Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSThéories et recherches2020Les traques sexuelles entre homme...

2020

Les traques sexuelles entre hommes. Un marqueur de la société commutative

Sexual pursuits between men. A switch society milestone
Florian Guérin

Résumés

Cet article constitue un témoignage des pratiques sexuelles entre hommes au début du xxième siècle – au moment de la disparition progressive des quartiers gays. Dans leur déroulement contemporain, elles renforcent collectivement la synchronie des temporalités urbaines tout en s’articulant aux temporalités diffuses et individualisées de pratiques ludiques rurales ou urbaines. Cependant, ces pratiques sont marginalisées spatialement et socialement, car subissant les représentations collectives portant sur les nuits. De fait, les pratiques sexuelles des hommes entre eux permettent de lire l’activation de facettes identitaires selon les situations pour faire face au stigmate, à l’injure potentielle et conserver le secret. Une question politique apparaît du point de vue de la gestion de pratiques dépassant le cadre policé des usages dans les espaces publics.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : au-delà de la nuit, la traque entre hommes 1

  • 1 L’auteur tient à remercier tout particulièrement Laurent Gaissad (docteur en sociologie et sciences (...)

1Les pratiques sexuelles entre hommes invitent à repenser la nuit, qui ne constitue pas un simple contexte temporel de ces pratiques sociales. Lire le déroulement de ces pratiques sexuelles se fait ici à travers le regard du chercheur qui articule, d’un point de vue méthodologique, un espace-temps spécifique, l’aménagement de l’espace (la matérialité physique), les rapports sociaux (l’hospitalité), les ambiances urbaines (l’espace sensible) et l’ordre social (l’espace politique). Valeurs, normes et discours des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH) se redéfinissent sans cesse en situation (Thomas, 1923) du fait de ce quadruple rapport au monde qu’ils transforment in situ et virtuellement (à travers notamment les applications de rencontre en ligne).

2L’objet de l’article revient à montrer que les pratiques des HSH, dont les protagonistes subissent les représentations collectives sur la nuit, dépassent le cadre temporel nocturne et permettent de relire la (dé-)synchronisation des rythmes sociaux entre eux et avec les rythmes individuels. Ces pratiques prises collectivement renforcent la synchronie des temporalités urbaines marquant ces lieux de la sexualité aux heures de pointe (déjeuner, sortie du bureau, etc.), tout en s’articulant aux temporalités diffuses de pratiques ludiques rurales (telle la promenade, la contemplation ou le bavardage) ou urbaines (dans le cadre de trajectoires festives longues ou discontinues, de prises ludiques de substances psychoactives, etc.). Les pratiques des HSH constituent ainsi un marqueur des mutations rythmiques contemporaines, identifiées par l’accélération des rythmes individuels et collectifs poussée par la compétition économique (la circulation fluide de la monnaie), la différenciation fonctionnelle et la dimension culturelle d’une promesse de l’accélération (la finitude humaine). C’est la figure de l’individu hypermoderne qui prédomine dans cette nouvelle modernité : un individu pressé, branché, flexible, détaché du cadre collectif, reprogrammant sans cesse ses activités en minimisant les pertes marginales de temps, ce qui est à nuancer dans le cadre des pratiques des HSH.

3La nuit, la libération de la sexualité peut s’opérer, dans une forme de rupture avec, pour le sortant, ses rapports aux autres, aux temps et aux espaces traditionnels depuis la curialisation de la société (Elias, 2002). C’est ce que montrent des recherches sur le circuit festif gay, pris comme réseau sociosexuel métropolitain et transnational, soulignant cette consumation et consommation dans et du monde nocturne (Gaissad, 2013). Il en est ainsi des clubs berlinois, où la nuit peut se poursuivre au-delà de ses frontières en raison de la succession before-club-after, pour des clients ayant un rapport « gourmand » au temps du fait d’un emploi du temps souple (Guérin, 2015).

  • 2 Les normes sociales sont, selon la vision de Howard Becker, produites par des entrepreneurs de mora (...)

4L’enjeu de la compréhension des pratiques des HSH est relatif à la définition d’usages et d’usagers en situation le plus souvent jugés « indésirables » (notamment par les autorités publiques) car ayant une pratique hors conventions sociales (prostitution en centre-ville, sexualité continue au sein de parcs, détournement d’urinoirs en darkrooms, sexualité sous drogues en after, etc.). C’est une question politique de la définition de l’indésirabilité qui apparaît, tant du point de vue de la gestion de pratiques dépassant le cadre policé des usages dans les espaces publics, que de la co-définition entre « entrepreneurs de morale » 2 (Becker, 1985) de la place sociale de l’autre (en tant que même et différent).

Le discours que je tiens dans cet article s’appuie sur des enquêtes de terrain ethnographiques. En s’intéressant aux trajectoires festives liées au noctambulisme, j’ai pu rencontrer ces êtres de la nuit dans des rues, places, établissements festifs et sex-clubs de villes intermédiaires et de grandes villes occidentales. Le corpus de données s’appuie sur des entretiens semi-directifs menés auprès de treize HSH et dix-sept acteurs de la gestion de la vie nocturne (élus, préfecture de police, gérants d’établissement, syndicats professionnels, associations de prévention), mais aussi sur les nombreux entretiens informels (selon la méthode de Patrick Bruneteaux et Corinne Lanzarini [Bruneteaux & Lanzarini, 1998]) menés in situ auprès des acteurs liés à ces pratiques sexuelles entre hommes (usagers, serveurs d’établissements, intervenants associatifs, etc.). Pour ces derniers, il s’agissait d’échanges au sein de sex-clubs (notamment dans le fumoir et au bar), de saunas, d’aires d’autoroutes, de parcs, etc., mais aussi sur le chemin menant à ces lieux. Les codes des entretiens informels sont bien différents des entretiens semi-directifs. Ainsi, il n’y a pas d’outil complémentaire, tels un dictaphone, un carnet de notes, etc., les données étant consignées dans un journal de bord chez soi, après l’observation. Il s’agit d’une conversation correspondant au cadre conventionnel des informateurs, qui se sentent plus à l’aise. La conversation est orientée par le chercheur : les thèmes sont abordés progressivement en replaçant l’interlocuteur dans sa trajectoire sociale. Ces échanges pouvaient être prolongés après la situation (au domicile, dans un café, etc.).
Le corpus de données est aussi constitué de nombreuses séquences d’observations au sein des lieux des pratiques entre HSH. Les observations participantes ont été menées avec divers groupes de HSH, les accompagnant dans leurs pérégrinations, en sus d’un emploi en tant que serveur pendant une année au sein d’un sex-club gay, ce qui fut enrichi dans d’autres villes en tant que client ou usager des lieux de la pratique. Il s’agissait de s’engager dans des lieux méconnus, d’aller à la rencontre de l’altérité proche, de décrypter cet autre pour développer un point de vue critique, sans trahir le lien de confiance établi. Or, ce lien de confiance nécessite un engagement de long terme sur le terrain, prenant des formes différentes selon la position du chercheur, soit la distance-proximité en termes géographiques, techniques et sociaux (Monnet & Bouillon, 2016). Certains traits personnels ont facilité le déroulement des observations. Ainsi, mon âge a facilité les rencontres, ne créant pas de dissonance particulière sur la légitimité générationnelle de ma présence et pouvant même encourager une attirance d’autres usagers des lieux. Cela m’a permis aussi d’être « initié » par les habitués des lieux, c’est-à-dire de me faire expliquer le fonctionnement et les normes au sein des lieux étudiés. Ma classe sociale populaire était un solide argument – lors d’échanges informels – pour être accepté auprès d’individus issus de la même origine sociale, alors que ma place sociale (un individu effectuant des études supérieures) me permettait une adaptation à d’autres milieux, à leurs codes. Mon orientation sexuelle a facilité les sorties dans les milieux homosexuels et auprès des groupes de HSH. Le fait d’être un homme et de phénotype caucasien ne posait pas de problèmes à ma présence de nuit dans l’espace urbain.
Il s’agissait de pouvoir s’ajuster aux orientations empruntées par les autres membres du milieu pour perpétuer ma place sur le terrain. Tout en participant, je ne me situais pas au cœur de l’activité. Dans les premiers temps, j’adoptais un rôle « périphérique » (Adler, 1987) permettant une certaine « émancipation » d’après Howard Hughes (cité dans Chapoulie, 1984), soit un engagement en demi-teinte. Pour illustration, je ne me portais pas comme le leader du groupe, influençant ses compères pour choisir les lieux et activités. Pour autant, il m’a fallu entrer dans l’intimité des lieux pour rendre légitime ma présence et comprendre les pratiques sexuelles en détail. Je devais m’engager un minimum pour permettre la pérennité de ma présence, en prenant garde de ne pas m’imposer. Je m’attachais à rester le plus longtemps possible, afin de comprendre la diversité des pratiques selon les temporalités des lieux.
Il s’agit donc d’une approche compréhensive permettant d’ordonner ces éléments obtenus empiriquement. Au sein des journaux de bord, les premières retranscriptions sont très longues et descriptives, présentant les lieux, personnes et actions rencontrés. J’utilisais des moyens techniques pour me souvenir, notamment le fait de retracer le parcours sur une carte afin de revoir le déroulé global. Je m’écrivais également des SMS durant l’observation, afin de noter des horaires ou mots-clés spécifiques. Progressivement, j’ai raccourci les descriptions au profit de comptes rendus davantage analytiques, interprétant les situations et livrant des impressions personnelles, ainsi que des manières de se comporter. Puis, les notes de terrain ont été analysées par thématiques, en catégorisant les observations effectuées. Cela amène à repérer des régularités et divergences entre les groupes et permet de réaliser une opération d’objectivation des données. En parallèle, je devais prêter attention à ne pas perdre la cohérence interne à chaque observation. Cette méthodologie m’a permis d’entrer au cœur de la complexité des pratiques des HSH.

La place des HSH au sein de pratiques nocturnes fragmentées

  • 3 Les artistes médiatisent les fantasmes, mythes et croyances collectives portant sur cette temporali (...)
  • 4 Une technique de peinture à l’huile apparue dès la Renaissance en Occident.

5La nuit est un objet d’investigation multidisciplinaire du fait de sa polysémie, cela en sciences humaines et sociales (géographie, sociologie, urbanisme, littérature, sciences politiques, etc.) mais aussi en sciences naturelles (biologie, sciences médicales). Alors que les artistes 3 ont investi depuis bien longtemps le champ nocturne, les chercheurs l’ont considéré à la suite des travaux pionniers d’Anne Cauquelin (1977) ou de Murray Melbin (1987) pour éclairer cette dernière frontière de la recherche académique du fait que la nuit soit « colonisée » par des éléments du jour. De nombreuses études ont ainsi porté sur des aspects techniques parcellaires, qui sont relatifs à la nuit, telles les questions sécuritaires (Girardon, 1980 ; Delumeau, 1978) ou d’éclairage urbain (Schivelbusch, 1993 ; Ibusza, 1972) et de pollution lumineuse (Mizon, 1994 ; Challéat, 2010). Par la suite, le sentiment des nuits fut investi, en tant que « relation personnelle, sensitive et sensuelle à la fois, que le citadin entretient avec la nuit éclairée artificiellement » (Paquot, 1997, p. 13), rappelant le côté artistique du clair-obscur 4. Les jeux d’obscurité dessinent les ambiances nocturnes (Narboni, 2015 ; Fiori, 2000 ; Bertin, 2016). Cette singularité nocturne a pu être parfois avancée pour justifier le fait d’éprouver la nuit plus que d’apporter la preuve de ses spécificités (Espinasse, Gwiazdzinski & Heurgon, 2005 ; Straw, 2014).

6Pour autant, les activités nocturnes sont l’objet d’une littérature académique prolifique, interrogeant davantage une pratique dans la nuit que le rapport à la nuit. Il en est ainsi des rassemblements festifs, notamment étudiants, dans l’espace public (Moreau, 2010 ; Bonny, 2010 ; Desse, 2015 ; Moreau & Sauvage, 2006), où la problématique de l’alcoolisation expresse ou relevant du quotidien se dessine en filigrane (Nahoum-Grappe, 2010 ; Farnié, 2006 ; Amador et al., 2005 ; Freyssinet-Dominjon & Wagner, 2003), ainsi que sa gestion politico-administrative (Mallet, 2009) due aux nuisances produites (Candela, 2015 ; Defrance, 2017 ; Walker, 2018). Il en est de même concernant la compréhension des inégalités d’accès aux nuits métropolitaines selon des rapports socio-économiques, racisés, générationnels et de sexe (Mouchtouris, 2003 ; Buford May, 2014). Les pratiques de sexualité nocturnes ont aussi fait l’objet de travaux ethnographiques, telles les pratiques des HSH (Gaissad, 2009), les pratiques gays (Boivin, 2013 ; Redoutey, 2002), sado-masochistes (Czuser, 2017), ou étant l’objet d’une marchandisation (Deschamps, 2006, 2011).

7La focalisation sur les activités festives des chercheurs en sciences humaines et sociales les amène à développer un discours critique sur les conflits sociaux entre les résidents-plaignants s’attaquant au bruit des fêtards, les exploitants d’établissements défendant le développement économique de leur activité, les usagers aux dispositions cognitives différenciées et les institutionnels encourageant l’attractivité touristique nocturne. Ce phénomène social des festivités urbaines met en lumière la désynchronisation des rythmes sociaux entre eux et avec les temporalités urbaines (Guérin, 2017). Il s’agit ici de dépasser cette focalisation sur les activités festives pour comprendre l’articulation entre les pratiques des HSH et l’ensemble des activités urbaines nocturnes, les pratiques et représentations sociales se souciant peu des frontières entre ces activités. Cela permet d’éviter d’essentialiser la nuit comme temps festif, tels que le font de nombreux travaux américains focalisés sur la night-time economy, pour articuler plutôt la compréhension des phénomènes se déroulant durant la nuit aux trajectoires socio-biographiques de ses usagers. Des tentatives ont ainsi été menées, que ce soit tant en géographie sur les nuits européennes (Gwiazdzinski, 2002, 2005) ou concernant les nuits urbaines du xviième siècle au xixème siècle (Schlör, 1998 ; Cabantous, 2009 ; De Baecque, 2015 ; Delattre, 2003), sans conceptualisation aboutie de la nuit.

8L’articulation entre les pratiques sexuelles entre hommes et le champ nocturne s’est souvent opérée à travers la lorgnette de l’homosexualité masculine et des pratiques les vulnérabilisant (Gaissad, 2013) : prises de drogues, festivités débridées, VIH, menant à percevoir l’homosexuel sous l’angle pathologique (au sens d’Émile Durkheim, 2007), tel un être a-moral et vulnérable devant être biomédicalisé. Or, ce serait essentialiser une pratique sexuelle stigmatisée en termes de représentations collectives se référant sans cesse au sodomite et réitérant des rapports de domination masculine menant à une violence symbolique de celui se définissant comme « passif » dans une relation sexuelle. Le terme « homosexuel » fonda ainsi une vision binaire hétéronormative/homonormative s’imposant dans les années 1930 et qui laisse aujourd’hui de multiples zones d’ombre pour les entre-deux, ne se reconnaissant ni totalement dans un groupe ou dans l’autre, tels les bisexuels ou une bonne partie des HSH.

9L'identité subjective renvoie à l'unicité d'un sujet, à son individualité. Elle englobe trois caractères interdépendants : la constance, l'unité et la reconnaissance de soi, or l’individu se joue d’une identité qui se veut plus réflexive et démultipliée (Lahire, 1998). La possibilité de « sortir du placard », de l’acte du coming out – sans cesse réitéré – qui revient à dévoiler son identité homosexuelle, semble ainsi liée au dire. Mais un homosexuel est toujours à la fois dans et hors « placard », dans un seuil passant de l’être-soi-même au devoir d’être soi-même en tant qu’homosexuel, dans un milieu où les normes et les institutions sociales sont issues de la Modernité, donc d’une société qui s’avère être homophobe. Un homosexuel ne peut jamais coïncider avec lui-même, que peut-il en être alors des HSH ?

10L’assimilation de ceux qui s’identifient comme homosexuels revient à se conformer à la normalité hétérosexuelle, donc à se rendre invisible, un processus mis en acte dans bien des situations sexuelles de ce type. La nominalisation peut soit mener à l’oppression de ceux qui s’identifient comme différents, sinon invisibiliser des sujets et des pratiques (Leroy, 2009). En effet, l'injure étant une menace permanente pour les homosexuels, ce défi identitaire peut être la cause d'un véritable mal-être, menant de nombreux jeunes homosexuels à s'enfermer dans leur souffrance et de nombreux HSH à cultiver le secret autour de leurs pratiques sexuelles. De fait, la norme hétérosexuelle amène à une adaptation comportementale en fonction des conventions valables en chaque situation sociale, l’individu évaluant alors sans cesse le degré d’ouverture possible au dicible face à son ou ses interlocuteur(s) : « On ne "construit" pas son genre tout seul. On le "construit" toujours avec ou pour autrui, même si cet autrui n’est qu’imaginaire » (Butler, 2004). Le processus d’identification des HSH constitue, ici, un fil rouge pour comprendre l’identification des pratiques entre HSH (réduisant l’identification homosexuelle à une pratique sexuelle), puis apporter plus largement des clés pour conceptualiser la nuit.

Histoires spatio-temporelles secrètes entres hommes

11L’appropriation non convenue ou détournée des espaces publics (rues, jardins publics, commerces, etc.) à des fins sexuelles brouille les frontières jour-nuit, public-privé, jeune-âgé. Les seuils entre jour et nuit peuvent être ritualisés et poreux, du fait d’une introduction du jour dans la nuit et réciproquement (narration des rêves de jour, etc.). Le passage du jour à la nuit n’est pas linéaire ; il s’agit de comprendre ce que la nuit produit sur la modification des pratiques et rapports sociaux des HSH, dans un milieu où le système d’interdits de la temporalité nocturne (avec un couvre-feu) n’est plus opérant.

12Les pratiques des HSH se déroulent entre hommes de tous âges, malgré le pattern culturel lié à la beauté, la naïveté et l’impétuosité de la jeunesse (Nahoum-Grappe, 2006) : des attributions médiatisées par des effets de mode construisant une culture de masse sur les valeurs juvéniles partagées collectivement (Attias-Donfut, 1996). Or, la définition de la jeunesse en tant que « réalité naturelle » est une illusio : elle a historiquement évolué (Ariès, 1960), est culturellement diverse (Mead, 1972), le devenir adulte socialement consistant à « se placer » ou « s’installer » (Van de Velde, 2008). « La jeunesse n’est qu’un mot » selon les propres termes de Pierre Bourdieu (1978) souhaitant établir la distinction a minima entre les héritiers et les sans avenir, correspondant à une séquence dans une trajectoire de vie. Cette déconstruction d’une catégorie socialement construite est à effectuer pour chaque critère socio-démographique afin de comprendre les pratiques des HSH, leur propre vision du monde.

  • 5 Les strangers selon Lyn H. Lofland (1985) correspondent aux individus coprésents non-personnellemen (...)

13Ces pratiques entre HSH se déroulent dans l’espace public (au regard d’un public, sans référence administrative spécifique), ce qui modifie les interactions sociales où chaque usager définit l’espace comme un territoire psychosociologique plus ou moins intime-anonyme. C’est la question du degré d’accessibilité physique et sociale qui se pose et des conditions de mise en scène et de déroulement des interactions en situation, faisant d’espaces commerciaux, d’équipements collectifs ou d’espaces verts des espaces publics (de Sablet, 1988). Mais la « publicisation » (Sabatier, 2006) d’un espace tend à tenir les individus à distance dans une grande hétérogénéité, soit une articulation entre conjonction et disjonction. L’affirmation d’un entre soi communautaire parmi ceux s’appropriant un espace crée un rapport intime, signifie l’espace en lieu et exclut les autres qui sont invités à éviter cet espace, à circuler rapidement ou à se retirer du lieu. Des questions de cohabitation entre usages temporellement différenciés sont rendues visibles à travers les pratiques des HSH. Cela induit la dimension de la légitimité de la coprésence de l’autre en tant qu’étranger 5, de sa reconnaissance, tout en tenant compte de la stratégie des édiles urbains se devant de réaliser l’ordre social, d’éviter les débordements et accidents et redéfinissant l’(in-)désirable (Fleury & Froment-Meurice, 2014). Il s’agit donc de lire comment les HSH territorialisent et temporalisent les espaces publicisés pour s’adapter à ces stratégies.

14Ces frontières psychosociologiques sont ici mises à jour à travers des histoires spatio-temporelles issues des enquêtes ethnographiques. Alors que la géographie des nuits urbaines a l’image d’un archipel, avec une partition entre une ville qui dort, qui travaille, qui s’amuse, qui s’approvisionne, d’interstices et vide (Gwiazdzinski, 2005), les pratiques des HSH font lien entre ces polarisations contrastées. En effet, les espaces publics n’ont pas été conçus pour être adaptés à ces pratiques ; ce sont donc certains espaces vécus comme autorisés (par la confirmation de pratiques entre HSH) qui apparaissent fréquentés du fait de l’autoproduction d’une polarité sexuelle, entre HSH, bien souvent aux interstices. Les lieux des pratiques HSH ont évolué au gré des transformations urbaines, il en est ainsi de nombreux interstices laissés pour compte des documents d’urbanisme réglementaire et évoluant au gré des transformations urbaines (Gaissad & Audouit, 2014).

15Certains vont jusqu’à utiliser les applications de géolocalisation des homosexuels pour recréer une polarité sexuelle, acte sans rituel de fondation rendant quelque peu vaine une telle tentative. Il existe un certain nombre de lieux de drague entre HSH catégorisables ainsi : lieux de pause dans le trafic, lieux de la promenade, établissements dédiés à cette pratique et leurs pourtours, domicile. La discrétion étant une règle fondamentale, c'est par le bouche-à-oreille (entre personnes de confiance) que l’accès à ceux-ci s’opère. En effet, le jeu du cruising possède une certaine dose de risque, amenant à des formes d’attraction de ces lieux du désir enveloppés du mystère de la pratique et à des formes de répulsion liées aux dangers potentiels et représentations collectives sur les nuits. Pour dépasser le conditionnement des stratégies des édiles urbains de contrôle des usages des espaces publics, des tactiques sont mises en place par les HSH afin de permettre leurs pratiques intimes, dans l’obscurité. Ils utilisent les ressources présentes pour transformer l’espace et l’adapter à leur pratique.

16Les lieux de pause dans le trafic – notamment routier – telles les aires de repos sont des lieux vécus comme pré-indiqués où les pratiques des HSH sont tolérées, principalement de nuit. Il s’agit d’éviter la contravention pour « outrage public à la pudeur » (ou exhibition sexuelle) dans ces lieux publics. Cela pose question quand elle est appliquée de nuit, au moment du non ou moindre usage de ces lieux pour d’autres pratiques. Les pissotières et cabines de WC concentrent l’activité sexuelle, se prolongeant lors de la belle saison dans les fourrés ou les bois avoisinants, plus obscurs donc ne permettant pas de voir clairement le visage de l’autre, mais plus confortables pour des pratiques en groupe. Ces lieux attirent tant des résidents à proximité (nécessitant une connexion rapide à une agglomération urbaine), que des visiteurs, une attraction renforcée par l’imaginaire collectif autour de la figure du routier. L'activité la plus intense se situe à la fin d'une journée de travail (entre 17h et 19h) constituant une pause sur le trajet du retour au domicile avant de rejoindre – pour certains d’entre eux – leur famille, ainsi qu’au début de la nuit, avant l’activité de repos en son cœur. Ces lieux sont reconnaissables par le nombre de voitures garées à proximité, constituant un indicateur du nombre d’usagers pour celui qui s’y rend, ainsi qu’une identification du type d’usagers pour l’habitué. Les « tasses » sont choisies en fonction de leur emplacement : elles doivent être isolées des autres installations (pour éviter l'exhibition sexuelle), un purlieu est nécessaire (espace entre la sphère publique et le lieu de l'action) et certaines conditions matérielles permettant de suivre l’action (carreaux cassés et portes grinçantes par exemple pour entendre l'arrivée d'un individu étranger à l'action) (Humphreys, 2007). D'un point de vue fonctionnel, les cabines servent de backroom (pièce sombre où a lieu le rapport sexuel), parfois équipées d'un glory-hole (trou d'une dizaine de centimètres pratiqué dans un mur) comme lieu d'observatoire pour l'acteur se trouvant dans le box, ou lieu où passer son pénis pour espérer recevoir une fellation.

17La discrétion est assurée par l'obscurité ou une lumière minimale. Tout homme restant plus de cinq minutes dans les toilettes sera considéré comme une cible potentielle. Les hétérosexuels n'étant là que pour uriner, ils ne laisseront pas voir leur pénis aux autres et leur départ sera rapide. Un acteur ne possèdera que du court instant où il traverse la pièce pour appréhender la situation. Le pointeur (celui qui est « pompé » et actif dans la sodomie) et le pointé (celui qui est « suceur » et passif dans la sodomie) sont les acteurs de ces lieux, où le coït anal est moins pratiqué du fait de l'organisation spatiale peu adéquate et du fort taux de risque d'être surpris en pleine action. À proximité de ces acteurs, des guetteurs attendent, se masturbent ou s’excitent par l’observation de rapports sexuels en direct. Certains ne participent pas à l’action et sont présents pour « casser du PD », tels les loubards (jeunes agresseurs), alors que d’autres y pratiquent une activité de prostitution (les tapins). De fait, face aux intrusions, chaque acteur pratiquera sa propre petite enquête pour savoir si l'action peut se poursuivre : reconnaissance d'un habitué ou présence d'un inconnu. Si un danger est ressenti, la première réaction sera de fermer la braguette et de jouer l'innocent. En effet, le cruising présente le risque d'être découvert, dénoncé ou agressé. La police a un double rôle dans ce genre de lieu, d'où une certaine ambigüité. Elle peut venir au secours des acteurs en cas d'agression mais aussi procéder à des contrôles d'identité. Un informateur me racontait ainsi la dernière descente de police vécue à une aire de repos dans l’ouest de la France :

« J'arrivais tout juste en voiture, à peine je me suis arrêté que j'entends la police arriver. J'ai pas de chance, à chaque fois que j'y vais ils sont là. [...] Ils ont pris ma plaque d'immatriculation et ils ont vérifié mes papiers. Ils ont même osé me sortir un truc du genre : "Et qu'on ne vous revoie plus ici." Mais, j'avais le droit d'être là quand même, c'est une aire de repos ».

18Ce genre d'endroit fournit un alibi tout prêt du fait de sa fonction première : satisfaire un besoin primaire.

19Des lieux de la promenade, tels des bosquets, jardins publics ou plages, constituent une autre forme de polarité pré-indiquée pour les pratiques entre HSH. Le mode de fonctionnement est particulier, du fait de l’accessibilité et de la relative visibilité notamment en journée, se mêlant alors aux autres rôles sociaux en place tel le joggeur, mais pouvant aussi dénoter par sa présentation de soi inadaptée (l’homme en costume rentrant du travail). Les fourrés et coins isolés des regards et peu accessibles directement (accès par une grotte, en passant entre des buissons, etc.) constituent le cœur de l’activité. La première étape se déroule en voiture ou à pied : l'acteur tourne plusieurs fois autour ou à proximité du lieu de rencontre. Cette démarche possède deux finalités : montrer sa présence aux autres acteurs, mais également évaluer la dose de risque qu'il encourt. S'il juge pertinent de s'arrêter, il reste dans sa voiture quelques minutes pour observer le taux de fréquentation et l'utilité ou non d'entrer en action. Pour certains, l'action se déroule essentiellement sur le parking, quelques acteurs ayant repéré le « manège » du conducteur : en s'approchant du véhicule, l'acteur intéressé laisse présumer son envie d'un rapport avec le conducteur et si ce dernier lui ouvre la porte, le contrat est signé.

20Cependant, le conducteur du véhicule est le plus souvent obligé d'aller dans le lieu de drague même pour participer à l'action. Alors, tout un scénario se met en place : il se promène, tout d'abord, l'air de rien, de cette manière il n'attire aucun soupçon et peut observer qui pourrait être intéressant pour lui. Cela implique qu'il se soit auparavant informé des coins où a lieu l'action car une relative discrétion est assurée. Puis, il se pose à un endroit stratégique, suffisamment loin des participants pour s'enfuir rapidement en cas de danger imminent, mais assez près afin qu'il puisse se faire draguer. Le rapport sexuel a soit lieu sur place (si l'endroit est suffisamment isolé des regards indiscrets), soit dans l’un des endroits appropriés du lieu, soit chez l'un des partenaires et se limite majoritairement à une fellation. Il est à noter que ces hommes transforment le milieu pour le rendre confortable à leur pratique, en aménageant par exemple les buissons. Afin d’éradiquer ce type de pratique, la municipalité cherche à rendre visible ces lieux (en rasant les buissons, par exemple) ou y empêche l'accès la nuit (toilettes publiques en ville fermées par une grille).

21Les établissements dédiés à cette pratique et leurs pourtours consistent en des saunas, sex-clubs et établissements festifs avec backrooms. Ces lieux de libertinage sexuel sont conçus à cette fin et juridiquement privés. Les établissements à caractère sexuel ne sont pas situés au sein des polarités festives, mais à proximité, la trajectoire festive étant poursuivie en ces lieux quand la traque sexuelle (« draguer pour coucher », voire éventuellement développer une relation sentimentale) ne fut pas fructueuse (il en est de même pour les lieux de drague extérieurs et les applications de géolocalisation). La clientèle des lieux se constitue en fonction du type d’ambiance (musique, activité, identification aux autres), du coût d’entrée et de l’accessibilité au lieu en fonction de ses propres potentiels. Les réglementations horaires des établissements ne constituent pas un frein aux pratiques, notamment au sein des centres métropolitains où leur multitude permet l’accès à au moins un établissement quel que soit l’horaire. De nombreuses représentations collectives (circulant entre peu familiers de ces lieux, quand bien même ils puissent être homosexuels) portent sur ces espaces, moins liées à la nocturnité de la pratique qu’à la pratique elle-même qui relèverait du sale, de l’impur : un mélange de corps dénudés entre peu connus, de vieux et jeunes, d’animaux en traque, souillés d’infections sexuellement transmissibles et amoraux.

22La multitude des sex-clubs au sein des villes métropolitaines implique une trajectoire du sexe en fonction de la réussite de la traque, des horaires et configurations des établissements et des soirées à thème (indiquant à quels autres sera confronté l’individu), face au peu de sex-clubs en ville moyenne et intermédiaire, indiquant un « tropisme » des grandes villes pour les gays (Leroy, 2009). La discrétion est assurée : la porte d'entrée en métal se fond dans le décor de la rue, avec un petit écriteau sobre indiquant les horaires et l’activité de l’établissement. Le sas d'entrée permet aux gérants de garantir le bon fonctionnement de leur commerce : ne laisser entrer que les individus mâles, ayant une attitude leur paraissant correcte (non sous l'emprise excessive d’une substance psychoactive) et n'étant pas exclus d'entrée (à cause d'un comportement inapproprié lors d'une visite antérieure). L’entrée fait ainsi souvent l’objet de négociations face à ces lieux à la fois répulsifs au regard de ces représentations collectives et attractifs du fait du mystère les couvrant.

  • 6 Le poppers est un vasodilatateur, sous la forme d’un mélange de liquides volatils (contenant des ni (...)

23L'espace est divisé en plusieurs niveaux, avec : le vestiaire qui joue un rôle à part entière pour observer le nouvel arrivant (cible potentielle) et changer d'apparence afin de suivre le dress-code : nudité, cuir, cagoule, etc. ; le fumoir qui est un espace mis en place plus récemment dans l’aménagement des lieux, en raison de la nouvelle législation, constituant un espace confiné de sociabilités ; le bar constituant le lieu de pause sexuelle et de convivialité en soi, pouvant se situer dans la continuité d’une trajectoire festive ; les espaces dédiés aux pratiques de jeux sexuels, sans que la frontière soit totalement étanche en termes de pratiques sexuelles. Le territoire sexuel est divisé en un ensemble de petites backrooms (pièces sombres) différemment aménagées pour multiplier les rencontres et plaisirs : cabines avec un sling, grande backroom (pour les groupes), salle commune (réservée aux pratiques sado-masochistes), etc., en sus des toilettes (facilitant les pratiques liées à l’urophilie). Le lieu est peu éclairé, des télévisions passent en boucle des films pornographiques gays. Le safe-sex est prôné du fait de la forte présence, aujourd’hui, des associations de prévention sanitaire et sexuelle et du syndicalisme gay. Des aides à la sexualité peuvent être fournies au bar, en sus d’une boisson alcoolisée ou non : aides à l’érection, poppers 6, sex-toys, etc., du fait entre autres de la prise de substances psychoactives réduisant les capacités de performance sexuelle.

24Du fait de sa fonction, l'entrée au sein de l’établissement est interdite aux mineurs (malgré la législation en vigueur), la majorité de clients ayant entre 25 et 50 ans. Certains couples spontanés ne connaissent pas leurs prénoms respectifs, ce qui n'exclut pas la convivialité. De fait, au regard de mes enquêtes, les habitués sont nombreux, qu’ils poursuivent leur soirée après leur service au restaurant ou en bar, ou qu’ils soient des afficionados des lieux. Ce sont ceux qui resteront le plus longtemps sur les lieux face aux autres visiteurs plus ou moins initiés, dont les plus furtifs seront les quelques individus venant le temps de « tirer leur coup ». Dans les darkrooms, la finalité première est le rapport sexuel avec des corps masculins, la pénombre empêchant de voir totalement à qui l'on a affaire. Il est alors habituel d'avoir un rapport sexuel avec plusieurs partenaires, dans la même soirée. Dans certaines backrooms, les corps vont et viennent, se prêtent et s’échangent. Apparaît un véritable communalisme sexuel ; les critères physiques ayant peu d'importance. Au sein des saunas, la demande d'hygiène et l’activité de bien-être rendent cet endroit moins « glauque » pour les informateurs qu'un sex-club où les odeurs de sueur, sperme et cuir se mêlent dans une ambiance pasolinienne, les lieux confortables, vastes et modernes laissent place à un décor industriel, parfois vétuste, où le sordide participe à la création de l’ambiance sexuelle. Cette ambiance peut alors être recherchée lors de pratiques sexuelles entre hommes à domicile où la prise de substances psychoactives est un exhausteur de l’expression bacchique de ses désirs. Des évolutions voient le jour, avec des sex-clubs davantage visibles depuis la rue, à la décoration acidulée publicisant la sexualité suivant le modèle des love store à Pigalle (Paris) remplaçant les sex-shops précédents du fait d’une évolution des mœurs, des modes de rencontre et de la pornographie. Ils sont destinés à une population plus jeune ou attirée par la jeunesse, tant dans la décoration que dans l’organisation socio-spatiale et les soirées thématiques proposées.

25Enfin, au sein d’établissements festifs, des backrooms peuvent être mises en place. Il en est ainsi du bar de copas gay « Black and Whyte » à Madrid (un bar de nuit à vocation de danse) fréquenté par des clients d’âge mûr et des prostitués d’origine latino-américaine. Les hommes défilent aux toilettes pour satisfaire une envie sexuelle, où la passe dure moins de dix minutes. Il en est de même dans des établissements spécialisés en after hours, où les toilettes servent à la fois de lieu où se droguer et de lieu où satisfaire un désir sexuel. Cependant, cela ne modifie pas les représentations collectives sur ces lieux à la fois attirants pour l’individu-client mais repoussants dans les représentations collectives, du fait du mystère des relations intimes les enveloppant.

La commutation des relations sexuelles en public

26La qualité des interactions entre HSH dépend, entre autres, d’un travail d’identification de l’autre et par l’autre, amenant à redéfinir l’accessibilité sociale de cet autre, en termes de rapports sociaux de sexe, de genre, générationnels, de classe et racisés.

27Les échanges entre HSH sont brefs, ils peuvent se limiter à un échange de regards et à une parade d’intentions selon la terminologie goffmanienne, menant à l’acte sexuel si la confirmation est apportée par le fait de se rapprocher ou de ne pas se dégager du toucher par l’autre. Ces échanges débutent, s’ils sont verbaux, par des banalités communes et conventionnelles, relatives au prénom, parfois inventé, au lieu de vie et surtout à la position sexuelle résumée ainsi : « actif ou passif » pour désigner celui qui sodomise ou se fait sodomiser lors de cette relation sexuelle-là, ainsi que celui qui pratiquera la fellation, tout en sachant que des HSH pratiquent les deux positions mais ils ont tendance à se cantonner à l’une d’entre elles lors d’une relation sexuelle. Cet échange est accompagné d’une gestuelle corporelle assurant l’orientation de l’interaction demandée et permettant à l’autre de s’orienter dans celle-ci, par un toucher au niveau du territoire corporel de l’autre, qui serait vécu comme une offense dans toute autre situation (Goffman, 1973). Cette rencontre a tendance à amoindrir la caractéristique anonyme de l’autre, soit des interactions sociales qui commencent, se développent, se transforment et s’atténuent, pour éventuellement traquer un autre partenaire.

  • 7 Selon Erving Goffman, l’« inattention civile » consiste en un coup d’œil pour reconnaître la présen (...)

28Le silence est la norme dans les endroits obscurs (darckrooms, salle de cinéma des peep-shows, buissons, etc.). L’indésirable est le cas d’un homme rompant ces conventions interactionnelles par un rire éclatant. Si interaction il doit y avoir, ce sera à voix basse, sous la forme de rites verbaux et gestuels. Pour établir une communication, chaque mouvement du corps de l’autre est observé : geste de la main, mouvement des yeux, manipulation et érection du pénis, signe de la tête, changement de posture, déplacement. Quand des individus ne respectent pas ces règles, le rapport sexuel est interrompu, certains l'expriment ainsi : « Quand il y en a qui se mettent à parler à voix haute, ça me fait tout de suite débander, déjà que l'endroit est un peu glauque ». Ceux dont le comportement est inapproprié subiront un certain nombre de sanctions : fin des rapports pendant une durée indéterminée, moqueries (si quelqu'un se met à exprimer sa jouissance sans retenue) ou remarques inopinées. Le silence ne correspond pas pour autant au droit à la tranquillité ou à l’« inattention civile » 7 (Goffman, 1973, 2013), marqueurs des relations « anonymes » dans les espaces urbains (Sansot, 1980), mais d’un secret commun à partager, une protection de son intimité car l’un ne se sent pas pleinement à sa place sociale (étant par exemple en couple hétérosexuel) ou l’autre ne se sent pas pleinement à sa place morale (pratiquant des actes sexuels collectivement stigmatisés tel le sado-masochisme).

29Ces rencontres restent des relations de sociabilité constituant des « liens faibles ». Le fait d’échanger, quand bien même cet échange puisse être fructueux, ne se transforme que rarement en une relation durable, ou alors elle restera régulière au sein du lieu de la pratique et pour celle-ci. De fait, le silence est une forme de protection de ses autres facettes identitaires. Ainsi, l'échange de données biographiques est à éviter, tel que le fait de « débiner » un partenaire sexuel de rencontre. La relation à l’autre – principalement aux corps de ces autres – est en effet spécifique en ces lieux, la nudité partielle devenant la norme, l’origine spatiale de l’autre (reflétant son origine sociale) important peu, seuls son comportement érotisé et son apparence fantasmée (pour partie à travers le fétichisme) jouant pleinement un rôle. L’entrée au sein de ces lieux nécessite ainsi de s’adapter à la situation, en se rapprochant de fantasmes partagés mais en se refusant à rappeler d’autres sphères identitaires telle la sphère professionnelle marquée, par exemple, par le port du costume-cravate. Plusieurs générations se retrouvent dans cet entre soi ne formant pas une communauté, mais permettant la coprésence de subcultures multiples, plus spécifiquement au sein des sex-clubs où les fétiches s’expriment plus visiblement. Il en est ainsi, par exemple, des définis « bears », ces HSH qui ont pour point commun une apparence particulière (pilosité faciale, pilosité corporelle et masse corporelle importantes) et une revendication d’une forme de douce virilité ; il en est de même des « BBB » (Blacks, Blancs, Beurs) faisant référence aux clichés portant sur les jeunes résidant en cité d’habitat social et étant ici caractérisés par une culture musicale urbaine et du streetwear ; ou encore des multiples communautés pratiquant le sado-masochisme et se référant à des codes vestimentaires et attitudes spécifiques (cuir, latex, harnais, fouets, etc.). Chacune de ces subcultures possède ses propres codes en termes de pratiques sexuelles spécifiques, telle la relation domination-soumission pour le sado-masochisme pouvant même se référer à la relation maître/animal domestique, avec une quête d’authenticité redéfinie qui joue sur le fait d’inclure ou non l’autre HSH dans son groupe référant à une subculture.

30Au sein des lieux de la pratique, la protection de l’autre passe aussi par la protection du territoire sexuel qui sera co-construit par des marqueurs de plus ou moins grande ouverture, d’une cabine fermée à clé signifiant un rapport de l’entre soi à une formation en public, ouvrant les possibles interactionnels. Il apparaît alors incongru de pénétrer dans un tel territoire marqué comme en retrait, verrouillé ou lors de l’action sexuelle, les autres se devant de prendre le rôle d’onaniste ou de voyeur, d’attendre éventuellement leur tour ou que l’ouverture à l’acte soit entendue. Pour faire comprendre leur acte, marquer leurs intentions, les HSH prennent position suivant leur rôle. La première manifestation correspond à une certaine « masturbation sans conviction », laissant apparaître une certaine érection et monter progressivement le désir. Puis, l’échange de regards mutuels permet l'établissement d'un contact avec l’autre. Le contrat est signé quand l'un s'empare du sexe en érection de son partenaire ou entre dans le « box » ou le buisson, c’est à dire dans le territoire sexuel de l’autre. Rompre le contrat en se rhabillant ou en fuyant le lieu de l'acte sexuel est perçu comme inconvenant, créant un discrédit de l’individu pouvant l'empêcher de signer d'autres contrats.

31L’éjaculation n’est pas obligatoire pour clore l’interaction, l’idée pouvant être de multiplier les partenaires sexuels, sous la forme de performances sexuelles liées au virilisme de la masculinité. Les sex performers enchaînent les partenaires comme autant d'épreuves sportives. La prise de substances psychoactives augmente l’intensité des échanges en se rendant moins imperméable à la rencontre et davantage réceptif à l’univers de significations de l’autre, notamment en termes de pratiques, permettant de relâcher son carcan normatif pour accéder à un autre-que-soi jusqu’à épuisement du corps, pouvant parfois s’endormir sur place. L’échange est alors médiatisé par l’objet de la drogue conduisant au désir du corps fantasmé et non de l’identité personnelle. A contrario, « ceux qui tournent » – c’est-à-dire principalement les plus jeunes et moins initiés à ces pratiques sexuelles – ou ceux qui sont trop alcoolisés sont déconsidérés, ne permettant pas d’engager un acte sexuel.

32Ce qui se joue dans l’ordre interactionnel n’est pas tant l’origine socio-économique de l’autre que le rôle social qu’il se plait à jouer. Il en est ainsi, par exemple, de l’homme se présentant avec une gestuelle et des vêtements féminins, tout en ayant un gabarit corporel féminin (c’est-à-dire mince), potentiellement déprécié par des homosexuels et traité de « maricon » à Madrid ou « folle » en France, ou étant a contrario l’objet d’un fantasme sexuel. La valeur dépréciative dans certains lieux de vie (résidentiels et professionnels) ordinaire est relative à un détournement de la virilité (pouvant amener des hommes homosexuels à changer de vêtements entre leur lieu de résidence et le milieu homosexuel afin d’éviter une agression). Ainsi, s’intéresser aux interactions sociales dans les lieux des pratiques entre HSH permet d’élargir l’idée de traque au-delà du couple binaire féminin-masculin. Les seuils symboliques des quartiers identifiés comme LGBT sont intéressants à ce propos, tant une modification de la corporéité est visible. La démarche est différente, marquant une ouverture vers l’autre et un relâchement de l’autocontrôle relatif aux espaces urbains masculinisés, où l’on peut se permettre de chercher une interaction par le regard avec les coprésents (la probabilité qu’ils soient gays étant plus importante que dans les autres espaces urbains).

33Ainsi, une forme de sentiment d’appartenance à la communauté se fait ressentir, où les regards sont plus insistants et les interactions sont facilitées. Marcher, en soirée, dans ces espaces urbains peut amener à se faire interpeler (interjection ou sifflement) par un inconnu passant à pied ou à vélo. À proximité des établissements sexuels, certains hommes solitaires – et moins intégrés au milieu homosexuel – attendent en errant la nuit dans ces quartiers pour participer aux pratiques des HSH. Les réactions des dragués sont alors similaires à celles de la plupart des femmes, repoussant plus violemment ces interactions quand elles sont produites par des perçus indésirables. Il arrive même de se faire siffler d’un balcon pour monter voir l’homme désirant une relation sexuelle. Ce type d’interactions est assez commun et partagé au sein de ce milieu, l’hypothèse posée ici étant que la probabilité de connaître l’orientation sexuelle de l’autre est facilitée, ainsi que sa potentielle acceptation car ce système est similaire aux applications géolocalisant les hommes gays autour de soi et centrées principalement sur des rencontres sexuelles éphémères.

34Au cœur de la nuit, l’alcool et les autres substances psychoactives aidant, la densité de population plus faible et homogène au niveau de l’orientation sexuelle, la traque se veut plus intense. Ainsi, des hommes assis sur des marches peuvent émettre à haute voix un jugement sur le passant, suivant une séquence similaire aux traques hommes-femmes. Les stratégies utilisées par les dragués pour repousser les indésirables sont alors similaires aux stratégies des femmes : refus d’interaction, voix élevée, vitesse du pas accéléré, évitement, etc. Néanmoins, au-delà des rapports sociaux de sexe et de genre, d’autres critères entrent en jeu dans ce type d’interactions, tels que des rapports sociaux racisés, dans un motif de séduction érotisée. À Madrid, peut être notée une hypersexualisation tournée vers les personnes identifiées comme latino-américaines, certains se retrouvant seuls au cœur de la nuit sur une place centrale pour proposer des services tarifés. Cela relève d’un nouveau type de racisme, engendrant – de la part des dragué(e)s – une perception plus agressive de la drague et un évitement du sentimentalisme (car ces personnes sont identifiées comme d’origine socio-économique populaire), sauf en cas de désir d’une relation sexuelle (où ils sont parfois traqués), qui peut être tarifée.

35L’espace public apparaît donc « masculinisé » et « hétéronormatif ». Cependant, des tactiques sont mises en place pour reprendre la main sur ce placement social. L’identité gay n’est défendue principalement qu’au sein des sex-clubs et de territoires identifiés gays, face aux individus présents dans les espaces extérieurs devant composer avec de multiples identités sexuelles.

Comprendre les relations sexuelles entre HSH en tant que marqueurs des transformations socio-urbaines contemporaines

36La description des pratiques spatio-temporelles des HSH permet de les replacer dans le cadre de la troisième modernité, relative à une accélération des rythmes sociaux depuis les années 1960-70. L’interprétation à donner à cette nouvelle phase de la modernité diverge, selon le fait de la considérer en tant qu’inflexion de la modernité ou que rupture historique. François Ascher (1995, 2000) – qui enrichit les travaux d’Anthony Giddens et d’Ulrich Beck – opère un codage positif de la modernité avancée, en tant que radicalisation des processus relatifs à la modernité avec davantage d’individualisation, de rationalisation et de différenciation sociale. L’auteur considère qu’un accroissement des distances physiques est rendu possible par le perfectionnement des moyens de déplacement et de communication, ainsi que la dissociation entre l’espace et le temps (désenchâssement, délocalisation, désynchronisation), en lien avec des phénomènes de relocalisation.

  • 8 Le milieu gay correspond à l’implantation, dans les années 1980-1990, de commerces destinés aux hom (...)

37Les pratiques HSH sont aussi l’objet de ce processus de délocalisation et relocalisation. Elles se déroulent, d’une part, au sein d’aires territoriales sanctuarisées et relatives au milieu gay 8, qui constitue un réseau complexe de ressources pouvant être assimilable au phénomène de coterie de la bourgeoisie de la fin du xviiième siècle. Il en est ainsi concernant des quartiers centraux tel celui de Chueca à Madrid ou du Marais à Paris. Ce type de quartier peut être considéré telle une « région morale », soit une répartition auto-ségréguée de la population des homosexuels en fonction de leurs goûts, intérêts et tempéraments (Park, 1925). La différence ici est la concordance entre cette répartition homosexuelle et les intérêts économiques des commerces LGBT. La concentration des potentiels de sortie entre pairs et de rencontres entre HSH permet la formation d’une région morale homosexuelle, amenant à inclure les divers lieux de pratiques entre HSH (établissements, lieux de la promenade ou de pause dans le trafic).

  • 9 Cités par Renaud Boivin (2013).

38A Chueca, les pratiques de HSH étaient présentes dans les années 1920 (toilettes publiques, cabarets travestis, espaces publics, etc.). La représentation d’une communauté gay – dans les travaux académiques et dans les mentalités collectives – prend les années 1990 comme point de départ (Fernández, 2007 ; García, 2000 ; Santos, 2002 9), soit bien après l’histoire des pratiques HSH. Suite à la reconnaissance sociale, politique et symbolique de l’homosexualité dans les années 1980-1990 et à l’implantation de commerces destinés aux homosexuels, l’image du quartier Chueca est devenue positive, un quartier aujourd’hui prospère économiquement et attractif pour le tourisme (dont homosexuel) et d’autres groupes de gentrifieurs, excluant des groupes définis comme « indésirables » à proximité (les consommateurs de drogues et les dragueurs HSH). Il s’agit d’un processus de gentrification et de valorisation urbaine – nommé « gaytrification » (Giraud, 2010) – qui a homogénéisé le style de vie gay.

39Les lieux des pratiques sexuelles entre HSH constituent donc des territoires d’identification, tels que, pour les homosexuels, le « milieu » gay, le « village » gay, etc., autant de territoires de socialisation à des manières d’être homosexuel avec des valeurs partagées entre ceux-ci. Mais le stigmate homosexuel concoure à la formation d’un jeu de proximité-distance dans l’identification à ce « milieu gay », amenant à l’indicible de relations sexuelles au secret sacralisé. Les individus hors-milieu ne s’identifient pas majoritairement à cette caractéristique pour se définir. Ceux-là vont avoir moins tendance à se délocaliser et à se désynchroniser du fait des contraintes de la vie familiale et de l’indicible de leurs pratiques sexuelles. Le dilemme se pose dans l’identification pour autrui, dans la perception qu’a l’autre d’un individu en tant qu’homosexuel, impliquant alors la connaissance de codes d’identification : gestes, regards, présentation de soi spécifique. Il en est ainsi de symboles tels le drapeau arc-en-ciel (ou rainbow) ou du bandana qui fut un signe d'appartenance codifié de la communauté homosexuelle durant les années 1970-1990, notamment pour signifier la position sexuelle (selon la poche dans laquelle il est mis) et les pratiques sexuelles (selon la couleur), non réitérée par les HSH ne s’identifiant pas comme homosexuels.

40Le choix du lieu de drague pour ses propres pratiques sexuelles entre hommes (aussi en fonction de son appartenance à une subculture spécifique) amène au partage d’un système de sens et de valeurs propres aux pratiques sexuelles entre HSH, permettant de reconnaître ces lieux et de se les approprier. Ces codes partagés encouragent au processus de relocalisation réflexive et choisie et à la visite de lieux de drague hors de leur propre territorialité habituelle. Le processus de délocalisation entre en ambivalence avec le caractère localiste de la socialisation à l’être homosexuel se modifiant avec les sites Internet de rencontres, applications mobiles, magazines LGBT, etc. Cet entremêlement produit une « géographie du fluide et du flou » (Monnet, 2001, 2010), les territoires ayant un caractère mouvant et incertain du fait d’une intensité de pratiquants variant selon les temporalités et les espaces.

41Ces pratiques sexuelles entre HSH sont donc homogénéisées, reflétant la synchronisation des rythmes sociaux qui définissent une plus grande intensité de fréquentation des lieux de la pratique entre HSH (en fonction des heures de travail ou des trajectoires festives), mais la palette des spécificités s’élargit par les contacts socio-culturels multiples, les valeurs et expériences partagées, amenant à l’expression d’une alter-temporalité en sus de l’alter-spatialité. Dans ce cadre, et en lien à la disparition progressive du « milieu » gay, se développent les pratiques à domicile : des relations sexuelles « uberisées » entre peu connus, issues principalement des rencontres virtuelles et géolocalisées à travers des applications permettant un accroissement des prises de distance socialement. Elles peuvent mener à des « plans chems », une sexualité sous drogues permettent de modifier la perception sensitive du rapport à l’autre en contexte sexuel à domicile.

42Les interactions directes et celles médiatisées par le téléphone portable se multiplient donc et s’entremêlent. Elles sont liées à un processus de rationalisation qui se poursuit dans la modernité avancée pour devenir une réflexivité perfectionnée et étendue dans les sphères plurielles de la vie sociale. De fait, les HSH sont des individus à multiples facettes, l’identité n’étant plus cristallisable dans une figure stable, unitaire et à référence collective. Les HSH participent à la formation de cette nouvelle société « commutative » selon les termes de François Ascher (2000), chaque individu commutant d’un champ social à l’autre, pouvant passer de son emploi de cadre dominant à la position passive dans un bosquet à l’heure du déjeuner, d’une soirée festive en bar hétéro à une sexualité débridée en sex-club gay, etc. Les individus commutent d’un réseau à un autre, montrant la segmentation de leur vie sociale et valorisant une facette identitaire. Les liens sociaux sont multipliés et les modes de communication varient, amenant à la création d’un tissu social fin et élastique, ce qui est facilité par les applications de géolocalisation. La morphologie sociale mute donc pour fonctionner en réseaux, avec des liens sociaux aux autres HSH multiples, sexualisés, diversifiés, à l’image des sex performers. Cependant, les HSH habitués de certains lieux constituent des gardiens de la mémoire collective et du communalisme, ainsi que des protecteurs du secret entourant ces relations, marquant les lieux de leur présence prolongée (face à la vitesse de celui venu « tirer son coup ») et permettant de partager un moment convivial, au-delà du simple échange de corps presque anonymes.

  • 10 La Prophylaxie pré-exposition est une stratégie de réduction du risque de contracter le VIH basée s (...)

43Par conséquent, les relations sexuelles entre HSH laissent apparaître des éléments de la modernité avancée en termes de fluidité, délocalisation et désynchronisation, amenant les individus à développer une forme de confiance en déléguant leur choix à un système abstrait pour se protéger des risques liés à ces pratiques, qu’ils soient médicaux (par le port du préservatif, la prise de la PREP 10, etc.) ou identitaires (le fonctionnement secret du collectif). Cependant, ces traces de la modernité avancée entrent en confrontation avec un autre système de valeurs, plus flou en termes de territorialité et temporalité, se jouant de la lenteur et d’un marquage territorial par les gardiens des lieux, vers une forme de convivialité (au sens d’Ivan Illich) des outils (dont le choix sur le port du préservatif ou non) et institutions pour préserver leur autonomie.

  • 11 Voir note 5.

44Or, les autorités urbaines contribuent à légitimer certains usages au détriment d’autres. La gestion des pratiques sexuelles entre HSH réitère les représentations sociales sur les nuits urbaines, comme temps du repos et temps du divertissement. Les autorités publiques se positionnent en médiateur et régulateur des activités nocturnes. Au départ, les souffrances citoyennes (des « entrepreneurs de morale ») entendues ont encouragé à la mise en place d’un certain nombre de décisions (souvent répressives) pour y remédier (taille des buissons, grilles, etc.). Puis, les questions de tranquillité publique ont été progressivement transformées, dans la communication politique, en prévention des conduites à risques (en termes de sexualité et prises de substances psychoactives) et sanction des incivilités (telle l’atteinte à la pudeur). La nuit est considérée par les acteurs d’abord en termes de conflits, de nuisances et/ou d’insécurité, amenant au développement de dispositifs de prévention situationnelle (présence policière, etc.) (Benbouzid, 2010). Il existe cependant un décalage entre le passage affiché d’un registre à un autre, visant finalement à normaliser les comportements. Cela induit la dimension de la légitimité de la coprésence de l’autre en tant qu’étranger 11, de sa reconnaissance, tout en tenant compte de la stratégie des édiles urbains se devant de réaliser l’ordre social, d’éviter les débordements et les accidents et redéfinissant l’(in-)désirable (Fleury & Froment-Meurice, 2014).

45La compréhension des pratiques sexuelles entre HSH amène donc à comprendre leur problématique de reconnaissance, selon la théorisation d’Axel Honneth (2010). La théorie du sujet se réfère à ce dernier, en articulant socialisation et construction de l’identité via les autruis significatifs et les autruis généralisés, où la quête de la reconnaissance est une attente morale : l’humain cherche à être valorisé par une confirmation d’autrui de ce qu’il pense être ses capacités et qualités morales (Honneth, 2010). Les relations primaires permettent de construire de la confiance en soi au sein de la sphère de l’amour amical et familial, une reconnaissance par la sollicitude personnelle face aux sévices physiques du mépris qui se lisent pour les HSH à travers l’homophobie menant à l’injure et aux agressions. Les relations juridiques permettent de développer un respect de soi au sein de la sphère juridico-politique des droits et devoirs, une reconnaissance développée par la considération cognitive face au mépris de l’exclusion sociale. Cela est soulevé au sein des HSH par des droits civiques amoindris et posant les questions du droit à la nuit, du droit à la ville et du droit à la sexualité entre hommes. La communauté de valeurs permet de construire une estime de soi au sein de la sphère éthique, face au mépris de l’humiliation comme atteinte à la dignité, visible au sein des pratiques entre HSH par leur légitimation collective de valeurs plus ou moins en adéquation avec la société, dont leurs autres groupes d’appartenance.

46Plus largement, les sociétés occidentales tendent à approuver socialement de profonds changements, tel le mariage homosexuel légalisé en 2002 en Belgique, en 2005 en Espagne et en 2013 en France. Malgré ce contexte de reconnaissance juridique, ces formes de sexualité entre HSH, augmentées parfois de prises de drogues, sont gérées par les édiles urbains sous un régime prohibitif inégalitaire et par les associations de prévention sanitaire et sexuelle sous un régime biomédicalisant les corps homosexualisés. L’homosexualité constitue toujours un « stigmate » au sens d’Erving Goffman (1975), selon un étiquetage social produit par des « entrepreneurs de morale ». L’individu doit gérer la tension entre cette norme et son identification pour soi, amenant des HSH à se définir clairement comme hétérosexuel ou bisexuel pour éviter ce stigmate, ce qui contribue à l’invisibilisation des HSH et à la marginalisation sociale, spatiale et temporelle de leurs pratiques sexuelles, aux confins des normes morales poliçant la présentation de soi en public.

Haut de page

Bibliographie

Adler P. A. & P. Adler (1987), Membership Roles in Field Research, New York, Sage Publications.

Amador C. et al. (2005), « El consumo de alcohol en la lógica del botellón », Adicciones, vol. 17, n° 3, pp. 193-202.

Aries P.(1960), L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Éditions Plon.

Ascher F. (1995), Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Éditions Odile Jacob.

Ascher F. (2000), Ces Événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. Essai sur la société contemporaine, La Tour d’Aigues, Éditions L’Aube.

Attias-Donfut C. (1996), « Jeunesse et conjugaison des temps », Sociologie et sociétés, vol. 28, n° 1, pp. 13-22.

Becker H. S. (1985[1963]), Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié (trad. J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie).

Benbouzid B. (2010), « Urbanisme et prévention situationnelle : le cas de la dispute des professionnels à Lyon », Métropoles, n° 8 [En ligne] https://journals.openedition.org/metropoles/4391

Bertin S. (2016), Le Paysage urbain nocturne : une dialectique du regard entre ombre et lumière, Thèse de Doctorat en Design, dirigée par T. Vaïkla-Poldma, S. Paquette, Université de Montréal.

Boivin R. (2013), « Rehabilitación Urbana y Gentrificación en el Barrio de Chueca: la Contribución Gay », Revista Latino-americana de Geografía e Gênero, vol. 4, n° 1, pp. 114-124 [En ligne] https://revistas2.uepg.br/index.php/rlagg/article/view/3631

Bonny Y. (2010), « Les pratiques festives nocturnes dans les espaces urbains centraux », programme de recherche MAGIE, Eso-Rennes.

Bouillon F. & J. Monnet (dir.) (2016), « L’observation et ses angles », Espaces et sociétés, n° 164-165, pp. 9-17 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2016-1-page-9.htm#

Bourdieu P. (1978), « La jeunesse n’est qu’un mot », Entretien avec A.-M. Métailié, paru dans Les jeunes et le premier emploi, Paris, Association des Âges, pp. 520-530.

Bruneteaux P. & C. Lanzarini (1998), « Les entretiens informels », Sociétés contemporaines, n° 30, pp. 157-180.

Buford May R. A. (2014), Urban Nightlife. Entertaining Race, Class, and Culture in Public Space, New Brunswick-New Jersey-London, Rutgers University Press.

Butler J. (2004), « Faire et défaire le genre », Conférence donnée à l’Université Paris X-Nanterre, Centre de recherche sur l’art, 25 mai.

Cabantous A. (2009), Histoire de la nuit. XVIIème-XVIIIème siècle, Paris, Éditions Fayard.

CANDELA (2015), « Rapatrier la vie nocturne pour mieux la contrôler ? Une analyse des politiques de la nuit lilloise », Colloque international Cohabiter les nuits urbaines. Penser, sentir et narrer la vie nocturne, organisé par Lab’Urba, Lavue, Prodig, Pacte, Paris, Marne-la-Vallée, 5-6 mars.

Cauquelin A. (1977), La Ville, la nuit, Paris, Presses universitaires de France.

Challeat S. (2010), Sauver la nuit. Empreinte lumineuse, urbanisme et gouvernance des territoires, Thèse de Doctorat en Géographie, dirigée par A. Larceneux, Université de Bourgogne, 13 octobre.

Chapoulie J.-M. (1984), « Everett C. Hughes et le développement du travail de terrain en sociologie », Revue française de sociologie, vol. 25, n° 4, pp. 582-608.

Czuser A. (2017), « Laisser des marques et prendre des notes. De l'implication ethnographique au sein d'une communauté BDSM », colloque Ethnographies Plurielles #7 : Ethnographie et Engagements, Université de Rouen-Normandie, 9 novembre.

De Baecque A. (2015), Les Nuits parisiennes. XVIIIème-XXIème siècle, Paris, Éditions du Seuil.

De Sablet M. (1988), Des Espaces urbains agréables à vivre, Paris, Éditions du Moniteur.

Defrance A. (2017), Bruits nocturnes, conflits et résolutions dans les quartiers centraux des villes, Thèse de Doctorat en Urbanisme et aménagement de l’espace, dirigée par Y. Fijalkow, Université Paris-Ouest Nanterre, 31 janvier.

Delattre S. (2003[2000]), Les Douze heures noires. La nuit à Paris au XIXème siècle, Paris, Éditions Albin Michel.

Delumeau J. (1978), La Peur en Occident (XIVème-XVIIIème siècles). Une cité assiégée, Paris, Éditions Fayard.

Deschamps C. (2006), Le Sexe et l’argent des trottoirs, Paris, Éditions Hachette.

Deschamps C. (2011), « Deux usages, deux médiatisations : un dispositif. L’espace public de femmes prostituées et de femmes multipartenaires », Pensée plurielle, vol. 2, n° 27, pp. 59-73.

Desse R.-P. (2015), « Temporalités nocturnes des espaces publics. Les soirées festives dans les villes universitaires », dans Soumagne J. (dir.), Temps et usages de la ville, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Durkheim É. (2007[1937]), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Elias N. (2002 [1973]), La Civilisation des mœurs, Paris, Éditions Calmann-Lévy (trad. P. Kamnitzer).

Espinasse C., Gwiazdzinski L. & É. Heurgon (dir.) (2005), La Nuit en question(s), La Tour-d’Aigues, Éditions de L’Aube.

Farnie D. (2006), « Le "Botellón" : l’alcool hors les murs », dans Salaün S. & F. Etienvre (dir.), Ocio y Ocios. Du loisir aux loisirs (Espagne XVIIIème-XXème siècles), Centre de recherche sur l’Espagne contemporaine, Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III, pp. 15-39.

Fiori S. (2000), « Réinvestir l’espace nocturne : les concepteurs lumière », Les Annales de la recherche urbaine, n° 87, pp. 73-80.

Fleury A. & M. Froment-Meurice (2014), « Embellir et dissuader : les politiques d’espaces publics à Paris », dans Da Cunha A. & S. Guinand, Qualité urbaine, justice spatiale et projet. Ménager la ville, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, pp. 67-79.

Freyssinet-Dominjon J. & A.-C. Wagner (2003), L’Alcool en fête. Manières de boire de la nouvelle jeunesse étudiante, Paris, Éditions L’Harmattan.

Gaissad L. (2009), « De vrais hommes entre eux. Lieux de drague et socialisation sexuelle au masculin », Sextant, vol. 27, pp. 45-60.

Gaissad L. (2013), « La Démence ou la dépense ? Le circuit festif gay entre consommation et consumation », Ethnologie française, vol. 43, n° 3, pp. 409-416.

Gaissad L. & C. Audouit (2014), « Lieux de drague dans l’espace "naturel" : un patrimoine au-dessus de tout soupçon ? », Espaces et sociétés, vol. 1-2, n° 156-157, pp. 161-176.

Girardon J. (1980), Quand la Ville dort mal : le sentiment d’insécurité, Paris, Éditions Stock.

Giraud C. (2010), Identités homosexuelles et processus de gentrification à Paris et à Montréal, Thèse de Doctorat en Sociologie et Anthropologie, dirigée par J.-Y. Authier, Université Lumière Lyon 2, 29 octobre.

Goffman E. (1973 [1959]), La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de minuit.

Goffman E. (1975), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de minuit.

Goffman E. (2013 [1963]), Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Éditions Economica.

Grafmeyer Y. & I. Joseph (dir.) (1990 [1979]), L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Éditions Aubier.

Guerin F. (2015), « L’easyjet-setting de Paris à Berlin », Téoros, vol. 34, n° 1-2 [En ligne] https://journals.openedition.org/teoros/2731

Guerin F. (2017), Enjeux socio-urbains du noctambulisme. Les cas de Paris et Madrid au début du XXIème siècle, Thèse de Doctorat en urbanisme et aménagement de l’espace, dirigée par J. Monnet, F. Cruces Villalobos, soutenue le 23 février, Université Paris-Est.

Gwiazdzinski L. (2002), La Nuit dimension oubliée de la ville : entre animation et insécurité. L’exemple de Strasbourg, Thèse de Doctorat en géographie, dirigée par C. Cauvin-Reymond, Université Louis Pasteur, décembre.

Gwiazdzinski L. (2005), La Nuit, dernière frontière de la ville, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Hannerz U. (1987 [1983]), Explorer la ville. Eléments d’anthropologie urbaine, Paris, Éditions de Minuit

Honneth A. (2010 [1992]), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Humphreys L. (2007 [1975]), Le commerce des pissotières : pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 1960, Paris, Éditions La Découverte.

Ibusza B. (1972), L’Éclairage public et la signalisation, Paris, Éditions Jacques Fréal.

Lahire B. (1998), L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Éditions Nathan.

Le Bot J.-M. (2002), Aux Fondements du lien social. Introduction à une théorie de la personne, Paris, Éditions L’Harmattan.

Leroy S. (2009), « La possibilité d’une ville. Comprendre les spatialités homosexuelles en milieu urbain », Espaces et sociétés, vol. 4, n° 139, pp. 159-174 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2009-4-page-159.htm

Lofland L. H. (1985 [1973]), A World of Strangers. Order and Action in Urban Public Space, Illinois, Waveland Press.

Mallet S. (2009), Des plans-lumière nocturnes à la chronotopie. Vers un urbanisme temporel, Thèse de Doctorat en Aménagement de l’espace et urbanisme, dirigée par T. Paquot, Université Paris-Est, 17 novembre.

Mead M. (1972 [1928]), Adolescence à Samoa, Paris, Éditions Plon.

Melbin M. (1987), Night as Frontier, Colonizing the World After Dark, New York, Macmillan Inc., The Free Press.

Mizon B. (1994), « The European Colloquium on Light Pollution », Journal of Bristish Astronomy Association, vol. 3, n° 104, pp. 148-150.

Monnet J. (2000), « La ville comme O.S.S.I. Les catégories de l’expérience et de la connaissance de l’espace urbain », dans Monnet J. & G. Capron (dir.), L’Urbanité dans les Amériques. Les processus d’identification socio-spatiale, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 19-38.

Monnet J. (2001), « Pour une géographie du fluide et du flou », La Géographie Acta Geographica, vol. 2, hors-série, pp. 89-94.

Monnet J. (2010), « Le territoire réticulaire », Anthropos: Huellas del conocimientoo, n° 227, pp. 91-104.

Montandon A. (2015), « Représentations picturales des nuits urbaines », Colloque international Cohabiter les nuits urbaines. Penser, sentir et narrer la vie nocturne, organisé par Lab’Urba, Lavue, Prodig, Pacte, Paris, Marne-la-Vallée, 5-6 mars.

Moreau C. & A. Sauvage (2006), La Fête et les jeunes. Espaces publics incertains, Rennes, Éditions Apogée.

Moreau C. (2010), « Jeunesses urbaines et défonces tranquilles. Évolution anthropologique de la fête et quête d'identité chez nos jeunes contemporains », Pensée plurielle, vol. 1, n° 23, pp. 77-91.

Mouchtouris A. (2003), Les Jeunes de la nuit. Représentations sociales des conduites nocturnes, Paris, Éditions L’Harmattan.

Nahoum-Grappe V. (2006), « Enfance et jeunesse : le risque du faux sens. Approche ethno-phénoménologique », Perspectives Psy, vol. 45, n° 1, pp. 68-75.

Nahoum-Grappe V. (2010), Vertige de l’ivresse. Alcool et lien social, Paris, Éditions Descartes & Cie.

Narboni R. (2015), « De l’urbanisme lumière à l’urbanisme nocturne », Colloque international Cohabiter les nuits urbaines. Penser, sentir et narrer la vie nocturne, organisé par Lab’Urba, Lavue, Prodig, Pacte, Paris, Marne-la-Vallée, 5-6 mars.

Paquot T. (1997), « Le sentiment de la nuit urbaine aux XIXème et XXème siècles », dans Buford N., French literature in/and the city, n° 24.

Redoutey E. (2002), « Géographie de l’homosexualité masculine à Paris, 1984-2000 », Urbanisme, n° 325, pp. 59-63.

Retif de La Bretonne N.-E. (1986 [1788-1794]), Les Nuits de Paris ou le Spectateur nocturne, Paris, Éditions Gallimard.

Sabatier B. (2006), La Publicisation des espaces de consommation privés. Les complexes commerciaux récréatifs en France et au Mexique, Thèse de Doctorat en Géographie et aménagement, dirigée par J. Monnet, Université Toulouse-2 Le Mirail.

Sansot P. (1980), « Anonymat et espace urbain », Les Annales de la recherche urbaine, n° 7 pp. 62-76.

Sartre J.-P. (1943), L’Être et le Néant, Paris, Éditions Gallimard.

Schivelbusch W. (1993 [1983]), La Nuit désenchantée. À propos de l’histoire de l’éclairage artificiel au 19ème siècle, Paris, Éditions Le Promeneur.

Schlör J. (1998 [1991]), Nights in the Big City. Paris, Berlin, London 1840-1930, Londres, Reaktion Publishing.

Straw W. (2014), « The Urban Night », dans Darroch M. & J. Marchessault, Cartographies of Place: Navigating the Urban, Montréal, McGill-Queens University Press, pp. 185-200.

Thomas I. (1969 [1923]), The Unadjusted Girl: With Cases and Standpoint for Behaviour Analysis, Boston, Patterson Smith Publishing.

Van De Velde C. (2008), Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, Presses universitaires de France.

Walker E. (2018), Quand la Ville ne dort pas : s’approprier l’espace-temps hypercentral nocturne par et autour de l’usage récréatif. Les exemples de Caen et Rennes, Thèse de Doctorat en Géographie, dirigée par P. Caro, Université Caen-Normandie.

Haut de page

Notes

1 L’auteur tient à remercier tout particulièrement Laurent Gaissad (docteur en sociologie et sciences sociales, chercheur associé à l’EVCAU et chargé de recherche à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies) pour ses conseils avisés et son aide précieuse à la rédaction de l’article.

2 Les normes sociales sont, selon la vision de Howard Becker, produites par des entrepreneurs de morale qui étiquettent les actes et acteurs plus ou moins légitimes. Les entrepreneurs de morale diffèrent selon deux catégories. Les premiers sont ceux qui créent les normes. Les seconds sont ceux qui se chargent de les faire respecter. La première catégorie s’organise de manière très ordonnée. Ils s’entourent de spécialistes et utilisent des procédés de communication percutants tels les médias de masse. Ils font passer à l’opinion publique différents faits divers et rapports en tous genres. La seconde catégorie est celle des entrepreneurs de morale qui doivent faire respecter les nouvelles normes – la police, par exemple. Ils ne s'intéressent pas au contenu des lois et veillent au bon respect de la norme. Une croisade victorieuse entraîne l’instauration d’une nouvelle loi mais aussi le chômage de l’individu qui a lancé cette croisade. Il doit alors soit abandonner sa mission, soit s’attacher à une mission de moins en moins populaire.

3 Les artistes médiatisent les fantasmes, mythes et croyances collectives portant sur cette temporalité. Ce mouvement est lisible dans la littérature, où Rétif de la Bretonne (1986) offre un portrait détaillé des nuits parisiennes. Alain Montandon a, pour sa part, analysé des œuvres picturales, en montrant leur rapport avec la société et la culture dans laquelle elles sont produites (Montandon, 2015) .

4 Une technique de peinture à l’huile apparue dès la Renaissance en Occident.

5 Les strangers selon Lyn H. Lofland (1985) correspondent aux individus coprésents non-personnellement connus par l’acteur de référence, mais reconnus selon certains codes d’identification (Lofland, 1985) .

6 Le poppers est un vasodilatateur, sous la forme d’un mélange de liquides volatils (contenant des nitrites d’alkyles). L’usage récréatif consiste à en inhaler pour provoquer de l’euphorie, un sentiment de relaxation et donner des bouffées vertigineuses brèves.

7 Selon Erving Goffman, l’« inattention civile » consiste en un coup d’œil pour reconnaître la présence de l’autre, suivi d’un détournement du regard pour montrer à l’autre qu’il ne fait pas l’objet d’une attention particulière (Goffman, 1973).

8 Le milieu gay correspond à l’implantation, dans les années 1980-1990, de commerces destinés aux homosexuels dans un/des secteur(s) géographiques restreints. Il pourrait cependant s’étendre, dans les pratiques de certains homosexuels, aux secteurs plus larges de pratiques des HSH.

9 Cités par Renaud Boivin (2013).

10 La Prophylaxie pré-exposition est une stratégie de réduction du risque de contracter le VIH basée sur l’utilisation d’un médicament antirétroviral.

11 Voir note 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Guérin, « Les traques sexuelles entre hommes. Un marqueur de la société commutative »SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/14473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.14473

Haut de page

Auteur

Florian Guérin

Docteur en urbanisme (Université Paris-Est, Lab’Urba), consultant spécialiste de la maîtrise d’usage (Lavurb), post-doct Smart-U-Green (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRDT), France - guerinflo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search