Skip to navigation – Site map
La société morale

Langages du care : temps, contraintes, responsabilités

Languages of care: time, constrains, responsibilities
Aurélie Damamme

Abstracts

This article proposes to reflect on the issues at stake in the expression of caregivers, often made difficult by the very nature of the activities involved and by the methodological tools available. The perspective in terms of temporalities seems to us to be particularly heuristic in attempting to grasp the texture of care, in its dimensions of temporal commitment to respond to the needs and desires of others, of the adjustment of other temporalities to those of the time of care, and finally of the inflection of lives over the long term. The analysis of the constrained dimensions of care also makes it possible to situate this language of care in the reflection on power relationships. The responsibility of care providers is expressed differently depending on the country observed (here France and Japan), shedding light on conceptions of care largely shaped by national configurations of gender relations. Finally, the vulnerability produced by these care activities deserves to be better integrated into reflection on the ethics of care, also because it constitutes a threat to the recipients of care.

Top of page

Full text

  • 1 Je remercie chaleureusement Patricia Paperman, Magalie Saussey et les évaluateurs de la revue Socio (...)
  • 2 Ces assignations ne sont pas exclusives, mais bien cumulatives : une grande proportion de travaille (...)

1Les réflexions sur l’éthique du care sont apparues dans le contexte des débats philosophiques sur la justice 1. Pourtant, elles ont été initiées à partir d’enquêtes de terrain (Gilligan, 2008) et gagnent effectivement à être nourries par les résultats de recherches empiriques dans les différentes disciplines de sciences sociales. C’est dans cette perspective que nous situons notre article, qui s’appuie sur deux enquêtes visant à mieux saisir l’expérience morale des responsables de care en s’attachant aux formulations et expressions des agents eux-mêmes. Comment ce souci peut-il être verbalisé par les responsables de care ? À quels types de difficultés se heurte cette expression, dès lors qu’il s’agit de parler de choses perçues comme banales et quotidiennes, dont l’importance réelle est le plus souvent niée ou occultée, du fait de leur assignation aux femmes, aux pauvres et aux personnes racisées 2. Si « l’éthique du care permet de reconnaître l’importance pour la vie humaine des attachements » (Paperman, 2005), l’enjeu ici est d’en rendre compte empiriquement, par les récits, par « ce langage du care » qui permet de rendre visible « cette forme active de concernement pour autrui ».

2Dans le cadre des enquêtes sur lesquelles nous nous appuyons ici, nous nous sommes intéressée aux situations de perte d’autonomie telles qu’elles étaient vécues du point de vue des responsables de cette aide dans les familles et/ou les proches. Nous avons demandé aux personnes rencontrées de raconter leur expérience de care, comment elles et ils s’occupaient de la ou des personnes identifiées comme ayant spécifiquement besoin de leur aide du fait d’une perte d’autonomie liée à l’âge, au handicap, qu’il soit physique ou mental, ou à une maladie.

3Il ne s’agissait donc pas de poser d’emblée la question de la morale telle qu’elle serait conçue en termes de dilemmes ou de choix à opérer entre plusieurs options pré-établies. Il s’agit plutôt de voir comment cette éthique est inhérente à et constitutive des pratiques, des relations et des motivations, dans la description par les agents de ce qui importe dans la vie ordinaire ou, pour le dire autrement, de la morale ordinaire (Laugier, 2009 ; Paperman, 2005).

4Notre article cherche ainsi à montrer en quoi l’éthique du care contribue à appréhender l’expression variée, complexe et souvent peu audible des personnes mobilisées pour réaliser des activités d’aide pour des proches, sans en éluder la dimension contrainte et l’inégale distribution.

5En effet, la perspective du care que nous adoptons ici nous rend sensible au contenu indissociablement matériel et éthique de ces activités. Cela implique des réorientations méthodologiques et théoriques dans l’usage des approches disponibles pour rendre compte de ces activités. Dans cette perspective, la réflexion sur les temporalités (Bessin, 1998 ; Damamme & Paperman, 2009a ; Gardella, 2017) apparaît d’une grande utilité pour appréhender la texture du care.

6Enfin, cette attention à l’expression des pourvoyeuses de care nous conduira à interroger leur positionnement vis-à-vis des personnes considérées comme les récipiendaires de celui-ci. Bien que présente dans les réflexions sur l’éthique du care (Kittay, 2002 ; Tronto, 2009), la théorisation du positionnement des personnes considérées comme récipiendaires n’a pas été centrale. Pourtant, les récits des pourvoyeuses nous fournissent des pistes pour mieux appréhender leur place et les difficultés qui y sont parfois attachées. Au fil des enquêtes, il est apparu de plus en plus urgent de réfléchir aux façons de prêter attention à la place de ces personnes récipiendaires, bien que leur expression ne soit pas directe et parfois même rendue difficile par leur situation de santé ou de handicap. Cet article est ainsi nourri de plusieurs travaux menés dans le champ des études critiques sur le handicap qui font ressortir les dangers de certaines orientations de l’éthique du care et proposent un éclairage complémentaire sur les rapports de pouvoir à l’œuvre dans ces relations de care (Morris, 2001 ; Shakespeare, 2006).

Pratiques du care, relations et responsabilité

7Il semblerait difficile de recourir au terme d’éthique pour décrire les dispositions en jeu dans les activités des pourvoyeuses de care, comme si cet usage venait trahir les frontières de la discipline et introduire des préoccupations qui dépassent celles des sociologues. Pourtant, il nous semble important de maintenir l’usage de ce terme, malgré les malentendus qui l’entourent, pour au moins deux raisons.

8Tout d’abord, dans la lignée de nombreux travaux qui réintègrent l’éthique en sociologie, il nous semble important de considérer que la réflexion des agents sociaux sur ce qui est juste (non seulement au sens de justice, mais aussi de justesse) est aussi redevable d’une analyse en termes sociologiques. Ensuite, par son attention à la dimension concrète donnée aux valeurs et aux attachements, conjointement aux pratiques des différents agents du care, la perspective ici retenue vise à renouveler le regard porté sur les activités morales des personnes, au-delà d’une lecture de la morale limitée à l’expression de préférences conçues selon le modèle de l’individu rationnel autonome (Garrau, 2014 ; Nurock, 2010).

9L’éthique du care est par définition entremêlée au travail réalisé. Même si le travail d’enquête ne nous met pas à l’abri de formes de survalorisation verbale du travail fait, il serait dangereux de considérer que les personnes qui réalisent ce travail de care ne sont pas en mesure de rendre compte de sa dimension éthique (Molinier, 2013). Cela serait à nouveau rabattre l’expression éthique sur une capacité à s’exprimer sur de « grandes » notions tout en ne rendant pas compte du souci, manifeste dans le langage des pourvoyeuses à partir du moment où on y fait réellement attention.

10S’il nous importe d’affirmer la dimension éthique de ce travail de care, nous nous démarquons néanmoins de certaines analyses qui ne prennent pas en compte la dimension matérielle de cette activité et se limitent à une analyse en termes de valeurs.

11La définition des pratiques de care que propose Evelyn Nakano Glenn (2016) permet de préciser la définition générique du care qu’en donnent Joan Tronto et Berenice Fisher comme « une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre "monde" de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible » (Tronto, 2009, p. 13). Evelyn Nakano Glenn identifie trois caractéristiques principales du care:

12Tout le monde a besoin de care et pas seulement les vieux, les enfants, les personnes en « incapacité ». La différence avec la situation des adultes indépendants se situe dans le fait qu’ils ne peuvent préserver leur illusion d’indépendance que s’ils ont assez de ressources, économiques et sociales, pour « commander » le care des autres et ne pas devoir être soutenus par la parenté et/ou la charité. Cette affirmation de notre commune vulnérabilité est particulièrement déterminante pour penser la dimension universelle du care.

132) Le care est vu comme créant une relation. Reprenant le travail de Sarah Ruddick (1998, p. 14), Evelyn Nakano Glenn énonce ici que le travail de care est « constitué dans et par la relation qui se noue entre la personne qui le fournit et celle qui le reçoit ». Son éclairage est précieux, portant sur la relation d’interdépendance et pas seulement sur le pouvoir du pourvoyeur de care dans la relation. Le récipiendaire du care dispose aussi d’une capacité d’agir dans la relation.

143) La définition du care comme une pratique reconnaît que le care peut être organisé d’une multitude de façons. Ainsi, le care est à la fois particulier et universel. C'est-à-dire que nos manières de concevoir le care le plus adéquat sont façonnées par nos ancrages culturels, sociaux et qu’ils sont donc variés (d’où l’importance de recueillir une diversité de points de vue sur les pratiques du care) et en même temps, le care est un aspect universel de la vie humaine.

  • 3 Pour des raisons de lisibilité et pour rendre compte du plus grand nombre de femmes dans les pourvo (...)

15Cette définition pluridimensionnelle nous permet d’appréhender les expériences de care telles qu’elles se déploient dans des vies façonnées par l’inscription des pourvoyeuses 3 de care dans une société donnée, inscription différenciée selon leur appartenance de classe, de genre, de racialisation, mais aussi par d’autres critères que nous chercherons à mettre au jour. En effet, dans les façons de concevoir le care et de le pratiquer, d’autres éléments spécifient les expériences vécues, par exemple la place des pratiques du care dans l’enfance, le souci dont on a été l’objet ou la conception de la personne récipiendaire du care. Dans la description de la méthodologie ci-dessous, nous discuterons du rôle que peut avoir l’attention portée au travail réalisé pour permettre l’expression des activités de care.

Récits du care, restitution collective et participation : enjeux méthodologiques et théoriques

16Nous nous appuyons ici sur deux enquêtes réalisées au cours des dix dernières années auprès de proches de personnes en situation de perte d’autonomie, dans le cadre de différentes collaborations : tout d’abord avec Patricia Paperman dans le cadre d’une enquête exploratoire en France (Damamme & Paperman, 2009) puis ensuite avec Marie Wierink et Kurumi Sugita dans le cadre d’une enquête sur les proches aidantes et aidants en France et au Japon (Damamme, Sugita et al., 2015). Ces enquêtes avaient toutes pour point commun de se centrer sur les récits des personnes pourvoyeuses de care pour des proches.

Une enquête exploratoire soucieuse des conditions d’expression des personnes

  • 4 Nous substituerons parfois au terme de care celui d’aide, qui renvoie à cette activité remplie par (...)
  • 5 Nous avons cherché à diversifier l’échantillon du point de vue de l’appartenance de classe et de ge (...)
  • 6 Dans le cas de la prise en charge d’un parent âgé par sept enfants qui veillaient à l’équité de la (...)

17L’enquête menée avec Patricia Paperman a reposé sur l’analyse de huit situations de care abordées à partir du point de vue des pourvoyeuses aux prises avec ces dépendances variées. Le seul point commun entre ces situations était qu’à un moment, le récipiendaire du care ait été identifié par nos enquêté-e-s comme « dépendant » et requérant à ce titre le déploiement d’une aide spécifique 4. Les responsables de care (quasi-exclusivement des femmes) que nous avons rencontrées nous ont été désignées par la méthode « boule de neige » et notre corpus présente donc une certaine homogénéité en termes d’appartenance de classe (principalement des classes moyennes 5). Dans la majorité des cas, nous avons interrogé la responsable principale de l’organisation du care 6. Si nous avons pu constater que le travail du care impliquait généralement une pluralité d’acteurs, y compris dans la famille, nous avons également pu constater dans quelques rares cas une alternance des responsables de care principaux.

18Nous avons généralement rencontré les personnes plusieurs fois, ce suivi s’étalant pour certaines d’entre elles sur plusieurs années. C’est notamment le cas de Françoise, qui occupe une place centrale dans notre analyse, car elle exprime des préoccupations qui sont présentes dans les autres entretiens et nous permet ainsi d’illustrer des éléments de réflexion issus de cette première enquête, en lui donnant une portée analytique plus globale (Gaudet & Robert, 2018). Cette première enquête exploratoire visait à rendre compte du point de vue des pourvoyeuses de care sans chercher à imposer une direction aux enquêté-e-s. L’attention que nous portions à la dimension concrète de l’activité, inspirée à la fois par des travaux du féminisme matérialiste sur le travail domestique (Chabaud-Rychter, Fougeyrollas-Schwebel & Sontonnax, 1985) et la perspective de l’ethnographie institutionnelle de Dorothy Smith (2005), a favorisé l’identification de préoccupations communes aux différentes pourvoyeuses du care, au-delà des différences liées aux types de perte d’autonomie des personnes dites récipiendaires. Nous avons nous-mêmes manifesté notre reconnaissance de la réalité de ce travail de care ainsi que son importance sociale et morale en s’adressant aux personnes rencontrées à partir de questionnements qui les plaçaient en sujets détenteurs d’expériences et de connaissance (Smith, 2005).

19Nous avons également organisé une réunion de restitution collective, où cinq des huit personnes enquêtées ont pu se rendre. Cette réunion, qui était inspirée par les méthodes de la psychodynamique du travail (Molinier, 2002), a été très importante pour faire apparaître d’autres formulations des questions de care, permises par le déploiement d’un autre contexte de parole, en sortant du binôme enquêteur/enquêté. Elle a ainsi fait émerger de manière plus saillante la question de la distribution inégale du travail et des responsabilités de care selon le genre, mais aussi d’autres formes d’inégalités – telles que celles liées à la classe sociale – et également aux politiques territoriales (les budgets alloués et le type d’institutions variant selon les départements et les types de dépendance).

20La seconde enquête que nous avons réalisée avec Kurumi Sugita et Marie Wierink était centrée au départ sur le rôle de l’articulation entre les trajectoires d’aidants et les trajectoires professionnelles (Damamme, Sugita, Wierink et al., 2015). Elle a aussi été l’occasion d’approfondir la réflexion sur l’expression des contraintes de l’activité du care, mais aussi d’envisager les formes de satisfaction liée à la réalisation de ce rôle.

Mettre en perspective des expériences de care entre deux pays : une occasion de réflexion sur l’expression située des pratiques du care et de leur appréciation

21La seconde enquête mobilisée ici a été conduite par entretiens et questionnaires auprès de 32 pourvoyeurs de care en France et 50 au Japon. Les entretiens ont été répétés une fois, à un an d’intervalle. Pour réaliser l’entretien, nous avons eu recours à la « fiche Ageven », cet « outil de collecte des biographies » (Sahed, 2014), qui permet de retracer avec précision les changements survenus tout au long de la vie et facilite aussi la mise en relation des évènements individuels avec des changements sociaux à l’échelle régionale, nationale ou internationale.

22En cherchant à montrer l’interaction entre les trajectoires de care et les trajectoires professionnelles, cette enquête a permis de faire apparaître les traits communs aux situations des personnes aidantes dans les deux pays, mais aussi les formes différenciées d’attribution des responsabilités selon le genre, la classe ou la place dans la parenté. Les femmes japonaises sont ainsi envisagées comme les principales pourvoyeuses de care, appelées à s’occuper de leurs beaux-parents, mais aussi de leurs enfants et conjoints (Sugita, 2011). Les femmes françaises sont également fortement sollicitées pour assurer le pourvoi du care dans la sphère domestique pour leurs parents ou leurs enfants, mais les hommes participent de plus en plus à cette aide (Banens et al., 2019). Cette enquête a également fait apparaître des différences importantes de perception de leur propre rôle d’aidant selon le type de situation de la personne aidée.

Pratiques du care, arrangements socio-politiques et participation sociale

23Au-delà des différences institutionnelles entre les deux pays, très importantes pour saisir les attentes des pourvoyeurs de care familiaux à l’égard de l’État (Commaille & Martin, 1998 ; Weber, 2010 ; Damamme & Sugita, 2017), la mise en perspective des situations française et japonaise a permis d’interroger certains présupposés qui relèveraient de formes d’arrangements socio-politiques vus comme évidents et qui pourtant façonnent les conceptions du care dans chacun des pays.

24C’est le cas par exemple de la « norme de conciliation famille-travail » largement prédominante pour les femmes dans la société française (même si elle est perçue différemment selon l’appartenance de classe) (Nicole Drancourt, 2009) et qui influence leur façon de s’exprimer sur les pratiques du care. Ainsi, en France, les femmes enquêtées à qui sont attribuées les responsabilités du care et qui sont amenées à réduire leur activité professionnelle, voire à l’arrêter, semblent faire part de ce changement sous une forme beaucoup plus « subie » que leurs homologues japonaises. Ces différences dans l’expression ne semblent pas seulement pouvoir être rapportées à leur conception du bien-être de la personne aidée, mais bien aussi aux autres représentations sociales qui entourent leur place dans la société, et en particulier à la place prise par l’occupation d’un travail salarié. Au Japon, le marché du travail actualise beaucoup plus cette séparation des rôles sociaux selon le genre, les femmes étant beaucoup moins actives qu’en France, avec en outre une grande proportion de femmes employées à temps partiel. Les femmes pourvoyeuses de care au Japon pourraient, en réalisant le travail de care qui leur incombe, être beaucoup moins soumises aux injonctions contradictoires de la réalisation d’elles-mêmes que les femmes pourvoyeuses du care en France. En effet, pour ces dernières, le discours sur la réalisation de soi par le travail vient encore complexifier leur rapport à elles-mêmes (Wierink, 2013 ; Ibos, Damamme, Molinier & Paperman, 2019).

25Enfin, dans nos enquêtes, la méthode de suivi au long cours (en particulier pour la première enquête) dont l’objectif est de ne pas figer la parole des enquêté-e-s, a permis de mieux saisir les changements des formes d’expression selon la modification du contexte d’organisation du care, l’évolution des maladies le cas échéant. Le dispositif de restitution collective utilisé lors de la première enquête a été également particulièrement intéressant pour réfléchir à la façon dont certaines thématiques émergent dans ces collectifs éphémères. Cette diversité des dispositifs d’enquête permet aussi de réfléchir à la question des échelles d’expression sur l’organisation du care (Gaudet, 2015). Alors que le récit de vie ne fait pas nécessairement émerger certains constats de niveau plus méso ou macro, la mise en perspective des situations des personnes aidantes dans le cadre de la restitution collective fait apparaître plus nettement ces questions de distribution inégalitaire des activités et responsabilités de care selon le genre, mais aussi selon les territoires. Il nous semble intéressant d’interroger l’invisibilisation de ces questions de distribution des responsabilités dans la majorité des entretiens individuels de la première enquête. Leur moindre présence ne signifie pas nécessairement leur moindre importance dans les raisonnements des personnes enquêtées. Cependant, elle invite à réfléchir aux articulations entre les formes de participation à la vie sociale des personnes enquêtées ainsi qu’aux possibilités d’expression différenciées qu’elles autorisent. Dans les entretiens individuels, les expressions de mécontentement pouvaient être présentes, mais elles n’avaient pas de « débouché » réel, car il importait pour la pourvoyeuse de care de ne pas mettre en danger les relations avec celles et ceux qui n’en font pas assez, mais dont la présence compte néanmoins. L’échelle de la réunion de restitution rend possible l’expression de ces récriminations. L’articulation entre le vécu de pourvoyeuses de care et les autres formes de participation sociale mérite ainsi d’être approfondie, permettant de préciser les modalités de participation et le rapport aux activités politiques plus formelles selon le genre. C’est dans la seconde enquête que nous avons pu relever dans les deux pays une plus grande part de pourvoyeuses et pourvoyeurs de care qui étaient membres ou avaient initié des associations d’aidants dans le champ du handicap ou pour des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Généralement, il s’agissait d’associations à l’échelle locale, créées pour répondre à des besoins qui n’étaient pas encore pris en compte sur leur territoire. Dans la première enquête, une des pourvoyeuses de care avait signalé que les hommes avaient plus souvent le temps de s’impliquer dans les associations formelles que les femmes, très occupées par le care au quotidien. Cette remarque avait ainsi permis d’évoquer la question de la distribution inégalitaire des responsabilités de care entre hommes et femmes.

26Appréhender le sens donné au temps du care invite à une réflexion plus large sur les formes de participation sociale (Gaudet, 2015). La trop grande opposition entre participation politique d’une part et participation sociale d’autre part aurait ainsi tendance à reproduire l’ordre de genre (mais aussi de classe et de racialisation), en considérant les formes de participation informelle aux réseaux d’entraide et la réalisation des activités de care comme des actions non politiques, rangées dans le domaine de l’assistance ou de la survie (Ibid.).

27Pourtant, ce que les enquêtes permettent de mettre à jour, empiriquement et théoriquement, c’est bien comment ces logiques d’entretien de la vie ne peuvent être détachées des logiques politiques plus formelles, comme celles relevant des critères d’appartenance à la citoyenneté (Paperman, 2013). Il importe donc de s’intéresser à la façon dont l’économie générale des soins tend à invisibiliser ces activités de care ainsi que les besoins de celles et ceux qui les assurent au quotidien.

28Pour mieux appréhender cette invisibilisation, Joan Tronto (2009) propose d’analyser le care en termes de processus : en n’envisageant plus les activités de care comme un ensemble de tâches, cette perspective permet de remettre en lumière la présence conjointe de dispositions et d’actions variées d’une part et leur valorisation différentielle d’autre part.

Processus de care et valeurs des temporalités

29Joan Tronto décompose le travail du care en quatre aspects ou phases de l’activité. Tout d’abord, il s’agit de noter l’existence d’un besoin, ce qui s’appuie sur la disposition de souci à l’égard des autres (care about). En second lieu, elle distingue l’étape consistant à déployer des efforts pour qu’une réponse puisse être trouvée à ce besoin identifié (care for). Cette étape implique « d’assumer une certaine responsabilité par rapport à un besoin identifié et de déterminer la nature de la réponse à lui apporter » (Tronto, 2009, p. 148). La troisième phase est celle consistant à donner directement la réponse ou le soin (care giving). Elle mobilise ainsi la compétence de la ou des personnes qui s’occupent de dispenser concrètement le care. Enfin, la dernière étape est celle consistant à s’assurer que le care ait bien été reçu (care receiving). C’est à ce moment-là, en particulier, qu’on peut percevoir les ratés dans la réalisation du care, en constatant l’inadéquation des réponses attribuées à un besoin identifié.

30Cependant, ces différentes étapes distinguées au plan analytique font généralement l’objet d’une reconnaissance différenciée et se traduisent par des organisations où réapparaissent les distinctions de genre, de classe et de race. Les deux premières étapes font ainsi plus souvent l’objet d’une attention des agents les mieux dotés socialement, tandis que les deux autres sont reléguées, maintenues hors du regard, rendues invisibles (Tronto, 2009 et 2003). C’est notamment le cas de toutes les activités non médicales, mais néanmoins attachées au corps et sans lesquelles le bien-être physique et moral de la personne ne serait pas possible. Cela a été très justement montré (et avec une actualité criante) pour les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ephad) (Molinier, 2013 ; Trépied, 2012), mais aussi dans les établissements de soin (Foner, 1994), dans lesquels l’organisation même des soins est pensée pour ne pas prendre en compte et valoriser ces activités de care. L’invisibilisation du care n’est ainsi pas simplement liée à la recherche de discrétion qui peut être le fait même des agents, comme l’a si justement montré Pascale Molinier (2005), mais à une orchestration des différentes places et valeurs dans les institutions qui, malgré les discours de valorisation du care, tend à minimiser le temps nécessaire pour le réaliser de façon attentionnée.

31Cette tendance à l’occultation des tâches physiques, émotionnelles et morales de la présence au plus près des personnes en perte d’autonomie mérite d’être relevée au plan méthodologique et théorique, car elle produit ses effets plus largement sur les pourvoyeuses et pourvoyeurs de care domestique. Elle peut ainsi conduire à une moindre évocation de ces activités dans ce qui fait leur quotidien. Malgré cette dévalorisation, certaines pourvoyeuses vont exprimer une certaine fierté à réaliser elles-mêmes des activités qui pourraient être réalisées par des aides-soignantes. Ainsi, au Japon, les pourvoyeuses de care réalisent plus souvent les toilettes intimes de leur proche qu’en France, en défendant leur aptitude à pouvoir mieux le faire que des aides-soignantes. Le registre des compétences est ici manifeste, renvoyant à la disposition identifiée par Joan Tronto pour la phase du pourvoi de care.

  • 7 La pose d’une sonde urinaire, geste technique, est réalisée par une aidante japonaise qui n’est pou (...)
  • 8 Au Japon, le Kaigo shien senmon in ou care manager dans l’appellation courante, fonction créée dans (...)

32La mise en perspective des deux enquêtes réalisées auprès des aidants nous a enfin montré l’importance de la dimension temporelle du care, au-delà de la stricte logique comptable par ailleurs centrale pour rappeler l’inégale répartition du temps entre hommes et femmes. Dans nos enquêtes, la dimension temporelle du travail de care des pourvoyeuses dans la sphère domestique apparaît sous plusieurs angles : le travail comprend un ensemble d’activités matérielles auprès de la personne récipiendaire du care, qui font l’objet d’un engagement temporel plus ou moins important selon les situations. Les pourvoyeuses peuvent ainsi dispenser directement les repas, réaliser des toilettes intimes, habiller leur proche, poser une sonde, ce qui mobilise des compétences plus ou moins formellement reconnues 7. Elles sont toutes engagées dans le maintien de la relation à la personne accompagnée, en assurant un temps de présence à ses côtés, un travail de conversation, ainsi que la réalisation de tâches administratives. La disponibilité temporelle conceptualisée par les féministes matérialistes (Collectif, 1984) est également centrale pour rendre compte de la charge mentale qui consiste à penser, anticiper et organiser non seulement les différentes activités qu’on mène soi-même, mais aussi celles qui sont réalisées par d’autres et auxquelles on doit les ajuster. Ainsi, le travail du care comprend un travail de coordination des temporalités et de mise en relation de différents protagonistes qui ont généralement des logiques et des points de vue différents (professionnels et différents membres de la famille impliquée). C’est à cette aune qu’on comprend mieux aussi la reconnaissance que ces pourvoyeuses de care manifestent alors à l’égard de certains professionnels, dans les institutions médicales ou sociales, qui ont pu assurer une partie de cette coordination et faciliter l’interface avec les professionnels de soin notamment. Au Japon, la présence d’un care manager 8, chargé d’assurer ce travail de coordination de l’aide aux personnes âgées, permet de réduire les tensions liées à la charge mentale de cette activité de coordination.

33La mise au jour de cette coordination des temporalités ne doit pas laisser dans l’ombre une autre difficulté d’appréhension du care pour l’enquêtrice, celle de ce temps fractionné, élastique et en même temps largement contingent, dépendant aussi du temps et de la situation des récipiendaires du care (Legaretta Iza, 2008).

Prendre la mesure du temps donné

Un temps du care imbriqué dans d’autres temporalités

34Le temps mis à disposition du care est ainsi un temps qui doit répondre aux besoins de la personne accompagnée, mais ce temps doit aussi parvenir à s’ajuster en permanence aux autres temps sociaux, qui sont eux-mêmes fortement rendus élastiques. Arlie Hochschild et Anne Machung (2003) montrent ainsi comment le temps de travail vient grignoter concrètement les autres temps sociaux et les conséquences que cela a sur les organisations du care entre hommes et femmes dans la vie familiale. Cette tension entre un temps de travail de plus en plus extensif et le temps du care est manifeste dans les récits des pourvoyeuses de care.

35Dans nos deux enquêtes, ces pressions temporelles sont accentuées par le fait que le temps consacré à la personne identifiée comme récipiendaire principale du care vient souvent s’ajouter aux autres temps requis par le care pour les autres membres de la famille, ce qui rend difficile sa mesure et sa valorisation à son juste niveau. À cela s’ajoute le fait que, comme en atteste la seconde enquête sur les aidantes en France et au Japon, les personnes s’occupant de plus de deux personnes simultanément sont très nombreuses (une plus grande proportion au Japon qu’en France). Au Japon, nous comptons quatre aidants qui s’occupent de trois personnes simultanément. Ces temporalités du care sont en outre de nature très différente selon le périmètre des activités de care dispensées, mais aussi selon la conception qu’ont les pourvoyeuses de sa réalisation. Si plusieurs pourvoyeuses de care expriment leur incapacité à réaliser certaines tâches pour leurs proches, comme la toilette intime, le récit des pourvoyeuses rend aussi sensible à la difficulté de leur délégation, engageant parfois la conversation avec l’enquêtrice sur la peur de gestes des professionnels réalisés sans l’attention nécessaire.

36La perspective du care rend ainsi sensible aux conflits qui peuvent surgir entre les différents protagonistes du care sur les façons de prendre soin de la personne récipiendaire. La question de l’intégrité physique est souvent évoquée et l’outil des temporalités particulièrement heuristique pour rendre compte de ses tensions au sein des activités de care : les autres protagonistes du care seront-ils assez disponibles pour réaliser les activités avec l’attention requise ? Auront-ils le temps de protéger suffisamment leurs proches des comportements des autres résidents le cas échéant ? Inversement, parviendront-ils à mettre en place un accompagnement qui permettra à leur proche parfois violent à l’égard des autres de mieux gérer ses relations au quotidien ?

37L’appréhension du care comme indissociablement matérielle et éthique nous rend ainsi particulièrement sensible aux effets de ces pressions temporelles subies par les différents protagonistes du care, le manque de disponibilité des pourvoyeurs de care professionnels influençant les activités et dispositions des pourvoyeuses de care domestique et réciproquement. Ensuite, cette réflexion sur les temporalités permet d’interroger les frontières du politique à travers la question de l’accompagnement au long cours de personnes en situation de perte d’autonomie.

Le care au long cours : un enjeu de la nature politique du care ?

38Comme en attestent un certain nombre de parents d’enfants en situation de handicap mental ou physique important, mais aussi de frères et sœurs de personnes en situation de vulnérabilité particulière, la question de la durée du care fourni est une problématique centrale des expériences de responsables de care. La difficulté à tenir sur le temps long a été exprimée de manière plus ou moins forte et appuyée dans les entretiens. Pourtant, la pourvoyeuse est engagée dans un souci de continuité du care qu’elle doit assurer avec les autres protagonistes de la sphère domestique comme avec les professionnels.

39Le début du récit de Françoise, éducatrice spécialisée de 35 ans qui s’occupe de ses frères beaucoup plus jeunes qu’elle – 18 ans au moment de l’entretien – et placés par l’aide sociale à l’enfance suite à des troubles psychologiques importants de leur mère, est assez explicite sur la manière dont le care, incompressible, s’étend dans le temps. À ma question concernant l’aide qu’elle leur a fournie, elle me répond ainsi :

« Eh bien, grosso modo, depuis plusieurs années, depuis ma majorité, on va dire ça comme ça – ce qui commence à faire un petit moment, au moins un bon quinze ans – je prends en charge… donc je prends en charge en fait la situation liée au placement de mes frères, donc mes deux petits frères qui sont placés à l’Aide sociale à l’enfance et donc qui vont bientôt avoir 18 ans cette année ».

40Un peu plus loin, Françoise rend compte des changements occasionnés par cette responsabilité de pourvoyeuse de care. Son récit révèle de manière flagrante la présence du temps comme marqueur de l’infléchissement des vies par ce souci des autres.

Moi : Ca veut dire que depuis ta majorité, tu as dû aussi t’organiser différemment en fonction de tout ça.
Françoise : Dans la vie privée. Ouais, je résumerais ça en ce sens que, oui, j’ai dû faire un choix de vie un petit peu involontairement. […] Au moment où mes frères ont été placés à l’ASE, donc ils avaient 4 ans […] j’avais 22. […] Du coup, […] j’avais l’intention de partir à l’étranger, j’avais envie de partir, par exemple, un an, deux ans pour apprendre l’anglais […] ce que j’ai pas fait par exemple, et ça t’oriente un petit peu quand même sur le plan personnel. Et puis ça implique que t’es obligée d’aménager ton temps. C'est-à-dire qu’il y a des choses que tu pourrais avoir fait depuis longtemps, je sais pas moi, fonder une famille, avoir des enfants. Du coup, je pense que tu diffères. Enfin, moi, pour ma part, c’est aussi peut-être lié à mon caractère, mais je ne voyais pas comment… Enfin j’avais du mal à concilier les deux, c'est-à-dire que j’avais pas le temps, j’étais préoccupée par cette situation qui était plutôt un peu dramatique, puisque les gamins étaient tout petits, placés à 4 ans en banlieue parisienne assez éloignée ».

41À travers le récit de Françoise, on constate effectivement qu’à partir du moment où on est « embarqués », il est difficile de s’extraire, le coût de sortie est important (Hirschman, 1970). Ainsi, quand elle explique plus loin dans l’entretien comment elle avait décidé de moins s’impliquer lorsqu’elle aurait 30 ans, elle doit à nouveau faire le constat qu’elle n’a pas réussi à respecter cette borne temporelle qu’elle s’était fixée, car elle a alors considéré que ses frères étaient encore trop jeunes. Dans cette description de l’étirement du temps particulièrement flagrant, on parvient à appréhender cette texture spécifique du temps du care, ce temps élastique et en même temps incompressible, guidé par l’attention à l’autre et qui produit une « suspension de ses projets propres » (Veil cité par Raid, 2009, p. 80).

42La perspective des temporalités aide à saisir comment, pour Françoise comme pour plusieurs enquêtées, il n’y a pas la présence d’un discours qui justifierait la prise en charge par un recours explicite à l’amour ou à la justice. Pour rendre compte de son implication, ce « concernement » qui a effectivement modifié le cours de sa vie, elle livre ce constat d’une situation concrète (« cette situation un peu dramatique de gamins placés à 4 ans en banlieue parisienne assez éloignée ») qui à un moment donné fait qu’elle ne peut pas « préférer ne pas » à la différence d’un Bartelby dans le roman de Herman Melville (Paperman, 2005). En même temps, on saisit bien que le souci qu’elle a de suivre la situation de ses frères entre dans la définition de son soi : « je ne voyais pas comment, moi, mon caractère ».

43De la même façon, le récit d’Atsuko est symptomatique de cette importance des questions temporelles pour exprimer son positionnement de pourvoyeuse de care. Face aux comportements de son fils, hyperactif et insomniaque, Atsuko a fait elle-même des recherches sur les troubles de son fils qui lui ont permis d’aboutir à la conclusion d’un autisme, ce qui a été confirmé par un diagnostic médical en 1996 lorsqu’il avait 3 ans. Suite à l’annonce de ce diagnostic, Atsuko s’est refermée sur elle-même pendant un mois avant de réaliser que « cela ne changeait rien puisque je l’aimais ». Finalement, elle affirme même que « ce mois a été très précieux pour moi. […] Pour la première fois, j’ai pu trouver ce qui était le plus important pour moi ». De la même façon, quand elle décide de cesser de travailler en 1996, elle explique qu’elle n’a pas renoncé à son emploi suite à des pressions extérieures (familiales ou sociales) : « Je me suis dit que ce n’était pas le moment de perdre du temps [en travaillant] ». Ce positionnement peut aussi être mis en relation avec son itinéraire professionnel, marqué par des changements de statuts d’emploi fréquents comme c’est le cas de beaucoup de femmes au Japon, mais il peut aussi être rapporté à son évaluation de la situation à partir de ce qui lui importe finalement.

44Cet infléchissement des vies par le care au long cours n’est-il pas aussi un élément important à prendre en compte lorsqu’on réfléchit à l’organisation sociale et politique de nos sociétés ? Comme l’évoquera Bernard, père d’un enfant diagnostiqué comme autiste, sa conception de la solidarité a été largement modifiée par son expérience de vie. Il dit d’ailleurs pouvoir comprendre la réticence de certains individus à voir les sommes dépensées pour prendre soin de personnes comme son fils, mais comme l’argumente Eva Feder Kittay, cela renvoie à notre façon d’être humain (Kittay, 2015). La réponse de cette dernière apporte un éclairage sur les tensions à l’œuvre autour des conceptions tenables de la solidarité avec les personnes considérées comme « vulnérables » et pour lesquelles, au moins pour une partie d’entre elles, la réciprocité ne peut être envisagée de façon directe.

45L’enquête comparative auprès des aidantes et aidants en France et au Japon a aussi fait apparaître une autre particularité de ce temps du care, en particulier pour les femmes. Le temps du care est parfois un temps incorporé, dans le sens où plusieurs pourvoyeuses de care réaliseront, en suivant la méthode de l’entretien rétrospectif, qu’elles ont toujours vu leurs proches s’occuper d’autres personnes et que cela a marqué leur rapport à l’autre d’une façon durable, mais souvent peu verbalisée. Cette façon de faire vivre l’interdépendance entre les personnes nous semble bien relever d’enjeux politiques, ces formes de maintien de lien agissant à rebours des affirmations du capitalisme néolibéral qui envisagent le monde en termes d’échange marchand et œuvrent à la poursuite de la marchandisation du care (Brugère, 2012).

46Enfin, nous voudrions souligner une autre dimension importante de l’expression des activités de care, souvent révélée sur le temps long : celle de la difficulté à réaliser ces activités de care. Même si cette expression des difficultés du care et de ses ambivalences (Molinier, 2005) n’est pas présente dans tous les récits, elle mérite d’être analysée à part entière. D’une part, parce qu’elle révèle la présence des rapports de pouvoir dans ces relations de care et, d’autre part, car elle constitue souvent un moment d’auto-analyse pour la pourvoyeuse de care.

Care contraint et pouvoirs du care

47Nombreuses sont les expressions de doute et de questionnement sur ce qui serait le plus adéquat, en fonction des représentations du bien-être par les pourvoyeuses du care, mais aussi des propres capacités de celles-ci, qu’elles soient de type affectif ou financier. Le cadre contraint du care, que ce soit par les capacités financières de la pourvoyeuse de care ou par les difficultés à trouver les bons arrangements, est documenté comme une constante de cette activité.

Le care sous contrainte

  • 9 La réflexion sur les responsabilités différenciées des pourvoyeuses de care domestique selon le typ (...)

48Comme le rappelle à juste titre Evelyn Nakano Glenn (2009), une grande partie du care effectué dans l’histoire s’est réalisée sous une forme contrainte, que ce soit sous la forme de travail forcé ou dans le cadre des contraintes liées aux arrangements domestiques. Plus largement, la pratique du care est conditionnée par les politiques publiques et leur façon de concevoir la place des différents protagonistes du care 9. Ce cadre contraint donne une tonalité particulière à la réflexion qu’ont les pourvoyeuses de care sur leur propre activité. C’est particulièrement visible dans les récits des pourvoyeuses de care japonaises qui expriment très clairement leur impossibilité en tant qu’épouse à ne pas s’occuper de leur beau-parent, selon les règles sociales en vigueur et ce, même si les relations personnelles sont peu affectueuses, voire franchement mauvaises (Damamme & Sugita, 2017).

49Ce cadre contraint vient spécifier cette disposition à la responsabilité évoquée par Joan Tronto dans le processus de care, montrant comment la responsabilité à s’occuper ici de son beau-parent est probablement pensée à l’échelle du couple, mais qu’elle est endossée particulièrement par l’épouse et qu’elle donne lieu à un ensemble de tâches à accomplir qui sont peu réparties au sein du ménage.

  • 10 À la différence d’un certain nombre de situations où le care se réalise pour des adultes « indépend (...)

50Cette place contrainte peut néanmoins aussi être le support d’autres formes de pouvoir exercées sur la personne dont on est chargé de s’occuper. La pourvoyeuse de care est ainsi souvent prise dans une relation asymétrique, la conduisant à être en position de donner des soins à une personne qui peut en dépendre pour sa propre survie 10. Le risque d’abus de pouvoir que procure cette situation affleure dans plusieurs des entretiens et cela est encore plus flagrant quand l’expression de ses besoins par le récipiendaire est difficile. Christine explique les efforts déployés pour continuer à avoir accès aux besoins et désirs de son frère Bertrand, atteint de la sclérose en plaques : elle a ainsi monté plusieurs dossiers financiers pour pouvoir lui fournir un ordinateur adapté : en donnant un nouvel outil de communication à Bertrand, elle cherche à rester au plus près de ses expressions et à réduire les conflits avec les autres protagonistes professionnels qui tenteraient de trop imposer leur point de vue : « Il faut, en fait – je crois – beaucoup connaître la personne, surtout là quand la parole disparaît. […] C’est une maladie où il faut absolument trouver mille manières de rester en liaison avec la personne qui ne peut plus parler et qui ne peut plus bouger pour se faire comprendre ».

51Enfin, la pourvoyeuse de care domestique doit aussi faire face à la difficulté d’exprimer ses incapacités à gérer la situation, incapacités d’autant plus pénibles à formuler qu’elles sont généralement vues comme le reflet de problèmes individuels.

Des situations d’échec ou d’épuisement difficiles à énoncer

52La conception dominante des aptitudes innées des femmes au care rend souvent inaudibles les discours politiques qui interrogeraient plus largement nos modes d’organisation sociaux et politiques (Tronto, 2009 ; Sevenhuijsen, 1998). Si la prise en compte par les pouvoirs publics de la situation des aidants est plus palpable ces dernières années (Gand, Hénaut & Sardas, 2014), la visibilité de leur rôle social n’est pas identique selon l’appartenance de genre et de classe. D’ailleurs, comme le montrent très justement Maks Banens, Julie Thomas et Cécile Boukabza (2019), confortant nos propres observations issues de notre seconde enquête en France et au Japon, les hommes aidants de classe supérieure parviennent beaucoup plus facilement à s’identifier comme aidants et à exprimer leurs difficultés ; ils peuvent plus aisément faire part du caractère exceptionnel des activités qu’ils sont amenés à réaliser, hésitant beaucoup moins à déléguer les tâches qui leur paraissent difficiles à accomplir (comme celles au contact du corps de la personne récipiendaire évoquées précédemment). Cette liberté de choisir les activités de care qu’ils se sentent en mesure de réaliser semble bien découler du fait qu’ils ne sont pas envisagés comme des aidants « naturels » – l’expression, encore courante il y a une dizaine d’années en France pour désigner les proches aidants, témoignant bien de cette non-interrogation de l’assignation sexuée de ces dispositions et activités (Cresson, 2001).

53Ce constat nous permet de nous interroger sur les difficultés liées aux situations dans lesquelles, a contrario, les pourvoyeuses de care sont débordées et ne parviennent pas à assumer certaines activités sans pouvoir le dire. Ces situations méritent d’être mieux prises en compte dans la perspective du care, car le risque que ces pourvoyeuses soient abandonnées à leur tour est réel, comme l’exprime très justement Caroline Ibos à la suite des travaux d’Eva Feder Kittay (2019). En outre, leur situation de « dépendance secondaire » fait peser aussi une menace sur les personnes récipiendaires qui sont exposées aux abus que ces situations peuvent produire. Dans cette perspective, les enquêtes au long cours semblent constituer un bon moyen de faciliter cette expression des difficultés à tenir dans la durée. La répétition des entretiens, couplée à leur dimension rétrospective, a ainsi permis de faire apparaître ces formes d’épuisement des proches qui sont de plus en plus documentées et qui mènent dans certains cas à un retrait, de manière plus ou moins durable, de l’organisation du care.

54C’est ainsi qu’au cours du second entretien avec Marie, mère de Sandrine, adulte de 30 ans en situation de handicap mental, Marie nous a fait part de son incapacité à faire face à la situation relationnelle avec sa fille. Après avoir évoqué lors du premier entretien ces difficultés relationnelles pouvant aller jusqu’à l’envie de tuer sa fille, Marie a alors exprimé six mois après le besoin de trouver un nouvel arrangement pour prendre de la distance vis-à-vis de cette situation : elle a ainsi procédé à un certain nombre de changements pour mettre en place cet éloignement du domicile familial et transmettre la responsabilité principale du care à son mari.

55Les difficultés exprimées par Marie dans sa relation avec sa fille reflètent un point largement aveugle de ces deux enquêtes : celui de la parole de la personne récipiendaire du care. Cette dernière est en effet souvent évoquée en creux, porteuse de besoins et de désirs (Molinier, 2013), qui sont parfois source d’incompréhension voire de rejet par les pourvoyeuses de care. Sandrine, la fille de Marie, exprime ainsi un désir de maternité qui est largement critiqué par sa mère.

56Le récipiendaire du care peut aussi être évoqué quand il remet en cause la façon dont le care est pensé dans la société, plongeant les pourvoyeuses de care dans un certain malaise quant à leur propre position. Ainsi, Bertrand, en situation de handicap moteur, exprime son ressentiment à l’égard d’une société qui traite les personnes handicapées de façon infantilisante. Claude, son épouse, partage largement son constat, mais peine cependant à lui faire reconnaître les difficultés que lui cause son rôle de pourvoyeuse de care. Bertrand n’a pas besoin d’accompagnement particulier pour les gestes du quotidien, il travaille, se déplace seul. Cependant, il ne reconnaît pas nécessairement le care supplémentaire que Claude accomplit. Par exemple, Bertrand ne réalise pas certaines activités du care domestique et avec la naissance de leur fils – âgé de 14 ans au moment de l’entretien – Claude a vu le temps qu’elle y consacrait, elle, largement s’accroître. Cette situation produit au long cours une fatigue de Claude, qu’elle ne parvient pas à exprimer. Elle explique d’ailleurs comment, à l’occasion d’un poignet qu’elle s’est cassé, une autre organisation du quotidien a pu se mettre en place et rendre visible la quantité de travail qu’elle réalisait ainsi que la charge mentale qui lui incombait.

57Cette lecture de la description des difficultés de réalisation du care nous permet aussi de mieux saisir l’apport des auteur-e-s des études critiques sur le handicap pour appréhender les enjeux politiques des relations de care (Morris, 2001 ; Shakespeare, 2006 ; Puiseux, 2015). En rappelant la dimension foncièrement sociale de la situation de handicap, ces auteur-e-s soulignent comment la relation entre pourvoyeuse de care et récipiendaire ne peut être toujours présumée de type familial (Morris, 2001), quel type d’enfermement cette relation peut produire pour la personne handicapée placée dans un rapport de dépendance à l’égard de sa pourvoyeuse de care familial, mais aussi pour la pourvoyeuse de care prise dans des contraintes souvent indicibles. Ces auteur-e-s appellent au déploiement de moyens publics pour assurer plus de liberté aux personnes récipiendaires et permettre de penser ensemble les vulnérabilités des récipiendaires et pourvoyeuses plutôt que de les opposer.

58La revendication croissante d’autonomie des personnes en situation de handicap conduit ainsi à des changements importants dans les conceptions du care, ouvrant la voie à une plus grande capacité d’autodétermination par les personnes récipiendaires. Cette prise en considération des besoins et désirs des personnes handicapées semble marquer les conceptions du care des pourvoyeuses enquêtées et ce, en France comme au Japon. Elle nous semble beaucoup moins présente dans les récits des pourvoyeuses de care s’occupant de proches âgés, la description du souci de réduire les risques encourus par le proche l’emportant souvent sur la reconnaissance d’un besoin d’autonomie.

59S’exprimer sur le travail du care semblerait difficile pour plusieurs raisons : du fait de la nature même des activités en jeu, peu valorisées malgré les discours, mais aussi du fait que sa réalisation occasionnerait un certain nombre de problèmes, souvent peu dicibles. L’enquête sociologique dans une perspective de care déploie un certain nombre d’outils méthodologiques et théoriques qui apparaissent propices à l’expression des pourvoyeuses du care. Elle permet de montrer comment ces activités, souvent pénibles, tant affectivement que physiquement, indiquent, en plus de leur dimension concrète, quelque chose de la manière d’être au monde de ces pourvoyeuses de care, leur propre vulnérabilité. Si l’expression de cet engagement n’est pas aisée tant le vocabulaire manque pour rendre compte de ce type d’actions et de dispositions, l’outil des temporalités semble pouvoir contribuer à mieux saisir la texture du care. D’une part, les deux enquêtes mettent à jour les caractéristiques temporelles souvent observées du care : un temps fragmenté, souvent élastique, pouvant s’étendre sur des dizaines d’années aux dépens d’autres activités professionnelles et personnelles. D’autre part, la mise en perspective de la situation des pourvoyeuses de care dans deux pays assez contrastés (France et Japon) aide à saisir les formes particulières d’articulation des temporalités domestiques et salariées, et leur perception différenciée. La difficulté à renoncer aux activités professionnelles pour les femmes pourvoyeuses de care en France s’exprime plus fortement que pour les femmes pourvoyeuses de care au Japon, renvoyant à la présence d’organisations socio-politiques qui ne font pas peser les mêmes injonctions « à la conciliation travail-famille » dans les deux pays, les femmes japonaises étant encore beaucoup plus assignées au rôle de pourvoyeuse de care domestique qu’en France.

60La participation des pourvoyeuses de care au maintien des vies ordinaires permet enfin d’éclairer d’autres formes de souci que celles qui sont observées dans des associations ou mouvements sociaux défendant des idéaux de solidarité et de justice. Elle nous semble éclairer néanmoins une dimension sociale et politique de l’action des personnes qui mérite d’être appréhendée dans ses implications plus larges : la reconnaissance de leur place ne peut être détachée d’une réflexion accrue des pouvoirs publics sur les cadres contraints de leur activité et sur la nécessité d’une prise en compte réelle des personnes récipiendaires de ce care, souvent peu considérées et rarement envisagées comme des personnes citoyennes à part entière (et encore moins comme des pourvoyeuses de care).

Top of page

Bibliography

Banens M., Thomas J. & C. Boukabza (2019), « Le genre et l’aide familiale aux seniors dépendants », Revue française des affaires sociales, n° 1, pp. 115-131.

Bessin M. (1998), « Le Kaïros dans l’analyse temporelle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n° 32, pp. 55-73.

Brugère F. (2012), « Quelle politique du "care" dans un monde néolibéral ? », dans Garrau M. & A. Le Goff, Politiser le care ? Perspectives sociologiques et philosophiques, Lormont, Éditions Le bord de l’eau, pp. 133-148.

Chabaud-Rychter D., Fougeyrollas-Schwebel D. & F. Sontonnax (1985), Espace et temps du travail domestique, Paris, Librairie des Méridiens.

Collectif (1984), Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Commaille J. & C. Martin (1998), Les Enjeux politiques de la famille, Paris, Éditions Bayard.

Cresson G. (2001), « Les soins profanes et la division du travail entre hommes et femmes », dans Aïach P. (dir.), Femmes et hommes dans le champ de la santé. Approches sociologiques, Paris, Presses de l’EHESP, pp. 303-328.

Damamme A., Sugita K., Wierink M., Kawano E. & M. Ota (2015), Les Aidants informels : la vie professionnelle et le réseau du care. Comparaison France/Japon, Appel à recherches 2011 « Handicap et perte d'autonomie », rapport final.

Damamme A. & K. Sugita (2017), « Le care et ses paradoxes : l’expression des aidant·e·s dans une perspective comparée France-Japon », dans Damamme A., Hirata H. & P. Molinier (dir.), Le Travail entre public, privé et intime. Comparaisons et enjeux internationaux du care, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 153-179.

Damamme A. & P. Paperman (2009a), « Temps du care et organisation sociale du travail en famille », Temporalités, n° 9 [En ligne] https://journals.openedition.org/temporalites/1036

Damamme A. & P. Paperman (2009 b), « Care domestique : délimitations et transformations », dans Molinier P., Paperman P. & S. Laugier (dir.), Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Éditions Payot, pp. 133-155.

Foner N. (1994), The Caregiving Dilemma: Work in the American Nursing Home, Berkeley, University of California Press.

Gand S., Hénaut L. & J.-C. Sardas (2014), Aider les proches aidants. Comprendre les besoins et organiser les services sur les territoires, Paris, Presses des Mines.

Gardella É. (2017), « Sociologie de la réflexivité dans la relation d’assistance. Le cas de l’urgence sociale », Sociologie du travail, vol. 59, n° 3 [En ligne] https://journals.openedition.org/sdt/853

Garrau M. (2014), Care et attention, Paris, Presses universitaires de France.

Gaudet S. (2015), « La participation sociale… entre le don et le care », dans Bourgault S. & J. Perreault (dir.), Le Care. Éthique féministe actuelle, Montréal, Les éditions du remue-ménage, pp. 137-161.

Gaudet S. & D. Robert (2018), L’Aventure de la recherche qualitative. Du questionnement à la rédaction scientifique, Ottawa, Les Presses de L’Université d’Ottawa.

Gilligan C. (2008 [1982]), Une Voix différente. Pour une éthique du care, Trad. De A. Kwiatek revue par V. Nurock, Paris, Éditions Flammarion.

Glenn E. N. (2009), « Le travail forcé : citoyenneté, obligation statutaire et assignation des femmes au care », dans Molinier P., Paperman P. & S. Laugier (dir.), Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Éditions Payot, pp. 113-131.

Glenn E. N. (2016), « Pour une société du care », Cahiers du Genre, vol. hors série 4, n° 3, pp. 199-224.

Hirata H., Makridou E. & M. Matsuo (2017), « Trajectoires professionnelles et rapports sociaux : le travail du care dans une perspective comparative », dans Damamme A., Hirata H. & P. Molinier (dir.), Le Travail entre public, privé et intime. Comparaisons et enjeux internationaux du care, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 33-53.

Hirschmann A. O. (1970), Exit, Voice and Loyalty: Responses to decline in firms, organizations and states, Cambridge, Harvard University Press.

Hochschild A. R. & A. Machung (2003), The Second Shift, London, Penguin Books.

Ibos C. (2019), « Éthiques et politiques du care. Cartographie d’une catégorie critique », Clio. Femmes, Genre, Histoire, vol. 49, n° 1, pp. 181-219.

Ibos C., Damamme A., Molinier P. & P. Paperman (2019), Vers une Société du care. Une politique de l’attention, Paris, Éditions Le Cavalier Bleu.

Kittay E. F. (1999), Love’s Labor. Essays on Women, Equality and Dependency, New York, Routledge Publishing.

Kittay E. F. (2002), « When Caring is just and Justice is Caring: Justice and Mental retardation », dans Feder E. & E. F. Kittay (dir.), The Subject of Care. Feminist Perspectives on Dependency, Lanham, Rowman et Littlefield Publishing, pp. 257-276.

Kittay E. F. (2015), « Le désir de normalité. Quelle qualité de vie pour les personnes porteuses de handicap cognitif sévère ? », ALTER, European Journal of Disability Research, vol. 9, n° 3, pp. 175-185.

Laugier S. (2009), « L’éthique comme politique de l’ordinaire », Multitudes, vol. 37-38, n° 2, pp. 80-88.

Legarreta Iza M. (2009), « Le temps donné dans le travail domestique et de care », Multitudes, vol. 38, n° 2, pp. 106-112.

Molinier P. (2002), « Souffrance et théorie de l’action », Travailler, vol. 7, n° 1, pp. 131-146.

Molinier P. (2005), « Le care à l’épreuve du travail », dans Paperman P. & S. Laugier (dir.), Le Souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 299 -316.

Molinier P. (2013), Le Travail du care, Paris, Éditions La Dispute.

Morris J. (2001), « Impairment and Disability: Constructing an Ethics of Care That Promotes Human Rights », Hypatia, n° 4, pp. 1-16.

Nicole Drancourt C. (dir.) (2009), Conciliation travail/famille : attention travaux, Paris, Éditions L’Harmattan.

Nurock V. (2010), « Le berceau du care : être et devoir être », dans Nurock V. (dir.), Carol Gilligan et l’éthique du care, Paris, Presses universitaires de France, pp. 39-55.

Paperman P. (2005), « Les gens vulnérables n’ont rien d’exceptionnel », dans Paperman P. & S. Laugier (dir.), Le Souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, éditions de l’EHESS, pp. 281-297.

Paperman P. (2013), Care et sentiments, Paris, Presses universitaires de France.

Puiseux C. (2015), Personnes handicapées et travailleuses du care : interdépendance des luttes, Séminaire Care et intersectionnalité, Université Paris 8, Saint-Denis.

Raid L. (2009), « Care et politique chez Joan Tronto », dans Molinier P., Paperman P. & S. Laugier (dir.), Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Éditions Payot, pp. 57-87.

Ruddick S. (1998), « Care as Labor and Relationship », dans Haber J. G., Halfon M. S. (dir.), Norms and Values: Essays on the Work of Virginia Held, Lanham, Rowman & Littlefield Publishing, pp. 3-25.

Sahed I. (2014), « La fiche Avengen. Entre outil de collecte des biographies et outil de prévention. Piste de réflexion sur la prévention des comportements à risque par l’auto-réflexion », Interrogations ?, n° 19 [En ligne] https://www.revue-interrogations.org/La-fiche-Ageven-entre-outil-de,436

Shakespeare T. (2006), Disability Rights and Wrongs, London and New York, Routledge Publishing.

Sevenhuijsen S. (1998), Citizenship and the Ethics of Care. Feminist Considerations on Justice, Morality and Politics, London and New York, Routledge Publishing.

Smith D. (2005), Institutional Ethnography: A Sociology for People, New York, AltaMira Publishing.

Sugita K. (2011), « Focus. Les aidants familiaux : une problématique en développement », Informations sociales, vol. 168, n° 6, pp. 124-127.

Trépied V. (2012), « Les personnes âgées vivant en Ehpad : isolement ou solitude ? », Documents du CLEIRPPA, n° 47, pp. 24-28.

Tronto J. (2009), Un Monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, Éditions La Découverte [trad. de Moral Boundaries: A Political Argument for an Ethic of Care, New York, Routledge Publishing, 1993].

Tronto J. (2003), « Care as the Work of Citizens », Colloque « Dialogues on care », Bergen, Norvège, October.

Weber F. (2010), « Les rapports familiaux reconfigurés par la dépendance », Regards croisés sur l'économie, vol. 7, n° 1, pp. 139-151.

Wierink M. (2013), « Le travail à temps partiel et l’égalité entre homme et femme : deux pays, deux visions », Septentrion, n° 2, pp. 48-53.

Top of page

Notes

1 Je remercie chaleureusement Patricia Paperman, Magalie Saussey et les évaluateurs de la revue SociologieS pour leur relecture de cet article.

2 Ces assignations ne sont pas exclusives, mais bien cumulatives : une grande proportion de travailleuses du care étant des femmes pauvres racisées (Hirata, Makridou & Matsuo, 2017).

3 Pour des raisons de lisibilité et pour rendre compte du plus grand nombre de femmes dans les pourvoyeurs-ses de care, nous choisissons désormais le féminin pluriel pour les désigner.

4 Nous substituerons parfois au terme de care celui d’aide, qui renvoie à cette activité remplie par les proches dans la sphère domestique, même si elle mérite d’être spécifiée pour ne pas être reléguée au rang d’activité invisible au titre du statut d’épouse ou de mère dans la parenté (Cresson, 2001).

5 Nous avons cherché à diversifier l’échantillon du point de vue de l’appartenance de classe et de genre dans l’enquête avec Kurumi Sugita et Marie Wierink.

6 Dans le cas de la prise en charge d’un parent âgé par sept enfants qui veillaient à l’équité de la répartition, la personne que nous avons interrogée n’assumait pas la coordination principale.

7 La pose d’une sonde urinaire, geste technique, est réalisée par une aidante japonaise qui n’est pourtant pas soignante de métier, mais elle n’a jamais été évoquée par des aidant-e-s français, probablement du fait aussi de la plus grande réglementation des actes autorisés selon les différents protagonistes du care (professionnels et familiaux).

8 Au Japon, le Kaigo shien senmon in ou care manager dans l’appellation courante, fonction créée dans le cadre de l’assurance de longue durée (LTCI), aide les aidants familiaux à monter les dossiers qui sont de toute façon beaucoup moins chronophages qu’en France (Sugita, 2011).

9 La réflexion sur les responsabilités différenciées des pourvoyeuses de care domestique selon le type de régime de care mériterait de plus longs développements, que nous avons proposés dans d’autres travaux (voir notamment Damamme & Paperman, 2009b ; Damamme & Sugita, 2017).

10 À la différence d’un certain nombre de situations où le care se réalise pour des adultes « indépendants », le care est ici principalement envisagé dans les situations où les personnes récipiendaires ne seraient pas en mesure de réaliser ces tâches pour elles-mêmes.

Top of page

References

Electronic reference

Aurélie Damamme, « Langages du care : temps, contraintes, responsabilités », SociologieS [Online], Files, La société morale, Online since 02 May 2020, connection on 24 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/13866

Top of page

About the author

Aurélie Damamme

Université Paris 8, CRESPPA-GTM, Paris (France) - adamamme@yahoo.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page