Navigation – Plan du site
Jean Duvignaud
Découvertes / Redécouvertes
Jean Duvignaud

Mise en perspective de l’article de Jean Duvignaud « L'idéologie, cancer de la conscience »

Paru dans les Cahiers internationaux de Sociologie, volume 46, 1969.
Introduction to the Jean Duvignaud’s article entitled “The ideology, cancer of the conscience”
Jean-Pierre Corbeau

Résumés

Introduction à l’article de Jean Duvignaud « L'idéologie, cancer de la conscience », paru en 1969 dans le volume 46 des Cahiers internationaux de sociologie. Sa thématique concerne, depuis toujours, l'ensemble de la communauté scientifique, au-delà des frontières artificielles ou obsolètes entre sciences sociales, humaines, politiques, économiques, juridiques, du vivant, etc. Ses analyses résonnent avec l'actualité, concernent la citoyenneté qui s'interroge sur le fonctionnement de nos sociétés contemporaines, et enfin sa conclusion propose clairement une sociologie qui se construit dans la différenciation, la mise à distance critique d'avec une idéologie dans laquelle « baigne » nécessairement le sociologue. Question centrale il y a quelques décennies qui mérite d'être réactivée et débattue dans les nouvelles générations de chercheurs.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour consulter le texte en ligne de Jean-Duvignaud, cliquez sur : http://sociologies.revues.org/index1423.html

Texte intégral

1Presque deux années se sont écoulées depuis que la décision fût prise par le bureau de notre association de publier dans SociologieS des textes peu connus d'auteurs célèbres ou d'en exhumer d'autres qui nous paraissent avoir contribué à la construction de notre réflexion et de notre discipline.

  • 1 . Celui-ci, paru dans les Cahiers internationaux de Sociologie en 1969 (volume 46) aux Presses Univ (...)

2Jean Duvignaud était encore en vie. Fidèle à lui-même il m'avait proposé plusieurs possibilités parmi les articles qu'il avait publiés. Nous hésitions entre deux 1. Malheureusement, c'est à moi seul qu'est revenue la décision finale. Le texte retenu me semble présenter une multiplicité d'avantages par rapport au premier, certes plus représentatif d'une idée que celles et ceux qui ne l'ont pas lu peuvent se faire d'un Jean Duvignaud débusquant les clairs-obscurs de la vie individuelle et collective, de l'indécis, des ruptures sociales ; d'un Jean Duvignaud revisitant, à travers son immense culture, la notion d'anomie, l'appliquant à la compréhension des processus créatifs, à l'appréhension des imaginaires, depuis une sociologie ancrée dans celle de l'art et du théâtre. Ce premier texte convenait pour hommage, comme une introduction didactique, un sas d'entrée dans la complexité de l'œuvre… Ce n'est pas le cadre de cette rubrique. Alors, le premier article trop illustratif d'une vision simplifiée, sinon caricaturale, de la démarche de Jean Duvignaud risquait de renforcer cette représentation. Il risquait de ne pas inciter le lecteur – croyant avoir « tout compris » de la spécificité et de l'originalité de l'œuvre – à la fréquentation des ouvrages pluriels de Jean Duvignaud. Mon choix se posait sur « L'idéologie, cancer de la conscience ».

3N'attendez pas ici un commentaire du texte choisi et donc une analyse forcément redondante, intrinsèque à cette forme littéraire. Il suffit d'expliquer les multiples raisons de cette sélection.

4D'abord la thématique de l'article concerne, depuis toujours, l'ensemble de la communauté scientifique, au-delà des frontières artificielles ou obsolètes entre sciences sociales, humaines, politiques, économiques, juridiques, du vivant, etc.

5Par ailleurs, les analyses de ce texte résonnent avec l'actualité, concernent la citoyenneté qui s'interroge sur le fonctionnement de nos sociétés contemporaines, que le « déclaratif » de leurs divers dirigeants théâtralise la filiation idéologique ou qu'il prône – pour mieux imposer la leur – la fin des idéologies (comme aimait à le répéter Jean Duvignaud en reprenant Hervé Le Bras, « faire des messes noires, c'est croire à la messe » !).

6Ajoutons que la conclusion de l'article propose clairement une sociologie se construisant dans sa différenciation, sa mise à distance critique d'avec une idéologie dans laquelle « baigne » nécessairement le sociologue (cette question centrale il y a quelques décennies mérite d'être réactivée et débattue dans les nouvelles générations de chercheurs). Cela suppose aussi pour Jean Duvignaud l'obligation de décloisonner nos productions matérialisées dans des terrains fragmentés en les confrontant à ceux d'autres terrains. Non pas postuler l'holisme mais se livrer à des « reconstructions utopiques » grâce à une collaboration scientifique, à une fédération des savoirs parcellaires, avec le désir de les situer dans une perspective globale. De ce point de vue, Jean Duvignaud était exemplaire : alors qu'il pouvait « s'installer » dans le confortable statut du « spécialiste de la sociologie de l'art et du théâtre », il développait une sociologie de la connaissance, de l'imaginaire, de la quotidienneté, du rire. Il refusait même qu'on le considère plus sociologue qu'anthropologue et vice et versa. Sans doute est-ce aussi pour cela qu'il valorisait toujours l'écriture imbriquant la réflexion sociologique et la construction romanesque.

  • 2 .Voir Duvignaud, 2005.

7Mais la raison essentielle du choix de cet article réside dans sa dimension métaphorique et les jeux qu'il permet de développer (l'utilisation de métaphores et de jeux s'inscrivent dans la démarche de Duvignaud et dans l'esprit, dans le sous-texte 2 de l'article)…

8Jouons d'abord à le remettre dans un double contexte : celui de l'époque de sa « production » mais aussi celui de la trajectoire du « producteur ».

9Concernant le premier point nous nous contenterons de rappeler que le texte paraît juste après les évènements de 1968, à un moment où le débat idéologique traverse encore les groupes intellectuels, les « chapelles » plus ou moins dogmatiques. C'est aussi un moment où de nouvelles cohortes « politisées » en amont, développent une forme d'égotisme et opposent aux contraintes institutionnelles, la revendication d'un individualisme de plus en plus exacerbé. C'est aussi l'apparition d'une nouvelle génération de sociologues qui ne tient pas particulièrement à développer les filiations (pourtant plus que symboliques) avec les « mandarins » disparus.

10Duvignaud se situe dans l'entre-deux : jouons aux citations qui constituent l'amont et l'aval de l'article présenté… 

11Départ :

« En 1958, j'évoquais, sans grand espoir d'être entendu, le "massacre des idéologies" (Pour entrer dans le XXe siècle, Éditions Grasset) en pensant à la rapidité des changements qui affectaient les sociétés industrielles-capitalistes ou socialistes et même les pays du "Tiers Monde". J'évoquais l'émergence conjointe, chez les "intellectuels", de doctrines et de systèmes de croyance également proliférants et divers… » (Duvignaud, 1979).

12Vingt ans après et dix ans après le texte présenté :

« On a tué Dieu, le Beau, la Vérité, le Vrai et les Essences, mais on ne donnait en somme à cette destruction qu'une issue esthétique. Peu à peu, le système des pouvoirs s'est emparé des principes de la philosophie et de la contestation pour les détourner vers la politique à son profit : le nietzschéisme, le marxisme, l'hégélianisme même ont trouvé une vie nouvelle à travers Staline, Hitler et quelques autres. L'unanimité des adhésions passionnées du nationalisme et d'autres visions guerrières ont fait basculer pour longtemps la contestation dans son contraire.
Que reste-t-il alors, quand il ne reste rien ? Rien, sinon le principe même de toute critique intellectuelle qui échappe aux divers "engagements" que les doctrines déchaînées tentent de lui imposer, si elle réussit à se placer au niveau de la réflexion où le pensable n'a pas encore engendré le normatif ni l'ontologique. C'est là une tâche déjà libératrice que de résister à la prolifération idéologique et c'est peut-être là, si fragile qu'il soit, le noyau dur sur lequel s'appuie la pensée » (Duvignaud, 1979, p. 67).

13Autocritique :

  • 3 . « Débat avec Roger-Pol Droit : un entretien avec Jean Duvignaud », Le Monde, Mardi 18 Janvier 199 (...)

« Permettez une anecdote : au xixe siècle, les gens d'un petit village de Vendée, entendant beaucoup parler du chemin de fer, ont décidé de construire une gare. Ils ont mis des rails, une bâtisse à côté, etc. Le train n'est jamais venu. Il me semble que les intellectuels de ma génération ont construit des gares en pensant que le train devait venir, et il n'est pas arrivé » 3.

14Cette interrogation enfin…

« D'où vient le malaise intellectuel qui conduit certains à inventer des notions fantasmatiques : apocalypse, fin du monde, fin de l'histoire. Comme si l'on souhaitait que l'espèce humaine disparût avec nous. Allons ! L'univers ne meurt pas et nous seuls mourons. L'univers se prolonge sans nous et l'on dirait que les formes sociales se reproduisent inlassablement en structures imprévisibles dans l'espace et le temps. […] L'intellectualité se bat avec des termes qui ne correspondent plus à une réalité qui nous fuit. Ce que les manuels de philosophie appellent le "nominalisme". Les rapports de l'homme à l'outil ont changé, on parle encore de travail ou de chômage, les institutions se délitent et l'on évoque la politique pour des pays devenus ingouvernables, le sacré est en miettes… Une rhétorique enivrante et inerte, entretenue par le génie des technologies électroniques, nous enveloppe d'une nébuleuse de certitudes consolantes.
Certains s'enferment dans des apories, des impasses, des "nœuds", ces situations inextricables où l'on échange moins des idées que des "idées d'idées", allusions à ce qui devrait être et qui n'est plus. Incantations, redondances, pastiches, cercles vicieux passionnels ou stériles. Il y a quelque chose de comique dans ce triple jeu dont seul peut-être la création imaginaire nous délivre. Le grand rire de l'attente. […]
À ceux qui naissent ou qui vont naître il revient d'apporter au Sphinx des réponses, d'affronter joyeusement "l'innocence du devenir" » (Duvignaud, 1998, pp. 195-198).

  • 4 . On peut consulter à ce sujet la préface d'Alain Caillé (même si son analyse, au nom de la limpidi (...)

15Ces fragments de textes qui éclairent l'article « L'idéologie, cancer de la conscience », permettent aussi d'utiliser celui-ci comme une métaphore de la quête de Duvignaud 4. Comme Roger Bastide, il est fasciné par la transe, cet état a-structurel qui permet le jeu des possibles, l'invention, l'expérimentation éphémère. Bref, le contraire de l'institué, de l'idéologie qui n'est pour lui qu'une possession, la cristallisation d'une passion qui se désenchante, une structure dont nous serions les victimes plus ou moins consentantes. Ainsi, le procès de l'idéologie et l'obligation intellectuelle d'un jugement critique correspondent à l'émergence d'une métonymie (Corbeau, 2000) – transe/anomie/passion, désir, rêve/jeu, créativité, dérision – dans laquelle la rupture, la béance, le rien, le possible, l'effervescence créatrice deviennent les matrices du « peut(-)être » ou d'un « être pouvant » qui concerne l'intellectuel, le savant, l'artiste comme tous les autres citoyens.

Haut de page

Bibliographie

Corbeau J-P. (2000), « Le favori de la Transe, les transes du favori », dans Duvignaud J., « La scène, le monde, sans relâche », Internationale de l'Imaginaire, Nouvelle Série, n°12, Paris, Babel-Maison du Monde, Éditions Actes du Sud, pp.153-160.

Duvignaud J. (1979), « Y a-t-il un noyau dur sur lequel prenne appui la pensée ? », dans Sociologie de la connaissance, études réunies par Jean Duvignaud, Paris, Éditions Payot

Duvignaud J. (1966), Introduction à la sociologie, Paris, Collection Idées, Éditions Gallimard

Duvignaud J. (1998), Le Pandémonium du présent. Idées sages, idées folles, Collection Terre Humaine/Courant de pensée, Paris, Éditions Plon

Duvignaud J. (2005), Le Sous-texte, Arles, Éditions Actes Sud

Duvignaud J. (2007), Le Don du rien, Paris, Éditions Tétraèdre

Haut de page

Notes

1 . Celui-ci, paru dans les Cahiers internationaux de Sociologie en 1969 (volume 46) aux Presses Universitaires de France et un autre, antérieur, publié dans la même revue, qui reprenait la notion de drame chez Georges Politzer en la mettant dans une perspective plus sociologique qui annonçait le développement futur par Jean Duvignaud de nouvelles thématiques imbriquant l'acteur et le collectif, utilisant le théâtre comme une métaphore de la société. Ce texte avait été pour partie repris par Jean dans son Introduction à la sociologie (Duvignaud, 1966, pp. 75-89).

2 .Voir Duvignaud, 2005.

3 . « Débat avec Roger-Pol Droit : un entretien avec Jean Duvignaud », Le Monde, Mardi 18 Janvier 1994.

4 . On peut consulter à ce sujet la préface d'Alain Caillé (même si son analyse, au nom de la limpidité, nous semble très réductrice de l'effervescence et de la subtilité qui traversent l'œuvre) et l'avant propos de David Le Breton à la ré-édition de Duvignaud (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Corbeau, « Mise en perspective de l’article de Jean Duvignaud « L'idéologie, cancer de la conscience » », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Jean Duvignaud, mis en ligne le 11 décembre 2007, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/1363

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page