Navigation – Plan du site
Homo interpretans
Grands résumés
Homo interpretans

Une sociologie herméneutique ? Pour et contre Homo interpretans

Discussion de l’ouvrage de Johann Michel Homo interpretans, Paris, Éditons Hermann, 2017
Jean-François Côté

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par son auteur est accessible à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/13466 et la discussion par Louis Quéré à l’adresse : https://journals.openedition.org/sociologies/13494

Texte intégral

  • 1 J’ai fait une recension élargie du livre Homo interpretans, sous forme de note critique (Côté, 2019 (...)

1L’ouvrage Homo interpretans de Johann Michel me semble constituer l’arrière-plan obligé d’une sociologie herméneutique. D’abord parce qu’il aborde de front nombre de questions fondamentales auxquelles la sociologie ne peut manquer de se heurter dès qu’elle prend au sérieux sa propre entreprise d’interprétation de la vie sociale ; ensuite parce que, ce faisant, l’ouvrage raccorde l’entreprise sociologique de Johann Michel lui-même à ces (et à ses) bases fondamentales, tout en ouvrant donc la perspective sociologique dans son aval aux sources détectées en amont ; enfin parce que, de cette manière, Homo interpretans rejoint l’état présent de la discipline sociologique dans une de ses (ré)orientations fortes, appelée tout simplement par les insuffisances dont la sociologie fait la douloureuse épreuve dans la société contemporaine, où son discours semble par moments soit vouloir singer les réalisations des sciences naturelles, soit ne pouvoir s’ouvrir qu’aux enjeux utopiques qu’il nourrit de manière souvent confuse, soit se refuser à un renouvellement de fond quant à ses visées qui sont autant d’occasions de ressourcements. J’aborderai dans ce qui suit ces trois ordres de questionnement, en laissant pour la conclusion la signification à accorder à une sociologie herméneutique dans ses dimensions tant rétrospectives que prospectives. Tout en étant donc résolument pour l’ouvrage Homo interpretans de Johann Michel, je suis tout aussi résolument contre l’idée que l’on puisse considérer que ce livre ne regarde qu’indirectement la sociologie d’aujourd’hui 1. Il s’agit donc, on l’aura compris, d’endosser doublement cet ouvrage, d’abord pour son contenu intrinsèque, d’une grande valeur, puis pour son intérêt pour la sociologie, d’une tout aussi grande importance.

2Le premier ordre de questionnement situe d’emblée Homo interpretans dans l’exploration de ce qui est à la base de l’entreprise sociologique ; vouloir, comme le propose ici Johann Michel, situer Homo interpretans dans le courant de l’anthropologie philosophique seulement, du fait qu’il pose la situation fondamentale de l’être humain comme interrogation centrale, ne fait que masquer partiellement la communauté d’esprit qu’il partage en cela avec toute sociologie, pour peu que cette dernière ne perde pas de vue que c’est bien là son objet. Car cela peut arriver. Et d’au moins deux manières, qui sont en réalité complémentaires : soit en considérant que l’objet de la sociologie est de nature purement « physique » (ce qu’un concept comme celui de « champ », emprunté directement à la physique contemporaine, permet apparemment de faire aisément, en reléguant la « masse » à une source ou une autre de « capital », manière de traduire ici l’inanité qui touche alors la question de la signification), ou à la rigueur « biologique » (ce que les avancées des sciences cognitives permettent tout aussi apparemment, en relayant ainsi le projet sociologique en « neurosociologie » par exemple, reléguant par le fait même la signification du social à ses substrats évolutionnistes) ; soit en ignorant que les enjeux épistémologiques qui sous-tendent la démarche sociologique ont une filiation directe avec la manière dont les a posés la philosophie (filiation que bon nombre de sociologues et d’analyses sociologiques veulent à tout prix récuser, du fait du caractère par trop « spéculatif » de la philosophie par rapport aux visées proprement « scientifiques » de la sociologie). Or ce sont de tels écueils que Homo interpretans permet d’éviter, en marquant clairement le domaine humain – par rapport au domaine animal notamment – et en remontant aux sources philosophiques des questions sociologiques – sans lesquelles les entreprises de Jürgen Habermas, ou de l’ethnométhodologie de Harold Garfinkel, ou même celles d’Émile Durkheim ou de Max Weber, demeurent tout simplement incompréhensibles. Comment en effet ne pas lier les avancées du renouvellement de la Théorie critique chez Jürgen Habermas aux positions développées dans sa Logique des sciences sociales, au travers de la distinction qu’il y propose (et dont on peut toujours discuter les critères) entre sciences positives, critiques et réflexives (Habermas, 1987) ? Comment ne pas voir que l’entreprise par endroits « naturaliste » et « positiviste » d’Émile Durkheim s’oppose totalement au projet des « sciences de la culture » de Max Weber, sur la base des débats secouant le néokantisme au tournant des xixème et xxème siècles ? Ou comment situer l’ethnométhodologie de Harold Garfinkel, sinon en montrant comment ce dernier opère une synthèse (assez discutable…) de la sémiotique peircienne (en regard de l’indexicalité) et des interrogations phénoménologiques d’Alfred Schütz sur les fondements de l’ordre social ? On doit en effet considérer que, sur ces plans divers, l’anthropologie philosophique et la sociologie se rencontrent tout à fait, et cela même si leurs orientations respectives ne sont pas entièrement identiques. Reconnaître la possibilité de cette rencontre, cependant, requiert de la sociologie une ouverture vers les spécificités de son objet (qui peuvent et même doivent viser tout autant la précision de ses concepts que les possibilités de leur validation empirique), en même temps que la connaissance du projet de connaissance qui l’habite (en rapport à la fois à la tradition sociologique et aux exigences actuelles de saisie des transformations sociales et sociétales dans lesquelles cette tradition évolue). Cela est manifeste autant dans la parenté que Johann Michel veut établir avec certaines approches, au confluent du pragmatisme (Charles Sanders Peirce, John Dewey, George H. Mead) et de la phénoménologie (Edmund Husserl, Alfred Schütz), que dans son propre projet sociologique, situé en bonne partie par une orientation analytique de la narrativité fortement inspirée de Paul Ricœur.

  • 2 Je rappelle que l’ouvrage de Johann Michel Sociologie du soi (2012) porte en sous-titre : Essai d’h (...)

3Car c’est bien en éclairant l’arrière-plan de ce projet proprement sociologique que Homo interpretans permet de saisir la perspective analytique de Johann Michel. Celle-ci a bien un pied dans l’exploration de la philosophie pure et de la philosophie sociale (Michel, 2018, 2015a, 2013) et un autre dans l’explicitation de la narrativité au sein de l’expérience sociale (Michel, 2015b, 2005), mais il synthétise très bien ces deux approches dans une « sociologie herméneutique » (Michel, 2012), qui ne s’affirme pas franchement telle du fait peut-être seulement d’une hésitation quant au caractère générique que cela voudrait signifier – et aux implications qui viendraient alors avec une telle affirmation, en termes programmatiques 2. Or il est visible que les réflexions concernant la signification et le sens au sein de nos sociétés, et l’analyse sociologique qui part de ces éléments (et y retourne, pourrait-on ajouter), le font en fonction des questions que soulève l’évolution présente de notre monde et la capacité de répondre aux enjeux pressants qu’il nous offre à partir de là. Jean-François Lyotard soulignait dans sa Condition postmoderne que l’abandon des « grands récits » d’émancipation de la modernité renvoyait l’analytique de la vie sociale à l’évaluation des « micro-récits », « coups » et « jeux de langage » qu’ils pouvaient représenter, selon une perspective empruntée par moments à Ludwig Wittgenstein et John L. Austin (Lyotard, 1979) ; mais après 40 ans de ce régime où une telle inflexion a été donnée à l’analytique sociologique (sans qu’elle se réclame toujours de Jean-François Lyotard ou pire, sans même qu’elle sache ce que signifiait cette réorientation de son propre projet dans cette lignée…), il est sans doute temps de revoir à la fois les possibilités analytiques que recouvre la narrativité et la mise en récit, chez Paul Ricœur autant que chez Mikhail Bakhtine, de même que les conclusions que l’on en tire du point de vue la « singularité » de la subjectivité sociale, en termes conceptuels et sociohistoriques. Cette subjectivité en effet, qui ne cesse de s’afficher dans la pluralité apparente de ses expériences particulières, n’en tient-elle pas moins à un contexte social et sociétal qui la fait apparaître selon ces conditions – et toujours comme personne ? Et n’exprime-t-elle pas ainsi une généralité qui, si elle n’est pas que « condition(s) », s’enracine dans les grands mouvements d’évolution de notre temps ? Si l’on peut certainement recourir à Clifford Geertz pour saisir comment les individus s’inscrivent toujours nécessairement dans cette « toile de significations » et en appeler à Karl-Otto Apel pour tenter de tirer au clair ce qu’il en serait des conditions « transcendantales » permettant de loger certaines significations au pinacle du registre du sens, comme le propose Johann Michel à bon escient, il reste que l’on ne perd rien de toute cette dynamique, de sa richesse et de sa complexité, en la localisant, tout simplement, au sein même du processus dialectique qui anime l’existence de toute forme symbolique. Que l’on puisse en effet aujourd’hui tabler sur des concepts que sont le « soi » et la « société », en remarquant leur caractère intrinsèquement dialectique (Côté, 2015), ne vient pas clore leurs possibilités ; cela offre tout au contraire de nouvelles possibilités analytiques où transparaissent de toutes nouvelles configurations historiques qui nous indiquent notre devenir, tout autant dans le registre des nouvelles avenues et formes de la citoyenneté que des expériences que celles-ci rendent possibles et actualisables (Côté, 2017). Et c’est bien dans la confrontation avec une « histoire » devenue problématique, sinon dans une « tradition » dont nous devenons de plus en plus « étrangers », qu’il importe de parvenir à une reconnaissance susceptible de nous faire sortir de toutes sortes d’aliénations en tablant sur une médiation à caractère dialogal mettant en scène les ressources de la dialectique (Gadamer, 1981, 1982, 1991).

  • 3 Et cela, en dépit même du fait que l’on en trouve des traces éloquentes chez le Karl Marx qui s’int (...)
  • 4 L’œuvre de Jeffrey C. Alexander, encore très peu connue dans le monde francophone, s’articule à cet (...)
  • 5 Il serait en fait intéressant d’interroger les possibilités de cette position politique, entre le p (...)

4Une fois campée de manière résolue la dimension épistémologique de l’interprétation, ainsi que son horizon analytique portant sur l’interprétation que les acteurs sociaux eux-mêmes font de leur monde, il reste à interroger dans un troisième ordre de questionnement la place que prend l’herméneutique au sein de la sociologie – et cela n’est certainement pas donné. Malgré les nombreuses tentatives de son intégration explicite, intégrale ou partielle, à la sociologie (de Wilhelm Dilthey à Zigmunt Bauman, ou d’Anthony Giddens à Hugh Dalziel Duncan ou Susan J. Hekman), il reste que l’herméneutique est toujours demeurée marginale au sein de la discipline sociologique 3. Une notable exception est présente dans l’œuvre de Jeffrey C. Alexander (1982, 1987, 2003, 2017) où, bien qu’elle soit située comme analytique fondamentale à la fois pour la sociologie et l’analyse de la vie sociale, l’herméneutique y est relativement éclipsée par les développements de la « sociologie culturelle » et du concept de « sphère civile » privilégiés dans son interprétation du monde contemporain 4. Du reste, les critiques souvent sévères (et parfois injustes) à l’égard de l’herméneutique, comme celles de Louis Quéré (1999) et de Jürgen Habermas (1987), n’ont certainement pas aidé à faire la place qui lui revient dans la démarche sociologique – en sus, bien entendu, de la suspicion générale à l’égard du côté supposément « conservateur » qu’elle afficherait, du fait entre autres de ses filiations avec ses antécédents dans la théologie et le droit 5. Mais la contribution de Johann Michel à ce titre me paraît suffisamment probante pour qu’on lui accorde cette place dans la discipline sociologique, afin de permettre un renouvellement de cette dernière – qui pourrait ainsi avantageusement considérer son statut légitime en combattant le « scientisme » qui s’impose partout en sociologie, pour ne rien dire de sa contribution à la relativisation de l’« utopisme » si chère à la Théorie critique. Une réflexivité bien pondérée, qui sache envisager ses hypothèses de lecture à la faveur de leur validation au sein des « régimes de signes » qu’elle affronte sous formes de textes, ou sous tout autre texture, en soumettant ses interprétations autant à l’intérieur de la discipline qu’à l’extérieur, dans le monde social en général, me paraît en effet porteuse de bien des promesses.

5Je conclus donc très brièvement en insistant sur la possibilité d’une sociologie herméneutique, pleinement affirmée, susceptible de contribuer à (ré)orienter l’analytique sociologique. Une telle sociologie herméneutique, en s’ouvrant aux visées de l’interprétation d’un point de vue rigoureux, résolument en touche avec les exigences du temps présent du point de vue de l’exigence d’une vision sensée de l’expérience sociale et scientifique, me paraît importante à développer dans un programme complet. L’exemple de l’ouvrage Homo interpretans de Johann Michel me paraît aller tout à fait dans ce sens, en donnant une référence forte, sinon fondamentale, à un tel projet.

Haut de page

Bibliographie

Alexander J. C. (1982), Theoretical Logic in Sociology, vol. 1, Positivism, Presuppositions, and Current Controversies, Berkeley, University of California Press.

Alexander J. C. (1987), Twenty Lectures: Sociological Theory Since World War II, New York, Columbia University Press.

Alexander J. C. (2003), The Meanings of Social Life. A Cultural Sociology, Oxford, Oxford University Press.

Alexander J. C. (2017), The Drama of Social Life, Cambridge, Polity Press.

Côté J.-F. (2015), George Herbert Mead’s Concept of Society: A Critical Reconstruction, New York, Routledge Publishing.

Côté J.-F. (2017), La Renaissance du théâtre autochtone. Métamorphose des Amériques I, Québec, Presses de l’Université Laval.

Côté J.-F. (2019), « À propos d’un ouvrage récent de Johann Michel », Laval théologique et philosophique, vol. 75, n° 1, pp. 143-149.

Gadamer H.-G. (1981), Reason in the Age of Science, trad. F. G. Lawrence, Cambridge, MA, MIT Press.

Gadamer H.-G. (1982), L’Art de comprendre. Herméneutique et tradition philosophique, trad. M. Simon, Paris, Éditions Aubier.

Gadamer H.-G. (1991), L’Art de comprendre. Écrits II, trad. I. Julien-Deygout et. al., Paris, Éditions Aubier.

Habermas J. (1987), Logique des sciences sociales, trad. R. Rochlitz, Paris, Presses universitaires de France.

Lyotard J.-F. (1979), La Condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit.

Michel J. (dir.) (2005), Mémoires et histoires. Des identités personnelles aux politiques de reconnaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Michel J. (2012), Sociologie du soi. Essai d’herméneutique appliquée, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Michel J. (2013), Ricœur et ses contemporains, Paris, Presses universitaires de France.

Michel J. (2015a), Quand le Social vient au sens. Philosophie des sciences historiques et sociales, Bruxelles, Éditions Peter Lang.

Michel J. (2015b), Devenir descendant d’esclave. Enquête sur les régimes mémoriels, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Michel J. (2017), Homo interpretans, Paris, Éditions Hermann.

Michel J. (2018), La Fabrique des sciences sociales. D’Auguste Comte à Michel Foucault, Paris, Presses universitaires de France.

Quéré L. (1999), La Sociologie à l’épreuve de l’herméneutique, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 J’ai fait une recension élargie du livre Homo interpretans, sous forme de note critique (Côté, 2019) et ne reviens donc pas ici en détail sur le contenu de l’ouvrage de Johann Michel, mais me concentre plutôt sur le « Grand résumé » qui en est offert dans cette rubrique de SociologieS par l’auteur lui-même.

2 Je rappelle que l’ouvrage de Johann Michel Sociologie du soi (2012) porte en sous-titre : Essai d’herméneutique appliquée, comme si on ne pouvait parler franchement ici de « sociologie herméneutique » ; c’est cette hésitation que je veux pour ma part « forcer » du côté où elle me semble justement pointer, comme je l’indique dans ce qui suit et surtout dans la conclusion.

3 Et cela, en dépit même du fait que l’on en trouve des traces éloquentes chez le Karl Marx qui s’interroge sur le matérialisme antique, chez le Max Weber qui fait l’histoire des religions, chez le Georg Simmel qui évoque les significations historiques des villes (Rome, Florence, Venise) en les confrontant à la métropole contemporaine, ou chez le Émile Durkheim qui s’interroge sur les formes fondamentales du phénomène religieux, ou qui scrute avec Marcel Mauss l’évolution de l’individu en tant que « personne » au sein de nos sociétés. Et l’on pourrait étendre les exemples bien au-delà de la sociologie classique, bien entendu.

4 L’œuvre de Jeffrey C. Alexander, encore très peu connue dans le monde francophone, s’articule à cette double herméneutique à l’endroit de la tradition sociologique, qu’elle veut renouveler et à l’endroit du monde social contemporain, en particulier de ses transformations, sur lesquelles portent ses analyses. J’ai présenté cette œuvre de manière critique dans un ouvrage à paraître (Jean-François Côté, La Sociologie culturelle de Jeffrey C. Alexander).

5 Il serait en fait intéressant d’interroger les possibilités de cette position politique, entre le pouvoir appuyé par les sciences positives et leurs assises « traditionnelles » et la critique de ce même pouvoir par les orientations « progressistes ». On voit déjà comment ces termes apparaissent, dans leur opposition même, relativisés dans leur portée…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Côté, « Une sociologie herméneutique ? Pour et contre Homo interpretans », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Homo interpretans, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/13491

Haut de page

Auteur

Jean-François Côté

Université du Québec à Montréal (UQAM), département de sociologie - cote.jean-francois@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page