse, qui critiquent justement cette désignation homogénéisante. La position sociale, c’est-à-dire le rapport social de genre, d’ethnicité et de classe, influence de façon concomitante le rapport social d’âge. Les travaux empiriques auxquels je renvoie en tiennent compte et j’y référerai pour illustrer mon propos qui se situe, dans le texte, à une échelle de théorisation.

Les processus de singularisation des jeunes acrobates

9L’allégorie de l’acrobate représente une image heuristique permettant d’expliquer comment les individus, notamment les jeunes, sont façonnés par les exigences morales de la société québécoise contemporaine. Au cours des 50 dernières années s’est opéré un important processus de détraditionalisation, comme dans les autres sociétés occidentales. Ce phénomène de mise à distance des normes familiales, religieuses et sociales historiquement transmises et des rôles sociaux y étant associés a produit des changements radicaux dans la quotidienneté des modes de vie. Ce processus de détraditionalisation complexifie les attentes sociales perçues à l’égard des rites, des rôles et des interactions sociales. Il demande aux jeunes une négociation constante entre les divers registres moraux qui se sont superposés, afin qu’ils redéfinissent leurs engagements amoureux, parentaux, professionnels et même politiques.

10Les travaux de Danilo Martuccelli sur le processus de singularisation expliquent avec justesse cette forme contemporaine de « production sociohistorique » de l’individu : « Dans le singularisme, l’idéal consiste à être quelqu’un, à se voir reconnaître comme quelqu’un différent des autres, porteur d’une forme plurielle d’unicité […] » (Martuccelli, 2010, p. 51) Cette différenciation produite par les normes culturelles accroît l’interdépendance entre les individus et la société, car le regard de l’autre est de plus en plus nécessaire pour faire reconnaître sa singularité. Ainsi, on peut comprendre l’importance des réseaux sociaux pour la plupart des jeunes, puisqu’ils leur permettent d’affirmer leur unicité, leur identité personnelle, tout en obtenant la reconnaissance sociale d’un groupe qui dépasse les frontières des proches tels que la famille, les amis et les voisins. La puissance de cette reconnaissance sociale est telle qu’elle peut sauver la vie de jeunes marginalisés, qui y trouvent un groupe affinitaire déterritorialisé, comme elle peut la détruire avec des actes de cyberintimidation pouvant prendre des proportions planétaires (Law et al., 2012).

11Comme processus historique, la singularisation observée au Québec est tributaire de la détraditionalisation, qui a ouvert de nouveaux horizons à l’échelle individuelle. Alors que les jeunes qui entraient dans la vie adulte avant les années 1960 subissaient pour la plupart un destin de classe, de genre et de sexe déterminé d’avance, ceux qui entrent dans la vie adulte après la Révolution tranquille (1960-1969) expérimentent les débuts de l’ère des « choix ». Ce bouleversement est vécu abruptement, puisqu’on observe ces changements au sein d’une seule génération familiale. Les parcours de vie sont très différents entre la cohorte des parents, qui sont souvent dans les dernières cohortes du baby-boom, et celle de leurs enfants membres de la génération X. Ce phénomène, particulièrement important entre les générations de femmes, s’explique par la démocratisation de l’enseignement, la sécularisation de la société québécoise, mais surtout les nouvelles normes sociales qui entourent la conjugalité, la sexualité et la reproduction. Les parents comme leurs enfants adultes s’accordent pour dire que l’entrée dans l’âge adulte est désormais plus difficile à vivre émotionnellement. Pourtant, aucune des deux générations ne voudrait revenir à l’époque où les destins étaient davantage tracés par les rôles sociaux associés aux différents milieux d’appartenance (Gaudet, 2009). Ce phénomène s’amplifie chez les jeunes qui entrent dans l’âge adulte depuis les années 1990, puisque de plus en plus d’entre eux éprouvent une souffrance psychologique (Institut de la statistique du Québec, 2019).

12Les différents groupes générationnels reconnaissent les avantages d’une plus grande agentivité, tout en soulignant ses difficultés. Cette réalité de l’individu contemporain qui s’émancipe renforce l’expérience existentielle de l’angoisse. Le sujet doute de son existence et de la validité de son jugement sur ce qu’il valorise comme étant une vie bonne et sur le sens qu’il donne à la vie. Anthony Giddens reprend d’ailleurs cette idée quand il explique que l’individu, pour exister dans un monde où l’on doit davantage choisir ses modes de vie, voire ses repères moraux, doit faire preuve d’un grand sentiment de confiance ontologique (Giddens, 1991). Dans ce contexte, l’importance de l’attachement et des soins aux enfants ainsi que l’amour porté à ces derniers est incontournable pour développer la sécurité et la confiance de l’individu envers le monde. La famille conjugale s’appuie notamment sur l’expression des affects : « la représentation idéale de la famille actuelle repose sur les sentiments » (Bernard, 2017, p. 194) et, par le fait même, sur le travail de care largement dispensé par les femmes (Hochschild, 2012).

13Le processus culturel de détraditionalisation n’amène pas la fin des codes moraux : elle les démultiplie, notamment avec la culture populaire et ses différents médiums. Les registres normatifs se chevauchent et se superposent, sans compter la culture de la consommation, qui partage des normes idéalisées de présentation de soi. Les jeunes développent leur identité personnelle dans un univers normatif difficilement lisible en raison de son hétérogénéité et des tensions qu’elle génère. Dans un tel contexte, les attentes à l’égard du type d’interactions attendues, des rituels entourant les interactions, des transitions de vie et de la présentation de soi sont floues (Turner, 1999). Certains jeunes adopteront des comportements ordaliques pour trouver leur ordre normatif ou pour consolider une reconnaissance sociale (Le Breton, 2007). Ce ne sont pas tous les jeunes qui adoptent des comportements aussi extrêmes, mais le contexte culturel rend l’ensemble des jeunes plus susceptibles de vivre des incohérences entre les attentes perçues et leurs expériences, puisqu’ils vivent dans une société où les rôles sont de moins en moins prescrits et de plus en plus négociés en fonction des identités personnelles. Cette tension provoque l’expression de nombreuses émotions.

Le paradoxe de la société d’acrobates

  • 1 Cette nomenclature est fortement contestée, mais elle permet tout de même de distinguer des générat (...)

14La singularisation du style de vie de l’acrobate est largement tributaire de plusieurs soutiens, dont celui de politiques publiques qui assurent l’accès à des ressources. Le pluralisme normatif s’articule ainsi autour du registre des structures de pouvoir lié à la position sociale. Grâce au principe d’égalité qui a soutenu la mise en place d’un régime providentiel dans les années 1960 au Québec, les générations X, Y et Z 1 ont bénéficié des ressources publiques qui permettaient l’accès à l’éducation et à la santé. La démocratisation de l’enseignement opérée à la fin des années 1960 et la mise sur pied de la Régie de l’assurance maladie du Québec en 1969, qui assure des soins gratuitement à toute la population, ont permis à ces cohortes de s’émanciper, du moins en partie, de certains diktats sociaux liés à la position sociale de leur famille d’origine et d’individualiser leurs cheminements. Des groupes sociaux comme le mouvement des femmes ou les syndicats ont également été des acteurs importants de la mise en œuvre de solidarités sociales pour les groupes les plus vulnérables. Au cours des dernières années, les écoles publiques ont même développé de nombreux programmes spécialisés : sport-études, cirque, arts de la scène ou études internationales, valorisant dès un jeune âge la singularisation des parcours.

15Le paradoxe de la société d’acrobates est qu’elle tend à cacher les ressources collectives qui rendent pourtant possible la différenciation des individus. Elle fait croire à l’acrobate, ainsi qu’à ceux qui l’observent, qu’il est l’unique maître d’œuvre de son parcours et qu’il est par le fait même responsable de ses succès comme de ses erreurs. Ulrich Beck et Elisabeth Beck-Gernsheim ont déjà expliqué comment la valorisation de la biographie do-it-yourself comportait une large part de risques. Le cadre de l’expérience néolibérale contribue à développer l’image d’un individu a-historique qui bricole sa vie (Beck et Beck-Gernsheim, 2002). Voilà une transformation morale essentielle à comprendre pour saisir la société contemporaine. Selon Yascha Mounk, un des aspects les plus importants des changements socioéconomiques des 30 dernières années aux États-Unis est la place qu’a prise la notion de responsabilité dans la rhétorique politique et les politiques publiques actuelles (Mounk, 2017). Nous sommes passés d’une conception collective de la responsabilité à une conception individuelle ; voilà l’objet moral qui retient le regard sociologique. Selon la grammaire de la responsabilité, il y aurait eu un passage de la responsabilité nous à la responsabilité je (Genard, 1999).

16Dans le contexte québécois, la notion de responsabilité collective a été portée par l’État pendant une vingtaine d’années, soit de l’arrivée de Jean Lesage au pouvoir en 1960 jusqu’à la récession de 1981. Durant cette période, la responsabilité individuelle s’articule autour d’une vision collective de la responsabilité qui favorise l’accès à des droits sociaux. Avant cette période, l’Église catholique était responsable de l’éducation et de la santé, appuyée par quelques élites philanthropiques. La responsabilité individuelle s’exprimait dans un cadre de citoyenneté communautarienne, c’est-à-dire que cette dernière privilégiait l’appartenance à la communauté locale et à la responsabilité des individus envers celle-ci. À la suite des récessions de 1981 et de 1990, plusieurs compressions budgétaires amputent les services sociaux, mais l’État continue d’assurer une solidarité sociale en fournissant des services dans une optique clientéliste conjointement avec différents acteurs sociaux, qu’ils soient du secteur privé ou du secteur public. Le contexte néolibéral transforme le citoyen ayant droit en client qui doit se prendre en main pour accéder aux services. C’est notamment le cas en santé mentale, où il est moins question de guérison que d’empowerment individualisant et d’apprentissages personnels (Otero, 2003). On perçoit davantage les problèmes personnels que leur problématisation sociale, ce qui donne préséance à la responsabilité personnelle plutôt qu’à la responsabilité collective.

17Ce cadre implicite de responsabilité personnelle invisibilise l’ensemble des soutiens, qu’ils soient familiaux, collectifs ou étatiques, afin de participer à un discours social qui valorise le succès ou l’échec personnel comme si les individus étaient issus de générations spontanées. Les conditions sociales qui structurent le succès des acrobates sont passées sous silence : l’école, la famille, les soins. De la même façon, on tente d’ignorer l’échec des acrobates qui n’accèdent pas aux normes de performance en raison des ressources manquantes.

18Le paradoxe de la société d’acrobates, c’est que ses membres peinent à reconnaître l’interdépendance entre le processus de singularisation et la responsabilité collective. Cet aveuglement est encouragé, voire généré, par le cadre d’expérience néolibéral et la société de consommation. On tend ainsi à nier les effets structurants qui permettent aux individus de se singulariser et de se distancier des rôles traditionnellement liés aux positions sociales. En d’autres termes, minimiser l’apport des soutiens sociaux et de l’importance de la responsabilité collective met à risque le processus de singularisation dont ont bénéficié différents groupes, notamment les femmes. La fragilisation des parcours individuels ne dépend pas tant du processus culturel de singularisation, mais plutôt de la réponse sociale qu’on lui donne, celle d’un cadre implicite de responsabilité individuelle. Plus encore, ce cadre néolibéral impose une façon de se penser et d’imaginer le monde.

L’injonction à répondre à soi-même et à répondre aux autres dans la société d’acrobates

19Dans la présente section, j’expliquerai comment ce processus de singularisation engage les jeunes, à l’échelle microsociale, dans des expériences éthiques de responsabilité. J’irais même jusqu’à dire que cette expérience de responsabilité participe aux expériences contemporaines d’entrées dans l’âge adulte et nous permet de mieux comprendre l’importance de la quête de sens poursuivie par les jeunes. Jacques Derrida (1994), Emmanuel Levinas (1971) et Paul Ricœur (1994), des penseurs influencés par la phénoménologie, mais dont les visées théoriques sont différentes, ont tous entamé une réflexion sur cette responsabilité infinie. Ils la définissent comme un mouvement de réponses interdépendantes de soi envers les autres et les institutions. Comme on le verra, ces auteurs, appuyés par les théoriciennes du care, nous permettent d’avancer une réflexion sociologique sur l’expérience éthique observée chez les jeunes acrobates.

20Les jeunes entrent davantage dans une société d’identités que dans une société de rôles sociaux ; ils sont appelés à (re)définir leur identité sociale comme leur identité personnelle. James E. Côté l’explique ainsi :

« [I]n identity societies, young people who are not rooted in tradition-based families and communities are expected to engage in certain degrees of individualization of their life course wherein they strike out on their own psychologically and socially. In [these] societal contexts, optimal identity formation is proactive: the person engages in forward and reflective thought about important life choices and options » (Côté (2019, p. 10).

21Comme le remarque Claude Dubar, l’individu est forcé d’entrer dans une dialectique entre l’identité pour soi et l’identité pour autrui. Or, cette dialectique sera vécue différemment en fonction des origines sociales de chacun et des soutiens familiaux et sociaux qu’il ou elle a ou n’a pas. Les jeunes issus de groupes sociaux défavorisés auront moins de possibilités et de soutien que ceux des groupes favorisés, mais ils seront tous appelés à se « réfléchir » (Dubar, 2007).

22La société d’acrobates rend ainsi possibles une certaine agentivité des acteurs et actrices et, par le fait même, une responsabilité éthique. La quête d’authenticité des jeunes leur permet, plus que jamais, de remettre en question des scripts sociaux aussi fortement établis que ceux de l’hétéronormativité. Les jeunes de la génération Z ont les conditions de possibilité requises pour affirmer plus librement leur identité de genre queer (Alarie & Gaudet, 2013). Les intervenants dans les écoles secondaires aident ainsi les adolescents et adolescentes durant leur coming out pour répondre à l’exigence sociale et personnelle d’authenticité. Répondre de soi de la sorte ne va pas sans heurter les valeurs et l’identité des autres jeunes et d’autres groupes générationnels, mais dans un contexte de singularisation et d’hétérogénéité normative, cela est facilité. Plus encore, on parlera plus ouvertement de la vulnérabilité vécue par ces personnes adolescentes et jeunes adultes dans leur quête identitaire.

23Les explorations identitaires font également l’objet de loisirs. Dans des sociétés comme le Japon, où les traditions sont plutôt homogènes, les jeunes sont nombreux à pratiquer le cosplay comme mode d’expérimentation des identités de genre et de classe. Qui plus est, ces pratiques culturelles les amènent à négocier leur identité personnelle pour mieux répondre de soi dans une société plutôt fermée aux voix marginales malgré le processus de singularisation qui touche les jeunes. Par ces nouvelles façons de se dire, les jeunes peuvent expérimenter leur identité, mais surtout leur réflexivité à l’égard des rôles sociaux que leur offre la société japonaise (Truong & Gaudet, 2020).

24La lecture de Jacques Derrida sur la notion de répondre de soi d’un sujet décentré nous permet de comprendre ce mouvement de réponses de soi dans un contexte où les identités sont plus fluides (Derrida, 1994). L’identité n’est pas intrinsèque : elle est construite socialement tout au cours de la vie. Ce mouvement entre l’identité pour soi et l’identité sociale se fige momentanément, mais elle peut être plus facilement remise en question publiquement dans une société singulariste. Elle peut également plus facilement être reconnue dans une société où il y a une hétérogénéité normative et des espaces interactionnels y concourant.

25Le concept de responsabilité éthique nous donne également la possibilité de comprendre l’importance phénoménologique du corps dans cette expression identitaire. Le mouvement de réponses est incarné ; pour Emmanuel Levinas, il passe par la métaphore du visage (Levinas, 1971). Cette interprétation nous fait ainsi comprendre l’importance que prend l’expression de soi pour se « montrer », exposer ses valeurs, avec le tatouage, l’habillement, les mises en scène de soi sur les réseaux sociaux. Il n’est donc pas étonnant de constater à quel point l’expression des émotions dans la sphère publique est si importante pour les jeunes. Les émotions participent à un mouvement de répondre de soi et donne sens à leurs engagements dans la vie privée comme dans la vie publique.

26Cette exigence de répondre de soi ne peut être dissociée des mouvements de réponses vers les autres, c’est-à-dire les engagements. Pour Emmanuel Levinas, la relation est première et fonde le cœur de la réflexion éthique. Nous pouvons constater, dans la société québécoise, comment les jeunes continuent de s’engager, mais ils redéfinissent les normes et le sens qu’ils donnent à leurs engagements. Un des exemples les plus concrets est l’institution du mariage. Une minorité de Québécois et Québécoises, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels, se marient civilement ou religieusement. Au Québec, seulement 27 % des hommes et 29 % des femmes se marieront avant leur 50ème anniversaire et la plupart le feront après l’âge de 30 ans (Binette Charbonneau, 2017). Plusieurs soulignent leur union avec des rituels qu’ils créent, d’autres célèbrent la naissance du premier enfant comme une officialisation de leur couple.

27Les jeunes rencontrés lors d’enquêtes accordent d’ailleurs une grande importance aux engagements dans leur vie personnelle. Ils définissent leur adultéité à partir d’engagements personnels tels que la parentalité plutôt que par des marqueurs sociaux traditionnels comme la fin des études, le premier emploi à temps plein ou la première cohabitation (Gaudet, 2005, 2007). Il est intéressant d’analyser ce symbole de l’entrée dans l’âge adulte – la parentalité – comme l’archétype de la responsabilité, lequel a d’ailleurs été analysé par Hans Jonas (1990). Il s’agit effectivement d’une réponse devant la vulnérabilité de l’autre. Et, plus encore, d’une réponse devant sa dette à l’égard de la génération future.

28Pour les jeunes adultes sans enfant, l’engagement social joue le même rôle symbolique. Cette découverte démontre que l’expérience éthique de responsabilité occupe une place importante dans leur parcours social et leur façon de se raconter et de se définir. Un nouvel éthos se développe au-delà des traditions familiales, culturelles ou religieuses. La société appelle les jeunes acrobates à faire un travail sur leur subjectivité et les engage dans un processus éthique, puisqu’ils sont appelés à réfléchir et à négocier les normes qui encadreront leurs engagements conjugaux, parentaux et professionnels.

29Ce processus de singularisation des engagements personnels observés m’amène à désigner des valeurs et des dispositions personnelles comme l’attention, le souci, la présence ou l’empathie comme des qualités sous-jacentes au lien social observé à travers les engagements. Il ne s’agit plus seulement d’obligations reliées à des tâches de soin ou à des rôles sociaux traditionnellement réservés aux femmes, mais bien de qualités qui peuvent être développées par les hommes et les femmes. En outre, il s’agit de qualités morales nécessaires à la responsabilité éthique fondatrice, essentielle au maintien de la vie sous toutes ses formes.

30D’un point de vue théorique, cette notion éthique de responsabilité implique de réviser la conception anthropologique dominante de l’individu capable de choix moraux en raison de ses capacités rationnelles et de son indépendance. Les théoriciens de la responsabilité pensent le sujet comme un être interdépendant, donc vulnérable, capable d’agencéité, de réflexivité et d’émotivité. Les théoriciennes du care, comme l’indique Elena Pulcini (à paraître), permettent d’aller au-delà de l’éthique de la responsabilité, car elles s’intéressent également au passage à l’acte et aux rapports sociaux dans lesquels il s’inscrit. Elles sociologisent la responsabilité éthique en l’analysant dans les rapports sociaux structurés par la temporalité et les rapports de pouvoir genrés (Damamme & Paperman, 2009 ; Paperman, 2015 ; Paperman & Laugier, 2006). Elles nous invitent ainsi à penser la responsabilité de sujets positionnés socialement avec des identités singulières, ce qui se distingue des éthiques de la justice, qui demandent d’y penser avec une certaine objectivation. Les sociologies du care nous permettent ainsi de mieux comprendre les engagements inscrits dans la tension entre les identités personnelles et sociales. La prochaine section porte sur ce passage à l’acte de la responsabilité dans la sphère politique.

La créativité des jeunes acrobates, une nouvelle avenue pour la démocratie participative

  • 2 Voir un projet de recherche partenariale qui porte sur ces différentes initiatives au www.education (...)

31Devant la singularisation de l’engagement politique et social, plusieurs réponses sociales se manifestent. Certains groupes sociaux répondent à ce processus d’individualisation en exprimant un désir de retourner vers les repères de la tradition pour éviter la fragmentation sociale, ce qui nourrit notamment la montée des mouvements de droite morale. D’autres soutiennent leur potentiel créatif dans une perspective sociale, mais individualisante, de l’entrepreneuriat social, alors que des groupes d’éducation à la citoyenneté démocratique le reconnaissent comme un moteur de collectivisation démocratique 2.

32L’allégorie de l’acrobate représente tant les risques de la singularisation que son potentiel de créativité. Elle réfère symboliquement à un art, à une façon de s’exprimer, d’incorporer symboliquement le monde et son sens. Le processus de détraditionalisation n’a pas que des effets néfastes sur les collectivités : il permet aux individus de s’exprimer et d’être authentiques, ce qui laisse une large place à la créativité. Cette créativité est, selon John Dewey, nécessaire à la réflexion et à l’action éthique et démocratique (Dewey, 1997).

33La fragilisation des sociétés démocratiques et le faible taux de participation électorale des jeunes acrobates inquiètent avec raison les chercheurs et chercheuses et les décideurs et décideuses publics. Toutefois, ce type de participation formelle ne permet pas de saisir la vivacité des engagements sociaux et politiques des jeunes (Gallant & Garneau, 2016), qui expriment une perte de confiance à l’égard des institutions, car ils jugent celles-ci inauthentiques et trop éloignées des citoyens. Les jeunes expriment leur désabusement, comme l’ont fait les générations qui les ont précédés devant le manque de cohérence de certaines institutions démocratiques (Rosanvallon, 2006).

34Le processus de singularisation des engagements publics conduit les jeunes acrobates à privilégier une cohérence entre les engagements de leur vie publique, associée généralement aux revendications à l’égard des droits et ceux de leur vie privée, associée traditionnellement à l’empathie et au souci. Plus encore, ils font tomber les barrières entre celles-ci. En d’autres mots, par leurs pratiques participatives, les jeunes remettent en question, comme l’avait fait Carol Gilligan (1982), la raison morale universalisante que Lawrence Kohlberg avait définie comme étant la forme de la moralité humaine la plus évoluée et ils la conjuguent avec celle du souci, de l’empathie et de la reconnaissance de la vulnérabilité (Gaudet, 2015).

35Certains le font à travers leurs modes de vie écologistes, par exemple. Ils sensibilisent ainsi leur entourage, en premier lieu leur famille, à des enjeux politiques. Les jeunes montrent à leurs parents comment composter et recycler. Lors de manifestations pour la gratuité scolaire ou la protection de l’environnement dans les rues de Montréal, il n’est pas rare de voir les parents et les grands-parents accompagner les jeunes acrobates. Si plusieurs y voient un processus de socialisation politique descendant, il s’agit aussi d’un processus ascendant, c’est-à-dire des générations les plus jeunes vers les plus vieilles.

36La créativité des acrobates s’exprime également par de nouvelles formes d’engagement telles que l’entrepreneuriat social. Les jeunes créent des organisations et se créent un emploi qui leur permet de conjuguer leur désir de changement social et d’engagement à leur besoin de s’investir professionnellement dans un travail lucratif et significatif pour eux. Les universités et les associations de jeunes sont désormais nombreuses à leur offrir des formations afin de les soutenir dans leurs projets.

37D’autres choisissent la voie de l’expression médiatique pour exprimer leurs indignations devant des expériences vécues d’intimidation ou d’injustice. Dans ses travaux, Caroline Caron analyse la manière dont des adolescentes youtubeuses dénoncent des situations afin de sensibiliser leurs pairs et de provoquer un changement social que la société et les institutions qu’elles fréquentent ne réussissent pas à effectuer (Caron et al., 2018; Caron, 2017). Ces adolescentes communiquent leur colère, une émotion que la société nord-américaine a de la difficulté à recevoir et qui représente pourtant un moteur important de l’action sociale. Leurs témoignages en appellent également à l’empathie, une émotion politique puissante pour mobiliser les citoyens (Nussbaum, 2013).

38De nombreux jeunes mettent en pratique ce que les politologues nomment le do-it-yourself politics (DIY politics), c’est-à-dire des pratiques individualisées d’action et de sensibilisation, puisqu’ils ne font pas nécessairement partie d’une organisation collective (Dufour, Bherer & Rothmayr Allison, 2015). Comme l’explique Jacques Ion, ils sont moins nombreux à adhérer à un groupe, ils préfèrent des adhésions temporaires et multiples, un peu à l’image des Post-it que l’on peut coller et décoller (Ion, 2012). Ils demeurent toutefois engagés socialement. Cet engagement flexible leur permet de délaisser des organisations qui ne répondent plus à leurs valeurs, tout en ne délaissant pas un groupe de pairs, puisqu’ils ont des identifications multiples. Ils reforment ainsi des collectifs temporaires et proposent également des do-it-ourselves politics (DIO politics) (Pickard, 2019).

39Ainsi, les collectivités ont toujours une grande importance pour ces acrobates. C’est le cœur du paradoxe de cette fabrication de citoyens. Lorsque j’observe les trajectoires d’engagements sociaux et politiques des jeunes, j’observe qu’ils papillonnent d’une organisation à l’autre en fonction des débouchés, des intérêts, des valeurs ou des personnes qui s’y trouvent. La société montréalaise, qui compte un grand nombre d’organisations sans but lucratif destinées à soutenir l’engagement des jeunes, appuie le développement de nombreuses initiatives d’innovation sociale dont ils sont les idéateurs et idéatrices et les maîtres d’œuvre.

40Ainsi, le processus de singularisation ne provoque pas nécessairement une fragmentation de la solidarité sociale. Nous avons constaté, au Québec, à quel point les jeunes répondent collectivement à des enjeux tels que l’accès à l’éducation postsecondaire ou aux enjeux climatiques. Greta Thunberg tenait à être présente à Montréal le 27 septembre 2019 pour la première journée de grève climatique du pays, où la plus grosse manifestation de l’histoire s’est déroulée, réunissant 500 000 personnes à Montréal. Elle a expliqué aux médias que les jeunes Montréalais et Montréalaises ont été les plus nombreux à participer à son mouvement de grève climatique dans les écoles primaires et secondaires et qu’elle voulait être présente avec eux (La Presse Canadienne, 2019).

41La singularisation appelle ainsi une grande créativité des jeunes. Cette créativité peut s’engager dans des voies plus individualistes, comme celle de l’entrepreneuriat social (Claude & Gaudet, 2018), mais elle peut également ouvrir la voie à de nouvelles formes de collectivisation, comme celles observées dans le Chantier de l’économie sociale ou dans les initiatives locales de verdissement urbain (Cloutier, Papin & Bizier, 2018). La société a donc elle aussi la responsabilité d’écouter de nouvelles voix, d’accueillir de nouvelles pratiques et de les cadrer dans une orientation plus collective pour contrer les effets pervers de la culture néolibérale.

Conclusion

42En utilisant l’allégorie de l’acrobate pour expliquer les processus sociaux de fabrication de la jeunesse, j’ai insisté sur un objet de la sociologie morale qu’est la responsabilité. J’ai démontré que le contexte des dernières années a favorisé la mise en place d’un cadre moral de responsabilité individuelle au Québec, comme dans plusieurs sociétés occidentales. Cela conduit à un paradoxe, puisque les politiques de l’État-providence rendent possible la singularisation, mais le cadre d’expérience néolibéral tend à l’invisibiliser. J’ai également mis en lumière le fait que les sociologues ont tout intérêt à analyser les expériences de responsabilité éthique vécues par les acteurs et actrices et exacerbées par le processus de singularisation. Ce mouvement de réponses nous permet de mieux saisir les acteurs et actrices, leurs engagements envers eux-mêmes à travers la réflexivité, mais aussi envers les autres au-delà des traditions et des obligations.

43Ainsi, la responsabilité éthique se concrétise à la fois dans le rapport à soi – notamment par l’importance de l’authenticité – et dans le rapport aux autres. Cette reconnaissance du travail des subjectivités invite les sociologues à reconnaître l’importance de la réflexivité, de l’agentivité et des émotions des acteurs et actrices dans l’expérience sociale. En effet, les sentiments sont la forme la plus individuelle d’inscription dans le monde (Bernard, 2017) et manifestent le rapport des acteurs et actrices aux normativités morales.

44Finalement, j’ai terminé le texte sur le potentiel créatif des engagements sociaux et politiques des jeunes acrobates. Ces derniers boudent certes la démocratie représentative, mais ils sont plutôt actifs dans les pratiques dites de démocratie participative, c’est-à-dire dans des espaces où ils débattent des enjeux du quotidien tels que le réchauffement climatique et prennent les décisions en commun. Certains s’engagent dans des modes de vie politiques, d’autres dans l’innovation sociale ou dans le militantisme. Ce potentiel créatif n’est toutefois pas une panacée : il peut facilement devenir un instrument magnifiant l’individu et invisibilisant le collectif. Les institutions démocratiques ont elles aussi une responsabilité d’encadrer ces jeunes acrobates pour soutenir leur apport créatif à un mouvement collectif et éviter que la singularisation ne nourrisse une individualisation exacerbant les inégalités sociales.

Haut de page

Bibliographie

Alarie M. & S. Gaudet (2013), « "I Don’t Know If She Is Bisexual or If She Just Wants to Get Attention": Analyzing the Various Mechanisms Through Which Emerging Adults Invisibilize Bisexuality », Journal of Bisexuality, vol. 13, no 2, pp. 191-214 [En ligne] DOI : 10.1080/15299716.2013.780004

Beck U. & E. Beck-Gernsheim (2002), Individualization Institutionalized Individualism and its Social and Political Consequences, Londres, SAGE Publising [En ligne] DOI : 10.4135/9781446218693

Bernard J. (2017), Concurrence des sentiments : une sociologie des émotions, Paris, Éditions Métailié.

Binette Charbonneau A. (2017), « Les mariages au Québec en 2016 », Coup d’œil sociodémographique, n° 57 [En ligne] www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/bulletins/coupdoeil-no57.pdf

Bourgault S. M. (2016), « Attentive Listening and Care in a Neoliberal Era: Weilian Insights for Hurried Times », Etica & Politica/Ethics & Politics, vol. XVIII, n° 3, pp. 311‑337 [En ligne] http://hdl.handle.net/10077/13518

Caron C. (2017), « Speaking Up About Bullying on YouTube: Teenagers’ Vlogs as Civic Engagement », Canadian Journal of Communication, vol. 42, n° 4, pp. 645‑668 [En ligne] https://www.cjc-online.ca/index.php/journal/article/view/3156/3422 - DOI : 10.22230/cjc.2017v42n4a3156

Caron C., Raby R., Mitchell C., Théwissen-LeBlanc S. & J. Prioletta (2018), « How Are Civic Cultures Achieved through Youth Social-Change-Oriented Vlogging? A Multimodal Case Study », Convergence, vol. 24, n° 4, pp. 694-713 [En ligne] DOI : 10.1177/1354856518795094

Claude M. & S. Gaudet (2018), « L’entrepreneur social, une catégorie émergente au Québec », Canadian Journal of Nonprofit and Social Economy Research: Revue Canadienne de Recherche sur les OSBL et l’Économie Sociale (ANSERJ), vol. 9, n° 1, pp. 44‑57 [En ligne] https://anserj.ca/index.php/cjnser/article/view/280/166

Cloutier G., Papin M. & C. Bizier (2018), « Do-It-Yourself (DIY) Adaptation: Civic Initiatives as Drivers to Address Climate Change at the Urban Scale », Cities, n° 74, pp. 284-291 [En ligne] https://doi.org/10.1016/j.cities.2017.12.018.

Côté J. E. (2019), Youth Development in Identity Societies: Paradoxes of Purpose, New York, Routledge Publishing.

Damamme A. & P. Paperman (2009), « Temps du care et organisation sociale du travail en famille », Temporalités, n° 9 [En ligne] https://journals.openedition.org/temporalites/1036 - DOI : 10.4000/temporalites.1036

Derrida J. (1994), Politiques de l’amitié, Paris, Éditions Galilée.

Dewey J. (1997), Democracy and Education: An Introduction to the Philosophy of Education, New York, Free Press.

Dubar C. (2007), La Crise des identités : l’interprétation d’une mutation (3ème édition), Paris, Presses universitaires de France.

Dufour P., Bherer L. & C. Rothmayr Allison (2015), « "Faire la politique soi-même" : le cas des mobilisations contre le gaz de schiste au Québec », Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, vol. 48, n° 1, pp. 125‑146 [En ligne] DOI : 10.1017/S0008423915000724

Gallant N. & S. Garneau (dir.) (2016), Les Jeunes et l’action politique : participation, contestation, résistance, Québec, Presses de l’Université Laval.

Gaudet S. (2005), « Responsabilité et identité dans les parcours d’entrée dans l’âge adulte. Qu’est‐ce que répondre de soi à l’âge adulte ? », Canadian Review of Sociology/Revue canadienne de sociologie, vol. 42, n° 1, pp. 25‑50.

Gaudet S. (2007), « How the Ethical Experience Defines Adulthood: A Sociological Analysis », Advances in Life Course Research, Interpersonal Relations across the Life Course, n° 12, pp. 335-357 [En ligne] https://doi.org/10.1016/S1040-2608(07)12012-8.

Gaudet S. (2009), « Devenir adulte hier et aujourd’hui : une double expérience de transmission et de définition de soi. Le cas de la jeunesse québécoise de 1960 et 2000 », dans Quéniart A. & J. Hurtubise (dir.), L’Intergénérationnel. Regards pluridisciplinaires, Rennes, Presses de l’EHESP, pp. 127‑148 [En ligne] DOI : 10.3917/ehesp.queni.2009.01.0127

Gaudet S. (2015), « La participation sociale : entre le care et le don », dans Bourgault S. & J. Perreault, Éthiques et Politiques du care : langage féministe actuel, pp. 137-162, Montréal, Éditions du remue-ménage.

Gaudet S. (2018), « La société d’acrobates. Réflexion critique sur la responsabilité personnelle », dans Marchildon A. & A. Létourneau, Quels Lendemains pour la responsabilité ? Approches multidisciplinaires, pp. 51‑77, Montréal, Éditions Nota bene.

Genard J.-L. (1999), La Grammaire de la responsabilité, Paris, Éditions du Cerf.

Giddens A. (1991), Modernity and Self-Identity: Self and Society in the Late Modern Age. Social Theory, Stanford [Californie] et Cambridge [Angleterre], Stanford University Press et Polity Press.

Gilligan C. (1993 [1982]), In a Different Voice, Cambridge [Massachusetts] et Londres, Harvard University Press.

Hochschild A. (2012), The Managed Heart: Commercialization of Human Feeling [mis à jour, nouvelle préface], Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press.

Jonas H. (1990), Le Principe responsabilité, Paris, Éditions du Cerf.

Institut de la statistique du Québec (2019), « Regard statistique sur la jeunesse. État et évolution de la situation des Québécois âgés de 15 à 29 ans. 1996 à 2018 », Québec, Institut de la statistique du Québec.

Ion J. (2012), S’engager dans une société d’individus, Paris, Éditions Armand Colin.

La Presse Canadienne (2019), « Greta Thunberg confirme sa venue à Montréal », Le Devoir, 9 septembre 2019 [En ligne] https://www.ledevoir.com/societe/environnement/562225/greta-thunberg-confirme-sa-venue-a-montreal

Law D. M., Shapka J. D., Hymel S., Olson B. F. & T. Waterhouse (2012), « The Changing Face of Bullying: An Empirical Comparison between Traditional and Internet Bullying and Victimization », Computers in Human Behavior, vol. 28, n° 1, pp. 226‑232 [En ligne] DOI : 10.1016/j.chb.2011.09.004

Le Breton D. (2007), « 2. L’épreuve comme reconnaissance : ordalie et jeunes générations », dans Caillé A., La Quête de reconnaissance, Paris, Éditions La Découverte, pp. 44‑57 [En ligne] https://www.cairn.info/la-quete-de-reconnaissance--9782707153326-p-44.htm

Le Breton D. (2007), En Souffrance : adolescence et entrée dans la vie, Paris, Éditions Métailié.

Levinas E. (1971), Totalité et infini. Essai sur l’extériorité, Paris, Éditions Kluwer Academic.

Martuccelli D. (2010), La Société singulariste. Individu et société, Paris, Éditions Armand Colin.

Mounk Y. (2017), The Age of Responsibility: Luck, Choice, and the Welfare State, Cambridge [Massachusetts], Harvard University Press.

Nussbaum M. C. (2013), Political Emotions: Why Love Matters for Justice, Cambridge [Massachusetts], Belknap Press.

Otero M. (2003), Les Règles de l’individualité contemporaine : santé mentale et société, Québec, Presses de l’Université Laval.

Paperman P. (2015), « L’éthique du care et les voix différentes de l’enquête », Recherches féministes, vol. 28, n° 1, pp. 29-44.

Paperman P. & S. Laugier (2006), Le Souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales.

Perreault J. (2015), « Renégocier la "voix différente" : retour sur l’œuvre de Gilligan », dans Bourgault S. et J. Perreault (dir.), Le Care. Éthique féministe actuelle, Montréal, Éditions du remue-ménage, pp. 29‑52.

Pickard S. (2019), Politics, Protest and Young People: Political Participation and Dissent in 21st Century Britain, Royaume-Uni, Palgrave Macmillan Publishing.

Pulcini E. (2020), « Entre gratuité et réciprocité. Le don à l’autre distant dans le monde global », dans Bourgault S., Cloutier S. & S. Gaudet (dir.), Éthiques de l’hospitalité, du don et du care : actualité, regards croisés, Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa (sous presse).

Ricœur P. (1994), « Le concept de responsabilité. Essai d’analyse sémantique », Esprit, n° 206, pp. 28-48.

Rosanvallon P. (2006), La Contre-démocratie : la politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil.

Truong A. et S. Gaudet (2020), « Costume Play and Young Adults’ Socio-Economic Insertion Pathways in Japan », Journal of the Sociology of Leisure [En ligne] https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs41978-020-00054-3

Turner J. H. (1999), « Toward a General Sociological Theory of Emotions », Journal for the Theory of Social Behaviour, vol. 29, n° 2, pp. 133‑161 [En ligne] DOI : 10.1111/1468-5914.00095

Haut de page

Notes

1 Cette nomenclature est fortement contestée, mais elle permet tout de même de distinguer des générations culturelles différentes. La génération X suit celle du baby-boom, elle est donc née à la fin des années 1960. Au Québec, cette génération a bénéficié dès sa naissance de la mise en place de l’État-providence. La génération Y nait après la crise économique de 1981. Les Z se distinguent, parce qu’ils naissent à la fin des années 1990 dans un monde dominé par l’utilisation de l’Internet et des technologies de la communication.

2 Voir un projet de recherche partenariale qui porte sur ces différentes initiatives au www.educationetdemocratie.ca.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Gaudet, « La société d’acrobates : responsabilité, care et participation citoyenne des jeunes », SociologieS [En ligne], Dossiers, La société morale, mis en ligne le 02 mai 2020, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/13229

Haut de page

Auteur

Stéphanie Gaudet

Université d’Ottawa, ONT, Canada - Stephanie.Gaudet@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page